Archives des tags : agglopolys

Conseil communautaire d’Aggloplys : finances et avenir du camping.

ID Mathilde 41-FN-1-Michel CHASSIER

Matilde Paris et Michel Chassier, élus communautaires (*).
Le Conseil communautaire se réunissait hier à Cour- Cheverny avec un ordre du jour moins chargé que d’habitude (la Nouvelle République du 10/02/2017).

Après les délibération techniques rendues nécessaires par la création de communes nouvelles au 1er janvier 2017, le principal rapport portait sur les orientations budgétaires.
Bien que la situation financière demeure sous contrôle, bien que légèrement dégradée en fin de mandat, Michel Chassier (FN) a souligné que nous entrions dans une période d’incertitude dans le domaine des finances publiques. Certains candidats proposent en effet de nouvelles coupes budgétaires qui pourraient avoir pour conséquence de nouvelles baisses de dotation… et la hausse de la fiscalité locale.
L’élu FN a fait part également de l’inquiétude face aux deux projets de métropoles d’Orléans et Tours, qui risquent de relancer une concurrence entre les territoires, au détriment des villes moyennes comme Blois. Il s’est adressé en même temps au 1er vice-président du Conseil régional, Marc Gricourt afin que la Région soit attentive à cette évolution ( Agglo OB 2017).
En réponse le Président Christophe Degruelle s’est voulu rassurant, mais force est de constater que l’agglomération blésoise manque singulièrement de dynamisme et de projets par rapport à ses deux voisines.
Autre sujet qui a retenu l’attention, la rupture du contrat avec le gestionnaire du camping du Val de Loire. Mathilde Paris (FN), qui était déjà intervenue sur le sujet, a exprimé notre soutien à cette décision, regrettant qu’on ait peut-être trop tardé (la Nouvelle République du 10/02/2017).
Elle a insisté sur la nécessité de développer cet équipement, indispensable dans le périmètre Blois-Chambord.
A noter le virage écolo-hamoniste de Marc Gricourt qui, après une intervention de Chantal Rebout, s’est abstenu sur une délibération visant à interdire les panneaux photo-voltaïques à Ménars dans le périmètre du château. Peut-être souhaiterait-il installer des éoliennes sur les cheminées de Chambord ?

(*) notre 3ème élu communuataire, Jean-Louis Berger, était absent hier pour raison de santé. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

1 Commentaire

Agglopolys : une réponse tardive et incomplète.

Christophe DegruelleLa réponse de Christophe Degruelle se veut cinglante. Elle est seulement méprisante. Comme d’habitude.
On se souvient que le président de Blois-Foot 41, François Jacob, s’était plaint d’un manque d’équité et de transparence dans l’attribution des subventions et du statut « privilégié » de l’ADA Blois basket (voir les articles précédents sur notre blog).

C’était le 26 décembre dernier.
Il aura fallu presque un mois au président de l’Agglo, Christophe Degruelle, pour apporter publiquement une réponse qui se résume plutôt à une série de démentis, comme s’il devait se justifier. (la Nouvelle République du 25/01/2017)
On peut se demander pourquoi un tel délai de réflexion ?
On se doute que ces éléments de réponses n’ont pas satisfait le président de Blois-Foot 41, qui réitère sa demande de transparence et d’équité, avec des critères clairement établis. Il  dénonce le « fait du prince » et les « petits arrangements netre amis » (la Nouvelle République du 25/01/2017).
Au passage, il épingle le fonctionnement du conseil et du bureau communautaire, au sein duquel les maires sont « tous alignés derrière le général ».
Un mode de fonctionnement que les élus FN dénoncent régulièrement.
Il est vrai que Christophe Degruelle, qui vient du Cabinet de Jack Lang, n’a jamais vraiment été un élu de terrain, il suffit de voir à quel point il semble s’ennuyer au conseil municipal de Blois (notre photo).

1 Commentaire

Moins de collectes sur Agglopolys. Avec plus ou moins de taxes ?

