Archive | Actualité Flux RSS de cette section

Européennes 2019 : Marine LE PEN, Jordan BARDELLA et Nicolas BAY à Mer Samedi 13 Avril.

Jordan Bardella Marine le Pen

Nous avons l’honneur de vous annoncer la venue de

Marine LE PEN, Présidente du Rassemblement National, Jordan BARDELLA, Tête de liste aux élections européennes 2019, Nicolas BAY, Député Français au Parlement Européen et co-président du groupe Europe des Nations et de Libertés,

à l’occasion d’une réunion publique, qui aura lieu en présence de vos élus locaux,

Le Samedi 13 Avril à 15h à la Halle de Mer, Place de la Halle.

Réunion Publique

Entrée Libre à partir de 14h.

Stand adhésions/dons, Boutique sur place. Informations complémentaires à venir prochainement.

Vous souhaitez adhérer au Rassemblement National ou participer à nos actions militantes à cette occasion, contactez-nous : contact@rassemblement-national41.fr

Pour suivre toute l’actualité du RN Loir-et-Cher , rendez-vous sur notre nouveau site internet : https://rassemblement-national41.fr/

0 Commentaires

Européennes 2019 : le temps se gâte pour Macron et ses alliés.

D2IUyAhW0AA_yPcMarine Le Pen imprime sa marque sur la campagne des européennes. Lors de son passage dans l’Emission politique la semaine dernière, elle a réalisé non seulement un sans faute, mais aussi un énorme score d’approbation : elle a convaincu 48% (+7) des téléspectateurs, dont 63% des sympathisants LR. Sur l’immigration, 54% ont été convaincus dont 100% des sympathisants RN et 74% des sympathisants LR.
Hier soir dans le Grand débat sur BFMTV, elle s’est encore imposée par la clarté de ses positions et de ses analyses, obligeant même Mélenchon à l’approuver plusieurs fois.
Semaine après semaine les meetings s’enchaînent, nous sommes d’ailleurs à peu près les seuls à faire campagne de manière aussi intensive, les réunions locales, les actions de terrain : marchés, affichage, diffusion de nos documents. Il est important de mobiliser les Français qui ne perçoivent pas toujours l’importance de cette élection.
Macron qui croyait les avoir endormis avec grand faux débat, tout en jouant sur le pourrissement du mouvement des Gilets jaunes, est à nouveau rattrapé par des évènements qu’il a du mal à contrôler.
Les émeutes de samedi dernier, en plein coeur de Paris, sur « la plus belle avenue du monde », n’ont pas terni autant qu’il pouvait l’espérer l’image des Gilets jaunes, car les Français ont bien vu qui étaient les casseurs, et l’opération se retourne contre le gouvernement.
En lire plus …

1 Commentaire

Européennes 2019 : en Loir et Cher aussi #OnArrive !

54198831_298240174193740_5958691155200704512_nLa campagne pour les européennes se poursuit en Loir et Cher : affichage, distribution de documents dans les boîtes aux lettres, porte  à porte.
Une partie du département est déjà couverte, en attendant prochainement un journal 4 pages qui sera largement diffusé.
Sans compter un évènement d’importance qui se tiendra en avril dans notre département.
Si vous souhaitez participer à la campagne, vous pouvez passer à notre permanence à Blois au 31 rue du Puits Châtel vendredi de 10 h à 18 h.

1 Commentaire

Pourquoi nous ne fêtons pas le 19 mars.

France Soir : cessez-le-feu en AlgerieLe 19 mars 62 l’armée a reçu l’ordre de ne plus défendre les Français… et de laisser faire les assassins sans réagir.
Tous les ans le 19 mars certains associations célèbrent l’anniversaire du cessez-le feu en Algérie.

Nous pouvons comprendre que des anciens combattants commémorent la fin des combats dans lesquels ils ont été engagés
Sauf que le 19 mars n’a pas marqué sur le terrain la fin de la guerre: bien plutôt la fin de l’engagement des autorités françaises dans la défense de leurs ressortissants et le début des terrifiantes violences dont furent victimes les Français d’Algérie et les supplétifs engagés aux côtés de la France.
Au contraire les mois qui ont suivi ont été les plus meurtriers de ce conflit, avec la multiplication des massacres, dès lors que le FLN savait que l’armée française avait reçu la consigne de rester dans ses casernes.
Il s’agit d’une capitulation diplomatique sans conditions et sans raison, puisque le FLN était incapable de remporter une victoire militaire.
Même Mitterrand avait averti : « On peut choisir n’importe quelle date sauf le 19 mars !« 
Mais peu à peu les autorités ont cédé, sous la pression des communistes, jusqu’au vote de la loi du 8 novembre 2013 visant à faire du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, une « journée nationale du souvenir en mémoire des victimes du conflit« .
En Loir et Cher déjà de nombreuses communes avaient baptisé des rues ou des places du 19 mars 62, dont Blois (Pierre Sudreau – Centriste – UDF), la Chaussée Saint Victor (Jacqueline Gourault – UDF), Saint Gervais (Georges Larcade – PC), Saint Sulpice (François Mortelette – PS) etc…
Aujourd’hui encore les associations de « rapatriés » et de harkis ne désarment pas.
Pour notre part et depuis le début, nous refusons de participer à cette commémoration .

