Archive | Blois Flux RSS de cette section

34ème BD Boum : une affiche qui interpelle.

AFFICHE_BDBOUM_2017

Bien sûr la BD a toujours cultivé l’humour, y compris l’humour noir, le second degré et l’art de la provocation.
Malgré tout le choix de l’affiche pour cette 34ème édition ne nous semble pas du meilleur goût dans le contexte actuel.
On y voit un personnage qui doit être François 1er appuyer sur un détonateur qui fait sauter toute la ville de Blois.
Il n’y a aucune confusion, il ne s’agit pas d’un feu d’artifice, mais bien d’une explosion destructrice qui envoie dans les airs des pans entiers des bâtiments de la ville.
Dans cette période profondément marquée par des attentats meurtriers, alors que la menace est toujours présente, il est permis de s’interroger sur le sens d’une telle affiche.
Mais nos adversaires politiques ne verront probablement dans cette interrogation qu’une nouvelle attaque contre leur vision de la culture, dont ils revendique la liberté totale pour eux-même tout en censurant ceux qui ne pensent pas comme eux, et en exigeant bien sûr toujours plus de subventions…
Tant pis, nous osons poser la question, nos lecteurs jugeront.
Merci de nous faire connaître votre point de vue, tous les avis seront acceptés.

3 commentaires

Blois : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Jeu de Paume 10-2017C’est la question qu’on peut se poser si l’on considère l’évolution de la Ville et de l’Agglo depuis une trentaine d’années.
Certes le développement des zones périphériques, industrielles et commerciales, est un phénomène qui se retrouve dans toutes les villes.
Mais l’aménagement de la ville centre reste un domaine dans lequel il est est possible d’agir et les choix qui sont faits en la matière peuvent s’avérer déterminants.
Or les différentes opérations menées depuis le début des année 90 n’ont pas été menées avec une grande cohérence sur le plan de l’urbanisme.
Prenez le cas de la Halle aux Grains. C’était incontestablement un élément du patrimoine blésois à divers titres, et il aurait été regrettable de la raser.
Pour autant l’ensemble Halle-au Grains – bibliothèque de l’Abbé Grégoire présente des défauts majeurs de conception.
D’abord l’hémicycle ajouté à la halle qui est de capacité insuffisante : environ 800 places au départ, jauge qu’il a fallu réduire à 610 places tellement la première configuration était inconfortable pour les spectateurs. De plus les contraintes du bâtiments font que la partie technique et les coulisses sont également jugées insuffisantes par les professionnels.
Certes on répondra que l’enveloppe budgétaire ne permettait d’aller au-delà. Mais en même temps des sommes importantes ont été englouties en pure perte dans des projets comme le Capitainerie.
En lire plus …

0 Commentaires

Bilan à mi-mandat : où en est la ville de Blois ?

Passerelle 2La Nouvelle République publie aujourd’hui un bilan à mi-mandat, vu par le maire de Blois Marc Gricourt.
Dans son édition de jeudi il y aura le point de vue des oppositions.
Mais nous pouvons d’ores et déjà faire un certain nombre de commentaires.
Marc Gricourt se déclare évidemment satisfait : il met en avant l’aménagement Cœur de Ville-Loire, le Plan de Rénovation Urbaine, la passerelle de la gare, la réhabilitation de Bégon et l’ouverture de la Maison de la BD. Et enfin l’ouverture de la salle du Jeu de paume.
Cela mérite quelques explications.
Les deux premières opération ne datent pas de cette mandature, ce sont des opérations de longue haleine, initiées l’une comme l’autre sous le mandat de Nicolas Perruchot.
Sur le Centre-Ville on peut seulement regretter qu’il aura fallu 10 ans pour réaliser cette rénovation certes nécessaire, mais pas suffisante pour redynamiser l’activité. Nous regrettons au passage qu’il n’ait pas davantage été tenu compte des recommandations de l’urbaniste Gilles-Henri Bailly, qui préconisait de recentrer Blois sur la Loire.
Le projet, aujourd’hui quelque peu enlisé, du Carré Saint Vincent ne va pas dans ce sens. Au contraire la Ville a laissé passé l’opportunité de recréer une activité commerciale à l’ancienne Halle Louis XII, préférant y installer la Maison de la BD.
Sur le PRU, opération à 243 millions d’euros il faut le rappeler, il est certes arrivé pratiquement à son terme, mais sans apporter une véritable solution aux problèmes de la ZUP, on vient de la voir encore ce week-end.
Pour la passerelle de la gare, nous avions dénoncé son coût excessif par rapport à son utilité réelle. Loin d’être un équipement urbain structurant, elle est surtout un moyen d’accès aux quais de la gare, le problème c’est que la SNCF n’a presque rien financé. 
Enfin sur la salle du Jeu de Paume, chacun sait qu’il s’agit d’une réalisation de l’Agglo.
Sur  les perspectives d’avenir, Marc Gricourt est obligé de reconnaître que les contraintes financières vont réduire considérablement la capacité d’investissement de la ville, ce qui se ressent même au niveau de l’entretien courant de la voirie par exemple.
Il évoque des économies forcées sur le fonctionnement des services, mais cela ne suffira a redressé une situation plombée par les années Lang.
Au final il est permis de s’inquiéter pour l’avenir de Blois, à l’heure de la montée en puissance des Métropoles de Tours et Orléans, favorisée par la loi NOTRe votée par les amis politiques de M. Gricourt.
C’est un débat que nous aurons aussi à la région ce vendredi, lors d’une réunion commune avec le CESER pour le lancement de la procédure d’élaboration du SRADDET.

