Archive | Éducation Flux RSS de cette section

Quand est-ce qu’on fiche les opposants à la réforme de Belkacem ? Une manœuvre en 3 temps

college

Premier temps : une annonce discrète 

Selon une information de l’agence spécialisée AEF, les services de la rectrice de l’académie Hélène Bernard ont proposé aux chefs d’établissements qui le demandent, essentiellement dans les collèges où la réforme risque d’être compliquée à mettre en place, un « outil de pré-repérage » qui consiste notamment à classer les enseignants et les membres du conseil pédagogique en trois catégories :

  • « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles »
  • « attentistes, passifs, indifférents, indécis »
  • « progressistes, proactifs, convaincus, avocats, relais »[...]

En lire plus …

Rentrée scolaire : sous le signe de l’islam.

Etat islamiqueOn présente à nos enfants une vision rassurante de l’Islam, alors que la religion chrétienne est dénigrée. Cherchez l’erreur.
Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Des parents d’élèves de Blois, de Mer et de Contres nous ont alerté. Ce ne sont pas des adhérents du Front National, mais des parents qui s’adressent à nous en désespoir de cause, ne sachant comment réagir en voyant ce qu’on enseigne à leurs enfants dans le cadre du cours d’histoire géographie.

A Contres, c’est dès le 1er cours, à la rentrée, que les élèves de 5ème subissent un cours sur l’Islam, sans le moindre recul historique, au mépris de la laïcité alors même que l’on demande aux parents de signer un document sur ce thème. De qui se moque-t-on ?
Comme nous le font justement remarquer les parents, leurs enfants n’ont jamais eu un cours portant sur la religion chrétienne, souvent dénigrée au contraire comme obscurantiste et opposée aux supposées « lumières ».
En lire plus …

1 Commentaire

Quelques observations sur la rentrée 2015

Rentrée-des-classes

La rentrée scolaire 2015 de Blois pourrait paraitre anodine ou identique aux autres. Il n’en est rien si l’on regarde en détail les informations qui sont distillées au compte goutte par les autorités politiques et académiques.

Plus d’élèves à Blois? Mais d’où viennent-ils ?

Nous apprenons que les écoles primaires de Blois comptent 130 élèves de plus cette année et 550 depuis 5 ans. Alors que la population de Blois diminue régulièrement, il faudra qu’on nous explique d’où viennent les 130 élèves supplémentaires. Une hypothèse entre autres : les enfants d’immigrés clandestins sont automatiquement intégrés dans nos classes et la déferlante de cet été ne doit pas être étrangère à cette hausse soudaine. Nous poserons la question en conseil municipal.

En lire plus …

Transports : conseil départemental UMP et Agglopolys PS se renvoient la patate chaude.

Capture

Photo Google Maps : Itinéraire à Villefrancoeur d’un enfant dépourvu de transport scolaire. 

En ce début de rentrée, c’est la problématique du transport scolaire en zone rurale qui, comme chaque année refait surface. Et les difficultés exaspèrent les habitants de Villebouzon, un hameau de Villefrancoeur, qui fait partie du nouveau canton d’Onzain mais aussi du périmètre d’Agglopolys. Et pour cause : les arrêts qui desservent la commune…sont situés après 3 km de parcelles agricoles isolées, au détour de routes étroites et non éclairées. En ce sens, il est légitime que les familles rechignent à laisser leurs enfants partir seul à l’école. 

En lire plus …

1 Commentaire

Loir-et-Cher : La première école musulmane lève le voile à Blois !

4741970_7_4cc3_inauguration-de-l-ecole-du-s-voir-maternelle_ec6b90631c35bb44117d6d74e7373e64

Tribune du FNJ Loir-et-Cher. 

Une école primaire musulmane a ouvert ses portes à la rentrée à Blois, en Loir-et-Cher. Bien que le programme « socle » est conforme aux écoles traditionnelles, derrière l’alibi multiculturel légitime du projet, se retrouve toujours le cultuel.

