Archive | Histoire Flux RSS de cette section

Blois : Saint Nicolas en danger ?

Saint NicolasLa Nouvelle République publie aujourd’hui un article alarmant sur l’état général de l’église Saint Nicolas à Blois. On pourra se référer au site Patrimoine et histoire pour en savoir plus et admirer les détails de l’édifice.
Malheureusement, plusieurs types de désordres ont été détectés au cours de ces dernières années par les services de la Ville, dont certains de nature à mettre le monument en péril.
Comment en est-on arrivé là ?
Une étude aurait été lancée sous le mandat de Jack Lang  pour réaliser un diagnostic avant travaux.
Mais depuis les municipalités successives ont reporté les interventions nécessaires.
Ce sont en fait les services de la DRAC qui ont alerté, il y a deux ans déjà, sur la dégradation rapide de certains éléments, allant jusqu’à évoquer un risque potentiel d’effondrement du clocher Nord.
Il est question aujourd’hui d’une somme de 1 million d’euros, répartis sur plusieurs années, sans être certain que cela soit suffisant.
Encore une fois, trop de retard a été pris, ce qui risque au final de coûter beaucoup plus cher au contribuable blésois.
Mais sans doute le maire de Blois avait d’autres priorités.

5 commentaires

17 octobre : halte au révisionnisme et à la repentance.

philippeville1Massacre d’enfants à Philippeville en 1955 : la marque du FLN.
Marc Gricourt, maire de Blois et premier vice-président de la Région appelle dans un communiqué publié par la Nouvelle République, à se souvenir « des victimes de la répression sanglante orchestrée par la police française, le 17 octobre 1961 ».

Autrement dit il adopte la position révisionniste des amis du FLN en accusant une fois de plus la police d’avoir organisé un massacre.
D’abord un petit rappel historique s’impose. La manifestation du 17 octobre 1961 était organisée par le FLN, branche la plus extrêmiste des nationalistes algériens, auteur de centaines de milliers d’assassinats de civils, hommes, femmes et enfants. Massacres qui se sont amplifiés après le 19 mars 1962, avec le meurtre de masse, planifié et exécuté de sang froid, de dizaines de milliers de harkis.
Il est pour le moins surprenant que Marc Gricourt soit sur cette ligne, lui qui condamne le nationalisme et l’extrêmisme à longueur de discours.
En lire plus …

Dimanche en Politique aux Rendez-vous de l’Histoire.

Dimanche en Politique RVHLa prochaine édition du magazine « Dimanche en politique » de France 3 Centre-Val de Loire aura lieu à l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,  dimanche 9 octobre à 11h00.
Sur le thème « Partir », l’émission accueille 4 invités : Denys Robiliard, député PS du Loir-et-Cher (1ère circonscription), Michel Chassier, président de groupe FN au Conseil Régional Centre-Val de Loire, Charles Fournier, vice –président du Conseil Régional Centre-Val de Loire (EELV), et Guillaume Peltier, président de Groupe Union de la Droite et du Centre au Conseil Régional Centre-Val de Loire (LR).
Vous pouvez poser vos questions sur le site de l’émission : « Dimanche en Politique« .

L’histoire revisitée par le maire de Blois.

Marcel_DéatJean_Vallette_d'Osia
A gauche Marcel Déat, issu de la SFIO, collaborateur, à droite Jean-Valette d’Osia, proche de l’Action Française, résistant. Face aux mensonges de Marc Gricourt, nous avons reçu une nouvelle réaction.
C’est un réflexe de Pavlov, il ne peut pas s’en empêcher. Chaque fois que le maire de Blois parle de la résistance ou de la libération de Blois, il fait un parallèle avec le temps présent et compare les nazis aux « partis d’extrême droite actuels qui cherchent à opposer » (la Nouvelle République du 5/9/2016)