3 commentaires

ZUP de Blois : nouvelle nuit d’émeutes

moto-_2Image d’archives : place Lorjou en 2014. Rien n’a changé.
Nous relations hier le climat de tension dans la quartier de la Croix-Chevalier après la mort d’une jeune à moto vendredi après-midi.

la Nouvelle République confirme les premiers résultats de l’enquête : il apparaît nettement sur les images de vidéosurveillance que le jeune circulait sans casque et n’a pas respecté la priorité.
D’autre part, comme le pensaient les policiers, la moto incendiée près des lieux du drame était bien celle impliquée dans cet accident mortel.
Après les incidents de dimanche après-midi, où plusieurs dizaines de « jeunes » avaient commencé à lynché l’auteur d’une vidéo publiée par un témoin sur les réseaux sociaux, le face à face avec les forces de l’ordre s’est poursuivi jusque dans la nuit.
Selon la Nouvelle République du 17/10, une cinquantaine d’individus s’en sont pris au mobilier urbain, ont monté une barricade au milieu de la rue de Tourville, incendié des poubelles et lancé des projectiles sur les forces de l’ordre et brisé la vitre d’un véhicule de Police.
Il a fallu mobiliser tous les renforts pour rétablir un semblant d’ordre, cet à dire laisser les casseurs se disperser sans procéder à la moindre interpellation qui, on se doute, aurait pu dégénérer.
Le souvenir des émeutes de 2014 est encore présent dans tous les esprits et les Policiers sont obligés de « marcher sur des oeufs ».
On voit bien que rien n’a changé et que les violences peuvent recommencer au moindre prétexte.

4 commentaires

Vive tension à la ZUP de Blois suite au décès d’un jeune à moto.

Médiatheque Maurice GenevoixVendredi après-midi un jeune circulant à moto rue de Tourville à la ZUP de Blois est entré en collision avec une voiture à hauteur de la médiathèque Maurice Genevoix.
Le motard, qui ne portait pas de casque, est décédé quelques heures plus tard.
Une enquête est en cours afin de préciser les circonstances de la collision, et nous apprenons par ailleurs qu’une moto a été incendiée peu après l’accident, il pourrait s’agir de celle que pilotait la victime, mais qui n’était peut-être pas le propriétaire (la Nouvelle République du 14/10). Etait-elle « empruntée » ?
Mais quelqu’un avait filmé la scène sur son portable et mis les images en ligne sur les réseaux sociaux.
Il a été reconnu et « violemment pris à partie par plusieurs dizaines d’individus » dimanche après-midi près du collège Bégon.
Il a fallu faire intervenir des renforts de Police pour extraire l’homme de la mêlée et calmer la situation (la Nouvelle République du 16/10).
Bien qu’il s’agisse d’une agression en bande organisée, pour ne pas dire une tentative de lynchage, le procureur fait précise par la presse « qu’aucune interpellation n’a été effectuée au cours de ces incidents.« 
Les consignes sont toujours les mêmes : calmer le jeu.
Le plus terrible c’est que ces méthodes finissent par donner un sentiment d’impunité qui encourage certains à braver toujours la loi… jusqu’à un accident mortel, qui n’est pas le premier dans le quartier.
L’identité de la victime n’est pas connue. Sauf sans doute des Policiers, qui ne peuvent rien dire. 

6 commentaires

Blois : une voiture incendiée en Vienne

Vienne AAJBOn nous signale une épave de voiture brûlée en Vienne, près du parking de l’AAJB.
Probablement l’incendie remonte à la nuit dernière, et il ne semble pas « accidentel ».
Les riverains ont certainement une petite idée, ce n’est pas la première fois hélas dans ce quartier.

1 Commentaire

Poursuivie pour vol, elle se présente voilée au tribunal.

stand marché EuropePhoto d’illustration : marché place Lorjou à Blois.
Au tribunal correctionnel de Blois, une femme et son ex (?) conjoint comparaissaient pour des vols commis à Auchan, « pour nourrir ses enfants » dit l’accusée.

Sauf que le premier vol, à l’instigation de son compagnon concernait deux téléphones portables.
L’individu en question n’est d’ailleurs pas un inconnu de la justice, puisque son casier comporte déjà 9 mentions !
On peut s’interroger également sur la situation de cette femme, qui en serait réduite à voler « pour nourrir ses enfants » alors que, officiellement séparée elle est en situation de parent isolé avec 5 enfants, il suffit de consulter les barèmes de la CAF pour constater qu’elle n’est pas sans ressources.
Bien sûr, l’identité des deux prévenus n’est pas… dévoilée, mais on relève précisément dans le compte-rendu d’audience que la femme comparaissait voilée. Sans revenir sur l’imbroglio juridique de cette loi sur le port du voile, qui interdit la burqa et le niqab, mais reste très floue sur le hijab et le tchador, et dont le Front National avait à juste titre dénoncé l’inefficacité, il est quand même précisé dans le code de procédure pénale que l’on doit se présenter devant la tribunal « debout et la tête nue« .
Mais une fois encore, de petits arrangements en accommodements, c’est le prosélytisme islamique qui gagne du terrain.

