Archive | Éducation Flux RSS de cette section

Blois : Najat Vallaud-Belkacem va-t-elle annoncer son départ ?

NVBEn répondant au Pape François, Najat Vallaud-Belkacem n’hésite pas à mentir.
NVB aux RVH sur le thème « Partir ».

On peut se poser la question, puisqu’elle vient ouvrir officiellement les 19èmes Rendez-Vous de l’Histoire à Blois sur le thème « Partir ».
Thème fourre-tout prétexte encore une fois, à côté de conférences intéressantes, à de nombreuses interventions politiques, toujours orientées dans le même sens. Nous y reviendrons.
Najat Vallaud-Belkacem va-t-elle en profiter pour annoncer son départ ?
Ce qui est sûr, c’est que beaucoup de parents et d’enseignants voudraient bien voir partir ce ministre (nom masculin selon tous les dictionnaires, n’en déplaise à l’intéressée), un des pires que nous ayons connus depuis des lustres.

Théorie ou études de genre : Najat Vallaud-Belkacem se prend les pieds dans le tapis.
Sa réaction outrancière aux propos du pape François sur la question du genre prouve qu’il a touché un point sensible, osé remettre en cause un dogme de l’idéologie post-moderne, bref c’est la pape qui aurait blasphémé !
Prise pour ainsi dire la main dans le sac, Najat Vallaud-Belkacem se défend, avec le soutien des médias unanimes, en affirmant que la « théorie du genre » n’est pas enseignée à l’école. Volant au secours du ministre, le site gauchisant mais financé par les « méchants capitalistes « rue 89″ va jusqu’à titrer « la théorie du genre n’existe pas ».
En lire plus …

1 Commentaire

Planning familial : des salariés-militants, c’est quoi ?

UDT 2015_1Marion Maréchal Le Pen entourée de Cédric Pelé FNJ41 (à gauche) et Michel Chassier (à droite).
A l’occasion du 60ème anniversaire du planning familial une « militante salariée » (sic) blésoise ne peut pas s’empêcher d’attaquer Marion Maréchal Le Pen qui avait menacé de supprimer les subventions au mouvement en région PACA, considérant qu’il s’agit d’une association politisée.

En effet, c’est bien le problème avec le Planning familial, mais ce n’est pas le seul exemple, ces associations qui bénéficient de fonds publics mélangent des activités qui pour certaines peuvent être considérées comme d’intérêt général et les prises de positions politiques.
Ainsi comme le révèle la présidente Nathalie Labasse, 50% des interventions concernent l’accueil de jour pour les femmes victimes de violences. On peut parler dans ce cas d’une véritable mission de service public, en faisant remarquer au passage que nous sommes dans le domaine de compétence du Conseil départemental et non pas de la Région.
Au conseil régional, nos élus votent les subventions au cas par cas, en fonction de l’intérêt du dossier.
Mais d’un autre côté, cette même association va faire des interventions dans les collèges, les lycées et les foyers de jeunes travailleurs qui manquent singulièrement de neutralité : chacun connaît  les positions pro-avortement défendue par la Planning familial.
Nous estimons pour notre part que les jeunes ont droit à une information plus ouverte, et que ce genre de propagande n’a pas sa place à l’école, cette partie de l’éducation revenant d’abord aux parents.
On nous répond fréquemment que le nombre de grossesses non désirées augmente chez les mineures. Ce qui peut sembler paradoxal avec la banalisation de la contraception, sans compter que les jeunes savent très bien s’informer sur les réseaux sociaux.
Mais la multiplication des activités vise d’abord un objectif : obtenir des subventions afin de financer des emplois de « militants salariés », oxymore qui démontre précisément que nos observations sont fondées.
En 2015, le Planning familial 41 à déposé 29 demandes de subventions !
Malgré cela, l’association reconnaît, après audit d’un commissaire aux comptes, qu’elle était « dans une spirale déficitaire deux années de suite » (c’était en 2015). Or les subventions ont diminué globalement de 6% en raison des difficultés que rencontrent les collectivités.
La réponse consisterait sans doute à dissocier les différentes activités, ce qui permettrait de subventionner celles qui relève de l’intérêt général et nécessitent l’emploi de salariés. Les autres activités comme la promotion de l’avortement qui relève d’un engagement idéologique devraient quant à elles être assurées par des militant(e)s bénévoles.
Nous sommes prêts à poursuivre ce débat avec les responsables locaux de cette association.

