Archive | Sport Flux RSS de cette section

Le sport victime des économies budgétaires.

JO 2024JO 2024 : avec quels moyens les sportifs français pourront-ils se préparer ? A moins de pénaliser davantage le sport pour tous ?

Si les Blésois peuvent se réjouir du fait que la nouvelle ministre des sports, Roxana Maracinea, ait débuté sa carrière de nageuse dans un club de notre ville, les sportifs de Loiret Cher vont cependant subir les coupes budgétaires comme les autres.
En effet, le budget du ministère va être amputé de 30 millions d’euros en 2019, et 1600 postes de conseillers techniques sportifs sont remis en cause.
La ministre s’est voulue rassurante en précisant que les conseillers techniques sportifs (CTS) ne perdront pas leur emploi, mais cela signifierait, comme pour les emplois aidés un transfert des charges vers fédérations, elles-mêmes financées en partie par les collectivités territoriales.
Cela vient s’ajouter à un véritable détournement des fonds du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), qui se voit imposer ses orientations par le Ministère au mépris de la gestion paritaire prévue par ses statuts. Alors même, faut-il le rappeler, que ces fonds ne proviennent pas du budget de l’Etat.
Mais depuis longtemps, en regroupant le sport et « cohésion sociale », une partie des sommes qui devraient revenir aux fédérations est utilisée pour des actions qui relèvent de la fameuse « politique de la Ville ».
Et pendant ce temps la Région Centre Val de Loire réduit également son budget pour le sport.
Le groupe Rassemblement national CVL a publié un communiqué pour dénoncer cette situation et soutenir le mouvement sportif.

Communiqué du Groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire.
« Nous avons été alertés par le Conseil Régional Olympique Sportif Français (CROS) dénonçant la prochaine baisse du budget des Sports de 30M€ en 2019, entraînant la suppression de 1600 postes de fonctionnaires au sein du Ministère des Sports. »
Lire la suite sur le site du groupe RN-CVL

Nous vous invitons également à signer la pétition du CNOS.

 

1 Commentaire

Vernou en Sologne : Mathilde Paris à l’arrivée du TLC

Vernou 13-04_2Vernou13-04_3

Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher était hier à Vernou en Sologne pour l’arrivée de la 2ème étape du Tour de Loir et Cher. En tant que représentante du Conseil régional, elle a été invitée sur le podium par Jack terrier,maire de Vernou, qui accueillait l’arrivée, au côtés de Jean-Marie Janssens représentant le Conseil départemental.

1 Commentaire

Agglopolys : une réponse tardive et incomplète.

Christophe DegruelleLa réponse de Christophe Degruelle se veut cinglante. Elle est seulement méprisante. Comme d’habitude.
On se souvient que le président de Blois-Foot 41, François Jacob, s’était plaint d’un manque d’équité et de transparence dans l’attribution des subventions et du statut « privilégié » de l’ADA Blois basket (voir les articles précédents sur notre blog).

C’était le 26 décembre dernier.
Il aura fallu presque un mois au président de l’Agglo, Christophe Degruelle, pour apporter publiquement une réponse qui se résume plutôt à une série de démentis, comme s’il devait se justifier. (la Nouvelle République du 25/01/2017)
On peut se demander pourquoi un tel délai de réflexion ?
On se doute que ces éléments de réponses n’ont pas satisfait le président de Blois-Foot 41, qui réitère sa demande de transparence et d’équité, avec des critères clairement établis. Il  dénonce le « fait du prince » et les « petits arrangements netre amis » (la Nouvelle République du 25/01/2017).
Au passage, il épingle le fonctionnement du conseil et du bureau communautaire, au sein duquel les maires sont « tous alignés derrière le général ».
Un mode de fonctionnement que les élus FN dénoncent régulièrement.
Il est vrai que Christophe Degruelle, qui vient du Cabinet de Jack Lang, n’a jamais vraiment été un élu de terrain, il suffit de voir à quel point il semble s’ennuyer au conseil municipal de Blois (notre photo).

1 Commentaire

Agglopolys : le fait du Prince ?

