Archive | Thématiques Flux RSS de cette section

ZUP de Blois : des paroles qui jettent de l’huile sur le feu.

ZUP Blois 11-03-2014Violences, trafics : quel rapport avec le dialogue inter-religieux ? Réponse : pour désigner un coupable idéal, le Français moyen.

La Nouvelle République consacre aujourd’hui (28 mars 2017) une demi-page, sur 4 colonnes, à une rencontre « autour de la violence » organisée par le groupe Chrétiens et musulmans. On ne devine que 6 personnes sur la photo, mais on n’imagine que les participants n’étaient pas très nombreux.
A titre de comparaison, bien qu’il s’agisse d’un autre sujet, pour la rencontre-débat sur la santé organisée par le FN41 en présence du Dr Joëlle Mélin, le Nouvelle République nous avait répondu « nous allons annoncer le débat en présence de Joëlle Mélin mais nous ne le couvrirons pas. » Moyennant quoi nous avons eu droit à 8 petites lignes dans l’agenda.
L’histoire de la ZUP revisitée.
le premier témoignage, d’une certaine Madeleine, commence ainsi : « J‘avais 17 ans quand la ZUP de Blois a été construite. Dès que le premier trou a été creusé, les gens ont commencé à dire qu’il y aurait plein de pieds-noirs et d’Arabes, que la vie serait impossible pour les Français. »
Mémoire défaillante ou bien manipulée ?
C’est d’abord l’exode rural et l’implantation d’usines décentralisées de la région parisienne (le fameux slogan lancé par Pierre Sudreau alors Préfet de Loir et Cher invitant les industriels à « s’intaller dans la chlorophylle »), mais aussi le manque criant de logements suite au « baby-boom » de la fin de la guerre, qui ont conduit à la création d’une « zone à urbaniser en priorité » (ZUP) en 1959.
Ces logements étaient attendus par de nombreuses familles blésoises vivant dans ce qu’on qualifierait aujourd’hui de « logements indignes » dans le vieux Blois, en Vienne, sans parler de la « cité » des Allées, baraquements d’urgence construits après la guerre, mais toujours occupés au début des années 60.
Par conséquent il est faux de de prétendre que les Blésois se seraient alarmés à l’époque de l’arrivée des Pieds-Noirs (je remets la majuscule « oubliée ») et des Arabes, qui n’était pas du tout à l’ordre du jour.
En lire plus …

1 Commentaire

Blois : malaise au collège Rabelais.

Collège RabelaisL’omerta est une règle bien connue dans l’Education nationale.
Lorsqu’il y a des problèmes dans certains établissements, y compris des problèmes graves, les responsables préfèrent ne pas l’ébruiter, afin de ne pas nuire davantage à la réputation de l’établissement.
Surtout quand il s’agit d’un collège emblématique de la ZUP de Blois, situé au coeur de la zone de rénovation urbaine, et présenté comme un collège de la réussite, avec son association « Zup de Co ». 
Mais il arrive parfois un moment où la coupe déborde. C’est ce qui s’est produit la semaine dernière au collège Rabelais à Blois, où les enseignants se sont mis en grève à l’appel de plusieurs syndicats, suivi à pratiquement 100%, pour dénoncer les violences et les incivilités, et une situation devenue intolérable.
Ce que rapporte la Nouvelle République du 24 mars :  »Leur quotidien, ce sont des insultes et des grossièretés échangées entre élèves auxquelles ils n’échappent pas eux non plus. Mais aussi des actes de violence, des agressions (plusieurs ayant nécessité l’intervention des pompiers) et même des introductions d’objets dangereux. « Le dernier en date, c’est un élève qui a sorti un couteau en plein cours. Cela lui a valu une journée d’exclusion.»
En lire plus …

1 Commentaire

Blois : mystification et désinformation autour du « Djihad »

Djihad EIJeudi dernier 150 élèves du lycée Augustin-Thierry ont assisté à la représentations de la pièce du « Belge » Ismaël Saïdi, Djihad.
Une pièce destinée selon son auteur à lutter contre la radicalisation des jeunes tentés de partir en Syrie (la Nouvelle République du 27/03/2017).
Un succès selon les médias, mais dans les faits la pièce est surtout jouée devant des scolaires. AUx frais de qui ? Ce n’est pas précisé dans l’article.
Pour délivrer un message pour le moins ambigu et avant tout expliquer que le Djihad n’est pas l’Islam. Tout le monde y reconnaîtra le « Padamalgam ».
La vérité c’est que si les départs vers la Syrie ont diminué, c’est en raison des revers subis par l’EI et les autres groupes salafistes liés à la nébuleuse Al Quaïda-Al Nosra, en dépit du soutien de certains Etats du Golfe, avec l’aide plus ou moins discrète de « services » occidentaux.
Mais en même temps, on a pu constater avec l’échec cuisant du Centre de Pontourny que les « jeunes » concernés n’étaient pas du tout intéressés par un stage de « déradicalisation ».
Cette pièce ne touche donc pas le bon public et ne vise pas la bonne cible.
En lire plus …

1 Commentaire

Dans les syndicats, la chasse aux militants patriotes est ouverte

Conf_antiFN

Une fois de plus les directions confédérales de la CGT, de la CFDT et de la FSU « appellent à faire barrage contre le FN », menant ainsi un combat idéologique et sectaire contre une candidate  républicaine déclarée à l’élection présidentielle : Marine Le Pen. Dans un document purement doctrinaire, n’ayant aucun rapport avec le combat syndical, la CFDT appelle ses adhérents à ne pas « voter Front National », pire même les appelant à ne pas militer pour le FN sous peine d’exclusion.

