Résultats de recherche for conseil municipal

Sénatoriales : petites manoeuvres à Romorantin.

LDR-IHLouis de Redon a feint vendredi soir une grosse colère vis à vis de ses anciens « amis » et colistiers des Républicains, qui ont refusé de faire, comme lui, liste commune avec Jeanny Lorgeoux (la Nouvelle République du 01/07/2017).
En effet Isabelle Hermsdoff, par ailleurs élue au conseil départemental avec Louis de Redon a fait liste à part, consommant un divorce annoncé depuis les législative, mais ce qui scandalise l’élu MoDem, c’est que la liste de son ex « amie » ait recueilli une fois du Front National !
Un geste purement symbolique qui ne change rien au résultat. Il s’agissait en fait de désigner 9 suppléants pour l’élection du 24 septembre, en cas d’absence d’un conseiller municipal.
A la proportionnelle, une liste LR-MoDem en aurait obtenu 2 et la majorité socialiste 7, le FN aucun.
Jeanny Lorgeoux avait donc offert 2 strapontins de suppléants aix amis de Louis de Redon, la majorité en conservant 7 comme prévu. La liste présentée par Isabelle Hermsdorff a donc finalement privé Jeanny Lorgeoux d’un suppléant, ce qui ne changera rien au scrutin, car il lui reste 4 suppléants de gauche et on imagine 4 conseillers municipaux absents le 24 septembre !
Mais ce gêne sans doute le plus Louis de Redon, qui n’avait pas obtenu l’investiture « En marche » aux législatives, c’est qu’il lui sera difficile de faire une liste commune « de la droite et du centre » en 2020 à Romorantin.
Ce dépit ne devrait pas toutefois l’autoriser à parler des élus « républicains », en excluant les élus du Front National.
Il va encore couler de l’eau d’ici là sous les ponts de la Sauldre, une fois passées les sénatoriales, sur lesquelles nous reviendrons prochainement.

Conseil municipal de Blois : des perspectives peu réjouissantes.

P8021591_640x480Le parking gratuit en bord de Loire sera maintenu… pour l’instant.
Le Conseil municipal de Blois examinait ce soir le compte administratif 2016.

Tout en le déclarant satisfaisant, le maire n’a pas caché ses inquiétudes pour l’avenir. Les efforts de gestion ont une limite et si les dotations continuent de baisser, certaines politiques publiques pourraient être remises en cause, il faudra faire choix douloureux.
Michel Chassier est intervenu pour faire à son tour le constat de la diminution des recettes, en rappelant l’incertitude qui pèse sur la poursuite de la réduction des dotations prévues par M. Macron.
Mais les recettes fiscales sont également en légère diminution, ce qui ne fait que traduire la situation générale de la ville sur le plan démographique, économique et social.
En effet l’INSEE enregistre fin 2016 une nouvelle diminution de la population, et un rapport récent du CIAS confirme l’aggravation de la pauvreté dans notre ville ( CM 26-06-2016 – CA 2016).
Les perspectives ne sont donc pas très réjouissantes : nous tournons le dos à une politique de développement, alors que les deux métropoles de Tours et Orléans vont disposer de moyens toujours plus importants.
Michel Chassier est intervenu également sur le stationnement, dont l’excédent est reversé au budget principal, mais est-ce bien le but de cette redevance ? En contrepartie l’élu FN s’interroge sur les projets futurs, ne particulier sur le maintien du stationnement gratuit en bord de Loire.
Réponse : côté Loire, rien ne change pour l’instant, la priorité est donnée à l’espace Saint Vincent. Affaire à suivre à plus d’un titre.
L’élu FN a demandé des précisions sur les effectifs de la Police municipale : l’effectif cible a été annoncé à 38 agents, y compris la brigade canine.
Sur les ravalements de façades, Michel Chassier a regretté la faible utilisation de l’enveloppe prévue à cet effet, et le retard pris par l’opération, si l’on compare par exemple à la ville d’Orléans. Mathilde Paris est intervenue au sujet de la rue du palais, où une façade détériorée représente un danger.
Enfin Michel Chassier s’est étonné du montant d’un avenant portant sur marché pour le réseau de chaleur, avec une hausse de plus de 20%, ce qui est problématique par rapport aux conditions initiales. Réponse de Jérôme Boujot : cette situation résulte d’évènements imprévisibles.
De nombreux sujets abordés mériteraient un développement, nous aurons l’occasion d’y revenir.

4 commentaires

#Législatives2017 : Michel Chassier sur Plus FM mercredi 14 à 8 h 30

18921788_1335747303210177_6576329714866574354_nMichel Chassier, Président du groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois et candidat du Front National aux élections législatives sur la 1ère circonscription de Loir et Cher sera l’invité de la matinale de Plus FM mercredi 14 juin à 8 heures 30.
Il évoquera les enjeux de la campagne au deuxième tour dans la circonscription et en Loir et Cher.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

#Législatives2017 : Michel Chassier sur le marché Coty à la ZUP de Blois.

DCHiLNLXoAEpOUgMichel Chassier était ce matin en campagne sur le marché de la place Coty à la ZUP de Blois. Dans ce quartier classé en ZUS, Michel Chassier n’est pas un inconnu puisqu’il a été plusieurs fois candidat aux cantonales puis départementales, il est également bien identifié comme conseiller municipal de Blois.
Cela explique sans doute que le Front National soit bien accueilli sur ce marché, où la seul remarque que nous avons entendue venait d’un vieux militant de Lutte Ouvrière.
Nous avons même croisé Rama Yade, qui ne semblait pas très à l’aise et qui du surcroît n’a pas pu éviter de serrer la main du candidat FN !