1 Commentaire

Non à l’Islamisme. Oui à la liberté scolaire !

Le Lycée des FlandresEric Ciotti (LR) vient de déposer au côté de Patrice Martin Lalande, député de Loir et Cher, une proposition de loi visant à renforcer « l’encadrement des établissements privés hors contrat et à limiter les possibilités de dérogation à l’obligation scolaire ». Bizarre pour des députés qui ne parlent que de liberté !
En clair, cela veut dire que, pour  Eric Ciotti et Patrice Martin Lalande, l’Etat doit exercer  un contrôle total sur l’Education et l’Instruction hors contrat, avec autant sinon plus de contraintes que pour l’enseignement sous contrat.
On connaissait la gauche liberticide à l’image de Najat Vallaud Belkacem qui exige davantage de contrôles administratifs dans les établissements hors contrat et les familles désirant instruire leurs enfants à la maison. Voici maintenant que les députés de « droite » vont plus loin en voulant s’introduire dans les maisons et s’occuper de l’éducation de nos enfants. Il faut demander à Guillaume Peltier ce qu’il pense de cette proposition, lui qui espère succéder au député Patrice Martin Lalande l’an prochain en Sologne ! Et qui se prétend de la « Droite forte » !
Prétendant lutter contre l’Islamisme, ces députés de l’UMPS veulent contrôler tous les cerveaux, toutes les écoles et toutes les familles alors qu’ils savent que cet Islamisme radical se développe ailleurs, dans les mosquées ou des lieux d’enseignement qui ne sont pas déclarés comme des écoles mais sont en lien avec des lieux de prières eux-mêmes non répertoriés. On les trouvera aussi dans certaines écoles coraniques qui prennent en charge les enfants durant le temps périscolaire parfois subventionnées par des aides de la Politique de la Ville et en jouant parfois la carte de la modernité pédagogique Montessori. Par conséquent, les contrôles renforcés sur les écoles hors contrat ne les concernent en rien. C’est un problème religieux et non d’enseignement.
Si l’on veut prévenir les risques de l’Islamisme  il vaut mieux mobiliser nos services de renseignement pour détecter les lieux d’enseignement clandestins et les fermer le cas échéant. Interdire de délivrer les enseignements profanes ou religieux en arabe. Prohiber les financements étrangers sans oublier de dépolitiser l’école publique.
Il n’y a aucune raison que les familles, les écoles (hors contrat ou sous contrat) catholiques, juives, protestantes ou aconfessionnelles fassent les frais de la lutte contre le péril islamiste qui pèse sur la France. Patrice Martin Lalande y avait-il pensé avant de s’associer à Philippe Briand ou Jean Pierre Door, tous députés de la région Centre Val de Loire ?

 

Fermeture de la seule spécialité Arts plastiques en Lycée dans le Loir-et-Cher

Les mains d'Ariane

Nous vous avions déjà parlé de la fermeture des classes préparatoires commerciales au Lycée Dessaignes à Blois (voir blog FN41 du 17 mais 2015). Voilà maintenant que c’est la spécialité « Arts plastiques » qui est en ligne de mire et qui doit fermer prochainement. Le lycée Dessaignes est le seul lycée du département à proposer cette spécialité, une des options des séries littéraires (Bac L). Le proviseur veut fermer cette spécialité dès l’année prochaine, prétextant une baisse des effectifs.

Une pétition qui a été lancée par les enseignants de cette discipline artistique sur le site de www.change.org , détaille le contenu de cette matière et ses conséquences quant à la fermeture de cette spécialité  dans le Loir-et-Cher.