Nous sommes bien là éloigné de l’esprit de la Charte d’Amiens, fondement du syndicalisme français qui rappelons-le  considère que le syndicalisme c’est la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, quelles que soient leurs opinions ou leurs tendances politiques, en toute indépendance à l’égard des partis politiques, des gouvernements, du patronat et des religions.

Ainsi, une fois de plus au lieu de lutter pour la défense des revendications des salariés, certaines directions confédérales préfèrent sortir de leur cadre premier et s’aventurer sur un terrain qui n’est pas le leur et qui n’a rien avoir avec l’action syndicale : le parti pris idéologique et la prise de position politique.

Les directions de la CGT, de la CFDT, de la FSU préfèrent ouvrir la chasse aux militants patriotes que faire du syndicalisme !

Que penseront les  salariés, et parmi eux aussi des syndicalistes de toutes confédérations, qui sur le terrain comprennent bien que le mondialisme, le dumping social et la casse de nos industries, les politiques d’austérité décidées par l’Union Européenne, l’absence de protection de notre économie, l’immigration soutenue par le MEDEF pour peser à la baisse sur les salaires, et la déliquescence de l’Etat-nation, produisent du chômage de masse et détruisent petit à petit notre modèle social français, auquel ils sont attachés et Marine Le Pen aussi.

La candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle est donc bien la seule candidature qui défende les intérêts des salariés et du monde du travail dans son ensemble, la seule vraie candidature des acteurs de l’économie réelle. C’est ce que bon nombre d’adhérents, de militants, et même de cadres intermédiaires syndicaux ont bien compris.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

1 Commentaire

#Marine2017 : Joëlle Mélin à La Chaussée Saint Victor.

17498647_1250616838389891_4124687627275025907_nJoëlle MÉLIN, députée ENL au Parlement européen, membre de la Commission de l’emploi et des affaires sociales, docteur en médecine, membre du conseil stratégique de Marine Le Pen, était aujourd’hui en Loir et Cher pour tenir une rencontre-débat à la Chaussée Saint Victor.
La santé est enjeu majeur pour nos compatriotes confrontés à la difficulté d’accès aux soins, aux problèmes de prise en charge insuffisante (dentaire, optique), à la désertification médicale en milieu rural, à la question du vieillissement de la population.
On pouvait compter dans le public plusieurs professionnels de sante mais aussi des citoyens qui sont tous intéressés par les différents volets de la politique sociale (santé, retraite, dépendance, enfance, handicap).
Dans un exposé très clair Joëlle Mélin est parvenue à brosser un tableau général de la situation, insistant sur les points clefs.
Il ressort bien évidemment qu’il ne faut pas compter sur nos adversaires pour apporter des solutions, puisqu’ils ont tous une part de responsabilité et proposent pour beaucoup des solutions qui ne feraient qu’aggraver la situation.
Le Dr Joëlle Mélin a ensuite longuement répondu aux questions des auditeurs.
Dommage que la presse locale n’ait pas souhaité couvrir cette événement de campagne.

0 Commentaires

Un fourgon incendié à Dhuizon, une grange à Saint Gervais.

camionettes Régie de QuartierImage d’archives : fourgon incendié à Blois.
C’est ce que M. Hamon appellerait avec mépris des « faits divers », mais dont la répétition traduit un climat d’insécurité généralisé.

Un fourgon en feu vers 5 heures du matin à Dhuizon, une grange incendiée pour la deuxième fois à Saint Gervais la Forêt mercredi après-midi en plein jour.
Qu’on le veuille ou non, ce sont des faits qui inquiètent. 

2 commentaires

#Marine2017 : la santé en questions.