1 Commentaire

Mardi 23 mai : nos candidats dans les médias et sur le terrain.

18581469_10210547810745590_6246469369946869927_n MC Bracieux

Grosse journée de campagne prévue mardi 23 mai.
Michel Chassier, Président du groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois et candidat du Front National aux élections législatives sur la 1ère circonscription de Loir et Cher sera l’invitée de la matinale de Plus FM mardi 23 mai à 8 heures.
Il évoquera les enjeux de la campagne des législatives en Loir et Cher et présentera les grand axes du programme des candidats soutenus par Marine Le Pen.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).
En fin de matinée il sera également interrogé par TV Tours.
Après une journée sur le terrain, Mathilde Paris tiendra une réunion publique à 19 heures à la salle polyvalente de Noyers sur Cher avec Philippe Loiseau, député français au Parlement européen.
Pour terminer un repas réunira adhérents et sympathisants à Chatillon sur Cher.

1 Commentaire

Réunion et soirée conviviale à Maves avec les militants.

Maves_1

Dans le cadre de la campagne des législatives Jean-Yves Narquin et son suppléant Olivier Besnard tenaient hier soir une réunion à Maves qui a rassemblé plus de 50 personnes, en présence du Secrétaire départemental Michel Chassier.
Olivier Besnard, conseiller municipal et communautaire de Mer et responsable du canton de la Beauce a remercié les personnes présentes et particulièrement les militants pour leur travail lors des présidentielles, où il faut dire que nos amis des cantons de la Beauce et du Perche ont été particulièrement actifs ! Avec un résultat qui parle de lui-même : 42,8% sur le canton de la Beauce pour Marine Le Pen, 46,43% dans le canton du Perche.
Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château, est ensuite intervenu pour présenter les enjeux de cette élection au niveau national et au niveau local.
Avec un contexte intéressant, puisque l’on voit que le mouvement « En Marche » ménage Maurice Leroy, mais la multiplicité des candidatures combiné à l’effet de la présidentielle risque néanmoins de l’affaiblir.
D’autant plus que les électeurs auront du mal à comprendre où se situe la girouette du Poislay, qui cette fois a bien du mal à suivre le vent : après être passé de Sarközy à Fillon il ne se dit plus hostile aujourd’hui à gouverner avec Macron.
Pour cela, il faudra bien sûr que nos électeurs se mobilisent, et les militants sont déjà prêts à repartir sur le terrain.
18557213_10213151650292026_7434011951432145946_n

La réunion s’est prolongée par une soirée conviviale, animée par notre ami Marc, accordéoniste et magicien, mais aussi par Jean-Yves à la guitare.
Une soirée appréciée par tous, un moment de détente entre deux campagnes avec des militants qui ont plus que jamais le moral ! Une initiative à reproduire dans les autres circonscriptions.
(de nouvelles photos sont à venir).
Prochaine réunion : mardi 23 mai à 19 heures à Noyers sur Cher.

2 commentaires

Loir et Cher : 3 candidats FN-RBM pour défendre la France et les Français.

Point presse 18-05Les candidatures pour les législatives de 11 et 18 juin sont désormais définitives depuis hier soir 18 heures.
Voici les candidats FN-RBM pour le Loir et Cher :
- 1ère circonscription (Blésois, Controis, Vallée du Cher) : Michel Chassier, président du Groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois, suppléant : Jean-Louis Berger, commerçant à Cellettes, conseiller municipal et communautaire de Blois.

- 2ème circonscription : Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher, suppléante : Josette Mazoyer secrétaire de la 2ème circonscription. Mathilde Marché 15-03

 

 

 

 

 

 

 

 

Josette Mazoyer- 3ème circonscription Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château, suppléant Olivier Besnard, conseiller municipal et communautaire de Mer.

Jean-Yves Narquin
Nous reviendrons, circonscription par circonscription, sur les enjeux de cette élection en Loir et Cher.
En attendant, l’heure est à la mobilisation, n’hésites pas à nous contacter : fn41@frontnational.com

Olivier Besnard 10-2015

1 Commentaire

3ème circonscription : Jean-Yves Narquin et Olivier Besnard lancent leur campagne.

Affiche 4103Avec plus de 40% au deuxième des présidentielles, les élections législatives risquent de réserver quelques surprises.
Même si tout le monde semble ménager Maurice Leroy, y compris En Marche, dont le candidat local, Marc Fesneau se présente dans la circonscription voisine.
Il est vrai que Maurice Leroy n’exclut pas d’être ministre de M. Macron. Il n’aurait pas refusé non plus si Hollande lui avait proposé !
Avec une gauche laminée et divisée, cela ouvre un boulevard à Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château, et son suppléant Olivier Besnard, conseiller municipal et communautaire de Mer.
La candidature a été déposée dès lundi, et le récépissé définitif envoyé aujourd’hui par la Préfecture.
Maintenant, place à la campagne.
Un premier rendez-vous est prévu à Maves samedi 20 mai (contact : 06 95 78 08 33).

1 Commentaire

1ère circonscription : la campagne est lancée.