Encore une fois, nous voyons là les ravages de la politique de destruction de l’Ecole Républicaine par la Gauche sociétale (nivellement vers le bas, concurence entre matières …) et son application locale ici dans le département. Où iront les futurs lycéens qui voudraient choisir les Arts plastiques ? Qu’en est-il de l’avenir des séries L dans le département ?

Et la Gauche sociétaliste qui accuse très souvent le Front National  de vouloir détruire l’art et la culture. Quand on sait que c’est cette même Gauche qui au Conseil Régional annonce l’arrêt brutal de « Culture O Centre » : c’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Les arts et la culture ne doivent pas être des variables d’ajustement économique!

Nous réaffirmons qu’il faut maintenir la spécialité Arts plastiques au lycée Dessaignes de Blois pour que cette filière soit maintenue dans le département.

Blois : quand les socialistes contestent les chiffres de l’INSEE.

ecoletourville.jpg700 élèves de plus dans les écoles de Blois, alors que la population diminue. D’où viennent-ils ?
On sait que la population de Blois diminue régulièrement. Les derniers recensements l’ont bien montré. Pourtant, lors du conseil municipal du 14 décembre, le maire-adjoint Yann Bourseguin a contesté les chiffres donnés par l’Insee (47867 habitants) sur la population blésoise. Il estime qu’elle est au-dessus de ce total.

Pour étayer sa contestation il a fait valoir qu’il y a 700 élèves en plus en primaire depuis les 3 dernières années. Nous sommes en droit de nous interroger sur cette « génération spontanée » d’enfants sans parents ou non répertoriés dans les registres de l’administration française.
Plusieurs explications sont possibles. D’abord, le nouveau mode de recensement serait imparfait dès lors qu’il ne procède plus systématiquement sur tout le territoire mais par sondages. Possible.
En lire plus …

2 commentaires

Blois : que se passe-t-il à l’école des Sarrazines ?

Ecole SarrazinesNous avons été alerté par plusieurs parents d’élèves d’un climat préoccupant à l’école des Sarrazines.
Quelques enfants agissant en groupe ont pris pour habitude de diriger la vie de la cour de récréation et se livrent jusque dans la classe à des insultes, des gestes obscènes et même des brutalités.
Les agresseurs âgés de 8 à 11 ans semblent échapper à toute autorité.
Il nous a été rapporté qu’en enfant de 8 ans a été victime d’une tentative de strangulation suffisamment grave pour justifier un certificat médical, sans réaction de l’équipe enseignante.
Plusieurs agressions ont déjà été signalées dans cette école, il semble que cette ambiance perdure depuis le début de l’année, y compris pendant le temps péri-scolaire.
Nous espérons que les autorités académiques vont réagir comme il convient pour mettre un terme à cette situation.
Nos élus ne manquerons pas d’interroger l’adjoint chargé des écoles.

1 Commentaire

Conseil Municipal de Blois : Des silences bizarres et tonitruants.

silenceBizarre ! Sur la question sensible de l’aide versée par la Ville aux écoles maternelles.  La Nouvelle République a oublié de rendre compte des interventions du FN au Conseil municipal.
Dans tous les cas les lecteurs de la NR doivent savoir que Jean Luc Malherbe, Christelle Ferré et Jacques Chauvin ne sont pas les seuls à être intervenus sur la question des écoles maternelles de l’enseignement privé. Le FN, par la voix de Miguel de Peyrecave, est aussi intervenu sur ce sujet pour ensuite voter contre la délibération qui baisse drastiquement le forfait communal à destination des maternelles du privé.