Sur l’aspect culturel, l’une des priorités mise en avant est d’apprendre l’anglais et l’arabe à partir de 2 ans et demi, or nous doutons qu’à cet âge-là tous les enfants savent correctement parler le Français. Sur l’aspect cultuel, les enfants auront la possibilité d’apprendre l’histoire du Coran…Néanmoins, nos interrogations ne concernent pas la qualité de l’enseignement qui reste strictement encadré et dont nous laissons la critique aux 21 premières familles d’enfants, mais plutôt la forme : Les professeurs enseigneront ils complètement en langue Française ? Porteront-ils des signes religieux comme le voile, pourtant interdit à l’école ? La photo ci-dessus du journal le Monde tendrait à prouver le contraire.

L’école bénéficiera-t-elle à l’avenir de subventions municipales ?

En lire plus …

4 commentaires

Baccalauréat : Honneur aux plus méritants

bacLes longues et complexes démarches à réaliser, avant le baccalauréat, en cours de classes terminales, pour l’admission en classes préparatoires, IUT ou DUT, peuvent laisser penser que tout est joué d’avance et que le Bac ne sert pas à grand-chose.
Il n’en est rien, le dispositif  “ Meilleurs bacheliers ” permet à des élèves d’être admis dans une filière qui leur avait été refusée sur admission post-bac, à condition de faire partie des 10% meilleurs résultats du Bac de leur établissement.
Pour une fois, nous saluons cette mesure, discrète, décidée en 2014 qui valide les bons résultats d’un élève, sanctionne l’excellence et tire vers le haut. Elle est pourtant en contradiction avec la menace de suppression de la Bourse attribuée aux mentions Très Bien et avec le refus officiel de toute sélection ou orientation.

  En lire plus …

Infirmiers ou infirmières?

infirmieresLes 91 étudiants de a nouvelle promotion de Institut de formation en soins infirmiers de Blois viennent de recevoir leur diplôme en présence de la Directrice de l’école et du maire de Blois dans le domaine viticole de Montcy à Cheverny (la Nouvelle République 18/7/15).
Nous sommes heureux de constater que l’on revient à un certain cérémonial pour la remise des diplômes dans les Ecoles et Instituts de France. Il est en effet capital de donner de l’éclat à la fin des études qui coïncident avec le début d’une activité professionnelle. Un passage délicat qui nécessite une visibilité publique et sociale. Certes le chapeau d’Oxford n’est pas une preuve irréfutable mais le signe que l’on prend au sérieux les jeunes gens qui s’engagent dans leur vie professionnelle. Et ces derniers n’attendent qu’une chose : qu’on les prenne au sérieux et pas comme des anonymes afin de montrer ce dont ils sont capables face à leurs aînés.

En lire plus …

2 commentaires

La doctrine du genre face à la réalité des faits

theorie du genreC’est fini, le bac est terminé. Tout le monde est reçu ou presque. Tout le monde est content. Les affaires sérieuses commencent avec l’Université.
Le matraquage du politiquement correct continue à nous seriner que les filles sont défavorisées dans leurs études et leur carrière professionnelle.
Il nous répète qu’il faut des femmes dans le bâtiment ou l’armée et des hommes chez les infirmières ou les institutrices de maternelle. Les ligues de vertu se plaignent que les métiers soient « sexués » alors que, à leurs yeux, l’homme et la femme sont polyvalents, interchangeables au point d’imaginer que demain les hommes mettront les enfants au monde.
En lire plus …

Baccalauréat : le miroir aux alouettes ?

bac à 1 euroFélicitations aux candidats au baccalauréat qui ont été admis. Le taux de réussite 2015 s’est élevé à 87,8%, selon les chiffres officiels du ministère de l’Education nationale, après les oraux de rattrapage. Dans le détail, le taux de réussite progresse de 0,6 point pour le bac général à 91,5%, il est stable pour le bac technologique à 90,6%, et recule de 1,6 point pour le bac professionnel à 80,3%. Ce dernier chiffre devrait inquiéter nos responsables nationaux.
Honte à ceux qui leur font miroiter que ce diplôme est un sésame définitif qui leur ouvre les portes de l’Université et de la vie. Alors que ce n’est que le début d’une bataille qui ne porte pas son nom dès lors que nos dirigeants socialistes ne veulent  pas parler de sélection ni d’orientation à l’entrée de l’enseignement supérieur. La sélection existe mais elle est sournoise et non avouée. D’ailleurs le taux de redoublement des premières années de Faculté est tel que l’on peut parler de sélection…par l’échec. Mais ces années inutiles passées en Fac permettent de gommer les résultats du chômage qui, déjà, sont catastrophiques.
En lire plus …

Enseignement supérieur : des bacheliers tirés au sort !