débat santé 22-03_2débat santé 22-03_1

Dans le cadre de l’élection présidentielle, la Mutualité française Centre-Val de Loire et le Club de la presse Centre-Val de Loire organisaient un débat public ce matin à Blois.
Les représentants de quatre candidats avaient répondu présent : le député Denys Robiliard pour Benoît Hamon, le député Jean-Pierre Door pour François Fillon, l’ancien parlementaire et maire de Bourges, ancien ministre Serge Lepeltier pour Emmanuel Macron (*) et enfin Michel Chassier, président du groupe FN au conseil régional Centre-Val de Loire pour Marine Le Pen.
Devant les représentants de la mutualité, des différentes professions médicales mais aussi de simples citoyens usagers de la santé, les représentants des candidats ont été interrogés sur leurs programmes respectifs.
Si les mesures proposées par Marine Le Pen n’ont pas été critiquées, la première question posée à Michel Chassier a porté sur leur financement.
Réponse évidente : cette question dépasse le seul budget de la la Sécurité sociale, mais les économies réalisées sur les intérêts d’emprunt par un retour au financement de l’emprunt par la Banque de France, sans intérêts, ainsi que la renégociation avec l’Union européenne qui nous coûte 9 milliards d’euros par an permettront de mieux financer le système de santé. Signalons au passage que les intérêts sur la dette sociale représente à eux seuls 6 à 7 milliard d’euros par an.
Interrogé sur la prévention, le représentant de Marine Le Pen a rappelé que c’était un point important des propositions de notre candidate, incluant la sécurité alimentaire et les question environnementales , comme l’usage abusif de certains pesticides. Michel Chassier a souligné au passage la contradiction entre la prévention et les propositions de certains candidats sur la légalisation du cannabis.
Interrogé plus tard par un autre participant, il a insisté sur le rôle de la prévention à l’école, et le rôle des tous les auxiliaires de santé, particulièrement les infirmiers et infirmières qui souffrent aujourd’hui de conditions de travail de plus en plus difficiles, en raison d’une tarification à l’acte dans les hôpitaux qui entraîne un véritable chronométrage, incompatible parfois avec une prise en charge digne du partient.
Enfin sur les « déserts médicaux », Michel Chassier a rappelé la question du numérus clausus, mais aussi les politiques qui aboutissent au phénomène de métropolisation qui ne touche pas que les professions médicales, mais tout le tissu des services de proximité. Nos principaux concurrents ne semblent pas enclins à inverser cette politique.
L’élu FN a rappelé également que le groupe,FN avait été le seul à contester la Plan régional de l’ARS que la majorité de gauche s’apprêtait à approuver en 2012 avec le soutien de la droite et du centre.
L’intervention décisive de Michel Chassier avait obligé la majorité à modifier sa position et à donner un avis défavorable. Mais ce n’était qu’un avis…
Sans être un spécialiste de la question, le représentant de Marine Le Pen a permis à notre candidate de voir ses propositions défendues dans le débat. C’était encore une première !

(*) on notera une fois de plus que le représentant de « en marche » était un vieux routier de la politique (ancien conseiller général, 2 fois conseiller régional, 2 fois maire, député puis sénateur, ministre… 38 ans de vie politique sans interruption. Pas vraiment le symbole du renouvellement !

1 Commentaire

Légalisation du cannabis : démagogique et irresponsable.

résine cannabisLe cannabis : une nocivité avérée, un danger majeur pour la santé des jeunes.
La Nouvelle République a choisi d’ouvrir le débat présidentiel par une question… sur le cannabis !

Dans son édition du 21 mars, elle consacre deux pages entière au sujet, donnant largement la parole aux partisans de la légalisation ou de la dépénalisation.
Or, comme le rappelle Michel Chassier, résumant la position de Marine Le Pen, toutes les études sur les effets du cannabis, particulièrement pour les consommateurs les plus jeunes, vont dans le même sens et sont alarmantes. Les effets nocifs pour le cerveau, parfois irréversibles, sont incontestables.
L’argument qui consiste à dire qu’il faudrait légaliser parce qu’il y a plusieurs millions de consommateurs est stupide. Il y a aussi plusieurs millions de vols et de cambriolages chaque année, faut-il pour autant légaliser le vol ?
Réponse de Michel Chassier dans la Nouvelle République du 21/03 :
«  Michel Chassier, secrétaire 41 FN, pour Marine Le Pen : « Toutes les études confirment le lien entre consommation de cannabis, accoutumance aux drogues dures et apparition de troubles psychotiques. L’augmentation régulière du taux de THC en fait désormais une drogue dure qui provoque des ravages, particulièrement chez les adolescents. La dépénalisation serait une folie, une promesse démagogique et irresponsable. Les gouvernants qui se sont succédé depuis 30 ans n’ont pas pris la mesure du phénomène et n’ont pas su endiguer l’augmentation du nombre de consommateurs, laissant se développer une économie parallèle parfois considérée comme une soupape de sûreté pour éviter l’embrasement des quartiers dits sensibles. Marine Le Pen préconise la tolérance zéro pour les marchands de mort. »

4 commentaires

Place Lorjou : le trafic de drogue n’est pas près de s’arrêter.

Dia Place LorjouUn supermarché a fermé Place Lorjou. Pas celui de la drogue !
L’arrestation avait été annoncée la semaine dernière. Suite à l’appel d’un « informateur » les policiers blésois étaient intervenus place Lorjou pour interpeller deux individus pris en flagrant délit avec un stock de 2,3 Kg de cannabis dans une voiture.

