Archive | Blois Flux RSS de cette section

Loir et Cher : plus de décès que de naissances.

10-11-12-millions3711 décès contre 3200 naissances : telles sont les données de l’état civil en Loir et Cher pour l’année 2017. (la Nouvelle République du 15/01/2017).
Des chiffres inquiétants qui confirment la tendance nationale d’une baisse de la natalité et d’une diminution régulière de l’accroissement naturel de la population (naissances – décès).
Le phénomène se trouve amplifié dans les départements à dominante rurale où la population est en moyenne plus âgées, du fait que les jeunes sont souvent obligés de partir pour trouver du travail.
On assiste actuellement à une accélération de la « métropolisation », y compris dans notre Région, au détriment de départements comme le Loir et Cher, promis à la stagnation d’ici 2050, tandis que l’Indre continuerait à perdre des habitants.
C’est pourquoi les élus du Front National seront particulièrement attentifs au futur Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), dont on voit mal comment il pourrait inverser la tendance.
Mais ce terrible constat d’un excédent de décès par rapport aux naissances renvoie également à la politique familiale au niveau de l’Etat depuis plus de 40 ans et à la politique migratoire.
Rien n’a été fait, au contraire, pour encourager la natalité. Or il faut bien comprendre que tous les discours qui peuvent être faits, toutes les mesures qui nous sont proposées afin de sauvegarder le régime des retraites se heurteront à cet écueil démographique.
Et ceux qui aujourd’hui ne souhaitent plus ne souhaitent plus avoir d’enfants pour des considérations de carrière professionnelle ou simplement de confort de vie risquent de le regretter amèrement quand viendra l’heure de la retraite et de la vieillesse.
Déjà on voir s’inverser la solidarité entre générations, puisque ce sont les retraités qui sont appelés à faire un effort au profit des jeunes, preuve s’il en était besoin d’une dégradation du niveau de vie.
Et puis il ne faut pas se voiler la face. Si au niveau national il y a encore un solde légèrement positif, on le doit en grande partie au taux de natalité de populations fraîchement immigrées en provenance de pays dont la culture et la religion encouragent au contraire à faire davantage d’enfants, surtout lorsque les prestations généreusement offertes par la France y ajoutent un intérêt matériel évident.
Il paraît qu’il ne fait pas parler de « grand remplacement », que cela relèverait de la théorie du complot ou des « fake news ».
Nous invitions tous ceux qui en douteraient encore à faire le tour des écoles à la ZUP de Blois (mais pas seulement), à la CPAM rue Louis Armand ou aux urgences à l’Hôpital pour faire eux-même le constat.
Jusqu’où ira l’aveuglement face à ce suicide français ?  

0 Commentaires

Blois : feu de voiture à la ZUP, feux de poubelles en Vienne

Incendie jardins 14-12-1Image d’archives : cabanons de jardin incendiés en Vienne.
Encore une voiture incendiée rue Charcot, à la ZUP de Bois, dans la nuit de dimanche à lundi vers 1  h 30.

La quartier de Blois Vienne n’est pas en reste, avec de nouveaux feux de poubelles dans la nuit de lundi à mardi, quai Villebois-Mareuil et rue du Puits Neuf, tandis qu’un cabanon de jardin avait brûlé près du boulevard Marc et Robert Augé ce week-end. Et là encore, difficile d’accuser la sécheresse.
(source : la Nouvelle République).

0 Commentaires

Blois : encore deux voitures brûlées.

Dumont D urvillePhoto d’illustration : incendie de voiture rue Dumont d’Urville il y a un an…
Les feux de voitures continuent en ce début d’année 2018 en Loir et Cher.

Plusieurs incendies « suspects » ont été signalés dans le département, mais dans le doute nous n’en faisons pas état au titre des incendies volontaires. 
Par contre il n’y a aucun doute pour les deux dernières voitures brûlées à Blois : une dont l’épave a été retrouvée dimanche matin en forêt de Blois, allée de Bury. On apprend (la Nouvelle République du 8/01) qu’elle avait été volée précédemment.
Le second incendie s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche rue Dumont d’Urville, secteur « chaud » s’il en est pour les feux de voitures, en marge d’une des plaques tournantes du trafic de stupéfiants sur l’Agglomération.

2 commentaires

Premières adhésions de la nouvelle année au FN41.

FRONTiconeadhesionFranceCampagnePour notre première permanence de l’année 2018, nous avons reçu beaucoup de visites aujourd’hui à Blois.
La permanence est l’occasion d’échanges et de discussions entre adhérents et sympathisants. Certains repartent avec quelques documents à diffuser.
Ce vendredi nous avons eu le plaisir de faire 4 adhésions nouvelles (et d’autres vont suivre) et 2 renouvellements.
En même temps 11 inscriptions pour notre Galette des Rois du 14 janvier.
Un début d’année prometteur !

1 Commentaire

Blois : une voiture incendiée la nuit dernière rue Jean de la Bruyère.