BF41On se souvient lors d’un récent conseil d’Agglopolys que le Président Christophe Degruelle avait répondu à Michel Chassier, élu communautaire blésois, au sujet d’une subvention au Défi Inter-entreprise : « il n’y a pas de vote de subvention car l’organisation du Défi interentreprises est une décision du président. Tant que je serai président cette manifestation aura lieu.« 
Le président de Blois-Football 41 s’est vu opposer le même type de réponse à une demande de subvention ou de partenariat, au prétexte que « le sport n’est pas une compétence d’Agglopolys« .
Sauf que l’Agglo gère les équipements sportifs « dépassant par leur taille ou leur fréquentation le cadre communal« , c’est le cas des piscines, mais elle soutient également l’ADA Blois Basket et la réalisation de la salle du Jeu de Paume, investissement majeur de la mandature, est justifiée en partie par la montée de l’ADA en pro B.
Etant donné le rayonnement et les résultats de Blois-Football 41, la question mérite donc d’être posée et devrait faire au minimum l’objet d’un examen collectif des élus au sein du bureau communautaire.
En attendant le président de Blois-Football 41 vient d’adresser un courrier à tous les maires de l’Agglo, dans lequel il pose aussi une question plus grave : y aurait-il des pressions exercées sur les entreprises dans le cadre des marchés de l’Agglo ?

Blois : les élus FN au créneau.

Elus FN BloisVos élus municipaux blésois (de gauche à droite : Michel Chassier, Mathilde Paris, Jean-Louis Berger, Miguel de Peyrecave).
A l’occasion d’un conseil municipal qui a duré plus de 4 h 30 en raison d’un ordre du jour chargé, les élus municipaux du FN ont été comme toujours présents sur tous les sujets.