En réalité, un seul avait pu être appréhendé sur place, le second étant parvenu à s’enfuir grâce à un « attroupement » d’individus menaçants ayant empêché cette dexuième interpellation (la Nouvelle République du 20/03/2017).
Ce qui en dit long au passage sur la situation place Lorjou, ou une patrouille de Police est obligée de renoncer à faire son travail sous la pression des voyous. Mais les ordres sont sans doute, comme d’habitude, d’éviter l’affrontement.
Les policiers ont pu cependant le « cueillir » un peu plus tard.
Les deux individus, dont nous ne saurons évidemment pas les noms, on comprend pourquoi, ont été présentés au tribunal ce vendredi en comparution immédiate.
La loi du silence qui règne dans ce genre d’affaire n’a pas permis d’aller plus loin dans l’enquête au sujet de la provenance de la drogue, les avocates de la défense sont parvenues à obtenir une peine inférieure aux réquisitions, avec dans les deux cas une réduction de la détention ferme (6 mois et 4 mois).
Les policiers blésois risquent donc de retrouver bientôt ces « petits commerçants » à l’oeuvre du côté de la Place Lorjou.
Il faudra bien un jour s’attaquer frontalement à ce fléau. Cela fait partie du programme de Marine le Pen.

3 commentaires

Apprentissage : toujours mal-aimé ?

Olympiades_Métiers_2017Les politiques parlent beaucoup de l’apprentissage mais dans la pratique il n’est toujours pas mis en valeur comme il le mériterait.
Dernier exemple en date la journée d’accueil des collégiens au CFA de Blois : une quarantaine de collèges avaient été contactés, seuls 3 ont répondu, ce qui a conduit le Président de la CMA, Stéphane Buret, a annuler la visite, en espèrant avoir davantage de succès à la journée portes ouvertes de samedi prochain (18 mars).
Cela démontre qu’on le veuille ou non les réticences de l’Education nationale à l’égard de l’apprentissage.
Or comme le rappelle le président, « nous sommes une filière comme une autre, on peut avoir 15 de moyenne générale et choisir la voir de l’apprentissage. » (la Nouvelle République du 16/03/2017)
C’est ce que répètent les élus du Front National au Conseil régional depuis des années, sans être entendus. Lorsque le FN demande la possibilité d’entrer en apprentissage dès l’âge de 14 ans, c’est toujours un refus catégorique, pour des raisons purement idéologiques. Car enfin nos adversaires ne peuvent pas dire en même temps que l’apprentissage est une filière d’excellence et décourager les jeunes d’entrer dans cette voie s’ils le souhaitent.
En lire plus …

0 Commentaires

Herbault : vol en bande organisée à la fin du moto-cross. Plusieurs motos volées.

Vol motos HerbaultL’information est signalée sur la page Facebook « Tu es de Blois si…« .
Dimanche vers 18 heures, alors que se déroulait le moto-cross d’Herbault, plusieurs individus ont fait irruption sur le terrain. Ils ont agressé les personnes présentes et emporté 7 motos, ce qui demande tout de même un certaine organisation et des moyens conséquents.
La personne qui rapporte les faits parle de plusieurs blessés, plusieurs témoins confirment.
Les gendarmes sont intervenus assez rapidement et auraient interpellé 2 personnes.
Aucune information n’a filtré à cette heure dans la presse.
Cette attaque en plein jour marque une nouvelle étape de la délinquance en Loir et Cher.

Mise à jour du 14/03/2017 : dans la Nouvelle République de ce jour, il est question de « plusieurs motos », l’article précise ensuite 3 motos. Nous y apprenons aussi que 3 des agresseurs ont été interpellés grâce à des participants au moto-cross, qui ont eu le courage de les retenir. Les 3 jeunes seraient des blésois sans autre précision.

1 Commentaire

Passerelle de la gare de Blois : qui est responsable ?

Passerelle 2La Nouvelle République signale dans son édition du 13/03/2017 le problème récurrent de la propreté sur la passerelle de la gare de Blois.
On y apprend que l’ascenseur est squatté régulièrement par des sans-abri, tandis qu’immondices, excréments, urines, déchets en tous genres, cartons sales et bouteilles vides jonchent le sol.
Belle image pour les touristes qui arrivent en gare de Blois-Chambord…
Une entreprise prestataire est chargée du nettoyage mais à l’évidence cela reste insuffisant.
Quant à la Police, il semble qu’elle rechigne à intervenir.
Peut-être faudrait-il songer à installer des caméras, à charge de la SNCF, pour prendre les auteurs en flagrant délit… et les condamner éventuellement à une peine d’intérêt général qui consisterait à nettoyer la passerelle ! 

4 commentaires

Anciens combattants : les insultes de Macron ne passent pas.

Blois 11 novembreLors de l’assemblée générale de la Fédération nationale des combattants volontaires ce week-end à Saint Gervais, les anciens combattants ont rappelé leur ferme condamnation des propos d’Emmanuel Macron qui avait osé qualifier, devant de hauts dirigeants algériens, la colonisation de « crime contre l’humanité » (la Nouvelle République du 13/03/2017).
Une énormité qui démontre pour le moins l’ignorance crasse de ce petit personnage, ainsi que sa disposition à s’abaisser devant un gouvernement ouvertement hostile (*), dans l’espoir de s’attirer les suffrages de la communauté franco-algérienne.
Après de telles déclarations, il est évident qu’Emmanuel Macron devrait être définitivement disqualifié.
En attendant il vaudrait mieux qu’il évite, ainsi que ses représentants, d’assister aux cérémonies patriotiques.
Il faut espérer dans le cas contraire qu’il se trouverait des anciens combattants assez courageux pour l’éconduire et lui demander des excuses publiques.