4 commentaires

Blois : une fin de mandat difficile pour Marc Gricourt.

Carré Saint Vincent-JMPCarré Saint Vincent : le projet est bien mal engagé.
Une droite locale affaiblie et divisée, LREM qui se cherche une tête de file, Marc Gricourt pourrait voir venir la prochaine échéance municipale avec sérénité.

Mais rien n’est moins certain.
Alors que nous sommes entrés dans la dernière année de mandat, plusieurs dossiers risquent de poser problème.
1) le Carré Saint Vincent. Nous n’avons jamais été vraiment convaincus par le bien fondé de ce projet, décidé lors de la précédente mandature et soutenu à la fois par la majorité et par Jacques Chauvin. Aujourd’hui, faute d’une enseigne qui ferait office de « locomotive », la commercialisation de l’ensemble semble problématique, et tous les coûts ne sont pas maîtrisés.
Et désormais Louis Buteau, ancien adjoint au commerce qui avait soutenu le projet depuis le début se met à son tour à le critiquer.
Nous en reparlerons prochainement, mais une chose est sûre : la Carré Saint Vincent ne sortira pas de terre d’ici la fin de cette mandature.
2) L’Hôtel Dieu. Les services de l’Etat vont quitter le site d’ici fin 2020. Or le foncier appartient à la Ville, qui va se retrouver avec ce bâtiment historique sur les bras, mais pour quelle destination.
Ne voulant pas revivre les péripéties de la caserne Maurice de Saxe, où le projet a mis plusieurs à sortir, la Ville veut aller vite. Un appel à projet a été voté lors du dernier conseil municipal. le seul problème c’est qu’il aurait déjà 6 candidats sur l’affaire. Il faudra s’assurer qu’il y ait bien une égalité de traitement si d’autres candidats se présentent.
Sur le fond du projet, nous jugerons le moment venu, mais il nous semble important de faire revivre les bords de Loire.
3) Des affaires qui pourraient devenir embarrassantes.
Plusieurs affaires dans l’entourage du Maire ou de son équipe risquent aussi de lui porter préjudice.
Récemment c’est un jeune conseiller communiste de sa majorité qui fait l’objet d’une plainte pour viol. Même s’il faut respecter la présomption d’innocence, c’est gênant en terme d’image.
Plusieurs recours ont été introduits contre des projets immobiliers, avec des fortunes diverses, d’autres sont en cours, et certains regrettent aussi un manque de publicité à l’occasion de cessions du patrimoine de la Ville, comme pour l’ancienne école Victor Hugo, tout près du château, vendue sur la base de l’estimation des domaines (*).
Une autre affaire qui commence à agiter les réseaux sociaux pourrait bientôt sortir au grand jour : une plainte déposée contre Denys Robiliard pour prise illégale d’intérêt a été déposée auprès du Procureur de la République.
Et un ancien du maire de Blois, aujourd’hui « en marche », pourrait bien se charger de souffler sur les braises
Pour notre part, nous continuerons à vous informer, et à préparer sereinement les municipales de 2020, dans l’intérêt de Blois et de tous les Blésois.

(*) en définitive, la vente n’a pas abouti, affaire à suivre.

2 commentaires

Blois : la droite et le centre continuent à se déchirer.

D0pieO3X4AAJNl9Réunion de travail à Blois en vue des municipales.
Un scénario pire qu’en 2014 pour la droite et le centre ? Ce n’est pas exclu

Nous en parlions déjà il y a un mois.
Entre temps le candidat investi par LR, Malik Benakcha, se voyait déjà en haut de l’affiche, allant jusqu’à prédire un duel dont il serait l’un des protagonistes. Un rien présomptueux… car il lui faudra déjà sortir d’une triangulaire avec ses concurrents de la droite et du centre, sans parler le LREM.
Tout cela semble ouvrir un boulevard à Marc Gricourt.
La semaine dernière, c’est au tour de Philippe Bahu de claquer la porte de LR pour annoncer son soutien à Franck Prêtre, tout en critiquant pêle-mêle Wauquiez, Peltiet, Benakcha et le fonctionnement qu’il juge « opaque » de LR au niveau local.
Pendant ce temps le Rassemblement national travaille sereinement sur la mise à jour de son projet, en vue de constituer une liste d’ouverture la plus large possible.
Avis aux déçus de cette droite locale incapable de s’entendre.

1 Commentaire

La plaque commémorative à la mémoire de Xavier Jugelé dégradée… par qui ?

