Archive | Immigration Flux RSS de cette section

Repas sans porc : le FN persiste et signe.

Elior_3

Les élus FN apportent toujours la preuve de ce qu’ils avancent.

Le compte-rendu du conseil municipal de Blois publié le 24/05 dans la Nouvelle République était consacré quasi exclusivement à l’éviction de Louis Buteau, attiré dans l’orbite d’une certaine planète gazeuse.
Mais le dossier principal était bien la restauration scolaire, avec le renouvellement du contrat de délégation.
Nous avons évoqué le sujet hier, mais la NR y revient aujourd’hui dans un billet qui parle d’une « tentative de déstabilisation« , pour reprendre une expression de Benjamin Vételé.
On ne comprend pas vraiment ce qu’il entend par là, il s’agissait d’une remarque parmi d’autres et d’une question posée au sujet des menus sans porc.
Le procès-verbal pourra attester précisément des propos tenus par Michel Chassier et de la réponse de Marc Gricourt (Benjamin Vétélé n’a pas répondu sur ce point).
Dans le nouveau contrat de délégation, dans le cadre des repas spéciaux, article 21 paragraphe 21.11.1, pages 43 et 44, il est prévu des repas sans porc ainsi que alternatives sans porc pour les pique-niques et repas froids.
Marc Gricourt nous a répondu que ce choix avait été fait avant 2008 par son prédécesseur, Nicolas Perruchot.
En lire plus …

0 Commentaires

Région Centre-Val de Loire : la gauche veut toujours plus d’immigration, le FN répond.

fraczak-37-300x300Lors de la session plénière du 19 avril le groupe « écologiste » a proposé un vœu pour demander au gouvernement de revenir sur les nouvelles dispositions du projet de loi Asile et Immigration actuellement discuté à l’Assemblée Nationale.
Au nom du groupe Front national Daniel Fraczak (Indre et Loire) a répondu par une intervention remarquablement argumentée, remettant sérieusement les choses en place et laissant la gauche sans voix.
Du coup Guillaume Peltier a préféré ne pas intervenir, conscient certainement des différences de sensibilité à l’intérieur de son groupe.
Encore une fois les socialistes en suivi les écologistes, dont ils ont besoin pour conserver la majorité pour faire adopter ce voeu, qui heureusement n’aura aucun effet.
Les groupes FN et UDC ont voté contre.
Voir le texte de l’intervention sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

1 Commentaire

Immigration : Jacqueline Gourault perd son sang froid.

Da6ISt9XUAU8MZRConférence de presse lundi 16 avril à l’Assemblée nationale pour présenter le contre-projet du Front National
Moment d’énervement, de colère comme le disent les médias, ou bien perte de contrôle à la limite du dérapage.

Le débat sur la loi asile et immigration a provoqué hier de vifs échanges à l’Assemblée nationale, où Gérard Collomb a refusé de répondre aux questions des députés sur la « face cachée » de la loi, avec un projet de régularisation de 40 000 « sans-papiers », autrement des clandestins, évoqué par un élu de la majorité dans le journal officiel du système, « le Monde ».
Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur (!) s’est alors emportée en s’indignant qu’un député puisse « obliger un ministre à répondre« .
Mouvement de panique qui démontre bien le désarroi du gouvernement voyant ses intentions démasquées.
Ce projet de loi affiche une certaine fermeté sur quelques sujets, afin de faire mieux admettre les régularisations à venir et l’accueil du quota de migrant réclamé par l’Union européenne.
Et la gauche joue les idiots utiles en laissant croire que cette loi serait destinée à restreindre l’asile et l’immigration, alors qu’elle vise l’effet contraire.
Pour autant, cela ne justifie pas le dérapage de Jacqueline Gourault, sévèrement remise en place par Christian Jacob : « à ce stade je pense qu’il faut effectivement ramener l’Assemblée au calme, madame la ministre également. Le gouvernement est responsable devant le Parlement, ça n’est pas l’inverse ».
Etonnant qu’une parlementaire aussi expérimentée que Jacqueline Gourault ait oublié cela.
On comprend d’autant mieux le projet de M. Macron visant à museler le Parlement.
Malgré le peu de temps de parole dont ils disposent, vos députés FN sont intervenus dans le débat à plusieurs reprises, notamment pour défendre des amendements.
Au final, seuls 27 amendements ont été étudiés et l’article 3 n’a pu être soumis au vote. Il y a au total 40 articles à examiner et 972 amendements déposés.
Le gouvernement qui voulait forcer la main des députés afin d’obtenir un vote d’ici vendredi soir n’est plus du tout certain d’atteindre son objectif.
Il faut souhaiter que le débat dure suffisamment longtemps pour alerter les Français.
Vous pouvez compter pour cela sur vos députés FN.

2 commentaires

Vendôme : le « jeune » Malik menace un policier d’égorgement.

Carte QPV les RottesLa Nouvelle République parle d’interpellation « houleuse ».
Le jeune Malik, présenté comme un « grand frère » dans le quartier des Rottes, ce qui en dit long, aurait « pété les plombs » en voyant son cousin interpellé par la Police, pour une affaire de stupéfiants.
Devenu très agressif, il s’en est pris aux forces de l’ordre, tandis que se formait un attroupement d’une dizaine de « personnes hostiles ». Sans d’autres « frères » et des « cousins » ?
Malik en est même venu aux mains, saisissant l’un des agents par le col tout en le menaçant de mort en mimant un geste d’égorgement.
Il a fallu des renforts (au total 14 policiers) pour le maîtriser et le conduite à la Maison d’arrêt où il a passé le week-end en attendant sa comparution immédiate ce lundi.
On peut se féliciter que la Justice ait pu se saisir de l’affaire aussi rapidement, mais le jugement laisse quelque peu dubitatif.
Le Vice-procureur a pourtant insisté sur l’extrême violence de cet individu et réclamé 6 mois fermes, mais le tribunal a semble-t-il entendu les arguments de la défense, plaidant que le prévenu s’est « laissé dépasser par les évènements [...] et il regrette amèrement« .
En lire plus …

2 commentaires

Faux réfugié, vrai truand.

migrantsEn Europe, il suffit de rentrer par effraction pour obtenir des droits.
Sokol est un Albanais de  34 ans. Avec ses deux frères ils ont demandé le statut de « réfugié politique ».