3 commentaires

Aides-soignants menacés aux urgences de Blois : l’agresseur au casier judiciaire chargé laissé en liberté.

Hopital BloisCentre hospitalier de Blois.
L’info est publiée sur le site Internet de la Nouvelle République : un « Blésois de 43 ans » était jugé cet après-midi en comparution immédiate pour avoir menacé deux aides-soignants dans la nuit de samedi à dimanche au centre hospitalier de Blois.

D’après ses explications, sa compagne refusait d’être examinée par un homme.
Les agents de sécurité ont dû intervenir une première fois pour le faire sortir, mais l’individu, qualifié de « trublion » par la NR, est revenu dans la nuit et il a menacé deux agents hospitaliers dont une femme aide-soignante.
Cette fois c’est la Police qui est intervenue pour interpeller l’excité.
« Compte tenu des faits et d’un casier judiciaire chargé« , le procureur de la République a requis six mois d’emprisonnement assortis d’un mandat de dépôt.
Mais l’avocat de la défense a expliqué que son client vivait « une situation très compliquée » et plaidé pour qu’il ne soit pas incarcéré.
Le prévenu, dont la NR protège l’anonymat, a été condamné à six mois de prison ferme mais le mandat de dépôt n’a pas été délivré.
L’homme est condamné à verser 850 euros aux deux agents hospitaliers. Il est permis de douter là aussi de l’exécution de cette sentence.
En résumé une peine de prison qui ne sera pas exécutée, une indemnisation moins que certaine, un agresseur dont l’identité est tenue secrète, et pas un mot sur les causes de cette agression : de toute évidence le fondamentalisme islamique. Prêché à Blois dans quelle mosquée ? Le lecteur n’en saura rien.
Surtout pas de vague. Et pas d’amalgame !

3 commentaires

Un extrémiste blésois condamné avec sursis pour dégradations, mais protégé par l’anonymat.

PN Pneux crevés chantierL’affaire évoquée ce jour par la Nouvelle République (04/10/2017) est particulièrement intéressante.
Un « Blésois d’une quarantaine d’année » était jugé pour une série de dégradations commises sur des engins de chantier entre février et novembre 2015 : il crevait les pneus à l’aide d’une chignole, le préjudice est estimé à 130 000 euros.
Seulement voilà, notre homme, dont le nom n’est pas révélé dans cet article se justifie en précisant être « communiste et écologiste » et agir contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.
Le psychologue désigné comme expert évoque « une altération du discernement provoquée par les convictions extrêmes du militant. »
Il est néanmoins condamné à 12 mois de prison avec sursis, l’article n’évoque même pas d’amende.
Une peine donc modérée puisque cette infraction qui relève du pénal peut être punie de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Et dans dans le cas il n’y a pas eu qu’une dégradation, mais une série qui a duré 9 mois.
Ce qui frappe dans ce compte-rendu, c’est à quel point le fait d’être d’extrême-gauche est invoqué comme une excuse absolutoire, alors que si l’auteur de faits similaires se revendiquait d’extrême-droite, ce serait une circonstance aggravante, aux yeux de la justice comme de la presse.
La remarque du psychologie mérite aussi d’être relevée, lorsqu’il parle d’une « altération du discernement« .
Ce point de vue a été rejeté par le tribunal, qui parle au contraire d’actes délibérés, réfléchis, calculés.
Mais il n’en reste pas moins que nous avons affaire à un individu pour qui la cause qu’il défend justifie les moyens employés, même s’il regrette aujourd’hui… après avoir été pris !
Cela s’explique facilement par la bienveillance dont bénéficient les idées révolutionnaires dans les médias mais aussi pour une large part à l’école.
Les héros auxquels se réfère l’homme à la chignole sont les seules idoles que l’on propose aux jeunes dans les livres, les films, les chansons et jusque dans les salles de classe.
Ce sont sont en quelques sorte les saints de cette nouvelle religion qu’on cherche à nous imposer afin de détourner la jeunesse, de l’encourager à une forme de contestation des institutions et des valeurs de notre société – voire à ce sujet le procès de l’affaire dite « du quai de Valmy » – qui, loin de menacer le système en place, contribue à le renforcer en s’attaquant aux véritables défenses immunitaires de notre peuple que sont la connaissance de notre histoire et de nos origines, la défense de nos valeurs.
Oui, ce genre de comportement est encouragé pour toutes ces raisons, et cela explique l’indulgence du commentaire de la NR, qui de surcroît ne révèle pas le nom de l’auteur des faits.
Ces pseudos révolutionnaires, meilleurs alliés du système, vont donc pouvoir continuer à prospérer, à attaquer les policiers ou les réunions du Front National sans craindre des jugements trop sévères.

3 commentaires

Conférence des territoires : boycotter ou pas ?

