Actualité

Clandestins ou migrants ? Vers une manipulation de l’esprit public !

migrants 25102016 01 f(image d’illustration)

Mise à jour : selon la Nouvelle République, les 4 « migrants » qui devaient être expulsés auraient réintégré hier matin le Centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Blois. Leur arrêté de transfert vers l’Italie pourrait être abrogé pour que leur situation – au regard de leur demande d’asile – soit réexaminée.

Nous  découvrons que la Nouvelle République du 27/11/2016 vient d’apprendre  par les  quotidiens « Libération » et « Le Monde » que 4 clandestins, précédemment accueillis dans le CAO (Centre d’accueil et d’orientation) de Blois mais installés aujourd’hui dans un camp de la région parisienne, faisaient l’objet d’une reconduite à la frontière par la voie aérienne.
Mais quelle frontière ? Pas le Soudan d’où ils sont originaires mais l’Italie, dernier pays où ils ont été enregistrés au moment de leur arrivée en Europe, et donc en théorie compétente pour l’examen de leur demande d’asile. C’est une loi bizarre mais c’est la loi. et l’on est certain qu’ils repasseront aussitôt la frontière par Ventimille et Menton.
On voit d’ici la lourdeur et la lenteur de ces démarches, puisque ces personnes ont perdu 6 mois pour traiter leur dossier de demandeur d’asile. Mais, à y regarder de près, on comprend mieux la situation : ces clandestins n’ont pas tellement envie de faire cette demande d’asile car ils savent que 80% sont refusées mais ils savent aussi que 98% de ces 80% restent sur place en France  comme clandestins. Et que l’Etat ferme les yeux sur cette non application de la loi française.
D’autant que la propagande officielle nous annonce que le coût d’une reconduite à la frontière est si élevé (20 000 euros) qu’il est aussi intéressant de les garder sur notre territoire. « Alors, si c’est aussi cher, gardons-les, cela fera des économies », pensent-ils avec Cazeneuve et Valls.
Ces 4 « migrandestins» ont refusé de monter dans l’avion, à la suite de quoi ils ont été placés dans le centre de rétention de Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne. Mais oui, on peut refuser de se voir appliquer la loi, sachez-le. Mais n’essayez pas de le faire à un contrôle routier !
On notera au passage que les quotidiens comme « Libération » ou « Le Monde » servent de caisse de résonance et d’amplification pour alerter les associations immigrationnistes grassement subventionnées par vos impôts. De la même façon, sous couvert d’information locale, la Nouvelle république ne manque pas de relayer cet « appel citoyen » qui va à l’encontre des lois françaises.
Le titre de la NR en  est la preuve. « Blois : quatre migrants pourraient être expulsés vers l’Italie ».
Pour être plus objectif et conforme à la loi républicaine et française, il aurait fallu titrer : « Mesnil-Amelot. Quatre clandestins vont être expulsés vers l’Italie. »
Décryptage. Ce sont des « clandestins », et non des « migrants », en irrégularité avec la loi française.
Ils sont basés à Mesnil-Amelot et n’ont aucun lien avec Blois qu’ils ont quitté volontairement en juin alors qu’ils y étaient logés et nourris.
Enfin, si l’Etat appliquait la loi il faudrait employer le présent de l’indicatif (« vont être ») et non le conditionnel présent du verbe « pouvoir », en lui même déjà lourd d’incertitude potentielle !
Allez poser la question à Fillon ou à Juppé sur cette question de la reconduite à la frontière des clandestins. Ils vous feront la même réponse sur le fond : »fermeté mais humanité ». Même si en campagne électorale on verrait bien Fillon faire preuve de plus de fermeté verbale, car nous sommes en campagne et il faut capter des voix.
Quant à l’application, ce serait une autre affaire et rien ne changerait !
Les promesses électorales n’engagent que ceux à qui elles sont faites !

Mots-clefs :, , ,

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

Les commentaires sont fermés.

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...