Rue Jean de la Bruyère voiture brûléeCe n’est pas un « fake » n’en déplaise au petit Macron.
Un voiture a été incendiée la nuit dernière à la Quinière, rue jean de la Bruyère.
Ce n’est pas la première fois que le quartier est touché, malheureusement 2018 ressemble à 2017…
La photo nous a été transmise par un témoin de la scène.
Merci pour cette contribution, nous invitons tous nos amis à nous faire des infos fiables sur leur quartier et à envoyer des photos.

2 commentaires

Décorations de Noël : c’est déjà fini à Blois.

Noêl 2017 BloisDécorations « de Noël » à Blois.

Mise à jour du 5/01 : suite peut-être à notre réaction il semble que la dépose des décorations ait été suspendue. Ou bien est-ce du fait des fortes rafales de vent ?

La Nouvelle République annonce ce matin que les employés municipaux ont commencé à démonter les « décorations de Noël » à Blois dès mercredi.
La tradition aurait voulu qu’on attende au moins l’épiphanie… mais au fait, peut-on encore parler de « décoration de Noël » ?
A Blois comme ailleurs toute inscription « joyeux Noël » a disparu au profit de « joyeuses Fêtes » et aucun symbole ne rappelle de près ou de loin la Nativité. Même l’étoile qui évoque le récit biblique a disparu de nos rues, remplacée par des cercles sans signification.
A Saint Georges sur Cher c’est encore plus simple : il n’y a pas eu la moindre décoration. Mesure d’économie ? Il aurait au moins fallu le dire.
Mais puisque Noël est progressivement exclu de l’espace public, pourquoi lancer l’idée en 2018 de décorations et de crèches privées dans les jardins de nos villes et de nos villages ?
Nous en reparlerons le moment venu.

4 commentaires

Délit de fuite aggravé : un « jeune » anonyme en prison.

TribunalPourquoi certains condamnés restent-ils anonymes ?
Pas de changement en 2018 pour le chronique judiciaire. Nous sommes toujours bien dans « l’ancien monde ».

La Nouvelle République rend compte ce matin du procès d’un « bon samaritain » devant le tribunal correctionnel de Blois. 
Ce « jeune homme, âgé de 25 ans » s’était proposé pour aider deux jeunes femmes à garer leur voiture place de la République.
Manque de chance l’individu, qui n’était manifestement pas inconnu de la Police, est repéré par une patrouille.
Il faut dire qu’il a déjà été condamné deux fois pour conduite sans permis et une fois pour refus d’obtempérer. Un « bon client » en quelque sorte.
Le « jeune homme », avec les deux passagères à son bord, prend alors la fuite dans les rues de Blois, sans prendre garde aux piétons ni aux autres usagers.
Finalement arrêté il tentera de nier l’évidence…
Le tribunal le condamne à 7 mois de prison ferme et, miracle, on lui trouve une place à la maison d’arrêt de Blois !
Pour la petite histoire, le « jeune » en question déclare suivre une formation d’éducateur. Nous serions curieux de savoir pour quel organisme.
Mais une fois de plus nous ne saurons pas le nom de cet individu, qui peut-être défraiera à nouveau le chronique judiciaire dans quelques mois.
Et pendant ce temps on se demande comment faire baisser le nombre de victimes sur les routes…

0 Commentaires

Blois perd encore 641 habitants mais gagne des « migrants ».

Vue aèrienne BloisLe sujet fait polémique au conseil municipal de Blois. Marc Gricourt et sa majorité refusent d’admettre les chiffres de l’INSEE, qui enregistrent année après année une baisse de la population.
Les résultats du recensement 2015 publiés cette semaine par l’INSEE confirment pourtant cette tendance.
Avec 45 710 habitants, Blois en perd encore 641 par rapport au recensement 2014 (la Nouvelle République du 28/12/2017).
Même si la méthode est parfois contestée, puisqu’il ne s’agit plus d’un recensement exhaustif mais d’une enquête annuelle auprès d’un échantillon de 8 % de la population, dispersé sur l’ensemble du territoire concerné, le résultat au fil du temps n’est pas considéré comme moins précis qu’auparavant.
Il y a donc un réel problème de dépopulation à Blois. Le Front National avait déjà alerté lors de la campagne municipale de 2008, où tous les candidats promettaient monts et merveilles, alors que nous disions alors « Blois est une ville qui se dépeuple et se paupérise« .
Diagnostic largement vérifié depuis. Comme d’habitude nous avions raison avant tout le monde.
Pourtant depuis 2008 plus de 243 millions d’euros ont été injectés dans le Plan de Rénovation Urbaine, initié sous Nicolas Perruchot et poursuivi par Marc Gricourt.
Alors comment expliquer cette évolution qui semble inexorable ?
La vérité c’est que nous assistons à un phénomène qui s’observe un peu partout en France : les populations des classes moyennes quittent les villes pour s’établir en périphérie.
Il y a plusieurs explications à cela : le souhait de devenir propriétaire, ce qui est plus difficile dans les villes en raison du prix du foncier, le niveau d’imposition, parfois le manque de terrains à construire, mais aussi le choix de la tranquillité.
On le voit bien malgré les millions d’euros dépensés, la « mixité », autrement la cohabitation avec des populations extra-européennes devenues souvent inassimilables ne serait-ce que par leur nombre, ne fonctionne pas.
Et les Français « autochtones » fuient les quartiers où ils ne sentent plus chez eux, tout simplement.
Nous le disons depuis des années, c’est une réalité incontestable, mais nos adversaires aveuglés par l’idéologie refusent de l’admettre.
Le problème c’est qu’ils sont remplacés par de nouveaux venus, car le flux de l’immigration n’a jamais cessé, il est au contraire encouragé par nos gouvernements, sans distinction d’étiquette politique.
On le voit bien à Blois, car en même temps que la ville se dépeuple il y a davantage d’enfants dans les écoles, au moins dans certaines, puisqu’il va falloir construire une nouvelle école plus vaste à la Croix-Chevalier dans la ZUP de Blois.
Mais investir toujours davantage pour accueillir l’immigration alors qu’il y a de moins en moins de contribuables va rapidement poser un problème, que la réforme de la taxe d’habitation va encore aggraver.
Les propriétaires ont de quoi se faire du souci au niveau de la taxe foncière…