Conférence des territoires BloisSuite aux annonces, pourtant attendues, du Premier ministre les Présidents de Région ont décidé de boycotter la Conférence des territoires.
Les élus régionaux et locaux du PS ont fait de même à Blois, puisque ni Marc Gricourt maire de la Ville, ni Charles Fournier, élu du Loir et Cher et  vice-Président écologiste de la région n’étaient présents.
Il y avait pour cette conférence de lancement, autour de Jean-Pierre Condemine, Préfet de Loir et Cher, deux parlementaires : Maurice Leroy (UDI « constructif ») et Marc Fesneau (MoDem), le Président du Conseil départemental Nicolas Perruchot, le maire de Romorantin Jeannny Lorgeoux, les représentantes de l’association des maires et des maires ruraux, et un certain nombre d’élus.
Le Front National était représenté par Michel Chassier, Conseiller régional, conseiller municipal et communautaire de Blois.
A la différence des Présidents de Région et de certains élus présents, notre mouvement a le mérite de constance et de cohérence sur la question de la Réforme territoriale. Si le Préfet a pu évoquer un certain consensus autour de la loi NOTRe, Michel Chassier a fait remarquer qu’il y avait surtout un consensus pour une pause dans le rythme des réformes. L’élu FN a rappelé que la loi NOTRe a suivi la loi MAPTAM dans un intervalle de 18 mois, sans être accompagnée d’une réforme des finances locales pourtant nécessaire en raison des transferts de compétences.
Sur le fond il a souligné également, après Nicolas Perruchot, la contradiction entre le renforcement des Métropoles et la défense de la ruralité et villes moyennes comme Blois, au bénéfice des premières, qui vont encore concentrer, dans un contexte de restrictions budgétaires, davantage de moyens.
En résumé, de nombreux intervenants, y compris le représentant de l’Etat, font le constat du « sentiment de marginalisation » de certains territoires, allant jusqu’à évoquer parfois « la France périphérique », mais aucun n’envisage de remettre en cause la loi NOTRe qui concoure à aggraver cette situation, tandis que la question des moyens ne sera pas mise sur la table.
Faudra-t-il continuer à participer à ce type de réunions ?
La question mérite d’être posée.

1 Commentaire

Blois : encore une voiture incendiée rue Lenôtre.

Rue Lenôtre 08-2017Rue Lenôtre – photo d’archives 08/2017)
Alors que la Police est parvenue à identifier et à interpeller l’auteur de plusieurs feux de voitures dans la quartier voisin des Allées, c’est à nouveau rue Lenôtre qu’une voiture a brûlé dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2 h 30 du matin (la Nouvelle République du 01/10/2017).
Il faut espérer que le ou les auteurs de ces incendies à répétition qui touchent régulièrement le quartier soient à leur tout appréhendés.
Les élus Front National, tout en demandant davantage de moyens pour la Police, avaient aussi évoqué le renforcement du dispositif « Voisins vigilants » pour informer plus rapidement les forces de l’ordre quand il se passe quelque chose.
Mais cela ne semble pas actuellement du goût de la Mairie.

4 commentaires

Macron met les Régions au régime « Grec ».

DJsDQ6NXUAE4y4kLe Front national, seule opposition cohérente à la politique Juncker-Macron.
On connaissait le fameux régime crétois ou diète méditerranéenne, recommandé pour perdre ses kilos superflus.

Mais l’Union européenne a inventé le régime Grec, sensé réduire la dette au prix d’une réduction drastique de la dépense publique, des salaires, des retraites en même temps qu’une augmentation de la pression fiscale.
Le problème c’est qu’au bout de trois ans, la dette grecque qui représentait 159% du PIB atteint désormais presque 180%.
La purge imposée par la troïka (Commission européenne, BCE, FMI) et appliquée par le Mélenchon Grec, Alexis Tzypras, bien que les Grecs ait rejeté ce plan par référendum à 61,3% en 2015.
Obéissant à la même oligarchie, Macron applique à son tour le « régime Grec » à la France, n’hésitant à tailler des les budgets de la défense, de la Police, de la Santé, du logement, tout en puisant dans la poche des collectivités locales.
Le plan annoncé par le 1er ministre LR de 57 millions d’euros d’investissements n’est bien sûr qu’un rideau de fumée, pour l’essentiel un jeu d’écritures comptables qui ne changera rien sur le fond, sauf à modifier la répartition de programme déjà inscrits dans le plan Hollande ou les contrats de plan Etat-Régions. Autrement dit déshabiller Pierre pour habiller Paul.
On le voit avec l’annonce brutale, à la veille du Congrès des Régions de France, d’une diminution de 450 millions d’euros de la part de TVA qui sera attribuée aux Régions dans le cadre de leur nouvelle compétence économique (la Nouvelle République du 26/09/2017).
En lire plus …

1 Commentaire

ZUP de Blois : Louis Buteau persiste et signe. Avec l’aval du maire ?

Dia Place LorjouDes nuages sur le commerce de la ZUP… et sur la majorité municipale ?
Aujourd’hui dans la Nouvelle République Louis Buteau revient sur l’étude commandée par la Ville au cabinet « Intencité ». Nous l’avions évoqué et commenté le 16 septembre sur ce blog.