Voici le communiqué qui a été adressé à la NR pour préciser la position des élus du Front National. En lire plus …

Non au numérique dans le primaire !

tabletteNous apprenons que Marc Gricourt veut doter les écoliers de Blois de tablettes numériques dès la rentrée 2016. Les écologistes qui ont la chance d’en être informés ne sont pas d’accord. (la Nouvelle République 4/11/2015) Dans la critique raisonnée et motivée de ce projet nous les rejoignons. Cela leur fera plaisir de voir qu’ils ne sont pas seuls face au maire.
Comme eux, nous pensons que le coût ne correspond pas à la capacité financière de notre ville. Comme eux, nous savons que les investissements dans le numérique n’ont pas d’effet positif sur l’amélioration des résultats des élèves. Ce serait même le contraire.
Comme eux, nous pensons que « la surexposition des enfants à des ondes électromagnétiques a des effets sanitaires néfastes sur des enfants ». Les études le démontrent.  Comme eux, nous constatons l’impact négatif de la consommation d’écrans (téléphone, télévision, ordinateurs, etc…) pour le développement intellectuel et psychomoteur des enfants.
Et nous ne parlons pas des désordres occasionnés par le numérique en matière de discipline individuelle et collective en classe. De nombreux professeurs pourront vous en parler.

En lire plus …

La SNCF sur la mauvaise voie. Erreur d’aiguillage ?

Train intercitésAlors que les retards sur les horaires des trains se multiplient. Alors que les pannes deviennent monnaie courante, la Fondation SNCF se lance dans des opérations qui ne sont pas de son ressort et qui exigent des dépenses non prioritaires.
Elle se propose de lutter contre l’illetrisme en ouvrant un appel à projets sur le numérique.(la Nouvelle République 15/10/2015).
Outre que le mot « illetrisme » mériterait d’être défini avec exactitude, combien de fois faudra-t-il rappeler que s’il y a « illetrisme » c’est parce que
l’Education nationale ne fait pas son travail en enseignant à lire et à écrire avec une méthode globale catastrophique  et que 20% des enfants arrivent en 6ème sans savoir lire correctement ?
Faut-il rappeler que cet illetrisme est dû en grande partie à une immigration massive de populations qui,
arrivant sur notre sol sans maîtriser notre langue, développe un communautarisme qui donne la priorité à sa langue d’origine, enseignée parfois dans nos écoles ?
Faut-il aussi rappeler aux fanatiques du numérique qu’avant de se lancer dans cette spécialité
il convient d’abord de maîtriser la langue française ?
Nous attendons de la SNCF que les trains partent et arrivent à l’heure.
Que les billets gratuits soient, éventuellement, attribués aux Français défavorisés plutôt qu’aux clandestins, comme nous venons de l’apprendre. La lutte contre l’illetrisme, ce n’est pas sa mission !

Table Ronde FNJ à Onzain : la campagne électorale en avant-première.

12143335_870814413014264_7938169594859246787_nLe Front National de la Jeunesse du Centre a réunit une vingtaine de militants, adhérents et sympathisants à Onzain (41) au cours d’une table-ronde ce vendredi soir. Elle était animée par Cédric Pelé (Secrétaire Départemental du FNJ41) avec Julie Apricena, (Coordinatrice du FNJ Centre), Véronique Fornilli (Adjointe à la Direction Nationale du FNJ) et la participation de Michel Chassier, Conseiller Régional sortant et tête de liste pour le Loir-et-Cher. De nombreux invités ont également eu l’occasion d’intervenir au cours de ces échanges. 

12106931_870814419680930_4074298329240201000_nNotre trio de jeunes avait également été invité un peu plus tôt par Plus FM pour évoquer cette table-ronde consacrée aux enjeux des élections régionales, particulièrement aux thématiques qui concernent la jeunesse : l’emploi, la formation et l’apprentissage – à deux mois du scrutin. Le podcast est téléchargeable ici. 

En lire plus …

Quand est-ce qu’on fiche les opposants à la réforme de Belkacem ? Une manœuvre en 3 temps

college

Premier temps : une annonce discrète 

Selon une information de l’agence spécialisée AEF, les services de la rectrice de l’académie Hélène Bernard ont proposé aux chefs d’établissements qui le demandent, essentiellement dans les collèges où la réforme risque d’être compliquée à mettre en place, un « outil de pré-repérage » qui consiste notamment à classer les enseignants et les membres du conseil pédagogique en trois catégories :

  • « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles »
  • « attentistes, passifs, indifférents, indécis »
  • « progressistes, proactifs, convaincus, avocats, relais »[...]

En lire plus …

Rentrée scolaire : sous le signe de l’islam.

