Archive | Blois Flux RSS de cette section

Blois : incendies en séries en Vienne.

PapillonsImage d’archives : conteneurs incendiés rue des Papillons.
Une voiture a été incendiée dans la nuit de lundi à mardi à Blois, rue des Petites Métairies.

La nuit suivante, ce sont des conteneurs qui ont brûlé une nouvelle fois rue des Papillons.
Fin juillet, des poubelles avaient déjà été incendiées rue Georges Litalien dans le même secteur.
Cela commence à faire beaucoup.
Mais à part cela, l’été se passe bien Blois.

1 Commentaire

Nouvel incendie de voiture à la ZUP de Blois.

15623voituresincendieeswide.jpg

(Image d’illustration.)
Une brève laconique sur le site Internet de la Nouvelle République relate l’incendie d’une voiture dans la nuit du lundi 14 au mardi 15 août, vers 1 h 30, rue Pierre-et-Marie-Curie, à Blois.
Une de plus qui vient s’ajouter à la liste déjà longue des incendies de cet été. 

1 Commentaire

Loir et Cher : les incendiaires continuent.

PompiersLes pompiers du Loir et Cher sont de plus en plus sollicités pour des incendies volontaires.
Les feux dramatiques du Sud Est et de la Corse n’ont semble-t-il pas servi de leçon, à moins au contraire que certains incendiaires ne s’en inspirent ?

C’est ce que l’on peut craindre en constatant que les incendies volontaires se succèdent en Loir et Cher.
La nuit dernière les sapeurs-pompiers ont dû intervenir à plusieurs reprises pour des feux de véhicules, à Châtres-sur-Cher vers 1 h 30, puis à Blois, vers 2 h 15, mobilisant à chaque fois des moyens que l’on sait comptés (source : la Nouvelle République du 08/08/2017).
Il faut y ajouter un feu de végétation à Yvoy-le-Marron, vers 1 h 40 (négligence ou acte volontaire ?)
La nuit précédente c’étaient des feux de poubelles à Romorantin et dimanche soir un feu de cave place Coty à la ZUP de Blois.
Jusqu’à ce qu’il y ait un drame ?

4 commentaires

Blois : scooter incendié rue Lenôtre.

Rue Lenôtre 08-2017C’est un riverain qui nous avait signalé l’incendie vendredi soir via Facebook à 22 h 57 : « Encore un incendie à la Quinière … pompiers et gendarmes [NDLR : policiers] viennent juste de partir… rue Lenôtre dans le petit square pour enfants ( aucune idée de se qui a pris feu par contre ) ».
La Nouvelle République précise ce matin qu’il s’agissait d’un scooter.
La série continue à la Quinière après un un feu, non signalé,  mis dans la cage d escalier du 18 rue Jean de la Fontaine dans la nuit du 16 juillet.

3 commentaires

Feux de voitures, feux de poubelles, feu de cave.

rue Georges LitalienLes sapeurs-pompiers ont dû intervenir dans la nuit de samedi à dimanche rue Georges Litalien à Blois pour circonscrire un feu de poubelles qui s’était déclaré dans une cave. Une personne incommodée par les fumées a été transportée au centre hospitalier (la Nouvelle République du 31/07/2017).
Aucune précision sur l’origine de l’incendie : accidentel ou volontaire ?
Les conteneurs situés au bout de la rue avaient déjà été incendiés.
A Selles sur Cher c’est un voiture qui a brûlé dans la nuit de vednredi à samedi, rue de Saugirard. Toujours pour une cause indéterminée.
Enfin à Selles Saint Denis dans la nuit de lundi à mardi une voiture a été incendiée impasse de la Corne, tandis que peu après des conteneurs étaient en feu tout près de là à La Ferté Imbault.

0 Commentaires

Blois : des peines avec sursis pour les agresseurs des policiers.

tribunal_correctionnelSuite à l’agression de deux policiers en fin de semaine dernière à Blois, nous espérions une réponse ferme de la Justice.
D’autant plus que les deux agresseurs, Kandjoura et Seny, ne semblent pas en être à leur coup d’essai, ils sont tous deux, selon l’expression consacrée « déjà connus de la justice des mineurs ».
Les deux jeunes ont été jugés dès lundi par le tribunal correctionnel en comparution immédiate (la Nouvelle République du 1er août 2017), ce qui veut bien dire que les faits étaient suffisamment établis, ce que l’avocate des prévenus n’a pas vraiment contesté, sans quoi elle aurait demandé un supplément d’information. Elle s’est contentée d’évoquer « évoque une situation familiale compliquée ».
Ce qui n’est pas une raison de frapper des policiers !
Au final, le tribunal prononce deux peines avec sursis (4 mois et 6 mois), assortis de travaux d’intérêt général (20 et 30 jours).
A chacun d’apprécier si la sanction est suffisante et de nature à faire sérieusement réfléchir Kandjoura et Seny. D’autant plus que l’exécution des fameux TIG n’est pas sans poser problème.
Il est permis d’en douter, d’ailleurs aucun des deux prévenus n’a fait dit regretter son attitude lors de l’audience et encore moins présenté des excuses aux policiers, qui auront à nouveau l’occasion de croiser ces deux individus dans les rues de Blois.