Finances : « ça va mieux » ?
Le maire de Blois n’a pas repris la formule célébre que partagent François Hollande et Emile Coué, mais il qualifie d’emblée l’année 2015 comme un « millésime d’exception ». Optimisme aussitôt tempéré par Michel Chassier qui démontre, chiffres à l’appui, une dégradation lente et régulière de la situation financières, qui risque d’être préoccupante pour l’avenir.
L’élu FN souligne que la reconstitution du fonds de roulement  est obtenue uniquement par un recours à l’emprunt supérieur aux besoins.
Il s’inquiète également de la faiblesse des investissements « courants », c’est à dire les travaux d’entretien des bâtiments et bâtiments communaux (écoles, stades, gymnases…) de la voirie, de trottoirs etc…
Le groupe FN sera le seul à voter contre le Compte administratif.
Logements sociaux : des quartiers oubliés.
Alors qu’une opération de « résidentialisation » est lancée rue Lamartine, Michel Chassier souligne le retard pris par les bailleurs sociaux sur d’autres quartiers, dont Cabochon-la Quinière, où des immeubles pourtant bien plus anciens, datant pour de 1953 pour certains, ne sont pas encore traités. Encore une fois, nous constatons que cela s’explique par le choix du périmètre de la ZUS puis du PRU, dicté par des considèrations qui ne relève pas uniquement de l’urbanisme ou de la situation sociale.
Police municipale : où sont passés les agents ?
A propos d’un ajustement au tableau des emplois, Michel Chassier s’étonne de voir que sur 4o emplois à la Police municipale, 30 seulement sont pourvus, dont 28 agents de terrain (ASVP, gardiens, brigadiers et brigadiers-chefs) sur 38, soit 10 postes vacants. Yann Boursguin répond qu’il n’y aurait que « 3 ou 4″ postes non pourvus. Comment expliquer cette différence ? Mais surtout l’élu FN souligne la baisse des effectifs depuis 2012, puisqu’il y avait alors 39 agents, dont 37 agents de terrain.
Cela contredit encore une fois les déclarations du maire sur les efforts de la ville en matière de sécurité.
Politique de la Ville ou politique d’accompagnement de l’immigration ?
La Politique de la Ville revient à l’ordre du jour de chaque conseil municipal. Comme son nom ne l’indique pas, la Politique de la ville traite des effets directs et indirects de la politique d’immigration menée par les gouvernements, de droite comme de gauche. C’est sous ce couvert que des millions d’euros (3 434 898 euros en 2015) sont dépensés pour détruire et reconstruire des bâtiments, créer des zones franches défiscalisées etc… dans des quartiers à forte population d’origine immigrée alors que d’autres quartiers comme Vienne ou la Quinière, pas plus riches pour autant, n’en bénéficient pas. A aucun moment dans les objectifs de ce rapport n’apparaissent les défis à relever telles que la lutte contre l’islamisme radical, contre la drogue, contre l’alcoolisme ou la défense des femmes battues.
Rappeler ces anomalies ou injustices ne plait pas à la majorité socialiste et dire que cette politique constitue un formidable appel d’air pour l’immigration officielle et clandestine provoque la colère de notre député Denys Robilliard. Lequel n’a pas admis que Miguel de Peyrecave rappelle le procès blésois qui met en cause, le même jour, l’Association régionale des travailleurs turcs et toute une filière dans la fourniture de faux papiers pour des clandestins (la Nouvelle République des 27 et 28 /6/2016) Malgré ces évidences judiciaires qui ne sont pas exceptionnelles, le député PS n’admet pas le lien qui existe entre ces associations à visées humanitaires et l’explosion de l’immigration clandestine dont nous devons assumer les conséquences financières. Le voilà qui parle « d’amalgame ». Un de ces mots faciles et inexacts qui évitent de penser.
Comme d’habitude Les « Républicains » et centristes ont voté comme la majorité socialiste.
Tarifs municipaux : haro sur les classes moyennes ?
La Ville établit une distinction entre Blois et Hors Blois pour les tarifs d’activités jeunes. Cette « préférence blésoise » nous semble justifiée mais nous nous demandons pourquoi au niveau national et européen la gauche socialiste refuse la « préférence nationale et européenne » préconisée par le Front National. Une contradiction de plus que le temps se chargera de faire disparaître sous pression des faits qui sont têtus.
Le Front National a contesté la suppression de la progressivité des barèmes en fonction des revenus, pour ne retenir que la distinction imposable/non imposable. Or chacun sait que de nombreux ménages modestes se sont retrouvés subitement imposables en 2015 alors qu’elles ne l’étaient pas précédemment.
L’AAJB:
Une transaction entre l’AAJB, en difficulté financière, et la Ville permet à celle-ci de régler le montant de l’emprunt contracté par l’AAJB et devenir propriétaire des installations.
Les élus FN se sont abstenus dans cette délibération car ils ont estimé que cette négociation en termes d’image n’était pas excellente pour la Ville même si, d’un point de vue financier, Blois ne fait pas une mauvaise affaire.
Miguel de Peyrecave a rappelé que le point de départ de cette affaire est la gestion de la ZAD de la Bouillie (par tous les partis politiques sauf le FN) qui a contraint l’AAJB, et de nombreux habitants, à quitter les lieux avec un dédommagement jamais à la hauteur de la valeur réelle des biens expropriés. Sans compter que les dernières inondations n’ont pas apporté la preuve de l’intérêt de cette ZAD, elles ont même démontré que le danger ne venait pas de la Loire mais des affluents. Mais cela ils ne veulent pas le reconnaître, ce serait se déjuger.
La majorité refuse de soutenir un ancien conseiller municipal.
Un conseiller municipal écologiste de la précédente mandature Gricourt, François Bourdillon, qui avait eu un accident de vélo et un long arrêt de travail de 2 ans se voit condamné à rembourser à la CPAM ses indemnités au motif qu’il avait participé à des séances de conseil municipal alors que cette autorisation n’était pas expressément mentionnée dans le certificat médical.
Devant une telle aberration juridico-administrative, les élus FN ont voté pour que la Ville aide cet élu à plaider sa cause devant la Cour de Cassation en lui faisant bénéficier de la « protection fonctionnelle des élus ». Ce que tous les élus PS n’ont pas fait. Bizarre. Pour des raisons politiques ? Dans tous les cas, chacun devra être attentif à faire préciser par son médecin les heures et motifs de sortie en cas d’ITT. Un oubli qui peut avoir de graves conséquences car il n’est pas normal qu’un élu bénévole soit pénalisé pour son engagement citoyenne.
Blois « Hors TAFTA »
Un vœu a été proposé par la majorité contre la mainmise mondialiste à travers le projet d’accord de libre échange TAFTA qui va bouleverser les régulations ou échanges commerciaux mondiaux.
Les élus FN se sont associés à ce vœu. En effet le Front National lutte depuis 40 ans contre la mainmise de l’Union Européenne sur les Etats nations, une Union européenne qui n’est que l’antichambre de ce mondialisme TAFTA souhaité par les Attali, Bernard Henri Levy ou Sarkozy. Peut-on être européiste et antimondialiste à la fois ? Non. « Dieu se rit de ceux qui pleurent des effets dont ils chérissent les causes ». Il ne manquait que 2 mots à ce vœu, les mots « souveraineté et subsidiarité ». Ce sera pour la prochaine fois. Michel Chassier a dit sa satisfaction de voir que le vote Brexit avait un effet local, un « Bloisxit » de bon augure.

