Résultats de recherche for conseil municipal

#Marine 2017 : élus et militants à la cavalcade d’Oucques-la-Joyeuse.

Oucques 26-02_1Après les actions militantes du week-end, plusieurs élus et militants de la circonscription se sont retrouvés pour la traditionnelle cavalcade d’Oucques-la-Joyeuse (*).
Parmi eux Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château et candidat pré-investi sur la circonscription, Olivier Besnard, conseiller municipal et communautaire de Mer, Renaud Grazioli conseiller municipal de Vendôme, Marc-Antoine Andréani responsable du canton du Perche, Monique, Nicolas etc…
Très bon accueil de nombreuses personnes qui nous reconnaissent, de nombreux échanges sympathiques, des encouragements, et des « nous sommes avec vous » en grand nombre, des propositions d’aide pour la suite de la campagne.

(*) nous préférons dire « Oucques-la-Joyeuse » plutôt que « Oucques-la-nouvelle » ! 

Mer : les élus Bleu Marine font réagir le Maire.

Aire d'accueil de MerAire d’accueil de Mer. Photo d’illustration FN41.
A force d’intervenir sur le sujet en commission et au conseil municipal, les élus Mer Bleu Marine (*) ont fait réagir le Maire, qui vient enfin d’écrire au Préfet afin de signaler la situation intolérable aux abords de l’aire d’accueil des gens du voyage et plus généralement sur le territoire de la commune.

Il évoque dans sa lettre «  les nuisances générées par les gens du voyage » avant d’évoquer les troubles et les dégradations sans qu’il y ait de véritable réaction des forces de l’ordre.
« La loi du 5 juillet 2000 visait à instaurer un modèle de coexistence des citoyens et un équilibre en la libre circulation et le stationnement décent dans le respect d’autrui.
Avec l’aide de l’Etat, la communauté de communes a engagé des dépenses importantes en investissement et en fonctionnement pour atteindre cet objectif. Nous avons même retenu un terrain près des écoles.
Cependant, cet équilibre est fondé sur le respect par chacun de ses droits et devoirs.
Hélas, aujourd’hui, il n’en est rien.
Les dégradations se multiplient :
Destruction des abords de l’aire d’accueil
- Casse des blocs sanitaires pourtant renforcés
- Incendie du local du gardien
- Bris de clôture
- Installations illicites sur la commune et dans les communes limitrophes
- Branchements électriques et raccordements au réseau d’eau
- Brûlage à l’air libre de câbles et autres produits
- Cochons chinois en liberté (50 interventions des policiers municipaux)
La situation était problématique. Elle est devenue insupportable.
Les habitants, soit ne comprennent pas l’impunité dont bénéficient les gens du voyage,
soit raillent le manque d’autorité du maire et de l’Etat.« 
La politique pratiquée depuis plusieurs années dans le but « d’éviter un deuxième Saint Aignan » est-elle toujours d’actualité ?
C’est ce que pensent les habitants de Mer et d’autres communes du département qui connaissent les mêmes problèmes.
Cette politique ne fait qu’encourager les délinquants et donner une image désastreuse des gens du voyage.
Le Front National le répète depuis longtemps : la loi doit être la même pour tout le monde. Et elle doit être appliquée.
En tout cas la réaction du maire de Mer démontre l’efficacité des élus Mer Bleu Marine. Ils attendent désormais la réponse du Préfet… et le chiffrage des dégâts, supportés par les contribuables.

(*) Sophie Boulaigre, Olivier Besnard et Robert Krysik.

2 commentaires

Centre commercial Quinière : il y a urgence !

CC Quinière mai 2016L’idée d’une étude avait été avancée par Louis Bureau en novembre dernier (voir le compte-rendu du conseil municipal du 21/11/2016). Il avait même évoqué une relocalisation du Centre commercial. Sauf qu’on ne voir pas bien à quel endroit.
Il semble que ce ne soit plus désormais à l’ordre du jour.
Mais il aura fallu attendre plus de 4 mois avant qu’une décision soit prise, et les résultats de cette enquête ne seront connus qu’en juin (la Nouvelle République du 9/02/2017).
Le temps que les partenaires se mettent d’accord sur une solution, celle-ci ne pourra être validée par la ville qu’à la rentrée prochaine… un an après l’incendie.
En attendant l’avenir du centre reste en suspens.
D’ici là il faudra que les commerçants tiennent bon. Il faut souhaiter que les clients restent fidèles et faire savoir que le « Village Quinière » est toujours là, comme nous l’avions fait aussitôt après le sinistre.
Et bien sûr tout doit être fait pour garantir la sécurité autour du Centre et dans le quartier dont l’image n’a que trop souffert.

1 Commentaire

Vendôme : une gauche dogmatique contre la vidéo-surveillance !

Renaud Grazioli -Renaud Grazioli, conseiller municipal FN de Vendôme et responsable du canton.
Lors du dernier conseil municipal à Vendôme il a été question à nouveau de la vidéo-surveillance, ou plutôt de vidéo-protection selon la terminologie du Ministère de l’Intérieur.

Il s’est encore trouvé, en 2017, des élus de gauche (PS, PC) pour s’y opposer (la Nouvelle République du 06/02/2017).
On croit rêver ! A tel point qu’une ancienne conseillère municipale de l’équipe de Daniel Chanet juge ce comportement « indigne, dogmatique et purement électoraliste« .
Le Front National, par la voix de Renaud Grazioli (Vendôme Bleu Marine) a voté en faveur de la convention proposée.
Notre élu vendômois est déjà intervenu par le passé pour défendre l’installation d’une vidéo-protection, tout en soulignant que cela ne suffirait pas à résoudre la question des moyens affectés au commissariat de Vendôme.
Rappelons qu’à Blois Jack Lang s’était opposé, lorsqu’il était maire, à l’installation de caméras proposées par les élus du Front National.
Le maire suivant l’a fait, et aujourd’hui Marc Gricourt (PS tendance Hamon) poursuit l’installation du dispositif.
La gauche vendômoise semble bien vivre dans un autre siècle.