D13CdesXQAAX6xACet acte odieux a suscité une vive émotion à Romorantin d’où était originaire le capitaine Xavier Jugelé, lâchement exécuté par un terroriste islamiste à Paris, sur les Champs-Elysées en avril 2017.
Cette même avenue qui a été envahie ce samedi par quelques 1 500 activistes de l’ultra-gauche, profitant de la manifestation des Gilets jaunes.
Dans les colonnes de la Nouvelle République ce matin (18/03) la famille du militaire exprime sa douleur, avec beaucoup de retenue, et des élus de Romorantin font part de leur condamnation.
Mais curieusement sans désigner les coupables.
Or, l’acte est signé. Mais la NR a choisi de montrer la plaque intacte, (NDLR : on trouve une autre photo sur le site en ligne de la NR) avant qu’elle ne soit souillée par le symbole des anarchistes, associé à un autocollant « action antifasciste » représentant un drapeau noir et un drapeau rouge.
Un type d’autocollant que nous avons plusieurs fois retrouvé sur notre permanence à Blois, collé par des individus habitant le quartier et connus de la Police. Mais le Procureur de la République n’a jamais donné suite à nos plaintes.
Cette simple observation permet de mieux expliquer ces violences à répétition et la relative impunité de leurs auteurs, là aussi souvent identifiés.
C’est que ces « black blocs » et autres « anfifa » jouent un rôle utile pour le pouvoir, quel qu’il soit.
En faisant dégénérer des manifestations pacifiques en émeutes urbaines avec incendies spectaculaires, pillages et saccages, cela contribue à retourner l’opinion publique favorable aux revendications des manifestants, mais scandalisée par de telles scènes.
Ces divers groupuscules d’extrême-gauche ultra-violents servent aussi le pouvoir en place en attaquant le Rassemblement national.
Lorsqu’ils créent des désordres en marge d’une manifestation, d’un meeting ou d’un congrès de notre mouvement, cela permet aux médias de nous associer dans l’esprit des gens aux violences commises… par nos adversaires.
Violences, il faut toujours le rappeler, encouragées par Jean-Christophe Cambadélis qui les qualifiait de « harcélement démocratique ».
Dans le cas présent de la crise des « Gilets jaunes », le pouvoir a joué le pourrissement et cherché une fois encore à exploiter les scènes de violences pour déconsidérer le mouvement.
Il faudra tout de même nous expliquer un jour comment on peut arrêter préventivement des centaines de manifestants, parfois pour la simple détention d’une masque respiratoire, sans parvenir à filtrer des centaines de « black blocs » casqués, transportant des projectiles et des produits incendiaires.
Il serait temps de mettre fin à ces méthodes barbouzardes et de mettre hors d’état de nuire ces milices de guerre civile, avant qu’il ne se produise des actes encore plus graves.
Enfin il est certain, mais c’est autre débat, que Macron n’a pas su apprécier la situation, préférant tranquillement aller se « ressourcer » au ski en posant avec Madame pour Gala, Paris Match et autres revues « people ».
Sans oublier toutefois de mobiliser une bonne partie des forces de l’ordre de l’ordre afin de protéger les « lieux de pouvoir », au détriment des autres unités, ce qui a rendu plus difficile le contrôle de la manifestation.  

1 Commentaire

Après les chemises noires et les gardes rouges, voici les chemises vertes.

gardes rougesPour les lycéens et les collégiens, Hulot va-t-il remplacer Mao ?
La « grève pour le climat » sera-t-elle suivie dans les lycées de Loir et Cher ?

Difficile à prévoir. Jusqu’ici, malgré un déluge de propagande relayée par des médias complaisants, et quasi unanimes à s’émerveiller devant la conscience et la « maturité » des jeunes, censés bousculer les adultes, le mouvement reste bien timide en France.
Mais aujourd’hui encore, toute la journée, les médias ont relancé les appels pour redonner souffle à cette contestation soigneusement orchestrée.
En effet, il semble que les jeunes ne soient pas très nombreux à se laisser manipuler, car c’est bien de cela qu’il s’agit.
Les phrases, les slogans qui sortent de la bouche de ces adolescents ne sont en réalité que ceux qui leur ont été rabâchés depuis des années par les adultes, des «punchlines» d’importation, banals copiés-collés d’éléments de langages élaborés bien loin des manifestants par les officines et les lobbies qui jouent sur les peurs pour faire accepter aux peuples, surtout occidentaux, les restrictions et les contraintes.
Cette utilisation de la jeunesse n’est pas sans rappeler l’époque des « chemises noires », ou celle des « gardes rouges » en Chine. Souvenons nous qu’à l’époque les enfants étaient invités à dénoncer leur parents si ces derniers manquaient de zèle révolutionnaire, quitte à les faire condamner à la déportation quand ce n’était pas la peine de de mort.
C’est dans cet esprit qu’il faut comprendre cette manipulation à laquelle nous assistons, qui consiste à faire dénoncer par des adolescents mal informés les comportements des adultes.
Nous appelons les jeunes à ne pas se laisser faire, même si c’est parfois difficile, face à la pression totalitaire de l’idéologie dominante, relayée par les médias et par un grand nombre d’enseignants.