Benne à ordures AgglopolysLe savez-vous ? La collecte des déchets d’Agglopolys sera moins fréquente à compter de début février.
Les secteurs qui étaient collectés trois fois par semaine ne le seront plus que deux et ceux qui l’étaient deux fois par semaine passeront à une. Ce sera, par exemple, le cas de villes importantes comme Vineuil ou Saint Gervais. L’hyper-centre de Blois, le veinard, continuera d’être collecté six fois par semaine (la Nouvelle République du 10/1/2017).
Il est peu probable que cette baisse de fréquence des collectes entraîne une baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Pourtant nous serions en droit d’attendre une baisse dès lors que 27,5%  de ce que nous payons sont consacrés à la collecte elle-même. Nos élus poseront la question à l’Agglo.
Faut-il ajouter que, si Agglopolys ne livre pas de nouvelles poubelles plus grandes, il est probable qu’elles seront vite pleines et débordantes dès lors que la collecte ne se fait qu’une fois par semaine. Les sacs s’entasseront sur les poubelles et le travail de manutention sera plus important.
Nous reviendrons sur ce dossier brûlant de l’incinération des déchets ménagers en rappelant que, si les déchets ont diminué, la capacité d’incinération de l’usine de Valeco avait été, au départ, du temps de Jack Lang, surévaluée pour des raisons techniques mystérieuses qu’il faudra bien expliquer un jour.
Aujourd’hui, nous faisons le constat qu’il y a de moins en moins de déchets grâce au tri volontaire des habitants réalisé dans les déchetteries. Au prix de déplacements automobiles coûteux et d’émissions de CO2 plus conséquentes. Qui fait des économies ? Agglopolys peut-être mais pas les habitants d’Agglopolys. Affaire à suivre !

2 commentaires

Agglopolys : le fait du Prince ?

BF41On se souvient lors d’un récent conseil d’Agglopolys que le Président Christophe Degruelle avait répondu à Michel Chassier, élu communautaire blésois, au sujet d’une subvention au Défi Inter-entreprise : « il n’y a pas de vote de subvention car l’organisation du Défi interentreprises est une décision du président. Tant que je serai président cette manifestation aura lieu.« 
Le président de Blois-Football 41 s’est vu opposer le même type de réponse à une demande de subvention ou de partenariat, au prétexte que « le sport n’est pas une compétence d’Agglopolys« .
Sauf que l’Agglo gère les équipements sportifs « dépassant par leur taille ou leur fréquentation le cadre communal« , c’est le cas des piscines, mais elle soutient également l’ADA Blois Basket et la réalisation de la salle du Jeu de Paume, investissement majeur de la mandature, est justifiée en partie par la montée de l’ADA en pro B.
Etant donné le rayonnement et les résultats de Blois-Football 41, la question mérite donc d’être posée et devrait faire au minimum l’objet d’un examen collectif des élus au sein du bureau communautaire.
En attendant le président de Blois-Football 41 vient d’adresser un courrier à tous les maires de l’Agglo, dans lequel il pose aussi une question plus grave : y aurait-il des pressions exercées sur les entreprises dans le cadre des marchés de l’Agglo ?

2ème échangeur de Blois : qui paiera ?

pageautoroute.jpgLe Président d’Agglopolys Christophe Degruelle (PS) et le président du Conseil départemental Maurice Leroy (UDI) viennent de co-signer un courrier adressé à Ségolène Royal, ministre en sursis pour demander à Cofiroute une étude sur une 2ème sortie d’autoroute à Blois.
Pourquoi l’Agglo rejoint-elle l’idée, agitée par Nicolas Perruchot durant la campagne des élections départementales, alors que de son côté le maire de Blois était plutôt réservé ? Pourquoi la CCI, jusqu’ici plutôt favorable ne semble plus suivre le projet ? Cela mérite quelques explications.
D’abord sur l’intérêt de l’opération.
L’échangeur de Blois-La Chaussée enregistre un trafic moyen de 11 000 véhicules/jour, à comparer aux 45 000 véhicules/jour de l’axe nord-sud (D952 A), très en-deçà des flux de circulations enregistrés à Orléans, qui compte 3 sorties pour une population dans l’aire urbaine (au sens INSEE) de 425 000 habitants contre 125 000 pour Blois.
Les bouchons observés quotidiennement depuis le sud du pont sur la Loire jusqu’à Fossé ne sont dûs qu’en partie à la sortie d’autoroute. C’e sont plutôt les flux nord-sud qui bloquent la sortie d’autoroute.
Une deuxième sortie mais où ?
Le problème de la deuxième sortie, c’est qu’on ne voit pas très bien où elle pourrait déboucher. La solution proposée serait de la raccorder à la route de Saint Sulpice. On ne voit pas bien l’intérêt pour les poids-lourds, puisque les zones d’activités sont à l’opposé et qu’il n’est pas possible de rejoindre la Loire (D952) sans revenir sur le quartier gare.
Autre question : qui va payer ?
Si jamais Cofiroute accepte de créer un nouvel échangeur, les collectivités seront appelés à le financer majoritairement.
L’Agglo ? Pas avant 2020, et au détriment du reversement aux communes membres.
La Ville de Blois ? Les marges sont encore plus limitées.
Le département ? Au prix d’une nouvelle hausse de la taxe foncière ?
On comprend aussi le désengagement de la CCI par ses propres contraintes financières.
Au passage, il est amusant de voir Maurice Leroy défendre ce projet alors qu’il s’est rallié à François Fillon, qui promet de supprimer les départements et de tailler dans les dépenses publiques !
Le Front National a toujours privilégié une autre solution qui consisterait à raccorder la sortie existante à la rocade nord en longeant l’autoroute au nord de la polyclinique. Il resterait ensuite à réaménager le rond-point de la route de Vendôme pour faciliter la sortie vers Vendôme et le centre commercial.
Si une deuxième sortie devait être envisagée, il faudrait plutôt raisonner à l’échelle de l’agglo et du département, peut-être à hauteur d’Herbault où le raccordement serait assez facile, ce qui permettrait de redynamiser les communes situées au nord-ouest de la Forêt de Blois.
Quand on prétend défendre les intérêts de l’Agglo et du Département, il faut raisonner un peu plus large !