2 commentaires

Mathilde Paris sur Plus FM le 8 février.

Mathilde Marché 15-03Après les Assises présidentielles de Lyon Mathilde Paris, conseillère régionale FN, conseillère municipale et communautaire de Blois et candidate pré-investie du Front National aux élections législatives sur la circonscription de Romorantin-Lanthenay. sera l’invitée de la matinale de Plus FM mercredi 8 février à 8 heures.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

Les effets positifs des « Voisins vigilants » bientôt à Blois ?

gabarit-flyer_A6-videsVous connaissez le dispositif « voisins vigilants » que les socialistes ont débaptisé en une surveillance « citoyenne ».  Ils ne peuvent en effet  s’empêcher de mettre du « citoyen » à toutes les sauces . Ce dispositif consiste à solliciter la participation active des habitants pour surveiller leur rue ou leur quartier en cas de cambriolage, sous la direction des autorités.
La ville de Romorantin qui a amplifié le dispositif à 6 nouveaux quartiers se félicite des résultats puisqu’il y a eu cette année une baisse de 27% des cambriolages dans les quartiers « voisins vigilants ».
Le sous préfet, le procureur et le sénateur–maire se sont réunis pour faire le point et dynamiser la structure (la Nouvelle République du 31/1/2017).
C’est bien de voir les autorités s’intéresser à la sécurité publique par le biais des « voisins vigilants ». Mais il ne faut jamais oublier que l’initiative doit venir des habitants eux-mêmes et non des autorités qui, en matière de sécurité, règnent mais ne gouvernent pas.
 Il faut aussi rappeler que si cette structure s’est développée c’est surtout en raison de la carence de l’Etat – la sécurité relève de son pouvoir régalien – qui ne fait pas face à ses obligations.
Faut-il aussi rappeler que si les polices municipales-de plus en plus coûteuses- se sont développées c’est aussi en raison de cette carence chronique et systématique. Il est d’ailleurs curieux de constater que les ministres de l’Intérieur successifs (Sarkozy, Valls, Cazeneuve) sont presque tous devenus premiers ministres ou président de la république. Comme si l’incompétence était un gage d’ascension dans la carrière politique nationale !
Une dernière question. Quand on fait le bilan de la sécurité à Blois, on se demande pourquoi Marc Gricourt n’imite pas Romorantin. « C’est simple, c’est gratuit et ça fonctionne » ! La question sera posée en conseil municipal par les élus FN. 

 

Cornillettes : qui veut vraiment défendre le bureau de Poste et le Service Public ?

Cornillettes - 26-01-2017

Nouvelle manifestation ce matin devant le bureau de Poste des Cornillettes à Blois.
D’un côté une dizaine de syndicalistes CGT brandissant leurs drapeaux (on peut regretter d’ailleurs l’absence des autres confédérations syndicales), de l’autre côté de la rue une trentaine de personnes, venues du quartier pour protester contre cette fermeture.
Un seul élu blésois présent, Michel Chassier, conseiller municipal et conseiller régional de Loir et Cher, accompagné de plusieurs militants et membres du Cercle Front Syndical (qui regroupe des syndicalistes patriotes de la CGT, de FO, de la CFDT et de la CFTC).
Les personnes présentes, avec qui nous avons pu échanger, regrettent l’absence de réaction du maire de Blois. « Le jeudi, il est à la Région » déclare l’une d’elles. Il est étonnant en effet qu’il n’ait pas pris position sur cette question, nous ignorons s’il l’a fait au sein de la Commission Départementale de Présence Postale Territoriale.
Rappelons que cette décision découle directement des directives européennes de déréglementation des Services Public et que Gauche et Droite au pouvoir ont votées la transformation de La Poste en Société Anonyme, la faisant ainsi glisser de plus en plus vers une financiarisation de son activité. Pas étonnant que de plus en plus de salariés et même de syndicalistes ouvrent les yeux et se tournent vers ceux qui incarnent le mieux la défense du peuple face aux prédateurs de la finance mondialisée installée à Bruxelles.
C’est pourquoi, au Front National nous serons toujours du côté des habitants et des agents pour défendre les Services Public de proximité comme la Poste qui après avoir déserté les zones rurales se retirent maintenant des zones urbaines périphériques, accentuant ainsi le sentiment de déclassement et d’abandon que les Français ne peuvent plus supporter.

Pour le cercle Front syndical, Laurent Bras.

Précision : la Nouvelle République (27/01/2017) indique que nous avons « répondu à l’appel de FO ». En fait, nous avons été informés de cette manifestation par des membres du cercle Front Syndical et par des postiers. Nous pensions que plusieurs organisations seraient présentes, et que l’appel à se rassembler devant le bureau serait davantage relayé auprès de la population, ce qui n’a pas été le cas.
Au point de se demander si la CGT croit vraiment à l’efficacité de son action. Elle semble davantage préoccupée de se mettre en scène pour faire croire qu’elle agit.
Les élus FN ont écrit au maire de Blois pour lui demander d’expliquer son silence sur cette fermeture qui touche un quartier où le sentiment d’abandon est déjà fortement ressenti.

Agglopolys : une réponse tardive et incomplète.

Christophe DegruelleLa réponse de Christophe Degruelle se veut cinglante. Elle est seulement méprisante. Comme d’habitude.
On se souvient que le président de Blois-Foot 41, François Jacob, s’était plaint d’un manque d’équité et de transparence dans l’attribution des subventions et du statut « privilégié » de l’ADA Blois basket (voir les articles précédents sur notre blog).

