Archive | Actualité Flux RSS de cette section

Travailleurs détachés : triste record pour le Loir et Cher.

ChomageAvec 6 237 travailleurs détachés en plein mois de juillet, le Loir et Cher se classe au premier rang des départements français (la Nouvelle République du 30/07/2018).
Toujours aussi difficile à comprendre quand on sait que le département comptait fin juin 14 450 chômeurs de catégorie A et 26 870 en additionnant les catégories A, B et C.
La question de l’attractivité des métiers manuels reste donc bien posée.
On peut également faire remarquer que beaucoup de ces emplois sont saisonniers dans le secteur agricole, là encore on peur s’étonner qu’il n’y ait pas davantage d’étudiants intéressés.
Les élus du Rassemblement national sont intervenus régulièrement sur ce sujet en Région Centre-Val de Loire, mais c’est au niveau de l’Etat qu’il faudrait agir… à condition de savoir dire non à Bruxelles !

1 Commentaire

Permanence du RN 41 : les horaires du mois d’août.

robertlimelette2.jpgDurant le mois d’août la permanence du Rassemblement national de Loir et Cher reste ouverte tous les vendredi, mais seulement le matin (8 h à 12 h).
Notre ami Robert Limelette (Bob) vous y accueillera.
Vous pouvez laisser un message au 02 54 42 12 17 ou nous contacter via notre blog (cliquez sur « contact »).

1 Commentaire

Blois : l’antenne universitaire menacée ?

UFR Blois DIA la rentrée 2018 l’Université de Tours (ex François Rabelais) ouvre de nouvelles formations informatiques à Tours… les mêmes que celles qui sont enseignées à l’antenne de Blois.
Une façon déguisée de fermer à terme le site de Blois au profit de la métropole tourangelle.
Les élus d’Agglopolys avaient adopté le 12 juillet un voeu adressé au président de l’Université pour soutenir le maintien de ses filières à Blois, voeu resté depuis sans réponse.
Le président Degruelle fait part de sa « grande déception » (la Nouvelle République du 28/07/2018), mais cela ne remettra pas en cause l’ouverture des formations concurrentes à Tours dès la rentrée.
On peut se demander dès lors quelle est l’utilité du  Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), puisque les présidents d’université n’en tiennent pas compte, occupés par ailleurs par des projets de regroupement hors Région.
Cela démontre une fois de plus les dangers de la métropolisation au détriment des villes moyennes et des territoires ruraux, dangers régulièrement dénoncés par les élus du Rassemblement national, auxquels l’exécutif régional fait toujours la même réponse : vous avez tort de vous inquiéter, la Région entretien de bonne relations avec les métropoles… Bref la langue de bois.

1 Commentaire

Romorantin, cimetière d’Autolib.

AutolibLa presse locale ne pouvait pas ignorer cette information, même si la presse nationale reste fort discrète.
Depuis la fin d’Autolib à Paris, des centaines de voitures électriques sont stockées, en attendant des jours meilleurs (?) sur un ancien site Matra à Romorantin (la Nouvelle République du 27/07/2018).
Un échec cuisant pour Vincent Bolloré, dont les liens étroit avec le monde politique a toujours favorisé les affaires.
On se souvient encore de l’épisode du yacht mis à disposition de Nicolas Sarközy après son élection en 2007, ce qui ne l’a pas empêché de soutenir le candidat Macron en 2017.
Pour revenir à Autolib, le concept de voitures électriques partagées s’est avéré un fiasco, et fausse bonne solution sur le plan écologique.
En effet, le bilan écologique de la voiture électrique est loin d’être aussi favorable qu’on essaie de nous le faire croire.
Même si elle n’émet rien au niveau local, sa production se révèle nettement plus énergivore, et donc émettrice de gaz à effet de serre, que celle d’une voiture thermique. En cause : la batterie, qui compte pour moitié dans les besoins énergétiques liés à la fabrication d’une voiture électrique.
Plusieurs reportages ont fini par briser l’omerta, et révélé les dégâts causés par l’extraction des minéraux nécessaires à leur fabrication, en Chine comme en Afrique.
Sans oublier qu’il faut produire de l’énergie électrique pour recharger les batterie.
Aux Etats-Unis, après un engouement auprès des classes aisées sensibilisées aux questions écologiques, sans pour autant maîtriser le sujet, le phénomène Tesla connaît aujourd’hui une net coup de frein, et l’entreprise perd de l’argent tous les jours et les rumeurs d’une prochaine faillite reviennent régulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux.
Plus près de chez nous à Orléans, la Métropole envisage de passer 30% des bus à l’électrique sur le réseau urbain.
Le gestionnaire actuel assure que ce ne serait pas gérable, après avoir fait l’expérience sur quelques bus, et menace de se désengager.
Et le millier d’Autolib stockées à Romorantin pourraient bien finir à la casse.
Il serait intéressant de connaître le bilan écologique de cette expérience…
An moment où la principale entreprise française spécialisée dans les hydroliennes arrête ses investissements un mois et demi après avoir inauguré sa première usine, il serait temps de s’intéresser aux différents projets, comme les éoliennes en mer, dont le coût exorbitant est payé par tous les Français sur leur facture d’électricité, pour finir tôt ou tard dans le cimetière des illusions perdues.
Mais à quel prix ?
Dans ce domaine comme dans d’autres Macron perpétue les pratiques de l’ancien monde, y compris la confusion des intérêts, le tout appuyé par la communication de Nicolas Hulot, dont la compétence en la matière est proche de zéro.

