Archive | National Flux RSS de cette section

Démission de Maurice Leroy ou comment éviter une partielle.

Leroy 2La nouvelle courait depuis plusieurs jours : Maurice Leroy, député de la 3ème circonscription de Loir et Cher, troisième vice-président de l’Assemblée nationale, préparait sa démission, pour des raisons qui restent encore floues, mais qui tiennent à des raisons personnelles.
Problème : comment éviter une élection législative partielle, obligatoire dans un tel cas de figure ? (article L.O. 178 du Code électoral)
Et nul ne pouvait prévoir l’issue d’un scrutin dans le contexte actuel.
D’où le stratagème imaginé par l’intéressé.
Dans un premier temps, Philippe Sartori lui cède sa place de vice-président chargé du tourisme au conseil départemental.
Cette fonction dans l’exécutif le met en situation de cumul de mandat et l’oblige à démissionner de l’Assemblée nationale (articles L.O. 137, L.O. 137-1, L.O. 141 du Code électoral).
Dans un second temps, Maurice Leroy cèdera sa place à Philippe Sartori, avant de partir selon nos informations pour Moscou et le tour est joué !
Pascal Brindeau se retrouvera donc député et deviendra simple conseiller municipal de Vendôme puisqu’il devra céder son fauteuil de maire et la présidence de l’intercommunalité des Territoires vendômois.
La première partie du scénario est donc confirmée cet après-midi sur le site de la Nouvelle République.
Nous verrons si la suite se déroule comme prévu… à moins qu’il n’y ait un recours considérant qu’il s’agit d’une manoeuvre pour contourner la loi ?

1 Commentaire

Européennes 2019 : le Rassemblement national en 1ère position, Macron s’affole !

Sondage 4-10-18Nous avions ressenti la dynamique depuis la rentrée.
Déjà un sondage nous avait donné au coude à coude avec la liste Macron, désormais nous la distançons : 21 % contre 19.
Et ce n’est pas fini. En  2014, les sondages avaient sous-estimé notre score, tout laisse à penser que ce sera encore le cas.
Plusieurs raisons à cela :
– comme nous ne cessons de le répéter, les faits nous donnent raison jour après jour,
– partout en Europe nos alliés progressent, certains participent déjà à des coalitions au pouvoir,
Macron tombe chaque jour plus bas, et semble incapable de relever, les Français ont compris – un peu tard – à quel point il les méprise et à quel point il est incapable de gouverner.
Les Républicains, en partie compromis avec Macron qu’ils ont fait élire, profondément divisés sur l’Europe, se retrouvent à 13%, quand à l’opposant en carton-pâte Mélenchon, il s’effondre littéralement à 11% d’intentions de vote.
Ce résultat est aussi le fruit d’un travail acharné mené depuis la présidentielle à tous les niveaux de notre mouvement, même si les médias refusent de le voir, de l’action permanente de nos militants au sein de nos fédérations, du travail de nos élus.
Il n’y a pas de semaine sans réunion ou sans action militante dans toute la Région, au grand dam de ceux qui annonçaient notre mort prochaine et qui s’en réjouissaient.
Ce retour en force est encore plus marqué chez les jeunes (18-24 ans), où un autre sondage IFOP nous place largement en tête avec 28% des intentions de vote (+ 13%).
Devant cette perspective d’une claque aux européennes, Macron perd son sang froid et tente de jouer sur les peurs en essayant de nous ramener un siècle en arrière, il se comporte dès maintenant comme un chef de parti, à l’opposé du rôle d’un président sous la Vème République.
Ce faisant, il va transformer les européennes de 2019 en référendum anti-Macron, et les Français vont bien comprendre que le vote anti-Macron le plus efficace, c’est la liste d’union qui va se constituer autour du Rassemblement national.
L’heure est donc au rassemblement pour remporter cette grande victoire dans une élection qui peut faire basculer l’Europe, mettre un terme à la dictature de la Commission et rendre au peuples leur liberté de décider ce qui est bons pour eux dans une Europe des nations libres et souveraines.
Il est temps que tous les patriotes, tous les amoureux de la France nous rejoignent ou s’associent au combat que nous menons inlassablement, avec détermination, souvent dans l’adversité mais toujours avec confiance pour notre pays et pour nos enfants.
C’est maintenant qu’il faut choisir la France dans laquelle ils vivront demain.

1 Commentaire

Saisonniers de l’agriculture : peut-on faire confiance aux pompiers-pyromanes ?

manif agriculteurs Blois_1Les représentants départementaux de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs ont rencontré les parlementaires de Loir et Cher pour défendre les exonérations de charge pour le travail saisonnier (la Nouvelle République du 2/10/2018).
En effet, le projet de loi de finances (budget de l’Etat) pour 2019 prévoit la suppression de cette disposition, destinée à compenser partiellement  le coût de main-d’œuvre « beaucoup plus élevé que celui de nos concurrents européens ».
Mais le problème c’est que tous ces parlementaires ont fait voter Macron en 2017.
Une fois encore, ils ne peuvent que déplorer les conséquences de leur choix.
Nous ne manquerons pas d’observer leur vote lors de l’examen de la loi de finances.
Combien oserons voter contre, combien vont prudemment s’abstenir… à moins qu’une envie pressante ne les oblige à quitter l’hémicycle au moment du scrutin… On a déjà vu ça !
Mais pendant ce temps, l’article le rappelle, le gouvernement trouve des solutions pour donner du travail aux « réfugiés ».
On voit bien quelles sont les priorités…
Encore une fois, la meilleure façon de sanctionner Macron et son gouvernement, c’est de placer la liste soutenue par Marine Le Pen et le Rassemblement national en tête aux européennes de 2019 !