C’était le 26 décembre dernier.
Il aura fallu presque un mois au président de l’Agglo, Christophe Degruelle, pour apporter publiquement une réponse qui se résume plutôt à une série de démentis, comme s’il devait se justifier. (la Nouvelle République du 25/01/2017)
On peut se demander pourquoi un tel délai de réflexion ?
On se doute que ces éléments de réponses n’ont pas satisfait le président de Blois-Foot 41, qui réitère sa demande de transparence et d’équité, avec des critères clairement établis. Il  dénonce le « fait du prince » et les « petits arrangements netre amis » (la Nouvelle République du 25/01/2017).
Au passage, il épingle le fonctionnement du conseil et du bureau communautaire, au sein duquel les maires sont « tous alignés derrière le général ».
Un mode de fonctionnement que les élus FN dénoncent régulièrement.
Il est vrai que Christophe Degruelle, qui vient du Cabinet de Jack Lang, n’a jamais vraiment été un élu de terrain, il suffit de voir à quel point il semble s’ennuyer au conseil municipal de Blois (notre photo).

1 Commentaire

Michel Chassier invité de la matinale de Plus FM mardi 24 janvier.

Manif agriculteurs bioMichel Chassier Président du Groupe FN au conseil régional, conseiller municipal et communautaire de Blois sera l’invité de la matinale sur Plus FM mardi 24 janvier à 8 heures.
Il évoquera l’actualité locale, départementale et régionale et les prochaines échéances électorales.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

Les vœux très politisés de Marc Gricourt, maire de Blois

GricourtA la Halle aux grains, le maire de Blois a présenté ce soir ses vœux ainsi que ceux du conseil municipal dont il a souligné la cohésion (Mélenchon, Valls, Hamon ???) et la forte implication. Dont celle de Jacques Chauvin qui fait presque partie de sa majorité.
Débordant le cadre du bilan et des projets municipaux, Marc Gricourt a évoqué les dangers du « fanatisme » sans jamais parler de « terrorisme » encore moins « d’islamisme », radical ou pas. Pourquoi cet oubli volontaire ? Il y a pourtant un point commun entre tous les attentats de  2016 à travers le monde que le maire a cités : tous les auteurs sont musulmans, tous les attentats sont meurtriers .
Il a en revanche à plusieurs reprises dénoncé le mal suprême qui, à ses yeux, ronge la France, à savoir le populisme. Comme si ce dernier tuait.  Un « mal » qu’il ne définit pas exactement mais dont on devine les contours à travers le vote américain en faveur de Donald Trump, le vote anglais du Brexit et le dernier vote italien. Sauf que, pour nous, c’est un bien.
Si le populisme consiste à consulter le peuple puis à respecter le choix de ce dernier, pourquoi craint-il le peuple et le populisme lui qui se dit fervent partisan de la « démocratie participative » ? Il est vrai que c’est plus facile d’encadrer une douzaine de citoyens par département, désignés par un tirage au sort « arrangé ». Ils ne risquent pas de poser les mauvaises questions et de toutes façons leur avis ne sera pris en compte que s’il va dans le « bon » sens.
Il a réclamé plus et mieux d’Europe alors que les électeurs en veulent moins et préfèrent l’Europe des patries et des nations. Il est vrai que le maire est aussi 1er vice président de la Région, laquelle est chargée de la distribution des fonds « européens ». Ceci explique cela.
Mécontent de la façon dont le quotidien « la Nouvelle République » traite la question blésoise, il l’a invitée à être plus positive et plus en phase avec ses projets  et sa philosophie. On croyait que c’était déjà fait !
Mécontent de la façon dont le milieu commerçant réagit à ses travaux d’aménagement du centre-ville, il a invité les commerçants à être plus optimistes. Comme si cela se décrétait.
A juste titre, le maire a indiqué que des efforts budgétaires avaient été réalisés. Mais ce qu’il n’a pas dit c’est que le FN depuis longtemps préconisait cette baisse des dépenses, ce à quoi le maire répondait que c’était impossible. Pourtant, aujourd’hui, nous voyons que c’est possible, mais sous la contrainte de la baisse des dotations de l’Etat.
Seule, la nécessité rend vertueux, dit le philosophe. C’est ce que nous montrera 2017, surtout en mai !

7 commentaires

Blois : comprendre les quartiers nord… en rencontrant les associations.

Blois Lorjou_3Sur le marché place Lorjou à la ZUP de BLois.
Le maire de Blois, Marc Gricourt, a accompagné le nouveau Préfet de Loir et Cher pour une visite de la ZUP de Blois, pardon, des « quartiers nord » selon l’expression consacrée.

Au nord de quoi ? Michel Chassier en avait fait la démonstration au conseil municipal lors d’un précédent mandat, rappelant que le centre commercial Kennedy, aujourd’hui rasé, était sur le même parallèle que la mairie de Blois, 47,588° N, quant à la Place de l’Europe devenue place Lorjou, elle se situe sur le même parallèle que la Préfecture, 47,59° N.
De même l’Hôpital de Blois est légèrement plus au nord que le collège Bégon, nous pourrions multiplier les exemples.
Les « quartiers nord » seraient donc plutôt les quartiers Ouest.
Anecdotique dirons certains ? Pourtant cela dénote parfaitement l’esprit de toute la communication faite autour de la « rénovation urbaine », des « quartiers sensibles » et autres « quartiers défavorisés », appelés parfois tout simplement « les quartiers », afin de masquer la cause première des désordres, de l’insécurité, des trafics et du règne des caïds : une immigration massive de populations extra-européennes devenues trop nombreuses pour être assimilées.
En lire plus …