Quels sont ces partis d’extrême droite ? Il ne peut penser au Front National puisqu’il ne le cite pas nommément et que ce mouvement patriotique cherche à unir tous les Français pour les prochaines élections présidentielles? A qui pense-t-il alors?
Il y a quelque chose de suspect à se référer sans cesse à ce qui s’est passé en France il y a 66 ans. Comme si la situation n’avait pas changé et que le PS travaillait avec le même logiciel stalinien qui oublie le pacte germano-soviétique. Une déformation de la pensée due sans doute à la prochaine déroute électorale de son parti.
Quant à savoir si la résistance à l’occupant allemand a été du seul ressort de la gauche, c’est archi-faux, tous les historiens sérieux vous le diront. Ce serait même le contraire.
Les fervents de la collaboration, les Déat et Doriot venaient respectivement du parti socialiste et du parti communiste, le secrétaire de la CGT avait rejoint Vichy. Le journal « l’Humanité » avait reparu en juin 1940 grâce à l’appui des services de la censure allemande du lieutenant Weber, en raison du pacte germano soviétique.
Des hommes issus de la droite nationale, d’Estienne d’Orves, Jean-Baptiste Biaggi, le colonel Rémy, Guillain de Bénouville ou Michel de Camaret (député du FN) étaient compagnons de la Libération ou sont morts au combat. Sans oublier le général Valette d’Osia, qui fut membre du comité de soutien à Jean-Marie le Pen. Un de nos adhérents de Blois, Pierre de Saint Céran, commandeur de la Légion d’honneur, était résistant à en Loir et Cher à 17 ans.
Le monde politique de 1940 n’était pas en noir et blanc ni aussi tranché que le dit le maire de Blois. Il y manque de la nuance et de la vérité historique. « Peut mieux faire ! » dirait son professeur d’histoire.

Libération de Blois : le discours politicien de Marc Gricourt.

PSC JDA 2011Pierre de Saint Céran lors d’un hommage à Jeanne d’Arc au côté des élus FN à Blois.
A l’occasion des cérémonies du 72ème anniversaire de la libération de Blois, Marc Gricourt n’a pas pu éviter de politiser son discours, osant quelques comparaisons à la fois anachroniques et absurdes.

Un dérapage inacceptable qui ne restera pas sans réponse.
Tout d’abord le maire de Blois aurait évoqué, selon la Nouvelle République, « d’autres bruits de bottes hélas bien d’actualité« .
Nous aurions aimé en savoir davantage. S’agit-il d’une allusion au menaces islamistes suites aux terribles attentats qui ont frappé la France depuis 2 ans ?
Rien ne permet de le penser, bien au contraire ce qui inquiète notre édile ce ne sont pas ces menaces bien réelles, mais le recul de l’Europe suite au Brexit ! Il est tout de même curieux de voir un défenseur de la démocratie regretter que l’on donne la parole au peuple, et que de surcroît on la respecte contrairement à ce qui s’est passé en France avec le référendum de 2005, piétiné par Nicolas Sarközy.
Notre maire s’inquiète aussi du fait que « les partis d’extrême-droite recrutent« . Là encore sans autre précision. Mais nous connaissons par coeur la rhétorique de nos adversaires du LRPS qui ne cessent contre l’évidence de nous coller cette étiquette.
Il s’agit donc bien d’un discours politicien qui n’a pas sa place dans une telle cérémonie, mais ce n’est pas une nouveauté.
Et puisque Marc Gricourt évoque Valin de la Vaissière, rappellons qu’un de ses adjoints, le capitaine Pierre Rousselot de Saint Céran a été plusieurs fois candidat sur les listes du Front National à Blois et que, hasard de l’histoire, c’est à un sergent du C.V.V.L., le Blésois Raymond Casas, que Jean-Marie Le Pen s’était adressé en novembre 1944 pour rejoindre les rangs de la Résistance. Mais il n’avait pas accepté car il n’avait alors que 16 ans !
Autrement dit, les propos du maire de Blois sont totalement déplacés et ne correspondent pas à la réalité.
Au fait, contre quelle menace les militaires de la Force Sentinelle protégeaient-ils la cérémonie ? Qui pourrait croire une seul instant que les autorités redoutaient une attaque des partisans du Brexit ou d’une mythique « extrême-droite » ?
Les Français savent bien où se situe la vraie menace, et ceux qui cherchent à la nier ou à la minimiser pourraient bien un jour se le voir reprocher.

Profanation de l’église de Nouan-le-Fuzelier, encore le silence dans la presse.

