Actualité, Blois, Immigration, Loir et Cher

Migrations et manipulations des esprits.

migrantsComme une bonne administration rigoureuse, la préfecture s’attache à bien différencier les CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) et les CAO (Centres d’accueil et d’orientation) qui ont vocation à rendre en charge de manière transitoire (?) les «migrants», afin que leur situation administrative soit  examinée (la Nouvelle République 7/10/2016).
Mais pour les Français qui doivent assumer ces dépenses faites au détriment des nationaux les plus défavorisés, il n’y a aucune différence entre les CADA et CAO. D’autant qu’il est difficile sinon impossible de faire la différence entre un demandeur d’asile qui restera sur place (dont la demande est pourtant refusée dans 80 % des cas) et un « migrant économique » (alors que le chômage augmente en France), étant donné qu’ils n’ont plus de passeport ou carte d’identité. Les passeurs mafieux  leur conseillent en effet de perdre leurs papiers : ainsi, pas de reconduite à la frontière puisque l’Administration française ne connait pas la nationalité de ce ressortissant qui restera en France.
La préfecture a du mal à faire le point chiffré sur le nombre de personnes hébergées dans ce CAO. Cinquante ? Quarante quatre ? On ne sait pas exactement. Il faut savoir qu’elle prévoit d’accueillir 60 personnes supplémentaires. Où et quand ? Elle ne sait pas. Les bailleurs sociaux ne sont pas très favorables. Cela sent l’impréparation la plus totale et les Blésois auront le plus grand mal pour savoir ce qui se trame dans leur dos. Selon la préfecture, 72 migrants ont transité par le CAO de Blois (en plus des 44 qui s’y trouvent en ce moment) et les Soudanais arrivés il y a un an l’auraient tous quitté. Pour aller où ? Personne à la Préfecture ne le sait.
Ce flou est-il le reflet d’une impréparation et d’une incompétence administrative ou d’une stratégie destinée à endormir nos compatriotes face à la tête de colonne de la déferlante qui nous attend ?
Pendant ce temps, une campagne d’intoxication et de lavage de cerveau est lancée par la CIMADE aux Rendez-vous de l’Histoire qui, pour « créer du lien social », demande aux Blésois « s’ils se sont déjà sentis étrangers… ». Nous, nous pensons que, pour créer du lien social, il faut d’abord se sentir français, puis européen afin de mieux accueillir « l’étranger ».

 

 

Mots-clefs :, ,

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

Les commentaires sont fermés.

Europa Linka |
AGIR ENSEMBLE |
l'Humain d 'abord! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...