1 Commentaire

La vérité sur les migrants : il faut appeler un chat un chat.

migrantsLes appels de Mme Merkel et l’Union européenne sont entendus : les clandestins sont toujours plus nombreux.
Hier soir devant la préfecture de Blois, le gratin des associations d’aide aux « migrants » étaient réunis pour exprimer leur inquiétude face aux annonces du gouvernement et demander « une autre politique migratoire ».

Nous serions curieux de savoir, parmi ces manifestants, combien il y avait de permanents salariés desdites associations, pour la plupart généreusement financées par le contribuable.
Auraient-ils peur qu’on leur enlève leur gagne-pain ?
Sur le fond de l’affaire, disons d’abord que ces associations ont bien tort de s’inquiéter. Les annonces de M. Collomb ressemble à celles de ses prédécesseurs, elles sont destinées à rassurer les Français tout en asséchant un peu plus marigot du parti de M. Wauquiez.
Rien d’autre que les petites manoeuvres politiciennes de l’ancien monde, dont M. Macron est l’ultime représentant.
Dans les faits, et tous les observateurs le savent, pratiquement rien ne changera et le taux de retour au pays ne progressera pas, sauf à jouer sur la variable Roms que l’on renvoie avec une prime et qui reviennent aussitôt en raison de la libre circulation au sein de l’UE.
D’autres gouvernements l’avaient déjà fait. Toujours l’ancien monde.
Mais ce qu’il faut bien expliquer aux Français, c’est que ces « migrants » sont tout simplement des immigrés clandestins, qui ont forcé une, deux ou trois frontière en toute illégalité pour arriver dans ce qui leur est présenté comme un Eldorado.
Et les premiers responsables des noyades en Méditerranée, régulièrement médiatisées pour nous culpabiliser, ce sont les dirigeants politiques comme Mme Merkel qui les incitent à se lancer dans l’aventure en offrant de les accueillir par millions.
Cette « autre politique migratoire » que réclame les manifestants ne ferait qu’amplifier le phénomène et multiplier les drames.
Sans compter la charge que cela représente pour notre pays qui n’en peut plus : plus d’un milliard d’euros pour l’AME (aide médicale d’urgence pour les étrangers qui n’ont jamais cotisé), à quoi il faut ajouter le coût de l’accueil et de l’hébergement soigneusement masqué.
Pendant ce temps on demande aux Français les plus modestes de faire des efforts, de se serrer la ceinture, de cotiser plus et d’être remboursés de moins ne moins etc…
Alors oui, nous voulons une autre politique migratoire : celle réclamée depuis longtemps par le Front National et Marine Le Pen, la seule politique de bon sens pour mettre fin à ce phénomène que nos gouvernants font semblant de combattre… tout en l’encourageant discrètement.

3 commentaires

Conseil municipal de Blois : beaucoup d’interrogations, peu de réponses.

rue-du-commerceBlois : le carré Saint Vincent est-il toujours la priorité, où bien faut-il se pencher sur la redynamisation du commerce en coeur de ville ?
Si l’examen du  budget 2018 constituait le plat de résistance du conseil municipal du 18 décembre, beaucoup d’autres sujets étaient à l’ordre du jour, d’autant plus que le vote du budget permet de faire le point sur tous les projets en cours.