Eglise Nouan le FuzelierJeudi 12 mai dernier, deux jours avant la fête de la Pentecôte, l’église Saint Martin de Nouan-le-Fuzelier, commune Solognote, a été gravement profanée (photo Google Maps). Le tabernacle a été fracturé et le ciboire et les hosties consacrées qu’il contenait volées. Pour les catholiques, cela représente un acte extrêmement grave puisque les hosties consacrées sont la présence réelle de Christ. L’Evêque de Blois, Monseigneur Batut, a immédiatement réagi en publiant un décret interdisant tout acte liturgique et ordonnant la fermeture de l’église jusqu’au 21 mai, date à laquelle une messe de réparation y sera célébrée par l’Evêque à 18h et à laquelle les fidèles sont invités à se joindre.

Il est choquant de noter que cet acte soit passé totalement inaperçu dans la presse locale et qu’aucun représentant de l’Etat ni élu ne se soit ému de cette profanation - alors qu’ils sont pourtant habituellement si prompts à réagir - et n’ait publiquement condamné cet acte qui offense tous les catholiques au plus profond de leur foi. 
Ceci est la triste illustration d’une laïcité à géométrie variable qui méprise la religion chrétienne qui a pourtant façonné notre si beau pays et dont nous sommes les héritiers. 
Si l’affaire de pédophilie d’un prêtre du diocèse de Lyon qui a secoué l’actualité ces derniers mois a pu marquer les consciences, et ce à juste titre, ces actes étant inqualifiables, nous ne pouvons cautionner amalgames et propos haineux qui sont portés à l’encontre des catholiques (comme c’est le cas ici) et de manière plus générale, quelque soit les croyances de chacun ou le public visé.
Lorsque des scandales de pédophilie ont éclatés au sein de l’éducation nationale, à aucun moment l’ensemble des enseignants n’a été la cible d’un tel déferlement. Ce climat délétère favorise la recrudescence d’actes du même type et pourrait être à l’origine des motivations du profanateur de l’église Saint Martin de Nouan-le-Fuzelier. 

Blois : hommage à Jeanne d’Arc.

13124631_963109430473968_1211919538536698150_nCela fait plus de 20 ans que nous célébrons à Blois la fête de Jeanne d’Arc, instituée en 1920 par un vote solennel de l’Assemblée nationale.
Curieusement tous ceux qui parlent de « mémoire » semblent l’avoir oublié.
Certains parlent de récupération, mais nous sommes prêts à leur laisser le soin d’organiser la cérémonie.
Or une fois de plus ni le Maire, ni le Préfet, ni le Conseil départemental, ni le Conseil régional n’étaient représentés.
Seuls les élus du Front National ont répondu présent : nos 4 élus Blésois, Michel Chassier et Mathilde Paris (également conseillers régionaux), Jean-Louis Berger et Miguel de Peyrecave, mais aussi  Olivier Besnard conseiller municipal de Mer.
En raison des cérémonies du 8 mai, d’autres élus FN et certains porte-drapeaux étaient retenus dans leur commune, ce qui explique que nous étions moins nombreux qu’en 2015.
La cérémonie a été troublée un instant par la présence de 5 représentants de « Nuit debout », qui s’en sont pris à not13165829_963106497140928_8667645915724486950_nre porte-drapeau, Robert Limelette, mais les choses sont rapidement rentrées dans l’ordre.

Dans son discours d’hommage à Jeanne d’Arc, Michel Chassier a rappelé le sens de cette cérémonie et déploré que l’histoire de France soit à ce point malmenée dans les programmes.
Après le dépôt de la gerbe et une minute de silence, toute l’assistance a repris la Marseillaise pour clôturer la cérémonie, y compris des jeunes de « Nuit debout », avec qui certains ont pu dialoguer dans un climat apaisé.

13095882_963107477140830_2107190863208736232_nA l’issue de la cérémonie, un vin d’honneur a rassemblé les participants salle du bourg Saint Jean, suivi d’un repas convivial pour lequel nous avons été rejoints par nos élus et responsables de la vallée du Cher.

6 commentaires

Loir et Cher : nos élus et responsables présents aux cérémonies du 11 novembre.