Mise à jour du 15/03 à 13 heures : la Nouvelle République consacre à nouveau un article ce matin pour soutenir le mouvement. Pas vraiment un succès : une seule manifestante ce matin devant la Préfecture de Blois ! Mais toujours une couverture médiatique.

4 commentaires

Conseil régional : les élus du Rassemblement national n’ont pas l’intention de se taire !

CPR 2019-02-08Les élus du groupe RN n’ont pas l’intention de se taire !
Vendredi dernier lors de la Commission permanente du Conseil régional, certains élus de la majorité ont estimé que le Rassemblement national parlait trop !

C’est tout de même la moindre des choses dans une assemblée délibérative, qui vote chaque mois plusieurs dizaines dizaines de millions d’euros de dépenses.
Il est logique que nos élus jour leur rôle de contrôle et de critique, en présentant également des amendements.
Mais cela semble trop pour certains, qui voudraient sans doute nous voir réduits au silence.
Tribune de Michel Chassier, Président du Groupe RN au conseil régional Centre-Val de Loire.
« La Commission permanente du Conseil régional se réunit tous les mois pour délibérer sur les affaires que lui a déléguées le conseil. En pratique elle peut délibérer sur tous les sujets, hormis le vote du budget et compte administratif.
C’est dire son importance, puisqu’elle vote à chaque fois plusieurs dizaines de millions d’euros de dépenses : transport, lycées, aménagement du territoire, développement économique, agriculture, formation professionnelle, subventions diverses…
Mais la Commission permanente se réunit à huis clos, c’est-à-dire que le public comme la presse ne sont pas admis. Notre groupe Rassemblement National y est représenté par 5 élus sur 25. Les seuls qui refusent d’y voir une chambre d’enregistrement. C’est pourquoi ils interviennent régulièrement pour expliquer leur position, surtout lorsqu’ils ne sont pas d’accord ou que leurs avis sont caricaturés. »
Voir le texte complet sur le site du groupe RN Centre-Val de Loire.

3 commentaires

Suicide d’un gendarme en Loir et Cher.

Voiture gendarmerieUn gendarme de 32 ans s’est tué samedi en milieu de journée avec son arme de service dans son bureau de la communauté de brigades de Selles-sur-Cher (compagnie de Romorantin).
Communiqué de l’Essor : « Nous apprenons avec une immense tristesse le décès du Gendarme Romain Rio. Il avait 32 ans.
D’abord réserviste opérationnel en Bretagne, il est admis à suivre la formation à l’école des sous-officiers de gendarmerie de Châteaumin pour enfin rejoindre la compagnie de Romorantin dans le Loir-et-Cher (41) où il est affecté à la COB de Selles sur Cher. Nous adressons à sa famille, ses proches et ses camarades nos sincères condoléances et les assurons de notre soutien.« 
Le RN41 s’associe à ces condoléances.
Sans connaître les raisons de cet acte tragique, nous savons que les forces de l’ordre sont sous tension depuis bien longtemps en France. On leur demande beaucoup alors qu’ils manquent parfois cruellement de moyens et que les heures supplémentaires impayées s’accumulent.
Dans la crise de Gilets jaunes qui dure maintien depuis bientôt 5 mois, le gouvernement  a choisi une stratégie favorisant les débordements et automatiquement le riposte des Forces de l’ordre, désignée à la vindicte de l’opinion.
Dans un article publié en octobre dernier, selon les informations de l’Essor « 29 gendarmes ont mis fin à leurs jours depuis le début de l’année. Un chiffre “inquiétant” selon le directeur général de la Gendarmerie le général d’armée Richard Lizurey. Ce chiffre – pour dix mois et demi – dépasse en effet celui des cinq dernières années : 23 en 2013, 22 en 2014, 25 en 2015, 25 en 2016, 17 en 2017. »
Le Rassemblement national a toujours soutenu la Gendarmerie et l’ensemble des forces de l’ordre. Les seuls à critiquer, les seuls responsables sont Macron et Castaner, c’est eux qui devront rendre des comptes.

2 commentaires

Les costumes de Jack Lang : plus fort que Fillon !

Jack Lang-1On se souvient de l’affaire des 13 000 € de costumes offerts à François Fillon, venue s’ajouter au « Pénélope Gate » et qui avait plombé un peu plus sa campagne présidentielle.
C’est au tour de Jack Lang d’être rattrapé par un scandale similaire, pour la bagatelle de 195 600 € de costumes reçus en cadeau de la maison Smalto.
Le même Jack Lang déjà englué dans un procès avec le traiteur Noura pour 41 000 euros de repas impayés.
Cela commence à faire beaucoup, mais nous ne sommes guère surpris.
A Blois des rumeurs avaient couru sur des comportements similaires, mais aucun restaurateur n’avait porté plainte.
Nous ne sommes pas davantage surpris que Jack Lang apprécie le « style » de Macron et soutienne sa politique.
Entre habitués des « petits cadeaux », cela se comprend.