Michel Chassier avait soulevé la question lors du conseil municipal le 18 septembre, sans vraiment obtenir de réponse.
La position du maire de Blois selon la Nouvelle République du 16/09 consistait à dire que les recommandations de cette étude étaient impossibles à suivre, car cela coûterait encore quelques millions d’euros !
Et à l’évidence la Ville ne les a pas.
Louis Buteau prend donc un peu le contrepied de Marc Gricourt en expliquant « qu’il ne faut pas se laisser décourager par la contrainte financière. »
Nous attendons avec impatience les orientations budgétaires pour savoir si les propositions de l’adjoint au commerce, dont Marc Gricourt se demandait lors du dernier conseil s’il faisait encore partie de la majorité, seront suivies.
Les sénatoriales du 24 septembre ont montré, en Loir et Cher et ailleurs, que le baromètre ne soit pas au beau fixe entre le PS et LREM.

1 Commentaire

Plan logement : les zones rurales pénalisées.

zonage Pinel-PTZLe zonage PTZ et Pinel en France : seules quelques communes d’Agglopolys sont classées en B2.
Le plan logement annoncé par le gouvernement risque bien de freiner la construction, surtout en zone rurale.

Au niveau des mesures générales on retiendra surtout la baisse globale des aides au logement, notamment aux organismes HLM alors que l’on exige qu’ils rénovent leur parc immobilier pour respecter les objectifs en matière d’économie d’énergie…
Plutôt contradictoire.
Pour le prêt à taux zéro (PTZ), s’il est maintenu, il sera recentré essentiellement sur les métropoles, puisque le dispositif prévoit qu’il sera reconduit dans les zones A, Abis et B1 (où il existe un fort déséquilibre entre l’offre et la demande de logements) pour quatre ans, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2021, et pour 1 an dans la zone B2, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2018. Dans l’ancien, l’aide est maintenue jusqu’au 31 décembre 2021 mais dans les zones B2 et C uniquement.
En Loir et Cher, seule une partie de l’agglomération blésoise se trouve en zone B2, aucune ville en zones A, Abis et B1.
Cela veut dire plus de PTZ pour le neuf après 2018 en Loir et Cher.
Même chose ou presque pour le dispositif d’incitation fiscale à l’investissement locatif Pinel qui se voit prolongé de quatre ans, soit, là encore, jusqu’au 31 décembre 2021, mais dans les zones A, Abis et B1 uniquement, donc pas en Loir et Cher.
On le voit, dans ce domaine aussi M. Macron applique scrupuleusement les ordres de ses commanditaires.
Au fait, qu’en pensent les candidats aux sénatoriales grand défenseurs de la ruralité ?
Nos élus ne manquerons de soulever la question à la Région lors de la préparation du SRADDET.

1 Commentaire

Gare de Blois : le stationnement en question.

Passerelle 2La passerelle a été évoquée lors du dernier conseil, mais l’aménagement côté ouest n’est toujours pas traité.
Nous avons, après le conseil municipal de Blois, le témoignage d’un usagers quotidien de la SNCF.

« J’ai, ce matin encore, manqué mon train habituel, bien que je sois arrivé 20 minutes avant l’heure du train… Toutes les rues proches de l’accès passerelle au nord sont saturées : rue Alfred Halou, parking Nord de la Gare, avenue Médicis, rue du Pressoir Blanc, « Rond-Point » du cimetière, rue Frédéric Chopin !
Pas ou très peu de stationnement Rue Pierre de Ronsard, idem avenue Gambetta.
Je me suis garé sur l’unique place que j’ai trouvé à savoir rue Etienne Baudet, qui est plus une place de stationnement dédiée aux riverains qu’aux usagers de la gare.
En lire plus …

2 commentaires

Encore deux voitures brûlées à Blois.

rue des PeupliersImage d’illustration : la rue des Peupliers.
Deux voitures ont été incendiées dans la nuit de mardi à mercredi rue des Peupliers à Blois (source la Nouvelle République du 21/09).
Déjà trois voitures avaient été incendiées dans la même rue en juillet dernier.
Aujourd’hui ce quartier de pavillons et de petits immeubles ne connaît plus la tranquillité.
Il faut dire qu’il est situé entre la ZUP et la Quinière et que depuis des années les abords du lac de la Pinçonnière et du Parc de l’Arrou sont aussi des lieux où les dealers exercent leu commerce. Ce qui ne va toujours sans quelques frictions et règlements de compte.
Ce nouvel incendie a-t-il un rapport ? L’enquête le dira peut-être, si les auteurs sont identifiés.

Conseil municipal de Blois : les élus FN posent les bonnes questions… même si elles déplaisent.

CM Blois 19-09-2016Michel Chassier et Miguel de Peyrecave : côte à côte au conseil municipal depuis 1995 ! ((sauf durant la mandature 2008-2014)
Un conseil municipal plutôt copieux, qui était aussi le dernier pour Miguel de Peyrecave qui a quitté notre département. Nous y reviendrons.