11-11-2015_311-11-2015_1

Comme d’habitude les élus du Front national ainsi que les cadres et les militants sont présents partout dans le département aux cérémonies du 11 novembre.
Nous publions les premières photos de Blois, où nos 4 élus étaient présents, les autres seront ajoutées ultérieurement.
Merci également à notre ami Emile Berlu, toujours fidèle à son poste de porte-drapeau.

vendome03Chatillon 11-11-2015Mer 11-11-2015

Suite des photos : Renaud Grazioli à Vendôme, Virginie Dupuy à Chatillon sur Cher, Olivier Besnard et Sophie Boulaigre à Mer.

Voir l’album photo complet sur notre FaceBook

 

11 novembre : respect et admiration pour les Poilus de 1915.

poilus.jpeg«La guerre n’est pour l’historien qu’un synchronisme de dates et de mouvements. Pour les chefs, elle représente un formidable labeur et pour le profane, un intéressant spectacle. Mais pour le soldat qui combat dans les rangs, la guerre n’est qu’un long tête à tête avec la mort.» Pierre Chaine (Mémoires d’un Rat)
Pour nous, aujourd’hui, 1915 c’est le souvenir ému et reconnaissant dû aux centaines de milliers de Français qui ont souffert ou donné leur vie pour la défense de la Patrie. Sans distinction de classes sociales, de race ou de religion.
Dans un recueillement intérieur, lisons à haute voix et comptons un à un les noms de ceux qui figurent sur le monument aux morts de notre Commune. Nous serons sidérés par le nombre, par la répétition des mêmes patronymes.
Si les Français tiennent autant à la commémoration de cette commémoration de la guerre de 14/18 et des combats menés par nos Anciens il y a 100 ans, c’est parce que la Grande Guerre représente le sacrifice suprême et non un jeu virtuel. Ils savent que la paix dont nous bénéficions aujourd’hui est en grande partie le fruit de ces souffrances dans les tranchées, de ces merveilleux actes de bravoure ou de dévouement.
Que cette journée du 11 novembre 2015 ne soit pas un simple jour férié passif et festif mais un moment de respect et d’admiration en direction de nos Anciens qui ont souffert pour que nous vivions libres et dans l’honneur.
Les élus du Front National seront tous présents dans leur commune pour participer à ces cérémonies patriotiques qui fédèrent notre pays au-delà des clivages politiques.

2 commentaires

L’histoire officielle et les rebelles dissidents.

Blois RVH 2015D’où vient l’intérêt particulier de l’histoire chez les Français ? Pourquoi les différents ministres de l’Education tentent-ils de diminuer l’importance de l’enseignement de l’histoire alors qu’ils se pavanent chaque année aux RDV de l’Histoire ? A quoi sert l’histoire si ce n’est à éviter de reproduire les erreurs du passé ? Existe-t-il un lien entre la politique et l’enseignement de l’histoire ?
Autant de questions que les participants aux différentes conférences ou tables rondes ont posées en leur for intérieur et pour lesquelles nous avons quelques idées. Mais que les orateurs ont rarement posées pour la raison essentielle qu’il existe en France une histoire officielle avec son clergé, son décalogue, ses obligations, ses interdits et ses rites. Une histoire que les RDV de l’histoire promeuvent et sanctifient.
Une manipulation de l’histoire ordinaire.
Un exemple entre mille. La chute de l’Empire romain a traditionnellement été présentée comme étant provoquée par la perte des valeurs de la République et par les invasions barbares venues de l’est. Aujourd’hui les grands prêtres de l’Histoire nous disent qu’il ne faut pas parler de « fin, de cassure ou de fracture » mais de « transition » souple et détendue de l’Empire romain. Les « invasions » ne sont plus hostiles mais pacifiques.
En lire plus …

Négationnisme : nier l’histoire de France, c’est nier l’existence de la France.

Catherine SéguraneCatherine Ségurane : une simple lavandière de Nice qui n’a pas hésité à monter aux remparts en 1506 pour frapper les assaillants à coups de battoir, alors que déjà les élites trahissaient. Comme quoi le peuple voit souvent plus clair que ses dirigeants.
Les Rendez-vous de l’Histoire ont toujours eu une forte connotation idéologique, voire politique.

