Archive | Agglopolys Flux RSS de cette section

Blois : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Jeu de Paume 10-2017C’est la question qu’on peut se poser si l’on considère l’évolution de la Ville et de l’Agglo depuis une trentaine d’années.
Certes le développement des zones périphériques, industrielles et commerciales, est un phénomène qui se retrouve dans toutes les villes.
Mais l’aménagement de la ville centre reste un domaine dans lequel il est est possible d’agir et les choix qui sont faits en la matière peuvent s’avérer déterminants.
Or les différentes opérations menées depuis le début des année 90 n’ont pas été menées avec une grande cohérence sur le plan de l’urbanisme.
Prenez le cas de la Halle aux Grains. C’était incontestablement un élément du patrimoine blésois à divers titres, et il aurait été regrettable de la raser.
Pour autant l’ensemble Halle-au Grains – bibliothèque de l’Abbé Grégoire présente des défauts majeurs de conception.
D’abord l’hémicycle ajouté à la halle qui est de capacité insuffisante : environ 800 places au départ, jauge qu’il a fallu réduire à 610 places tellement la première configuration était inconfortable pour les spectateurs. De plus les contraintes du bâtiments font que la partie technique et les coulisses sont également jugées insuffisantes par les professionnels.
Certes on répondra que l’enveloppe budgétaire ne permettait d’aller au-delà. Mais en même temps des sommes importantes ont été englouties en pure perte dans des projets comme le Capitainerie.
En lire plus …

0 Commentaires

Plan logement : les zones rurales pénalisées.

zonage Pinel-PTZLe zonage PTZ et Pinel en France : seules quelques communes d’Agglopolys sont classées en B2.
Le plan logement annoncé par le gouvernement risque bien de freiner la construction, surtout en zone rurale.

Au niveau des mesures générales on retiendra surtout la baisse globale des aides au logement, notamment aux organismes HLM alors que l’on exige qu’ils rénovent leur parc immobilier pour respecter les objectifs en matière d’économie d’énergie…
Plutôt contradictoire.
Pour le prêt à taux zéro (PTZ), s’il est maintenu, il sera recentré essentiellement sur les métropoles, puisque le dispositif prévoit qu’il sera reconduit dans les zones A, Abis et B1 (où il existe un fort déséquilibre entre l’offre et la demande de logements) pour quatre ans, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2021, et pour 1 an dans la zone B2, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2018. Dans l’ancien, l’aide est maintenue jusqu’au 31 décembre 2021 mais dans les zones B2 et C uniquement.
En Loir et Cher, seule une partie de l’agglomération blésoise se trouve en zone B2, aucune ville en zones A, Abis et B1.
Cela veut dire plus de PTZ pour le neuf après 2018 en Loir et Cher.
Même chose ou presque pour le dispositif d’incitation fiscale à l’investissement locatif Pinel qui se voit prolongé de quatre ans, soit, là encore, jusqu’au 31 décembre 2021, mais dans les zones A, Abis et B1 uniquement, donc pas en Loir et Cher.
On le voit, dans ce domaine aussi M. Macron applique scrupuleusement les ordres de ses commanditaires.
Au fait, qu’en pensent les candidats aux sénatoriales grand défenseurs de la ruralité ?
Nos élus ne manquerons de soulever la question à la Région lors de la préparation du SRADDET.

1 Commentaire

Conseil municipal de Blois : les élus FN posent les bonnes questions… même si elles déplaisent.

CM Blois 19-09-2016Michel Chassier et Miguel de Peyrecave : côte à côte au conseil municipal depuis 1995 ! ((sauf durant la mandature 2008-2014)
Un conseil municipal plutôt copieux, qui était aussi le dernier pour Miguel de Peyrecave qui a quitté notre département. Nous y reviendrons.

Dans l’examen des décisions du Maire, Michel Chassier s’étonne du choix de l’entreprise retenue pour l’installation et la maintenance de la patinoire, société dont le siège est au Luxembourg et qui ne compte que 2 employés y compris le gérant.
Difficile dans ces conditions d’installer une patinoire, à moins d’avoir recours à la sous-traitance et peut-être à des travailleurs détachés ?
Sur le budget supplémentaire Michel Chassier est également intervenu pour souligner les menaces qui pèsent sur les finances de la ville du fait de la baisse des dotations. On note déjà en 2017 que les dépenses d’équipement diminuent par rapport à 2016 :  CM 2016-09-19 – BS 2017
Dans sa réponse Marc Gricourt n’a pu que confirmer ces craintes.
En lire plus …

1 Commentaire

Europe, syndicats, transports : les élus FN toujours vigilants.