Etrange pour des ressortissants d’un pays de l’OTAN et dont la candidature à l’Union européenne remonte à 2009.
Et bien sûr, en attendant que ce statut leur soit accordé ou refusé – ce qui ne les empêchera de rester chez nous – les trois individus sont logés, touchent une allocations de l’OFPRA (360 euros par mois), bénéficient de l’AME (assistance médicale gratuite qui les couvre à 100%) etc…
Mais cela ne leur suffit pas, ils complètent ces allocations par du travail au noir et d’autres activités lucrative comme le trafic de bijoux et d’objets volés.
Déjà jugé deux fois pour des faits de même nature, Sokol est à nouveau condamné par le tribunal de Metz en octobre 2017. Cette fois, il écope de six mois de prison.
Cependant il fait appel, ce qui démontre qu’il peut se payer un avocat, ou bien qu’il y a quelqu’un pour payer…
Sa défense ne parvient pas à convaincre le tribunal, qui prononce le maintien en détention.
Mais la vraie question n’est pas là.
Comment un tel individu, délinquant multirécidiviste, peut-il toujours bénéficier du statut de demandeur d’asile et vivre à nos dépends.
Il y a longtemps que le Front National se bat que ces faux demandeurs d’asile, à fortiori délinquants, soient expulsés.
Mais Sarközy avait aboli la « double-peine » pour les étrangers, et ni Hollande ni Macron ne sont revenus sur cette question, totalement absente du projet de loi qui fait tant hurler l’extrême-gauche.

4 commentaires

Attaque islamiste dans l’Aude : le communiqué du Front National.

trebes-F1Attaque terroriste de Trèbes : quand le gouvernement prendra-t-il conscience que nous sommes en guerre?
Notre pays a été l’objet d’une nouvelle attaque terroriste. Comme d’habitude, les Français ont droit à une sorte de rituel gouvernemental :
- déplacement du ministre de l’Intérieur sur les lieux, qui nous expliquera avec l’air satisfait les mesures mises en place;- déclaration lénifiante sur les pathologies psychiatriques supposées du terroriste, comme vient de le faire E. Macron;
- avis d’experts pour démontrer l’efficacité des dispositifs antiterroristes…
Fait inquiétant : on s’aperçoit qu’après avoir frappé les métropoles, les terroristes choisissent désormais de s’attaquer aux périmètres moins contrôlés des zones rurales, adoptant là la technique expérimentée dans tous les pays qui ont sombré dans le terrorisme comme l’Irak.
L’attaque meurtrière de Trèbes est visiblement le fait d’un étranger fiché S doublé d’un délinquant. Que faisait-il sur le sol français? Lorsque les députés du Front National ont proposé le 28 septembre 2017, par voie d’amendement, l’expulsion des fichés S étrangers, la majorité En Marche et LR ont voté contre. Le Front National demande que le terrorisme soit maintenant traité comme un « acte de guerre », et que les étrangers sur les 16.000 fichés « S » recensés soient immédiatement expulsés.
Au-delà de cette mesure ciblée, le Front national demande le retour des contrôles effectifs aux frontières nationales.

Télécharger l’amendement des députés du FN :  Amendement FN fichés S étrangers

1 Commentaire

Loir et Cher : les « migrants » osent revendiquer !

Submersion-migratoireAvec le soutien des organisations habituelles, dont beaucoup subventionnées, des « migrants » hébergés en Loir et Cher écrivent un cahier de doléances !
Non, vous ne rêvez pas, cette action est relayée, pour ne pas dire soutenue, sur une demi-page par la Nouvelle République du 28 février.
Il faut tout de même remettre les pendules à l’heure.
Le terme de « migrants », imposé par la classe politique et les médias mainstream, désigne ceux qu’on appelait auparavant les « sans-papiers », en fait des immigrés clandestins qui sont entrés illégalement en Europe grâce à des filières mafieuses et ensuite, grâce à l’espace Schengen sont parvenus jusqu’en France.
Ce choix n’est pas tout à fait un hasard : hormis ceux qui cherchent à rallier le Royaume Uni via Calais, la plupart on choisi le France en raison de sa générosité dont la réputation a fait le tour du monde !
Hébergement, soins, éducation, allocations : nulle part ailleurs ils ne trouvent autant d’avantages, au point d’être souvent mieux traités que les SDF ou même certains de nos anciens.
Et les initiatives se multiplient, y compris en Région Centre, pour leur réserver des places de formation avec promesse d’embauche, au détriment des Français en recherche d’emploi qui auraient bien aimé bénéficier des mêmes dispositifs.
Il est donc pour le moins étonnant de voir ces gens qui sont arrivés chez nous par effraction, que nous n’avons jamais invité, se permettre de revendiquer ! S’ils ne sont pas satisfaits de l’accueil qui leur est fait, la réponse est très simple : qu’ils repartent !
Chacun doit être bien conscient que le phénomène va encore s’amplifier, et le gouvernement va poursuivre sa politique de répartition des « migrants » dans les petites villes et la ruralité.
Et attention, la réforme du droit d’asile qui indigne tant la gauche immigrationniste n’est qu’un leurre destiné à rassurer les Français, pour leur faire accepter au final davantage d’immigration, en accord avec Mme Merkel, en faisant croire que le processus est sous contrôle.
Et sur ce point la gauche est rejointe par le président du MEDEF, Pierre Gattaz, qui déclarait en 2015 : « l’accueil des migrants est une opportunité pour notre pays. »
Une opportunité pour le MEDEF peut-être, pour les Français certainement pas.
Nos élus seront attentifs aux demandes de subventions des organisations et organismes qui les soutiennent.