Azalys : encore un bus en panne.

Maintenance bus AZALYSPhoto d’illustration : maintenance d’un bus chez Azalys.
Annonce laconique transmise par l’exploitant du réseau Azalys par SMS : « Lundi 3 octobre, ligne A, le départ de Renaissance à 13 h13 n’est pas assuré (bus en panne à Renaissance). Nos excuses pour la gêne occasionnée.« 

N’en déplaise à Christophe Degruelle, la série des pannes continue. Les problèmes de maintenance sont-ils résolus ?
Dommage pour les personnes qui se rendaient à la Polyclinique et ne pourront pas être à leur rendez-vous.
Nous continuerons à tenir les habitants de l’Agglo informés, et nous lancerons prochainement notre propre enquête auprès des usagers.

Azalys : le dossier qui fâche le Président de l’Agglo.

busLe rapport annuel du délégataire est une obligation légale, quel que soit le service : eau, assainissement, transports etc…
C’est l’occasion d’avoir des données précises et de se rendre compte si le délégataire a bien respecté les termes du contrat.
Malheureusement, on a l’impression que c’est un peu comme les rapports de la cour des comptes : ils sont fort instructifs, mais rarement suivis d’effet.
Ainsi le rapport transmis par Kéolis, l’exploitant du réseau Azalys pointe un certain nombre de problèmes, sans véritablement proposer de solutions, et sans que le débat soit permis publiquement au conseil communautaire.
Pour l’information des habitants de l’Agglo, nous allons donc y revenir plus en détail, sachant que le rapport complet est consultable : Keolis_Blois_Rapport_du_Délégataire_2015.
Pannes bloquantes : +28%.
Le taux de panne augmente globalement de 14%, mais les pannes « rouges », autrement dit celles qui entraînent une immobilisation et pénalisent l’usager, augmentent de 28%. On nous explique que cela est dû à la vétusté du parc : plus de 12,5 ans de moyenne d’âge pour les bus en début d’année, alors que la moyenne nationale sur les réseaux de bus urbains est 7,9 années. Le renouvellement de 6 bus en 2015 devrait améliorer la situation, mais les alertes reçues au mois de septembre 2016 montrent que les pannes sont encore nombreuses. Le délégataire confirme l’information que nous avions également de source syndicale : l’absence du chef d’équipe de maintenance sur la fin d’année a entraîné également une dégradation.
En lire plus …

7 commentaires

Agglopolys : Christophe Degruelle, moi président !

Christophe DegruelleAgglopolys : est-il interdit de poser des questions ?
Le conseil communautaire d’Agglopolys a été vite expédié ce soir à Chailles. 46 délibérations en 1 h 30, soit moins de 2 minutes en moyenne, alors qu’il y avait à l’ordre du jour les rapports annuels sur les transports urbains, le centre aquatique, l’assainissement, la camping du Val de Loire etc…

D’emblée Michel Chassier (FN-Blois) a posé deux questions sur les décisions du Président.
La première  sur le Défi Inter-entreprises. Christophe Degruelle avait en effet affirmé dans la Nouvelle République (16/09/2016) : « il n’y a pas de vote de subvention car l’organisation du Défi interentreprises est une décision du président. Tant que je serai président cette manifestation aura lieu. » Alors que l’élu FN s’étonnait de cette méthode cavalière et du fait que cette « subvention » soit présentée comme une prestation, le président de l’Agglo a maintenu que ce n’était pas une subvention, et qu’il en avait été décidé ainsi sous la précédente mandature. Circulez, y’a rien à voir.
En lire plus …

2 commentaires

Azalys : pannes à répétition pour les bus de l’Agglo.