Tirage au sortDes bacheliers tirés au sort : une pratique qui se répand.
C’est une toute jeune bachelière de Tours, Sophie D. qui confie son désarroi au courrier des lecteurs dans la Nouvelle République du 29 juin.

Alors qu’elle avait demandé la fac de sport à Orléans en vue d’une carrière de professeur d’éducation physique, elle n’a pas été retenue en raison du numerus clausus : il n’y a que 400 places.
Ce qui peut parfaitement se comprendre, puisque ce serait tromper les jeunes que d’ouvrir un nombre de places supérieur aux besoins.
Mais là où le bât blesse, c’est la méthode utilisée par le ministère : le tirage au sort.
Autrement on ne retient pas les bacheliers en fonction de leurs résultats, car au regard du Code de l’éducation, les facs n’ont pas le droit de choisir leurs étudiants sur dossiers.
En lire plus …

Comment le Système va finir de détruire l’Ecole Républicaine.

réforme collègeD’après un article du Point, le niveau des collégiens en mathématiques a reculé depuis six ans, selon une étude du ministère de l’Education Nationale,  alors que le projet gouvernemental de réforme du collège est fortement contesté.
Et ici dans le Loir-et-Cher, avec  la fermeture des classes préparatoires « Commerciales » au lycée Dessaignes à Blois, c’est toujours la même volonté gouvernementale de s’attaquer à  l’Ecole de la méritocratie et de l’élitisme, qui permet  à chacun, quelque que soit le milieu dont il vient, d’avancer et de réussir socialement en faisant de brillantes études. Cette fermeture ne peut nous empêcher de penser qu’une menace forte pèse sur les dernières classes préparatoires restantes au Lycée Dessaignes :  les sections scientifiques.
Ainsi les jeunes qui veulent s’élever intellectuellement par le travail auront de moins en moins de facilité pour le faire en Loir-et-Cher.
Ce travail de sape, c’est l’œuvre de plus de 30 ans de destruction de l’Ecole Républicaine par la Gauche et la Droite réunie, baignées par l’idéologie gauchisante et laxiste post soixant-huitarde. Voilà le résultat: hier la France, Nation hérité du Siècle des Lumières, voit son savoir décroitre d’année en année. Ainsi notre pays est 25ème au classement mondial du niveau scolaire … triste performance.
Après le collège unique, les 80% d’une classe d’âge au Bac, la réforme des rythmes scolaires … la réforme Valls-Belkacem sur les collèges va achever la mission des libéraux-libertaires au pouvoir en France depuis plusieurs décennies: détruire un des fondements de notre Nation, l’Ecole Républicaine.
Cette réforme, néfaste et dangereuse pour notre Ecole ne doit pas voir le jour :
Non à la réforme du collège.
Oui à l’école de la méritocratie et à l’élitisme républicain.

Laurent BRAS

3 commentaires

Fermetures de classes : les écoles rurales pénalisées.

Ecole SelommesIl semble que le message envoyé par les électeurs n’ait pas été entendu.
Pourtant nos adversaires s’étaient tous transformés en défenseurs de la ruralité au cours de cette campagne, affolés par la progression du Front National en milieu rural.
Au soir du 2ème tour, tout cela est oublié, et le projet de la carte scolaire va entraîner la fermeture de nombreuses classes, essentiellement en milieu rural.
On se souvient que la question du transport scolaire avait été évoquée au cours de cette campagne, et utilisée comme argument par Nicolas Perruchot dans un tract mensonger distribué à la dernière minute.
La fermeture de classes en milieu rural va se traduire par davantage de transports, donc une dépense supplémentaire et du temps de trajet pour les élèves, sans parler de l’organisation des activités périscolaires, déjà extrêmement complexe pour les petites communes.
De même, les parents vont-ils apprécier de voir leurs enfants, qui avaient la chance de fréquenter une école tranquille avec des enfants du pays, se retrouver au niveau de la « mixité », dans des classes où parfois, dès le plus jeune âge, les petits caïds font la loi ?
Mais n’est-ce pas aussi le but recherché par le ministère ?
En lire plus …