Etat islamiqueOn présente à nos enfants une vision rassurante de l’Islam, alors que la religion chrétienne est dénigrée. Cherchez l’erreur.
Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Des parents d’élèves de Blois, de Mer et de Contres nous ont alerté. Ce ne sont pas des adhérents du Front National, mais des parents qui s’adressent à nous en désespoir de cause, ne sachant comment réagir en voyant ce qu’on enseigne à leurs enfants dans le cadre du cours d’histoire géographie.

A Contres, c’est dès le 1er cours, à la rentrée, que les élèves de 5ème subissent un cours sur l’Islam, sans le moindre recul historique, au mépris de la laïcité alors même que l’on demande aux parents de signer un document sur ce thème. De qui se moque-t-on ?
Comme nous le font justement remarquer les parents, leurs enfants n’ont jamais eu un cours portant sur la religion chrétienne, souvent dénigrée au contraire comme obscurantiste et opposée aux supposées « lumières ».
En lire plus …

1 Commentaire

Quelques observations sur la rentrée 2015

Rentrée-des-classes

La rentrée scolaire 2015 de Blois pourrait paraitre anodine ou identique aux autres. Il n’en est rien si l’on regarde en détail les informations qui sont distillées au compte goutte par les autorités politiques et académiques.

Plus d’élèves à Blois? Mais d’où viennent-ils ?

Nous apprenons que les écoles primaires de Blois comptent 130 élèves de plus cette année et 550 depuis 5 ans. Alors que la population de Blois diminue régulièrement, il faudra qu’on nous explique d’où viennent les 130 élèves supplémentaires. Une hypothèse entre autres : les enfants d’immigrés clandestins sont automatiquement intégrés dans nos classes et la déferlante de cet été ne doit pas être étrangère à cette hausse soudaine. Nous poserons la question en conseil municipal.

En lire plus …

Transports : conseil départemental UMP et Agglopolys PS se renvoient la patate chaude.

Capture

Photo Google Maps : Itinéraire à Villefrancoeur d’un enfant dépourvu de transport scolaire. 

En ce début de rentrée, c’est la problématique du transport scolaire en zone rurale qui, comme chaque année refait surface. Et les difficultés exaspèrent les habitants de Villebouzon, un hameau de Villefrancoeur, qui fait partie du nouveau canton d’Onzain mais aussi du périmètre d’Agglopolys. Et pour cause : les arrêts qui desservent la commune…sont situés après 3 km de parcelles agricoles isolées, au détour de routes étroites et non éclairées. En ce sens, il est légitime que les familles rechignent à laisser leurs enfants partir seul à l’école. 

En lire plus …

1 Commentaire

Loir-et-Cher : La première école musulmane lève le voile à Blois !

4741970_7_4cc3_inauguration-de-l-ecole-du-s-voir-maternelle_ec6b90631c35bb44117d6d74e7373e64

Tribune libre de Cédric PELÉ, Secrétaire Départemental du FNJ Loir-et-Cher. 

Une école primaire musulmane a ouvert ses portes à la rentrée à Blois, en Loir-et-Cher. Bien que le programme « socle » est conforme aux écoles traditionnelles, derrière l’alibi multiculturel légitime du projet, se retrouve toujours le cultuel.

Sur l’aspect culturel, l’une des priorités mise en avant est d’apprendre l’anglais et l’arabe à partir de 2 ans et demi, or nous doutons qu’à cet âge-là tous les enfants savent correctement parler le Français. Sur l’aspect cultuel, les enfants auront la possibilité d’apprendre l’histoire du Coran…Néanmoins, nos interrogations ne concernent pas la qualité de l’enseignement qui reste strictement encadré et dont nous laissons la critique aux 21 premières familles d’enfants, mais plutôt la forme : Les professeurs enseigneront ils complètement en langue Française ? Porteront-ils des signes religieux comme le voile, pourtant interdit à l’école ? La photo ci-dessus du journal le Monde tendrait à prouver le contraire.

L’école bénéficiera-t-elle à l’avenir de subventions municipales ?