Point presse 18-05

Cet après midi à Blois Michel Chassier tenait un point presse afin de présenter son suppléant, Jean-Louis Berger, conseiller municipal et communautaire de Blois et commerçant à Cellettes.
L’occasion également de présenter les grands axes de la campagne.
Les Français n’ont pas voulu prendre le risque du changement, ils ont préféré la continuité, abusés il est vrai par l’illusion d’un renouveau de la vie politique alors que nous assistons à un retour à la IVème République.
Face aux mesures annoncées par M. Macron il faut plus que jamais un véritable opposition rassemblée autour du Front National.
Nos priorités n’ont pas changé : soutenir les entreprises pour créer de l’activité et de l’emploi, défendre le pouvoir d’achat par une baisse des charges et des premières tranches de l’impôt sur le revenu, donner les moyens et le soutien nécessaire aux forces de l’ordre, rétablir la justice sur tout le territoire, réformer l’école et développer l’apprentissage et l’alternance, garantir l’égalité des territoires menacée par la loi NOTRe, lutter contre la menace islamiste et l’immigration de masse etc…
Notre programme sera adressé prochainement à tous les électeurs de la circonscription, un résumé sera disponible en ligne rapidement.
Nous appelons d’ores et déjà nos électeurs à se mobiliser. La multiplication des candidatures est une opportunité pour accéder au 2ème tour, peut-être dans une triangulaire où rien n’est joué d’avance.
Pour cela, d’ici le 11 juin, nous devons nous mobiliser au maximum.
Toutes les communes de la circonscription seront visitées, mais chacun doit aussi relayer la campagne sur les réseaux sociaux. Nous vous communiquerons rapidement les documents à partager. 

1 Commentaire

Le syndrome de Stockholm.

Marc Gricourt 5 avril 2014Marc Gricourt, comme beaucoup de ceux qui ont appelé à voter Macron, commence à s’en mordre les doigts.
Nous poursuivons la chronique des législatives en Loir et Cher, en parallèle avec l’actualité nationale.

Dans la 2ème circonscription, Jean Luc Brault, maire de Contres depuis 2001, Président de la Communauté de communes Val de Cher – Controis, ancien conseiller général de Loir et Cher a présenté son suppléant à la presse.
Exit donc Christine Jagueneau, référente départementale d’En Marche.
Dans le Vendômois, ce sont des élus locaux qui représenterons le parti de M. Macron, Marlène Martin, première adjointe de Villiers et Jean-Pierre Mahaudeau, maire de Liginières.
Ce dernier déclare dans la Nouvelle République : « J’attendais quelqu’un qui se démarque du système actuel pour que l’intérêt général soit vraiment pris en compte dans nos petites communes… »
Propos pour le moins surprenants quand on sait que M. Macron est le pur produit du système et qu’il nous propose un retour à la IVème République tout en faisant du Président un monarque. Et surtout M. Macron entend poursuivre la politique de ses prédécesseurs visant à en finir avec l’échelon communal, en forçant aux regroupements et aux fusions d’intercommunalités au détriment de la proximité.
C’est un peu le syndrome de Stockholm !
Et au final ils auront comme adversaire un Maurice Leroy qui lui aussi flatte les élus des petites communes pour mieux les étouffer, et qui n’exclut de devenir ministre de Macron !
A Blois enfin, on voit Marc Gricourt s’émouvoir des conséquences des promesses macroniennes sur les finances communales !
C’est tout de même curieux, car lors du conseil municipal du 24 avril, Michel Chassier était intervenu pour souligner que le candidat soutenu par Marc Gricourt au le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » avait simplement répondu le maire de Blois.
Aujourd’hui il écrit au monarque républicain pour implorer sa clémence.
Mais comme disait Bossuet « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

7 commentaires

Législatives 2017 : défendre la France et les Français.

C_4e4AEXkAAJ0heFace au nouveau parti unique LR-LREM-PS-UDI qui veut renforcer les pouvoirs de l’Europe et poursuivre les mêmes politiques qui ont échoué depuis 30 ans, en pire, le Front National sera présent dans toutes les circonscriptions.
Hier soir lors d’une réunion de travail à Blois les grandes dates du calendrier de campagne ont été précisées.
La campagne, lancée depuis longtemps dans la 2ème circonscription, va maintenant démarrer sur tout le département.
Dans la semaine les candidats présenteront leur suppléant et les grands axes de leur campagne.
Rappelons nos trois candidats en Loir et Cher : pour la 1ère circonscription : Michel Chassier, président du Groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois, pour la 2ème circonscription : Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher, pour la 3ème circonscription Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château.

1 Commentaire

Conseil municipal de Blois : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?

Elus FN Blois
Vos élus FN : Michel Chassier, Mathilde Paris, Jean-Louis Berger, Miguel de Peyrecave.
Ambiance un peu particulière hier soir au conseil municipal de Blois.