Oui à la transparence des décisions municipales

Marc Gricourt 5 avril 2014Sous couvert de maîtrise financière, donc d’économies que nous approuvons, Marc Gricourt projette de repenser la mission des agents spécialisés  des écoles maternelles (ATSEM). Fort bien, mais là où ça ne va pas c’est la méthode suivie pour y arriver.
Comme pour la réorganisation de la Police municipale sur laquelle les conseillers municipaux n’ont eu aucune information, puisque la commission spécialisée ne s’est pas réunie cette année, les « experts», à l’instar de Benjamin Vételé, adjoint en charge de l’éducation, réfléchissent pour nous, discrètement. Pourquoi ce silence ? On nous annonce qu’une décision concernant la réorganisation des ATSEM nous sera proposée en…juin. Pourquoi pas ?
Pour l’heure, la réflexion ne fait que commencer avec la constitution de groupes de travail associant directeurs d’école et agents (la Nouvelle République du 18/2/2015). L’affaire est importante tant sur le plan humain que sur le plan financier et c’est pour cette raison que les conseillers municipaux, même d’opposition, devraient être associés à cette réflexion.

En lire plus …

3 commentaires

Une action humanitaire 40 ans après le génocide cambodgien

cambodgeHuit lycéens du lycée professionnel Denis-Papin se sont envolés pour le Cambodge lundi pour une période de 3 semaines. Ils ont pour mission d’installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d’une école maternelle et primaire, mais aussi sur un foyer et un centre de formation, voisins de quelques kilomètres.
Ils seront encadrés par 2 professeurs et un technicien de l’association Energy-Assistance, la branche humanitaire de GDF-Suez. Ils travailleront en partenariat avec l’association Monireth, qui œuvre à favoriser l’aide à l’éducation et à la scolarisation des enfants du Banteay Meanchay. Une action généreuse que nous saluons mais qui n’exclut pas quelques réflexions.(la Nouvelle République 31/1/15)

L’horreur du génocide cambodgien

Ce déplacement humanitaire loin de la Sologne pacifique nous ramène 40 ans en arrière lorsque, sous les applaudissements de la gauche française, deux millions de Cambodgiens étaient assassinés par le régime communiste de Pol Pot. Avec comme mode de gouvernement la destruction des repères, la segmentation de la population, la désorganisation des campagnes, l’animalisation, la famine et la torture. Les camps de concentration des Khmers rouges, aussi avilissants et destructeurs que ceux de Buchenwald, ont amené la terreur dans un pays où le bonheur se vivait chaque matin. Faut-il rappeler que cette révolution génocidaire était inspirée par les Jean Jacques Rousseau et Robespierre, encouragée par les Jack Lang ou Jacques Vergès ? En lire plus …

2 commentaires

Le redoublement scolaire en question

Ubu RoiL’Education nationale n’aime pas le redoublement. Mais il faut aider les « triplants en terminale« . Cherchez l’erreur !
L’Ecole est malade. Les exigences de base, lire, écrire, compter, ne sont pas satisfaites. Pour y répondre, des mesures démagogiques sont prises par Najat Vallaud Belkacem, ainsi la disparition des notes ou la suppression du redoublement dans les années 2020. Et, soucieux de la jouer « économique », le gouvernement fait valoir que le coût du redoublement est estimé à environ 2 milliards d’euros par an (sur un budget de l’Éducation nationale de 65 milliards environ). Trop cher.
Pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes, en France, on ne pratique presque plus le redoublement. En Collège, en 2012, il y avait seulement 2,3% de redoublements alors qu’en 1995, il y en avait 12,5%. Soulever cette question c’est agiter de l’air pour se donner bonne conscience.
Une fois de plus, cette décision revient à casser le thermomètre pour pouvoir déclarer que l’Education nationale, malade, va mieux. Elle conduit tout droit à un nivellement par le bas et à une sélection qui se fera par l’argent, plus tard et ailleurs. Tout le monde constate la multiplication à Blois des stages ou cours spécialisés de Langues, de Maths/Physique et bientôt d’orthographe (*). Où est leur « école de la République » ?