En lire plus …

4 commentaires

Baccalauréat : Honneur aux plus méritants

bacLes longues et complexes démarches à réaliser, avant le baccalauréat, en cours de classes terminales, pour l’admission en classes préparatoires, IUT ou DUT, peuvent laisser penser que tout est joué d’avance et que le Bac ne sert pas à grand-chose.
Il n’en est rien, le dispositif  “ Meilleurs bacheliers ” permet à des élèves d’être admis dans une filière qui leur avait été refusée sur admission post-bac, à condition de faire partie des 10% meilleurs résultats du Bac de leur établissement.
Pour une fois, nous saluons cette mesure, discrète, décidée en 2014 qui valide les bons résultats d’un élève, sanctionne l’excellence et tire vers le haut. Elle est pourtant en contradiction avec la menace de suppression de la Bourse attribuée aux mentions Très Bien et avec le refus officiel de toute sélection ou orientation.

  En lire plus …

Infirmiers ou infirmières?

infirmieresLes 91 étudiants de a nouvelle promotion de Institut de formation en soins infirmiers de Blois viennent de recevoir leur diplôme en présence de la Directrice de l’école et du maire de Blois dans le domaine viticole de Montcy à Cheverny (la Nouvelle République 18/7/15).
Nous sommes heureux de constater que l’on revient à un certain cérémonial pour la remise des diplômes dans les Ecoles et Instituts de France. Il est en effet capital de donner de l’éclat à la fin des études qui coïncident avec le début d’une activité professionnelle. Un passage délicat qui nécessite une visibilité publique et sociale. Certes le chapeau d’Oxford n’est pas une preuve irréfutable mais le signe que l’on prend au sérieux les jeunes gens qui s’engagent dans leur vie professionnelle. Et ces derniers n’attendent qu’une chose : qu’on les prenne au sérieux et pas comme des anonymes afin de montrer ce dont ils sont capables face à leurs aînés.

En lire plus …

2 commentaires

La doctrine du genre face à la réalité des faits

theorie du genreC’est fini, le bac est terminé. Tout le monde est reçu ou presque. Tout le monde est content. Les affaires sérieuses commencent avec l’Université.
Le matraquage du politiquement correct continue à nous seriner que les filles sont défavorisées dans leurs études et leur carrière professionnelle.
Il nous répète qu’il faut des femmes dans le bâtiment ou l’armée et des hommes chez les infirmières ou les institutrices de maternelle. Les ligues de vertu se plaignent que les métiers soient « sexués » alors que, à leurs yeux, l’homme et la femme sont polyvalents, interchangeables au point d’imaginer que demain les hommes mettront les enfants au monde.
En lire plus …

Baccalauréat : le miroir aux alouettes ?

bac à 1 euroFélicitations aux candidats au baccalauréat qui ont été admis. Le taux de réussite 2015 s’est élevé à 87,8%, selon les chiffres officiels du ministère de l’Education nationale, après les oraux de rattrapage. Dans le détail, le taux de réussite progresse de 0,6 point pour le bac général à 91,5%, il est stable pour le bac technologique à 90,6%, et recule de 1,6 point pour le bac professionnel à 80,3%. Ce dernier chiffre devrait inquiéter nos responsables nationaux.
Honte à ceux qui leur font miroiter que ce diplôme est un sésame définitif qui leur ouvre les portes de l’Université et de la vie. Alors que ce n’est que le début d’une bataille qui ne porte pas son nom dès lors que nos dirigeants socialistes ne veulent  pas parler de sélection ni d’orientation à l’entrée de l’enseignement supérieur. La sélection existe mais elle est sournoise et non avouée. D’ailleurs le taux de redoublement des premières années de Faculté est tel que l’on peut parler de sélection…par l’échec. Mais ces années inutiles passées en Fac permettent de gommer les résultats du chômage qui, déjà, sont catastrophiques.
En lire plus …

Enseignement supérieur : des bacheliers tirés au sort !

