Archives des tags : Blois

Vous avez aimé la Loi El Khomri, vous adorerez la liquidation du Code du Travail

Photo 8Après avoir été l’instigateur de l’infâme Loi El-Khomri, Emmanuel Macron (vous savez cet ancien banquier d’affaire), en bon petit soldat de l’Union Européenne, élevé à l’ultra-libéralisme le plus brutal, veut aller encore plus loin dans la déréglementation du travail pour en finir avec notre modèle social français.

Rappelons-nous, la Loi El-Khomri, ou Loi Travail c’est la suppression d’un certains nombres de droits sociaux comme :

- Une remise en cause du temps de travail, puisque la durée maximale de travail journalier passant de 10H à 12H, et la durée maximale de travail par semaine passant de 48H à 72H.

- Les heures supplémentaires déjà fortement fiscalisées, sont pour l’instant majorées de 25% pour les 8 premières heures et majorées à 50% pour les suivantes. Si un accord de branche est signé, la majoration descendrait à 10%.

- Pour les licenciements économiques, les règles seraient assouplies. Ainsi pour l’instant, une entreprise ne peut licencier que pour une cessation d’activité ou une mutation technologique. Demain d’autres critères seront pris en compte, comme le simple fait d’être en difficulté économique. Et pour une entreprise étrangère, elle pourra licencier si elle considère être en difficulté en France, même si elle se porte très bien à l’étranger.

- Des référendums d’entreprise pourraient être organisés, contournant ainsi la représentativité syndicale.

- La remise en cause de la médecine du travail, nécessaire système de prévention pour les salariés.

- La légitimisation du communautarisme dans l’entreprise en rompant avec  la laïcité qui prévalait jusqu’alors (le fameux article 6).

- Et pour finir, l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire la primauté des accords d’entreprises sur les accords de branche, créant ainsi un véritable dumping social entre les entreprises.

Cependant, avec les mobilisations et les manifestations qui ont eu lieu en France contre la loi El-Khomri en 2016, Hollande et toute sa clique (ou du moins ce que le MEDEF et l’Union Européenne ordonnaient), n’ont pu aller aussi loin qu’ils le voulaient dans la déréglementation du travail.

Maintenant qu’Emmanuel Macron est élu  Président de la République, il va tenter de finir le sale boulot commencé précédemment en 2016. Ainsi, il compte aller plus loin en allégeant considérablement le contenu du Code du Travail et en le modifiant en profondeur. Le Code du Travail, qui est un véritable rempart pour les salariés pour la garantie de leurs droits, ne serait réduit qu’à sa plus simple expression : salaire minimum, durée légale de travail, lutte contre les discriminations. Pour le reste, on s’en remet aux accords d’entreprise pour réglementer les relations entre employeurs et employés, et notamment les conditions de travail. Emmanuel Macron veut également privilégier les accords d’entreprises (généralement moins-disant socialement) sur les accords de branches, et aussi considérablement diminuer les indemnités prud’hommales.

Et l’alibi est toujours le même : la lutte contre le chômage. Alors que cela fait plus de 30 ans que les mêmes politiques inefficaces économiquement on produit les mêmes effets : un chômage de masse endémique.

Ce n’est pas en retirant des droits aux salariés que l’on réduira le nombre de chômeurs.

La seule vraie réponse au défi du chômage de masse, c’est de relancer notre économie, de développer la croissance par la relance,  c’est de défendre notre industrie, notre artisanat, nos savoir-faire, nos services publics qui participent à l’aménagement du territoire. Il faut mettre en place une véritable politique économique patriote (privilégier les produits français et issus  de nos terroirs dans les secteurs de l’administration et des entreprises publiques).

Et pour cela, il nous faut rétablir nos frontières et leur contrôle, privilégier les circuits de distributions courts, pouvoir vivre et travailler au pays, favoriser la production en France et consommer français. Il faut que la France retrouve toute sa souveraineté, que l’Etat assure le contrôle de son énergie, de ses transports, de ses communications. Cela passe par la construction d’un Etat fort et stratège qui garantisse la prospérité économique de notre pays.

Et c’est bien tout le contraire de ce que fait ce nouveau gouvernement, ouvert au chantre de la mondialisation « heureuse », dont les Français n’ont pas fini de payer l’addition. C’est la volonté d’ubériser l’économie, de précariser les salariés, de liquider le CDI. C’est pourquoi Emmanuel Macron, qui compte légiférer par ordonnances, pour aller vite, juste après les élections législatives et avant les grandes vacances, a la  bienveillance de Pierre Gattaz et du MEDEF.

La guerre sociale est donc déclarée contre le monde du travail, contre les salariés.