Screenshot_20160926-1730203 pannes en 5 jours : manque de moyens pour la maintenance ou vétusté du matériel ?
Depuis quelques temps les usagers des transports urbains de l’Agglo se plaignent de retards fréquents.

Bien sûr il peut y avoir des impondérables liés à le circulation, à des manifestations sur la voie publique, aux travaux, mais ce qui interroge c’est le nombre de retards ou d’annulation causés par des pannes : au moins 5 entre le 8 et 26 septembre.
On peut se demander si l’exploitant a fait les investissements nécessaires sur les dernières années.
Malgré la hausse du versement transport payé par les entreprises, l’équilibre du budget reste précaire.
C’est une des conséquences de l’élargissement de l’Agglo à des zones éloignées qu’il faut désormais desservir.
Mais les usagers voudraient bien pouvoir compter sur un service régulier.

On construit illégalement à Blois dans le quartier de Bas-rivière

DSCI0588

Mois d’Août, c’est les vacances, mais pas pour tout le monde ! Sur Blois, dans le quartier de Bas rivière, les gens du voyage travaillent d’arrache-pied à construire des locaux, à poser des fosses septiques sur des terrains agricoles en zone inondables et cela sans autorisation, sans permis de construire.

Les faits ont déjà été signalé aux service municipaux par des habitants mais sans résultats, peut être que la Mairie n’ayant pas anticipé le déménagement de la Boire ne veut pas intervenir ?

En tout cas, ceux qui font ce type travaux illégalement savent bien qu’il y a moins de monde dans les services municipaux pendant les vacances. Résultat: tout sera terminé au moins de Septembre et aucune démolition ne sera prononcé (au mieux ils paieront une amende minime et le tour sera joué).

Tentez de construire, ne serait-ce qu’un simple abris de jardin sans autorisation … pas sur que cela se passe sans problème !

Pourtant la loi est la même pour tout le monde … ou devrait l’être!

4 commentaires

Aggloploys : les dérives de la loi NOTRe et le gouffre financier du village d’entreprises Bégon-Lapérouse..

Bégon-LapérouseDernier conseil communautaire avant les vacances hier soir à Villebarou.
56 délibérations étaient à l’ordre du jour, dont plusieurs avaient trait aux conséquences de la loi NOTRe.
Ainsi la  Société d’Economie Mixte Territoires Développement propose d’étendre son périmètre d’intervention… à la Région Centre !
Alors que la Région s’apprête à créer sa propre SEM, bien que la compétence en matière de foncier d’entreprise ait été donnée aux intercommunalités.
Michel Chassier est aussi intervenu au sujet de la suppression de la notion d’intérêt communautaire, qui au départ constituait la raison d’être de l’intercommunalité.
Mathilde Paris a interrogé le Président de l’Agglo au sujet du nouveau Pôle départemental du Tourisme, dans lequel curieusement Agglopolys et le Pays de Chambord ne sont pas parties prenantes. Christophe Degruelle a été contraint de reconnaître le flou plus ou moins artistique qui demeure dans ce domaine, où la loi NOTRe n’a pas tranché.
Sur le budget supplémentaire, les élus FN se sont abstenus, en raison d’une nouvelle dépense (957 000 € venant s’ajouter aux 300 000 € déjà votés en 2016) pour le village d’entreprises Bégon-Lapérouse.
L’échec du projet initial qui remonte à 2004 n’est probablement pas dû au concept lui-même, qui avait bien fonctionné sur le site de l’Arrou, mais à la situation géographique dans un quartier où la PRU n’a pas résolu les problèmes récurrents d’insécurité. Rappelons que lors des émeutes de novembre 2014 plusieurs véhicules d’entreprises ont été incendiés sur le site.
Agglopolys a pris le relais de la Ville de Blois pour combler le déficit de ce village d’entreprises et financer de nouveaux aménagements dont nous avons confirmation qu’ils ne seraient jamais rentabilisés.
Comme d’habitude, les élus FN ont été les seuls à faire des remarques, les représentants des autres communes n’osant pas intervenir sur certains sujets délicats.