Accueil des clandestins en Loir et Cher : le silence des autorités.

DoKk7z3WkAEseeoSuite aux échos qui nous sont parvenus (d’une source interne à la Préfecture) au sujet de l’arrivée récente de 200 « migrants » supplémentaires en Loir et Cher, nous avions invité Nicolas Perruchot à communiquer les chiffres par un courrier daté du 10 septembre.
Depuis, aucune nouvelle.
Mais les informations en provenance de tous les départements de France nous confirme qu’il s’agit d’un phénomène de grande ampleur.
L’afflux des faux réfugiés, s’il s’est considérablement réduit en Italie grâce à Mattéo Salvini (ce qui au passage, les humanistes patentés oublient de le dire, à fait diminué d’autant le nombre de morts en Méditerranée) il s’est accéléré depuis l’Espagne.
Et pour vider les campements trop visibles dans les grandes villes, le gouvernement n’a rien trouvé de mieux que de les disperser dans les campagnes et les petites villes.
En Loir et Cher, c’est Blois, Romorantin, Vendôme, Salbris, Mer et parfois des communes voisines.
Et les 370 places en centre d’accueil (CADA) ne suffisent pas, il a fallu réquisitionner des hôtels, des logements, sans parler d’hébergement temporaire à l’AFPA.
En lire plus …

1 Commentaire

Fréjus : Marine Le Pen plus offensive que jamais devant une foule enthousiaste.

DnOffHhXcAARlOzNous vous l’avions annoncé : les faits nous donnent raison encore plus vite que nous le pensions.
Macron aura déçu, y compris ses propres partisans, aussi rapidement qu’il les avaient séduits, avec l’aide des médias, dans une opération qui révèle la plus grande imposture de la Vème République.
Partout en Europe les peuples se réveillent face à une submersion migratoire dont la brusque accélération aura provoqué sans doute le sursaut que nous attendions depuis si longtemps, nous qui avions été les premiers à donner l’alerte.
La vague est si forte que les attaques médiatiques, financières, judiciaires que nous subissons sans discontinuer n’ont pas réussi à nous étouffer.
Oui notre situation financière est toujours difficile en raison du hold-up décidé au mépris du droit par des juges partisans, c’est pourquoi nous renouvelons notre appel aux dons.
Mais comme le rappelait Marine Le Pen ce week-end devant les cadres et les élus du mouvement, « nous savons être pauvres », et nous saurons nous battre, avec nos modestes moyens, que compense heureusement le dévouement de nos militants.
Les derniers sondages ne peuvent que rassurer ceux qui avaient pu douter, et le succès de cette rentrée politique à Fréjus le confirme : le Rassemblement national est désormais dans une dynamique qui devrait le conduire à se retrouver la 1ère force politique en France après les européennes.
Retrouvez l’intégralité du discours de Fréjus en vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Nous reviendrons prochainement sur les points essentiels de ce discours.

1 Commentaire

Rassemblement national : le retour au 1er plan.

180914-Sondage-Odoxa-F2-On-arriveLes attaques médiatiques, financières, judiciaires que nous subissons sans discontinuer ont échoué.
Le dernier sondage pour les européennes donnent notre mouvement en 2ème position, à 1/2 point de la liste LREM, qui rassemble en réalité le MoDem, la majeure partie de l’UDI et une part non négligeable des LR.
Il y a donc de fortes chances pour le RN soit à nouveau largement en tête le 26 mai prochain.
C’est le moment de nous rejoindre, nous avons besoin plus que jamais de votre soutien !
Adhérez en ligne dès maintenant.

1 Commentaire

Jacqueline Gourault : les heures supplémentaires des policiers et des gendarmes ne seront pas payées !

Jacqueline Gourault ADCFDepuis plusieurs annés,  policiers et gendarmes sont mis à très rude épreuve pour contrer la menace islamo-terroriste.
François Hollande avait même parlé de guerre.
Mais l’intendance ne suit pas : l’Etat leur doit des millions d’heures supplémentaires à ce stade ni payées ni récupérées.
Les membres des forces de l’ordre seront-ils indemnisés un jour ?
Non, a répondu en substance ce mardi matin Jacqueline Gourault, la ministre auprès du ministre de l’Intérieur.
La réponse est claire, elle indique bien le mépris affiché par le pouvoir à l’égard des forces de l’ordre, taillables et corvéables à merci, et bien souvent empêchées de se défendre.
L’info, parue le 3 juillet dans France-soir, n’a pas fait grand bruit dans les médias, a tel point qu’elle nous avait échappée. Merci à Olivier Besnard, notre élu de Mer, de l’avoir signalé.
Un tel degré de cynisme est proprement scandaleux.
Il faut espérer que les intéressés réagissent, encore faudrait-il que leurs syndicats les défendent.
En attendant, à vous de faire tourner en boucle cette information.

2 commentaires

Européennes : comment tout peut basculer.

Image de prévisualisation YouTube
Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France : ils défendent leur peuple et leur pays.
Il y a un an beaucoup de nos amis étaient sous le coup de la déception, après avoir tant espéré.

