Actualité, Blois, Délinquance, Élections, Loir et Cher, Municipales 2020

Blois : un conseiller municipal communiste accusé de viols.

MeeTooL’information est parue le 24 février dans l’Obs : le mouvement des jeunes communistes est rattrapé par la vague #Me Too.
Bien sûr à ce stade, si des plaintes ont été déposées, la présomption d’innocence prévaut, c’est pourquoi l’Obs a changé le prénom.
Mais sur les réseaux sociaux les jeunes communistes se déchaînent, accusant la direction d’avoir étouffé ces affaires.
L’affaire a éclaté le 27 janvier, au siège du Parti communiste,  alors que quelques 300 délégués du Mouvement jeunes communistes de France (MJCF) se sont réunis pour voter de nouveaux statuts, et élire leur conseil national et leur direction.
« Soudain une jeune femme monte à la tribune et saisit le micro :  »L’immense majorité du mouvement se prononce radicalement contre les violences sexistes et sexuelles. Il est plus que temps de le mettre en pratique, et c’est pourquoi, aujourd’hui, nous refusons de nous taire », lance la jeune femme. Elle accuse ensuite nommément deux coordinateurs nationaux de « protéger des agresseurs depuis plusieurs années en mettant systématiquement le blâme sur les victimes pour qu’elles quittent l’orga [l'organisation, NDLR]« . Au moment où elle lâche son nom, l’un des deux mis en cause décrète l’évacuation de la salle. Des insultes fusent. Des camarades se bousculent. Un délégué hurle : « La diffamation, c’est puni par la loi. » D’autres se mettent à chanter pour couvrir sa voix :  »On a purgé des camarades pour moins que ça, tu devrais fermer ta gueule. »
« Tout le monde criait, c’était hyper-violent », décrit une militante montée à la tribune.« 
Depuis sur les réseaux sociaux les langues se délient, et nous apprenons que l’un des agresseurs, accusé de viol par deux jeunes femmes est un conseiller municipal de Blois.
Alerté, le maire de Blois a publié une réaction sur Twitter : « Bonjour, nous découvrons cette affaire par ces tweets. Soucieux du respect de la présomption d’innocence mais aussi devant la gravité des faits évoqués, le maire va rapidement rencontrer M. Bouchou pour l’entendre. Il exprime son soutien aux victimes présumées.« 
Nous verrons si l’affaire sera évoquée au conseil municipal lundi prochain.
Ce qui est ennuyeux pour Marc Gricourt c’est qu’en cas de démission de l’intéressé, le suivant de liste appelé à siéger est un certain Sidi Boussetta qui a lui aussi défrayé la chronique locale pour d’autres affaires.
Voilà qui va compliquer une fin de mandat déjà marquée par le départ de Louis Buteau.

Mise à jour du 6/03/2019 : Alexis Bouchou fait savoir par son avocate qu’il conteste la version de la plaignante (la Nouvelle République du 6/03/2019). Nous ne ferons bien sûr aucun commentaire sur cette affaire, c’est désormais à la justice de faire son travail. 

 

 

Mots-clefs :, , , ,

A propos de fn41

Fédération Départementale du Front National de Loir et Cher

6 Réponses à “Blois : un conseiller municipal communiste accusé de viols.”

  1. Le 4 mars 2019 à 15:49 Bichou a répondu avec... #

    Aucune réaction de membre de la majorité de l’équipe municipale.

    Auraient-ils perdu leur langue ?

    • Le 5 mars 2019 à 10:13 silence, silence a répondu avec... #

      Surprenant ce manque de réaction de leur part ; bien que l’on respecte la présomption d’innocence.

      • Le 5 mars 2019 à 10:17 fn41 a répondu avec... #

        Finalement le maire a évoqué la question hier soir au conseil municipal, où l’intéressé avait donné pouvoir, et la Nouvelle République publie l’info ce matin(5/04) donc 48 heures après que nous l’ayons relayée. Encore une fois ce sont les réseaux sociaux si décriés qui ont forcé les uns et les autres à réagir.

        • Le 5 mars 2019 à 10:30 Situation personnelle au sein de la majorité municipale a répondu avec... #

          Est-ce que cet élu prévoit de quitter ou pas le conseil municipal ?

          • Le 5 mars 2019 à 11:35 fn41 a répondu avec... #

            Aucune idée, la décision lui appartient, tant qu’il n’est pas condamné personne ne peut l’obliger. Le problème est que le suivant de liste est Sidi Boussetta dont la soeur vient d’être condamnée pour importation de jean’s contrefaits du Maroc, et nous ne savons pas dans quelle mesure il serait impliqué dans cette affaire. De plus c’est un électron libre que le maire ne pourrait pas canaliser !

  2. Le 3 mars 2019 à 9:24 Eh ben !!! a répondu avec... #

    Que c’est triste Blois !

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...