CPR 2017-07-07Ce matin, alors que les rangs de la gauche étaient clairsemés, les 5 élus du groupe FN à la Commission permanente étaient présents.
Plusieurs rapports ont retenu leur attention.
Ils ont voté contre une série de subventions pour des actions en faveur de la « citoyenneté européenne » et la promotion de l’Europe fédérale.
Alors que nos élus approuvent les séjours en Europe pour les lycéens, les étudiants et les apprentis, ils ont toujours refusé les actions qui relèvent de la propagande européiste, c’est un peu comme si la Région subventionnait un parti politique, ce qui est strictement interdit.
Guillaume Peltier s’est empressé de prendre la parole, la première fois depuis 3 mois, pour défendre le point de vue du président Bonneau et la majorité. Dire que des électeurs ont été assez naïfs au point de voter pour lui au deuxième tour des législatives !
Michel Chassier est intervenu à nouveau pour justifier le refus de notre groupe de voter des subventions de fonctionnement aux syndicats. Il ne s’agit pas de remettre en cause les organisations syndicales, dont l’élu FN souligne au contraire que leur faible représentativité en France les empêche de jouer un rôle pourtant capital dans le domaine social.
Mais d’une part elles sont déjà représentées au CESER, d’autre part leurs représentants sont défrayés lorsqu’ils sont amenés à participer à des instances régionales.  Le groupe UDC a exprimé le même refus, mais nous avons tout de même fait remarquer au passage que les subventions des collectivités locales aux syndicats ont été autorisées en 2010 par un certain… Nicolas Sarközy !
Autre dossier à l’ordre du jour : les transports scolaires.
Il apparaît au BP 2017 une enveloppe globale d’un peu plus de 149 millions d’euros (c’est l’équivalent de la convention TER), légèrement révisée lors de la DM1, mais le FN s’est étonné par un avenant passé en commission d’appel d’offres pour le département d’Indre et Loire avec Transdev-Réseau fil vert, qui présente une augmentation de 9,7 millions d’euros HT.
Alors que de nombreux marchés vont devoir être renouvelés, les élus FN ont exprimé leurs interrogations sur l’évolution de l’enveloppe budgétaire. Pourra-t-elle être contrôlée ?
Nous serons également attentifs à la reprise des marchés par la Région, afin d’éviter le risque de regroupement de l’offre au profit de Vinci et autres Kéolys et au détriment de transporteurs locaux.
Le vice-président Philippe Fournié a tenu à être rassurant, mais il faudra rester attentif.
De surcroît cette nouvelle compétence va profondément changer la structure des dépenses de la Région, renforcer encore un peu plus la part des dépenses de gestion et accroître la rigidité structurelle des dépenses.
Le tout sans davantage d’autonomie fiscale.
Affaire à suivre…

Vos élus au travail.

DEEAlM7XoAAd4DF.jpgRéunion de travail des élus FN à Orléans le 6 juin.
Ce n’est pas encore l’heure des vacances pour nos élus.

Vendredi ils étaient présents lors des conseils municipaux pour élire les représentants de leur commune aux sénatoriales le 24 septembre.
Samedi et dimanche nos 2 élus régionaux étaient en formation à Orly sur l’agriculture dans les politiques régionales.
Olivier Besnard était ce matin au château de Talcy pour la signature de la Convention Cadre entre la Communauté de Communes Beauce Val de Loire et l’Office de Tourisme Intercommunautaire Blois-Chambord Val de Loire. la Région y était représentée par Martine Raimbault, conseillère régionale FN du Cher.
Ce soir Michel Chassier présidait la réunion du groupe FN à Orléans avant la Commission permanente de vendredi.
Mathilde Paris et jean Louis Berger siégeaient quant à eux au conseil communautaire d’Agglopolys à Villebarou.
Nous vous rendrons compte prochainement de ces différentes réunions.

Conseil communautaire d’Aggloplys : finances et avenir du camping.

ID Mathilde 41-FN-1-Michel CHASSIER

Matilde Paris et Michel Chassier, élus communautaires (*).
Le Conseil communautaire se réunissait hier à Cour- Cheverny avec un ordre du jour moins chargé que d’habitude (la Nouvelle République du 10/02/2017).