Sans doute n’avaient-ils pas mesuré la capacité de nos adversaires, prêts à tout pour défendre le système et leurs prébendes, avec la complicité des grands médias entièrement sous contrôle.
Certains ont pu douter, se décourager, renoncer, voir critiquer. Y compris des adhérents, qui se disaient « à quoi bon ? » et tout en restant fidèles à leurs idées ne voyaient pas la nécessité de renouveler leur adhésion.
Marine Le Pen et les dirigeants du Front National ont bien compris la nécessité de lancer aussitôt un travail de réflexion sur l’organisation du mouvement et la stratégie.
Ce fut un travail considérable, auquel tous les adhérents ont été associés : réunions, questionnaire, votes à l’Assemblée générale ordinaire puis extraordinaire.
Aujourd’hui le Rassemblement national est en ordre de marche, en dépit de la nouvelle attaque dont il a été victime cet été pour tenter de l’asphyxier financièrement.
Et surtout les Français sont revenus de l’illusion Macron, tombé plus bas que Hollande dans les sondages.
En même temps les faits nous donnent raison, partout en Europe, sur des questions que nous avons été pendant longtemps les seuls à oser aborder, ce qui nous donnent aux yeux de nos compatriotes une légitimité incontestable.
Partout les tenants de l’euro-fédéralisme redoutent un ras de marée du vote qualifié de « populiste » alors qu’il est simplement populaire !
C’est ce qui explique les tergiversations de Macron au sujet du prélèvement de l’impôt à la source, car en vérité il craint l’impact électoral de cette mesure.
En Italie Mattéo Salvini est l’objet d’une véritable ferveur populaire, comme le montre cette vidéo, et son mouvement, qui avait fait un peu plus de 17% aux législatives de mars 2018, est déjà crédité de 32%.
La même évolution est en train de se produire en France, où le Rassemblement national pourrait passer de 20% à 30% des intentions de vote dans les prochains mois.
L’enjeu c’est de vraiment changer de majorité au Parlement européen afin de remettre à plat tout le fonctionnement de l’UE.
Cette fois c’est possible, même s’il faut s’attendre à tout de la part de nos adversaires, qui vont tenter une fois de plus de jouer sur la peur, quitte à provoquer ou encourager des violences pour nous accuser.
Dans ce contexte nous invitons tous nos amis qui ont pu douter un instant à reprendre le combat.
Rejoignez-nous, adhérez, militez, soutenez financièrement notre mouvement selon vos moyens.
Vous pouvez adhérer directement en ligne sur le site du Rassemblement national et contacter notre fédération.
Notre permanence est ouverte le vendredi de 9 heures à 20 heures. Nous vous y attendons.

1 Commentaire

Rentrée politique en Loir et Cher : les faits nous donnent raison.

Michel_Chassier_05-03-2017Une rentrée politique qui donne raison au Rassemblement National.
Invités à parler de la rentrée politique an Loir et Cher, les représentants des principales formation politiques ont tous évité les sujets locaux pour évoquer quelques thèmes nationaux (la Nouvelle République du 4/09/2018).

Marc Fesneau (MoDem) propose de « réfléchir aux services publics« . Il serait temps ! Le problème c’est qu’il soutient Macron que ses commanditaires ont placé à l’Elysée pour les réduire encore davantage, comme Bruxelles l’exige.
La référente « en Marche » parle de « détermination« . Pour continuer à déconstruire la France ? C’est en même temps de l’aveuglement et de l’acharnement.
Maurice Leroy, ancien ministre de la Ville et chargé un temps du « Grand Paris » se propose « défendre la ruralité« , ce que n’ont jamais fait les gouvernements qu’il a soutenus. S’agirait-il plutôt d’une tentative pour enrayer le vote Rassemblement national dans sa circonscription. Mais les électeurs ne sont pas dupes et même s’ils aiment bien « Momo », pas sûr qu’ils le suivent aux européeennes.
Guillaume Peltier veut « défendre le pouvoir d’achat« , mais ses amis politiques n’ont pas été plus efficaces dans ce domaine.
Restent la représentante de le France soumise qui parle de sécurité sociale et Charles Fournier, Vert de plus en plus solitaire qui veut « agir localement pour le climat« . Avec des panneaux solaires chinois et des éoliennes allemandes, dont faute d’un rendement suffisant ne fonctionnent que grâce aux subventions financées par le consommateur sur sa facture d’électricité.
Le représentant du PS moribond, Frédéric Orain critique le projet de réforme constitutionnelle.
Il n’a pas tort, mais comme tous ceux que nous venons de citer, ils ont fait élire Macron.
Le délégué départemental du Rassemblement national, Michel Chassier est quant à lui relégué en bas de page (et ses déclarations comme celles de Frédéric Orain ne sont relayées sur le site internet du journal).
Mise à jour : le nécessaire a été fait en début d’après-midi, l’ensemble de l’article est en ligne.
Répondant à la question posée au niveau local, il évoque les prochaines municipales qui sont déjà dans toutes les têtes, bien que personne ne les évoque, préférant les manigances discrètes entre représentants locaux de l’ancien monde.
L’élu RN rappelle la nécessité de constituer des listes d’union. Sera-t-il entendu ? L’avenir le dira, mais en cas de refus les unset les autres ne pourront ensuite venir se plaindre.
En attendant, les européennes seront une bonne occasion pour les électeurs de dire ce qu’ils pensent.

Sur le marché de Montrichard : la fin de l’illusion Macron.