5 commentaires

Le Rassemblement national défend le droit des femmes à Blois et à la Région.

mathilde-paris-18-12-2015Partout en France le Rassemblement national avait organisé des actions le 8 mars, pour la Journée Internationale des Femmes (officialisée en 1977 par l’ONU).
Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher, conseillère municipale et communautaire de Blois et membre du Bureau national, avait transmis un communiqué à la presse locale… qui n’ a pas été publié, la Nouvelle République préférant relayer les positions de la CGT et des détenus (masculins) de la maison d’arrêt.
Vous en retrouver l’intégralité en téléchargeant le document pdf :  Communiqué Journée des Femmes Mathilde Paris.
L’élue RN y insiste sur le recul du droit des femmes, très net dans certains quartiers, et Blois n’échappe pas à la règle : on se souvient de l’épisode de cette jeune serveuse interpellée par deux hommes square Augustin Thierry, qui lui reprochaient d’être en jupe, un « manque de respect » selon eux. Et cela se passait en centre-ville, intutile que dans d’autres quartiers la pression est encore plus forte.
Le même jour en Commission permanente au Conseil régional, Michel Chassier a d’abord demandé que symboliquement la séance soit présidée par une femme. Marc Gricourt n’a pas pu accéder à cette demande, car il avait lui-même reçu délégation du Président de Région, délégation qu’il ne pouvait pas transmettre.
Ensuite à l’occasion d’une subvention au collectif In Situ, Mathilde Paris est intervenue pour rappeler à nouveau les menaces sur le droit des femmes du fait de l’islamisation, un phénomène que les différents partenaires -subventionnés – de la Journée des Droits de la Femme refusent de souligner, bien-pensance oblige.
Une intervention courageuse, calme et argumenté, qui a laissé sans voix les élus des différents bords.
Y compris Guillaume Peltier, qui n’a pas prononcé un mot tout au long de cette commission.
Qui ne dit mot consent, dit l’adage populaire.

1 Commentaire

Romorantin : le deal Peltier-Lorgeoux.

1er JOB JEANNY LORGEOUXA Romorantin rien ne change.
Le Député de la circonscription, Guillaume Peltier (LR), a décidé de présenter une liste, pour le moment sans tête, contre Louis de Redon.
Motif : l’élu MoDem avait soutenu ouvertement Macron aux présidentielles et aux législatives.
Sauf erreur de notre part, Guillaume Peltier avait bien appelé à voter pour Macron au deuxième tour des présidentielles.
Comme l’a confirmé récemment Bellamy, il préfère Macron à Marine Le Pen et Merkel-Juncker à Salvini-Orban.
Ce reproche n’est donc qu’un simple prétexte.
En réalité Guillaume Peltier poursuit le deal établi par son prédécesseur Patrice Martin-Lalande avec Jeanny Lorgeoux depuis 1993 : je te laisse la ville de Romorantin, tu me laisses la circonscription.
On ne sait pas encore quelle sera la position de LREM, approché à la fois par Lorgeoux et par de Redon, mais on voit bien que l’intérêt de Romorantin compte peu dans cette affaire, ce qui compte avant tout ce sont les calculs politiciens de ces deux jeunes carriéristes, sous l’oeil amusé de seul bénéficiaire de l’opération, l’inamovible maire de Romorantin, prêt à repartir pour un 7ème mandat.
Dans ce contexte le Rassemblement national qui n’a aujourd’hui qu’un représentant au conseil municipal de Romorantin se doit d’être présent dans la bataille, dans une ville où Marine Le Pen est arrivée en tête du 1er tour des présidentielles. 

Conseil régional : toutes les vidéos de nos interventions sont en ligne.

koMf62fySuite à la session plénière du 28 février, toutes les interventions de nos élus sont en ligne sur le site du groupe RN Centre-Val de Loire et sur Youtube.
N’hésitez pas à vous informer sur le travail de nos élus et à rediffuser largement, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube pour être avertis aussitôt qu’une nouvelle vidéo est en ligne.

Conseil municipal de Blois : calendrier chargé pour la dernière année du mandat.

elus-municipaux-blois-rn41Ambiance particulière hier soir au conseil municipal de Blois, où de futurs candidats viennent se montrer dans les rangs du public, et qui a débuté par une déclaration de Marc Gricourt au sujet de l’élu communiste accusé de viols, Alexis Bouchou qui était absent hier soir. Tout en rappelant la présomption d’innocence, le maire va recevoir l’élu cette semaine, mais nous ne connaissons pas ses intentions.
A notre que la presse locale, comme libérée par cette déclaration publique, publie l’information ce matin, deux jours après que notre blog ait relayé l’article de l’Obs. Comme quoi les réseaux sociaux ont leur utilité.
Ensuite il a été procédé à l’installation d’un nouveau conseiller municipal, Louison Delvert (UDI) en remplacement de Catherine Fétilleux, démissionnaire. Désormais, LR n’a plus qu’un seul représentant au conseil municipal, Jacques Chauvin.
41 délibérations figuraient à l’ordre du jour, et les élus du groupe RN-Une autre voie pour Blois sont intervenus sur plusieurs dossiers.
Espaces verts et insertion sociale : le RN avait déjà souligné la médiocre qualité des prestations du titulaire actuel, cette fois c’est la Ville lors du renouvellement qui a jugé l’offre insuffisante. Le marché doit être renégocié, mais nous demandons, comme il est rappelé dans le rapport que l’obligation de résultat soit respectée.
Décision modificative n°1 au budget principal : 2 millions d’euros d’emprunt supplémentaire, même si au final il ne sera pas appelé, pour financer 1 million d’euros d’opérations nouvelles, cela peut sembler étonnant. Intervenant sur le sujet Michel Chassier s’est félicité des travaux sur la voirie, tout en regrettant que cela reste insuffisant en raison du retard qui a été pris.  CM 2019-03-04 – Maison de Bégon.
En lire plus …