En lire plus …

3 commentaires

Comment dévaloriser une formation ? En supprimant un diplôme !

Comment dévaloriser une formation ? En supprimant un diplôme ! dans Blois happening_2-300x168Les étudiants de l’École nationale supérieure de la nature et du paysage (ENSP) ont manifesté leur mécontentement, hier, à Blois mais aussi à Bordeaux et à Lille. (Nouvelle république 15/1/15) Ils sont mécontents du changement de statut qui vient d’être décidé pour l’obtention de leur diplôme de fin d’études. Alors que jusqu’à présent, au bout de 5 ans d’études, ils obtenaient le statut d’ingénieur, dorénavant, au bout de 3 ans (plus 2 ans de préparation optionnelle, ce qui fait un total de 5 comme avant!), ils recevront le diplôme d’Etat de paysagiste. Mais pas celui d’ingénieur ! Lire aussi l’article du Front National de la Jeunesse du Loir-et-Cher.

En lire plus …

Quand le Quatar nous colonise grâce à l’entregent de Jack Lang.

Quand le Quatar nous colonise grâce à l’entregent de Jack Lang.  dans Éducation 5161702-7702594Quand on sait le poids et la valeur d’une langue pour soutenir une civilisation, on comprend mieux pourquoi il faut protéger et surtout diffuser la langue française en France et dans le monde. Logiquement, l’on devrait faire confiance à nos élites politiques pour remplir cette mission culturelle. Détrompez-vous. Sachez  que nos « élites » font tout le contraire et qu’elles font la promotion d’autres langues que la leur.
Jack Lang, directeur de l’Institut du monde arabe,  négocie avec son ami Mohamed Al-Kuwari, ancien ambassadeur du Qatar en France aujourd’hui en poste à Washington, le renforcement des programmes d’enseignement de la langue arabe dans les Lycées et collèges français.
En lire plus …

4 commentaires

Réforme des rythmes scolaires. Les enfants n’en veulent pas

reforme-des-rythmes-scolairesAlors que la réforme Peillon/Hamon/Vallaud Belkacem sur les rythmes scolaires a été imposée au forceps par des ministres indifférents à la réalité de l’Enfance, nous constatons déjà les effets néfastes de cette mesure.
Deux mois et demi après la généralisation de cette réforme appliquée à l’ensemble des écoles du Loir et Cher, les premiers bilans établis par les parents et certains syndicats semblent confirmer plusieurs difficultés sur le terrain, dans les écoles maternelles. (La Nouvelle République du 13/11/14) Les enfants sont fatigués, énervés dès lors qu’ils doivent se lever tôt 5 jours d’affilée. Les seuls enfants qui échappent à cette tension sont ceux, précisément, qui ne participent pas aux temps d’activités périscolaires  à partir de 15 h 45, dès lors que leurs parents peuvent venir les chercher.
En lire plus …

2 commentaires

La fin de la notation : une très mauvaise idée.

noteRemplacer les notes par des pastilles de couleurs… pourquoi pas des « smileys » ?
Benoit Hamon, ancien ministre de l’Education nationale, l’avait annoncé : les notes et les classements doivent disparaître. Le ministre a disparu mais son projet est maintenu. Cela signifie qu’il y a au ministère de l’Education nationale, rue de Grenelle, une direction secrète qui dépasse les ministres.