Le maire, Marc Gricourt a fait preuve d’une certaine retenue après lé défaite cuisante de son candidat, Benoît Hamon.
En face de lui certains de ses adjoints avaient déjà choisi Macron au 1er tour, tandis que élus de sa majorité soutenaient Mélenchon.
Du côté de l’opposition, Jacques Chauvin était aussi dans le camp des perdants, alors que Véronique Reineau qui siège dans le même groupe s’était déjà ralliée à Macron.
Aujourd’hui, presque tous sont peu ou prou obligés de se mettre « en marche », même si c’est en traînant les pieds. Ce qui est loin loin de garantir le succès de l’héritier de François Hollande qui a peut-être fêté sa victoire anticipée un peu tôt et de manière indécente, en compagnie de vedettes du show-bizz dans le très sélect restaurant « la Rotonde ». Un remake de l’affaire du Fouquet’s…
Baisse des dotations : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?
Intervenant sur la décision modificative n°2 au budget 2017, Michel Chassier a constaté qu’un fois de plus la Ville était contrainte d’anticiper, par un emprunt « fictif » le résultat de l’exercice 2016 qui ne sera inscrit qu’en juin dans le budget courant.
Ce qui traduit la situation tendue des finances municipales. Marc Gricourt avait souligné par deux fois dans la présentation du rapport l’impact de la baisse des dotations, annonçant qu’une partie de l’excédent 2016 serait conservée en réserve de trésorerie au cas où les baisses de dotations se poursuivraient.
Ce à quoi Michel Chassier a répondu que l’un des deux candidats qui reste en lice pour le 2ème tour prévoyait de poursuivre cette baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
En conclusion l’élu FN s’est étonné de voir le maire de Blois soutenir malgré tout ce candidat, au détriment des intérêts de la ville.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » a simplement répondu le maire de Blois.
Restauration scolaire et municipale : des frais divers en forte augmentation.
Si le nombre de repas servis augmente de 3,88%, les frais généraux augmentent de 6,90% et les « charges diverses » de 28,31%. Au total ces frais, y compris les « frais de siège » représentent 37,5% des dépenses, davantage que la masse salariale.
Miguel de Peyrecave a demandé logiquement une explication, mais pour le maire, tout cela est normal.
Notre élu a également souligné que le gaspillage demeure important, il serait important de luttre plus efficacement contre ce phénomène.
Economies budgétaires sur la petite enfance.
De longues explications ont été avancées pour justifier la fermeture de la crèche familiale. Mais le rapport ne parvient pas à cacher la raison essentielle : faire des économies, en l’occurrence 220 000 euros, sur le budget de la Ville.
Mathilde Paris est intervenue pour critiquer cette décision qu’elle estime précipitée, sans qu’une étude sérieuse ait été réalisée. La Ville prétexte une diminution de l’effectif, mais il semble que depuis quelque temps rien ne soit fait pour le faire connaître, et le guichet unique envoie prioritairement les familles vers l’accueil collectif. Quand on veut tuer son chien…
Au final, 13 assistantes maternelles perdent leur emploi, certaines se verront proposer des solutions de reclassement, mais des licenciements sont envisagés.
On se souvient qu’il y a deux ans, la Ville avait déjà supprimé des postes d’assistantes dans les écoles maternelles (ATSEM) pour les mêmes raisons budgétaires.
Par contre, les subventions aux Chato d’O, à la Scène Nationale ou à la Fondation du Doute restent intouchables, même en période de rigueur budgétaire. Question de choix !
Nos élus sont intervenus également sur d’autre dossiers, comme le nouveau règlement du Conseil des jeunes qui repousse l’âge limite de 25 à 29 ans, et curieusement ne parle pas de la parité. Serait-elle mal perçue par certains « jeunes » ?

4 commentaires

Mathilde Paris sur Plus FM le 18 avril.

mathilde-paris-18-12-2015Mathilde Paris, conseillère régionale, conseillère municipale et communautaire de Blois et candidate du Front National aux élections législatives sur la circonscription de Romorantin-Lanthenay. sera l’invitée de la matinale de Plus FM mardi 18 avril à 8 heures.
Elle évoquera la campagne des présidentielles en Loir et Cher.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

Législatives : les trois candidats du Loir et Cher officiellement investis.

41-FN-1-Michel CHASSIERJean-Yves Narquinmathilde paris

La Commission Nationale d’Investiture a confirmé courant mars les trois candidats pré-investis pour le Loir et Cher :
Pour la 1ère circonscription : Michel Chassier, président du Groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois, pour la 2ème circonscription : Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher, pour la 3ème circonscription Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château.
La CNI a fait le choix d’élus ayant déjà une bonne expérience locale et les compétences indispensables pour remplir leur mandat.
Lors d’une conférence de presse samedi après-midi (la Nouvelle République du 10/04/2017), Michel Chassier a rappelé que les candidats soutenaient actuellement sur le terrain la campagne de Marine Le Pen, ce qui leur permet en même temps de rencontrer les électeurs de leur circonscription. 
Et cette fois, il ne s’agit pas seulement de défendre nos idées mais de les faire gagner. Pour la première fois nous pouvons avoir des élus en Loir et Cher, d’autant plus que les partis traditionnels sont déconsidérés et divisés, à droite comme à gauche.
Jean-Yves Narquin a insisté sur le rôle des élus de proximité qui font un travail indispensable au contact de la population et que la loi NOTRe approuvée par l’UMPS veut faire disparaître à terme. Marine Le Pen est la seule des principaux candidats à défendre avec force l’échelon communal, jeté aux orties par Macron et Fillon.
Il propose également de défendre un modèle d’agriculture familiale, raisonnée, à taille humaine, à l’inverse de la politique de Bruxelles.
Enfin Mathilde Paris, qui est sur le terrain depuis deux mois, six jours sur sept, à la rencontre de tous les habitants insiste sur les atouts de sa circonscription. Elle a déjà soutenu plusieurs propositions au Conseil régional en matière de tourisme, de patrimoine, d’aménagement. Elle aura l’occasion d’y revenir plus en détail durant se campagne.

Présidentielles : petits candidats, grosses ficelles.

formulaire présentation 2017Le formulaire officiel. Les 2/3 des maires de Loir et Cher se sont abstenus.
Aujourd’hui dans la Nouvelle République, Christelle Ferré (centriste dissidente) annonce une probable candidature aux élections législatives, avec le soutien de Rama Yade. Elle ne se reconnaît ni dans Fillon ni dans Macron, mais seulement dans le « tout sauf Marine ».