La question du Carré Saint Vincent est revenue dans les débats. Michel Chassier estime qu’il serait nécessaire de repenser cette opération, sur laquelle nous avions déjà émis des doutes, tant sur la pertinence que sur la faisabilité du projet.
Intervenant à la suite Jacques Chauvin, qui a toujours défendu cette opération aux côtés du maire de Blois, se deamnde à son tour s’il ne faudrait pas envisager un « plan B ».
En effet, le début des travaux est reporté à 2019, sous réserve d’obtenir le permis d’aménager et en fonction de la durée des fouilles archéologiques. On se souvient du précédent de l’ancien hôpital psychiatrique en Vienne.
Mais Marc Gricourt ne veut pas en démordre, il maintien qu’il n’y a que le plan « A ». Tout en concédant qu’on ne peut pas présumer des enseignes qui viendront s’installer.
Autre question relative au commerce : le magasin Biocoop de la rue de Flandres va déménager pour s’agrandir avenue de Chateaudun, près du Jeu de Paume. Le problème c’est d’une part qu’il remplissait aussi le rôle de commerce de proximité dans la quartier des Provinces, d’autre part qu’il y a un projet d’implantation de l’enseigne au carré Saint Vincent. Selon le maire il ne serait pas remis en cause, mais on est en droit de se poser la question.
En marge du budget, la question de l’attractivité de Blois soulevée par Michel Chassier a permis d’ouvrir le débat sur le commerce, le logement, le problème du stationnement. Mais là encore s’il y a un certain consensus au niveau du constat, le maire n’a pas pu apporter de véritables réponses.
De même l’élu FN a évoqué le Plan d’action du gouvernement en faveur des villes moyennes, tout en soulignant que pour le moment il n’y a rien de validé en matière de financement. On risque malheureusement de voir une fois plus un simple fléchage de budgets repris sur d’autres dotations. Le maire de Blois fait preuve à ce sujet de la même prudence.
Dans un tout autre domaine la délégation de service public pour les musiques « actuelles ou amplifiées« a été renouvelée.
Le problème c’est qu’une seule candidature a été reçue, celle du délégataire actuel, l’association MARS.
On pouvait s’y attendre vu le contexte.
c’est donc reparti pour 5 ans avec la garantie d’une compensation financière de la ville de 300 000 euros pas an, moyennant la promesse de l’association d’améliorer la gestion et son offre de spectacle. Attendons le prochain compte de résultat pour en juger.

0 Commentaires

Blois : le groupe Front National n’approuve pas le budget 2018.

MC SP(photo d’archives)
Le Conseil municipal était appelé ce soir à voter le budget de la ville de Blois pour 2018.

Nous en connaissions les grandes lignes depuis le débat d’orientation. Peu de nouveautés par conséquent, si ce n’est le volume des dépenses d’équipement qui augmente en raison de recettes supplémentaires.
Cela dit, en dépit des efforts consentis, les dépenses de gestion repartent à la hausse, les dépenses de personnel progressent toujours (62,1% des dépenses de fonctionnement contre 52,9% en moyenne pour les villes d’importance équivalente). Nous payons toujours les années Lang.
Mais la conséquence c’est la capacité de financement qui demeure insuffisante.
Michel Chassier est intervenu pour mettre en garde contre un risque de décrochage de la ville de Blois par rapport aux deux métropoles qui nous entourent et qui vont bénéficier de moyens accrus (télécharger le texte de l’intervention : CM 18-12-2017 – BP 2018)
Dans sa réponse Marc Gricourt a confirmé qu’il faudrait 20 millions d’euros par an pour assurer les dépenses strictement nécessaires sur le patrimoine (voirie, bâtiments publics, écoles, équipements sportifs etc…). Il en manque plus de 5 millions.
Faute de pouvoir présenter des amendements en raison des conditions de préparation du budget, les élus FN ont voté contre.

1 Commentaire

Conseil départemental : le budget adopté à l’unanimité.

Visite NéolinkPhoto d’archives Agglopolys : visite des locaux de Néolink, attributaire du marché du Conseil départemental pour la plateforme Job 41. Simple coïncidence.
Tout le monde s’y attendait : le budget 2018 du Conseil départemental de Loir et Cher a été adopté à l’unanimité (la Nouvelle République du 14/12/2017).

Il a suffit pour cela que Nicolas Perruchot accepte de faire une petit geste à la demande du MoDem et de la gauche en faveur le la Scène Nationale (+ 20 000 euros) et l’association « Quartiers Proximité » (+ 10 000 euros).
Pour le reste, circulez il n’y a rien à voir.
Certes le département est en train de perdre ses compétences, mais tout de même il y avait des questions à se poser sur l’emploi des deniers publics (voir notre article du 12/12).
Autre sujet soulevé par un de nos correspondants : la plateforme Jobs 41 dont la rapport coût/efficacité mériterait d’être comparé à d’autres dispositifs, car le nombre de retours à l’emploi (temporaire ou pas ?) reste bine modeste en regard des moyens déployés.
Il y a peu lors d’une réunion des « Coordées du territoire » un chef d’entreprise déclarait que les annonces qu’il avait déposées sur cette plateforme ne lui avait jamais apporté un seul CV.
Qui plus est la Région, désormais compétentes en matière de développement économique, a développé ses propres outils…
Il faudra bien un jour évaluer ce dispositif et se poser la question de la passation du marché auprès de la « start’up » Néolink, hébergée dans les locaux du village d’entreprise de la rue Michel Bégon financé par Agglopolys, en Zone France Urbaine…
Bien que le FN ne soit pas présent du Conseil départemental, cela n’empêche nos élus de veiller au grain pour défendre l’intérêt des Loir-et-Chériens.