Certains collèges comme celui d’Onzain ont adopté à titre expérimental un système de notation par couleur, comme pour les petits de maternelle : rouge (mauvais), orange (moyen) et vert (bon). Cette appréciation- coloriage serait accompagnée des mentions « acquis », « en cours d’acquisition » ou « non acquis » alors que de nombreuses disciplines ne peuvent pas se plier à cette grille d’évaluation.
La Nouvelle République du 3/11/14 exagère quand elle dit que « l’enjeu est ambitieux puisqu’il s’agit d’évaluer ce que l’élève a acquis comme compétence plutôt que de sanctionner des exercices par des chiffres qui peuvent décourager l’élève lorsqu’ils sont peu élevés ». Pourtant chacun sait que les enfants ont besoin de comparaisons pour se développer et s’élever et les mauvaises notes ne sont pas toutes destructrices.
En lire plus …

3 commentaires

Enseignement des « langues d’origine » à l’école primaire : que peuvent les maires ?

enseignement arabe et turcNote aux parents d’élèves de Mer sur l’enseignement du Turc et de l’Arabe à l’école.
Les parents d’élèves, les enseignants et les élus sont de plus en plus nombreux à nous alerter sur l’enseignement des « langues et cultures d’origine » au sein de l’école primaire.

Au lieu de s’attacher à enseigner le Français et l’histoire de France aux enfants de familles issues de l’immigration, l’Education dite « nationale » fait tout le contraire, en encourageant la mise en place de cours de langues et cultures d’origine.
C’est le cas pour le Turc à Mer, où l’on va jusqu’à recruter une ATSEM (auxiliaire scolaire) turcophone. C’est le cas pour l’Arabe marocain à Blois, à Mer, à Selles-sur-Cher (*) et bientôt à Contres, où la mairie a reçu une demande de l’Inspectrice d’Académie, Mme Fleurette Barranco, afin que la Ville mette ses locaux scolaires à disposition : LETTRE COURS ARABE MAROCAIN.
En lire plus …

1 Commentaire

Notre école est malade. Pourquoi ?

babaLa Nouvelle République va suivre cinq élèves de l’école de la deuxième chance dans leur recherche d’un travail. L’École de la 2e chance val de Loire (E2C) est une structure financée par la Région, l’État, l’Union européenne, la ville de Blois, Agglopolys destinée à  l’insertion sur le marché de travail de jeunes déscolarisés. Cette structure vient s’ajouter au millefeuilles des dispositifs existants, dont il serait temps de faire le bilan.
Cette démarche qui consiste à ne laisser personne sur le bord de la route scolaire peut sembler généreuse. En fait, elle ne le sera pas tant que l’on n’aura pas porté un remède aux maux qui entrainent cette déscolarisation. A condition qu’on veuille le faire.
Quelles sont les causes principales de cette sortie du « système scolaire» ?
Les bases élémentaires ne sont pas acquises
dans le domaine de la lecture et du calcul à cause de la méthode globale ou semi-globale qui condamne l’enfant à ne pas savoir lire correctement et donc à se déconnecter du goût de l’étude.

En lire plus …

L’excellence passe par le dépassement de soi et le classement

noteUn week-end blésois marqué par la présence de toute la Nomenklatura de la politique socialiste, dont le premier ministre et la/le ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem dont l’objectif est la diffusion de l’idéologie du genre et, son corollaire, la disparition des notes et des classements à l’école. Mais, pas de chance, la réalité de la vie contredit ses théories et ses dogmes.
Mercredi et jeudi dernier dans les salles d’examen du lycée hôtelier, 19 cuisiniers professionnels, exerçant dans de grands restaurants, passaient les épreuves de Meilleur Ouvrier de France. L’examen se déroulait simultanément dans toutes les académies pour les 225 candidats qui concouraient. Le jury était composé de Bernard Vaussion, ancien chef de l’Élysée et de Fabrice Purchasson, chef chez Lenôtre et ancien du lycée hôtelier. Autant dire des professionnels qui ont accepté d’être jugés, notés, classés puisqu’ils savaient que l’excellence ne tombait pas du ciel toute cuite et que leur réussite peut aussi susciter l’apparition de nouvelles excellences.

En lire plus …

4 commentaires

Éducation : les cantons ruraux du Loir-et-Cher délaissés.