Dans l’examen des décisions du Maire, Michel Chassier s’étonne du choix de l’entreprise retenue pour l’installation et la maintenance de la patinoire, société dont le siège est au Luxembourg et qui ne compte que 2 employés y compris le gérant.
Difficile dans ces conditions d’installer une patinoire, à moins d’avoir recours à la sous-traitance et peut-être à des travailleurs détachés ?
Sur le budget supplémentaire Michel Chassier est également intervenu pour souligner les menaces qui pèsent sur les finances de la ville du fait de la baisse des dotations. On note déjà en 2017 que les dépenses d’équipement diminuent par rapport à 2016 :  CM 2016-09-19 – BS 2017
Dans sa réponse Marc Gricourt n’a pu que confirmer ces craintes.
En lire plus …

1 Commentaire

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical était l’invité de la matinale du 18-09-2017 sur Radio Liberté

CapturefffLaurent Bras, Syndicaliste, Secrétaire Général du cercle Front syndical et Secrétaire Départemental Adjoint du FN41 s’exprimait sur la matinale du 18 Septembre de Radio Liberté .

Il revenait sur la participation du cercle Front syndical à la manifestation du 12 Septembre, son action contre la Loi Travail XXL et sur ce qui semble se recomposer au niveau syndical.

Blois et Mer : conseil municipal lundi soir

Elus FN BloisVos élus blésois (de gauche à droite : Michel Chassier, Mathilde Paris, Jean-Louis Berger et Miguel de Peyrecave).
Le conseil municipal se réunit lundi 18 septembre à 18 heures, avec 65 délibérations à l’ordre du jour, dont le budget supplémentaire, plusieurs comptes-rendus annuels d’activité (Agglopolys, Eau, Stationnement, ZAC Saint Vincent Gare Médicis, PRU etc…) en plus des délibérations habituelles.

Elus Mer Bleu marine

Vos élus mérois : Robert Krysik, Olivier Besnardet Sophie Boulaigre. 

Réunion du conseil municipal également à Mer à la même heure.
Vos élus FN seront là pour vous représenter.

Rappelons que les séances du conseil municipal sont ouvertes au public.

 

1 Commentaire

Loi Travail XXL – Le 12 Septembre : première étape. Le 21 : on amplifie, dans l’unité la plus large

Ordonnances_LoiTravailXXLLe 12 Septembre, un peu partout en France, les salariés, et avec eux les Français, étaient fortement mobilisés contre la Loi Travail XXL et ses ordonnances. Loi, pudiquement appelée « Renforcement du dialogue social », un comble pour un ensemble de textes qui remet en cause plusieurs décennies de conquêtes sociales et qui rappelons-le n’est qu’une directive de plus imposée par l’Union Européenne pour déréglementer le droit social, vider le Code du Travail de son caractère protecteur pour les salariés, et qui n’apportera rien en matière d’emploi.Le cercle Front syndical était tout naturellement présent dans ces actions, puisque ses militants étaient présents dans les cortèges et manifestations, au milieu de leurs syndicats respectifs : son Secrétaire Général, Laurent Bras était présent dans le cortège de Blois. Et le vice-président du Front National, Florian Philippot était présent dans la manifestation parisienne, au côté des forains.

Notons que outre la CGT, SUD et la FSU qui ont appelé aux rassemblements, la majorité des Unions Départementales ainsi que de nombreuses fédérations professionnelles de FO ont clairement appelé à participer aux manifestions et étaient présentes. De même, certaines fédérations de la CFDT ont participé à l’action contre la Loi Travail XXL le 12 Septembre, et des éléments de la CFE-CGC étaient présents dans les cortèges.

L’unité syndicale existe donc bien à la base : c’est la volonté des salariés et des syndicalistes de terrain ! C’est le moyen le plus efficace de faire reculer le gouvernement Macron et d’empêcher la France de sombrer dans un recul social sans précédent !

C’est pourquoi le cercle Front syndical appelle les salariés de France, et tous les syndicalistes qui ont à cœur de défendre les intérêts des salariés avant tout, à amplifier l’action et à se mobiliser à nouveau le 21 Septembre.

Cette mobilisation doit se faire de façon la plus unitaire, rassembleuse, ouverte et sans arrière pensée partisane. Ainsi, le cercle Front syndical, parce que constitué de syndicalistes responsables appelle les directions confédérales de FO, de la CFDT, de la CFTC et de l’UNSA à réellement prendre en compte l’intérêt des salariés et à mettre toutes leurs forces au côté de la CGT, de SUD et de la FSU dans un appel clair à l’action pour le 21 Septembre.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical, Conseiller régional  Île-de-France

Laurent Bras, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire départemental adjoint FN41

ZUP de Blois : un diagnostic commercial qui oublie l’essentiel.