Dans un premier temps, il est donc nécessaire qu’une véritable opposition forte, patriote, sociale, populaire, souverainiste se créer à l’Assemblée Nationale, autour des députés Front National pour s’opposer à ce funeste dessein : aucune remise en cause de nos acquis sociaux, pas de déréglementation du travail.

Parallèlement, le cercle Front syndical, avec ses militants présents dans les grandes confédérations syndicales, agira pour que celles-ci prennent toutes leurs responsabilités, sans sectarisme, dans la défense du droit social en France, pour s’opposer à toute remise en cause du Code du Travail.

Le Code du Travail, c’est notre bien commun à tous, c’est notre assurance-vie sociale. Nous ne devons pas laisser les mondialistes et les libéraux-libertaires réunis autour d’Emmanuel Macron détruirent plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France.

 code-du-travail

Laurent Bras, syndicaliste, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

L’article est publié également sur le site de Riposte Laïque

0 Commentaires

Présidentielle en Action : Dans les coulisses de l’élection (Public Sénat)

Capturefff

Ce vendredi était diffusé sur Public Sénat un reportage dans les coulisses de l’élection présidentielle, entre le premier et le second tour.

Divers publics de toutes sensibilités politiques étaient suivis par la chaîne à Blois pendant les deux dernières semaines de campagne. Parmi eux, Laurent Bras, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41, syndicaliste et fonctionnaire de La Poste.

http://www.dailymotion.com/video/x5mylrb

0 Commentaires

Le syndrome de Stockholm.

Marc Gricourt 5 avril 2014Marc Gricourt, comme beaucoup de ceux qui ont appelé à voter Macron, commence à s’en mordre les doigts.
Nous poursuivons la chronique des législatives en Loir et Cher, en parallèle avec l’actualité nationale.

Dans la 2ème circonscription, Jean Luc Brault, maire de Contres depuis 2001, Président de la Communauté de communes Val de Cher – Controis, ancien conseiller général de Loir et Cher a présenté son suppléant à la presse.
Exit donc Christine Jagueneau, référente départementale d’En Marche.
Dans le Vendômois, ce sont des élus locaux qui représenterons le parti de M. Macron, Marlène Martin, première adjointe de Villiers et Jean-Pierre Mahaudeau, maire de Liginières.
Ce dernier déclare dans la Nouvelle République : « J’attendais quelqu’un qui se démarque du système actuel pour que l’intérêt général soit vraiment pris en compte dans nos petites communes… »
Propos pour le moins surprenants quand on sait que M. Macron est le pur produit du système et qu’il nous propose un retour à la IVème République tout en faisant du Président un monarque. Et surtout M. Macron entend poursuivre la politique de ses prédécesseurs visant à en finir avec l’échelon communal, en forçant aux regroupements et aux fusions d’intercommunalités au détriment de la proximité.
C’est un peu le syndrome de Stockholm !
Et au final ils auront comme adversaire un Maurice Leroy qui lui aussi flatte les élus des petites communes pour mieux les étouffer, et qui n’exclut de devenir ministre de Macron !
A Blois enfin, on voit Marc Gricourt s’émouvoir des conséquences des promesses macroniennes sur les finances communales !
C’est tout de même curieux, car lors du conseil municipal du 24 avril, Michel Chassier était intervenu pour souligner que le candidat soutenu par Marc Gricourt au le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » avait simplement répondu le maire de Blois.
Aujourd’hui il écrit au monarque républicain pour implorer sa clémence.
Mais comme disait Bossuet « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

7 commentaires

Blois : pas de trève pour les voitures brûlées.

Rue maryse Bastié_2Deux voitures ont été incendiées dans la nuit de lundi à mardi rue Maryse Bastié à la ZUP de Blois, au coeur d’un quartier entièrement rénové dans le cadre du PRU.
Une preuve supplémentaire que la délinquance n’est pas liée à l’urbanisme, ni d’ailleurs à la pauvreté comme certains le laissent entendre, ce qui est insultant pour les gens dans la précarité sociale, ce qui ne fait pas d’eux des voyous.
On sait bien que la plupart des faits de délinquance à la ZUP sont causés par les règlements de compte sur fonds de trafic divers, des guerres de territoires, ou encore une manière de se venger après certaines arrestations.
Ce n’est malheureusement pas près de finir.