 

 

Non aux Hyper qui tuent le petit commerce !

Auchan VineuilBonne nouvelle pour Blois et l’Agglomération. Enfin un coup d’arrêt dans l’implantation des grandes surfaces !
La cour administrative d’appel de Nantes a rejeté la requête d’Immochan (Auchan) qui souhaitait procéder à une extension de la zone commerciale des Sablons de Vineuil (la Nouvelle République 1/7/2016 ).
C’est la deuxième fois que le groupe Immochan est désavoué: le refus émane cette fois de la Cour administrative d’appel de Nantes. Pourtant, fin mai, le rapporteur public (procureur ) avait préconisé l’annulation de la décision de la CNAC (Commission Nationale d’Aménagement Commercial) qui s’était opposée en juin 2014 à l’extension du centre commercial Auchan, dans la zone d’activités des Sablons.
Immochan a encore la possibilité de déposer un recours devant le Conseil d’Etat, ce qui pourrait être long. Ou bien de procéder par petites tranches inférieures à 1.000 m2, ce qui serait un détournement de l’esprit de cette décision de justice.
Le maire de Vineuil, François Fromet, est le seul à déplorer cette décision et regrette de devoir « se battre contre les blocs Ville de Blois – Agglopolys ». En effet, Chistophe Degruelle et Marc Gricourt sont opposés à cette extension en raison du projet d’implantation commerciale du Chevet Saint Vincent.
Est-ce à dire que les intérêts de Blois ne sont pas les mêmes que ceux des communes de la périphérie ? Sans doute. Est-ce à dire qu’il y a de l’eau dans le gaz dans la majorité socialiste  d’Agglopolys ? Probable.
L’avenir le dira. Mais c’est une bonne nouvelle pour le commerce blésois dans son ensemble.

Les Hyper ne sont pas toujours super !

AuchanNous apprenons la possible extension de la zone Auchan malgré l’opposition du président d’Agglopolys, du maire de Blois et de Stéphane Baudu, président du Syndicat intercommunal de l’agglomération blésoise (la Nouvelle République 1/6/2016). Une opposition que le Front National approuve.
Auchan avait vu son projet rejeté à deux reprises par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial. Mais, hier, le rapporteur public a préconisé devant la cour administrative d’appel de Nantes d’annuler la décision de la CNAC qui s’était opposée en juin 2014 à l’extension du centre commercial Auchan, dans la zone d’activités des Sablons de Vineuil. La cour administrative d’appel de Nantes, qui a mis son jugement en délibéré, rendra sa décision sous quatre à six semaines.
Il est clair que le gigantisme de ces centres commerciaux à la périphérie de nos villes tue le commerce de nos centres villes et neutralise les aménagements ou projets communaux destinés à relancer la fréquentation du cœur de ville. Il y a là un danger que les Blésois doivent voir malgré les chants de sirène d’une fausse modernité. Affaire à suivre.

Quelques remarques d’importance sur la vie politique d’Agglopolys

AgglopolysL’UMPS ou LRPS n’est pas un mythe. C’est une pratique politique confirmée par Christophe Degruelle, le président d’Agglopolys : «  Avec Maurice Leroy nous avons des différences mais nous avons une analyse convergente et…une fois les élections passées notre intérêt est de nous retrouver main dans la main. » (Nouvelle République 17/5/2016) Nous le savions déjà mais cela va mieux en le disant !

Fusion entre Agglopolys et Grand Chambord.

Christophe Degruelle est favorable à cette fusion et il pense que ceux qui n’en veulent pas le font dans un souci de « confort et de tranquillité ». Comme s’il était dépositaire de l’audace et de l’inconfort, lui qui, venant de l’école normale d’instituteurs des Hauts de Seine, a été nommé par Jack Lang Inspecteur d’Académie de Paris sans le moindre concours, par simple affinité personnelle. A noter qu’il n’a jamais été élu en dehors d’un scrutin de liste, à la différence de Gilles Clément, le Président du Grand Chambord.

Avec sa vision parisienne du monde, il ne voit pas que la course systématique à la croissance des Agglos ou des Intercommunalités sans que le terrain s’y prête  naturellement est une faute stratégique. Il ignore la notion de subsidiarité, base de la démocratie effective.