(*) les militaires du FLN au pouvoir depuis 1962 ont confisqué la rente pétrolière et abandonné la population algérienne, contrainte de ce fait à s’expatrier en nombre. Mais pour justifier son échec, le gouvernement algérien rend la France « colonialiste » responsable de la situation, alors qu’aucun pays du continent africain ne bénéficiait en 1962 d’autant d’infrastructures modernes dans tous les domaines. Tous les jeunes algériens nés après l’indépendance sont éduqués dans cette haine de la France entretenue par les médias et dans les écoles. Et dire qu’Emmanuel Macron propose de créer une chaîne de télévision franco-algérienne. Contrôlée par le FLN ?

1 Commentaire

Blois : une voiture brûlée dans le lac de la Pinçonnière.

Voiture Lac PinconnierePhoto publiée sur Périscope-41
L’info est rapportée sur la page Facebook Périscope-41 : ce matin des promeneurs ont découvert une voiture brûlée qui a été poussée dans le lac de la Pinçonnière.

Ce parc, très fréquenté la journée par les familles et les sportifs, est depuis longtemps un lieu de rendez-vous nocturne pour des activités moins avouables.
Toujours est-il que cela commence à faire beaucoup et les internautes s’en prennent ouvertement au maire de Blois.
Qui de fait ne semble pas prendre la mesure de la situation.
Des Blésois rencontrés récemment sur les marchés trouvent que depuis qu’il est 1er vice-président de la Région, Marc Gricourt est moins présent dans sa ville.

Mise à jour : la Nouvelle République complète l’information à 19 h 10 en précisant qu’il s’agit d’une voiture volée à Orchaise chez son propriétaire lors d’un cambriolage.

1 Commentaire

Harcèlement des femmes dans la rue : l’omerta.

JdJLa Nouvelle République relate sur son fil d’actualité en ligne une manifestation « déambulation » d’une vingtaine de personnes se sont réunies ce samedi 11 mars entre la gare de Blois et le carrefour Médicis pour dénoncer le harcèlement de rue et les insultes dont les femmes sont trop régulièrement victimes.
Ce rassemblement était organisé par le collectif des Droits des Femmes de Loir-et-Cher pour marquer la fin de la semaine « Elles » consacrée à la place des femmes dans l’espace public.
Cela nous rappelle étrangement cette affaire d’une serveuse agressée en décembre dernier à Blois parce qu’elle portait une jupe. Et la réaction prudente dont nous avions dénoncé les ambiguïtés et les non-dits.
Même observation pour la manifestation de cet après-midi. Pourquoi ne pas avoir choisi une « déambulation » en centre-ville, plutôt que de se diriger vers un quartier assez peu fréquenté ?
Les organisatrices craignaient-elles de se trouver confrontées en centre-ville avec des harceleurs en puissance, dont le profil n’est bien sûr jamais évoqué.
Nous ne pouvons qu’être surpris par la discrétion de ce collectif, dont la dernière publication sur la page Facebook locale remonte au 21 novembre 2015 !
Ce rassemblement aurait mérité davantage de publicité, peut-être aurait-il fallu également inviter les représentants de toutes les formations politiques.
Pour notre part, si une nouvelle manifestation est organisée, nous sommes prêts à nous y associer.

0 Commentaires

Blois : une jeune fille victime de tirs à la carabine en plein jour à la Quinière.

rue Jean de la FontaineJeudi vers 18 heures,  deux jeunes filles sortaient paisiblement d’un hall d’immeuble rue jean de la Fontaine à hauteur de l’arrêt de bus. Soudain l’une d’elles est touchée à la jambe par un tir de carabine à plomb. Trois autres impacts seront découverts dans son dos, heureusement arrêtés par l’épaisseur des vêtements (la Nouvelle République du 11/03/2017).
Tout le monde s’interroge dans le quartier sur la motivation du tireur.
L’article tente une explication : « s’agit-il d’un jeu qui dérape, orchestré par un jeune qui n’aurait pas conscience de la gravité de son acte ? »
Pour notre part, il nous semble pour le moins choquant de parler d’un « jeu », dès lors qu’il y a eu 4 tirs successifs et ciblés, donc parfaitement intentionnels.
Les enquêteurs devraient être en mesure de déterminer rapidement de quelle fenêtre sont partis les tirs, ce qui permettra d’identifier leur auteur.
En attendant, après le nouvel incendie au Centre commercial une semaine plus tôt, le climat d’insécurité se fait encore encore un peu pesant plus dans le quartier.

3 commentaires

Blois : nouvel incendie au Centre commercial de la Quinière.

CC Quinière 18-10-16_2(image d’archives, octobre 2016).
Une nouvelle fois le Centre commercial de la Quinière a été la cible d’un incendie volontaire.