Tirage au sortDes bacheliers tirés au sort : une pratique qui se répand.
C’est une toute jeune bachelière de Tours, Sophie D. qui confie son désarroi au courrier des lecteurs dans la Nouvelle République du 29 juin.

Alors qu’elle avait demandé la fac de sport à Orléans en vue d’une carrière de professeur d’éducation physique, elle n’a pas été retenue en raison du numerus clausus : il n’y a que 400 places.
Ce qui peut parfaitement se comprendre, puisque ce serait tromper les jeunes que d’ouvrir un nombre de places supérieur aux besoins.
Mais là où le bât blesse, c’est la méthode utilisée par le ministère : le tirage au sort.
Autrement on ne retient pas les bacheliers en fonction de leurs résultats, car au regard du Code de l’éducation, les facs n’ont pas le droit de choisir leurs étudiants sur dossiers.
En lire plus …

Comment le Système va finir de détruire l’Ecole Républicaine.

réforme collègeD’après un article du Point, le niveau des collégiens en mathématiques a reculé depuis six ans, selon une étude du ministère de l’Education Nationale,  alors que le projet gouvernemental de réforme du collège est fortement contesté.
Et ici dans le Loir-et-Cher, avec  la fermeture des classes préparatoires « Commerciales » au lycée Dessaignes à Blois, c’est toujours la même volonté gouvernementale de s’attaquer à  l’Ecole de la méritocratie et de l’élitisme, qui permet  à chacun, quelque que soit le milieu dont il vient, d’avancer et de réussir socialement en faisant de brillantes études. Cette fermeture ne peut nous empêcher de penser qu’une menace forte pèse sur les dernières classes préparatoires restantes au Lycée Dessaignes :  les sections scientifiques.
Ainsi les jeunes qui veulent s’élever intellectuellement par le travail auront de moins en moins de facilité pour le faire en Loir-et-Cher.
Ce travail de sape, c’est l’œuvre de plus de 30 ans de destruction de l’Ecole Républicaine par la Gauche et la Droite réunie, baignées par l’idéologie gauchisante et laxiste post soixant-huitarde. Voilà le résultat: hier la France, Nation hérité du Siècle des Lumières, voit son savoir décroitre d’année en année. Ainsi notre pays est 25ème au classement mondial du niveau scolaire … triste performance.
Après le collège unique, les 80% d’une classe d’âge au Bac, la réforme des rythmes scolaires … la réforme Valls-Belkacem sur les collèges va achever la mission des libéraux-libertaires au pouvoir en France depuis plusieurs décennies: détruire un des fondements de notre Nation, l’Ecole Républicaine.
Cette réforme, néfaste et dangereuse pour notre Ecole ne doit pas voir le jour :
Non à la réforme du collège.
Oui à l’école de la méritocratie et à l’élitisme républicain.

Laurent BRAS

3 commentaires

Fermetures de classes : les écoles rurales pénalisées.

Ecole SelommesIl semble que le message envoyé par les électeurs n’ait pas été entendu.
Pourtant nos adversaires s’étaient tous transformés en défenseurs de la ruralité au cours de cette campagne, affolés par la progression du Front National en milieu rural.
Au soir du 2ème tour, tout cela est oublié, et le projet de la carte scolaire va entraîner la fermeture de nombreuses classes, essentiellement en milieu rural.
On se souvient que la question du transport scolaire avait été évoquée au cours de cette campagne, et utilisée comme argument par Nicolas Perruchot dans un tract mensonger distribué à la dernière minute.
La fermeture de classes en milieu rural va se traduire par davantage de transports, donc une dépense supplémentaire et du temps de trajet pour les élèves, sans parler de l’organisation des activités périscolaires, déjà extrêmement complexe pour les petites communes.
De même, les parents vont-ils apprécier de voir leurs enfants, qui avaient la chance de fréquenter une école tranquille avec des enfants du pays, se retrouver au niveau de la « mixité », dans des classes où parfois, dès le plus jeune âge, les petits caïds font la loi ?
Mais n’est-ce pas aussi le but recherché par le ministère ?
En lire plus …