1 Commentaire

Non au retour des djihadistes !

D0pnaKhXcAEelWILa campagne contre le retour des djihadistes « français » est lancée en Loir et Cher, plusieurs milliers de tracts sont en cours de diffusion depuis ce week-end.
Certains sont assez naïfs pour croire que M. Macron a renoncé à les rapatrier. 13 d’entre eux ont été livrés à la justice irakienne.
Mais ce recul sous la pression de l’opinion publique, mobilisée par le RN, n’est en réalité que temporaire : Macron ne veut pas de vagues avant les élections européennes.
En réalité, un plan de retour a bien été étudié en liaison avec les américains. Il concerne au moins 150 combattants islamistes et leur famille, au bas mot plus de 500 personnes.
Pire encore, en plus des djihadistes qui avaient un passeport français, il n’est pas impossible que la France récupère des djihadistes d’autres pays européens qui refuseraient de les rapatrier.
La position du RN est claire sur cette question : des gens qui ont combattu la France, organisé et appelé à commettre des attentats sur notre territoire, brûlé leur passeport français, doivent être déchus de leur nationalité et remis aux autorités irakiennes ou syriennes, là où ils ont commis leurs exactions.
Le paradoxe, c’est de voir Marine Le Pen poursuivie pour avoir dénoncé ces crimes odieux.
Voilà pourquoi il faut faire campagne massivement contre le retour programmé des djihadistes en France
N’hésitez pas à nous contacter pour diffuser ce document.
Merci de relayez également notre pétition  en ligne.

4 commentaires

Logement insalubre à Blois : que fait la Ville ?

50844699_1532652773533304_6249466668842483712_nLogement insalubre à Blois dans les degrés Saint Nicolas.
La catastrophe de la rue d’Aubagne à Marseille a rappelé à tous la question des logements insalubres, voire potentiellement dangereux, mais qui sont toujours offerts à la location.

De tels exemples ont été signalés à Blois, sans que l’on connaisse vraiment l’étendue du problème.
Les élus du Rassemblement national ont depuis longtemps critiqué une politique de l’urbanisme et du logement qui a conduit a démolir des centaines de logements souvent de bonne qualité architecturale et qu’il suffisait d’entretenir et de rénover, pendant que l’on voyait des immeubles se dégrader dans le bâti ancien, sans parler des immeubles HLM construits dans certains quartiers bien avant ceux de la ZUP, mais qui n’étaient pas éligibles au Plan de Rénovation Urbaine, car hors du périmètre.
Implicitement, un candidat putatif à la mairie de Blois voudrait que « tous les quartiers bénéficient du même traitement« . Fort bien, c’est ce que nous demandons depuis longtemps, mais il ne faut pas oublier que la funeste « politique de la Ville » a toujours été soutenue, à Blois et ailleurs, par ses amis politiques.

10 commentaires

Blois : un conseiller municipal communiste accusé de viols.