On le voit encore cette année avec la venue du gourou Jacques Attali, qui interviendra sur le thème « peut-on prévoir l’avenir ? » Plutôt amusant pour quelqu’un qui s’est toujours trompé, mais qui a néanmoins conseillé Mitterrand comme Sarközy.
En tout cas il semble avoir du mal à prévoir son emploi du temps, car sa conférence prévue le samedi est reportée au dimanche…
Mais les organisateurs ne peuvent rien refuser à Sa majesté…
Avec Dominique Borne, professeur d’histoire à Henri IV, nous sommes dans un autre registre. Pour lui, l’Histoire de France n’existe pas. Pour arriver à cette conclusion provocatrice, qu’il exprime d’ailleurs depuis plusieurs années, il oppose différentes visions de l’Histoire de France telle qu’elle a été enseignée au fil du temps (la Nouvelle République du 9/10/2015).
En lire plus …

Les Rendez-vous de l’Histoire : la gratuité coûte cher.

Jack LangPersonne ne peut contester l’intérêt des rendez-vous de l’Histoire à 2 conditions. La première est qu’ils favorisent la liberté de recherche historique et la pluralité des expressions. La deuxième est qu’ils ne coûtent rien au contribuable blésois… ou régional.
Pour la première, il y a encore des efforts à faire car, comme par hasard, on retrouve toujours les mêmes intervenants du style d’Attali et son photocopieur ou de Jeanneney, le fils de son père. Sans compter que la liberté en matière historique est surveillée, et cette manifestation blésoise n’échappe pas à la règle : il faut rester « historiquement correcte ». Nous ne sommes pas les seuls à la dire, le revue Enquète & Débat posait la même question il y a un an.
Nous avions pu l’observer également en 2013 lors d’un « débat » sur le Front National animé par Caroline Fourest.

En lire plus …

1 Commentaire

In memoriam René-Luce Coupin

lucecoupin.jpgRené-Luce Coupin lors de la fête champêtre du FN41 en juillet 2011.
René-Luce Coupin nous a quitté le 27 mars, dans sa 102ème année.

Le doyen de nos adhérents a participé régulièrement à nos réunions et à nos cérémonies.
Ses amis légionnaires lui rendaient hommage hier à l’occasion de la célébration de Camerone.
Il a fait partie des Français qui se sont battus courageusement en 1940, alors que certains dirigeants pris de panique étaient déjà en fuite, et que les communistes étaient alignés sur l’URSS, alliée de l’Allemagne nazie.
Pendant ce temps, au milieu de la débâcle, René-Luce Coupin se trouve incorporé dans un régiment qui se bat jusqu’au bout : le 11ème Régiment Etranger d’Infanterie. Ce n’est que le 23 juin, 6 jours après l’armistice que ces combattants invaincus déposèrent les armes. Sur 3107 hommes qui composaient le régiment, il n’y avait que 578 survivants. Les Allemands leur rendirent les honneurs militaires. René-Luce Coupin, le doyen de nos adhérents de Loir et Cher, a écrit un livre pour immortaliser cette épopée dont il fut un des héros « Vainqueurs quand même« .

Le bureau départemental du Front National tient à lui rendre hommage, et adresse à sa famille toutes ses condoléances. RIP.

2 commentaires

Souviens-toi, camarade ! Il y a 40 ans, le Cambodge !

cambodgeLes professionnels du travail de mémoire sont parfois amnésiques. Nous, n’oublions pas et c’est ce qui nous permet de comprendre le présent tout en regardant l’avenir.
Il y a 40 ans, le 16 avril 1975, les khmers rouges finissaient de s’emparer de Phnom Penh. C’était le début d’une déportation massive des populations des villes vers les campagnes pour « régénérer » le peuple et faire enfin un « homme nouveau » révolutionnaire. Des millions de morts au terme desquels le qualificatif de « génocide » n’a pas été retenu par les tribunaux internationaux.
Nous n’oublions pas que les « journaux de référence » comme Le Monde ou Libération ont salué cet évènement comme une très bonne nouvelle, prometteuse d’un avenir radieux pour le Cambodge. Sans procéder à la moindre repentance.