4 commentaires

Blois des policiers agressés lors d’un contrôle, voitures incendiées place Coty.

Je soutiens la PoliceDans la nuit de vendredi à samedi une patrouille de la BAC (brigade anticriminalité) remarque une voiture au comportement suspect rue Etienne Baudet, en périphérie de la ZUP de Blois.
Ils arrêtent le véhicule pour contrôler les passagers, mais deux d’entre eux refusent d’obtempérer et profèrent des menaces, des injures, avant de frapper violemment les policiers (la Nouvelle République du 30/07/2017).
La patrouille est parvenue néanmoins à interpeller les agresseurs et les ont placés en garde à vue au commissariat de Blois.
Ils ont été présentés au Parquet, qui doit de prononcer sur « une éventuelle incarcération en attendant une comparution devant le tribunal pour outrages, rébellion et blessures volontaires ».
Attendons la suite, mais dans ce genre d’affaire l’incarcération nous semble logique, sinon on risque de banaliser l’es agressions de policiers ou de pompiers. Il faut cesser de chercher des excuses à ces comportements inacceptables, qui doivent être sévèrement réprimés.
Il faudrait vraiment frapper un grand coup pour mettre hors d’état de nuire ces bandes qui considèrent certaines zones comme leur territoire, situation qui perdure ne raison de certaines politiques d’évitement de la part des autorités, qui craignent par-dessus tout un embrasement généralisé des « quartiers ».
D’ailleurs les voyous ont aussitôt lancé un avertissement, puisque dans les heures qui ont suivi, trois voitures ont été incendiées dans le quartier Coty.
Nous osons espérer que la décision des juges ne sera pas « négociée » sous le pression des autorités, ou dictée par l’opinion de magistrats proches du Syndicat de la magistrature, qui n’hésitent pas à manifester… contre les policiers !
Mais chacun sait qu’en France la Justice est indépendante et impartiale !
En attendant nous exprimons notre soutien aux policiers agressés.

2 commentaires

Blois : voiture incendiée rue Maryse Hilsz.

rue Maryse HilszEncore un feu de voiture à la ZUP de Blois dans la nuit de mercredi à jeudi, rue Maryse Hilsz (la Nouvelle République du 28/07/2017).
Les pompiers, heureusement tout proches, sont intervenus vers 3 h 30 du matin.
Nous refusons de considérer ces incendies volontaires comme de simples « faits divers ».
Derrière chaque voiture incendiée, il y a un propriétaire qui généralement sera mal indemnisé, surtout si le véhicule est ancien, mais il y a aussi les soldats du feu sollicités sur ces interventions qui mobilise à chaque fois une partie de leur moyens.
Malheureusement les incendiaires sont rarement retrouvés…

2 commentaires

Incendies criminels : suite sans fin.

Allée TortatUn fait divers résumé en cinq petites lignes dans la Nouvelle République du 22 juillet. C’est tout ce que la presse consacre à un incendie volontaire allée Tortat dans la nuit de jeudi à vendredi.
On y apprend que vers 4 heures du matin, « une voiture et des poubelles ont brûlé. »
Pour quelles raisons ? Mystère.
Mais chacun aura compris.
Il y a quelques années encore l’allée Tortat, comme l’ensemble du quartier de la Pinçonnière était plutôt tranquille. Composé en grande partie de pavillons locatifs spacieux, livrés au début des années 80, résidaient des familles avec enfants, aux revenus moyens, souvent deux salaires : employés de l’industrie et du commerce, ouvriers, fonctionnaires.
La disposition en allées constituant des impasses favorisait l’occupation de l’espace par les enfants qui pouvaient y jouer en toute sécurité, sous la surveillance mutuelles de parents qui se connaissaient tous.
On n’avait pas attendu la « fête des voisins » pour organiser dans certaines allées des fêtes conviviales, comme dans l’allée de Sancerre où elle durait tout le week-end.
Mais les choses ont changé avec le PRU et le relogement de familles venues d’immeubles de la ZUP qui ont été démolis. Nos élus pensaient favoriser ainsi la « mixité sociale ». Mais comme ailleurs, cela s’est traduit par un remplacement progressif de la population, et par un changement radical du quartier.
On voit d’ailleurs que ces feux de voitures ont touché récemment aussi la rue des Peupliers, de l’autre côté du parc de l’Arrou.
Dans tout le secteur, la tranquillité est désormais un lointain souvenir.
Mais la presse ne semble pas beaucoup s’y intéresser, bien que les faits soient quasiment quotidiens, et e,core tous ne sont pas rapportés.
Il y a eu des feux de poubelles également Place Coty il y a quelques jours, mais aussi un feu, non signalé,  mis dans la cage d escalier du 18 rue Jean de la Fontaine à la Quinière dans la nuit du 16 juillet.
On imagine les conséquences que de tels actes peuvent entraîner. Faudra-t-il qu’il se produise un drame pour qu’il y ait une réaction des autorités ?
Le problème c’est aussi que le nouveau code pénal a englobé l’incendie volontaire, auparavant considéré comme un crime,
dans la catégorie des « destructions volontaires ».
Il faut qu’il y mise en danger de personnes pour qu’une peine plus sévère soit appliquée, mais n’est-ce pas le cas lorsqu’on met le feu dans un hall d’immeuble ?