Au passage, la NR revient sur les parrainages obtenus en Loir et Cher par Rama Yade au nombre de sept,   »soit mieux que Marine Le Pen, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Philippe Poutou et Jean-Luc Mélenchon et Jean Lassalle.« 
Cette règle des 500 parrainages avait été instituée pour éviter les candidats « fantaisistes » ou trop peu représentatifs, dont la multiplication ne serait pas de nature à clarifier le débat, encore moins à l’élever.
Beaucoup d’entre vous se sont sans doute demandés pourquoi, en 2012 encore, Marine Le Pen avait tant de mal à recueillir les précieux sésames, alors que des candidats qui obtiendront 0,25% des suffrages n’ont pas beaucoup de mal à y parvenir.
Pour avoir pratiqué à plusieurs reprises la quête des parrainages, nous connaissons fort bien l’explication.
Les « grands partis » de gouvernement (UMP-LR, UDI, PS) ont pour habitude de « distribuer » des signatures à différents « petits » candidats, dans le but purement tactique de grignoter les 0,5 ou 1% de voix qui pourront manquer à tel ou tel adversaire pour se qualifier au second tour.
C’est ainsi que des maires UMP-LR ont régulièrement apporté leur signature à des candidats d’extrême-gauche pour prendre des voix au candidat de la gauche, d’autres à des petits candidats « anti-système » pour mordre sur l’électorat du FN.
Par exemple, un maire UMP du nord du département avait signé en 2007 pour Arlette Laguiller, « par souci démocratique afin de respecter la pluralité » prétendait-il.
Sauf qu’en 2012, sollicité pour donner son parrainage à Marine Le Pen pour les mêmes raisons, il avait refusé.
La ficelle est un peu grosse.
Il y a aussi un autre cas de figure, celle de maires qui préfèrent signer pour « petit », sachant que cela n’aura aucune incidence, pour éviter d’avoir à signer pour un candidat plus connu et d’essuyer des remarques ou des reproches de son conseil municipal. Courage, fuyons…
Mais au final, ces manoeuvres n’ont jamais vraiment réussi. Les électeurs sont plus intelligents que certains l’imaginent, et savent bien pour qui voter pour que leur choix compte vraiment, même si tel ou tel « petit » candidat peut leur paraître sympathique. Ils attendent tout de même autre chose d’un Président de la République.
Et surtout d’une Présidente ! 

Michel Chassier sur Plus FM le 4 avril

41-FN-1-Michel CHASSIERMichel Chassier, Président du groupe FN au Conseil régional, Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois et candidat du Front National aux élections législatives sur la 1ère circonscription de Loir et Cher sera l’invité de la matinale de Plus FM mardi 4 avril à 8 heures.
Il sera question particulièrement de l’élection présidentielle.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

Loir et Cher : les militants du PS nous répondent.

BLOIS JDF_2Beauce boîtage 23-03 MP porte à porte

Au FN les élus aussi sont sur le terrain : de gauche à droite Michel Chassier (Conseiller régional et municipal de Blois), Olivier Besnard (Conseiller Municipal de Mer), Mathilde Paris (Conseillère régionale et municipale de Blois)
Notre petit billet d’hier soir au sujet des militants du PS nous a valu une réponse sur la page Twitter officielle du PS de Loir et Cher (eh oui, tout le monde n’a pas un blog comme le FN41 !).

Avec les éléments de langage convenus, laissant croire qu’au FN, tout le monde ne mettait pas la main à la pâte.
Qu’ils se rassurent, les cadres et les élus participent aussi aux action militantes : boîtage, porte-à-porte, marchés, collage etc…
Au FN ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté, la différence c’est que les élus ne forment pas le dernier carré des militants.

7 commentaires

Mais où sont passés les militants du PS ?

BV collage HamonOE-MG collage Hamon

Après les adhérents fantômes d’En Marche, le dernier carré des militants du PS !
Pour coller les affiches de Benoît Hamon à Blois, le PS a recours à un trio de choc : Marc Gricourt, maire de Blois et 1er vice-président du Conseil régional, Benjamen Vételé, maire-adjoint et conseiller départemental de Blois I, Ozgur Eski maire adjoint.
Sont excusés Louis Buteau et Gildas Vieira, maires-adjoints passés chez Macron. Pour les autres, on ne sait plus très bien…
En attendant, sur le compte Twitter officiel du PS de Loir et Cher, les règlements de compte vont bon train.
On imagine l’ambiance au prochain conseil municipal…

3 commentaires

Loir et Cher : mais où sont passés les adhérents d’En Marche ?

Macron algérieUn exemple parmi d’autres des folles propositions d’Emmanuel Macron.
Grande opération de communication du mouvement « En Marche » ce soir en Loir et Cher, avec l’organisation de plusieurs « apéritifs de printemps » afin de débattre en « citoyens Résultat de recherche d'images pour "registered trademark" » du programme du candidat du système et de la haute finance internationale.