0 Commentaires

Croissance : la méthode Macron ne vaut pas mieux que la méthode Hollande.

INSEE croissance 2T 2018Source : INSEE. On observe le regain de croissance en 2017 lorsque Hollande avait ouvert les robinets avant l’élection présidentielle, la croissance retombe en 2018 dès que Macron est obligé de les refermer. (cliquez sur l’image pour agrandir).
Après les mauvais chiffres du chômage, ce sont les mauvais chiffres de la croissance qui viennent de tomber.

Ceci explique sans doute cela : le taux de croissance reste insuffisant pour créer de l’emploi et résorber le chômage.
Autre conséquence, comme le rappelle Les Echos, l’objectif initial du gouvernement, 2% de croissance semble désormais hors de portée, les prévisions tournent plutôt autour de 1,5 à 1,6% pour l’année 2018. Cela signifie des recettes fiscales inférieures au scénario de la loi de Finances, et donc un déficit public plus élevé que prévu.
Pour corriger le tir il faut s’attendre à de nouvelles mesures d’austérité, hausses de tarif publics etc…
Mais cela revient à aggraver une des causes de cette contre-performance « liée avant tout à l’atonie permanente de la consommation des Français.  » Les dépenses de consommation des ménages fléchissent légèrement » : -0,1 %, après avoir augmenté de 0,2 % au trimestre précédent.« 
Il est évident que la majorité des Français a vu diminuer son pouvoir d’achat, et cela se ressent sur la consommation.
Il ne faut donc rien attendre de nouveau tant que la France poursuivra dans cette voie.
Le gouvernement évoque une croissance plus faible que prévue en Europe, mais c’est la France qui est la plus touchée, il y a donc bien un problème français.

Coïncidence, le même jour les chiffres de la croissance américaine viennent également de tomber : + 4,1% au 2ème trimestre. Conclusion : l’Union européenne ne parvient toujours pas à protéger les Etats membres, et la capitulation de Jüncker face à Trump, alors qu’il n’avait aucun mandat de négociation, ne va pas arranger les choses.
Seule Marine Le Pen propose une véritable stratégie visant à défendre les intérêts de la France et des Français, mais les électeurs ont voté pour l’illusion du changement. Ils n’ont que la continuité.
Au passage la France perd encore un rang dans le classement des grandes économies mondiales, doublée par l’Inde qui devient la 6ème puissance économique mondiale, la France recule au 7ème rang.
Macron ne s’en est pas vanté.

0 Commentaires

Chômage : mauvais chiffres pour la Région, nouvelle hausse en Loir et Cher.

Pôle_Emploi 2Les chiffres publiés par l’INSEE il y a quelques jours l’annonçaient déjà : la situation de l’emploi ne s’améliore pas, elle continue même à se dégrader.
Même si la DIRECCTE annonce une baisse de 0,1% en Région Centre-Val de Loire (- 0,1% en France) le chiffre n’est pas très convaincant puisqu’une fois encore sur le dernier trimestre on compte en moyenne mensuelle davantage d’entrées (20 020 par mois) que de sorties (19 780), ce qui devrait logiquement se traduire par une hausse.
Quant au motif des sorties, le reprises d’emploi déclarées ne représentent que 18% (18,1% en 2017), donc aucun signe d’une évolution de la tendance générale.
Les radiations par défaut d’actualisation grimpent à 9190 en moyenne mensuelle contre 8 176 sur la même période l’an dernier.
Enfin on constate un essoufflement des entrées en stage, boostées en 2017 avant l’échéance présidentielle pour faire diminuer le chômage des jeunes, qui du coup repart à la hausse (2 000 entrées mensuelles en formation contre 2 626 en 2017).
En Loir et Cher, la hausse du chômage atteint +0,4%, dont + 4,3% pour les jeunes de moins de 25 ans.
Et pourtant de nombreuses entreprises ne parviennent pas à recruter.
Cela pose une fois plus la question de l’orientation et de la formation, mais aussi celle des rémunérations dans certaines professions victimes du dumping social encouragé par l’UE et ses relais en France.
M. Macron espère se sortir de l’affaire Benalla en prétendant qu’il travaille. Mais certainement pas dans l’intérêt de la France et des Français.