1 Commentaire

Plan « migrants » du gouvernement : combien en Loir et Cher ?

migrants 25102016 01 fImage d’archives : immigrés clandestins logés à Blois dans des logements réquisitionnées en octobre 2016.
Le 1er ministre LR, Edouard Philippe, vient d’annoncer il y a quelques jours un nouveau plan « migrants » avec le création de 12 500 places d’accueil d’ici 2019.

Outre les structures existantes (CAO, CADA) des hôtels ainsi que des logements sociaux seront réquisitionnés.
Bien sûr, tout sera fait dans les médias pour minimiser l’impact de ces nouvelles mesures.
Mais en Loir et Cher, il existe déjà 370 places en CAO et CADA, sans compter les logements sociaux et les hôtels, la réalité est vraisemblablement de l’ordre de 500 places d’hébergement.
Sachant que les « migrants » ne reste que quelques mois en CAO en attendant l’examen de leur dossier, cela signifie que plusieurs centaines de ces clandestins transitent chaque année en Loir et Cher, et comme dans 80% des cas la demande d’asile est refusée car non justifiée, ils disparaissent aussitôt dans la nature car très peu sont reconduits à la frontière.
Nous saurons probablement en septembre combien de places supplémentaires seront créées en Loir et Cher, mais un rapide calcul nous permet de penser que cela sera au minimum une soixantaine, voire davantage car les centres de la région parisienne sont saturés et le gouvernement préfère donc envoyer les « migrants » dans les campagnes…
Seul le Front National dénonce cette politique désastreuse et le laisser-faire de l’Union européenne, pour ne pas dire davantage, car les différentes organisations présentes en Méditerranée vont désormais chercher les migrants à quelques encablures de la côte Libyenne et se transforment de fait en passeurs.
S’il normal de porter assistance aux personnes entassées par des criminels sur des embarcations surchargées, inadaptées, sans vivres et sans eau potable, la logique consisterait à les reconduire à leur port d’embarquement au lieu de les transporter en Europe, ce qui ne peut qu’encourager ce trafic.
Nous vous tiendrons informés des suites de cette décision en Loir et Cher, car tout laisse à penser que les autorités choisiront la discrétion.

Mise à jour : dans le cadre du plan gouvernemental, un hôtel du Cher va être racheté pour y loger des clandestins. Lire le communiqué du FN18.

5 commentaires

Loir et Cher : ces élus locaux qui font semblant de découvrir le vrai Macron !

GricourtMarc Gricourt se dit « furieux ». Il était pourtant prévenu !
Ils ont appelé à voter Macron et maintenant ils semblent le regretter.