3 commentaires

Main basse des groupes financiers sur les HLM ?

migrants 25102016 01 fDes logements sociaux plus chers pour les Français, gratuits pour les « migrants » ? Photo d’illustration : clandestins de Calais accueillis à Blois dans des logements réquisitionnés par le Préfet.
On commence à comprendre les intentions du gouvernement dans la loi qui se prépare pour les bailleurs sociaux, qui gère le parc des logements sociaux, communément appelés « HLM ».

Le but de ces logements est de permettre aux familles à revenus modestes de se loger décemment, et cela correspond à un véritable besoin.
Pour que les loyers restent bas les pouvoirs publics fournissent une aide indirecte, versée non au locataire, mais au bailleur, sous forme de facilités de financement, de subventions, de déduction fiscale, etc. Cette aide est assortie de conditions sur la qualité du logement et le montant des loyers.
Mais c’est là que la bât blesse. L’Etat, contraint par ses créanciers de réduire son endettement, vient de diminuer les APL d’une part, les concours aux bailleurs sociaux d’autre part, estimant que ces derniers disposaient d’une « cagnotte ».
En réalité, l’ensemble des bailleurs sociaux dispose au total de 8,5 milliards d’euros, mais cela représente 2 mois et demi de trésorerie, rien d’exceptionnel par conséquent.
Mais en réduisant ses concours, l’Etat risque de mettre certains bailleurs en difficulté… ce qui est peut-être l’objectif recherché.
Car la future loi veut inciter les bailleurs sociaux à se regrouper. Il est bien sûr question de volontariat, mais un volontariat forcé par la contrainte financière. Un peu comme pour les regroupements de communes, domaine où l’Etat alterne la carotte et le bâton.
Cette perspective inquiète les trois organismes du département, qui ne voient pas forcément l’intérêt d’un tel regroupement.
Mais à terme l’idée sous-jacente est bien de permettre aux grands groupes financiers et immobiliers de prendre progressivement le contrôle du secteur, selon un principe immuable : ils encaisseront les bénéfices tandis que les collectivités auront la charge des personnes en situation de fragilité.
Au-delà de cette loi, il ne faut toutefois pas ignorer un problème majeur qui touche tous les bailleurs sociaux, c’est la question de l’immigration de masse.
Ce phénomène, qui s’est accéléré dès le début des années 80, s’est traduit par l’arrivée de centaines de familles immigrées, à la ZUP  de Blois, mais aussi à Romorantin, à Vendôme, à Mer ou Salbris.
Et on assiste partout, dès que l’on atteint un seuil critique, aux problèmes de cohabitation qui font que les locataires d’origine française préfèrent partir… quand ils en ont les moyens.
Du coup la mixité sociale des quartiers tant souhaitée est devenue un mythe, et les logements sociaux sont majoritairement occupés par des familles d’origine immigrée, ou par des familles à faibles revenus, beaucoup aux minima sociaux, personnes isolées et souvent âgées, qui sont de facto « piégés » dans leur quartier.
C’est un aspect de la situation que la loir ne veut pas aborder, ce qui démontre à quel point ce gouvernement ignore les problèmes vécus par les Français.

Hébergement, soins, formation, emploi : priorité aux clandestins ?

AuchanAuchan recrute. N’hésitez pas à proposer votre candidature.
« Samioula, Jahangir, Mohamed, Doghei, sont Soudanais, Afghans, Syriens. Ils sont jeunes, certains sont mariés et ont laissé femmes et enfants très loin d’ici ; ils possédaient un travail et une formation dans leur pays d’origine, qu’ils ont quitté, certains depuis 2003. Ils ont tous un point commun : ils sont arrivés en France il y a un ou deux ans, comme migrants, certains à la fin du mois d’octobre 2015. Ils sont passés par le CADA (Centre d’accueil des Demandeurs d’asile) [de la Région) ».

C’est que révèle le magazine Internet Mag’Centre.
Traduction : ils sont entrés en France clandestinement, après avoir franchi les portes d’une Europe-passoire et au lieu d’être reconduits à la frontière, ce que nous interdit Schengen, ils sont pris en charge intégralement à vos frais : logement, nourriture, soins, formation et promesse d’embauche. Avec bien sûr un petit pécule à la clé.
En lire plus …

6 commentaires

Demandeurs d’asile : et bien dansez maintenant … aux frais du contribuable.

migrants 25102016 01 fArrivée de « migrants » de Calais à Blois en octobre 2016 dans des logements réquisitionnés par le Préfet.
Les fictions et les reportages télévisés ne cessent de nous apitoyer sur le sort des « migrants », « réfugiés » et autres « demandeurs d’asile ».