5b118bd978b17_homepage_guide_imageEn mai 2017, conditionnés par une campagne médiatique sans précédent, les Français n’ont pas osé le vrai changement.
Car ce qui leur était présenté comme un renouvellement de la politique balayant les vieux partis n’était qu’une manoeuvre, préparée de longue date, au moins après les régionales de 2015, pour contenir le mécontentement et détourner les électeurs de la seule alternative crédible : Marine Le Pen.
Aujourd’hui le masque est tombé et les Français découvrent jour après jour le vrai visage de ce petit personnage arrogant, méprisant, menteur mais au final impuissant qui se prend pour un président de la République.
Sur les marchés, comme ce matin à Montrichard, les langues se délient et l’on peut surprendre des conversations édifiantes qui en disent long sur le rejet grandissant que suscite l’imposteur.
Après la déception ressentie en 2017 par nos électeurs, l’espoir renaît, probablement bien au-delà.
Partout en Europe les faits nous donnent raison et les solutions que nous proposons depuis longtemps commencent à être appliquées, avec succès par plusieurs pays.
En lire plus …

1 Commentaire

Romorantin, cimetière d’Autolib.

AutolibLa presse locale ne pouvait pas ignorer cette information, même si la presse nationale reste fort discrète.
Depuis la fin d’Autolib à Paris, des centaines de voitures électriques sont stockées, en attendant des jours meilleurs (?) sur un ancien site Matra à Romorantin (la Nouvelle République du 27/07/2018).
Un échec cuisant pour Vincent Bolloré, dont les liens étroit avec le monde politique a toujours favorisé les affaires.
On se souvient encore de l’épisode du yacht mis à disposition de Nicolas Sarközy après son élection en 2007, ce qui ne l’a pas empêché de soutenir le candidat Macron en 2017.
Pour revenir à Autolib, le concept de voitures électriques partagées s’est avéré un fiasco, et fausse bonne solution sur le plan écologique.
En effet, le bilan écologique de la voiture électrique est loin d’être aussi favorable qu’on essaie de nous le faire croire.
Même si elle n’émet rien au niveau local, sa production se révèle nettement plus énergivore, et donc émettrice de gaz à effet de serre, que celle d’une voiture thermique. En cause : la batterie, qui compte pour moitié dans les besoins énergétiques liés à la fabrication d’une voiture électrique.
Plusieurs reportages ont fini par briser l’omerta, et révélé les dégâts causés par l’extraction des minéraux nécessaires à leur fabrication, en Chine comme en Afrique.
Sans oublier qu’il faut produire de l’énergie électrique pour recharger les batterie.
Aux Etats-Unis, après un engouement auprès des classes aisées sensibilisées aux questions écologiques, sans pour autant maîtriser le sujet, le phénomène Tesla connaît aujourd’hui une net coup de frein, et l’entreprise perd de l’argent tous les jours et les rumeurs d’une prochaine faillite reviennent régulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux.
Plus près de chez nous à Orléans, la Métropole envisage de passer 30% des bus à l’électrique sur le réseau urbain.
Le gestionnaire actuel assure que ce ne serait pas gérable, après avoir fait l’expérience sur quelques bus, et menace de se désengager.
Et le millier d’Autolib stockées à Romorantin pourraient bien finir à la casse.
Il serait intéressant de connaître le bilan écologique de cette expérience…
An moment où la principale entreprise française spécialisée dans les hydroliennes arrête ses investissements un mois et demi après avoir inauguré sa première usine, il serait temps de s’intéresser aux différents projets, comme les éoliennes en mer, dont le coût exorbitant est payé par tous les Français sur leur facture d’électricité, pour finir tôt ou tard dans le cimetière des illusions perdues.
Mais à quel prix ?
Dans ce domaine comme dans d’autres Macron perpétue les pratiques de l’ancien monde, y compris la confusion des intérêts, le tout appuyé par la communication de Nicolas Hulot, dont la compétence en la matière est proche de zéro.

Croissance : la méthode Macron ne vaut pas mieux que la méthode Hollande.

INSEE croissance 2T 2018Source : INSEE. On observe le regain de croissance en 2017 lorsque Hollande avait ouvert les robinets avant l’élection présidentielle, la croissance retombe en 2018 dès que Macron est obligé de les refermer. (cliquez sur l’image pour agrandir).
Après les mauvais chiffres du chômage, ce sont les mauvais chiffres de la croissance qui viennent de tomber.

Ceci explique sans doute cela : le taux de croissance reste insuffisant pour créer de l’emploi et résorber le chômage.
Autre conséquence, comme le rappelle Les Echos, l’objectif initial du gouvernement, 2% de croissance semble désormais hors de portée, les prévisions tournent plutôt autour de 1,5 à 1,6% pour l’année 2018. Cela signifie des recettes fiscales inférieures au scénario de la loi de Finances, et donc un déficit public plus élevé que prévu.
Pour corriger le tir il faut s’attendre à de nouvelles mesures d’austérité, hausses de tarif publics etc…
Mais cela revient à aggraver une des causes de cette contre-performance « liée avant tout à l’atonie permanente de la consommation des Français.  » Les dépenses de consommation des ménages fléchissent légèrement » : -0,1 %, après avoir augmenté de 0,2 % au trimestre précédent.« 
Il est évident que la majorité des Français a vu diminuer son pouvoir d’achat, et cela se ressent sur la consommation.
Il ne faut donc rien attendre de nouveau tant que la France poursuivra dans cette voie.
Le gouvernement évoque une croissance plus faible que prévue en Europe, mais c’est la France qui est la plus touchée, il y a donc bien un problème français.