Cette fois le feu a été mis par deux « jeunes » de 19 et 20 ans aux panneaux de protection en bois disposés autour de la partie incendiée en octobre dernier (la Nouvelle République du 7 mars 2017).
Les deux individus avaient été filmés par les caméras de surveillance, et l’un a préféré se dénoncer.
Leur motivation n’est pas claire, leurs explications peu convaincantes et bien sûr leur identité n’est pas communiquée.
En attendant ce nouvel incendie risque de porter atteinte une fois encore à l’image du quartier.
Nous redisons aux Blésois que le Centre commercial reste ouvert et nous les invitons à s’y rendre pour faire des achats afin de soutenir les commerçants.

7 commentaires

Marine : la voix des femmes tout naturellement …

Marine Le Pen

Le 8 Mars, journée mondiale de la femme, ce sera l’occasion pour Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, de leur parler de leurs droits et de s’adresser aussi à toutes les femmes françaises  qui travaillent.

Défendre les droits des femmes : lutter contre l’islamisme qui fait reculer leurs libertés fondamentales ; mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femme/homme et lutter contre la précarité professionnelle et sociale, c’est l’engagement N°9 de la candidate Marine Le Pen.

Le cercle Front syndical, dans une action nationale concertée sur plusieurs départements, avec des élus et des cadres et militants du Front National sera à la sortie des entreprises, sur les marchés, à la rencontre des femmes françaises, avec un tract spécifique et en offrant une rose bleue, symbole de l’espoir et de l’espérance.

Le cercle front Syndical s’associe à toutes les actions syndicales dans les entreprises qui visent à remettre en cause cette réalité sociale injuste faite aux femmes.

Le cercle Front Syndical met en garde toutes les femmes attachées à l’extension de leurs droits professionnels des dangers de la loi Macron-El Khomri que Marine supprimera (engagement 53), comme de la politique d’austérité de Fillon. Dans les deux cas ces deux candidats du Système à la présidence de la France poursuivront les politiques désastreuses qu’ils ont déjà menées longtemps.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

0 Commentaires

Le 7 Mars, le cercle Front syndical aux côtés des fonctionnaires

services-publics-tout-doit-disparaitre

Le cercle Front syndical, les syndicalistes patriotes, soutient pleinement la mobilisation du 7 Mars 2017 pour la défense du service public. Il appelle donc l’ensemble des fonctionnaires à participer aux mouvements lancés par les organisations syndicales.

Le cercle Front syndical ainsi que Marine Le Pen se situent résolument du côté des défenseurs du service public et de ses agents. Policiers, pompiers, personnels de santé et de l’administration pénitentiaire, enseignants, postiers… l’ensemble des fonctionnaires d’état, de la territoriale et hospitalières : tous ont un rôle important à jouer dans le redressement de l’autorité et de la puissance de l’Etat, donc de la Nation, bien mis à mal par les politiques européistes de la Gauche et de la Droite.

Cependant nous ne sommes pas dupes des agissements de certaines directions syndicales, qui  font de la lutte contre le Front National l’alpha et l’oméga de leurs actions, au lieu d’agir concrètement pour la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, en toute indépendance.

Les fonctionnaires ne veulent plus être la variable d’ajustement des politiques d’austérité et ultra-libérales imposées par l’Union Européenne. Seule Marine Le Pen, en rendant sa souveraineté à notre pays, mettra un terme aux logiques de déréglementation venant de Bruxelles et des puissances financières, que les candidats du Système Macron et Fillon en tête veulent imposer à notre pays.

Ainsi le statut particulier de la fonction publique sera préservé dans sa forme actuelle et afin de garantir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, Marine Le Pen s’engage à dégeler et revaloriser le point d’indice pour les fonctionnaires (Engagement 86).

Pour que l’Etat puisse assurer l’intérêt général et être au service des Français, Marine Le Pen est aux côtés de ceux qui le servent : les fonctionnaires. C’est aussi le sens de sa candidature.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

0 Commentaires

Etre infirmier en 2017

infirmieres

Etre infirmier en 2017, ce n’est pas faire partie de la classe moyenne. C’est être un ouvrier du soin. Il y a eu les manifestations, les coups de gueule sur Facebook, les reportages sur la situation des hôpitaux en France, sur les urgences, rien n’y fait. Tout le monde s’en moque, aux premiers rangs desquels l’actuelle Ministre de la Santé, Marisol Touraine. Enfin, heureusement, plus pour très longtemps.

Je suis infirmier dans un petit hôpital de province. Un hôpital qui a fermé des lits de chirurgie, qui a réduit le nombre de places disponibles en cardiologie. Je travaille ce matin et me lève donc à 5h15. Le service commence à 6h45. J’ai travaillé la veille jusqu’à 21h15 dans un service que je ne connaissais pas, avec des patients que je ne connaissais pas, afin de remplacer un arrêt maladie. Débutant, je gagne 1450 euros nets mensuels après trois années d’études post bac. Mais de cela aussi, tout le monde s’en moque.