2704311647

Photo d’illustration : les suppressions des écoles en milieu rural contribuent également à l’augmentation des difficultés scolaires. 

Nous apprenons par une enquête réalisée par l’Education nationale que les difficultés scolaires apparaissent autant dans les cantons ruraux d’Ouzouer-le-Marché ou de Selles-sur-Cher, pour ne citer que ces derniers, que dans les « quartiers très urbains » de Blois et de Romorantin (traduction, la ZUP).

Alors qu’on nous répète à l’envi que les quartiers des ZUP sont délaissés, défavorisés -ce qui est totalement faux- cette enquête de l’Education nationale vient  montrer « la fragilité culturelle des petites communes ». C’est ce que le FN redit sans qu’il soit entendu. Le département de la Corrèze recèle plus de pauvreté que la Seine Saint Denis, de même que Saint Aignan ou Neung sur Beuvron sont des cantons dans lesquels le revenu moyen annuel est seulement de 14 000 euros. Inférieur peut-être à celui des cantons de la ZUP de Blois. Mais là, le chiffre n’est pas donné. On se demande pourquoi.

De quelle façon cette enquête a-t-elle été menée ? Elle a été réalisée à partir de 7 critères, à savoir le niveau de revenus, le taux de chômage et de précarité, le niveau de diplôme des parents, la part des familles nombreuses et monoparentales, enfin les conditions de logement. La carte du Loir et Cher a été établie sur ces critères puis a été comparée avec celle du taux de non diplômés parmi les jeunes de 15 à 24 ans, sortis du système scolaire. (la Nouvelle République 10/10/14)

En lire plus …

Le turc enseigné à l’école. Avec vos impôts.

dico-turcInvraisemblable mais vrai. Alors qu’on nous répète que les journées scolaires sont trop longues et les cartables trop lourds, les enfants d’origine turque de Saint Marc à Romorantin ou de Selles sur Cher vont travailler 1h30 de plus, 2 fois par semaine pour apprendre le turc. Alors qu’on nous parle de nouveaux rythmes scolaires, l’Education nationale vient rallonger la journée des enfants de CM1 au détriment de la langue française, socle de notre identité.
A
u nom de quoi et dans quelles conditions ? Au nom sans doute du multiculturalisme, source de multiples conflits. Comment voulez-vous que ces enfants s’intègrent et s’assimilent à la communauté nationale française si l’on fait sans cesse référence à leur langue d’origine.
Chacun sait que la langue est le passeport de l’âme d’une nation et le lien spirituel entre ceux qui la composent et ne pas vouloir développer l’enseignement du français est un crime dont les promoteurs seront tenus pour responsables et coupables.
D’autant plus que cela se fait AVEC NOTRE ARGENT, sous LA DIRECTION DE L’EDUCATION NATIONALE. Le professeur de turc, Rahmi Kilic, qui parle un « français encore balbutiant » (la Nouvelle République du 9/10/14) est nommé par le gouvernement turc ! Vous avez bien lu, par le gouvernement turc ! En lire plus …

4 commentaires

L’évaluation « positive » dans les collèges. Chronique d’une « katastrofe » annoncée !

OLYMPUS DIGITAL CAMERADans son bref intermède au ministère de l’Education nationale, M. Hamon a voulu « sa » réforme, une réforme de la notation pour les élèves, tout comme V. Peillon qui a voulu et imposé « sa » réforme des rythmes scolaires. Hamon à peine évincé du gouvernement, la réforme de la notation se met en place au collège d’Onzain. (la Nouvelle République du 17/8/14) Preuve s’il en est que la rue de Grenelle fonctionne seule, sans ministre, avec des rouages invisibles qui sont le vrai pouvoir.
On sait que depuis 1968 les pédagogistes style Freinet veulent dégager l’enseignement de toute contrainte, ignorer la notion d’effort, de dépassement de soi, abandonner toute idée de sélection, reléguer au second plan les notations ou les évaluations.

Quel est alors le principe de cette nouvelle notation « positive » imposée à Onzain ?

En lire plus …

1 Commentaire
123

Europa Linka |
AGIR ENSEMBLE |
l'Humain d 'abord! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...