Après les délibération techniques rendues nécessaires par la création de communes nouvelles au 1er janvier 2017, le principal rapport portait sur les orientations budgétaires.
Bien que la situation financière demeure sous contrôle, bien que légèrement dégradée en fin de mandat, Michel Chassier (FN) a souligné que nous entrions dans une période d’incertitude dans le domaine des finances publiques. Certains candidats proposent en effet de nouvelles coupes budgétaires qui pourraient avoir pour conséquence de nouvelles baisses de dotation… et la hausse de la fiscalité locale.
L’élu FN a fait part également de l’inquiétude face aux deux projets de métropoles d’Orléans et Tours, qui risquent de relancer une concurrence entre les territoires, au détriment des villes moyennes comme Blois. Il s’est adressé en même temps au 1er vice-président du Conseil régional, Marc Gricourt afin que la Région soit attentive à cette évolution ( Agglo OB 2017).
En réponse le Président Christophe Degruelle s’est voulu rassurant, mais force est de constater que l’agglomération blésoise manque singulièrement de dynamisme et de projets par rapport à ses deux voisines.
Autre sujet qui a retenu l’attention, la rupture du contrat avec le gestionnaire du camping du Val de Loire. Mathilde Paris (FN), qui était déjà intervenue sur le sujet, a exprimé notre soutien à cette décision, regrettant qu’on ait peut-être trop tardé (la Nouvelle République du 10/02/2017).
Elle a insisté sur la nécessité de développer cet équipement, indispensable dans le périmètre Blois-Chambord.
A noter le virage écolo-hamoniste de Marc Gricourt qui, après une intervention de Chantal Rebout, s’est abstenu sur une délibération visant à interdire les panneaux photo-voltaïques à Ménars dans le périmètre du château. Peut-être souhaiterait-il installer des éoliennes sur les cheminées de Chambord ?

(*) notre 3ème élu communuataire, Jean-Louis Berger, était absent hier pour raison de santé. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

1 Commentaire

Agglopolys : une réponse tardive et incomplète.

Christophe DegruelleLa réponse de Christophe Degruelle se veut cinglante. Elle est seulement méprisante. Comme d’habitude.
On se souvient que le président de Blois-Foot 41, François Jacob, s’était plaint d’un manque d’équité et de transparence dans l’attribution des subventions et du statut « privilégié » de l’ADA Blois basket (voir les articles précédents sur notre blog).

C’était le 26 décembre dernier.
Il aura fallu presque un mois au président de l’Agglo, Christophe Degruelle, pour apporter publiquement une réponse qui se résume plutôt à une série de démentis, comme s’il devait se justifier. (la Nouvelle République du 25/01/2017)
On peut se demander pourquoi un tel délai de réflexion ?
On se doute que ces éléments de réponses n’ont pas satisfait le président de Blois-Foot 41, qui réitère sa demande de transparence et d’équité, avec des critères clairement établis. Il  dénonce le « fait du prince » et les « petits arrangements netre amis » (la Nouvelle République du 25/01/2017).
Au passage, il épingle le fonctionnement du conseil et du bureau communautaire, au sein duquel les maires sont « tous alignés derrière le général ».
Un mode de fonctionnement que les élus FN dénoncent régulièrement.
Il est vrai que Christophe Degruelle, qui vient du Cabinet de Jack Lang, n’a jamais vraiment été un élu de terrain, il suffit de voir à quel point il semble s’ennuyer au conseil municipal de Blois (notre photo).

1 Commentaire

Fumées sur la Boire.

fumee Blois VienneUne nouvelle fois cet après-midi, un épais panache de fumée noire s’élevait au-dessus de la Boire.
La Police est-elle intervenue ? Il faut pour cela, l’autorisation du Préfet, dans le cadre de la consigne « pas de deuxième Saint Aignan.« 
Même chose pour les sapeurs-pompiers.
S’agissait-il de l’incendie d’une carcasse de voiture, de câbles électriques, de pneus ?
Toujours est-il qu’il y a peu de chances pour que ces pollueurs soient punis.
Encore une fois, existerait-il des zones de non-droit ?

3 commentaires

Agglopolys : le fait du Prince ?

BF41On se souvient lors d’un récent conseil d’Agglopolys que le Président Christophe Degruelle avait répondu à Michel Chassier, élu communautaire blésois, au sujet d’une subvention au Défi Inter-entreprise : « il n’y a pas de vote de subvention car l’organisation du Défi interentreprises est une décision du président. Tant que je serai président cette manifestation aura lieu.« 
Le président de Blois-Football 41 s’est vu opposer le même type de réponse à une demande de subvention ou de partenariat, au prétexte que « le sport n’est pas une compétence d’Agglopolys« .
Sauf que l’Agglo gère les équipements sportifs « dépassant par leur taille ou leur fréquentation le cadre communal« , c’est le cas des piscines, mais elle soutient également l’ADA Blois Basket et la réalisation de la salle du Jeu de Paume, investissement majeur de la mandature, est justifiée en partie par la montée de l’ADA en pro B.
Etant donné le rayonnement et les résultats de Blois-Football 41, la question mérite donc d’être posée et devrait faire au minimum l’objet d’un examen collectif des élus au sein du bureau communautaire.
En attendant le président de Blois-Football 41 vient d’adresser un courrier à tous les maires de l’Agglo, dans lequel il pose aussi une question plus grave : y aurait-il des pressions exercées sur les entreprises dans le cadre des marchés de l’Agglo ?