1 Commentaire

Blois, plaque tournante régionale de la drogue ?

résine cannabis(image d’illustration)
Si Tours a désormais le statut de Métropole, il semble bien que la ville de Blois demeure un centre important du trafic de drogue en région Centre-Val de Loire.
En effet un véhicule a été intercepté le 8 mai dernier par les douanes au péage de Monnaie sur l’A10. A l’intérieur, 1 kg de résine de cannabis à destination du quartier du Sanitas à Tours, selon les déclarations du « jeune homme » appréhendé (la Nouvelle République du 13/05/2017).
L’individu avait déjà un casier judiciaire particulièrement chargé, avec 14 condamnations à son actif, dont huit en relation avec les stupéfiants. Au total cinq ans et demi de prison ferme ont déjà été prononcés contre lui à ce jour !
Ce qui on le voit ne l’empêchait nullement de poursuivre ses activités…
Malheureusement ce genre de situation va perdurer puisque les Français ont choisi la continuité.
La remise en ordre de la France n’est pas pour maintenant.

3 commentaires

Blois Quinière : « tout ne va pas mal ! »

incendie-quiniere(image d’archives : feu de voitures à la Quinière).
Les habitants des quartiers ouest de Blois étaient nombreux mardi soir à la salle Dorgelès venus entendre le maire à la réunion de quartier.

Sans surprise deux questions sont ressorties : l’avenir du centre commercial Quinière et la sécurité dans le quartier.
Avec encore 3 voitures brûlées ce weel-end, les abords du centre commercial transformés en marché de la drogue, les habitants sont de quoi être exaspérés.
Le maire, Marc Gricourt, a répondu que « Tout ne va pas bien mais tout ne va pas mal« .
Pas sûr que cela suffise aux habitants, qui attendent une réponse plus ferme et surtout des actes.
A propos du trafic de drogue, un habitant signale que c’est un commerce « très florissant, qui fonctionne tous les soirs et dont les prix sont affichés sur des poteaux. »  Des faits maintes fois signalés et que le maire n’a pas cherché à démentir. Mais sa réponse peut surprendre : il souhaite la libéralisation de la vente de cannabis. «  La seule façon de casser les trafics ».
Il est vrai que si le vol était légalisé il n’y aurait plus de voleurs !

2 commentaires

Voitures brûlées à Blois La Quinière

20170508_025602

Trois voitures ont brûlés (dont deux par propagation), dans la nuit du 7 au 8 mai, rue Voltaire, dans le quartier de Blois La Quinière. Cela c’est produit à un mètre d’un bâtiment qui a été dégradé.

Pour rappel nous sommes toujours en Etat d’urgence …

0 Commentaires

Soirée électorale du 2ème tour.

18119558_1288659034585671_3831050586762333496_nVous êtes cordialement invités à notre soirée électorale dimanche soir à partir de 20 heures à notre permanence salle du Bourg Saint Jean, 31 rue du Puits Châtel à Blois.
Vous pourrez suivre les résultats du Loir et Cher mais aussi régionaux et nationaux sur grand écran, autour d’un buffet, en présence des responsables et des élus de Loir et Cher, ainsi que de tous les militants.

0 Commentaires

Trois voitures brûlées à Blois, une à Fontaines en Sologne.

18318745_10213197630639103_347190452_oRestes d’un véhicule calciné Rue Lenôtre. Photo prise par un riverain le vendredi 5 mai 2017.
Trois voitures ont été brûlées dans la nuit de mercredi à jeudi à Blois : deux rue Lenôtre à la Quinière (un riverain nous parle de trois voitures ?), où ce n’est malheureusement pas la première fois, une rue Louis Bréguet à l’entrée du quartier des Sarrazines, quartier pavillonnaire d’ordinaire plutôt calme mais tout proche de certaines zones « sensibles » de la ZUP de Blois.

Un quatrième véhicule a été brûlé le même soir à Fontaine en Sologne, mais dans ce dernier cas nous n’avons pas encore d’indication sur les causes de l’incendie.
 

0 Commentaires

#Marine2017 : pour sauver le modèle social fançais, il faut battre Macron en votant Marine le 7 mai.

DELPHI 04-05-2017

Ce 4 Mai, le cercle Front syndical, avec des militants du Front National s’est rendu à la sortie des usines pour lancer un appel aux salariés de France. Avec Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical, nous étions présents à Blois, devant l’entreprise DELPHI et avec Mathilde Paris, Conseillère Régionale Centre Val-de-Loire, à Theillay, devant l’entreprise FAURECIA (voir la NR du 05/04/2017).

Ces deux entreprises, équipementiers de l’automobile, sont emblématiques des ravages causés par la mondialisation et la politique menée par la Gauche et la Droite au pouvoir depuis plus de 30 ans, puisque DELPHI est victime d’une délocalisation à l’intérieur même de l’Union Européenne, sa production étant partie en Roumanie, pays moins-disant socialement, ce qui a provoqué plusieurs plans sociaux destructeurs d’emplois. Quant à FAURECIA, c’est 92 emplois qui sont supprimés, en raison d’une délocalisation vers d’autres sites européens, notamment au Portugal.