1 Commentaire

Sécurité, efficacité, SDF, coût. Questions sur la passerelle de la gare

Passerelle 2Un ancien élu de gauche de Blois s’indigne que des SDF dorment la nuit sur la passerelle de la gare (la Nouvelle République du13/1/2017) Il n’a pas tort. Il est vrai qu’un froid rigoureux sévit à Blois et que si des locaux ont pu être trouvés pour recevoir les « migrants » qui nous ont été imposés par le Préfet on aurait pu en trouver pour SDF !
Il déplore aussi le manque de moyens pour assurer la sécurité dans le quartier.  Il n’a pas tort, mais il est certain que la responsabilité de cette carence incombe autant au gouvernement socialiste qu’à la majorité socialiste auxquels participe le parti radical de gauche dont l’ancien élu se réclame.
La passerelle a fait l’objet d’une dépense importante (10 millions d’euros) dont il conviendrait de mesurer l’utilité et la fréquence d’utilisation. On nous dit que des caméras y seront installées pour des questions de sécurité. Bien. Mais il faudrait aussi déterminer combien elle coûte pour son entretien et son fonctionnement et mettre ce coût en rapport avec sa fréquentation.
Il serait bon aussi de pouvoir y installer un système de comptage pour savoir si cette passerelle, payée par la ville et non par la SNCF, est une dépense efficace ou non. Cette remarque qui a déjà été faite en Conseil municipal par les élus FN n’a obtenu aucune réponse. Elle le sera à nouveau.

NB. A noter que la question avait aussi été soulevée par la Nouvelle République à travers les questions au maire. Pas de réponse. Pourquoi ce silence systématique ?

 

1 Commentaire

Gérard Boucher, maire d’Ecoman, nous a quitté.

Gérard BoucherGérard Boucher, maire délégué d’Ecoman, vient de nous quitter à l’âge de 63 ans.
Enfant du pays, il a fait toute sa carrière professionnelle près de son village natal.
Après un CAP de maçon, il est embauché dans une entreprise de Moisy. Volontaire, courageux, il obtiendra deux autres CAP en carrelage et plâtrerie (la Nouvelle République du 10/01/2017).
Il prendra la suite de son patron, avant de devoir interrompre sa carrière professionnelle à cause de problèmes de santé. Il faut dire qu’il ne s’est jamais ménagé à la tâche.
Toujours au service de ses concitoyens, il est devenu conseiller municipal en 1989, et maire délégué d’Ecoman en 1995.
Amoureux de la France, patriote sincère, il a toujours été proche de notre combat, accordant son parrainage à Jean-Marie Le Pen puis à à Marine Le Pen en 2012.
Conscient de la gravité de la situation et de la nécessité du redressement, il avait récemment adhéré au Front National.
Comme beaucoup d’élus ruraux, il n’avait pas rendu public son engagement, souhaitant travailler pour le bien commun au-delà des considérations partisanes.
Nous présentons à sa famille et à ses proches nos sincères condoléances.
Nos élus locaux de Beauce seront présents pour lui rendre un dernier hommage.

1 Commentaire

Voeux du FN41 pour 2017.

NB 10-09_2(Photo d’illustration : Fête de rentrée du FN41 avec Nicolas Bay)
Il y a un an nous fêtions notre succès aux élections régionales et notre progression spectaculaire en Loir et Cher.

Au cours de l’année écoulée, nous avons poursuivi notre travail sur le terrain, qu’il s’agisse d’actions militantes, de l’activité de nos élus, des réunions qui se sont démultipliées, du bureau départemental, des collectifs.
Au niveau national, la France a encore été frappée par le terrorisme islamique et les Français vivent sous la menace permanente, tandis que nos gouvernants, après avoir dit que nous étions en guerre n’ont toujours pas le courage de désigner l’ennemi.

Cette situation est favorisée par des flux migratoires massifs et incontrôlés que nous les seuls à dénoncer.
En même temps la situation a continué à se dégrader dans tous les domaines, avec un niveau de chômage qui n’a pas diminué malgré les bidouillages statistiques, une dette qui met notre pays à la merci de ses créanciers qui dictent aux candidats du système leur programme pour les présidentielles.
Les échéances prochaines seront donc capitales. Les Français ne doivent pas perdre l’espoir, bien au contraire. Mais ils ne doivent pas non plus se laisser prendre, une fois de plus, par les promesses de certains candidats qui font mine le temps d’une primaire d’épouser certaines de nos valeurs, pour les abandonner aussitôt dans la recherche d’un compromis avec les centristes.
Dans les semaines qui viennent les masques vont tomber, et il sera facile de reconnaître dans les programmes des candidats du système la feuille de route de la troïka.
Les Français sont chaque jour plus nombreux à nous dire combien ils attendent, plus que jamais, l’élection de Marine Le Pen en 2017.

Au nom du bureau départemental du Front National, je tiens à nouveau à remercier tous ceux qui ont contribué à ces succès, nos militants infatigables, nos élus qui font parfois un travail ingrat mais indispensable pour représenter et à défendre nos électeurs.
2017 sera une année capitale.  Pour reprendre le mot célèbre de Richelieu : « la politique est l’art de rendre possible ce qui est nécessaire« . La victoire de Marine Le Pen est nécessaire. A nous tous de la rendre possible.
A chacun d’entre nous de s’engager durant ces deux campagnes, des présidentielles et des législatives, pour que la France ait un avenir, pour que nos enfants soient encore Français demain, dans une France redevenue libre, indépendante et prospère.