2 commentaires

Un jeune blessé par balle à la ZUP de Blois : la presse confirme.

revolverRevolverNous avions publié l’information dès dimanche, la Nouvelle République confirme aujourd’hui, en expliquant que « l’information n’a été connue que ce jeudi.« 
Un jeune homme de 21 ans a été blessé par balles dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 décembre, à la ZUP de Blois.
Selon la NR, la victime a été touchée à un genou et à une jambe par des individus armés qui l’ont d’abord frappée avant de tirer.
L’agression, sans doute un réglement de compte,  s’est déroulée vers 0h30 rue Dumont-d’Urville.
La même nuit vers 4 heures du matin des coups de feu ont également été tirés contre la porte d’un appartement rue Roland-Garros, sans faire de blessé.
L’enquête est en cours pour retrouver les différents protagonistes.
Une fois encore, notre blog a été le premier média à publier l’info.

1 Commentaire

5 décembre : honneur aux combattants, non à la repentance.

Blois monument aux morts AFN-Indochine-39-45La cérémonie de commémoration pour la journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie a été institue en 2002, pour répondre à la demande de nombreuses associations qui refusaient de commémorer la fin de la guerre d’Algérie le 19 mars, date anniversaire des accords d’Evian, qui ne signifiait pas la fin des hostilités, puisque les massacres les plus abominables ont été commis par le FLN et ses alliés après le 5 juillet 1962, alors que les troupes françaises avaient reçu l’ordre de rester l’arme au pied.
A Blois, la municipalité de gauche est tenue d’organiser cette cérémonie, même si ce n’est pas de gaieté de coeur, et le Maire y était présent.
Toutefois il a laissé à son 10ème adjoint, Pierre Boisseau, le soin de prononcer le discours à la mairie.
On a pu remarquer toutefois que Marc Gricourt était présent à ses côtés, semblant le surveiller d’un oeil un peu inquiet de crainte d’un « dérapage » ou d’une parole malheureuse.
On peut regretter que le Conseil régional n’ait pas été représenté officiellement, puisque Marc Gricourt était là en tant que maire de Blois et portait l’écharpe correspondant à sa fonction. D’autant plus que Michel Chassier, conseiller régional de Loir et Cher était bien présent. Par respect du protocole il aurait dû être associé aux personnalités en tant que représentant du Conseil régional.
Pas l’ombre d’un parlementaire non plus à cette cérémonie.
Sur le plan pratique, la présence de la structure mobile au milieu de la place de la République à cette époque de l’année ne permet pas un dépôt de gerbe sur le monument érigé à la mémoire des combattants d’AFN, situé de l’autre côté du square. Dommage.
A notre la présence en nombre des combattants de l’Union Nationale des Parachutistes, qui ont défilé jusqu’à la mairie en chantant le fameux « Debout les paras« .
Par ailleurs on peut regretter que M. Macron ait choisi cette date pour une visite « amicale » en Algérie, où il a confirmé ses propos scandaleux du mois de février dernier, accusant alors la France, et donc son armée, de « crimes contre l’humanité ». Tout en disant qu’il n’était pas dans une attitude de repentance. 

1 Commentaire

Règlement de compte à la ZUP de Blois, un blessé.

zup1Image d’archive. La ZUP de Blois est toujours sous tension.
Nous l’apprenons d’une source sûre, un règlement par arme à feu a fait un blessé hier soir à la ZUP de Blois dans un halle d’immeuble.

Ce serait l’auteur des premiers coups de feu qui aurait été atteint. La situation demeure tendue dans le quartier.
Aucune information n’a filtré pour le moment dans la presse. Les derniers faits similaires remontent au 2 novembre, il semble que les protagonistes n’aient pas été identifiés.
Est-ce que nous en saurons plus cette fois ci ? Rien n’est moins sûr.

3 commentaires

ZUP de Blois : après les policiers et les pompiers les racailles s’en prennent au personnel d’une crèche.