Dans la majorité des cas des immigrés clandestins, puisqu’ils arrivent chez nous sans papiers avec franchi clandestinement plusieurs frontières de notre Europe-passoire.
On nous a fait le coup des Syriens qui fuient la guerre. Mais ce sont presque tous des hommes jeunes et en âge de combattre.
Et puis chacun a pu se rendre compte la plupart n’étaient pas syriens mais afghans, érythréens, soudanais, libyens etc…
Et que la majorité ne fuyaient pas la guerre mais venaient simplement en Europe en raison de la situation économique désastreuse de leur pays d’origine.
Mais comme cela ne suffit pas pour bénéficier du statut de réfugié, il a fallu multiplier les cas de persécution.
C’est ainsi que la France recueille les homosexuels victimes de la répression dans leur pays et que Macron invite les femmes victimes de mutilations sexuelles. Tout cela représente combien de millions de personnes ?
A Blois le CADA (Centre d’accueil de demandeur d’asile) héberge pelle-mêle un « gay » Nigérian, une femme Guinéenne victime d’un viol, cités en exemple par la Nouvelle République du 15 janvier.
Ils préparent au sein d’une association blésoise un spectacle de danse.
Un article qui a dû faire passablement irriter les Français dans le besoin, obligés toujours davantage à se serrer la ceinture.
Mais ce n’est pas le seul exemple en Loir et Cher, puisque d’autres demandeurs d’asile ont eu l’occasion récemment de passer une journée au parc d’attraction « Family Park » à Saint Martin le Beau. Bien sûr transport, entrée et panier-repas payés par la collectivité.
Nous pourrions multiplier ces exemples.
Mais nous aimerions surtout savoir combien ça coûte, combien de nouveaux « réfugiés » vont nous être envoyés en Loir et Cher et quelle sera leur répartition.
Car il est évident que si Macron ne veut pas voir renaître la « jungle » de Calais, il va continuer, comme son prédécesseur, à répartir les clandestins partout en France, sans que les maires puissent s’y opposer.
Toujours ces pratiques de cet « ancien monde politique » qui ne cesseront que lorsque le Front National arrivera aux affaires.
Et les Français ne doivent pas se laisser tromper par le discours de fermeté du petit gouverneur de la France. Il s’agit simplement de calmer une opinion hostile, avant d’augmenter le quota de « migrants » accueillis par la France afin de faire plaisir à Mme Merkel, en échange d’un soutien espéré aux projets européens du locataire de l’Elysée.
Malheureusement les Français seront perdants sur les deux tableaux.
A la Région comme dans les villes de Loir et Cher où ils sont présents, les élus FN sont les seuls à dénoncer ce scandale.

3 commentaires

Loir et Cher : plus de décès que de naissances.

10-11-12-millions3711 décès contre 3200 naissances : telles sont les données de l’état civil en Loir et Cher pour l’année 2017. (la Nouvelle République du 15/01/2017).
Des chiffres inquiétants qui confirment la tendance nationale d’une baisse de la natalité et d’une diminution régulière de l’accroissement naturel de la population (naissances – décès).
Le phénomène se trouve amplifié dans les départements à dominante rurale où la population est en moyenne plus âgées, du fait que les jeunes sont souvent obligés de partir pour trouver du travail.
On assiste actuellement à une accélération de la « métropolisation », y compris dans notre Région, au détriment de départements comme le Loir et Cher, promis à la stagnation d’ici 2050, tandis que l’Indre continuerait à perdre des habitants.
C’est pourquoi les élus du Front National seront particulièrement attentifs au futur Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), dont on voit mal comment il pourrait inverser la tendance.
Mais ce terrible constat d’un excédent de décès par rapport aux naissances renvoie également à la politique familiale au niveau de l’Etat depuis plus de 40 ans et à la politique migratoire.
Rien n’a été fait, au contraire, pour encourager la natalité. Or il faut bien comprendre que tous les discours qui peuvent être faits, toutes les mesures qui nous sont proposées afin de sauvegarder le régime des retraites se heurteront à cet écueil démographique.
Et ceux qui aujourd’hui ne souhaitent plus ne souhaitent plus avoir d’enfants pour des considérations de carrière professionnelle ou simplement de confort de vie risquent de le regretter amèrement quand viendra l’heure de la retraite et de la vieillesse.
Déjà on voir s’inverser la solidarité entre générations, puisque ce sont les retraités qui sont appelés à faire un effort au profit des jeunes, preuve s’il en était besoin d’une dégradation du niveau de vie.
Et puis il ne faut pas se voiler la face. Si au niveau national il y a encore un solde légèrement positif, on le doit en grande partie au taux de natalité de populations fraîchement immigrées en provenance de pays dont la culture et la religion encouragent au contraire à faire davantage d’enfants, surtout lorsque les prestations généreusement offertes par la France y ajoutent un intérêt matériel évident.
Il paraît qu’il ne fait pas parler de « grand remplacement », que cela relèverait de la théorie du complot ou des « fake news ».
Nous invitions tous ceux qui en douteraient encore à faire le tour des écoles à la ZUP de Blois (mais pas seulement), à la CPAM rue Louis Armand ou aux urgences à l’Hôpital pour faire eux-même le constat.
Jusqu’où ira l’aveuglement face à ce suicide français ?  

Salbris redoute l’arrivée de nouveaux migrants, le maire dément.

Migrants rue de Verdun

Extrait du PV du conseil municipal du 14 décembre (cliquez sur l’image pour agrandir).

La question a été posée lors du dernier conseil municipal le 14 décembre : est-il prévu d’accueillir de nouveaux « migrants » (*) dans un immeuble rue de Verdun.
Le maire répond que la ville de Salbris est déjà largement au-dessus de la moyenne en matière de ration d’accueil, et q’une demande d’extension serait irrecevable.
Espérons-le. Mais nous savons aussi que l’intérêt de l’association Coalia est de développer toujours davantage ses activités.
Et si le Préfet décidait d’une extension de la capacité d’accueil, le Maire pourrait-il s’y opposer ?
Lors de la réunion publique du 3 novembre 2016, il avait pourtant déclaré qu’il n’avait pas pu s’opposer à la demande formulée par Coalia.
Le pourrait-il aujourd’hui ?
Il est permis d’en douter et le Front National restera vigilant pour avertir les Salbrisiens.

(*) appellation contrôlée des immigrés clandestins

1 Commentaire

La vérité sur les migrants : il faut appeler un chat un chat.

migrantsLes appels de Mme Merkel et l’Union européenne sont entendus : les clandestins sont toujours plus nombreux.
Hier soir devant la préfecture de Blois, le gratin des associations d’aide aux « migrants » étaient réunis pour exprimer leur inquiétude face aux annonces du gouvernement et demander « une autre politique migratoire ».