En attendant, je vous présente, au nom du bureau départemental et de tous nos élus, tous mes vœux pour que 2017 soit une bonne année pour vos familles et vos proches, avec une pensée particulière pour ceux qui souffrent de la maladie ou de la solitude, des difficultés de la vie, ceux qui ont perdu un proche.
Je vous invite à nous retrouver tous ensemble le samedi 21 janvier à Mer pour notre traditionnelle galette des Rois et les voeux de la Fédération.
Formons ensemble le voeu que 2017 soit l’année de la victoire pour le redressement de la France.

Pour le bureau départemental du FN41.
Michel Chassier – Secrétaire départemental
Conseiller régional de Loir et Cher,
conseiller municipal et communautaire de Blois.

 

 

1 Commentaire

Linky ou la dictature de l’EDF de Bruxelles!

Linky EDFJean-Yves Guellier, maire de Valencisse, avec son conseil municipal, a refusé l’installation des compteurs électriques Linky dans sa commune tant que des études plus précises sur leur bien fondé sanitaire et technique n’auront pas été menées. Pour avoir instauré ce principe de précaution dans sa commune, il sera poursuivi devant les tribunaux car il n’était pas, dit le préfet, habilité à le faire (la Nouvelle République du 27/12/2016).
La préfecture ayant déclaré cette délibération illégale, l’affaire passera le 5 janvier devant le tribunal administratif d’Orléans.
Ce dossier est révélateur du peu d’autonomie dont disposent les particuliers et les collectivités locales face  à l’Etat et, plus précisément, face à cette obligation d’installation des compteurs électriques par EDF/Enedis. Où est la liberté de choix des consommateurs ?
Qu’en est-il exactement des conséquences de l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants radioélectriques ? On n’en sait rien. Qu’en est-il exactement de la confidentialité des informations qui pourront être captées et détournées? Qu’en est-il des coûts réels ? On n’en sait rien.
Personne ne peut le dire et l’on devine que face à un marché public juteux s’élevant à des milliards d’euros à travers l’Europe tout a été fait, avec la pression de l’Etat et de la Justice, pour rassurer le bon peuple qui devra s’exécuter et appliquer les consignes européistes de Bruxelles.
Nous constatons une fois de plus que les dirigeants européistes nous imposent des mesures contraignantes sans que nous puissions donner notre avis. Bien sûr, on nous dit que ce compteur est « intelligent », mais cela ne veut pas dire que l’électricité sera moins chère, plus performante ni que les données resteront confidentielles.
Autant de questions qui seront traitées le 5 janvier par Jean-Yves Guellier en personne, le maire de Valencisse. Ce sera une audience du pot de terre contre le pot de fer car ne voulant pas endetter sa commune, le maire se défendra seul sans avocat. Mais le Préfet en aura sans doute un.
Un débat biaisé d’avance malgré la volonté et la compétence d’un maire qui ose dire « non ». En France, 129 communes ont délibéré contre le compteur Linky, quels sont les maires qui les suivront en Loir et Cher ? Posez la question à votre maire. Ne vous laissez pas faire !

6 commentaires

Contre la terreur islamiste, nous sommes tous Berlinois.

12524406_934249996693245_3549835695534757871_nRassemblement à Blois après les attentats de Bruxelles en mars 2016.
Nous ne commentons généralement que l’actualité locale. Mais le nouvel attentat islamiste qui vient de frapper Berlin nous touche aussi directement.

Il fait écho à la série d’attentats meurtriers qui ont frappé la France et la Belgique depuis deux ans.
N’oublions pas qu’avant même Charlie Hebdo et l’Hyper casher, un des touts premiers attentats avait eu lieu à Nantes le 22 décembre 2014, et déjà c’était une voiture qui avait foncé dans la foule d’un marché de Noël.
On avait aussitôt parlé d’un « déséquilibré ». Après Charlie Hebdo, on avait surtout insisté sur la liberté d’expression, après Nice d’une acte de sauvagerie. Avec toujours la même mise en garde : « pas d’amalgame ».
« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » écrivait Albert Camus. On ne saurait mieux dire face à ces attaques dont les politiques refusent de dire le nom.
Aujourd’hui encore seule Marine Le Pen a le courage de dire la vérité aux Français, dans un communiqué publié ce matin, dont le titre sans équivoque dénonce l’attentat islamiste au marché de Noël de Berlin, à l’heure où les autorités Allemandes en étaient encore à « envisager la piste d’un attentat ».
En conclusion de son communiqué Marine Le Pen appelle les autorités à redoubler de vigilance : « en ces périodes de fêtes, non seulement il convient de renforcer la sécurité des marchés de Noël, mais aussi des messes le soir de Noël dans nos églises. »
Nous relayons cette demande auprès du représentant de l’État en Loir et Cher, d’autant plus que les signes de radicalisation se multiplient.
Nous signalions la fermeture du Crédit Agricole de la rue Michel Bégon sous la pression d’islamistes refusant d’être servis par des femmes, il y a eu il à quelques jours l’affaire d’une serveuse menacée au square Augustin Thierry parce qu’elle portait une jupe. La semaine dernière c’est dans un bureau de tabac du centre ville qu’une femme a été insultée et menacée pour la même raison. La victime a pu alerter des amis qui sont arrivés rapidement faisant fuir les islamistes, mais par peur de représailles elle a préféré ne pas déposer plainte.
Mais pendant ce temps le député Denys Robiliard préfère s’en prendre aux élus FN lors du dernier conseil municipal en les accusant comme toujours d’exagérer la menace. Quant à l’Evêque de Blois, il invite les musulmans à la Cathédrale !

3 commentaires

Censure à BD Boum : les premières réactions.