Commerce blésois : Louis Buteau donne raison au Front National !

Les passerelles 00Les déclarations se multiplient au sujet du commerce blésois.
Après Jacques Chauvin il y a deux jours, c’est Louis Buteau, adjoint en charge du commerce, qui lance aujourd’hui un pavé dans la mare, en avouant la situation préoccupante du commerce en centre-ville (la Nouvelle République du 18/11/2016).
Certes, le phénomène est général et touche les villes moyennes, mais à Blois, « Nous sommes au-dessus du seuil d’alerte »
La question qui se pose est pourquoi tirer le signal d’alarme seulement maintenant ?
Il y a des années que les élus du Front National tirent en vain le signal d’alarme. Dans notre programme municipal de 2008, nous avions été les seuls à souligner le déclin démographique de la Ville de Blois, la paupérisation de la population, le déclin du commerce et le risque de décrochage par rapport à Orléans et Tours.
L’équipe de Marc Gricourt n’a pas tenu compte de nos avertissements en 2014 et n’a pas su apporter une réponse à la hauteur des enjeux.
Louis Buteau admet aujourd’hui que la taxe sur les locaux vacants est une hérésie. Nous l’avons dit dès le début, et nous avons toujours voté contre.
Par contre nous considérons que les problèmes de circulation et de stationnement jouent un rôle dans la désaffection du centre-ville. Ce n’est pas pour rien que la municipalité a fini par adopter la première heure gratuite dans les parcs souterrains que nous réclamions depuis des années.
Aujourd’hui la situation risque de s’aggraver car la ville de Blois a pris beaucoup de retard sur Tours et Orléans, et les conséquences de la loi NOTRe avec les projets de métropoles risquent de nous pénaliser davantage encore.
D’autant plus que la baisse des dotations oblige la Ville à diminuer sa contribution au projet d’aménagement Saint Vincent-Gare-Médicis.
Autre question soulevée par Michel Chassier lors du dernier conseil municipal : le commerce est rattaché au développement économique, désormais compétence exclusive de l’Agglo.
Or, chacun sait qu’au sein d’Agglopolys, toutes les communes n’ont pas le même intérêt : celles de la périphérie cherchent à développer toujours davantage leurs zones commerciales, dont Blois cherche au contraire à ralentir l’extension.
Nous aurons l’occasion de revenir sur tous ces sujets lors du débat d’orientations budgétaires lundi prochain, mais force est de reconnaître que le Front National avait vu juste depuis longtemps, sur cette question comme sur bien d’autres.

1 Commentaire

Azalys : encore un bus en panne.

Maintenance bus AZALYSPhoto d’illustration : maintenance d’un bus chez Azalys.
Annonce laconique transmise par l’exploitant du réseau Azalys par SMS : « Lundi 3 octobre, ligne A, le départ de Renaissance à 13 h13 n’est pas assuré (bus en panne à Renaissance). Nos excuses pour la gêne occasionnée.« 

N’en déplaise à Christophe Degruelle, la série des pannes continue. Les problèmes de maintenance sont-ils résolus ?
Dommage pour les personnes qui se rendaient à la Polyclinique et ne pourront pas être à leur rendez-vous.
Nous continuerons à tenir les habitants de l’Agglo informés, et nous lancerons prochainement notre propre enquête auprès des usagers.

Azalys : le dossier qui fâche le Président de l’Agglo.

busLe rapport annuel du délégataire est une obligation légale, quel que soit le service : eau, assainissement, transports etc…
C’est l’occasion d’avoir des données précises et de se rendre compte si le délégataire a bien respecté les termes du contrat.
Malheureusement, on a l’impression que c’est un peu comme les rapports de la cour des comptes : ils sont fort instructifs, mais rarement suivis d’effet.
Ainsi le rapport transmis par Kéolis, l’exploitant du réseau Azalys pointe un certain nombre de problèmes, sans véritablement proposer de solutions, et sans que le débat soit permis publiquement au conseil communautaire.
Pour l’information des habitants de l’Agglo, nous allons donc y revenir plus en détail, sachant que le rapport complet est consultable : Keolis_Blois_Rapport_du_Délégataire_2015.
Pannes bloquantes : +28%.
Le taux de panne augmente globalement de 14%, mais les pannes « rouges », autrement dit celles qui entraînent une immobilisation et pénalisent l’usager, augmentent de 28%. On nous explique que cela est dû à la vétusté du parc : plus de 12,5 ans de moyenne d’âge pour les bus en début d’année, alors que la moyenne nationale sur les réseaux de bus urbains est 7,9 années. Le renouvellement de 6 bus en 2015 devrait améliorer la situation, mais les alertes reçues au mois de septembre 2016 montrent que les pannes sont encore nombreuses. Le délégataire confirme l’information que nous avions également de source syndicale : l’absence du chef d’équipe de maintenance sur la fin d’année a entraîné également une dégradation.
En lire plus …

7 commentaires

Agglopolys : Christophe Degruelle, moi président !