Dernier en date Marc Gricourt, au sujet des 13 milliards d’économies demandés aux collectivités locales : « c’est inacceptable et je suis furieux » déclare-t-il à qui veut l’entendre (la Nouvelle République du 20/07/2017).
Ce n’est pourtant pas une surprise, cette mesure figurait au programme du candidat du système, même si ce n’était « que » 10 milliards d’euros, et Michel Chassier n’avait pas manqué de le rappeler lors du conseil municipal du 24 mars, en soulignant alors que que l’un des deux candidats qui restaient en lice pour le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
Mais cela n’avait pas empêché Marc Gricourt d’appeler à voter Macron, quitte à se tirer une balle dans le pied.
Même constat pour Guillaume Peltier, déçu par la « Conférence nationale des territoires » (la Nouvelle République du 19/07/2017), instance dite « de concertation » où les élus sont simplement priés d’écouter la parole du locataire de l’Elysée.
Pourtant lui aussi avait appelé à votre Macron.
La situation risque d’être compliquée pour nos deux sénateurs, Jacqueline Gourault et Jeanny Lorgeoux, qui doivent tenir compte de la grogne des élus locaux mais qui ont également à voter Macron, la première étant désormais ministre.
Mais les dernières annonces de M. Macron risquent de peser lourd dans le chois des grands électeurs, qui sont majoritairement les élus des petites communes.
L’idée de réduire le nombre des élus dans ses communes où la plupart ne touche aucune indemnité mais agissent au contraire bénévolement pour le bien commun démontre une profonde méconnaissance de la réalité, en même temps que la volonté d’en finir avec l’échelon communal, M. Macron s’inscrivant sur cette question dans la continuité de ses prédécesseurs.
Dès maintenant, nous disons à tous ces élus locaux qu’ils ont un seul moyen de faire savoir leur désaccord : c’est de voter pour les candidats du Front National aux sénatoriales du 24 septembre prochain.
Nos candidats ont été investis et seront bientôt présentés à la presse, les grands électeurs recevront un courrier durant l’été.

2 commentaires

Centre commercial Saint Vincent : le projet est-il encore viable ?

Maison du gardien du Jeu de paumeMaison du gardien du Jeu de Paume.
Le projet d’une centre commercial derrière Saint Vincent remonte à la première mandature du Marc Gricourt. Il a été soutenu dès le début pat l’opposition d’alors et Jacques Chauvin fait partie de comité de pilotage.

Après 2014, les élus du Front National ont suivi le projet, mais non sans une certaine prudence, pour plusieurs raisons :
– la préservation du patrimoine historique et l’intégration du centre dans le contexte architectural.
– la situation du futur centre, enclavé derrière l’église Saint Vincent, l’orangerie du château et l’ancien collège des jésuites, ce qui rend problématique sa visibilité et la continuité commerciale indispensable.
– le risque de voir des commerces actuellement plus proches de la Loire se déplacer vers le nouveau centre, ne faisant qu’ajouter à la vacance commerciale. Le président de la CCI, Yves Saumet, faisait il y a quelques mois le même constat.
– l’impact sur le plan de circulation, le trafic actuel de la rue Gallois étant peu compatible avec l’idée d’une continuité piétonne avec le centre-ville.
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Fontaine du Gouffre : bâtiment édifié au début du XVIème siècle par Pierre de Valence à la demande de Louis XII (derrière le mur de gauche, le parking Monsabré).

Depuis deux ans le projet a connu quelques péripéties, avec le désistement de Monoprix, mais le dernier rebondissement c’est le rapport des experts du patrimoine qui demandent des fouilles approfondies.
Ce qui était prévisible étant donné la situation. Le précédent de la démolition de l’hôpital psychiatrique près de Saint Saturnin aurait dû inciter à la prudence.
La réaction du maire de Blois nous paraît par conséquent relever davantage de la communication, mais c’est aussi un signe d’agacement car il paraît désormais improbable que le projet puisse aboutir avant la fin de la mandature.

aqueduc aval

Partie aval de l’aqueduc sous le parking Saint Vincent. 

La Nouvelle République évoque aujourd’hui une autre possibilité : renoncer à construite le parking côté Saint Charles, ce qui réduirait l’ampleur des fouilles, et le déplacer derrière l’église Saint Vincent.
Mais cela n’éviterait pas des terrassements du côté de la maison dite du gardien du Jeu de Paume, et donc des fouilles archéologiques.
De plus le parking se situerait à l’emplacement de la partie aval de l’aqueduc provenant du Gouffre et qui alimentait le réseau des fontaines de la ville.
Le problème est donc loin d’être résolu.

 

Blois : feux de voitures en série.

rue des PeupliersPhoto d’illustration : rue Jean de la Fontaine.
Plusieurs véhicules ont incendiés à Blois dans la nuit de lundi à mardi à Blois, à la ZUP et à la Quinière (la Nouvelle République du 12/07/2017).

La série a commencé vers 23 heures Jean de la Fontaine où c’est un scooter qui a été détruit par le feu. Ensuite c’est une voiture qui a brûlé rue Monge vers 2 h 30 enfin retour du côté de la Quinière-Les Allées où ce sont trois voitures qui ont été incendiées rue des Peupliers, dans un quartier pavillonnaire ordinairement tranquille, proche du parc de l’Arrou.
Plusieurs incendies de voitures se sont déjà produits depuis le début de l’été à Blois et cette recrudescence du phénomène a de quoi inquiéter.
Mais face à la montée de la délinquance sur tout le territoire, M. macron a décidé de diminuer les budgets du Ministère de l’Intérieur et de la Justice !
Une preuve supplémentaire de sa méconnaissance du quotidien des Français.