BD Boum RS Mag'Centre.jpgSuite à l’intervention de Miguel de Peyrecave lors du denier conseil municipal, le Directeur de BD Boum n’a toujours pas fait connaître sa réponse, mais l’affaire commence à faire le tour des médias.
Rappelons que l’historien, universitaire et éditeur Reynald Sécher a été déclaré indésirable par Bruno Génini, au motif d’une question d’éthique, sans autre précision.

Après le site Boulevard Voltaire, c’est Mag’Centre qui publie aujourd’hui un article, après avoir interviewé Reynald Sécher.
Attendons maintenant de connaître l’ensemble des points de vue et les réponses des intéressés dans la presse locale.
Mais les élus du Front National ont eu le mérite de lancer cette alerte.

Faut-il armer les policiers municipaux ?

affiche police Béziers« Le débat est revenu sur la table » dit la Nouvelle République du 14/12/2016 sans préciser que c’est le Front National avec Michel Chassier qui a posé la question.
Le maire a répondu que la question avait déjà été traitée et qu’il ne voyait pas  « en quoi une arme protégerait nos agents ». Fallait-il lui répondre que le ministère de l’Intérieur autorise maintenant ce qu’il interdisait hier ? Bien sûr ! Fallait-il ajouter que si une arme ne protège pas nos agents (ce qui reste à démontrer en situation réelle) elle peut protéger nos compatriotes en danger ?
Rappelons que les socialistes étaient opposés aux caméras de surveillance que le FN réclamait depuis 1995 du temps de Jack Lang ? Maintenant, ils en mettent à tous les points sensibles, entre autres sur la passerelle de la gare (secteur de plus en plus troublé) et les approche du Nord vers le centre ville (itinéraire ciblé par le maire en conseil).
Ce débat sur le port des armes est d’actualité. Malik Benakcha (Les Républicains, ex UMP), qui a récemment créé « Osons l’avenir », lance une pétition pour réclamer au maire de Blois  un débat sur l’armement des policiers municipaux (La Nouvelle République du 13/12/2016) Pourquoi pas ?
Mais Jacques Chauvin (LR), lors du conseil municipal de Blois, prenant la parole après Michel Chassier du FN, a souligné dans la discussion les difficultés, les risques et les dépenses liés au port d’armes. Autant dire qu’il appuyait le refus du maire et contredisait le FN. Vous avez dit UMPS/LRPS ?

2 commentaires

Face à une Europe qui tue la ruralité du Loir et Cher. Une bonne réaction!

Parlement européen Strasbourg(photo d’illustration : la siège du « machin » de Bruxelles.
L’Association des maires ruraux de Loir-et-Cher (AMR 41) présidée par Agnès Thibault, maire de Marcilly-en-Gault, fait un excellent travail de terrain qui ne peut être qu’approuvé. Elle voit bien que les « grands » élus  nationaux nous mènent en bateau.
Comme le Front national, Agnès Thibault a récemment dénoncé les « lois liberticides qui entraînent la mort des communes rurales « . Parmi les lois ou pratiques les plus graves, il y a  la loi NOTRe et le regroupement incessant des communautés de communes que Michel Chassier a dénoncé lors du dernier conseil municipal de Blois et qui y reviendra  jeudi pour la session plénière du Conseil régional.
Sans parler de l’école rurale qui se voit imposer des suppressions et des regroupements inacceptables, dans le domaine de la santé la situation s’aggrave. On continue de construire à grands frais des maisons de santé avec l’aide de l’État  mais sur les vingt-sept construites dans le département, seules cinq ont recruté des médecins (la Nouvelle République 13/12/2016). Le désert médical qui s’élargit fait des ravages en Loir et Cher, même dans des communes péri-urbaines non rurales. A Vineuil, le docteur Blanvillain prend sa retraite sans avoir trouvé de remplaçant.
Il faudra que, pour mieux comprendre la situation, Agnès Thibault pose des questions à son premier mentor, Jacqueline Gourault, laquelle applaudit des 2 mains cette évolution ruralicide au Sénat.
Pendant ce temps, Bruxelles continue de distiller sa propagande par le biais de l’AMF (Association des maires de France) présidée en Loir et Cher par Jean Marie Janssens. Un voyage y a été organisé par celui-ci à destination des maires du Loir et Cher (la Nouvelle République du 13/12/2016).
A cette occasion, les maires de notre département ont pu apprendre de quelle façon ils seront appâtés, par des « subventions » attractives, puis grignotés par une multitude « règlements environnementaux » autoritaires et souvent inutiles, puis anéantis en raison de la « volatilité des prix agricoles » et des frontières douanières béantes. Ils ont pu apprendre qu’il y avait un représentant de l’AMF à Bruxelles. Autant dire que le ver est dans le fruit.
On se demande pourquoi Jean Marie Janssens n’a pas fait appel aux deux députés français FN du Parlement européen pour notre région, Philippe Loiseau et Bernard Monot. L’un est agriculteur, l’autre spécialiste des échanges monétaires, des élus compétents qui ne sont pas des permanents de la politique. Nous sommes prêts à lui donner leurs coordonnées. Ils sont disponibles.

Blois : l’héritage de Jack Lang pèse toujours.