0 Commentaires

Affaire Benalla : les parlementaires de Loir et Cher entre complicité et discrétion.

MLP-CastanerMarine le Pen « castagne » Castaner à l’Assemblée.
L’affaire Benalla est emblématique du fonctionnement de l’entourage de M. Macron, touché chaque jour davantage par les affaires et les scandales.

Elle touche le coeur du pouvoir et démontre que l’actuel locataire de l’Elysée, élu à la faveur d’une manipulation sans précédent de l’opinion après une campagne dont le financement reste plus que jamais suspect, n’a pas les qualités requises pour être Président de la République.
Il est vrai qu’il était en réalité candidat à un poste de gouverneur d’une province de l’Euroland sous tutelle américaine et contrôlée par les banquiers  dont il est le représentant.
Mais cette fois l’affaire prend des proportions telles que les médias qui l’ont toujours soutenus ne peuvent plus l’étouffer davantage.
Les parlementaires aussi, qui ont pourtant appelé à voté Macron à plus de 90%, sont nombreux à s’indigner et à demander une véritable enquête.
Et Marine Le Pen a prévenu : il ne faudra s’arrêter au fusible Collomb.
Ce qui surprend un peu dans ce contexte, c’est la discrétion et la modération dont font preuve les parlementaires de Loir et Cher.
Maurice Leroy  déclare ce matin dans la Nouvelle République qu’il avait décidé « de ne plus participer à ce triste spectacle.«  
Marc Fesneau va jusqu’à défendre Macron en justifiant son silence.
Guillaume Peltier, qu’on a connu plus virulent, reste très discret sur son compte Twitter, se contentant de relayer un tweet de Laurent Wauquiez et préfère parler d’une fête champêtre à Neung sur Beuvron.
Pas trace de réaction non plus de nos deux sénateurs.
On voit bien que cette affaire les embarrasse, mais après tout, ils avaient tous appelé à voter Macron en 2017.

2 commentaires

Emploi salarié : l’écart se creuse en Région Centre-Val de Loire.

Emploi salarié CVL 2T2018(source : DIRECCTE Centre-Val de Loire – cliquez sur l’image pour agrandir)
Alors que les statistiques détaillées de l’emploi vont être publiées d’ici quelques jours, une note de conjoncture de la DIRECCTE note un fléchissement de l’emploi salarié en Région, ce qui ne présage rien de bon.
On annonce déjà une hausse du chômage de +0,2% pour la Région au 2ème trimestre selon les chiffres de l’INSEE (critères du BIT).
Dans le secteur privé, la baisse est de 0,3%, alors que curieusement en cette période de rigueur l’emploi public augmente de 0,1%.
Plus grave, l’écart s’accroît entre la Région Centre-Val de Loire et la moyenne nationale : sur un an, l’emploi salarié total progresse à un rythme deux fois moindre dans la région qu’au niveau national (respectivement + 0,5 % et + 1,2 %).
Sur le long terme, l’écart est encore plus visible : en partant d’une base 100 au 4ème trimestre 2010, le niveau d’emploi salarié en France atteint globalement 103,5, et 103,6 pour l’emploi salarié privé.
Pour la région Centre-Val de Loire les chiffres sont respectivement de 99,7 et 98,7.
Cela vient confirmer le mauvais classement de la Région en terme de croissance du PIB et justifie les critiques émises par le groupe Rassemblement national au sujet des aides économiques de la Région, dont il a été question lors de la session de juin.
Avec une croissance en-deçà des prévisions la tendance risque bien de se poursuivre.
On note aussi que c’est le secteur du BTP qui est le plus touché, suivi par l’industrie, alors que le « tertiaire non marchand » se maintien. Mais il ne faut jamais oublier que le secteur « non marchand » est financé par l’économie réelle…
Au niveau national ce marasme est le résultat de la politique économique de l’UE, mais aussi des décisions du FMI de la BCe et des instances mondiales qui ont favorisé les délocalisations afin de maximiser les profits à court terme, au détriment des intérêts nationaux.
Ces politiques sont relayées scrupuleusement par nos gouvernants, qu’ils s’appellent Sarközy, Hollande ou Macron.
Quant à la Région, son action ne peut être que marginale, et la concurrence entre les territoires encouragée par une vision erronée de la décentralisation s’exerce au détriment du Centre-Val de Loire, trop proche de la mégapole parisienne.
Il serait temps de revenir à une vision nationale de l’aménagement du territoire et du développement économique, coordonné par un Etat régalien qui aurait recouvré sa souveraineté.
C’est l’objectif du Rassemblement national.

1 Commentaire

15 juillet à Blois : quand la fête dégénère.

Mondial 2018-2Militaires et policiers sifflés par une foule hostile. Où est le sentiment de fierté nationale ?
A Blois comme partout la célébration de la victoire de l’équipe de France a été émaillée d’incidents.