MeeTooL’information est parue le 24 février dans l’Obs : le mouvement des jeunes communistes est rattrapé par la vague #Me Too.
Bien sûr à ce stade, si des plaintes ont été déposées, la présomption d’innocence prévaut, c’est pourquoi l’Obs a changé le prénom.
Mais sur les réseaux sociaux les jeunes communistes se déchaînent, accusant la direction d’avoir étouffé ces affaires.
L’affaire a éclaté le 27 janvier, au siège du Parti communiste,  alors que quelques 300 délégués du Mouvement jeunes communistes de France (MJCF) se sont réunis pour voter de nouveaux statuts, et élire leur conseil national et leur direction.
« Soudain une jeune femme monte à la tribune et saisit le micro :  »L’immense majorité du mouvement se prononce radicalement contre les violences sexistes et sexuelles. Il est plus que temps de le mettre en pratique, et c’est pourquoi, aujourd’hui, nous refusons de nous taire », lance la jeune femme. Elle accuse ensuite nommément deux coordinateurs nationaux de « protéger des agresseurs depuis plusieurs années en mettant systématiquement le blâme sur les victimes pour qu’elles quittent l’orga [l'organisation, NDLR]« . Au moment où elle lâche son nom, l’un des deux mis en cause décrète l’évacuation de la salle. Des insultes fusent. Des camarades se bousculent. Un délégué hurle : « La diffamation, c’est puni par la loi. » D’autres se mettent à chanter pour couvrir sa voix :  »On a purgé des camarades pour moins que ça, tu devrais fermer ta gueule. »
« Tout le monde criait, c’était hyper-violent », décrit une militante montée à la tribune. »
Depuis sur les réseaux sociaux les langues se délient, et nous apprenons que l’un des agresseurs, accusé de viol par deux jeunes femmes est un conseiller municipal de Blois.
Alerté, le maire de Blois a publié une réaction sur Twitter : « Bonjour, nous découvrons cette affaire par ces tweets. Soucieux du respect de la présomption d’innocence mais aussi devant la gravité des faits évoqués, le maire va rapidement rencontrer M. Bouchou pour l’entendre. Il exprime son soutien aux victimes présumées. »
Nous verrons si l’affaire sera évoquée au conseil municipal lundi prochain.
Ce qui est ennuyeux pour Marc Gricourt c’est qu’en cas de démission de l’intéressé, le suivant de liste appelé à siéger est un certain Sidi Boussetta qui a lui aussi défrayé la chronique locale pour d’autres affaires.
Voilà qui va compliquer une fin de mandat déjà marquée par le départ de Louis Buteau.

Mise à jour du 6/03/2019 : Alexis Bouchou fait savoir par son avocate qu’il conteste la version de la plaignante (la Nouvelle République du 6/03/2019). Nous ne ferons bien sûr aucun commentaire sur cette affaire, c’est désormais à la justice de faire son travail. 

 

 

6 commentaires

Blois 2020 : les prétendants se bousculent, les fake news arrivent !

D0pieO3X4AAJNl9Loin des invectives et de l’agitation de nos adversaires, nouvelle réunion de travail ce matin à Blois pour préparer les municipales.
Nous évoquions récemment le grand désordre dans les rangs de la droite et du centre à Blois.

L’un de ces prétendants a eu droit une page complète dans la Nouvelle République cette semaine (01/03/2019).
L’occasion pour ce candidat de dégainer contre le Rassemblement national la première des fake-news de la campagne, prétendant que le RN ne reconnaîtrait pas comme blésois les enfants d’immigrés !
Propos mensongers, immédiatement démentis par un communiqué de Michel Chassier, publié dans la Nouvelle République du 2 mars.
En voici le contenu intégral.
« Dans un entretien à la NR du 1er mars, un des prétendants de la droite et du centre à la mairie de Blois déclare que le Rassemblement national « ne reconnaît pas comme blésois les enfants d’immigrés ». C’est la 1ère fake-new de cette campagne !
Si nous avons à juste titre porté à la connaissance des Blésois les chiffres de l’INSEE sur la population immigrées, qui constituent des données publiques et accessibles à tous, nous n’avons jamais tenus de tels propos, cette accusation est donc à la fois mensongère et diffamatoire.
Nous demandons à l’intéressé de le reconnaître et de faire amende honorable. Nous n’excluons pas des poursuites judiciaires s’il maintenait son accusation.
Nous sommes d’autant plus étonnés de ce comportement que ce même candidat potentiel nous avait approché en espérant rallier certains de nos élus à sa liste. »
Cette dernière remarque n’a pas été appréciée par le candidat, qui répond sur Facebook, « J’ai croisé, en prenant le train à la gare de Blois à cette periode, un jeune depuis devenu conseiller municipal, qui m’a fait part de ses distances alors avec les valeurs de ce mouvement. »
Or, aucun « jeune devenu conseiller municipal » n’a quitté notre mouvement à Blois, tous nos conseillers siègent toujours au sein de notre groupe « Rassemblement national – une autre voie pour Blois », ce qui n’est pas le cas des élus de la liste de Jacques Chauvin, dont le groupe a complètement explosé !
Deux mensonges en deux jours, la campagne est mal partie pour ce carriériste qui a déjà changé deux fois de casaque.
Manque de chance pour lui, les Blésois nous connaissent bien, et savent parfaitement que nous ne ressemblons en rien à ces accusations mensongères et stupides.
Nous espérons qu’il sera présent lundi au conseil municipal pour venir dialoguer sereinement avec nous et reconnaître ses erreurs.

 

Conseil régional : le Rassemblement national vous défend.