AAJB : le débat s’enflamme avant un conseil… sportif ?

AAJBLes anciennes installations de l’AAJB levée des Pingres.
La reprise par la Ville des installations de l’AAJB au Puy-Cuisy a déjà été évoquée en commission générale samedi dernier, puis à nouveau en commission des sports, à l’issue de laquelle certains propos ont « fuité ».

Les élus municipaux du Front National, soucieux de l’intérêt général, se sont penchés sur ce dossier qui passionne les Blésois, d’autant plus hélas que la politique s’en mêle car le Président de l’AAJB omnisport n’est autre que Jacques Chauvin, présent depuis plus de 40 ans dans la vie politique blésoise et conseiller d’opposition.
L’origine des difficultés de l’AAJB remonte au transfert des installations de la levée des Pingres vers le Puy Cuisy, transfert imposé dans le cadre de la ZAD dite de « la Bouillie ».
En lire plus …

1 Commentaire

ADA, Gymnase Saint Georges. Il fallait négocier.

basket-dimensions-terrain

La municipalité socialiste de Blois confirme sa volonté de dépenser davantage pour la montée de l’ADA en N2 et d’aménager le gymnase St Georges. Elle accepte de passer sous les fourches caudines de la Fédération Française de BasketBall en prétextant que ces aménagements ( parquet neuf, de gradins et système d’éclairage) seraient durables (la Nouvelle République 2/6/2016).
On ne voit pas bien sûr pourquoi ils ne seraient pas durables, mais sont-ils pour autant justifiés ? Pourquoi investir autant pour faire homologuer H3 un terrain de réserve alors que le terrain actuel était homologué H2 ?
Le maire considère comme négligeable le difficile partage des créneaux horaires avec les autres clubs et il pense, mystérieusement, que « ce choix d’investissement ne s’entend pas avec des contreparties à trouver sur le financement des clubs ou associations sportives » (???)
Il va de soi qu’il convenait de négocier à temps avec la Fédération Française de BasketBall afin d’obtenir une dérogation, prévue dans les réglements : réglement_salles_terrains. C’est dans un sens que les élus blésois du Front National ont adressé le communiqué suivant à la presse locale.

 ADA : une seule solution, la dérogation.

« Suite à l’accession de l’ADA en pro B, la FFB fait preuve d’une intransigeance incompréhensible, sachant que, dans ce cas de figure, le règlement fédéral des salles et terrains prévoit une possibilité de dérogation pour une saison.
C’est donc dans cette direction que les dirigeants et les élus devraient faire pression pour éviter une dépense de 220 000 € pour quelques rencontres ! Bel exemple de gaspillage de l’argent public.
Quant à la somme « débloquée sans sourciller » par la Ville de Blois, il ne s’agit pour l’instant que d’une promesse du maire, dont le prochain conseil municipal devra débattre. »

Michel Chassier
Conseiller municipal de Blois
Conseiller régional de Loir et Cher
Secrétaire départemental du Front National

 

 

 

 

1 Commentaire

Course de fond en pleine campagne

Photo0170Nous nous réjouissons de voir les résultats sportifs de Romain Collenot-Spriet, un athlète blésois de haut niveau en steeple, que nous suivons depuis longtemps avec intérêt. Il est un exemple de constance et de persévérance pour les jeunes et les moins jeunes. Il révèles en même temps les grandes difficultés rencontrées en France par les athlètes qui veulent suivre des études supérieures.
La deuxième place qu’il a conquise de haute lutte ce week end à Acier, dans le Nord, lui permet d’espérer faire partie de la sélection de l’équipe de France pour
le 13 décembre prochain à Hyères. C’est ce que nous lui souhaitons.
Ses mérites sont aussi reconnus par la municipalité de Blois puisqu’il vient d’être associé aux athlètes de haut niveau (
Marie-Amélie Le Fur, Anaïs Michel, Émilie Menuet et Raphaël Beaugillet) que le maire de Blois veut honorer et récompenser en les aidant financièrement. En lire plus …

Destruction du vélodrome. La faute à l’insécurité !