Coïncidence, le même jour les chiffres de la croissance américaine viennent également de tomber : + 4,1% au 2ème trimestre. Conclusion : l’Union européenne ne parvient toujours pas à protéger les Etats membres, et la capitulation de Jüncker face à Trump, alors qu’il n’avait aucun mandat de négociation, ne va pas arranger les choses.
Seule Marine Le Pen propose une véritable stratégie visant à défendre les intérêts de la France et des Français, mais les électeurs ont voté pour l’illusion du changement. Ils n’ont que la continuité.
Au passage la France perd encore un rang dans le classement des grandes économies mondiales, doublée par l’Inde qui devient la 6ème puissance économique mondiale, la France recule au 7ème rang.
Macron ne s’en est pas vanté.

Affaire Benalla : les parlementaires de Loir et Cher entre complicité et discrétion.

MLP-CastanerMarine le Pen « castagne » Castaner à l’Assemblée.
L’affaire Benalla est emblématique du fonctionnement de l’entourage de M. Macron, touché chaque jour davantage par les affaires et les scandales.

Elle touche le coeur du pouvoir et démontre que l’actuel locataire de l’Elysée, élu à la faveur d’une manipulation sans précédent de l’opinion après une campagne dont le financement reste plus que jamais suspect, n’a pas les qualités requises pour être Président de la République.
Il est vrai qu’il était en réalité candidat à un poste de gouverneur d’une province de l’Euroland sous tutelle américaine et contrôlée par les banquiers  dont il est le représentant.
Mais cette fois l’affaire prend des proportions telles que les médias qui l’ont toujours soutenus ne peuvent plus l’étouffer davantage.
Les parlementaires aussi, qui ont pourtant appelé à voté Macron à plus de 90%, sont nombreux à s’indigner et à demander une véritable enquête.
Et Marine Le Pen a prévenu : il ne faudra s’arrêter au fusible Collomb.
Ce qui surprend un peu dans ce contexte, c’est la discrétion et la modération dont font preuve les parlementaires de Loir et Cher.
Maurice Leroy  déclare ce matin dans la Nouvelle République qu’il avait décidé « de ne plus participer à ce triste spectacle.«  
Marc Fesneau va jusqu’à défendre Macron en justifiant son silence.
Guillaume Peltier, qu’on a connu plus virulent, reste très discret sur son compte Twitter, se contentant de relayer un tweet de Laurent Wauquiez et préfère parler d’une fête champêtre à Neung sur Beuvron.
Pas trace de réaction non plus de nos deux sénateurs.
On voit bien que cette affaire les embarrasse, mais après tout, ils avaient tous appelé à voter Macron en 2017.

2 commentaires

Face à la dictature des juges et des banquiers, soutenez le Rassemblement national.

MLP bureauCommuniqué de Marine le Pen (8 juillet 2018)

Le système français de financement de la vie politique prévoit que, pour leur fonctionnement, les partis politiques bénéficient d’une dotation accordée en fonction du nombre de voix obtenues aux législatives. Dans ce cadre, le Rassemblement National doit toucher de l’Etat environ 4,5 millions d’euros par an sur la mandature soit 22,5 millions en cinq ans.
Le Rassemblement National devait donc recevoir ces jours-ci une première partie du versement de sa dotation 2018, avec déjà cinq mois de retard.
Le 5 juillet 2018, dans le cadre de l’affaire dite des « assistants parlementaires » (*), une affaire initiée par l’Union Européenne aux mains de nos adversaires politiques, deux juges d’instruction ont procédé à la saisie de ces sommes vitales pour le fonctionnement du parti. Cette décision est intervenue à la demande du parquet, c’est-à-dire du ministère de la Justice. Cela signe le caractère politique de l’initiative.
Cette décision de blocage de ses moyens de subsistance signifie que le Rassemblement National serait en cessation de paiement à la fin du mois d’août.
L’ordonnance des juges d’instruction s’appuie sur une violation manifeste du droit :
- Violation de la présomption d’innocence : le RN se voit appliquer une exécution de peine sans avoir été condamné ni même jugé puisque l’affaire est au stade de l’instruction. Cela est d’autant plus choquant que les faits sont contestés formellement.
- Violation du texte invoqué : les juges font application d’une disposition légale applicable au grand banditisme qui vise à confisquer le bien acquis de manière illégale (ex : bien acquis par le trafic de drogue). Or dans le cas d’espèce, il n’existe aucun lien entre la somme due par l’Etat et l’infraction supposée.
- Violation de toute proportionnalité : les juges ont décidé de saisir plus de 2 millions d’euros, qui excèdent très largement par leur montant les amendes encourues et les préjudices prétendus. Cela a été fait en pleine connaissance des conséquences vitales sur notre mouvement.
Le Rassemblement National fait face à une nouvelle et gravissime persécution financière après les refus de tout prêt par l’ensemble des banques, la clôture autoritaire des comptes bancaires du siège et de nombreuses fédérations, le retrait de ses moyens de paiement. Le pouvoir n’est pas sans savoir que le RN qui est un parti pauvre ne survivra pas à la privation de ses moyens de fonctionnement.
Marine Le Pen et tout le mouvement vont organiser la résistance à cette tentative de faire disparaître le principal parti d’opposition. Ils vont dénoncer cette situation dans l’opinion, lancer des appels aux dons auprès des Français et inviter les mouvements étrangers partenaires à la solidarité politique.
Il s’agit d’une question de vie ou de mort.
Vous tous, cadres du Rassemblement National devez être mobilisés. Organisez des conférences de presse, mobilisez au maximum les réseaux sociaux et communiquez largement autour de vous le besoin de récolter des dons notamment en allant sur le site dédié : alertedemocratie.fr !
Nous ne les laisserons pas nous faire taire.
Résistons !