Nous serions curieux de savoir, parmi ces manifestants, combien il y avait de permanents salariés desdites associations, pour la plupart généreusement financées par le contribuable.
Auraient-ils peur qu’on leur enlève leur gagne-pain ?
Sur le fond de l’affaire, disons d’abord que ces associations ont bien tort de s’inquiéter. Les annonces de M. Collomb ressemble à celles de ses prédécesseurs, elles sont destinées à rassurer les Français tout en asséchant un peu plus marigot du parti de M. Wauquiez.
Rien d’autre que les petites manoeuvres politiciennes de l’ancien monde, dont M. Macron est l’ultime représentant.
Dans les faits, et tous les observateurs le savent, pratiquement rien ne changera et le taux de retour au pays ne progressera pas, sauf à jouer sur la variable Roms que l’on renvoie avec une prime et qui reviennent aussitôt en raison de la libre circulation au sein de l’UE.
D’autres gouvernements l’avaient déjà fait. Toujours l’ancien monde.
Mais ce qu’il faut bien expliquer aux Français, c’est que ces « migrants » sont tout simplement des immigrés clandestins, qui ont forcé une, deux ou trois frontière en toute illégalité pour arriver dans ce qui leur est présenté comme un Eldorado.
Et les premiers responsables des noyades en Méditerranée, régulièrement médiatisées pour nous culpabiliser, ce sont les dirigeants politiques comme Mme Merkel qui les incitent à se lancer dans l’aventure en offrant de les accueillir par millions.
Cette « autre politique migratoire » que réclame les manifestants ne ferait qu’amplifier le phénomène et multiplier les drames.
Sans compter la charge que cela représente pour notre pays qui n’en peut plus : plus d’un milliard d’euros pour l’AME (aide médicale d’urgence pour les étrangers qui n’ont jamais cotisé), à quoi il faut ajouter le coût de l’accueil et de l’hébergement soigneusement masqué.
Pendant ce temps on demande aux Français les plus modestes de faire des efforts, de se serrer la ceinture, de cotiser plus et d’être remboursés de moins ne moins etc…
Alors oui, nous voulons une autre politique migratoire : celle réclamée depuis longtemps par le Front National et Marine Le Pen, la seule politique de bon sens pour mettre fin à ce phénomène que nos gouvernants font semblant de combattre… tout en l’encourageant discrètement.

3 commentaires

Salbris : permis d’aménager bloqué derrière la mosquée. Restons vigilants.

lettre Maire Salbris Permis d'aménagerOn se souvient de la polémique créée par un projet d’extension de la moquée de Salbris en octobre 2016.
Le maire de Salbris et le président de l’association islamique locale avaient réagi violemment en nous accusant de mensonges.
Sauf que nous avions pu apporter des preuves irréfutables.
Les menaces d’une plainte ne nous ont pas davantage impressionné, et nous avions même publié de nouveaux documents, incitant les uns et les autres à modérer leurs propos… et à se faire plus discrets.
Mais les riverains du site ont été alertés par des travaux de démolition sur un terrain à proximité, et par un permis d’aménager déposé en mairie pour « trois terrains à usage d’habitation et un espace commun« .
Instruit par un précédent à Mer, déjà dénoncé par le Front National, un de nos adhérents de Salbris a écrit au maire de la ville pour lui faire part des inquiétudes des riverains, qui viennent naturellement nous trouver.
Il faut dire qu’Olivier Pavy partage peut-être ces inquiétudes, car le permis d’aménager a été refusé « considérant l’insuffisance de la défense incendie nécessitant le remplacement pour renforcement du réseau d’alimentation d’eau potable« … pour lequel la mairie n’est pas en mesure de s’engager (document joint : Arrêté refus permis d’aménager Salbris).
Réponse Mairie Salbris Permis d'aménagerDont acte, mais le refus repose sur des éléments qui ne sont pas définitifs et n’en dit pas plus sur la destination réelle de l’espace « commun », ni sur les conditions de la démolition.
D’où le courrier envoyé au maire, malheureusement la réponse demeure tout aussi évasive.
Affaire à suivre.
Encore le Front National demeure le seul recours.

1 Commentaire

ZUP de Blois : après les policiers et les pompiers les racailles s’en prennent au personnel d’une crèche.

Crèche Marie CurieAprès les policiers et les pompiers, c’est le tour du personnel des crèches d’être la cible des racailles (la Nouvelle République du 25/11/2017).
Cela s’est passé le lundi 20 novembre, mais il a fallu attendre quelques jours avant que la presse en parle.
Ce soir-là, 3 employées, des agents municipaux, ont été violemment prises à partie par une quinzaine d’individus en sortant des locaux de la crèche Marie Curie, place du Docteur Roux, au coeur d’un quartier entièrement rénové dans le cadre du PRU.
Les trois personnes déclarent avoir été menacées verbalement et physiquement, elles ont été contraintes de se réfugier dans l’école pour appeler les forces de l’ordre.
Conscient du fait que les sujet est « extrêmement sensible« , la maire a  fermement condamné « des actes intolérables » avant de convoquer une conférence de presse sur les lieux mêmes de l’agression le 24 novembre, pour annoncer entre autres l’installation d’une nouvelle caméra de vidéosurveillance.
Mais en attendant, les agresseurs n’ont toujours pas été identifiés, et si des suspects étaient interpellés, qui peut imaginer que les victimes les reconnaissent formellement, alors qu’elles craignent des représailles ?
Par solidarité, tour le personnel de la crèche a décidé d’exercer son droit de retrait le vendredi 14 et le lundi 27 novembre, entraînant une fermeture de la crèche.
Déjà le centre d’examens de santé de CPAM et une antenne de la CARSAT situés à proximité avaient fermés leurs portes pendant deux jours à mi-novembre après une multiplication de dégradations et d’agressions verbales.
Une fois de plus nous sommes obligés de faire le constat d’échec de la politique de la ville, après les 243 millions d’euros engloutis dans le Plan de Rénovation Urbaine et les millions d’euros déversés depuis des années par la Ville, le Département, la Région, l’Etat, la CAF pour tenter, en vain, d’acheter la paix sociale.
Pendant ce temps, une partie de ces jeunes issus de l’immigration extra-européenne n’ont fait que se radicaliser et rejeter toute idée d’intégration, dans le silence complice des autorités et des médias.
Et ce n’est pas une caméra supplémentaire qui changera grand chose, tant que l’on aura pas mis un terme à cette politique d’immigration massive dont nous payons aujourd’hui les conséquences.
Pour cela, il ne fait pas compter sur les politiciens en place, gauche et droite confondues, y compris les macronistes, le seul recours demeure le Front National.
C’est bien pourquoi il est attaqué de toutes parts.
Mais devant une telle situation, ce n’est pas le moment de douter ou de regretter le résultat de la présidentielle, il faut serrer les rangs et rejoindre le seul mouvement capable de défendre la France et les Français autour de Marine Le Pen.