Dia Place LorjouLa ville de Blois a fait appel à un cabinet parisien pour une étude sur les « quartiers nord », autrement dit la ZUP de Blois, confrontée à une forte vacance commerciale.
A croire que les élus et les associations de commerçants ne seraient pas capables de réfléchir à la situation.
Le résumé des conclusions est publié aujourd’hui dans la Nouvelle République.
Le rapport complet n’a pas encore été communiqué aux élus, nous aurons l’occasion de la demander lors du conseil municipal ce lundi.
Dans les grandes lignes, il faudrait diviser par deux les surfaces commerciales « de proximité » en passant de 11 000 à 5 250 m2, et passer de 6 à 2 pôles commerciaux, ce qui semble un peu contradictoire avec la notion de « proximité ».
Mais le plus surprenant c’est que ces réflexions n’aient pas été conduites en amont du Plan de Rénovation Urbaine (PRU) qui a quand même coûté plus de 243 millions d’euros, et qui était censé repenser la ZUP dans son ensemble : urbanisme, circulation, logement, commerces, services.
Sans parler de l’étude commandée à Gilles-Henri Bailly à l’époque de Nicolas Perruchot et dont il n’a pas été beaucoup de tenu compte, et le projet de centre commercial sur l’espace du chevet de Saint Vincent est même en totale contradiction avec ses préconisations.
Le constat du cabinet Intencité ne serait-il pas le constat de l’échec du PRU, échec annoncé dès le départ par les élus du Front National qui en critiquaient le périmètre et les objectifs.
On nous dit aujourd’hui qu’il y a trop de surfaces commerciales dans ces quartiers, alors que de nouveaux locaux étaient encore proposés il y peu autour de la place Lorjou, alors que les commerces existants ont déjà bien du mal pour beaucoup.
Au sujet de la dispersion des pôles d’activité, on peut également constater que le PRU y a contribué.
Et au final, la ville conclut que les recommandations de cette étude sont impossibles à suivre, car cela coûterait encore quelques millions d’euros !
On peut se demander dès lors l’intérêt d’une telle étude.
Et attendant, si le mètres carrés de commerces diminuent, les mètres carrés de mosquées augmentent à une vitesse impressionnante !

2 commentaires

Les « fainéants, cyniques et autres extrémistes » dans l’action pour défendre nos droits sociaux

Loi_Travail_XXLAujourd’hui 12 Septembre, les salariés à l’appel de plusieurs confédérations syndicales se sont fortement mobilisés, et avec eux les Français pour défendre le droit social. Dans ces cortèges, outre la CGT, SUD et FSU qui appelaient aux manifestations, il y avait aussi des militants de FO, de la CFDT et de la CFE-CGC. Ainsi, pour Force Ouvrière, 52 Union Départementales sur 95 et au moins 7 Fédérations ont appelés aux actions contre la Loi Travail XXL (dans la région Centre, seule 2 UD de FO n’ont pas appelé), désavouant ainsi la position de Jean-Claude Mailly. Coté CFDT pareil, plusieurs Fédérations ont appelé à participer aux manifestations. Et dans les manifestations, on a pu voir aussi des drapeaux de la CFE-CGC. Et dans tous ces cortèges, les militants du cercle Front syndical était présent, dans leur syndicat respectif : j’étais présent, au milieu de mon syndicat, dans le cortège de Blois qui a réuni un millier de personnes.

Du jamais vu côté syndical : des syndicalistes, UD et Fédérations entières bravant les consignes de leurs directions ! Salle temps pour les bureaucrates et les états-majors syndicaux ! Ceux qui hier ont fait élire Macron contre Marine, la seule qui aurait préservé le droit social, ceux-la même qui ont négocié sur le dos des salariés leur reddition au Système sont dépassés par les « fainéants, les cyniques et les extrémistes », comme Emmanuel Macron osent nous désigner.

C’est sûr, Macron et tous ses oligarques s’y connaissent en travail ! Avec des députés LREM incapables (les 3 « gourdasses » élues dont une a été promue), violents (une qui mords et l’autre qui tabasse à coup de casque), certains confondant l’Assemblée Nationale en vaste marché que l’on fait visiter, ils font montre de sérieux et de compétence ! Sans compter la Ministre du Travail qui a semble-t-il largement profité financièrement du plan social de Danone quand elle était DRH. Finalement tous profitent allégrement des largesses de la République et n’ont que mépris et arrogance à l’égard du peuple.

Par contre, le gouvernement Macron, dans cette logique ultra-libérale la plus folle ne sait qu’engendrer l’austérité et l’organisation méthodique de la destruction de tous nos droits, et en particulier nos droits sociaux acquis de longue date. Il leur faut se soumettre aux injonctions de l’Union Européenne, qui pour satisfaire les appétits de la finance mondiale, ordonne plus de déréglementation, en particulier du droit du travail pour en finir avec les principes de l’Etat-nation.

Mais les Français ne l’entendent pas ainsi. Les faits sont têtus, comme diraient certains, et les faits donneront peut-être raison au mouvement national. En tout cas nous somme sur le pont : les Français peuvent compter sur nous.

NOTA : Un millier de personnes mobilisées à Blois contre la Loi Travail : Nouvelle République du 12-09-2017 .

Laurent Bras, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire départemental adjoint FN41

1 Commentaire

Les causes cachées de la pauvreté à Blois.

http://www.dailymotion.com/video/x48uj7

Le clip de campagne du Front National en 2008 : il est toujours parfaitement d’actualité.
La Nouvelle République publie un article sur la hausse de la pauvreté à Blois… sans vraiment en analyser les causes.