Ceux qui, comme Gilles Clément, s’opposent à cette fusion font preuve, à notre avis, d’un bon sens enraciné dans une pratique du terrain qui n’oscille pas entre Blois et Paris. Pourvu que le maire de Mont Près Chambord tienne bon! Le Front National le soutiendra dans  cette démarche.

Surtout ne pas choisir mais être choisi !

Fidèle à sa carrière de courtisan, Christophe Degruelle, courageusement, ne choisit pas entre les « Frondeurs » et le Gouvernement socialiste de Manuel Valls. Il ne sait pas encore qui va gagner. Alors, pour lui, il est urgent d’attendre et de ne pas se prononcer! En outre, dire que la candidature, presqu’obligatoire, de François Hollande est la conséquence des institutions dont nous serions les prisonniers relève de la galéjade. Ou d’un parisianisme achevé. Un président à 12% d’opinions favorables ne peut pas être un candidat crédible. Sauf, vu de Paris !

Un pôle métropolitain Tours-Blois-Orléans ? Le FN d’accord avec Degruelle!

Lors de la dernière campagne des élections municipales, le Front National avait rappelé l’exigence de renforcer l’assise de l’agglomération de Blois, prise en étau entre Tours et Orléans. Le Front National soutiendra Christophe Degruelle dans son souhait de défendre Agglopolys face au projet de métropole de Tours ! Comme quoi, le FN est pragmatique et très peu dogmatique.

 

Agglopolys. Le FN, seule force d’opposition/proposition

AgglopolysA l’occasion de la conférence de presse qu’a tenue Christophe Degruelle dans les locaux de la Nouvelle République, le président d’Agglopolys fait remarquer que les débats dans cette assemblée sont sereins et « concrets », et que même le FN ne s’essaie quasiment pas à prendre des postures. (Nouvelle République 17/5/2016).
Faut-il rappeler que les élus FN ne prennent jamais de « postures » mais que les critiques-ou les approbations- qu’ils formulent s’appuient TOUJOURS sur des chiffres précis, des faits concrets et , surtout des PROPOSITIONS, elle- mêmes chiffrées. C’est sans doute pour cette raison que le président d’Agglopolys ne répond jamais aux interventions des élus du Front national. Ce qui est étonnant pour un démocrate professionnel mais pas surprenant pour un disciple appointé et promu par Jack Lang.
S’il est vrai que les interventions des élus du FN sont souvent uniques et isolées, les remarques que leur font en privé les élus de l’Agglo les conduisent à penser que le couvercle posé par Christophe Degruelle sur le chaudron de l’Agglo ne restera pas indéfiniment en place. Et cela Christophe Degruelle le sait.
Il n’en reste pas moins que le FN est la seule force d’opposition/proposition si l’on rappelle que les amis de Jacques Chauvin ont voté le budget de Christophe Degruelle sans la moindre hésitation. Ce qui n’est pas le cas du Front National.

Nous y reviendrons.

 

 

 

 

1 Commentaire

Vive les « jardins familiaux » de Blois !

Incendie jardins 14-12-1Cabanons de jardins incendiés à Blois en décembre 2012.
Chacun comprend le succès des « jardins ouvriers », appelés aussi « jardins familiaux », des parcelles de terre que des Blésois habitant en appartement louent pour garder le contact avec la terre et déguster leurs propres produits.
Non loin du Parc des expositions, un groupe de 70 jardins avait été abandonné à la suite des vols qui laissaient planer un climat d’insécurité. Du matériel de jardinage y avait été dérobé, des parcelles avaient été dégradées et les locataires, écoeurés, avaient quitté les lieux.
A juste titre, Agglopolys avait alors fait l’acquisition du terrain, avec l’idée de remettre en état de nouvelles parcelles. Mais le projet n’a jamais été inscrit au budget même si le Président Christophe Degruelle promet qu’il n’est pas abandonné et seulement repoussé (la Nouvelle République 15/4/2016) On se demande bien pourquoi, car ce projet « de proximité » ne doit pas coûter bien cher.
Les élus du Front National ne manqueront pas de relancer publiquement cette initiative de bon sens même s’ils estiment que c’est d’abord la sécurité qui doit être restaurée  dans la zone de La Boire et du Parc des expositions.

Incendie à La Chaussée St Victor rue des Violettes.