Et il a fallu quelques jours pour que l’info ressorte sur les réseaux sociaux, la presse locale comme nationale a étouffé ces débordements ou bien les minimise.
Des vidéos montrent une voiture, peinte en bleu-blanc-rouge, retournée par la foule place de la Résistance. Curieuse manière de célébrer la victoire. Et quand les policiers arrivent sur place, ils sont pris à partie ainsi que les militaires chargés de sécuriser les place. On voit les forces de l’ordre obligées de reculer devant une foule hostile. Pour quelle raison ?
Dans le contexte de menace islamo-terroriste que nous connaissons, tous ceux qui célébrait cette victoire auraient dû au contraire applaudir nos soldats.
Tout comme Olivier Giroud qui considère que nos militaires qui risquent leur vie méritent davantage la légion d’honneur que des footballeurs ou des artistes.
Les réactions sont nombreuses sur les réseaux sociaux pour condamner ces exactions.
Mais Ozgur Eski minimise, tout comme le directeur de cabinet de Marc Gricourt qui compare à 1998.
Avec une différence notable pour ceux qui ont un peu de mémoire : il y avait beaucoup plus de monde dans les rues de Blois en 1998, ce qui prouve que beaucoup de Blésois ont renoncé à venir en famille par crainte d’incidents dans un climat de sécurité dégradé.
En 1998 on n’avait pas retourné une voiture place de la Résistance, mais la statue qui se trouvait au milieu du rond-point avait disparu, ce dont à vrai dire peu de Blésois s’étaient plaints.
Autre temps, autre moeurs.

6 commentaires

Pression communautaire à la pataugeoire de l’Agglo : ça continue.

Pataugeoire 13 aoûtComme tous les étés, les incidents se répètent à la pataugeoire de l’Agglo au parc des Mées.
Nous en avions déjà parlé en 2013 et en 2014, mais cette fois c’est la Nouvelle République qui est obligée d’en parler.
Il y est question d’une « ambiance parfois orageuse« , de la « mauvaise humeur de certains usagers« , de personnes qui entre dans l’eau en survêtement ou avec un jean retroussé.
Mais il faut bien aborder le coeur du sujet. Un surveillant explique : « l’autre jour j’ai expliqué à une femme voilée qu’elle ne pouvait pas rester dans le bassin ainsi habillée. Son mari est venu me voir pour me dire que c’était à lui qu’il fallait que je m’adresse. »
Nous pourrions ajouter que le réglement intérieur s’applique non seulement dans le bassin mais sur les plages, et une femme voilée ne devrait pas être acceptée dans l’enceinte de la pataugeoire.
Le réglement avait déjà été assoupli en 2014 et ne parlait plus que de « vêtements trop longs. »
Cette fois encore pour calmer le jeu, il est fait appel à un agent de médiation. Comme si un règlement qui touche à l’hygiène et à la sécurité pouvait faire l’objet de médiation et d’acommodements ?
Mais cela risque de ne pas suffire, comme le prouvent les jets de bouteilles durant la nuit qui ont occasionné une fermeture de la pataugeoire pendant deux jours la semaine dernière. Acte de vengeance suite à une remarque d’un surveillant ?
Comme le constate le président d’Agglopolys, Christophe Degruelle, « tout cela illustre les difficultés du bien vivre ensemble. »
Ce qui ne fait que confirmer ce que nous disons depuis longtemps : cette immigration de masse voulue par nos gouvernants depuis plus de 40 ans conduit à cette situation explosive.
Il serait temps de l’admettre et d’en tirer les conséquences.

4 commentaires

Canton de Beauce : plus de 2000 € de dons recueillis.

Olivier BesnardL’appel de notre présidente, relayé par la Fédération et les réseaux sociaux, a été entendu.
Plusieurs adhérents nous ont contacté pour faire un don, beaucoup l’ont fait directement en ligne.
Dans le canton de Beauce, Olivier Besnard a pris l’initiative de récolter les dons pour les transmettre au siège. Plus de 2000 € ont été recueillis, ce qui est remarquable, car nos adhérents sont souvent des gens modestes, à la grande différence des donateurs de la campagne de Macron.
Au  niveau national la souscription est déjà un succès, mais le Rassemblement national à encore besoin de vous.
Vous pouvez nous aider en faisant un don sur le site  alertedemocratie.fr.
Et au niveau local, toutes les initiatives sont les bienvenues.
Bravo à l’équipe du canton de Beauce !

Salbris et Vendôme acceptent leur mise sous tutelle par l’Etat.

CM Blois 2018-02A Blois comme à la Région, les élus RN ont voté contre la mise sous tutelle.
Après Nicolas Perruchot qui s’était précipité pour signer avec l’Etat au nom du département, ce sont les villes de Salbris et de Vendôme, ainsi que l’agglomération des territoires vendômois, qui ont accepté la mise sous tutelle de leur budget, au mépris du principe constitutionnel de libre administration des collectivités.