4 commentaires

Conseil municipal de Blois : des perspectives peu réjouissantes.

P8021591_640x480Le parking gratuit en bord de Loire sera maintenu… pour l’instant.
Le Conseil municipal de Blois examinait ce soir le compte administratif 2016.

Tout en le déclarant satisfaisant, le maire n’a pas caché ses inquiétudes pour l’avenir. Les efforts de gestion ont une limite et si les dotations continuent de baisser, certaines politiques publiques pourraient être remises en cause, il faudra faire choix douloureux.
Michel Chassier est intervenu pour faire à son tour le constat de la diminution des recettes, en rappelant l’incertitude qui pèse sur la poursuite de la réduction des dotations prévues par M. Macron.
Mais les recettes fiscales sont également en légère diminution, ce qui ne fait que traduire la situation générale de la ville sur le plan démographique, économique et social.
En effet l’INSEE enregistre fin 2016 une nouvelle diminution de la population, et un rapport récent du CIAS confirme l’aggravation de la pauvreté dans notre ville ( CM 26-06-2016 – CA 2016).
Les perspectives ne sont donc pas très réjouissantes : nous tournons le dos à une politique de développement, alors que les deux métropoles de Tours et Orléans vont disposer de moyens toujours plus importants.
Michel Chassier est intervenu également sur le stationnement, dont l’excédent est reversé au budget principal, mais est-ce bien le but de cette redevance ? En contrepartie l’élu FN s’interroge sur les projets futurs, ne particulier sur le maintien du stationnement gratuit en bord de Loire.
Réponse : côté Loire, rien ne change pour l’instant, la priorité est donnée à l’espace Saint Vincent. Affaire à suivre à plus d’un titre.
L’élu FN a demandé des précisions sur les effectifs de la Police municipale : l’effectif cible a été annoncé à 38 agents, y compris la brigade canine.
Sur les ravalements de façades, Michel Chassier a regretté la faible utilisation de l’enveloppe prévue à cet effet, et le retard pris par l’opération, si l’on compare par exemple à la ville d’Orléans. Mathilde Paris est intervenue au sujet de la rue du palais, où une façade détériorée représente un danger.
Enfin Michel Chassier s’est étonné du montant d’un avenant portant sur marché pour le réseau de chaleur, avec une hausse de plus de 20%, ce qui est problématique par rapport aux conditions initiales. Réponse de Jérôme Boujot : cette situation résulte d’évènements imprévisibles.
De nombreux sujets abordés mériteraient un développement, nous aurons l’occasion d’y revenir.

4 commentaires

Visite ministérielle à Blois : après le parlement-croupion, les ministres postiches ?

Agnès BuzynAgnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, est venue faire une visite-éclair à Blois à l’occasion de l’Assemblée générale de Union nationale des associations familiales qui se tenait dans notre ville (la Nouvelle République du 25/06/2017).
Interrogée sur le  »pacte quinquennal en faveur des familles » qui avait été soumis par l’UNAF aux candidats à la présidentielle, la ministre s’est bien gardée de répondre, déclarant qu’elle n’avait « aucune annonce concrète à faire« .
Encore faudrait-il qu’elle se saisisse du dossier, car il n’y plus de ministre de la famille dans le gouvernement Macron.
Les demandes formulées par l’UNAF étaient pourtant bien modérées, évitant d’aborder les sujets « sensibles » comme la PMA généralisée et la GPA.
Au final, Agnès Buzyn sera restée 1 heure et 15 minutes à Blois pour ne rien dire.
Certains parlent de communication gouvernementale « maîtrisée », d’autres n’hésitent pas à dire qu’elle est verrouillée.
Le nouveau gouvernement Macron est bien à son image, composé de personnalités issues des cabinets ministériels et divers organismes publics, avec parfois un « pantouflage » dans les grandes entreprises le plus souvent publiques, sans oublier les lobbyistes et autres affairistes qualifiés dans le discours officiel de représentants de la « société civile ».
Agnès Buzyn n’échappe pas à la règle : mariée en premières noces à Pierre-François Veil, l’un des fils de Simone Veil, elle se remarie ensuite avec Yves Lévy, directeur général de l’INSERM.
Tout en exerçant de nombreuses fonctions au sein d’organismes publics, elle est à la même époque consultante, certains diraient « lobbyiste » auprès de plusieurs laboratoires. Ce que Le Canard enchaîné qualifie alors de « léger » conflit d’intérêt. On admirera la prudence du palmipède.
Mais cet épisode blésois est là pour démontrer qu’en plus d’un parlement croupion, dont la majorité absolue est détenue par un parti qui a obtenu 14% des suffrages au 1er tour par rapport aux inscrits, les ministres verront leur rôle confondus avec celui des hauts fonctionnaires, priés quant à eux de soumettre à la vision éclairée du locataire de l’Elysée, très éloignée de l’intérêt de la France puisqu’il est au service de ceux qui l’ont fait roitelet.