(*) Il est reproché aux députés européens FN (aujourd’hui RN) d’avoir utilisé certains de leurs assistants à des tâches politiques autres que le suivi strict des travaux parlementaires. Le Front National a toujours contesté les faits. L’affaire a été montée par l’Olaf, la brigade financière aux ordres de la Commission de Bruxelles. Elle est aujourd’hui au stade de l’instruction. Cette instruction a été confiée à deux juges dont l’un appartient et l’autre est proche du Syndicat de la Magistrature, organisation d’extrême gauche qui organise des conférences avec des islamistes et les indigènes de la république, et à laquelle on doit l’affaire du mur des cons.

Plutôt la gauche que le Rassemblement national : Jacqueline Gourault persiste et signe.

Jacqueline Gourault-SénatJacqueline Gourault est toujours obsédée par la même idée : s’opposer au Rassemblement national.
La Nouvelle République consacrait hier deux pages entière à Jacqueline Gourault, pour défendre son action au sein du gouvernement.

Après une série d’articles pour le moins bienveillants publiés le mois dernier à la gloire du parti macroniste en Loir et Cher, voilà une couche supplémentaire, avec un dossier où n’apparaît aucune critique.
Mais nous n’allons pas nous attarder sur le bilan de Mme la ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, ce qu’on appelait auparavant un Secrétaire d’Etat.
Alors qu’elle a été longtemps une élue locale, elle doit aujourd’hui avaler les couleuvres de la recentralisation décidée par le locataire de l’Elysée. Que nous nous n’appellerons « Manu » comme ce jeune collégien, mais nous ne pouvons non plus l’appeler « Monsieur le président », car il n’est en réalité, et parce qu’il le veut bien, que le petit gouverneur d’un province de l’Euroland sous tutelle américaine. 
En fait ce qui est révélateur dans les propos de Jacqueline Gourault c’est sa remarque au sujet des prochaines élections régionales, pour lesquelles elle n’exclu pas de jouer un rôle en cas de menace « de la droite dure et de l’extrême droite« .
Autrement dit elle est prête à rejouer le scénario de 1998, quand sous son impulsion l‘UDF et le RPR ont donné la Région à une gauche minoritaire.
Et quand Guillaume Peltier lui répond le lendemain (la Nouvelle République  du 22/06/2018) c’est finalement pour tenir le même discours : « je serai là pour combattre les extrêmes. »
Dans le langage codé de ces professionnels de la politique cela veut dire : il fait tout faire pour combattre le Rassemblement national, avec que leur vieux monde politique, provisoirement sauvé par Macron, perdure.
L’un comme l’autre avouent en réalité la même trouille : ils craignent que le peuple français se réveille de sa torpeur après la séquence des présidentielles, et ils ont bien compris à quel point la question des migrants pouvait mettre le feu aux poudres.
Si la France a refusé l’Aquarius, c’est parce que nous sommes toujours là, et comme le dit Jacqueline Gourault, l’opinion publique rejette ce déferlement migratoire.
D’où cette apparence fermeté pour mieux rassurer… mais la France va accueillir plus de la moitié des passagers de l’Aquarius, qui dans leur grande majorité ne sont en aucun cas des réfugiés.
Ils essaient tous de vous tromper, il est temps de réagir : rejoignez dès maintenant le Rassemblement national !

2 commentaires

Le maire en patrouille de nuit avec la police municipale… pas à Blois, mais à Beaucaire.

Julien Sanchez BeaucaireMaire, officier de police judiciaire, j’étais à nouveau cette nuit en patrouille avec la police municipale.
Ce n’est pas la maire de Blois qui publie cette information sur Twitter, mais le maire Beaucaire, Julien Sanchez.
Un moyen de rappeler l’importance qu’il accorde à la sécurité des ces concitoyens, et de soutenir la police dans l’exercice de ses missions au moment où certains la dénigrent.
Un exemple à suivre pourquoi pas à Blois.
Et si le maire ne veut pas le faire, les élus du Rassemblement national peuvent recevoir une délégation pour le faire à sa place, il y sont tout à fait disposés.

3 commentaires

Rassemblement national : nouveau nom, nouveau site.

Site RNLes adhérents ont approuvé à près de 81% de changement de nom du Front national.
Une page qui se tourne et une nouvelle étape qui commence, après un an de travail avec les cadres, les élus, les fédérations.
Le nouveau site internet du Rassemblement national est déjà en ligne.
Bientôt chaque fédération disposera de son propre site avec la même présentation, permettant d’avoir accès à la fois aux informations nationales et à l’actualité locale.
En Loir et Cher, nous allons maintenir notre blog le temps nécessaire à cette mutation, nous verrons techniquement s’il est possible de conserver sous cette forme en changeant le nom de domaine, mais dans l’immédiat il va demeurer le portail d’accès au site national comme au futur site départemental, d’autant plus que notre blog a connu une fréquentation en hausse au mois de mai, avec 1244 visiteurs par jour en moyenne.

 

1 Commentaire

Croissance en berne, impôts en hausse.

