Actualité de vos Elus, Blois, Loir et Cher, Municipales 2014

Blois – Agglopolys : petits arrangements entre amis ?

projet Glacis

Mise à jour (23/05/2018) : suite à une rencontre avec Chilpéric de Boiscuillé, ce dernier m’a fait part de son point vue sur différents points évoqués dans cet article.
C’est bien volontiers que je peux essayer de les résumer sans trahir ses propos, mais nous avons toujours été disposé à publier les réponses ou mises au point de ceux qui ne partagent pas notre point de vue. L’affaire Nicolas Viault relance également certaines questions que nous nous posions en 2013.
Sur la société Sativa paysage, M. de Boiscuillé m’a précisé qu’elle avait été créée afin de permettre à des élèves-ingénieurs de l’Ecole du paysage de disposer en quelque sorte d’une école d’application.
Nous faisons dans cet article un rapprochement entre Sativa « nom vernaculaire utilisé familièrement pour désigner une sous-espèce de Cannabis, une plante dont le nom scientifique est Cannabis sativa subsp. sativa », alors que selon le fondateur de cette société il s’agit de l’adjectif latin « sativa » qui signifie « cultivé », en référence au paysage qui est remanié par l’homme. Dont acte, mais il est toujours permis d’y voir un clin d’oeil au cannabis, la référence à John Lennon va dans le même sens. Ce type d’humour est assez répandu, par exemple avec l’association THC (Territoires Hautement Citoyens) dont les initiales THC évoquent également le Tétra-Hydro-cannabidol.
Sur la question des marchés publics, le recours fréquent à Sativa paysages peut s’expliquer par les liens de cette entreprise avec l’Ecole du paysage. Nous ne remettons pas en cause la régularité des marchés, qui selon les montants et parfois la spécificité peuvent faire l’objet de procédures adaptées.
Il n’en reste pas moins que la proximité avec les décideurs peut faciliter les choses, surtout si la procédure n’appelle pas à publicité.

Michel Chassier – 283/05/2018

Article publié le 23/11/2013 :

Le projet d’aménagement du Glacis : combien cette étude a-t-elle coûté ?
La présentation publique de projet d’aménagement Centre-ville Loire (ACVL) nous amène à poser quelques questions.

En effet, cette étude a été confiée à la société Sativa Paysage fondée en 2009 par Chilpéric de Boiscuillé, qui n’est pas un inconnu dans notre ville, puisqu’il avait fondé en 1993, à la demande de Jack Lang ministre de la culture et de l’enseignement supérieur et maire de Blois, l’Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (décret du 29 mars 1993).
Il en a démissionné en 2010, sentant peut-être venir la sentence du Comité des Titres d’Ingénieur qui allait lui retirer en 2012 la possibilité d’accorder ce titre, en raisons de nombreux manquements.
Michel Chassier, Conseiller régional de Loir et Cher, était intervenu sur le dossier dès mars 2012 en Commission permanente.
Il faut dire que les remarques de la Commission des titres d’ingénieur étaient assez sévères, comme cela était rappelé dans cette intervention :  Ecole du paysage.
Pour revenir à la société Sativa Paysage, force est de constater qu’elle prospère presque exclusivement sur la commande publique, provenant surtout de le Ville de Blois et d’Agglopolys.
Zone de la Vacquerie, Molineuf, Le Breuil, aménagement de la zone du déversoir de la Bouillie, aménagement paysager du Glacis etc… cela fait beaucoup de commandes pour cette même société.
Et c’est encore Sativa Paysage qui a été retenue pour une étude sur le projet ACVL.
Il serait intéressant de connaître les conditions du marché d’appel d’offres et le type de procédure retenue afin d’écarter tout soupçon de « petits arrangements entre amis ».
Un autre point nous interpelle : nous avons eu la curiosité de rechercher l’origine du nom « Sativa ». Réponse : il s’agit d’un variété de chanvre indien, autrement dit du cannabis. Tout un symbole !
D’ailleurs, en consultant les réalisations de Sativa paysages, on trouve encore une autre commande, de l’ENSNP pour un jardin sur le toit de l’école. On reste toujours entre amis !
Et dans le même esprit, car au-delà de la biodiversité, mise en avant dans ce projet probablement pour justifier quelques subventions, ce jardin a été baptisé « Lucy in the Sky ». En référence à la célèbre chanson de John Lennon « Lucy in the Sky with Diamonds » dont les initiales rappelaient le LSD, psychotrope hallucinogène très en vogue dans les années 70.
Les créateurs de ce « jardin » préfèrent évoquer notre « ancêtre » Lucy (*) baptisée ainsi par Yves Coppens en hommage à John Lennon !
Décidément, on ne change pas de « culture », dans tous les sens du terme.
Mais pour compléter ce tableau déjà édifiant, ajoutons que Chilpéric de Boiscuiller fait partie sur Facebook des « amis » de Jacques Chauvin, opposant « officiel » au maire de Blois, mais qui fait partie lui aussi du Comité de pilotage du projet ACVL.
A Blois, le monde est petit, ce qui favorise on s’en doute ces arrangements entre amis.
Mais les citoyens, les contribuables et les élus voudraient bien en savoir davantage.
Affaire à suivre…

(*) qui selon M. de Boiscuillé serait « descendue de son arbre ». Attention, on frôle les propos racistes !

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

2 Réponses à “Blois – Agglopolys : petits arrangements entre amis ?”

  1. Le 27 novembre 2013 à 16:32 Sylvestre Brunaud a répondu avec... #

    Maintenant sur leur lancée, ils vont finir au fond du puisard et racler la roche !!! La fin du je-m’en-foutisme arrive… Rassurez-vous maintenant qu’ils se voient tous perdus, ils nous laisseront une dette monstrueuse… Mais il faudra qu’ils rendent des comptes à la société tôt ou tard ..

  2. Le 27 novembre 2013 à 14:54 GABILLAS a répondu avec... #

    Une « magouille » sans aucun doute…

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...