Nous avions déjà parlé du débat à Blois, où le conseil municipal a refusé de se soumettre et à la région Centre-Val de Loire, où le président Bonneau a fini par signer, contraint et forcé.
Prochaine étape en 2020 : faudra-t-il soumettre au Préfet les programmes des candidats à l’élection municipale pour vérifier s’ils permettront de respecter cet engagement, et le cas échéant invalider les candidatures qui refusent de s’y plier ?
Le « nouveau monde » de M. Macron ressemble fort au second empire, où ce sont les Préfets qui désignaient les maires ! Et où les banquiers ont véritablement pris le pouvoir… 

Face à la dictature des juges et des banquiers, soutenez le Rassemblement national.

MLP bureauCommuniqué de Marine le Pen (8 juillet 2018)

Le système français de financement de la vie politique prévoit que, pour leur fonctionnement, les partis politiques bénéficient d’une dotation accordée en fonction du nombre de voix obtenues aux législatives. Dans ce cadre, le Rassemblement National doit toucher de l’Etat environ 4,5 millions d’euros par an sur la mandature soit 22,5 millions en cinq ans.
Le Rassemblement National devait donc recevoir ces jours-ci une première partie du versement de sa dotation 2018, avec déjà cinq mois de retard.
Le 5 juillet 2018, dans le cadre de l’affaire dite des « assistants parlementaires » (*), une affaire initiée par l’Union Européenne aux mains de nos adversaires politiques, deux juges d’instruction ont procédé à la saisie de ces sommes vitales pour le fonctionnement du parti. Cette décision est intervenue à la demande du parquet, c’est-à-dire du ministère de la Justice. Cela signe le caractère politique de l’initiative.
Cette décision de blocage de ses moyens de subsistance signifie que le Rassemblement National serait en cessation de paiement à la fin du mois d’août.
L’ordonnance des juges d’instruction s’appuie sur une violation manifeste du droit :
- Violation de la présomption d’innocence : le RN se voit appliquer une exécution de peine sans avoir été condamné ni même jugé puisque l’affaire est au stade de l’instruction. Cela est d’autant plus choquant que les faits sont contestés formellement.
- Violation du texte invoqué : les juges font application d’une disposition légale applicable au grand banditisme qui vise à confisquer le bien acquis de manière illégale (ex : bien acquis par le trafic de drogue). Or dans le cas d’espèce, il n’existe aucun lien entre la somme due par l’Etat et l’infraction supposée.
- Violation de toute proportionnalité : les juges ont décidé de saisir plus de 2 millions d’euros, qui excèdent très largement par leur montant les amendes encourues et les préjudices prétendus. Cela a été fait en pleine connaissance des conséquences vitales sur notre mouvement.
Le Rassemblement National fait face à une nouvelle et gravissime persécution financière après les refus de tout prêt par l’ensemble des banques, la clôture autoritaire des comptes bancaires du siège et de nombreuses fédérations, le retrait de ses moyens de paiement. Le pouvoir n’est pas sans savoir que le RN qui est un parti pauvre ne survivra pas à la privation de ses moyens de fonctionnement.
Marine Le Pen et tout le mouvement vont organiser la résistance à cette tentative de faire disparaître le principal parti d’opposition. Ils vont dénoncer cette situation dans l’opinion, lancer des appels aux dons auprès des Français et inviter les mouvements étrangers partenaires à la solidarité politique.
Il s’agit d’une question de vie ou de mort.
Vous tous, cadres du Rassemblement National devez être mobilisés. Organisez des conférences de presse, mobilisez au maximum les réseaux sociaux et communiquez largement autour de vous le besoin de récolter des dons notamment en allant sur le site dédié : alertedemocratie.fr !
Nous ne les laisserons pas nous faire taire.
Résistons !

(*) Il est reproché aux députés européens FN (aujourd’hui RN) d’avoir utilisé certains de leurs assistants à des tâches politiques autres que le suivi strict des travaux parlementaires. Le Front National a toujours contesté les faits. L’affaire a été montée par l’Olaf, la brigade financière aux ordres de la Commission de Bruxelles. Elle est aujourd’hui au stade de l’instruction. Cette instruction a été confiée à deux juges dont l’un appartient et l’autre est proche du Syndicat de la Magistrature, organisation d’extrême gauche qui organise des conférences avec des islamistes et les indigènes de la république, et à laquelle on doit l’affaire du mur des cons.

Conseil régional : retrouvez les interventions de vos élus.

Session plénière CRCVLVos élus Rassemblement national ont été encore une fois présents dans tous les débats lors de la dernières session à Orléans, qui s’est tenue jeudi et vendredi.
Ils ont pu vous défendre et exprimer leur différence tout au long de ces deux journées, et les médias n’ont pas manqué de remarqué la qualité de nos interventions.
Retrouvez les résumés, les textes complets des interventions et les premières vidéos sur le site du groupe RN-CVL

 

Blois : retour sur le conseil municipal.