LangLes oreilles de Jack Lang ont dû siffler hier soir alors que se tenait le Conseil municipal de Blois.
En effet, l’ombre de l’ancien ministre-maire de Blois est toujours là, avec ses conséquences pour la Ville.
L’examen du budget, en diminution du fait de la baisse des dotations et d’un manque de dynamisme qui se retrouve dans les recettes fiscales, montre que la Ville n’a pratiquement plus aucune marge pour financer les investissements nécessaires, et même les travaux d’entretien courant de la voirie, pour prendre un exemple que les Blésois connaissent bien.
Quant à rénover le quartier de la Quinière, ce n’est même pas envisagé.
Michel Chassier a souligné que quatre associations historiquement liées à la ville concentraient 38% des subventions, et encore sans compter la Fondation du Doute qui est gérée directement par la Ville avec les risques que cela comporte. Au total près de 1 600 000 euros (la Nouvelle République du 13/12/2016 – Mag’Centre ).
Il s’agit bien d’un héritage de Jack Lang, dont les maires suivants n’ont jamais osé remettre en cause le mode de gestion. On ne touche pas aux « vaches sacrées » dans la domaine culturel.
A cette occasion, Miguel de Peyrecave est intervenu pour dénoncer la censure idéologique du directeur de BD Boum, qui n’hésite pas à exclure de sa manifestation annuelle un éditeur dont la ligne éditoriale ne lui convient pas. Le document avait été distribué aux élus et à la presse, le maire de Blois, moins embarrassé en découvrant la teneur de cette lettre, a été contraint d’admettre qu’il fallait défendre la liberté d’expression. Affaire à suivre.
Autre sujet important, le retour de l’eau en gestion municipale.
Le budget annexe de l’eau pour 2017 montre un excédent d’exploitation de 51% !
Bien sûr une partie est destinée à financer les travaux et les investissements à venir, mais la marge est si importante que la Ville en profite pour rembourser 1 228 000 € d’emprunts.
Les élus FN auraient souhaité que les usagers puissent bénéficier, dès cette année, d’une réduction des tarifs, comme cela ce fait pour le chauffage urbain.
Mais en même temps Michel Chassier a rappelé que la décision de confier le service à la Lyonnaise des Eaux, devenue Véolia, remonte à 1990 et qu’elle avait été prise par Jack Lang.
Et dans la foulée l’élu FN a rafraîchi la mémoire de certains en rappelant les conditions « particulières » dans lesquelles avait été passé le marché du Centre de traitement des déchets (usine d’incinération), encore au profit d’une filiale de la Lyonnaise, alors que le l’attributaire retenu n’était ni le moins disant, ni le mieux disant.
Christophe Degruelle a tenté de défendre son ancien patron en précisant que Jack Lang n’était pas le président du syndicat. Mais ce sont bien les services techniques de la Ville de Blois qu’il avait sollicités pour faire une nouvelle analyse des offres et inverser le premier classement.
On le voit, l’ombre de notre ancien maire, devenu président de l’Institut du monde arabe, est toujours bien présente sur notre ville.

La Quinière réagit avec Force Ouvrière!

CC Quinière 18-10-16Aujourd’hui, samedi 10 décembre, le syndicat FO organisait à 14 heures une manifestation  pour défendre les habitants du quartier et du Centre commercial face à l’insécurité. On se souvient que plusieurs magasins avaient été brûlés après un incendie de voiture.
Le responsable départemental FO, devant une cinquantaine de militants FO et d’habitants du quartier, a dénoncé l’incurie des services de l’Etat qui ne fait plus face à ses obligations tout en précisant que la manifestation n’avait aucun caractère politique et en se refusant à critiquer la municipalité de gauche. Ce qui peut paraître surprenant.
Il va de soi que la sécurité et la tranquillité publique sont des critères essentiellement politiques même si les syndicats ont aussi pour obligation de soutenir et d’accompagner les ouvriers et employés dans leur vie quotidienne, dans leurs déplacements en ville vers leurs lieux de travail.  Le drame est que pendant que le responsable FO parlait, des jeunes gens identifiés par les habitants comme des semeurs de troubles, voire pourvoyeurs de drogue, circulaient en ricanant  et en prenant des photos au milieu des manifestants.
Miguel de Peyrecave, conseiller municipal de Blois, était présent à cette manifestation  avec des syndicalistes patriotes du cercle Front syndical pour apporter son soutien à des habitants qui se sentent délaissés. Et il est vrai que le centre commercial était déserté alors que nous étions un samedi et que le ciel était bleu. Ces habitants qui résident dans le quartier depuis des dizaines d’années ont raconté à nos amis FN leur quotidien devenu insupportable. Les sonnettes ont été débranchées parce que des énergumènes viennent sonner pendant la nuit, des meubles de jardin sont volés en plein jour, les boîtes aux lettres défoncées, les voitures rayées ou dégradées, les agressions verbales sont monnaie courante, les personnes âgées ne sortent que 2 par 2, en tremblant. Nous assistons à La Quinière au même processus que celui que nous avons vécu à la ZUP dans les années 90, rue Christophe Colomb. Devant l’incapacité des services publics à faire régner l’ordre et la sécurité, les habitants, s’ils le peuvent, s’en vont. Mais rares sont ceux qui le font car l’immobilier a chuté en raison de cette délinquance.
Les prochaines élections présidentielles seront, pour les habitants de La Quinière, l’occasion de faire savoir aux candidats qu’ils n’en peuvent plus et que les politiciens qui ont trahi ne doivent pas être réélus.
Et leur seule réponse sera le vote Front National en 2017.  Le FN ne les a jamais trahis , ils le savent, c’est ce qu’ils ont dit aux militants présents lors de cette manifestation.

3 commentaires

Sapins de Noël décorés de préservatifs !