Croissance France 1T-2018La croissance en France depuis 2016 (source INSEE).
Sarközy voulait arracher un point de croissance avec ses dents. En fait, c’est lui qui s’est cassé les dents.
Macron espérait 2% de croissance en 2017 avec de la poudre de perlimpinpin. Autrement dit il imaginait que son élection allait redonner confiance aux Français.
Erreur fatale et manque total de discernement.
Pas très fort pour un économiste, mais il est vrai que Macron n’est pas un économiste, mais un trader, habitué à miser sur des coups de poker, avec l’argent des autres.
La croissance observée en 2017 a pu faire illusion et lui faire croire qu’il était en passe de gagner son pari.
D’ailleurs le budget 2018 et la réduction du déficit public était gagé par des recettes fiscales calculées avec un taux de croissance estimée à 2% pour l’année.
Manque de chance, la croissance ralentit fortement, avec seulement 0,2% au 1er trimestre (source les Echos du 30/05/2018). Et encore il faudrait tenir compte à partir du 1er janvier de la prise en compte dans le PIB du commerce illicite des stupéfiants, qui représente selon l’INSEE 0,1%, cela signifie que la croissance réelle ne serait que de 0,1% sur le 1er trimestre.
Ce qui n’est guère surprenant avec la CSG pour les retraités, la hausse des carburants, en grande partie à cause des taxes, la hausse des tarifs de l’énergie, des produits alimentaires, du tabac etc…
Mais il y a autre chose dont les analystes ne tiennent pas compte.
La croissance en 2017 s’explique en partie par une reprise de l’économie mondiale, dont la France a profité, mais aussi en raison des largesses pré-électorales de François Hollande, qui a relâché quelque peu la discipline budgétaire dans les derniers mois de son mandat, alors qu’il espérait encore se représenter.
Maintenant que macron referme le robinet, la fête est terminée.
Le problème c’est qu’il va falloir payer. Pressé par Bruxelles de réduite le déficit, alors que les recettes seront inférieures aux prévisions, il va devoir trouver de l’argent, on sait bien où.
De nouvelles taxes et contributions sont à attendre, en plus d’une nouvelle hausse de la CSG ou de la TVA.
Sans parler des radars.
Il est temps que les Français ouvrent les yeux : Macron leur menti, ils vont maintenant payer la note.
Une fois plus il y a un an, c’est Marine qui avait raison ! 

Mathilde Paris au bureau national samedi 26 mai.

DeHig54X0AABlH4Bureau national ce matin à Nanterre.
Marine Le Pen réunissait aujourd’hui le Bureau National, pour évoquer notamment l’actualité européenne et la formation du nouveau gouvernement italien, et préparer le Conseil National élargi du 1er juin à Lyon.

Mathilde Paris conseillère régionale de Loir et Cher, conseillère municipale et communautaire de Blois, participait à cette réunion.
Prochains rendez-vous en Loir et Cher : bureau départemental élargi le 4 juin, tournée des membres du bureau national avec Jean Messiha et Mathilde Paris le 16 juin. Les invitations par messagerie électronique et par courrier partent ce week-end, nous reviendrons en détail sur cette manifestation prochainement.

1 Commentaire

LR + EM = LREM. Wauquiez se rapproche de « En marche » pour les municipales.

je suis oiseau« Je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vivent les rats » (Jean de la Fontaine, la souris et les deux belettes) Caricature de Daumier. Tradiction moderne : « Je parle comme Marine, je vote comme Macron » (Laurent Wauquiez).

C’est Laurent Wauquiez qui le dévoile dans le Journal du Dimanche.
Pour les municipales, il ne veut pas d’accord avec le FN, mais il est prêt à ouvrir ses listes aux candidats « En marche ».
Cette révélation, qui pour nous n’en est pas une, confirme une fois de plus le double langage des « Républicains », qui tentent de séduire l’électorat du FN, tout en votant à Paris et à Bruxelles à l’opposé des positions qu’ils prétendent défendre, les exemples sont innombrables.
Nous le constatons également au conseil régional avec Guillaume Peltier, dont la proximité avec le Président Bonneau lui a valu d’être appelé par la presse  « le 14ème vice-président ».
Les mauvais sondages, l’approche des européennes, devraient entraîner rapidement une clarification de la situation et l’éclatement définitif de LR entre ceux qui veulent suivre Macron et les défenseurs de la nation et se tourneront vers le Rassemblement national.
Les petites manoeuvres commencent aussi en Loir et Cher, où l’élue blésoise Véronique Reineau, co-listière de Jacques Chauvin, a déjà rejoint En marche… de même que l’ancien adjoint au commerce, le PS Louis Buteau, démis de ses fonctions par Marc Gricourt.
A Vineuil, c’est Patricia Fhima qui prépare déjà 2020 en organisant la « manifestation annuelle » de son association « Vivons ensemble Vineuil et son canton » sur le thème de la réforme constitutionnelle préparée par Macron… au restaurant du golf du château de Cheverny. Tout un symbole !
Le FN réunira quant à lui ses adhérents de Loir et Cher le 16 juin autour d’un barbecue ! (toutes les précisions prochainement).

Marine ce soir sur France 2

DdYp2l8W0AAAHgc

Un an après la présidentielle Marine Le Pen est invitée sur France 2 ce soir.
Pour l’anecdote, Castaner et Mélenchon ont refusé à débat entre les 5 candidats arrivés en tête du 1er tour ou leur représentants (Macron et Hamon ne seront pas là).
Il y aura donc 5 interviews séparées.

Soyez nombreux à suivre l’émission et diffusez l’information.

Rassembler pour gagner : les adhérents peuvent voter.

DYA55ixX4AUBlRsLes adhérents (à jour de cotisation au 2 mai) ont commencé à recevoir le matériel de vote pour le changement de nom proposé par Marine le Pen lors du XVIème Congrès en mars dernier.
Il est accompagné d’un magazine expliquant les enjeux, le travail déjà accompli et les axes stratégiques de notre mouvement.
Le bulletin doit être glissé dans l’enveloppe-réponse pré-affranchie et envoyé avant le 30 mai (date limite de réception le 31 mai 2018).
Les adhérents qui n’auraient pas encore reçu le matériel de vote peuvent nous le signaler afin que nous fassions le nécessaire.