Christophe DegruelleAgglopolys : est-il interdit de poser des questions ?
Le conseil communautaire d’Agglopolys a été vite expédié ce soir à Chailles. 46 délibérations en 1 h 30, soit moins de 2 minutes en moyenne, alors qu’il y avait à l’ordre du jour les rapports annuels sur les transports urbains, le centre aquatique, l’assainissement, la camping du Val de Loire etc…

D’emblée Michel Chassier (FN-Blois) a posé deux questions sur les décisions du Président.
La première  sur le Défi Inter-entreprises. Christophe Degruelle avait en effet affirmé dans la Nouvelle République (16/09/2016) : « il n’y a pas de vote de subvention car l’organisation du Défi interentreprises est une décision du président. Tant que je serai président cette manifestation aura lieu. » Alors que l’élu FN s’étonnait de cette méthode cavalière et du fait que cette « subvention » soit présentée comme une prestation, le président de l’Agglo a maintenu que ce n’était pas une subvention, et qu’il en avait été décidé ainsi sous la précédente mandature. Circulez, y’a rien à voir.
En lire plus …

2 commentaires

Le bâtiment de l’ASC des Portugais de Blois détruit par un incendie.

Blois ASC PortugaisLe Club house après l’incendie.
Les habitants ne Vienne ne seront pas surpris. Après le Club house de l’AAJB levée des Pingres, les abris de jardin, c’est le Club house de l’Association sportive et culturelle des Portugais de Blois qui a été détruit par un incendie dans la nuit de lundi à mardi (site internet de la Nouvelle République).

Selon la formule consacrée, »une enquête est en cours pour déterminer l’origine du sinistre. » Mais dans un bâtiment inoccupé à 1 h 50 du matin, tout le monde se pose les mêmes questions.
L’Association avait dû quitter les locaux depuis les inondations de juin dernier.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

3 commentaires

Azalys : pannes à répétition pour les bus de l’Agglo.

Screenshot_20160926-1730203 pannes en 5 jours : manque de moyens pour la maintenance ou vétusté du matériel ?
Depuis quelques temps les usagers des transports urbains de l’Agglo se plaignent de retards fréquents.

Bien sûr il peut y avoir des impondérables liés à le circulation, à des manifestations sur la voie publique, aux travaux, mais ce qui interroge c’est le nombre de retards ou d’annulation causés par des pannes : au moins 5 entre le 8 et 26 septembre.
On peut se demander si l’exploitant a fait les investissements nécessaires sur les dernières années.
Malgré la hausse du versement transport payé par les entreprises, l’équilibre du budget reste précaire.
C’est une des conséquences de l’élargissement de l’Agglo à des zones éloignées qu’il faut désormais desservir.
Mais les usagers voudraient bien pouvoir compter sur un service régulier.

Conseil municipal de Blois : suite de nos interventions.

Gare de BloisL’aménagement du quartier gare : un dossier qui a pris trop de retard.
A l’ordre du jour du conseil de lundi soir, un sujet déjà abordé en juillet au Conseil d’Agglopolys : les transferts de compétences liés à la loi NOTRe.