Le maire PS, Marc Gricourt, se contente de demander davantage de solidarité aux communes rurales, autrement dit il demande aux autres de payer les conséquences des décisions politiques de ses prédécesseurs, alors qu’il continue dans le même sens.
Cette question avait déjà été évoquée il y a quelques mois en commission générale devant les élus municipaux.
Elle n’est pas  nouvelles, puisqu’en 2008, lors des élections municipales, le Front National faisait déjà le constat… mais expliquant aux Blésois pourquoi nous en étions arrivés là.
En fait le basculement s’est produit dans les années 80, avec l’arrivée massive d’une immigration favorisée par le regroupement familial et la présence à Blois d’un parc de logement sociaux importants.
Par un système de vases communicants, les Blésois « de souche » ont progressivement déserté les quartiers de la ZUP les plus touchés en raison d’une cohabitation vite devenue impossible dans certains immeubles, n’en déplaise à ceux qui rêvent encore du « vivre ensemble », et ils étaient vite remplacés par de nouveau arrivants.
Au bout de 30 années de politique de la Ville de centaines de millions d’euros dépensés, force est de constater que le problème est toujours là, et même qu’il risque de s’amplifier dans les prochaines années.
Selon l’INSEE, plus d’un tiers de la population Blésoise est désormais composées d’étrangers stricto sensu, d’immigrés devenus français et de leurs enfants, automatiquement français dès lors qu’ils naissent sur notre sol.
Ils forment la majorité de la population dans certaines parties de la ZUP, et le Plan de Rénovation Urbaine en a réparti dans d’autres quartiers, ne faisant qu’étendre les difficultés.
Ce phénomène s’est aggravé avec la montée du chômage de masse, dont l’immigration constitue l’une des causes, l’autre étant le mondialisme et la perte de notre souveraineté économique.
Cela fait que la parc social blésois accueille aussi les personnes en difficulté, en situation précaire, les familles monoparentales, tandis que les familles aux revenus plus élevés ont pour beaucoup quitté la ville.
Malheureusement on ne voit pas ce qui pourrait renverser la tendance tant que se poursuivront les politiques menées tant au niveau national qu’au niveau local, soutenues à tour de rôle par tous les partis de l’établissement, du PC à LR en passant par le PS, l’UDI, le MoDem et bien sûr En marche. 

3 commentaires

Loi travail « El Macron » : le Front National sur le terrain.

DJHv6T2WsAAm_jqLa Loi travail, imposée par ordonnances alors le que le gouvernement dispose d’une large majorité à l’assemblée, n’est rien d’autre que l’application de la feuille de route dictée par l’Union européenne, la BCE et le FMI, que Macron fait semblant de critiquer en Grèce bien qu’il en soit le fidèle petit soldat.
Elle est conforme également aux recommandations du fameux rapport Attali, commandé par Sarközy.
Elle reprend ce que n’avait pas pu imposer la loi El Khomri, écrite également par Macron, puisque François Hollande avait été contraint de faire des concessions aux syndicats.
Aujourd’hui, il s’agit ni plus ni moins de supprimer le CDI, comme si cela allait relancer l’emploi.
C’est évidemment une illusion, les embauches dépendant avant tout du niveau d’activité et du taux de croissance.
Or les entreprises françaises sont pénalisées par l’euro, qui est en train de remonter par rapport au dollar, la balance du commerce extérieur n’a jamais été aussi mauvaise. Elles souffrent aussi d’un différentiel de charges et de fiscalité par rapport à leur concurrentes étrangères.
Voilà ce à quoi il faudrait s’attaquer.
Mais le gouvernement pense que l’on peut redonner de la compétitivité aux entreprises en pesant sur les salaires et en précarisant davantage les salariés.
Sans prendre en compte le fait que cela ne fera que dégrader le pouvoir d’achat et donc la consommation des ménages.
Sur le fond comme sur le forme, le Front National s’oppose logiquement à la loi Macron II ou loi El Macron, comme il s’était opposé à la loi El Khomri ou loi Macron I, laquelle n’a d’ailleurs fait l’objet d’aucune évaluation.
C’est pourquoi dès cet été un tract a été imprimé à plus d’un million d’exemplaires pour diffuser en priorité à la sortie des entreprises.
Les actions ont commencé en Loir et Cher dès hier, avec une première distribution devant l’entreprise Delphi à Blois.
Vous pouvez aussi le téléchargez sur le site du Front National pour le faire suivre sur les réseaux sociaux.
Elles vont continuer dans les jours qui viennent, relayées par le Cercle Front Syndical.
Un communiqué de presse a également été publié par la Nouvelle République, et la question a été évoquée hier lors de notre point presse de rentrée.

Délinquance : jusqu’où cela va-t-il continuer ?

Rue Notre DameRomorantin : rue Notre Dame.
Les « faits divers » occupent deux pleines pages dans la Nouvelle République du 7 septembre.

Mais le rôle de la presse est de les rapporter, le nôtre est de les analyser et de les commenter.
Nous ne pouvons bien sûr pas le faire tous les jours, mais il faut bien constater que la délinquance « ordinaire », parfois simplement requalifiée en « incivilités » touche quotidiennement nos concitoyens et constitue un sujet de préoccupation majeur.
A Blois, c’est le principal du collège Rabelais qui a été la cible de tirs au pistolet à billes alors qu’il surveillait la sortie des élèves.
Les deux « jeunes », 20 ans et « déjà connu des services de police » pour l’un, tout juste 18 ans pour l’autre ont agi le visage masqué, mais ils ont été facilement localisés et interpellés grâce aux caméras de vidéosurveillance… dont la gauche ne voulait pas il y a quelques années, et que nos élus ont demandé avec insistance.
Mais ils ont pu être pris parce que des moyens de Police se trouvaient dans le quartier au même moment.
En lire plus …

12345...66

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...