Crèche Marie CurieAprès les policiers et les pompiers, c’est le tour du personnel des crèches d’être la cible des racailles (la Nouvelle République du 25/11/2017).
Cela s’est passé le lundi 20 novembre, mais il a fallu attendre quelques jours avant que la presse en parle.
Ce soir-là, 3 employées, des agents municipaux, ont été violemment prises à partie par une quinzaine d’individus en sortant des locaux de la crèche Marie Curie, place du Docteur Roux, au coeur d’un quartier entièrement rénové dans le cadre du PRU.
Les trois personnes déclarent avoir été menacées verbalement et physiquement, elles ont été contraintes de se réfugier dans l’école pour appeler les forces de l’ordre.
Conscient du fait que les sujet est « extrêmement sensible« , la maire a  fermement condamné « des actes intolérables » avant de convoquer une conférence de presse sur les lieux mêmes de l’agression le 24 novembre, pour annoncer entre autres l’installation d’une nouvelle caméra de vidéosurveillance.
Mais en attendant, les agresseurs n’ont toujours pas été identifiés, et si des suspects étaient interpellés, qui peut imaginer que les victimes les reconnaissent formellement, alors qu’elles craignent des représailles ?
Par solidarité, tour le personnel de la crèche a décidé d’exercer son droit de retrait le vendredi 14 et le lundi 27 novembre, entraînant une fermeture de la crèche.
Déjà le centre d’examens de santé de CPAM et une antenne de la CARSAT situés à proximité avaient fermés leurs portes pendant deux jours à mi-novembre après une multiplication de dégradations et d’agressions verbales.
Une fois de plus nous sommes obligés de faire le constat d’échec de la politique de la ville, après les 243 millions d’euros engloutis dans le Plan de Rénovation Urbaine et les millions d’euros déversés depuis des années par la Ville, le Département, la Région, l’Etat, la CAF pour tenter, en vain, d’acheter la paix sociale.
Pendant ce temps, une partie de ces jeunes issus de l’immigration extra-européenne n’ont fait que se radicaliser et rejeter toute idée d’intégration, dans le silence complice des autorités et des médias.
Et ce n’est pas une caméra supplémentaire qui changera grand chose, tant que l’on aura pas mis un terme à cette politique d’immigration massive dont nous payons aujourd’hui les conséquences.
Pour cela, il ne fait pas compter sur les politiciens en place, gauche et droite confondues, y compris les macronistes, le seul recours demeure le Front National.
C’est bien pourquoi il est attaqué de toutes parts.
Mais devant une telle situation, ce n’est pas le moment de douter ou de regretter le résultat de la présidentielle, il faut serrer les rangs et rejoindre le seul mouvement capable de défendre la France et les Français autour de Marine Le Pen.

2 commentaires

Budget 2018 : le mauvais élève Macron se fait taper sur les doigts.

Macron PinocchioDéjà une mauvaise note pour l’élève Macron.
La programmation prévue dans la Loi de Finances 2018 et jusqu’en 2022 avait fait réagir les élus FN dans les assemblées.

A l’occasion des orientations budgétaires Michel Chassier avait souligné à Blois comme à Orléans au Conseil régional, que la trajecroire de réduction des déficits publics était moins que certaine, de surcroît le gouvernement faisait porter le plus gros de l’effort sur les collectivités (communes, régions, départements) et les organismes de sécurité sociale, promettant pour sa part une amélioration… à la fin de la mandature !
Il faut le souligner à nouveau : le passage sous la barre des 3% de déficit public en 2017 est obtenu grâce à l’effort des collectivités locales et de la sécurité sociale, on sait dans quelles conditions, alors que l’Etat voit son déficit passer de 3,3 à 3,2%, donc en dehors des critères de Maastricht.
Et le solde de l’Etat ne va pas s’améliorer en 2018, puisqu’il est toujours affiché à 3,2%, avant de se dégrader à nouveau en 2019 avec une prévision de 4% (source : Assemblée nationale).
Qui plus est la Commission estime pour sa part que le déficit structurel va progresser de 0,4 point l’année prochaine.
En raison notamment d’un commerce extérieur plombé par l’euro et dont le déficit augmente.
Sans parler du montant de la dette, près de 100% du PIB et donc très loin des 60% exigés par l’UE, et qui va continuer à progresser.
Cette affaire tombe mal pour Paris qui demeure encore avec l’Espagne sous le coup d’une « procédure de déficit excessif ». Une situation qui, en théorie, peut aboutir à des sanctions et des amendes.
C’est la première que M. Macron se fait taper sur les doigts. Un façon de lui rappeler à qui il doit son élection et d’exiger qu’il suive la feuille de route qui lui est dictée par l’UE, le FMI, la BCE… et par nos créanciers !
Les Français n’ont pas eu le courage de faire le bon choix en mai dernier. Maintenant ils vont payer.

2 commentaires

Blois : unanimité contre Macron au conseil municipal.

Blois usine des eauxLa bonne nouvelle c’est la baisse du prix de l’eau. Pour le reste l’avenir s’assombrit.
M. Macron prétendait rassembler les Français, il va peut-être y parvenir : ils se rassemblent contre lui !