Affiche BéziersPhoto d’illustration : affichage municipal à Béziers.
Bonjour la poésie et les rêves d’enfance de Noël ! Maintenant que les crèches de Noël et leurs santons sont interdites dans la sphère publique par les grands Frères du Conseil d’Etat, il s’agit de s’attaquer au sapin de Noël et de lui donner une allure moderne, hygiénique, citoyenne et laïque !
Le BIJ de Blois (Bureau d’Information et Jeunesse) lance entre le 5 et le 23 décembre l’opération « Sapin de la Prévention ». Cette « action » vise à décorer un sapin non pas avec des boules, guirlandes, anges ou des étoiles, mais avec des préservatifs (la Nouvelle République 29/11/2016).
Oui, vous avez bien lu, la campagne anti-sida de l’Avent propose de décorer les  sapins de Noël avec des préservatifs et des « messages d’espoir ». Alors que dans le même temps une campagne d’affichage autorisée par le maire de Blois encourage les conduites à risque.
Quelle différence de ton et d’élégance avec ce que l’on a pu découvrir sur les panneaux de la Ville de Béziers et que nous aurions aimé voir à Blois ! C’est pour quand ?

1 Commentaire

Mathilde Paris sur Plus FM mercredi 30 novembre à 8 heures.

mathilde-paris-18-12-2015Mathilde Parisconseillère régionale, conseillère municipale et communautaire de Blois sera l’invitée de la matinale sur Plus FM mercredi 30 novembre à 8 heures.
Elle évoquera l’actualité locale, départementale et régionale.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

1 Commentaire

Les mots sont les organismes vivants de notre patrimoine. Il faut les préserver !

PatriotismeLors du dernier conseil  municipal de Blois, Miguel de Peyrecave, conseiller FN, a été interpellé par un maire-adjoint parce qu’il employait le mot «compatriotes» pour désigner les Français et les Blésois. Pour l’élu socialiste, il ne fallait pas dire «compatriotes» mais «concitoyens» afin de ne pas exclure les étrangers qui, vivant sur le territoire communal, n’appartiennent pas à notre patrie, la France. Une réaction étonnante et sectaire  puisque les dictionnaires considèrent que ces 2 mots sont synonymes.
Il va de soi que le terme «compatriotes», de par son étymologie et sa racine, rappelle l’appartenance à une «patrie» commune, souligne le lien qui unit ceux qui font partie de la même communauté nationale ou locale. Il est lourd de cette solidarité active qui fait référence aux «patres», nos pères, nos ancêtres, ceux qui nous ont précédés pour nous livrer l’héritage «France» dont nous disposons aujourd’hui et que nous devons valoriser et amplifier pour nos enfants. Nous ne sommes qu’un maillon de la chaîne commune qu’est la patrie française. On le voit bien, le terme «compatriotes» inclut plus qu’il n’exclut, assimile plus qu’il ne discrimine et penser le contraire relève soit de la mauvaise foi, soit de l’ignorance.
A vrai dire, ce qui gêne les internationalistes, les mondialistes ou les européistes comme Benjamin Vétélé, c’est la notion de «patrie» et d’enracinement. Ils n’en veulent pas. Se croyant uniques et exceptionnels, issus d’une génération spontanée, ils se verraient bien sans patrie ni passeport, donc apatrides. Sans lien dans le temps avec les générations qui les ont précédés, sans lien dans l’espace avec les solidarités naturelles de la famille, du quartier ou du métier.
Au contraire, nous considérons que les attaches qui nous lient au monde réel commun qui nous entoure sont essentielles et c’est pour cela que nous pensons que le redressement de la France passe par le patriotisme. Les mots ont leur importance, il faut les préserver. C’est notre patrimoine.
Qu’en pensent nos chers compatriotes ?

 

3 commentaires

La réforme des rythmes scolaires en question. Combien ça coûte ? Et pour quel résultat ?

Ecole primaire 1S’il est difficile de faire le point pédagogique sur la réforme des rythmes scolaires lancée par Vincent Peillon, cela n’est pas impossible et nous attendons ce bilan avec impatience. Toute expérience méritant d’être analysée au terme d’une année, ce bilan ne saurait tarder. Mais nous craignons qu’il n’y en ait pas et que cette réforme, très discutable, vienne alourdir les mauvais résultats  des tests Pisa qui placent la France en 25ème position sur 65 pays pour les performances scolaires.
Grâce à une question posée par les élus du Front National lors du dernier Conseil municipal,  nous pouvons établir le coût financier de cette réforme qui, pour les enfants  de la Ville de Blois, se monte à 589 000 euros. L’aide de l’Etat s’élevant à 427 500 euros, les familles participent à hauteur de 33 783 euros et la Ville elle-même comble la différence, à hauteur de 54 578 euros.
Ces données ne sont pas insignifiantes. Elles révèlent l’importance financière de cette réforme qui, même si l’Etat, donc vous et moi, est le principal contributeur, impose aux parents une participation non négligeable alors qu’ils n’avaient rien demandé.
Il faudra bien qu’un jour on mette à plat toutes ces réformes qui n’ont pas entraîné l’adhésion du corps professoral, qui ont demandé aux communes des financements importants alors que l’Etat diminue ses dotations. D’ailleurs, l’enseignement privé dont le coût par élève est beaucoup moins élevé que celui du public a bien compris que cette réforme n’était ni nécessaire ni gratuite. Elle ne l’a pas mise en application car elle n’en avait pas l’obligation.
Vous qui lisez ces lignes et avez un ou des enfants à l’école, dites-nous quels sont les effets de cette réforme sur la vie quotidienne de vos enfants et de votre famille. Plus ou moins de calme, plus ou moins  de réussite scolaire, plus ou moins de déplacements ou de dépenses ?
Encore une affaire à suivre pendant le temps de la campagne des présidentielles et législatives qui s’annoncent. La majorité qui se dégagera poursuivra-t-elle cette réforme ou va-t-elle l’enterrer pour faire des économies ? Il est certain que cet argent aurait été mieux utilisé pour encadrer les études du soir. Nous en reparlerons…

1...34567...27

Europa Linka |
AGIR ENSEMBLE |
l'Humain d 'abord! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...
| Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...