1 Commentaire

4 voitures brûlées à Blois.

rue Jacques CartierImpossible de tenir une chronique exhaustive des voitures brûlées en Loir et Cher : il y en a trop souvent, tous les faits ne sont pas rapportés ou alors il n’y a aucune indication sur l’origine de l’incendie.
Mais à Blois pas de doute : dans la nuit de jeudi à vendredi quatre véhicules ont été détruits par les flammes dans deux incendies distincts (la Nouvelle République du 24/06/2017).
Le premier vers 3 h du matin rue Jacques-Cartier, le second une demi-heure plus tard rue Alain-Gerbault.
A chaque fois le feu aurait été mis à une voiture, la deuxième brûlant « par propagation » (donc non comptabilisée par le ministère de l’Intérieur).
Cette recrudescence des feux de voitures est inquiétante. Outre qu’elle semble traduite un climat tendu à la ZUP de Blois, où l’on voit certains dealers s’armer, le risque de propagation à un immeuble n’est pas à écarter, surtout en cette période.
Hélas cela risque de continuer tant que là loi ne sera pas appliquée dans toute sa rigueur pour les incendiaires, ce qui est loin d’être la cas.

2 commentaires

#Législatives2017 : journée de campagne sur le 1ère circonscription.

Blois affichage officiel 2T_1Objectif : mobiliser les électeurs qui se sont abstenus au 1er tour et rassembler tous ceux qui ne veulent pas donner les pleins pouvoirs à Macron.
Aujourd’hui Michel Chassier a été sur le terrain de 9 heures à presque 21 heures avec son équipe de campagne après un passage sur la radio Plus FM à 8 h 30.
Plusieurs quartiers de Blois ont été visités, avec un passage en fin de matinée au marché Coty.
D’autres équipes ont repris le « boîtage » et l’affichage à Montrichard, Saint Julien, Faverolles, Contres.
Ce soir se sont 4 équipes qui tournent sur la circonscription.
Toutes les actions sont également relayées sur Internet presque en temps réel.
Ce soir nos affiches étaient encore les seules sur tous les panneaux officiels de la ville de Blois.

1 Commentaire

#Législatives2017 : journée de campagne à Blois.

19030465_10213725979973359_6469350312644445165_n 19113851_10213725980173364_1978783017389059189_n

La 1ère journée de campagne de Michel Chassier était consacrée à la ville de Blois, où le taux d’abstention a été encore particulièrement élevé : seulement 44,11% de votants contre 50,19% sur l’ensemble de la circonscription et donc 53,58% hors Blois.
Notre candidat était ce matin dans le quartier de Cabochon – La Quinière pour rendre visite aux commerçants et rencontrer les habitants.
Le message que nous remontent les habitants est sans équivoque.
Tous constatent l’inexorable descente aux enfers de leur quartier, suite aux déplacements de populations dans le cadre du Plan de Rénovation Urbaine. La Quinière est en train de vivre ce qu’ont connu les habitants de Kennedy, Coty ou le Croix Chevalier  dans les années 90.
Et tous ont le sentiment que la mairie ne peut rien faire, ou bien refuse de voir la réalité en face.
Une personne rencontrée nous confirme que le Centre commercial, rebaptisé « Village Quinière » est en train de mourir, les propriétaires voient la valeur de leur logement s’effondrer, on nous cite le cas d’une personne ayant été contraint de vendre son bien pour la moitié de son prix d’achat ! Et le phénomène touche désormais les pavillons aux alentours, rachetés à bas prix nous dit-on pat des Turcs.
Un jeune retraitée nous signale une violente altercation au Carrefour de la Quinière entre un « jeune » surpris en flagrant délit de vol et un vigile, qui a été frappé, tandis que cette personne nous raconte que son petit-fils a été projeté contre la façade dans la bagarre.
Il semblerait que la direction du magasin ait choisi d’étouffer l’affaire pour ne pas nuire à son image, il n’y aurait pas eu de dépôt de plainte et les caméras n’auraient pas enregistré la scène ! Et bien sûr rien n’a été communiqué à la presse.
Plus tard au Centre Quinière nous constatons que le « panneau d’affichage » indiquant les prix du « shit » n’a toujours pas été effacé.
L’après-midi, Michel Chassier s’est rendu Place Lorjou pour rencontrer les rares commerçants ouverts et là aussi quelques habitants.
A nouveau des témoignages édifiants comme cette personne qui nous assure avoir vu des dealers se protéger avec des armes à feu, pistolets et carabine, sans même les cacher alors qu’il fait encore jour. Et bien sûr aucune intervention.
Arrête ensuite au carrefour Médicis avant de repasser par le Centre-Ville.
Au passage les affiches du candidat ont été renouvelées, accompagnées par une affichette de l’appel pour le 18 juin, tandis que de nouveaux documents étaient distribués.
Demain, la campagne continue à Blois et en zone rurale.