CM Blois 2018-02Le conseil municipal de Blois s’est lundi 25 juin.
Premier sujet abordé : la contractualisation avec l’Etat, dont nous avions déjà longuement parlé.
Le maire de Blois a proposé de ne pas signer ce contrat léonin, suivi par la quasi-totalité des élus, à l’exception des deux macronistes, Louis Buteau (ex PS) et Véronique Reineau (ex LR).
Dommage que Marc Gricourt, 1er président de la Région, n’ait pas la même position à Orléans.

L’examen du compte administratif fait ressortir la fragilité des marges et interroge sur l’avenir pour cette fin de mandature, en particulier pour le projet commercial Saint-Vincent, qui a peu de chances d’aboutir avant 2021.
Au sujet de la reconstruction du groupe scolaire de la Croix Chevalier, Véronique Reineau s’est réjouie d’un « renouvellement de population. »
Michel Chassier lui a répondu qu’il faudrait plutôt parler de « remplacement de la population« .
En outre il a rappelé les graves désordres constatés sur l’école Jules Ferry, inaugurée en 2011. Marc Gricourt a reconnu qu’il ne faudrait pas répéter « les mêmes erreurs« . C’est donc reconnaître, au-delà des malfaçons, une erreur de conception.
La Ville propose également aux associations une « charte culturelle ». Le problème est qu’elle s’inspire de la « déclaration de Fribourg », qui fait ouvertement la promotion d’une conception communautariste de la culture. Par exemple, toute communauté résidant sur une territoire donné, en l’occurrence le nôtre, doit pouvoir « enseigner et recevoir un enseignement dans sa langue« , y compris donc étrangère.
Ce qui va tout à fait à l’encontre d’une démarche d’intégration. Michel Chassier a rappelé l’épisode de dimanche soir ou des dizaines de ressortissants turcs ont bruyamment célébré dans les rues de Blois la victoire d’Erdogan.
Enfin les élus du Rassemblement national se sont étonnés du choix de déplacer l’aire de grand passage des « gens du voyage » près de la D951, ce qui n’est pas la meilleure image de Blois que l’on puisse offrir au touristes qui arrivent dans notre ville, y compris sur l’itinéraire de la Loire à Vélo.
Encore une fois, seuls les élus FN/RN font entendre leur différence et osent aborder les questions dont personne n’ose parler publiquement… même si certains les félicitent en privé.

7 commentaires

Région : vos élus en session.

DgxUmo0WkAAJb_GVos élus régionaux siègent aujourd’hui et demain à Orléans.
De nombreux sujets sont à l’ordre du jour, dont le compte administratif 2017 et le budget supplémentaire, mais aussi sur la signature du pacte financier avec l’Etat qui revient à mettre la Région sous tutelle.
Vous pouvez suivre les interventions de vos élus  sur le site de notre groupe ou sur le site de la Région, ainsi que sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook).

Conseil régional : conférence de presse ce matin à Orléans

Dgm0l77W0AA-zKBConférence de presse ce matin à Orléans. Michel Chassier, président du groupe RN-Centre Val de Loire : « Par principe, nous voterons contre la contractualisation avec l’Etat sachant qu’elle ne met pas à l’abri la collectivité d’une pénalité en cas de dépassement du plafond de ses dépenses » #RCVL #RegionCentreValdeLoire.
Nous avons déjà traité ce sujet, nous y reviendrons à l’occasion de la prochaine session qui débute jeudi matin à 9 h 30 à Orléans.
Voir notre communiqué de presse du 21/06 et notre article du 23/06.
Michel Chassier est également intervenu hier soir au Conseil municipal de Blois sur ce sujet (la Nouvelle République du 26/06).

1 Commentaire

Le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire est en ligne.

20171221_GR FNCVL SPSuite au changement de nom, nous avons dû procéder au changement du nom de domaine du site de notre groupe régional, c’est pourquoi il a été indisponible durant quelques jours.
Il est désormais accessible avec tout son contenu à la nouvelle adresse http://rn-regioncentre.fr/, le lien permanent se trouve sur la colonne de droite de notre page d’accueil.
Vous pourrez y suivre la session plénière des 28 et 29 juin et les interventions de nos élus.

Blois : les partisans d’Erdogan fêtent bruyamment leur victoire.

IMG_8138Les partisans du président turc Reycip Erdogan ont manifesté bruyamment au centre-ville de Blois hier soir pour fêter la victoire de leur candidat.
Ils ont commencé à se rassembler au pied de l’escalier Denis Papin avant de défiler en voiture dans le center-ville à grand renfort de klaxon, en agitant les drapeaux turcs. A minuit la fête durait encore, au grand dam des riverains.
Ce genre de manifestation démontre une fois de plus un comportement communautaire qui est tout le contraire d’une volonté d’intégration.
Imagineriez-vous des Français célébrer la victoire de leur candidat dans les rue d’Ankara ou d’Istanbul ?
Cela démontre également à quel point le parti  d’Erdogan est présent et organisé en France, contrôlant des associations, des syndicats et des mosquées.
Tout cela est pour le moins inquiétant.
Déjà samedi après-midi c’est un cortège de mariage qui roulait à contre-sens dans une rue centre-ville. La Nouvelle République qui signale l’incident ne précise pas toutefois de qui il s’agit. Peut-être des Suédois ?