Ces 10 dernières années ont vu la destruction de la médecine libérale. Dans ma région, rurale, les médecins libéraux ne sont pas remplacés. Il y a de moins en moins de cardiologues, de dentistes, d’ORL, d’ophtalmologistes, de dermatologues, de neurologues. Si bien que les patients, âgés pour la plupart mais pas que, s’adressent aux urgences pour un scanner, une prise de sang, un placement de personne âgée en maison de retraite, de la fièvre, des maux de tête, un mal de gorge, tout et n’importe en quoi en fait. Dans le service, notre matériel est souvent défectueux, les pannes informatiques fréquentes. Les soignants remontent régulièrement ce type de difficultés… mais tout le monde s’en moque.

Les médecins sont épuisés et enchainent des gardes de 48h00. Ils sont d’origine immigrée et moins payés que les Français. La raison est simple : le numerus clausus a bloqué les évolutions ; la médecine libérale de centre-ville permet à ceux qui s’installent d’éviter les contraintes des horaires de nuit, les gardes.  Les médecins des urgences peuvent « tourner » sur plusieurs hôpitaux, notamment par interim, ce qui grève les budgets et engendre de la fatigue. C’est un cercle vicieux : moins il y a de médecins, plus il y a d’interim et donc moins il y a de budgets. Et moins il y a de budget, moins il y a de médecins. Mais tout le monde s’en moque.

Sauf peut-être celui ou celle qui attend cinq heures sur un brancard aux urgences….

Une alerte dans un quotidien régional d’un chef de pôle urgences du plus gros hôpital du département n’y a rien fait. Tout le monde s’en moque.

Les soignants sont souvent des soignantes. Des femmes, des mères qui élèvent parfois seules leurs enfants, qui ont des vies à gérer, qui se lèvent, confient leurs enfants à des nourrices qu’elles rémunèrent. L’année dernière, la perspective d’un nouvel impôt sur le foncier a soulevé une bronca. Il parait que le projet reste sur la table : ce seront des sorties en moins avec les enfants. Encore. Le matraquage fiscal du quinquennat Hollande a fait beaucoup de mal. Mais tout le monde s’en moque.

Puis elles commencent leur journée qui ressemble à un abattage de taches : soigner, rassurer, perfuser, panser, laver, redresser, aider à marcher, à nourrir, écouter, noter, retranscrire, organiser les sorties, les entrées, la paperasse, contacter les autres professionnels, les transferts vers les examens, organiser, transmettre aux élèves, gérer son stress. Parfois dans le calme, parfois les cris, les récriminations, parfois la violence et les insultes de patients ou de leur famille qui ne comprennent pas qu’on ne les soigne pas alors qu’une personne est en réanimation dans le box d’à côté. Mais tout le monde s’en moque.

Le 12 mai est la journée mondiale des infirmiers/infirmières. Je me souviens que Marine Le Pen fut la seule personnalité politique à nous souhaiter bonne fête en 2016.

La seule qui ne s’en moquait pas.

Nous sommes 1,5 millions de salariés du secteur de la santé, et je ne compte pas les médecins ni les infirmiers libéraux…

Aux présidentielles prochaines, nous glisserons un bulletin de vote dans l’urne. Et ce ne sera pas pour ceux qui ont détruit notre système de santé libéral et public, écrasé les classes moyennes d’impôts et de taxes, dégradé les conditions de travail ou fermé des hôpitaux.

Et là, du coup, ceux qui nous ont fait cela, ne s’en moqueront plus.

Le 23 avril et 7 mai prochain je voterai Marine Le Pen.

G., infirmier dans un hôpital public de la France des oubliés

0 Commentaires

Vidéo de Laurent Bras sur FRANCE 5 le dimanche 26 février

La vidéo de l’émission « C Polémique » sur FRANCE 5:

LB 26-02-2017 C-Polémique

Laurent Bras est Secrétaire Départemental Adjoint de la Fédération du Front National du Loir-et-Cher et Secrétaire Général du cercle Front syndical (structure nationale qui rassemble les syndicalistes patriotes).

4 commentaires

Les fossoyeurs de l’agriculture aux obséques de Xavier Beulin.