1 Commentaire

#Législatives2017 : Michel Chassier sur le marché Coty à la ZUP de Blois.

18882019_1333280840123490_6086425858603603981_nMichel Chassier était ce matin en campagne sur le marché de la place Coty à la ZUP de Blois. Dans ce quartier classé en ZUS, Michel Chassier n’est pas un inconnu puisqu’il a été plusieurs fois candidat aux cantonales puis départementales, il est également bien identifié comme conseiller municipal de Blois.
Cela explique sans doute que le Front National soit bien accueilli sur ce marché, où la seul remarque que nous avons entendue venait d’un vieux militant de Lutte Ouvrière.
Nous avons même croisé Rama Yade, qui ne semblait pas très à l’aise et qui du surcroît n’a pas pu éviter de serrer la main du candidat FN !

1 Commentaire

#législatives2017 : Michel Chassier sur le marché Louis XII à Blois

Marché Blois 27-05

Ce matin Michel Chassier accompagné de Laurent, Cédric et Frédéric, était sur le marché Louis XII à Blois.
Le contact avec les électeurs est toujours aussi intéressant. Même s’il y avait beaucoup de touristes venus à Blois pour ce week-end prolongé – dont certains nous ont dit voter pour le FN dans leur département – nous avons pu rencontrer et échanger avec de nombreux électeurs de la circonscription.
Trois semaines après le deuxième des présidentielles, on ressent parfois une certaine lassitude : certaines personnes refusent de prendre un document, quelque soit le candidat, et sans même l’identifier.
A l’inverse, des personnes qui reconnaissent notre candidat viennent vers nous spontanément. Il y a aussi ceux qui sont encore dans l’illusion Macron, depuis son sacre digne de la reine d’Angleterre et les reportages dithyrambiques des médias du système, davantage enclins à commenter la tenue de la reine Brigitte qu’à parler du programme et des projets inquiétants du nouveau gouverneur de la France.
Mais au final le bilan est plutôt positif, et le contact direct avec les électeurs reste le moyen le plus efficace de convaincre.
Après le marché, notre équipe a parcouru les rues piétonnes du centre-ville.

1ère circonscription : la campagne est lancée.

Point presse 18-05

Cet après midi à Blois Michel Chassier tenait un point presse afin de présenter son suppléant, Jean-Louis Berger, conseiller municipal et communautaire de Blois et commerçant à Cellettes.
L’occasion également de présenter les grands axes de la campagne.
Les Français n’ont pas voulu prendre le risque du changement, ils ont préféré la continuité, abusés il est vrai par l’illusion d’un renouveau de la vie politique alors que nous assistons à un retour à la IVème République.
Face aux mesures annoncées par M. Macron il faut plus que jamais un véritable opposition rassemblée autour du Front National.
Nos priorités n’ont pas changé : soutenir les entreprises pour créer de l’activité et de l’emploi, défendre le pouvoir d’achat par une baisse des charges et des premières tranches de l’impôt sur le revenu, donner les moyens et le soutien nécessaire aux forces de l’ordre, rétablir la justice sur tout le territoire, réformer l’école et développer l’apprentissage et l’alternance, garantir l’égalité des territoires menacée par la loi NOTRe, lutter contre la menace islamiste et l’immigration de masse etc…
Notre programme sera adressé prochainement à tous les électeurs de la circonscription, un résumé sera disponible en ligne rapidement.
Nous appelons d’ores et déjà nos électeurs à se mobiliser. La multiplication des candidatures est une opportunité pour accéder au 2ème tour, peut-être dans une triangulaire où rien n’est joué d’avance.
Pour cela, d’ici le 11 juin, nous devons nous mobiliser au maximum.
Toutes les communes de la circonscription seront visitées, mais chacun doit aussi relayer la campagne sur les réseaux sociaux. Nous vous communiquerons rapidement les documents à partager. 

1 Commentaire

Le syndrome de Stockholm.

Marc Gricourt 5 avril 2014Marc Gricourt, comme beaucoup de ceux qui ont appelé à voter Macron, commence à s’en mordre les doigts.
Nous poursuivons la chronique des législatives en Loir et Cher, en parallèle avec l’actualité nationale.