L’Europe prête 20 milliards d’euros à la Turquie : seul le FN dit non !

DcWyy0VX0AAa3eILa Banque Européenne d’Investissement a pour but principal de financer des projets au sein de l’Union européenne. Elle finance également des projets en dehors de l’Union européenne notamment dans les pays partenaires méditerranéens.
C’est ainsi que la BEI va prêter 20 milliards d’euros à la Turquie d’Erdogan, au moment même où la Commission menace de priver de subventions les pays qui refusent de se voir imposer des quotas de migrants comme la Pologne, la Hongrie, la Tchéquie ou la Slovaquie.
Il faut dire que la Turquie pratique quant à elle le chantage aux migrants et bénéficie de 5 milliards d’euros de subventions de l’UE pour garder son territoire les vrais et faux réfugiés syriens.
Le FN et le groupe ENL (Europe des Nations et des Libertés) a voté contre cet accord de prêt, les « Républicains » ont voté pour avec les centristes pro-Macron et les socialistes.
Les mêmes d’ailleurs avaient voté en faveur de sanctions contre la Pologne.
Toujours le double-langage.
A l’approche des élections européennes, il faut le faire savoir.

Débat de l’entre-deux tours : Marine avait dit la vérité au Français, Macron a menti.

Marine débat 3-05Aujourd’hui 64 % des Français estiment que la politique de Macron est mauvaise ou n’a rien changé.
Ce n’est pas une surprise, car il a été mis en place comme ultime recours pour sauver un système dont une large majorité de nos concitoyens ne voulaient plus.
Malheureusement ils sont été trompés, avec la complicité des grands médias qu’ils soient publics ou possédés par quelques oligarques.
Beaucoup en effet ont cru à la fable d’un candidat « hors système« , « ni droite ni gauche« , représentant d’un « nouveau monde« .
Illusion fatale, que Marine Le Pen a pourtant essayé de combattre au cours de ce débat dont on ne cesse dire qu’il a été « raté » par notre candidate.
Pourtant jour après jour il se confirme que c’est bien Marine qui avait raison sur le fond, pratiquement sur tous les sujets débattus.
Nous le disions déjà dès le 4 mai sur ce blog, mais comment nos arguments pouvaient-ils être entendus dans le tintamarre médiatique ?
Et d’autres dossiers ressortent comme la vente-démantèlement d’Alstom, la vente de STX, le financement de la campagne de Macron, les conflits d’intérêts.
C’est même un magazine comme l’Express, peu suspect de sympathie à notre égard qui titre « Marine Le Pen « n’a pas à rougir » de son débat contre Macron », reprenant une déclaration faite ce jeudi par  la présidente du Front national affirmant ne pas avoir « à rougir du fond ».
Des extraits repassent désormais sur les réseaux sociaux montrant, point par point, à quel point Macron a menti.
En lire plus …

1 Commentaire

Immigration : Jacqueline Gourault perd son sang froid.

Da6ISt9XUAU8MZRConférence de presse lundi 16 avril à l’Assemblée nationale pour présenter le contre-projet du Front National
Moment d’énervement, de colère comme le disent les médias, ou bien perte de contrôle à la limite du dérapage.

Le débat sur la loi asile et immigration a provoqué hier de vifs échanges à l’Assemblée nationale, où Gérard Collomb a refusé de répondre aux questions des députés sur la « face cachée » de la loi, avec un projet de régularisation de 40 000 « sans-papiers », autrement des clandestins, évoqué par un élu de la majorité dans le journal officiel du système, « le Monde ».
Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur (!) s’est alors emportée en s’indignant qu’un député puisse « obliger un ministre à répondre« .
Mouvement de panique qui démontre bien le désarroi du gouvernement voyant ses intentions démasquées.
Ce projet de loi affiche une certaine fermeté sur quelques sujets, afin de faire mieux admettre les régularisations à venir et l’accueil du quota de migrant réclamé par l’Union européenne.
Et la gauche joue les idiots utiles en laissant croire que cette loi serait destinée à restreindre l’asile et l’immigration, alors qu’elle vise l’effet contraire.
Pour autant, cela ne justifie pas le dérapage de Jacqueline Gourault, sévèrement remise en place par Christian Jacob : « à ce stade je pense qu’il faut effectivement ramener l’Assemblée au calme, madame la ministre également. Le gouvernement est responsable devant le Parlement, ça n’est pas l’inverse ».
Etonnant qu’une parlementaire aussi expérimentée que Jacqueline Gourault ait oublié cela.
On comprend d’autant mieux le projet de M. Macron visant à museler le Parlement.
Malgré le peu de temps de parole dont ils disposent, vos députés FN sont intervenus dans le débat à plusieurs reprises, notamment pour défendre des amendements.
Au final, seuls 27 amendements ont été étudiés et l’article 3 n’a pu être soumis au vote. Il y a au total 40 articles à examiner et 972 amendements déposés.
Le gouvernement qui voulait forcer la main des députés afin d’obtenir un vote d’ici vendredi soir n’est plus du tout certain d’atteindre son objectif.
Il faut souhaiter que le débat dure suffisamment longtemps pour alerter les Français.
Vous pouvez compter pour cela sur vos députés FN.

2 commentaires
12345...44

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...