2 commentaires

Dreux : la municipalité LR bannit le cochon !

1FC9C03F077F4A2E8903ED046F2DAEA3Nouvel exemple de soumission à la pression des islamistes : la municipalité LR de Dreux a fait supprimer une affiche pour la foire de la Saint Denis au motif qu’elle était illustré par un joyeux petit cochon !
A quand l’interdiction des films de Walt Disney à dreux ?
Communiqué d’Aleksandar Nikolic, Secrétaire départemental du FN 28 :
« Le cochon offensant supprimé par la droite à Dreux.
le mignon petit cochon sur l’affiche de la Foire de Saint Denis aura donc été retiré par la majorité municipale de droite « pour ne pas offenser les 55% de musulmans de Dreux » lire la suite sur le site du FN28.
Content d’apprendre au passage, de la bouche du maire, qu’il y a 55% de musulmans à Dreux, ordinairement cela fait partie des statistiques interdites. D’où tient-il ce chiffre ?

6 commentaires

Les causes cachées de la pauvreté à Blois.

http://www.dailymotion.com/video/x48uj7

Le clip de campagne du Front National en 2008 : il est toujours parfaitement d’actualité.
La Nouvelle République publie un article sur la hausse de la pauvreté à Blois… sans vraiment en analyser les causes.

Le maire PS, Marc Gricourt, se contente de demander davantage de solidarité aux communes rurales, autrement dit il demande aux autres de payer les conséquences des décisions politiques de ses prédécesseurs, alors qu’il continue dans le même sens.
Cette question avait déjà été évoquée il y a quelques mois en commission générale devant les élus municipaux.
Elle n’est pas  nouvelles, puisqu’en 2008, lors des élections municipales, le Front National faisait déjà le constat… mais expliquant aux Blésois pourquoi nous en étions arrivés là.
En fait le basculement s’est produit dans les années 80, avec l’arrivée massive d’une immigration favorisée par le regroupement familial et la présence à Blois d’un parc de logement sociaux importants.
Par un système de vases communicants, les Blésois « de souche » ont progressivement déserté les quartiers de la ZUP les plus touchés en raison d’une cohabitation vite devenue impossible dans certains immeubles, n’en déplaise à ceux qui rêvent encore du « vivre ensemble », et ils étaient vite remplacés par de nouveau arrivants.
Au bout de 30 années de politique de la Ville de centaines de millions d’euros dépensés, force est de constater que le problème est toujours là, et même qu’il risque de s’amplifier dans les prochaines années.
Selon l’INSEE, plus d’un tiers de la population Blésoise est désormais composées d’étrangers stricto sensu, d’immigrés devenus français et de leurs enfants, automatiquement français dès lors qu’ils naissent sur notre sol.
Ils forment la majorité de la population dans certaines parties de la ZUP, et le Plan de Rénovation Urbaine en a réparti dans d’autres quartiers, ne faisant qu’étendre les difficultés.
Ce phénomène s’est aggravé avec la montée du chômage de masse, dont l’immigration constitue l’une des causes, l’autre étant le mondialisme et la perte de notre souveraineté économique.
Cela fait que la parc social blésois accueille aussi les personnes en difficulté, en situation précaire, les familles monoparentales, tandis que les familles aux revenus plus élevés ont pour beaucoup quitté la ville.
Malheureusement on ne voit pas ce qui pourrait renverser la tendance tant que se poursuivront les politiques menées tant au niveau national qu’au niveau local, soutenues à tour de rôle par tous les partis de l’établissement, du PC à LR en passant par le PS, l’UDI, le MoDem et bien sûr En marche. 

3 commentaires

Les demandeurs d’asile payent-ils le train ?

TER CVLSi les « migrants » ne paient pas le train, devinez qui paie !
Scène vécue aujourd’hui dans un TER entre Blois et Orléans. Un passager s’est retrouvé dans une voiture du train avec deux demandeurs d’asile, deux jeunes hommes majeurs ou peut-être mineurs isolés (?). Lors du contrôle de leur titre de transport, ceux-ci ne parlaient pas français, seulement anglais, ils ont seulement présenté une photocopie de leur demande, faite en février dernier. 

Ils n’avaient ni pièce d’identité ni argent pour régler leur contravention, puisque ne disposant pas de billet, voyageant en fraude au départ de Blois avec Paris pour destination. Les contrôleurs ont pris leurs noms, prénoms identifiants qui figuraient sur leur photocopie, sans certitude que celle-ci fasse référence à un document valable.
A la suite de cela, les contrôleurs leur ont indiqué le train qu’ils devaient prendre pour aller à Paris, une fois arrivé à la gare d’Orléans et leur ont imprimé un « reçu » leur permettant de poursuivre leur voyage mais en leur expliquant qu’en l’état actuel ils ne devraient pas pouvoir prendre le train, faute de pouvoir justifier leur identité.

Question : Qui paye la contravention ? L’Etat ? La SNCF ? La Région ?
Et combien sont-ils à voyager ainsi ? 

2 commentaires

Zéro migrant dans la rue… et combien dans nos départements ?