L'UE tue nos agriculteursLes obsèques de Xavier Beulin, président de la FNSEA et CESER Centre-Val de Loire, président du groupe Avril, ont été célébrées vendredi 24 février à Orléans.
Les représentants du monde politique étaient nombreux : François Hollande, Bernard Cazeneuve, Claude Bartolone, Gérard Larcher, Stéphane Le Foll, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Valérie Pecresse, Emmanuel Macron, François Bayrou, Myriam El Khomry, Michel Barnier, Henri Nallet, Bruno Le Maire, Xavier Bertrand et le commissaire européen Phil Hogan.
Nous avons pu assister à la cathédrale Sainte Croix aux embrassades fraternelles, mais ce qui frappe surtout c’est que tous ces représentants du système, dont le ministre de l’agriculture et ses prédécesseurs, venus rendre hommage à travers Xavier au monde agricole, sont précisément les fossoyeurs de l’agriculture française, sacrifiée sur l’autel de l’Union européenne.
Sans parler des candidats à la présidentielles Emmanuel Macron ou François Fillon venus s’afficher à l’occasion de cette cérémonie, provoquant quelques commentaires chuchotés parmi l’assistance.
Pour sa part le Front national a présenté ses condoléances par un communiqué national et un communiqué du groupe FN Centre-Val de Loire, tout en rappelant ses divergences avec certaines orientations de la FNSEA, en particulier sur l’Europe.
Heureusement Philippe Loiseau et Edouard Ferrand se battent au sein de la commission Agriculture et développement rural pour défendre nos agriculteurs.
Marine le Pen aura l’occasion de rencontrer la profession la semaine prochaine au Salon de l’agriculture, visite au cours de laquelle tout le monde peut constater, année après année, que les agriculteurs sont de plus nombreux à comprendre où se trouvent leurs véritables défenseurs.

1 Commentaire

Encore une voiture incendiée à la Quinière

Blois rue Lenôtre(image d’illustration : parking rue Le Nôtre. 4 voitures y avaient été incendiées en 2014).
A Blois les jours se suivent et se ressemblent : une voiture a été incendiée dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 1 h 30, rue Le Nôtre dans le quartier de la Quinière-les Allées à Blois.

Ce n’est malheureusement pas la 1ère fois dans cette rue, où l’on dénombre au moins 7 voitures incendiées depuis 2014.
La Nouvelle République rend compte de l’évènement en signalant simplement que « les pompiers ont éteint un incendie de voiture, jeudi, vers 1 h 30 du matin, rue Le Nôtre, à Blois ».
Rien qui précise la cause du sinistre.

2 commentaires

Mer : les élus Bleu Marine font réagir le Maire.

Aire d'accueil de MerAire d’accueil de Mer. Photo d’illustration FN41.
A force d’intervenir sur le sujet en commission et au conseil municipal, les élus Mer Bleu Marine (*) ont fait réagir le Maire, qui vient enfin d’écrire au Préfet afin de signaler la situation intolérable aux abords de l’aire d’accueil des gens du voyage et plus généralement sur le territoire de la commune.

Il évoque dans sa lettre «  les nuisances générées par les gens du voyage » avant d’évoquer les troubles et les dégradations sans qu’il y ait de véritable réaction des forces de l’ordre.
« La loi du 5 juillet 2000 visait à instaurer un modèle de coexistence des citoyens et un équilibre en la libre circulation et le stationnement décent dans le respect d’autrui.
Avec l’aide de l’Etat, la communauté de communes a engagé des dépenses importantes en investissement et en fonctionnement pour atteindre cet objectif. Nous avons même retenu un terrain près des écoles.
Cependant, cet équilibre est fondé sur le respect par chacun de ses droits et devoirs.
Hélas, aujourd’hui, il n’en est rien.
Les dégradations se multiplient :
Destruction des abords de l’aire d’accueil
- Casse des blocs sanitaires pourtant renforcés
- Incendie du local du gardien
- Bris de clôture
- Installations illicites sur la commune et dans les communes limitrophes
- Branchements électriques et raccordements au réseau d’eau
- Brûlage à l’air libre de câbles et autres produits
- Cochons chinois en liberté (50 interventions des policiers municipaux)
La situation était problématique. Elle est devenue insupportable.
Les habitants, soit ne comprennent pas l’impunité dont bénéficient les gens du voyage,
soit raillent le manque d’autorité du maire et de l’Etat.« 
La politique pratiquée depuis plusieurs années dans le but « d’éviter un deuxième Saint Aignan » est-elle toujours d’actualité ?
C’est ce que pensent les habitants de Mer et d’autres communes du département qui connaissent les mêmes problèmes.
Cette politique ne fait qu’encourager les délinquants et donner une image désastreuse des gens du voyage.
Le Front National le répète depuis longtemps : la loi doit être la même pour tout le monde. Et elle doit être appliquée.
En tout cas la réaction du maire de Mer démontre l’efficacité des élus Mer Bleu Marine. Ils attendent désormais la réponse du Préfet… et le chiffrage des dégâts, supportés par les contribuables.

(*) Sophie Boulaigre, Olivier Besnard et Robert Krysik.

2 commentaires

Blois-Vienne : 3 pavillons de jardin incendiés.

Incendie jardins 14-12-1Image d’archives : incendie de cabanes de jardin en décembre 2012.
Ce n’est pas la 1ère fois que des cabanons de jardin sont incendiés à Blois-Vienne ou à Saint Gervais. On peut d’ailleurs s’interroger sur le mobile de ces destructions volontaires.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi, les pavillons étaient situés dans un petit ensemble de jardins à l’extrémité de la rue des Droits de l’Homme.
Après l’incendie volontaire de l’entreprise Barbet dans la nuit de dimanche à lundi le sentiment d’insécurité risque bien de se renforcer en Vienne, de même que l’exaspération devant l’apparente impunité des délinquants.

2 commentaires
12345...88

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...