Incendie 1Un incendie s’est déclaré dans la nuit de vendredi à samedi, vers 4 h du matin, rue des Violettes, à La Chaussée-Saint-Victor (la Nouvelle République 14/2/2016). Un local pour poubelles situé à proximité d’un immeuble habité a été détruit entièrement par les flammes sans toutefois se propager vers les appartements occupés.
Merci aux Pompiers de Blois Nord de s’être déplacés pour éteindre le feu.
L’enquête permettra de préciser s’il s’agit d’un incendie volontaire ou accidentel. Mais, c’est bizarre, les incendies de poubelles ou de voitures surviennent surtout en fin de semaine et en période de vacances !

Agglopolys : déni de démocratie !

Michel-Chassier-Session-300x276Christophe Degruelle

Sa majesté Christophe 1er refuse de répondre aux questions du FN en conseil d’Agglo.
Le projet de territoire n’a pas été voté par les communes, les habitants ne sont pas informés.

Le conseil communautaire d’Agglopolys réuni ce soir à Monthou sur Bièvre examinait le « projet de territoire ».

Un document préparé en bureau communautaire, et sur lequel nous n’avons jamais été consultés bien qu’élus blésois et communautaires.
Michel Chassier est intervenu pour critiquer cette méthode, en regrettant que les conseils municipaux ne soient pas appelés à en délibérer ( Projet de territoire)
L’élu FN n’a pas manqué de rappeler que le seul projet qui a guidé l’Agglo depuis le départ était l’extension de son périmètre géographique afin de parvenir au seuil des 100 000 habitants.
En fait c’est une remarque de la Chambre régionale des Comptes Centre-Limousin qui a contraint Agglopolys a rédiger ce document, dont les objectifs restent par ailleurs assez flous.
Christophe Degruelle a refusé de répondre à ces différentes remarques, au prétexte qu’il s’agirait d’une intervention politique et hors sujet.
Décidément le Président d’Agglopolys n’aime pas les critiques et n’admet toujours pas que le conseil communautaire puisse être autre chose qu’une simple chambre d’enregistrement.
Il est vrai que selon le Président, ce projet de territoire n’est pas un « document grand public », il est seulement destiné aux maires et aux élus.
Déjà le 27 mars dernier, le Président de l’Agglo n’avait apprécié que nos élus votent contre son budget : crime de lèse-majesté !
Curieuse conception de la démocratie de la part de ces donneurs de leçons. Imaginez quelle serait la réaction de M. Degruelle et de ses amis si une municipalité FN se comportait ainsi !

Mais nos élus continueront à tenir leurs engagements et à poser des questions, même si cela déplait à sa majesté Christophe 1er !
Et d’ores et déjà, nous mettons à la disposition de nos concitoyens le projet d’Agglomération, afin que chacun en ait connaissance. Vous pouvez télécharger le document au format pdf : PROJET DE TERRITOIRE AGGLOPOLYS
Notre groupe a logiquement voté contre, Jacques Chauvin (LR) a au contraire apporté un soutien appuyé au Président de l’Agglo, quand à Patricia Fhima (UDI, 10ème sur la liste de Philippe Vigier aux régionales) elle a également voté ce projet. Ne parlons pas du MoDem : Jacqueline Gourault, comme d’habitude, trônait aux côtés de Christophe Degruelle. PS-LR-UDI-MoDem : tous ensemble une fois encore pour adopter un projet sur lequel les communes n’ont pas délibéré et dont les habitants ne sont pas informés !

1 Commentaire

La désespérance sociale doit conduire à un vote de sursaut national !

soufrance-stress-au-travailLe 5 Octobre, deux dirigeants d’Air-France, dont le DRH, ont été agressés par des salariés « remontés » par l’annonce de la suppression de 2 900 emplois dès 2016. Je ne cautionne pas la violence. Les personnes qui ont commis ça (d’ailleurs, ce ne sont pas des pilotes d’Air-France) dénaturent l’action syndicale si ce sont des syndicalistes. En même temps, ces mêmes dirigeants sont sourds et aveugles face aux pleurs et à la détresse d’une salariée d’Air-France. Mais François Hollande et Manuel Valls s’indignent et annoncent que les coupables de telles violences seront sévèrement punis.