Salon Murat ElyséeLe salon Murat à l’Elysée : on s’y préoccupe du sort des « migrants ». 
« Zéro migrant dans la rue » d’ici le fin de l’année. C’est la dernière promesse faite par M. Macron lors de son discours d’Orléans le 27 juillet.
Quelques jours auparavant ils répondaient aux salariés de GM & S qu’il n’était pas le père Noël. Mais il prêt désormais à jouer le père Noël pour les « migrants » ! 
Ce n’est pas sans rappeler l’objectif « zéro SDF » lancé successivement par Chirac, par Jospin puis par Sarközy avec le résultat que l’on sait.
D’ailleurs à l’époque, Libération avait parlé de « démagogie ».
Mais quand il s’agit de M. Macron, pas question de démagogie. Il est vrai que Libération est détenu à 50% par Patrick Drahi ami très proche de M. Macron qui lui a donné plus qu’un coup de pouce quand il était ministre des Finances. D’où le soutien inconditionnel des médias de l’empire Drahi à la campagne présidentielle du candidat qui marchait pour le système.
La Nouvelle République nous conte aujourd’hui la soirée mondaine des époux Rouillac à l’Elysée, où il a été question… des migrants ?
Certains seront-ils logés à l’Elysée, ou bien au château d’Artigny où le commissaire-priseur Philippe Rouillac organise ses ventes ?
Vous n’y pensez pas. Mais l’Etat vient de réquisitionner un hôtel au Subdray près de Bourges et le président (LR) du département d’Indre et Loire demande que le centre de Pontourny soit reconverti pour l’accueil des migrants mineurs.
Il y a fort à parier que le Loir et Cher sera également touché et que nous devrons augmenter la capacité des centres d’accueil, et peut-être réquisitionner des hôtels et des logements.
M. Macron tente ainsi de répondre aux exigences de l’Europe et de Mme Merkel, à l’heure où la fracture sociale n’a jamais été aussi criante en France.
Il est évident que ce n’est pas en créant de nouvelle place d’hébergement que l’on va régler le problème.
Tant que nous irons chercher les migrants devant les côtes libyennes pour les amener en Europe, au lieu de les débarquer sur la c^te dont ils sont partis, la situation ne fera que s’aggraver.
Au contraire il faudrait que la France donne le signal de la fermeté en renvoyant chez eux tous les faux réfugiés, qui représentent plus de 80% des « migrants ».
C’est à cette condition que le gouvernement pourrait enfin se préoccuper du sort des Français les plus défavorisés, dont beaucoup sont aussi à la rue. Mais de cela il n’a pas été question sous les ors du salon Murat à l’Elysée.

Pontourny : le Front National avait raison.

Pontourny 11-02-17Après diverses péripéties, le centre de « déradicalisation » de Pontourny (Indre et Loire) ferme définitivement.
Au départ, seul le Front National s’y était opposé. Véronique Péan et les élus d’Indre et Loire ont été les seuls responsables politiques à manifester aux côtés des habitants de Beaumont en Véron.
Au Conseil régional, le groupe FN avait proposé un voeu, qui avait été avait été rejeté par la gauche, et une partie du groupe UDC qui s’était divisé sur le vote. Contre : Socialistes, Radicaux et Démocrates / Écologiste / Union de la Droite et du Centre (6 voix) / 46 voix au total. Pour : Front National / Union de la Droite et du Centre (12 voix) / 29 voix au total.
Aujourd’hui nous pouvons constater que nous avions raison.
Le groupe FN de la Région Centre-Val de Loire a envoyé un communiqué à tous les médias régionaux :
« La fermeture définitive du centre de « déradicalisation » de Pontourny est confirmée par l’Etat.Le Front National s’était opposé depuis le départ à ce projet, les faits lui ont donné raison.
Sur le fond, la réponse était inadaptée et l’échec prévisible. Il était illusoire de penser que des individus en phase de radicalisation feraient volontairement la démarche de suivre un stage destiné à leur enseigner aux frais du contribuable une « bonne » lecture du Coran.« 
Lire la suite sur le site du Groupe FN Centre-Val de Loire.

3 commentaires

Accueil des clandestins en Loir et Cher : combien ça coûte ?

Submersion-migratoireC’est une question que vous vous posez à juste titre. Et que nous posons régulièrement sans avoir de réponse.
Par contre lorsqu’un collectif de soutien aux « sans-papiers » demande des comptes au conseil départemental (la Nouvelle République du 25/07/2017), il obtient une réponse dans la foulée.
Ce qui nous permet au passage d’avoir quelques éléments intéressants.
En effet, le conseil départemental répond – en moins de 24 heures ! – dans un communiqué qu’il «  accueille, protège et accompagne les mineurs isolés étrangers de manière personnalisée : logement, restauration, insertion, suivi éducatif… En 2017, en moyenne, un effectif de 73 mineurs est suivi par le conseil départemental. Une année de prise en charge coûte à la collectivité entre 40.000 et 60.000 € par mineur. » (la Nouvelle République du 25/07/2017)
Prenons une moyenne de 50 000 € par mineur, cela représente 3 650 000 € par an pour le seul Loir et Cher.
Nous savons par ailleurs que l’hébergement en CADA ou CAO coûterait environ 25 € par jour. Là encore, pour 370 places, cela fait près de 3 400 000 € par an. Encore ce chiffre ne tient-il compte que de l’hébergement, il faudrait y ajouter les frais d’insertion, le suivi éducatif, les soins, les transports etc… sans compter le pécule attribué à ces personnes. Autrement dit il faudrait certainement doubler la somme.
Avec les mineurs isolés, nous en sommes donc à 10 000 000 € par an au minimum.
Et encore ce chiffre ne tient pas compte de ceux qui sortent des CAO et sont hébergés dans des logements sociaux ou des hôtels en attente d’une hypothétique régularisation. Alors combien ? 12, 15 millions d’euros ?
Nous aimerions bien que le conseil départemental, si prompt à répondre aux associations pro-immigration, publie enfin le coût réel de tous ces dispositifs, en précisant la part financée par l’Etat.
Nos élus vont à nouveau poser la question.
Mais pendant ce temps le gouvernement préfère rogner les aides au logement et augmenter la CSG sur les retraites.

