Actualité, Actualité de vos Elus, Loir et Cher, Région Centre-Val de Loire

1998 : le jour où le RPR et l’UDF ont donné la Région à la gauche.

Jacqueline Gourault ADCFJacqueline Gourault, « ministre auprès du ministre » de Macron. En 1998 elle manifestait avec l’extrême gauche contre le Front National.
On va beaucoup parler de mai 68, 50 ans après les événements. Nous y avons déjà consacré un article et nous y reviendrons.

Mais lors de la dernière session du Conseil régional à Orléans, à l’occasion d’un rapport sur la « démocratie permanente », Michel Chassier n’a pas manqué de rappeler l’épisode de mars 1998, lorsque la droite locale a confié la Région à la gauche ( 2018.04.19 SP – Démocratie permanente Michel Chassier).
En effet dans cet épisode peu glorieux, c’est bien la démocratie qui a été bafouée.
En mars 1998 les électeurs n’avaient pas donné la majorité à la gauche, ni en voix, ni en sièges.
L’assemblée régionale comptait donc 33 élus de gauche, 1 d’extrême gauche, 29 RPR-UDF, 1 CNPT et 13 FN.
Et logiquement, les élus du FN avaient soutenu l’élection à la présidence de la Région du centriste Bernard Harang.
Soutien sans participation, puisque le Front National n’avait demandé aucune vice-présidence, mais simplement un engagement de mandature portant sur 5 points dont la promesse de ne pas augmenter les impôts.
Mais c’était encore trop pour la gauche. Et comme il s’était passé la même chose dans 4 autres régions, l’affaire a pris une dimension nationale.
Une fois de plus la gauche et l’extrême-gauche ont refusé le verdict des urnes et commencé à manifester dans la rue.
Après tout elle était dans son rôle.
Mais la trahison est venue des états-majors parisiens du RPR et de l’UDF, avec à la manoeuvre le chef de l’Etat en personne, Jacques Chirac.
Ainsi on a pu voir Jacqueline Gourault, pour sa plus grande honte,  manifester aux côtés de l’extrême gauche vociférant des slogans haineux, tandis que les élus étaient rappelés à l’ordre par leur propre parti.
Bernard Harang a été lui-même l’objet de pressions, de menaces, y compris de menaces physiques. Il a fini par démissionner afin de protéger sa famille et son entreprise.
Lors d’une séance mémorable les élus de droite se sont couchés pour élire Michel Sapin.
La gauche et l’extrême gauche avait mobilisé et manifestait dans l’hémicycle. Mais cette fois elle n’était pas seule : le FN avait également fait venir ses partisans pour donner de la voix. Nos amis du Loir et Cher étaient venus nombreux soutenir Marie-France Stirbois et notre élu Miguel de Peyrecave
C’est alors qu’est lancée une fausse alerte à la bombe afin de faire évacuer l’hémicycle et de permettre à l’extrême-gauche d’occuper la tribune centrale tenue par le FN.
Les élus du Front National dénoncent la manoeuvre et refusent d’évacuer l’hémicycle.
La séance reprendra dans la cacophonie. Chaque élu de droite qui se rend au bas de l’hémicycle pour déposer son bulletin dans l’urne et capituler est copieusement hué.
Michel Sapin sera finalement élu grâce à cette trahison.
 20 ans après, la gauche dirige encore la Région, bien qu’une fois encore elle soit minoritaire en voix, mais la prime majoritaire instituées suite à la mésaventure de 1998 lui donne une majorité technique en sièges.
Le système se défend bien.
Mais ce qu’il faut également retenir de cette épisode, c’est que le FN a toujours été prêt a des alliances locales, non pas pour obtenir quelques strapontins, mais en considérant d’abord l’intérêt général et le respect du choix des électeurs.
Le RPR et l’UDF ont trahi, leurs successeurs ont en grande partie rallié Macron, bouée de sauvetage de cet ancien monde. La boucle est bouclée, mais c’est la fin d’un cycle.
Le nouveau monde est en train de se construire avec le Front National et ses alliés européens, les récentes élections prouvent que les peuples se laissent de moins en moins intimider.
Un an après l’élection présidentielle, les Français seraient encore plus nombreux à voter pour Marine Le Pen, malgré un an de dénigrement médiatique sans interruption.
Les élections européennes de 2019 vont parachever cette recomposition politique et mettre les « Républicains » au pied du mur.

Mots-clefs :, , , , , ,

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

Une réponse à “1998 : le jour où le RPR et l’UDF ont donné la Région à la gauche.”

  1. Le 5 mai 2018 à 7:43 Franck a répondu avec... #

    Pour la gauche, la démocratie c’est quand on est d’accord avec elle, sinon elle appelle cela une dictature, du fascisme !

Europa Linka |
AGIR ENSEMBLE |
l'Humain d 'abord! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...