Dans un même temps, en Loir-et-Cher quand une multinationale (voir la Nouvelle République du 18-09-2015), Procter & Gamble va licencier 420 salariés, peu de personnes osent s’indigner ! Le Président de la République, François Hollande préfère visiter le zoo de Beauval en évitant ainsi la colère des salariés qui se battent pour la sauvegarde de leur emploi. Pourtant la lutte contre le chômage est (était ?) l’une de ses priorités…

Enfin, quand 80% des conducteurs de bus de Blois exercent leur droit de grève le 5 Octobre pour la défense du service public auprès des usagers, pour leurs conditions de travail et pour la modernisation et l’adaptabilité des transports, là encore Agglopolys ne répond pas aux attentes des salariés et de leurs syndicats, et Christophe Degruelle le président d’Agglopolys s’est montré particulièrement méprisant envers les conducteurs, selon nos sources. 

En lire plus …

1 Commentaire

Les bus à Blois : Et si on défendait la proximité avec un Service Public de qualité ?

Bus_Azalys

Ainsi donc, plus de 80% des agents d’Azalys ont fait grève ce Lundi avec une possible reconduction de leur mouvement demain (voir Nouvelle République du 5 Octobre). Les conducteurs de bus réclament de meilleures conditions de travail, des bus modernes et adaptés pour assurer un service de qualité que les habitants de Blois sont en droit d’attendre.

Au delà des revendications légitimes des conducteurs de bus avec leurs syndicats face à Agglopolys, force est de constater que l’Agglo, dans sa volonté d’expansion tous azimuts, ne répond pas aux besoins des habitants. En effet, à force de créer des structures administratives loin des réalités locales, les communautés d’agglomération, comme Agglopolys ne peuvent plus mettre les moyens matériels et humains pour assurer un Service Public de qualité. Ainsi les service de proximité, comme aussi les transports urbains sont progressivement absorbés et déconsidérés au profit de choix politiques discutables.

En lire plus …

Transports : conseil départemental UMP et Agglopolys PS se renvoient la patate chaude.

Capture

Photo Google Maps : Itinéraire à Villefrancoeur d’un enfant dépourvu de transport scolaire. 

En ce début de rentrée, c’est la problématique du transport scolaire en zone rurale qui, comme chaque année refait surface. Et les difficultés exaspèrent les habitants de Villebouzon, un hameau de Villefrancoeur, qui fait partie du nouveau canton d’Onzain mais aussi du périmètre d’Agglopolys. Et pour cause : les arrêts qui desservent la commune…sont situés après 3 km de parcelles agricoles isolées, au détour de routes étroites et non éclairées. En ce sens, il est légitime que les familles rechignent à laisser leurs enfants partir seul à l’école. 

En lire plus …

1 Commentaire

Agglopolys : Le Maire n’est plus maître chez lui en matière d’urbanisme !

130_logoagglopolysLe conseil communautaire d’Agglopolys s’est réuni hier soir à St Bohaire pour décider du transfert de la compétence « Plan local d’urbanisme » qui ne relèvera plus de la commune mais de l’Agglo. (Nouvelle république 10/7/15) Il faut savoir que la loi Alur impose ce transfert de compétence avant la date limite du 31 décembre prochain. Tous les maires d’Agglopolys ont, parait-il, approuvé cette mesure, qui, de toute façon, était imposée par la loi.

Pourtant, cette décision a une conséquence fondamentale : la commune, dépossédée de cette prérogative, ne sera plus maitresse de son destin en matière d’urbanisme. Certes, de nombreux maires sont heureux de se défaire de cette exclusivité génératrice parfois de durs conflits avec les administrés, avec, pour le maire, un risque de non réélection. Toutefois l’abandon de ce pouvoir est le début de l’affaiblissement des communes, puis de leur disparition. Et il faut savoir que cela a été programmé par les instances européennes.

Chacun constate qu’avec la loi NOTRe la multiplication des intercommunalités (ou leur regroupement), des agglomérations ou des métropoles annonce la disparition des communes. Or nous savons que les communes sont le véritable poumon de la concertation, du lien social, de la démocratie. Une démocratie vantée par ceux-là mêmes qui la neutralisent en inventant de grosses structures où l’administré ne connait pas son élu et où les responsabilités se diluent.

Sur le terrain, le maire est identifié, pas le président de l’Agglo ou de l’Intercommunalité. Quand il y a un problème c’est vers lui que les administrés se tournent et pourtant, peu à peu, avec son accord, on supprime les compétences du maire.

Il y a là une contradiction qui affaiblit le fonctionnement et la crédibilité de notre admlinistration. A croire que l’on veut à tout prix couper le lien entre l’électeur et l’élu. Le taux d’abstention aux élections montre que les Français ne sont pas dupes et que cela ne peut durer.

1 Commentaire

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...