4 commentaires

Plan « migrants » du gouvernement : combien en Loir et Cher ?

migrants 25102016 01 fImage d’archives : immigrés clandestins logés à Blois dans des logements réquisitionnées en octobre 2016.
Le 1er ministre LR, Edouard Philippe, vient d’annoncer il y a quelques jours un nouveau plan « migrants » avec le création de 12 500 places d’accueil d’ici 2019.

Outre les structures existantes (CAO, CADA) des hôtels ainsi que des logements sociaux seront réquisitionnés.
Bien sûr, tout sera fait dans les médias pour minimiser l’impact de ces nouvelles mesures.
Mais en Loir et Cher, il existe déjà 370 places en CAO et CADA, sans compter les logements sociaux et les hôtels, la réalité est vraisemblablement de l’ordre de 500 places d’hébergement.
Sachant que les « migrants » ne reste que quelques mois en CAO en attendant l’examen de leur dossier, cela signifie que plusieurs centaines de ces clandestins transitent chaque année en Loir et Cher, et comme dans 80% des cas la demande d’asile est refusée car non justifiée, ils disparaissent aussitôt dans la nature car très peu sont reconduits à la frontière.
Nous saurons probablement en septembre combien de places supplémentaires seront créées en Loir et Cher, mais un rapide calcul nous permet de penser que cela sera au minimum une soixantaine, voire davantage car les centres de la région parisienne sont saturés et le gouvernement préfère donc envoyer les « migrants » dans les campagnes…
Seul le Front National dénonce cette politique désastreuse et le laisser-faire de l’Union européenne, pour ne pas dire davantage, car les différentes organisations présentes en Méditerranée vont désormais chercher les migrants à quelques encablures de la côte Libyenne et se transforment de fait en passeurs.
S’il normal de porter assistance aux personnes entassées par des criminels sur des embarcations surchargées, inadaptées, sans vivres et sans eau potable, la logique consisterait à les reconduire à leur port d’embarquement au lieu de les transporter en Europe, ce qui ne peut qu’encourager ce trafic.
Nous vous tiendrons informés des suites de cette décision en Loir et Cher, car tout laisse à penser que les autorités choisiront la discrétion.

Mise à jour : dans le cadre du plan gouvernemental, un hôtel du Cher va être racheté pour y loger des clandestins. Lire le communiqué du FN18.

5 commentaires

4 voitures brûlées à Blois.

rue Jacques CartierImpossible de tenir une chronique exhaustive des voitures brûlées en Loir et Cher : il y en a trop souvent, tous les faits ne sont pas rapportés ou alors il n’y a aucune indication sur l’origine de l’incendie.
Mais à Blois pas de doute : dans la nuit de jeudi à vendredi quatre véhicules ont été détruits par les flammes dans deux incendies distincts (la Nouvelle République du 24/06/2017).
Le premier vers 3 h du matin rue Jacques-Cartier, le second une demi-heure plus tard rue Alain-Gerbault.
A chaque fois le feu aurait été mis à une voiture, la deuxième brûlant « par propagation » (donc non comptabilisée par le ministère de l’Intérieur).
Cette recrudescence des feux de voitures est inquiétante. Outre qu’elle semble traduite un climat tendu à la ZUP de Blois, où l’on voit certains dealers s’armer, le risque de propagation à un immeuble n’est pas à écarter, surtout en cette période.
Hélas cela risque de continuer tant que là loi ne sera pas appliquée dans toute sa rigueur pour les incendiaires, ce qui est loin d’être la cas.

2 commentaires

#Marine2017 : la sécurité des Français, c’est Marine.

Sécurité FF-MLP

Accuser les Français de racisme ? Oui c’est grave !

Eglise Saint JosephUn groupe de parole politiquement correct relayé complaisamment par la presse. Il est interdit d’avoir des doutes.
Suite aux curieux témoignages repris dans le compte-rendu d’une rencontre entre chrétiens et musulmans (voir notre article du 29/04/2017), le FN41 a publié un communiqué pour dénoncer des attaques sans fondement.

Violence : des paroles qui jettent de l’huile sur le feu

« Les propos tenus par plusieurs personnes dans le cadre d’un groupe de parole « autour de la violence » sont graves et inacceptables.
Il ressort de témoignages douteux que le « racisme ordinaire » serait responsable des violences, autrement dit c’est le Français moyen qui est mis en accusation, alors qu’il aspire simplement à vivre en paix dans son quartier, qu’il cherche à éviter les histoires, quitte à parfois faire profil bas et endurer les insultes.
Jusqu’à une enseignante qui est mise en cause pour des propos qui ne peuvent pas être vérifiés mais qui portent gravement atteinte à l’image de tout le corps enseignant.
Ce genre de propos risquent d’aggraver un peu plus la haine et le ressentiment, tout en confortant les délinquants qui vont se sentir encore une fois soutenus. L’article évoque ces « mauvaises paroles » qui expliqueraient tout, pourquoi pas pendant qu’on y est les « mauvais regards » ?
Les organisateurs de ces rencontres devraient mieux mesurer la portée de leur discours. »
La Nouvelle République évoque ce matin notre communiqué, mais en reproduisant seulement la moitié d’une phrase, pour mieux défendre la parole de ceux qui accusent les Français de racisme.
L’auteur de ce billet, signé « la Machine à Papin » semble donc croire dur comme fer ces témoignages, il n’a même été refroidi par l’affaire « Théo ».
Et l’auteur se permet de conclure « Comme quoi la liberté d’expression, surtout lorsqu’elle est apaisée, a parfois du mal à être acceptée. » La liberté d’expression consiste au contraire a permettre d’exposer des points de vues différents.
Ce que refuse de fait le signataire du billet, en prétendant imposer son opinion aux lecteurs.

 

3 commentaires
12345...18

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...