Actualité, Immigration, Loir et Cher, Sologne

Salbris : toujours des zones d’ombre sur l’accueil des « migrants ».

Salbris 3-11_1La réunion publique, dite d’information, de jeudi dernier n’a pas apporté les réponses attendues.
C’est pourquoi nous allons continuer à informer les Salbrisiens.
Le directeur de Coallia qui est longuement intervenu était en l’occurrence juge et partie, puisqu’il défendait son propre projet et son propre business, s’est trouvé plusieurs fois bien embarrassé, préférant éluder ou détourner certaines questions de l’assistance.

Cela n’a rien d’étonnant quand on fait quelques recherches.
D’abord sur l’insistance de Coallia pour s’installer à Salbris. Le maire prétend qu’il ne pouvait pas s’opposer. Mais depuis quand était-il vraiment au courant ?
Il faut savoir que la directrice des ressources humaines de Coallia, Anne Sophie Sauvage, a été auparavant DRH du Groupe IGS Formation Continue, dont Olivier Pavy fait partie du « conseil scientifique ». Il exerce aussi depuis 2015 une activité libérale dans le domaine de l’enseignement supérieur.
Ces relations ont-elles influé ou facilité le projet de Coallia ?
Deuxième point sur lequel il nous faut revenir, c’est sur la nature de cette association. Car si Coallia se présente bien comme une association, avec 328 « établissements », elle ressemble davantage à un groupe puisqu’elle contrôle plusieurs sociétés anonymes dans le domaine de l’immobilier.
Et ce qui nous semble plus problématique, certains dirigeants sont en même temps administrateurs de l’association Coallia et de sociétés anonymes qui sont ses filiales.
C’est le cas de Patrick Laporte, Président de Coallia Habitat et administrateur SA Pavillon Girardin (rachetée à bas prix en 2011 par l’AFTAM devenue Coallia). C’est le cas aussi de Jacques Berké, Secrétaire de l’association mais également administrateur de la Société Anonyme Coallia Habitat et Vice-président de l’entreprise La Propriété Familiale de l’Ile de France – La Maison pour tous.
Et ce ne sont pas les seuls.
Sur le salaire des dirigeants le directeur a refusé de répondre. Mais selon les comptes publiés par le Journal Officiel, le montant des rémunérations des trois plus hauts dirigeants salariés de l’association versées en 2011 est de 346 091 € (source : blog Fresnes 2020). ce qui représente en déduisant charges patronales et cotisations salariales environ 5 500 euros par mois ! Qui peuvent se cumuler avec d’autres mandats dans des sociétés satellites !
Et ils voudraient nous faire croire que leur vocation est purement humanitaire !
Nous reviendrons prochainement sur les conséquences pour la Ville de Salbris, qui devra bel et bien payer certaines dépenses induites par cet accueil, nous avons des exemples précis d’autres cas en Loir et Cher.

Mots-clefs :, , ,

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

Une réponse à “Salbris : toujours des zones d’ombre sur l’accueil des « migrants ».”

  1. Le 9 novembre 2016 à 17:29 Anne-Marie a répondu avec... #

    J’habite Salbris et j’étais à la réunion soi-disant d’information alors que tout était déjà décidé depuis un certain temps. Craignant de vives contestations Mr le Maire a donné le ton dès le départ. Nous ne sommes pas dupes de la situation il s’agit de protéger un business très juteux au détriment des Salbrisiens.

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...