Michel Chassier a rappelé la position invariable du Front National sur ce point : privilégier la démocratie de proximité en défendant l’échelon communal. L’intercommunalité ne se justifie que comme une communauté de projet, afin de mener au niveau de l’Agglomération des opérations d’aménagement d’intérêt communautaire ou de gérer les services publics débordant le cadre communal.
Ni le Maire, ni le Président de l’Agglo, ni le député présent n’ont souhaité s’engager dans ce débat alors que, d’ores et déjà, tout le monde à compris que la loi NOTRe n’avait rien réglé.
Voir l’intervention complète de Michel Chassier :   CM 2016-09-19 – Modification statuts Agglopolys.
A l’occasion du rapport annuel sur l’eau, l’élu FN a réitéré ses remarques sur l’entretien du réseau, soulignant un taux de renouvellement nettement insuffisant. Avec le risque pour les usagers de voir leur facture augmenter si dans un avenir proche la ville est obligée de lancer de nouveaux travaux de rénovation du réseau.
Autre sujet important, la ZAC Saint Vincent-Gare-Médicis, dont le rapport annuel d’activité laisse quelque peu dubitatif.
Michel Chassier a fait un rappel historique pour déplorer que les ambitions aient été revues à la baisse et pour s’étonner que, selon le rapport « la définition d’un projet d’envergure sur le quartier gare est aujourd’hui en cours  », alors que la décision de créer cette zone d’aménagement date de… 1992 !
Entre temps beaucoup de retard a été pris, et aujourd’hui de nouvelles inquiétudes apparaissent avec la volonté affichée par la SNCF de transférer les Intercités Paris-Orléans-Tours à la Région, qui n’aura pas les moyens de les financer.
Là encore peu de réponses, aucune sur le volet SNCF.
Voir l’intervention complète de Michel Chassier :   CM 2016-09-19 – ZAC Saint Vincent Gare Médicis.
Une fois encore, les Blésois venus assister à cette séance du conseil municipal, et que nous ne pouvons que féliciter pour leur assiduité, ont pu constater que la plupart des questions des propositions émanaient du groupe Front National.
Quelques-uns sont venus nous en féliciter après le conseil.

Le radar de La Chaussée Saint Victor à l’effigie de François Hollande !

Radar LCSTVIl y a quelques jours le presse locale nous apprenait que le radar de la Chaussée Saint Victor fonctionnait dorénavant à double sens.
Il semble que ce ne soit pas du goût de tous les automobilistes, quelque peu excédés par la multiplication des ces appareils dont l’efficacité en matière de sécurité routière reste à démontrer.
En l’occurrence, le radar de La Chaussée Saint Victor a été repeint non sans humour à l’effigie de François Hollande en clown triste.
Avec de surcroît une belle décoration Bleu-Blanc-Rouge, ces automobilistes mécontents sont sans doute aussi des patriotes !

7 commentaires

On construit illégalement à Blois dans le quartier de Bas-rivière

DSCI0588

Mois d’Août, c’est les vacances, mais pas pour tout le monde ! Sur Blois, dans le quartier de Bas rivière, les gens du voyage travaillent d’arrache-pied à construire des locaux, à poser des fosses septiques sur des terrains agricoles en zone inondables et cela sans autorisation, sans permis de construire.

Les faits ont déjà été signalé aux service municipaux par des habitants mais sans résultats, peut être que la Mairie n’ayant pas anticipé le déménagement de la Boire ne veut pas intervenir ?

En tout cas, ceux qui font ce type travaux illégalement savent bien qu’il y a moins de monde dans les services municipaux pendant les vacances. Résultat: tout sera terminé au moins de Septembre et aucune démolition ne sera prononcé (au mieux ils paieront une amende minime et le tour sera joué).

Tentez de construire, ne serait-ce qu’un simple abris de jardin sans autorisation … pas sur que cela se passe sans problème !

Pourtant la loi est la même pour tout le monde … ou devrait l’être!

4 commentaires

Une voiture brûlée à La Chaussée Saint Victor.

Levée de la LoireDans la nuit de vendredi à jeudi vers 3 h 30, les pompiers ont été appelés pour un feu de voiture sur la levée de la Loire, près du Parc des Mées et l’Observatoire.
Ce lieu désert la nuit a été choisi par les malfaiteurs pour commettre leur forfait. L’enquête nous dira s’il s’agit d’une voiture volée comme cela arrive régulièrement.

Aggloploys : les dérives de la loi NOTRe et le gouffre financier du village d’entreprises Bégon-Lapérouse..