Après tout, comme les adhérents du Front National pensent faire partie des citoyens, ils ont répondu à cette invitation à Blois, à Mer et à Oucques.
Première observation : le mythe de la génération spontanée s’écroule : à Blois, le débat était animé par Véronique Reineau, conseillère municipale (LR), candidate à de nombreuses élections, et Gildas Vieira, Maire-adjoint en charge de la vie associative, des associations et maisons de quartiers.
A Mer, les deux représentantes d’EM étaient des candidates de la liste divers gauche aux dernières municipales.
Deuxième observation : le très faible nombre de participants macronistes, organisateurs compris : 5 à Blois au restaurant Vinomania, 2 à Mer, 4 à Oucques plus 3 personnes venues écouter. Au mieux 12 personnes pour 3 rencontres.
Les adhérents du front National venus débattre étaient 7 à Blois, 4 à Mer, 5 à Oucques… au final plus nombreux que les organisateurs !
Où sont donc passé les 800 adhérents revendiqués en Loir et Cher par En Marche ? Comme quoi un clic de souris ne fait pas un adhérent, tout comme beaucoup d’amis sur Facebook restent des amis virtuels.
C’est sans doute le cas pour beaucoup d’électeurs d’Emmanuel Macron, et les instituts de sondage sont bien obligé de reconnaître que leurs estimations comportent un large part d’erreur… on devine dans quel sens.
Sur le fond, rien à attendre de ces débats, chacun connaît déjà la vacuité du programme du candidat de la banque Rotschild, de Mme Merkel, de Georges Soros, Alain Minc, Manuel valls… et de la Commission européenne qui vient maladroitement de l’avouer !
A Blois un de nos adhérents, ancien combattant d’Algérie, s’est indigné des propos inqualifiables d’Emmanuel Macron accusant le France de « crime contre l’humanité ». Accusation qui tombe sous le coup de l’article 434-26 du code pénal, « dénonciation de crime imaginaire » et devrait valoir à son auteur une mise en examen rapide.
Le reste du débat ne pouvait rien apporter, tant les soutiens d’Emmanuel Macron semblent planer dans un monde imaginaire.
La chute risque d’être encore plus dure.

1 Commentaire

ZUP de Blois : des paroles qui jettent de l’huile sur le feu.

ZUP Blois 11-03-2014Violences, trafics : quel rapport avec le dialogue inter-religieux ? Réponse : pour désigner un coupable idéal, le Français moyen.

La Nouvelle République consacre aujourd’hui (28 mars 2017) une demi-page, sur 4 colonnes, à une rencontre « autour de la violence » organisée par le groupe Chrétiens et musulmans. On ne devine que 6 personnes sur la photo, mais on n’imagine que les participants n’étaient pas très nombreux.
A titre de comparaison, bien qu’il s’agisse d’un autre sujet, pour la rencontre-débat sur la santé organisée par le FN41 en présence du Dr Joëlle Mélin, le Nouvelle République nous avait répondu « nous allons annoncer le débat en présence de Joëlle Mélin mais nous ne le couvrirons pas. » Moyennant quoi nous avons eu droit à 8 petites lignes dans l’agenda.
L’histoire de la ZUP revisitée.
Le premier témoignage, d’une certaine Madeleine, commence ainsi : « J’avais 17 ans quand la ZUP de Blois a été construite. Dès que le premier trou a été creusé, les gens ont commencé à dire qu’il y aurait plein de pieds-noirs et d’Arabes, que la vie serait impossible pour les Français. »
Mémoire défaillante ou bien manipulée ?
C’est d’abord l’exode rural et l’implantation d’usines décentralisées de la région parisienne (le fameux slogan lancé par Pierre Sudreau alors Préfet de Loir et Cher invitant les industriels à « s’intaller dans la chlorophylle »), mais aussi le manque criant de logements suite au « baby-boom » de la fin de la guerre, qui ont conduit à la création d’une « zone à urbaniser en priorité » (ZUP) en 1959.
Ces logements étaient attendus par de nombreuses familles blésoises vivant dans ce qu’on qualifierait aujourd’hui de « logements indignes » dans le vieux Blois, en Vienne, sans parler de la « cité » des Allées, baraquements d’urgence construits après la guerre, mais toujours occupés au début des années 60.
Par conséquent il est faux de de prétendre que les Blésois se seraient alarmés à l’époque de l’arrivée des Pieds-Noirs (je remets la majuscule « oubliée ») et des Arabes, qui n’était pas du tout à l’ordre du jour.
En lire plus …

1 Commentaire

Blois : les occasions manquées.