Hier soir lors du conseil municipal de Blois, deux voeux ont été adoptés, l’un pour soutenir les maisons de l’emploi, l’autre pour dénoncer la diminution de l’aide au logement social.
Le premier a été voté à l’unanimité, les élus « En marche » n’ont même pas osé s’abstenir, ce qu’à fait toutefois Véronique Reineau pour le second.
Auparavant le débat d’orientations budgétaires a permis à tous les intervenants de dénoncer le mépris du gouvernement pour les collectivités locales.
Michel Chassier (FN) est intervenu longuement pour expliquer comment M. Macron allait faire porter l’effort de réduction de la dette publique aux collectivités, alors que l’Etat promet d’y contribuer… plus tard :  CM 13-11-2017 – ROB 2018
Il a rappelé également les causes structurelles de déficit public, à savoir la loi du 3 janvier 1973 et l’article 104 du Traité de Maastricht, et conclu que cette situation que tout le monde s’accorde à dénoncer était « le prix à payer pour ne pas avoir voulu le véritable changement aux dernières élections. »
Et si les prévisions budgétaires permettent de tenir un fragile équilibre d’ici la fin du mandat, c’est au prix d’un recours à l’emprunt en dépit d’un baisse de l’investissement, en 2022 la charge de la dette dépassera les dépenses d’équipement.
Marc Gricourt a d’ailleurs reconnu dans sa réponse que la Ville n’avait pas les moyens suffisants pour entretenir correctement ne serait-ce que la voirie.
L’élu FN est également intervenu pour se féliciter de la baisse du prix de l’eau au 1er janvier, conséquence du retour en Régie que nous avions demandé depuis longtemps, et dont les usagers doivent légitimement profiter.
Au sujet de la garantie d’un emprunt pour Terre de Loire Habitat, Michel Chassier est intervenu pour alerter à la fois sur le financement du logement social et la fin annoncée des prêts à taux zéro en Loir et Cher en raison du nouveau zonage.
Pour la seule ville de Blois, le manque à gagner pour les trois bailleurs sociaux serait de 8 640 000 € par an, ce qui les mettraient en déficit dès 2018 et les obligeraient à revoir sérieusement à la baisse leurs projets d’investissements, qu’il s’agisse de construction, de réhabilitation ou d’isolation thermique.
A l’occasion de ce conseil Hubert de Pirey a été officiellement installé comme conseiller municipal en remplacement de Miguel de Peyrecave qui a quitté notre région. La suivante immédiate sur la liste n’a pas souhaité siéger car elle n’habite plus la région.

1 Commentaire

Blois, Mer, Vineuil : un important trafic de drogue démantelé.

drogueBien qu’ils n’aient pas toujours les moyens de mener leurs missions, policiers et gendarmes font régulièrement la preuve de leur efficacité.
C’est le cas en Loir et Cher où les policiers de Blois ont mis fin à important trafic de drogue, saisi 4 kg de « marchandise », plus de 6000 € en espèces et procédé à 23 interpellations (la Nouvelle République du 11/11/2017).
Le réseau opérait entre Blois, Vineuil et Mer et livrait plusieurs centaines de clients, dont 250 ont pu être identifiés.
Une opération très bien menée par conséquent et dont on ne peut que féliciter tous ceux qui l’ont préparée et conduite.
La drogue est devenue malheureusement un fléau endémique, elle nourrit une économie parallèle sur laquelle certains politiques préfèrent fermer les yeux afin d’éviter ce qu’ils redoutent le plus : un embrasement des « quartiers ».
Un certain candidat à la présidentielle, soutenu par le maire de Blois, proposait tout simplement de légaliser l’usage du cannabis.
On peut même dire qu’il existe une sorte de « deal » dans certaines villes, où ce sont les trafiquants qui font en quelque sorte la police dans leur quartier en encadrant – à leur profit – les petits délinquants, afin qu’ils ne créent pas de troubles, ce qui serait préjudiciable à leur juteux commerce.
Mais si la Police s’intéresse d’un peu trop prêt à ces réseaux et procède à des interpellations, on assiste comme par hasard à une explosion de ces « violences urbaines » dont politiques et sociologies cherchent les causes, voire la justification du côté d’un sentiment de rejet.
Espérons que ce ne sera pas le cas à Blois, que nous en saurons plus sur l’identité des trafiquants et que la Justice fera son travail, sans quoi les Policiers auront encore l’impression de s’être donné beaucoup de mal pour un résultat décevant.

4 commentaires

Nos élus et militants aux cérémonies du 11 novembre.

11-11-2017_211-11-2017

La cérémonie du 11 novembre à Blois.
Nos élus, militants, porte-drapeaux sont toujours présents aux cérémonies patriotiques.

Aujourd’hui encore pour le 99ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, qui commémore l’année la plus difficile de la Grande Guerre, nous étions présents aux cérémonies à Blois, Romorantin, Vendôme, Mer, Chatillon sur Cher, mais aussi Saint Martin des Bois, Saint Arnoult, Chouzy, Montlivault etc…
Notre ami Emile Berlu, porte-drapeau du CNC, était présent à la cérémonie de Blois.
Nous publierons d’autres photos à réception sur le blog et les réseaux sociaux.
A noter cette année le message de l’Union Nationale des Combattants (*) qui se conclut par cette phrase : « Tenir pour que demeure unie et forte notre patrie, la France, dans une Europe qui respecte les Nations ».
Un message aux antipodes de la construction européenne de M. Macron, qui s’accompagne d’une déconstruction de la France.
Plus que jamais le Front National se tient aux côtés des vrais patriotes.

(*) Lire le message complet sur le site de l’UNC.

2 commentaires

Conseils municipaux à Mer et à Blois lundi 13 novembre.

Hubert de PireyNotre nouvel élu blésois, Hubert de Pirey.
Le conseil municipal de Mer se réunira lundi 13 a 18h30 ancienne mairie de Mer en présence de vos élus  Olivier Besnard, Sophie Boulaigre et Robert Krysik.