5 commentaires

Vos élus Rassemblement national au travail.

DgSzMdJWsAA8-EvVoici les dossiers qui seront examinés mors de la prochaine session plénière à la Région !
La fin du mois de juin est traditionnellement chargée pour les élus locaux : c’est l’heure du vote des comptes administratifs, autrement dit le bilan de l’année écoulée, en plus des délibérations habituelles.

Et cette année pour le collectivités les plus importantes il faudra aussi trancher la question de la contractualisation budgétaire imposée par le gouvernement : la signer ou pas. En Loir et Cher cela concerne le Département et la Ville de Blois.
Et contrairement à ce que tentent de vous faire croire trop souvent les médias nationaux, les élus du Rassemblement national travaillent sérieusement et sont bien présents dans les assemblées.
Ce sera le cas lundi soir à Blois, mardi 26 à Mer, mecredi 27 à Romorantin, jeudi 28 à la Communauté de communes beauce-Val de Loire, etc…
Et le Conseil régional, après la commission permanente du 22 juin se réunit en session plénière sur deux jours, les 28 et 29 juin.
Vos élus travaillent déjà sur les dossiers, reçu parfois tardivement dans certaines communes (le délai réglementaire est de 5 jours francs).
Rappelons que toutes ces réunions sont publiques et que vous pouvez y assister.

Blois : 3 algériens immigrés clandestins interpellés.

CollombContrôle aux frontières : des ratés inquiétants.
Pourquoi se gêner ?

Trois individus se sont introduits dans un appartement rue du Sermon à Blois après avoir brisé une vitre (la Nouvelle République du 21/06/2018).
Procédé habituel pour des squatteurs qui, une fois installé dans les lieux, deviennent rapidement impossible à déloger, si ce n’est au tyerme d’une longue procédure.
C’est ainsi dans notre pays, les squatteurs ont davantage de droits que les propriétaires, qui parfois ne peuvent récupérer leur bien qu’au bout de deux ou trois ans, et complètement détérioré. Et bien sûr les coupables sont insolvables.
Heureusement dans ce cas précis, un voisin a pu alerter la Police qui est intervenue rapidement.
Et il s’avère que les trois individus, dont une mineur, sont des algériens en situation irrégulière, autrement des clandestins.
D’où cette question : ou bien ils avaient déjà été repérés sur le territoire mais laissés libres de circuler à leur guise, ou bien ils étaient passés entre les mailles du filet.
Plutôt inquiétant quand on connaît la présence en Algérie de groupe islamistes radicaux pourchassés par le pouvoir mais toujours actifs dans la clandestinité.
Cela en dit long sur le contrôle aux frontières de l’Union européenne et le fameux dispositif Frontex censé nous protéger.
Les deux adultes ont été transféré vers un centre de rétention administrative en vue de leur expulsion du territoire français… si un pays accepte de les accueillir et a condition que les associations pro-immigration financées avec nos impôts ne déposent pas un recours, ce qui est quasi-automatique.
Quand au « jeune mineur », il ne pourra pas être expulsé, il a fait l’objet d’une rappel à loi et sera pris en charge par les services sociaux du Département.

1 Commentaire

Mise sous tutelle budgétaire : François Bonneau indigné mais résigné.

FBonneauRégion Centre-Val de Loire : le président Bonneau s’apprête à signer… contraint et forcé. Mais que vaut un contrat signé sous la menace ?
Les Régions font partie des collectivités territoriales qui doivent signer avant le 30 juin le pacte financier prévu dans les articles 13 et 29 de la loi n° 2018-32 du 22 janvier 2018 de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, encadrant la progression des dépenses de fonctionnement.

La question ne figurant pas à l’ordre du jour de la prochaine session Michel Chassier, président du groupe Rassemblement National Centre-Val de Loire, s’est adressé au président François Bonneau afin de connaître la position que souhaitait adopter notre Région et demander que les oppositions soient consultées.
En réponse le président Bonneau a fait savoir que les discussions sont toujours en cours entre l’Association Régions de France et le Gouvernement.
Suite à la demande de notre groupe, les présidents de groupe ont été reçus en urgence ce vendredi avant la Commission permanente afin d’être informés de la position qui sera soumise à l’Assemblée régionale jeudi prochain en session plénière.
Tout en critiquant la mesure, le président Bonneau proposera jeudi prochain de signer le pacte financier, craignant qu’un refus expose la Région a un risque qu’il ne souhaite pas prendre.
En lire plus …

1 Commentaire

Plutôt la gauche que le Rassemblement national : Jacqueline Gourault persiste et signe.