Image de prévisualisation YouTube

Deux grands sujets lors de la dernière session du Conseil Régional Centre-Val de Loire : la mobilité et la transition énergétique.
Sur le premier dossier, le projet d’une baisse du tarif des abonnements TER a été approuvé à l’unanimité, les élus RN qui sont intervenus ont insisté sur les retards trop fréquents, sur la sécurité dans les transports en commun, sur la fraude, sur les transports scolaires en proposant des améliorations, sur l’offre de transport à destination des touristes etc…
Sue la transition énergétique, le RN a été le seul a émettre des critiques et à porter un regard plus général. Le groupe UDC s’est engouffré dans le discours conventionnel sur un sujet que beaucoup d’élus ne semblent pas vraiment maîtriser.
Devant les nombreuses insuffisances dans l’analyse et en désaccord avec plusieurs des orientations choisies par la Région, le groupe RN a été le seul à ne pas votre le rapport.
Vous pouvez retrouver le texte et les vidéos de toutes nos interventions sur le site du groupe Rassemblement national CVL.
En fin de session, Michel Chassier a défendu un voeu demandant au gouvernement l’abandon définitif des hausses de la taxe carbone prévues entre 2019 et 2022. La gauche a voté contre, le groupe de Guillaume Peltier s’est abstenu…

Nouveaux incidents techniques

Nous sommes désolés, de nouveau incidents techniques chez notre fournisseur d’accès ont rendu le blog inaccessible une grande partie de la journée hier et en début de matinée.
Nous espérons que la situation va se stabiliser dans les jours à venir.

Conseil régional : vos élus en session le 28 février.

Groupe FN RCVLVos élus régionaux siègent le 28 février à Orléans pour une session qui débute à 9 heures et se tiendra sur une journée.
A l’ordre du jour un rapport sur la transition énergétique, un rapport sur les mobilités et une communication sur la formation.
Vos interviendront comme d’habitude sur tous les sujets, Michel Chassier sur la transition énergétique et Mathilde Paris sur les mobilités.
Nous vous rappelons que les sessions sont publiques (il suffit de présenter une pièce d’identité), elles sont aussi retransmises en direct sur le site de la Région, vous pouvez aussi nous suivre sur le site du groupe RN centre-Val de Loire, mais également sur Twitter.
Vous pouvez aussi revoir les vidéos de nos élus sur Youtube.

Jacqueline Gourault veut plus d’impôt, le gouvernement embarrassé.

Jacqueline Gourault-SénatAlors que la crise des Gilets jaunes n’en finit pas, faute de recevoir une véritable réponse, Jacqueline Gourault vient de faire un de ces « couacs » dont les ministres sont coutumiers.
Elle n’a rien trouvé de mieux que de proposer une généralisation de l’impôt sur le revenu, qui n’est payé aujourd’hui que par 43% des Français. En ajoutant si besoin une tranche supplémentaire pour faire passer la mesure.
Faut-il rappeler à Mme Gourault que tous les Français paient déjà la CSG, qu’ils soient salariés et retraités et même une partie des chômeurs ?
Il s’agit bien d’un impôt direct, qui ressemble fort à une « flat tax » par ailleurs si décriée. Et l’augmentation du taux de la CSG pour les retraités, combiné à la hausse des carburants, a été l’un des déclencheurs de la crise actuelle.
Aussitôt Edouard Philippe a démenti, mais en réalité on voit bien que le gouvernement ne sait pas comment faire pour financer les quelques concessions accordées et compenser la suppression de la taxe d’habitation.
Sans doute n’y aura-t-il pas d’annonce avant les élections européennes, mais il semble probable que la hausse de la taxe carbone, différée au 1er janvier, revienne en force.
Attention à ce ce que le catastrophisme climatique revienne en force dans les médias, quitte à utiliser lycéens et collégiens, que le pouvoir aimerait transformer de nouveaux « gardes rouges » de la « révolution verte ».
Nous sommes prêts à en prendre la pari.

7 commentaires

Notre blog a 10 ans !

10 de coeur25 février 2009 – 25 février 2016 : cela fait aujourd’hui 10 ans que le blog du FN41, devenu RN41 suit l’actualité locale, vous informe sur la vie de la Fédération, nos manifestations, l’action de nos élus, relaie l’actualité nationale de notre mouvement.
En 10 ans nous sommes devenu un véritable média local, suivi par nos amis mais également par nos adversaires.
Nous nous sommes toujours efforcés de relayer l’information locale, y compris ce qui ne ressort pas dans les médias, de publier nos analyses et nos commentaires, en vérifiant toujours nos sources.
En 10 ans, nous avons publié 6265 articles, lus par plus de 2 874 000 visiteurs.
Une fréquentation sans équivalent dans la catégorie des sites politiques en Loir et Cher et même au-delà.
Aujourd’hui le relais est pris en partie par le nouveau site  RN41, mais nous avons décidé de maintenir le blog en raison de la richesse documentaire qu’il représente.
Progressivement les articles du blog y seront relayés, mais nous ne pouvons faire le basculement définitif alors que nous sommes ne pleine période électorale.
En attendant nous vous remercions encore pour votre fidélité, et nous vous invitons à continuer de relayer nos informations sur les réseaux sociaux.

Problèmes techniques.

Top blogs 2019-02-24Notre blog a été inaccessible presque toute la journée du dimanche 24 février.
Il ne s’agit pas d’un acte de malveillance, mais seulement d’un problème technique ayant affecté la plateforme qui nous héberge.
Nous présentons toutes nos excuses à nos fidèles lecteurs.
Mais cela n’empêche notre site d’être toujours au top !

12345...238

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...