Dans la 2ème circonscription, Jean Luc Brault, maire de Contres depuis 2001, Président de la Communauté de communes Val de Cher – Controis, ancien conseiller général de Loir et Cher a présenté son suppléant à la presse.
Exit donc Christine Jagueneau, référente départementale d’En Marche.
Dans le Vendômois, ce sont des élus locaux qui représenterons le parti de M. Macron, Marlène Martin, première adjointe de Villiers et Jean-Pierre Mahaudeau, maire de Liginières.
Ce dernier déclare dans la Nouvelle République : « J’attendais quelqu’un qui se démarque du système actuel pour que l’intérêt général soit vraiment pris en compte dans nos petites communes… »
Propos pour le moins surprenants quand on sait que M. Macron est le pur produit du système et qu’il nous propose un retour à la IVème République tout en faisant du Président un monarque. Et surtout M. Macron entend poursuivre la politique de ses prédécesseurs visant à en finir avec l’échelon communal, en forçant aux regroupements et aux fusions d’intercommunalités au détriment de la proximité.
C’est un peu le syndrome de Stockholm !
Et au final ils auront comme adversaire un Maurice Leroy qui lui aussi flatte les élus des petites communes pour mieux les étouffer, et qui n’exclut de devenir ministre de Macron !
A Blois enfin, on voit Marc Gricourt s’émouvoir des conséquences des promesses macroniennes sur les finances communales !
C’est tout de même curieux, car lors du conseil municipal du 24 avril, Michel Chassier était intervenu pour souligner que le candidat soutenu par Marc Gricourt au le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » avait simplement répondu le maire de Blois.
Aujourd’hui il écrit au monarque républicain pour implorer sa clémence.
Mais comme disait Bossuet « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

7 commentaires

Blois : pas de trève pour les voitures brûlées.

Rue maryse Bastié_2Deux voitures ont été incendiées dans la nuit de lundi à mardi rue Maryse Bastié à la ZUP de Blois, au coeur d’un quartier entièrement rénové dans le cadre du PRU.
Une preuve supplémentaire que la délinquance n’est pas liée à l’urbanisme, ni d’ailleurs à la pauvreté comme certains le laissent entendre, ce qui est insultant pour les gens dans la précarité sociale, ce qui ne fait pas d’eux des voyous.
On sait bien que la plupart des faits de délinquance à la ZUP sont causés par les règlements de compte sur fonds de trafic divers, des guerres de territoires, ou encore une manière de se venger après certaines arrestations.
Ce n’est malheureusement pas près de finir.

1 Commentaire

Blois, plaque tournante régionale de la drogue ?

résine cannabis(image d’illustration)
Si Tours a désormais le statut de Métropole, il semble bien que la ville de Blois demeure un centre important du trafic de drogue en région Centre-Val de Loire.
En effet un véhicule a été intercepté le 8 mai dernier par les douanes au péage de Monnaie sur l’A10. A l’intérieur, 1 kg de résine de cannabis à destination du quartier du Sanitas à Tours, selon les déclarations du « jeune homme » appréhendé (la Nouvelle République du 13/05/2017).
L’individu avait déjà un casier judiciaire particulièrement chargé, avec 14 condamnations à son actif, dont huit en relation avec les stupéfiants. Au total cinq ans et demi de prison ferme ont déjà été prononcés contre lui à ce jour !
Ce qui on le voit ne l’empêchait nullement de poursuivre ses activités…
Malheureusement ce genre de situation va perdurer puisque les Français ont choisi la continuité.
La remise en ordre de la France n’est pas pour maintenant.

3 commentaires

Blois Quinière : « tout ne va pas mal ! »

incendie-quiniere(image d’archives : feu de voitures à la Quinière).
Les habitants des quartiers ouest de Blois étaient nombreux mardi soir à la salle Dorgelès venus entendre le maire à la réunion de quartier.

Sans surprise deux questions sont ressorties : l’avenir du centre commercial Quinière et la sécurité dans le quartier.
Avec encore 3 voitures brûlées ce weel-end, les abords du centre commercial transformés en marché de la drogue, les habitants sont de quoi être exaspérés.
Le maire, Marc Gricourt, a répondu que « Tout ne va pas bien mais tout ne va pas mal« .
Pas sûr que cela suffise aux habitants, qui attendent une réponse plus ferme et surtout des actes.
A propos du trafic de drogue, un habitant signale que c’est un commerce « très florissant, qui fonctionne tous les soirs et dont les prix sont affichés sur des poteaux. »  Des faits maintes fois signalés et que le maire n’a pas cherché à démentir. Mais sa réponse peut surprendre : il souhaite la libéralisation de la vente de cannabis. «  La seule façon de casser les trafics ».
Il est vrai que si le vol était légalisé il n’y aurait plus de voleurs !

2 commentaires
12345...65

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...