nouvelle halle Louis XIILa question du Centre-ville de Blois revient régulièrement à la « une » de l’actualité.
Hier c’était une réflexion sur le commerce de proximité (la Nouvelle République du 14/03/2017). Bien sûr ce n’est pas un problème spécifiquement blésois, mais la question est de savoir ce qui a été fait ces dernières années pour contrer cette évolution.
Aujourd’hui la Nouvelle République revient sur le projet Saint Vincent pour se faire l’écho des interrogations qu’il suscite.
Ce n’est pas la première fois. Déjà le président de la CCI avait émis des doutes en décembre dernier (voir notre article du 16/12/2016).
Lors du Conseil municipal du 21 novembre, les élus FN avaient rappelé leur position : le projet a été lancé sous la précédente mandature et malgré de sérieux doutes sur l’intérêt et la faisabilité de l’opération, le groupe FN n’a pas souhaité s’y opposer, préférant attendre le résultat des consultations en cours à cette époque (voir notre article du 23/11/2016).
Mais les arguments repris aujourd’hui par plusieurs commerçants du centre-ville nous semblent cohérents et rejoignent les nôtres.
Réhabiliter la Halle Louis XII : une occasion manquée.
Cela fait des années en effet que nous réclamons la réouverture d’un marché couvert place Louis XII, une halle dédiée aux produits alimentaires et à la gastronomie qui serait ouverte tous les jours.
La possibilité s’est à nouveau présentée lors du déplacement du restaurant universitaire. La Ville a préféré y installer une Maison de la BD. C’est sans doute intéressant, mais un autre emplacement était possible.
Et il y a un risque évident avec la création d’un nouveau centre derrière Saint Vincent de voir des commerçants de l’hyper-centre s’y déplacer, ce qui augmentera encore le nombre de magasins fermés.
Ce projet est d’ailleurs en totale contradiction avec les observations de l’urbaniste Gilles-Henri Bailly, qui avait travaillé pour une municipalité précédente, concluant que « Blois tournait le dos à sa Loire ». D’ailleurs le projet « Coeur de Ville – Loire » était censé aller dans ce sens, en s’intéressant aux deux rives.
TGV, Université, Région : Blois n’a pas été au rendez-vous.
Ce n’est malheureusement pas la seule occasion manquée pour la Ville de Blois.
Lors de la création des Régions, le maire de Blois était Pierre Sudreau, qui a présidé la Région de 1976 à 1979. Pourquoi ne pas avoir choisi Blois comme siège de la Région, dont notre ville est le centre géographique ?
Même chose avec l’Université. Nous avons eu au départ une Université bicéphale, Orléans-Tours, avec une répartition des enseignements. Là encore, s’il était logique de maintenir Médecine à Tours, Sciences et Droit à Orléans, pourquoi pas innover et installer la fac de Lettres à Blois ?
Après tout Blois n’est qu’à 1/2 heure de Tours ou d’Orléans par le train, alors qu’il faut le même temps pour se rendre d’Orléans à la Source ! Cette position centrale pouvait avoir un intérêt.
On se souvient que Pierre Sudreau avait été ministre de l’Education nationale, il aurait pu soutenir un tel projet.
Autre exemple, la ligne TGV, dont le tracé passe au nord de Vendôme. Une gare TGV au Breuil, entre Blois et Vendôme, aurait complètement changé la donne, et permis à l’aérodrome du Breuil de se développer dans le domaine de l’aviation d’affaire, voire de vols low-coast pour des touristes se rendant à Paris… et dans le Val de Loire !
Le paradoxe c’est que notre ville a été gérée pendant 40 ans par des maires parisiens : Pierre Sudreau puis Jack Lang, pour qui Blois était avant tout un fief électoral, mais qui s’intéressaient d’abord à leur propre carrière. Pour le second surtout, il s’est attaché à laisser son empreinte dans le domaine de la Culture, sans aucune vision stratégique de l’avenir.
Les Blésois en paient aujourd’hui le prix fort !

1 Commentaire

Conseil régional : lycées, prisons, cochons. Les dossiers de la Commission permanente.

GRFN CPR 2016-11(image d’archives : vos élus FN en Commission permanente).
Il y avait plusieurs dossiers intéressants ce matin en Commission permanente au Conseil régional.

Lycées : la Région peine à respecter ses promesses.
Sur les lycées d’abord, Michel Chassier est intervenu pour interpeller le président François Bonneau et la vice Présidente Catherine Münsch-Masset au sujet de la « révision du plan pluriannuel d’investissement dans les lycées. »
En effet, dans un récent courrier adressé à un chef d »établissement de Loir et Cher suite à une question relayée par l’élu FN, la Vice-Présidente explique que la programmation des investissements doit être « révisée » – traduire : étalée dans le temps – en raison des contraintes budgétaires liées au nouvelles compétences  et à la diminution des dotations.
Or, ce n’est pas ce qui avait été annoncé en décembre lors du vote du budget.
Michel Chassier a demandé que les élus soient informés lors de la prochaine commission.
Blois : que se passe-t-il aux abords du lycée Dessaignes-Sonia Delaunay ?
Toujours sur les lycées, la Région a voté une subvention pour équiper le lycée Dessaignes-Sonia Delaunay de Blois d’un système de vidéo-surveillance sur le parvis de l’entrée principale. La vice-présidente a justifié cet équipement en raison de la recrudescence des problèmes de sécurité à la sortie des lycées, sans toutefois donner de précisions le lycée en question.
Le 1er vice-président Marc Gricourt, également maire de Blois, est resté silencieux. C’est une question qui n’a jamais non plus été évoquée au conseil municipal.
Selon nos informations, le problème serait notamment la présence régulière de dealers…. qui vont simplement se déplacer de quelques dizaines de mètres.
Formation des détenus : rappel des pouvoirs régaliens de l’Etat.
Pour la deuxième année consécutive, la Région a voté des crédits pour la formation professionnelle des détenus, assortie d’une rémunération. Comme en 2016, le groupe FN s’y est opposé, rappelant qu’il s’agit d’une compétence régalienne de l’Etat.
Michel Chassier a fait état d’un rapport de l’IGAS de novembre 2013 faisant suite à l’expérimentation de la mesure, et qui laisse entendre que les Régions pourraient par la, suite prendre à leur charge d’autres dépenses dont la compensation n’est pas assurée.
Le groupe UDC de Guillaume Peltier a tenté une diversion en proposant un amendement exigeant que la Région accorde la même somme à l’aide aux victimes. Là encore, c’est le rôle du ministère de la Justice, la Région n’a pas à s’y substituer.
L’amendement a été rejeté, ce qui n’a pas empêché le groupe UDC de voter le rapport !
Vive le Porc de Touraine !
Enfin les élus FN ont vivement approuvé une aide régional au Porc de Touraine, afin de soutenir une filière qui a connu de sérieuses difficultés.
Peut-être faudrait-il communiqué davantage sur le sujet, et faire la promotion de cette production locale dans les lycées de la Région ?
Nous y reviendrons.