Jacqueline Gourault-SénatJacqueline Gourault est toujours obsédée par la même idée : s’opposer au Rassemblement national.
La Nouvelle République consacrait hier deux pages entière à Jacqueline Gourault, pour défendre son action au sein du gouvernement.

Après une série d’articles pour le moins bienveillants publiés le mois dernier à la gloire du parti macroniste en Loir et Cher, voilà une couche supplémentaire, avec un dossier où n’apparaît aucune critique.
Mais nous n’allons pas nous attarder sur le bilan de Mme la ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, ce qu’on appelait auparavant un Secrétaire d’Etat.
Alors qu’elle a été longtemps une élue locale, elle doit aujourd’hui avaler les couleuvres de la recentralisation décidée par le locataire de l’Elysée. Que nous nous n’appellerons « Manu » comme ce jeune collégien, mais nous ne pouvons non plus l’appeler « Monsieur le président », car il n’est en réalité, et parce qu’il le veut bien, que le petit gouverneur d’un province de l’Euroland sous tutelle américaine. 
En fait ce qui est révélateur dans les propos de Jacqueline Gourault c’est sa remarque au sujet des prochaines élections régionales, pour lesquelles elle n’exclu pas de jouer un rôle en cas de menace « de la droite dure et de l’extrême droite« .
Autrement dit elle est prête à rejouer le scénario de 1998, quand sous son impulsion l‘UDF et le RPR ont donné la Région à une gauche minoritaire.
Et quand Guillaume Peltier lui répond le lendemain (la Nouvelle République  du 22/06/2018) c’est finalement pour tenir le même discours : « je serai là pour combattre les extrêmes. »
Dans le langage codé de ces professionnels de la politique cela veut dire : il fait tout faire pour combattre le Rassemblement national, avec que leur vieux monde politique, provisoirement sauvé par Macron, perdure.
L’un comme l’autre avouent en réalité la même trouille : ils craignent que le peuple français se réveille de sa torpeur après la séquence des présidentielles, et ils ont bien compris à quel point la question des migrants pouvait mettre le feu aux poudres.
Si la France a refusé l’Aquarius, c’est parce que nous sommes toujours là, et comme le dit Jacqueline Gourault, l’opinion publique rejette ce déferlement migratoire.
D’où cette apparence fermeté pour mieux rassurer… mais la France va accueillir plus de la moitié des passagers de l’Aquarius, qui dans leur grande majorité ne sont en aucun cas des réfugiés.
Ils essaient tous de vous tromper, il est temps de réagir : rejoignez dès maintenant le Rassemblement national !

2 commentaires

Peltier, Wauquiez, NDA : ils courent après Marine !

peltier-debat

Guillaume Peltier face à Michel Chassier sur France Bleu en 2017 : quand finira-t-il par reconnaître que nous avons raison ?
Suite aux derniers soubressauts du parti moribond de Laurent Wauquiez, Guillaume Peltier s’est répandu dans les médias pour approuver la décision de virer Virginie Calmels, remplacée par un autre juppéiste. ce qui fait dire à Marine Le Pen : « on a remplacé DuponT par DuponD.« 

Mais au passage il en profite pour reprendre le discours social de Marine Le Pen en direction des bas salaires, en proposant une augmentation du SMIC de 10, 15 ou 20 % !
Que n’a-t-il appelé à voter Marine en 201 7 ! Car cette proposition va complètement à l’encontre du programme de Fillon, qu’il a soutenu au 1er tour, comme de Macron, qu’il a soutenu au 2ème tour !
Qui peut croire encore un tel contorsionniste, dont la gauche ne manque pas de se moquer gentiment à la Région.
Récemment il reprenait à son compte des propositions de Marine Le Pen pour la reconduite dans leur port d’embarquement des clandestins arrivés sur les côtes européennes avec la complicité d’ONG subventionnées, y compris sous Sarközy.
Mais les députés LR, à Paris comme à Bruxelles, votent contre les propositions et amendements du rassemblement national qui vont dans ce sens.
En lire plus …

2 commentaires

Notre site toujours en forme !

Visiteurs 2018-06-19Nous sommes en train de mettre en place progressivement vers le nouveau site Rassemblement national 41.
Mais cela n’empêche pas de maintenir ce blog, riche de plus de 6100 publications depuis 9 ans.
Et dont la fréquentation reste soutenue, avec encore près de 2 500 visites dans la journée du 18 juin, après notre fête champêtre.
Aujourd’hui, nous avons pu enregistrer 45 visiteurs simultanés dans le courant de l’après-midi.
C’est bien la preuve que nous sommes toujours bien présents et que les Français comptent sur nous.

12345...232

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...