En lire plus …

2 commentaires

19 mars 1962 : début du grand massacre en Algérie.

harkis19621962 : les Harkis désarmés… avant d’être abandonnés aux mains de leurs bourreaux.
Comme français ou élu de mon pays, j’ai toujours participé aux manifestations patriotiques du 11 novembre ou du 8 mai qui commémorent le sacrifice de nos pères pour la défense de la Patrie. Mais je n’assisterai pas à celle du 19 mars qui ne commémore pas la fin des hostilités de la guerre d’Algérie.
Cette date marque pour le pouvoir socialiste la fin des hostilités alors qu’il n’en est rien, car les tueries, enlèvements, assassinats et massacres ont continué encore plus virulents pendant les mois et les années qui ont suivi.  Cette date est un mensonge révisionniste qui veut cacher une réalité historique, ce que nous ne pouvons accepter.
Par ces accords, le gouvernement français gaulliste a décrété un « cessez-le-feu » unilatéral et a donné permission à nos ennemis d’assassiner des militaires et des civils français en toute impunité.
Dès le 19 mars et les jours suivants, 18 jeunes soldats français ont été assassinés par le FLN et 39 ont été blessés qui, pour la plupart, décèderont dans les jours qui suivent.
90 autres soldats ont disparu et les 239 qui étaient retenus prisonniers par le FLN ne nous ont jamais été rendus. Nous sommes toujours, 53 ans plus tard, sans aucune nouvelle de ces jeunes militaires français.

En lire plus …

4 commentaires

Une action humanitaire 40 ans après le génocide cambodgien

cambodgeHuit lycéens du lycée professionnel Denis-Papin se sont envolés pour le Cambodge lundi pour une période de 3 semaines. Ils ont pour mission d’installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d’une école maternelle et primaire, mais aussi sur un foyer et un centre de formation, voisins de quelques kilomètres.
Ils seront encadrés par 2 professeurs et un technicien de l’association Energy-Assistance, la branche humanitaire de GDF-Suez. Ils travailleront en partenariat avec l’association Monireth, qui œuvre à favoriser l’aide à l’éducation et à la scolarisation des enfants du Banteay Meanchay. Une action généreuse que nous saluons mais qui n’exclut pas quelques réflexions.(la Nouvelle République 31/1/15)

L’horreur du génocide cambodgien

Ce déplacement humanitaire loin de la Sologne pacifique nous ramène 40 ans en arrière lorsque, sous les applaudissements de la gauche française, deux millions de Cambodgiens étaient assassinés par le régime communiste de Pol Pot. Avec comme mode de gouvernement la destruction des repères, la segmentation de la population, la désorganisation des campagnes, l’animalisation, la famine et la torture. Les camps de concentration des Khmers rouges, aussi avilissants et destructeurs que ceux de Buchenwald, ont amené la terreur dans un pays où le bonheur se vivait chaque matin. Faut-il rappeler que cette révolution génocidaire était inspirée par les Jean Jacques Rousseau et Robespierre, encouragée par les Jack Lang ou Jacques Vergès ? En lire plus …

2 commentaires

François 1er, un Blésois enraciné.

francoisfrancois-hollande-vise-dans-la-chansonFrançois 1er est une grande figure de notre histoire régionale et nationale. Blois va le commémorer du 5 juillet au 18 octobre dans une grande exposition  qui se tiendra au château.
En effet, cela fait cinq siècles que François 1er fut sacré à Reims, le 25 janvier 1515. Et dans la même année, les 13 et 14 septembre, François 1er inaugurait son règne à cheval, les armes à la main, par la bataille de Marignan qui reste dans les mémoires scolaires en raison de sa claire datation.
Le règne de ce grand roi permet d’évoquer la puissance de la France qui était capable de mobiliser 60 000 hommes et de franchir les Alpes sans difficulté.
En lire plus …