La Boire

C’est fait. L’accès au vélodrome de La Boire a été condamné, au grand dam de la section cyclisme. Il n’y a plus de barrière ni de clôtures métalliques, mais à leur place une rangée de grosses pierres anti-intrusion… qui n’empêchent pas les caravanes d’entrer quand elles le veulent.

Malgré le nouveau et trop petit local de rangement qui a été attribué à la section cyclisme sur le nouveau site de l’AAJB, le club cycliste n’a pas de locaux pour accueillir ou réunir ses adhérents. Ce qui décourage Jacky Jollin, son président, pour la rentrée qui s’annonce alors que jusqu’à présent le club disposait d’un outil exceptionnel pour la formation des jeunes. L’ancien club house des tennis, les vestiaires et le pavillon occupé par la section cycliste, ainsi que les bureaux doivent en effet être bientôt démolis. (la Nouvelle République 20/8/2015) Le vélodrome fera l’objet d’une seconde tranche de démolition. Autant dire qu’il ne restera rien d’un bel ensemble, sportif unique en Région centre.

En lire plus …

1 Commentaire

Blois : la fin du vélodrome ?

Vélodrome BloisImage d’archives : le vélodrome de Blois. Le « keirin » a été volé l’hiver dernier…
A l’occasion du conseil municipal de mardi dernier, nous évoquions la situation de la ZAD de la Bouillie.

Aujourd’hui la Nouvelle République revient sur le sujet à propos du prix de la Ville de Blois, épreuve sur piste qui se dispute au vélodrome de l’AAJB, situé levée des Pingres dans la secteur de la Bouillie, tout près de la Boire.
« Il se pourrait bien que ce soit le dernier » déclare le président de la section cyclisme, Jacky Jollin , tant les organisateurs bénévoles sont écoeurés par la multiplication des dégradations, des pillages et des incendies.
En lire plus …

2 commentaires

Bravo à 3 jeunes sportifs du Loir et Cher

Sportifs 41

Le sport est souvent révélateur des valeurs de courage, d’audace et d’endurance. Il est la réalité des chronos, des classements, des compétitions dans lesquelles il est difficile de tricher.
Amélie Le Fur
Nous le voyons avec Marie-Amélie Le Fur qui a repoussé un peu plus ses limites, samedi à Nantes. Lors des championnats de France en salle, elle a sauté 5,52 m en longueur et réalisé la meilleure performance mondiale de tous les temps. La Loir-et-Chérienne, qui continue de s’entraîner durement chaque semaine, s’est fixée encore deux grosses échéances avant de mettre un terme à sa carrière sportive pour les Mondiaux à Doha (Qatar), du 22 au 31 octobre, puis les jeux Paralympiques de Rio en 2016 où elle espère décrocher la médaille d’or.
Pauline Landron
On retrouve la même énergie chez la vendômoise Pauline Landron qui pratique le triathlon et vient de prendre la quatrième place de la course cadette des championnats de France de cross aux Mureaux. Bourrée de qualités elle devra choisir entre l’athlétisme et le triathlon.
Romain Collenot-Spriet
Nous suivons avec le même intérêt la carrière de Romain Collenot-Spriet qui, aux Mureaux, dimanche dernier,vient de décrocher la médaille d’argent au terme d’une course de 3,935 km.

En lire plus …

1 Commentaire

En Loir et Cher la jeunesse a du courage et du talent !

Olympiade métiersA ceux qui désespèrent et trouvent notre époque démoralisante nous dirons qu’ils se trompent. Nous avons de nombreuses raisons d’espérer de faire confiance à notre jeunesse. Les exemples ne manquent pas. Récemment, Anthony Da Costa vient de décrocher la médaille d’or des Olympiades des métiers.(la Nouvelle République du 10/2/15) Son patron, Julien Renard, de Vendôme avait déjà gagné les Olympiades des métiers en plâtrerie et conquis le titre de meilleur ouvrier de France. Comme quoi, l’excellence, le goût du travail bien fait s’acquièrent et se transmettent en France.
En lire plus …

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...