Bégon-LapérouseDernier conseil communautaire avant les vacances hier soir à Villebarou.
56 délibérations étaient à l’ordre du jour, dont plusieurs avaient trait aux conséquences de la loi NOTRe.
Ainsi la  Société d’Economie Mixte Territoires Développement propose d’étendre son périmètre d’intervention… à la Région Centre !
Alors que la Région s’apprête à créer sa propre SEM, bien que la compétence en matière de foncier d’entreprise ait été donnée aux intercommunalités.
Michel Chassier est aussi intervenu au sujet de la suppression de la notion d’intérêt communautaire, qui au départ constituait la raison d’être de l’intercommunalité.
Mathilde Paris a interrogé le Président de l’Agglo au sujet du nouveau Pôle départemental du Tourisme, dans lequel curieusement Agglopolys et le Pays de Chambord ne sont pas parties prenantes. Christophe Degruelle a été contraint de reconnaître le flou plus ou moins artistique qui demeure dans ce domaine, où la loi NOTRe n’a pas tranché.
Sur le budget supplémentaire, les élus FN se sont abstenus, en raison d’une nouvelle dépense (957 000 € venant s’ajouter aux 300 000 € déjà votés en 2016) pour le village d’entreprises Bégon-Lapérouse.
L’échec du projet initial qui remonte à 2004 n’est probablement pas dû au concept lui-même, qui avait bien fonctionné sur le site de l’Arrou, mais à la situation géographique dans un quartier où la PRU n’a pas résolu les problèmes récurrents d’insécurité. Rappelons que lors des émeutes de novembre 2014 plusieurs véhicules d’entreprises ont été incendiés sur le site.
Agglopolys a pris le relais de la Ville de Blois pour combler le déficit de ce village d’entreprises et financer de nouveaux aménagements dont nous avons confirmation qu’ils ne seraient jamais rentabilisés.
Comme d’habitude, les élus FN ont été les seuls à faire des remarques, les représentants des autres communes n’osant pas intervenir sur certains sujets délicats.

 

 

Blois : rixe entre dealers Place Louis XII.

Place Louis XII

Selon un information transmise par un témoin direct de la scène, la place LouisXII a été le théâtre d’une violente bagarre entre revendeurs de drogue la semaine dernière.
Un des protagoniste – russe ou ressortissant des pays de  l’Est –  a été frappé violemment. Il est revenu quelques instants après avec un sabre et un couteau. Heureusement une patrouille de la BAC est intervenue et a dispersé tout le monde en faisant usage de gaz lacrimogène. Les protagonistes se sont alors enfuis vers l’esplanade du parking Vaslin. Nous ignorons s’il y a eu des interpellations. La presse locale n’a pas évoqué l’affaire.
Mais suite à la succession de incidents, bagarres, menaces et agressions, une pétition a été lancée par un commerçant de la Place Louis XII, elle sera remise prochainement au maire de Blois.

2 commentaires

Quelques remarques d’importance sur la vie politique d’Agglopolys

AgglopolysL’UMPS ou LRPS n’est pas un mythe. C’est une pratique politique confirmée par Christophe Degruelle, le président d’Agglopolys : «  Avec Maurice Leroy nous avons des différences mais nous avons une analyse convergente et…une fois les élections passées notre intérêt est de nous retrouver main dans la main. » (Nouvelle République 17/5/2016) Nous le savions déjà mais cela va mieux en le disant !

Fusion entre Agglopolys et Grand Chambord.

Christophe Degruelle est favorable à cette fusion et il pense que ceux qui n’en veulent pas le font dans un souci de « confort et de tranquillité ». Comme s’il était dépositaire de l’audace et de l’inconfort, lui qui, venant de l’école normale d’instituteurs des Hauts de Seine, a été nommé par Jack Lang Inspecteur d’Académie de Paris sans le moindre concours, par simple affinité personnelle. A noter qu’il n’a jamais été élu en dehors d’un scrutin de liste, à la différence de Gilles Clément, le Président du Grand Chambord.

Avec sa vision parisienne du monde, il ne voit pas que la course systématique à la croissance des Agglos ou des Intercommunalités sans que le terrain s’y prête  naturellement est une faute stratégique. Il ignore la notion de subsidiarité, base de la démocratie effective.

Ceux qui, comme Gilles Clément, s’opposent à cette fusion font preuve, à notre avis, d’un bon sens enraciné dans une pratique du terrain qui n’oscille pas entre Blois et Paris. Pourvu que le maire de Mont Près Chambord tienne bon! Le Front National le soutiendra dans  cette démarche.

Surtout ne pas choisir mais être choisi !

Fidèle à sa carrière de courtisan, Christophe Degruelle, courageusement, ne choisit pas entre les « Frondeurs » et le Gouvernement socialiste de Manuel Valls. Il ne sait pas encore qui va gagner. Alors, pour lui, il est urgent d’attendre et de ne pas se prononcer! En outre, dire que la candidature, presqu’obligatoire, de François Hollande est la conséquence des institutions dont nous serions les prisonniers relève de la galéjade. Ou d’un parisianisme achevé. Un président à 12% d’opinions favorables ne peut pas être un candidat crédible. Sauf, vu de Paris !

Un pôle métropolitain Tours-Blois-Orléans ? Le FN d’accord avec Degruelle!

Lors de la dernière campagne des élections municipales, le Front National avait rappelé l’exigence de renforcer l’assise de l’agglomération de Blois, prise en étau entre Tours et Orléans. Le Front National soutiendra Christophe Degruelle dans son souhait de défendre Agglopolys face au projet de métropole de Tours ! Comme quoi, le FN est pragmatique et très peu dogmatique.