A Blois le conseil se réunit à 18 heures en présence de Michel Chassier, Mathilde Paris et Jean Louis Berger, Hubert de Pirey sera installé comme conseiller municipal en remplacement de Miguel de Peyrecave qui a quitté notre région pour son Béarn natal.
Au programme les orientations budgétaires, dans un contexte bine particulier pour 2018.
Nous rappelons que le conseil municipal est ouvert au public, nous vous invitons à venir entendre et soutenir vos élus.

1 Commentaire

Un deuxième échangeur : à Blois ou à Herbault ?

Péage A10Entrée de l’A10 au péage de Blois-la Chaussée : désormais la file de gauche est dédiée au télépéage.
La question d’un deuxième échangeur sur l’A10 à hauteur de Blois revient régulièrement au gré des campagnes électorales.

Il est vrai que la circulation en sortie de l’autoroute et dans tout le secteur pose un vrai problème.
Mais où se trouve la bonne solution ?
Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, posait à nouveau la question lors d’une visite d’entreprise (la Nouvelle République du 8/11/2017).
Mais pour les responsables économiques, le problème majeur demeure la traversée de la Loire.
Ce n’est pas forcément évident, car le bouchon qui se forme tous les matins bien au sud du pont Charles De Gaulle trouve son origine plus au nord, au niveau du rond-point de Cap Ciné, en cours de réaménagement.
Est-ce que cela suffira ? Nous le verrons d’ici quelques mois.
On peut remarquer toutefois que l’accès à l’autoroute ne comporte actuellement que deux voies, dont une réservée exclusivement au télépéage, ce qui paraît parfois insuffisant.
Une autre question se pose pour un deuxième échangeur.
A hauteur de la route de Vendôme ? Ce serait bien près de l’échangeur actuel, et pas évident à intégrer avec l’arrivée de la rocade Nord.
Au niveau de la route de Saint Lubin ? C’est un axe secondaire qui débouche très vite au sud sur la ZUP de Blois et on ne peut pas envisager un trafic poids-lourd vers le sud qui traverserait une zone urbaine dense et ne pourrait pas aboutir vers la Loire.
A plusieurs reprises les élus du Front National avaient évoqué une autre possibilité : une sortie à Herbault, qui permettrait de désenclaver tout le territoire situé à l’ouest de la Forêt de Blois.
Un tel échangeur serait en outre équidistant entre Autrèche et la Chaussée Saint Victor, respectant l’intervalle moyen sur l’A10 entre le péage de Monnaie et Orléans : environ 15 km.
Certainement une idée à creuser.

1 Commentaire

Stationnement à Blois : ça se gâte pour les usagers de la gare.

Parking ouest gare BloisDepuis l’ouverture de la passerelle, les usagers de la SNCF sont de plus en plus nombreux à se garer du côté ouest, pour éviter d’ajouter le prix du stationnement au prix du billet.
Résultat, le parking aménagé à la lace de l’ancienne rotonde est saturé et le stationnement déborde sur les rues avoisinantes, au grand déplaisir des riverains.
Un terrain privé appartenant à la SNCF était jusqu’ici ouvert et largement utilisé.
Désormais il est fermé, ce qui ne va pas améliorer la situation.
On sait qu’à terme le stationnement va être revu du côté ville sur le parvis de la gare et l’ancien emplacement de la SERNAM, la collectivité va être sollicitée, pour réaliser au final un nouveau parking payant que les usagers vont chercher à éviter.
Nous pensons que l’on ne peut pas à la fois inciter les gens à prendre le train et les taxer parce qu’ils laissent leur voiture.
L’automobiliste est décidément un bon contribuable : il paie das impôts quand il achète sa voiture, son carburant, quand il roule (péages) et quand il stationne ! Sans parler des radars : 3 en moins de 10 kilomètres sur la D952 entre Onzain et Blois sur la levée de la Loire.

1 Commentaire

Journée porte ouverte à la permanence du FN41.

plan d'accès FN41A l’occasion de la venue de Marine Le Pen en Loir et Cher le 18 novembre, la permanence du FN41, 31 rue du Puits Châtel, sera ouverte vendredi 10 novembre de 10 heures à 18 heures sans interruption pour vous accueillir.
Il sera possible de s’inscrire sur place pour le déjeuner-débat du 18/11/2017 à Romorantin.
Vous pourrez également nous poser toutes les questions sur la préparation du XVIème Congrès du Front National.
La Boutique du FN 41 sera ouverte.

Coups de feu à la ZUP de Blois.

Gendarmerie ZUP 11-03Photo d’illustration : malgré les opérations menées périodiquement par les forces de l’ordre, la drogue et les armes sont toujours là.
Dans la nuit de jeudi à vendredi vers 23 heures plusieurs coups de feu ont retenti à la ZUP de Blois.

La Nouvelle République dans son édition du 4/11 parle de 3 coups de feu, selon un témoin, après une altercation.
Les protagonistes n’ont pas été identifiés et l’arme n’a pas été retrouvée.
A vrai dire ce nouvel épisode de violence ne nous surprend pas, des riverains nous avaient déjà signalé des individus armés, y compris en plein jour du côté de la place Lorjou et de la rue de Tourville.

2 commentaires
12345...67

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...