Oui à la transparence des décisions municipales

Marc Gricourt 5 avril 2014Sous couvert de maîtrise financière, donc d’économies que nous approuvons, Marc Gricourt projette de repenser la mission des agents spécialisés  des écoles maternelles (ATSEM). Fort bien, mais là où ça ne va pas c’est la méthode suivie pour y arriver.
Comme pour la réorganisation de la Police municipale sur laquelle les conseillers municipaux n’ont eu aucune information, puisque la commission spécialisée ne s’est pas réunie cette année, les « experts», à l’instar de Benjamin Vételé, adjoint en charge de l’éducation, réfléchissent pour nous, discrètement. Pourquoi ce silence ? On nous annonce qu’une décision concernant la réorganisation des ATSEM nous sera proposée en…juin. Pourquoi pas ?
Pour l’heure, la réflexion ne fait que commencer avec la constitution de groupes de travail associant directeurs d’école et agents (la Nouvelle République du 18/2/2015). L’affaire est importante tant sur le plan humain que sur le plan financier et c’est pour cette raison que les conseillers municipaux, même d’opposition, devraient être associés à cette réflexion.

En lire plus …

3 commentaires

Une action humanitaire 40 ans après le génocide cambodgien

cambodgeHuit lycéens du lycée professionnel Denis-Papin se sont envolés pour le Cambodge lundi pour une période de 3 semaines. Ils ont pour mission d’installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d’une école maternelle et primaire, mais aussi sur un foyer et un centre de formation, voisins de quelques kilomètres.
Ils seront encadrés par 2 professeurs et un technicien de l’association Energy-Assistance, la branche humanitaire de GDF-Suez. Ils travailleront en partenariat avec l’association Monireth, qui œuvre à favoriser l’aide à l’éducation et à la scolarisation des enfants du Banteay Meanchay. Une action généreuse que nous saluons mais qui n’exclut pas quelques réflexions.(la Nouvelle République 31/1/15)

L’horreur du génocide cambodgien

Ce déplacement humanitaire loin de la Sologne pacifique nous ramène 40 ans en arrière lorsque, sous les applaudissements de la gauche française, deux millions de Cambodgiens étaient assassinés par le régime communiste de Pol Pot. Avec comme mode de gouvernement la destruction des repères, la segmentation de la population, la désorganisation des campagnes, l’animalisation, la famine et la torture. Les camps de concentration des Khmers rouges, aussi avilissants et destructeurs que ceux de Buchenwald, ont amené la terreur dans un pays où le bonheur se vivait chaque matin. Faut-il rappeler que cette révolution génocidaire était inspirée par les Jean Jacques Rousseau et Robespierre, encouragée par les Jack Lang ou Jacques Vergès ? En lire plus …

2 commentaires

Le redoublement scolaire en question

Ubu RoiL’Education nationale n’aime pas le redoublement. Mais il faut aider les « triplants en terminale« . Cherchez l’erreur !
L’Ecole est malade. Les exigences de base, lire, écrire, compter, ne sont pas satisfaites. Pour y répondre, des mesures démagogiques sont prises par Najat Vallaud Belkacem, ainsi la disparition des notes ou la suppression du redoublement dans les années 2020. Et, soucieux de la jouer « économique », le gouvernement fait valoir que le coût du redoublement est estimé à environ 2 milliards d’euros par an (sur un budget de l’Éducation nationale de 65 milliards environ). Trop cher.
Pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes, en France, on ne pratique presque plus le redoublement. En Collège, en 2012, il y avait seulement 2,3% de redoublements alors qu’en 1995, il y en avait 12,5%. Soulever cette question c’est agiter de l’air pour se donner bonne conscience.
Une fois de plus, cette décision revient à casser le thermomètre pour pouvoir déclarer que l’Education nationale, malade, va mieux. Elle conduit tout droit à un nivellement par le bas et à une sélection qui se fera par l’argent, plus tard et ailleurs. Tout le monde constate la multiplication à Blois des stages ou cours spécialisés de Langues, de Maths/Physique et bientôt d’orthographe (*). Où est leur « école de la République » ?

En lire plus …

3 commentaires
123

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...