 

Agglopolys. Le FN, seule force d’opposition/proposition

AgglopolysA l’occasion de la conférence de presse qu’a tenue Christophe Degruelle dans les locaux de la Nouvelle République, le président d’Agglopolys fait remarquer que les débats dans cette assemblée sont sereins et « concrets », et que même le FN ne s’essaie quasiment pas à prendre des postures. (Nouvelle République 17/5/2016).
Faut-il rappeler que les élus FN ne prennent jamais de « postures » mais que les critiques-ou les approbations- qu’ils formulent s’appuient TOUJOURS sur des chiffres précis, des faits concrets et , surtout des PROPOSITIONS, elle- mêmes chiffrées. C’est sans doute pour cette raison que le président d’Agglopolys ne répond jamais aux interventions des élus du Front national. Ce qui est étonnant pour un démocrate professionnel mais pas surprenant pour un disciple appointé et promu par Jack Lang.
S’il est vrai que les interventions des élus du FN sont souvent uniques et isolées, les remarques que leur font en privé les élus de l’Agglo les conduisent à penser que le couvercle posé par Christophe Degruelle sur le chaudron de l’Agglo ne restera pas indéfiniment en place. Et cela Christophe Degruelle le sait.
Il n’en reste pas moins que le FN est la seule force d’opposition/proposition si l’on rappelle que les amis de Jacques Chauvin ont voté le budget de Christophe Degruelle sans la moindre hésitation. Ce qui n’est pas le cas du Front National.

Nous y reviendrons.

 

 

 

 

1 Commentaire

Mauvais état de la voirie blésoise. Il fallait y penser plus tôt !

Photo d'illustrationLe mauvais état de la chaussée blésoise est un sujet que les élus du Front National ont souvent souligné en Conseil municipal (*) d’autant que c’est une compétence prioritaire. Les habitants ont eu  l’occasion de le rappeler pour la première réunion de quartier de la partie Nord de Blois qui vient de se tenir.
A cette occasion, le maire a annoncé qu’il allait faire appel à un cabinet extérieur pour faire le point sur l’état général de la voirie (la Nouvelle République du 13/5/2016).
Trois questions :
- Ne pouvait-on pas faire ce diagnostic avec les services de la Ville ? Nous aurions pu faire des économies. Cela devient une habitude coûteuse de faire appel à des cabinets dotés d’une vision souvent hors sol de la gestion municipale.
- Dès lors que la voirie est prioritaire dans les missions de la ville pourquoi avoir donné la priorité à la passerelle de la gare dont le coût (10 millions d’euros) aurait permis l’entretien ou la réfection de la voirie d’une façon progressive?
-  Pourquoi ne pas proposer aux Blésois, sur le site de la ville ou celui de la NR, une carte interactive dans laquelle ils signaleraient, avec photo à l’appui, le mauvais état de la chaussée. Ce serait rapide, efficace et citoyen ! Nous en reparlerons.

(*) Parmi les rues citées : la rue des Cornillettes, dont la rénovation est évoquée depuis plus de 10 ans, la rue de la Mare, pointée du doigt en 2004 par Michel Chassier dans un tract relayant la colère des habitants : « rue de la Mare, il y en à marre !« . A l’époque la municipalité de Nicolas Perruchot avait préféré faire le parking de la mosquée plutôt que le chaussée. Nous pourrions également citer la route de Cabochon, dont les 2 premières tranches ont été réalisées, mais la suite attendra, ou encore la rue d’Auvergne, mais nous pourrions en citer des dizaines.
Dans les années 2000, le directeur des services techniques confiait en commission que ce phénomène avait tendance à se généraliser : les maires préfèrent bâtir qu’entretenir, afin pensent-ils de marquer leur mandat. Conséquence : les voiries et les réseaux (eau, assainissement) en souffrent, les villes se paupérisent.

Quel avenir pour Blois et Agglopolys ?

sraddtferroviaire.jpgSur cette carte du SRADDT, la bi-polarisation Tours-Orléans est évidente. Au détriment des villes moyennes et de la ruralité.
Difficile de s’y retrouver dans les plans, les schémas et les projets élaborés à tous les niveaux.

On nous disait que la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) devait simplifier et clarifier les compétences de chacun.
Nous pouvons constater chaque jour qu’il n’en est rien.
Ainsi la Région élabore des dizaines de schémas, dont le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires), Agglopolys gère le PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal), tandis que le SIAB (Syndicat Intercommunal de l’agglomération Blésoise) qui regroupe Agglopolys et la communauté de communes du Grand Chambord gère le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale).
En lire plus …

123

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...