4 commentaires

5 décembre : hommage aux combattants de la guerre d’Algérie

5 décembre 2014La date du 5 décembre pour rendre hommage aux morts pour la France durant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie a été retenue par l’Etat français après une longue concertation avec les associations d’Anciens combattants et de Français rapatriés qui ont toutes, à deux exceptions près, rejeté la date du 19 mars 1962 début du massacre de plus de 100.000 harkis et de leurs familles et de milliers d’assassinats et d’enlèvements de civils européens et de militaires français. Si elle a l’inconvénient de n’avoir aucune signification historique, pas plus que la journée nationale du 25 septembre pour l’Hommage aux Harkis, elle présente l’avantage d’être neutre et de clore définitivement le débat sur le choix ou non du 19 mars.
En lire plus …

1 Commentaire

Morts pour la France dans un placard à balais

poilus.jpegAu lendemain des hommages qui ont été rendus à ceux qui ont fait, par millions, le sacrifice de leur vie dans la « Grande guerre », nous nous demandons s’il n’y a pas une grande hypocrisie de la part des autorités et des responsables politiques ou médiatiques de notre ville et de notre pays.
Pendant que nos élus nous répètent que « la paix est un projet à entretenir» (la Nouvelle République du 11/11/14) ils suppriment  en même temps des régiments entiers et contraignent le budget réservé à nos forces armées alors qu’elles sont projetées sur plusieurs théâtres d’opérations. Or, chacun sait que le pacifisme du désarmement revient à s’exposer à l’agresseur et même à l’encourager. Personne n’oublie le lâche soulagement d’Edouard Daladier à son arrivée à Paris après la signature des accords de Munich.

Mais le plus grave est l’oubli volontaire du sacrifice de nos anciens de la guerre de 14/18 dans lequel a été et se trouve plongée notre jeunesse depuis 1968.
En lire plus …

Rendez-vous de l’Histoire : « pauvre Cohn ! »

http://www.dailymotion.com/video/x27p0wy
Nous évoquions le 8 octobre le cas de ces faux rebelles du systèmes, dont Daniel Cohn-Dendit qui, entre paraenthèses, faisait encore aujourd’hui sur France 2 l’objet d’une émission spéciale sur France 2 à 13 h 15, sous le titre « Une histoire française, celle de Daniel Cohn-Bendit« , émission au cours de laquelle  Laurent Delahousse a ciré les pompes de son invité pendant une demi-heure. 

Nous écrivions alors « Qui lui demandera, à Blois, des comptes sur cette déclaration ? PERSONNE. »
Eh bien, nous avions tort, quelqu’un a osé ! En l’occurrence Jean Robin animateur du site Enquêtes&Débat, qui est allé aux Rendez-vous de l’Histoire faire dédicacer à Daniel Cohn-Bendit l’ouvrage où il avouait des pratiques pédophiles.

Bravo à Jean Robin, nous vous invitons à regarder la vidéo de cet intervention courageuse.

6 commentaires

Blois : Rendez-vous de l’Histoire ou Rendez-vous de la Gauche ?

Jack LangDix-sept ans après, l’ombre de Jack Lang plane toujours sur les Rendez-vous de l’Histoire et ses choix idéologiques.
Nous avions déjà soulevé le problème en évoquant une vision « hémiplégique » de l’Histoire, vision qui privilégie vous l’avez compris l’hémisphère gauche !

Certains pourraient nous objecter un manque d’objectivité, puisque nous représentons clairement une famille politique, encore que nous avancions toujours les preuves de ce que nous affirmons.
Mais nous ne sommes pas les seuls à partager ce point de vue, puisque la revue « Enquête&Débat » vient de publier sur son site Internet une étude qui s’intitule : « Faut-il être de gauche pour être invité aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois« .
Après avoir étudié le programme de l’édition 2014 des RVH et mené une enquête auprès de responsables et des visiteurs, le verdict est sans appel, nous vous invitons à lire cet article.
En lire plus …

7 commentaires

Pour un vraie définition du Rebelle

Dominique VennerDominique Venner : un vrai rebelle !
Je ne résiste pas à la nécessité de vous faire connaître le point de vue de Bernard Lugan, historien spécialiste de l’Afrique, sur le thème choisi par les Rendez-vous de l’histoire, à savoir « Les Rebelles ». Aujourd’hui, la subversion des mots et des idées est telle que les puissants se disent « rebelles » et les girouettes se disent « boussoles ».