1 Commentaire

Parrainages : les maires entre ras-le-bol et pressions.

Assises MLP Lyon_1La publication par le Conseil constitutionnel des parrainages validés à la date de 7 mars en Loir et Cher est assez intéressante, ainsi que les réactions de certains maires publiées par la Nouvelle République du 7/03/2017.
61 élus du Loir et Cher, dont 48 maires, ont accepté de signer le « formulaire de présentation d’un candidat à l’élection présidentielle », communément appelé « parrainage ».
La plupart concernent les candidats du système.
On notera que 293 maires et maires-délégués, cela ne représente que 1 maire sur 6.
En effet beaucoup refusent de signer pour qui que ce soit, car explique l’un d’entre eux « Je représente un conseil municipal de toutes sensibilités ».
Ce qui résulte souvent d’une mauvaise interprétation du fameux « parrainage » : il ne s’agit pas de soutenir un candidat, mais de lui donner la possibilité de se présenter, considérant qu’il représente une partie significative de l’électorat, tout en éliminant les candidats « fantaisistes ».

Donc cela ne devrait pas concerner le conseil municipal.
Or ce n’est pas ce que nous observons.
En effet, 21 de ces signatures ont été accordées à des candidats que les sondages placent entre 0 et 2% !
25 autres reviennent aux candidats du système.
Ce qui démontre bien que les maires subissent des pressions, ou bien craignent des « représailles » s’ils accordaient leur signature a un candidat, devrions-nous dire une candidate hors système ?
Par contre nous avons toujours observé que certains candidats marginaux ou bien des candidats d’extrême gauche crédités au mieux de 1% des intentions de vote atteignaient facilement les 500 signatures, accordées par des maires sur le « conseil » de leurs amis politiques afin de favoriser la dispersion des voix en fonction d’une cuisine politique assez peu ragoutante.
Marine le Pen est désormais à l’abri de ces manoeuvres, mais nous avons pu constater par nous nous-mêmes, au cours de nos démarches que beaucoup de maires, qui parfois déclarent voter pour notre candidate, n’osent pas lui accorder leur signature, quand bien même le Front National a fait plus de 50% aux dernières élections régionales dans leur commune.
Sommes-nous encore en démocratie ?
Que nos amis soient rassurés, cela n’empêchera pas Marine Le Pen de se présenter, pas plus que les attaques de certains médias, les actions pour le moins suspectes de certains procureurs dépendants du pouvoir politique, de l’engagement du 1er ministre au mépris de la Constitution, des agressions violentes perpétuées par milices d’extrême-gauche tolérées par le ministre de l’Intérieur
Cela n’empêche pas non plus les Français a être de plus en plus en plus nombreux à ouvrir les yeux.
De Hollande à Coppé, en passant par Marcron et Fillon, les défenseurs du système n’ont qu’une crainte : la victoire désormais possible de Marine Le Pen.
Mais leur crainte, c’est au contraire l’espoir des Français !

1 Commentaire

Michel Chassier sur Plus FM le 8 mars

41-FN-1-Michel CHASSIERMichel Chassier, Président du groupe FN au Conseil régional, Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois et candidat pré-investie du Front National aux élections législatives sur la 1ère circonscription de Loir et Cher sera l’invité de la matinale de Plus FM mercredi 8 mars à 8 heures.
Il sera question de l’actualié locale, régionale et nationale avec les dernières péripéties d’une élection présidentielle hors du commun.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

« Mars ». Des chiffres étonnants. On connait la musique !

Chato d'oMarine Le Pen est attaquée par la presse nationale ou locale qui très souvent prend parti contre elle et pour tel ou tel candidat de la présidentielle. Vous n’êtes pas assuré de lire dans votre quotidien toutes les informations de vos élus ou des représentants du FN. C’est pour cette raison que ce blog  complète l’information. Voici un exemple.
Hier au Conseil municipal de Blois, Miguel de Peyrecave, conseiller municipal FN est intervenu pour poser des questions sur la gestion de l’Association Mars qui produit des spectacles de « musique actuelle ».
La participation de la ville à cette association est de 321 000 euros, mais l’on peut s’étonner que, si le nombre de spectateurs a augmenté régulièrement  pour atteindre 10 109 en 2015, seulement 51% des spectateurs sont payants, les 49% restants relèvent de la gratuité ou d’une invitation. Par ailleurs, le nombre d’adhérents à l’association a baissé de 44% en 2016 et sont évaluées à 0% dans le dernier compte rendu d’activités. Enfin, malgré ces chiffres inquiétants, le taux de remplissage de la grande salle n’est que de 55%. On voit bien qu’aucune salle privée ne tiendrait le coup dans ces conditions, d’autant que les ressources propres ont légèrement diminué malgré un effort important en gestion de personnel (-12% de baisse, sachant que le personnel constitue 59% des dépenses). Des chiffres étonnants qui mériteraient d’être redressés.
Peu soucieux des deniers publics, Christophe Degruelle a été scandalisé par l’intervention du FN qui dévoilait ces chiffres alors que ces derniers bilans auraient dû alerter les responsables de la Ville et de l’Agglo et conduire la Municipalité à discuter avec l’Association Mars pour promouvoir une amélioration des résultats. Comme si souhaiter un bon usage des deniers publics relevait de la critique d’un genre musical « actuel »!
C’est le monde à l’envers. Qui le remettra à l’endroit en avril, en mai et en juin?

123456...27

Europa Linka |
AGIR ENSEMBLE |
l'Humain d 'abord! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...