« Les rendez-vous de l’
Histoire qui se tiennent à Blois du 10 au 12 octobre ont pour thème «  Les Rebelles ». Je n’aurai pas la cruauté de donner ici les noms de certains invités que les organisateurs considèrent comme dignes de figurer parmi cette estimable mais très restreinte phalange…
Puisque, dans l’affadissement général et la dévirilisation ambiante, l’image des Rebelles fait fantasmer, je vais évoquer ici Dominique Venner qui fut, lui, un vrai rebelle et dont le dernier livre publié après sa mort porte en sous-titre: « Le Bréviaire des insoumis ».
En lire plus …

3 commentaires

Une histoire hémiplégique et cooptée

Nicolas-Werth

Nicolas Werth- les rebelles en URSS

Nous avons déjà soulevé la gigantesque supercherie de la mise en avant des deux anti-héros Cohn Bendit aux rendez-vous de l’histoire. Deux frères dont les déclarations négationnistes ou pédophiles auraient conduit n’importe qui devant un tribunal dans les 24 heures.
Cela ne nous empêche pas de nous interroger sur le fonctionnement interne de cette machine de guerre et sur l’attrait qu’elle exerce.
Certes, nos compatriotes éprouvent un attrait certain pour l’histoire, l’enracinement et cet attrait est une spécificité française. Ils sentent confusément que la connaissance du passé est indispensable à la construction de l’avenir et à la compréhension du présent. Le succès foudroyant du livre d’Eric Zemmour en est bien la preuve malgré le poids de ses 500 pages et la condamnation dont il est l’objet par les Ruquier, Cohen… La géographie n’exerce pas le même attrait. Francis Chevrier, qui avait lancé les Rendez-vous de la géographie, avant ceux de l’histoire, en sait quelque chose puisqu’il a laissé tomber la géographie pour l’histoire, plus médiatique et plus juteuse sur le plan financier et politique.
Toutefois, le succès de ces rendez-vous sera plombé quand le public aura découvert que cette histoire est hémiplégique, incomplète et partiale. Seul l’hémisphère gauche du cerveau est représenté dans le panel des intervenants, journalistes ou politiques.
Prenons le programme de ce jour, jeudi 9 octobre 2014 conseillé par la Nouvelle république. On y évoquera la figure d’Antoinette Fouque, issue des milieux communistes et libertaires, animatrice du MLF et disciple des Lacan et Barthes. La gauche pure et dure ! Pourquoi ne pas inviter Ludivine de La Rochère ou Farida Belghoul ? On ne dira pas qu’elle n’a pas terminé sa thèse ou ses études, ce serait déflorer la beauté du personnage.Une histoire hémiplégique et cooptée dans Blois trans

En lire plus …

5 commentaires

Hommage aux Harkis : plus de 50 ans après, le silence et la peur.

Harkis Salbris 1En septembre 2011, Michel Chassier avait accompagné la « longue marche des Harkis » en Loir et Cher (ici devant le monument aux morts à Salbris).
Ce matin 25 septembre à Blois, c’était l’hommage désormais rendu chaque année aux harkis depuis 2001. Les porte-drapeaux des associations d’anciens combattants étaient venus en nombre, il y avait le Préfet, le Maire de Blois, Marc Gricourt, le député Denys Robiliard, un représentant du Conseil général, Jean Marie Janssens… mais aucun représentant officiel du Conseil régional !

Nos élus étaient représentés par Michel Chassier, Conseiller régional et conseiller municipal de Blois, ainsi qu’Annie Renaud, conseillère municipale.
En lire plus …

4 commentaires

70 ans après…la libération de la ville de Mer.

DSCF6005[1]Nos amis de Mer, élus, adhérents ou sympathisants étaient présents aux cérémonies commémorant la libération de Mer le 15 août 2014. Ils savent en effet que la France a un avenir si elle sait de souvenir de son passé et en tirer les leçons.

111Ils savent que les sacrifices de nos anciens combattants, que ce soit pour la guerre de 14/18 ou celle de 39/45, sont un exemple pour les générations actuelles. Ils savent aussi que c’est grâce à ces sacrifices que nous vivons dans un pays libre. Mais cette liberté qui n’est pas acquise pour toujours doit être défendue. Et c’est bien la raison du combat du Front National.

9 commentaires
123

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...