La mondialisation « heureuse » prônée par Emmanuel Macron c’est la brutalité d’un Système qui s’abat sur les plus faibles, c’est la loi du plus fort sur le plus faible, c’est l’organisation d’encore plus de chômage de masse et in-fine c’est la misère sociale comme seule espérance pour des millions de salariés.

En effet, Mr Macron, le candidat mis en place par le Système, ce banquier d’affaire au service des puissances d’argent n’a que faire de notre modèle social français. L’instigateur de l’infâme Loi El Khomri, injuste socialement, inefficace économiquement, veut s’il parvient au pouvoir l’amplifier et la porter à la puissance 1000. Avec Emmanuel Macron à la tête du pays, c’est la fin du Code du Travail, qui reste un rempart de protection pour les salariés, c’est la déréglementation à outrance du travail et des services publics, c’est la fin de la médecine du travail, outil de prévention pour les salariés. Enfin pour finir, c’est la fin de la primauté des accords de branche sur les accords d’entreprise, permettant ainsi une concurrence acharnée entre entreprises, sur le dos des salariés. En clair, M Macron Président de la République c’est la ruine de nos acquis sociaux, c’est la guerre sociale déclarée au monde du travail.

Cela les salariés ne le veulent pas, pas plus pour eux, que pour leurs collègues, leurs enfants. Et avec eux les syndicalistes, qui se battent pied-à-pied tous les jours contre les ravages de la mondialisation, avec son cortège de délocalisation, restructuration, plan sociaux et à la clef licenciements, n’accepteront pas que demain un banquier d’affaires balaye plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France.

A l’apposé des 144 engagements de Marine Le Pen, dont pas un seul ne restreint notre modèle social français auquel nous sommes fortement attaché ; 144 engagement qui au contraire visent à protéger les Français. C’est d’ailleurs ce qu’un syndicaliste CGT de DELPHI, venu discuter avec nous devant l’entrée à parfaitement compris, puisqu’il nous a dit « J’ai voté Marine le Pen au 1er tour », prenant des tracts pour les diffuser à l’intérieur.

C’est pourquoi de plus en plus de salariés, et avec eux des syndicalistes, comprennent bien que la préservation du modèle social français, bien mis à mal par l’Union Européenne et ses partisans comme M Macron, ne peut être défendu que dans le cadre de l’Etat-nation.

C’est ce que le cercle Front syndical, parce que constitué de syndicaliste honnête, responsable et lucide a voulu montrer en diffusant un tract d’appel aux salariés de France :

Pour la survie de notre modèle social français, il faut battre Emmanuel Macron, donc voter Marine Le Pen.

L’album-photos Facebook de l’action devant DELPHI à Blois et devant FAURECIA à Theillay

 

 

Article sur la Nouvelle République du 5-05-2017

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

2 commentaires

A la rencontre de ceux qui se lèvent tôt pour aller travailler

Action rond-point 4-05-2017

Aujourd’hui Jeudi 4 Mai au matin plusieurs militants du Front National étaient présents sur le rond-point de Cap’Ciné pour distribuer des tracts et afficher leur soutien à Marine Le Pen. Nous avons été à la rencontre de ces français qui se lèvent tôt le matin pour aller travailler, avec un accueil enthousiaste.

Nous devons dénoncer l’imposture Macron, ce clone de Hollande, qui mettra en place une politique que les Français ne veulent plus. Ce banquier de la finance mondiale n’a qu’un seul objectif : déréglementer le droit du travail, sur injonction de l’Union Européenne.

Au final, la seule candidate du peuple, la seule qui défende les intérêts de la France, c’est bien Marine Le Pen.

L’album-photos sur Facebook

Laurent Bras, Secrétaire départemental Adjoint du FN41

0 Commentaires

#Marine2017 : le campagne du 2ème tour bat son plein en Loir et Cher

Blois Vienne 04-05Distribution à Blois Vienne le 3 mai.
Les militants du Loir et Cher ne relâchent pas leurs efforts : les actions se poursuivent tous les jours sur tout le département.

Un nouveau document comparant brièvement les programmes de Marine Le Pen et de M. Macron est en cours de diffusion à 15 000 exemplaires, l’affichage se poursuit, plusieurs actions sont prévue demain ainsi que deux passages sur les radios locales.
Nous envoyons dans les mairies nos dernières désignations de délégués et d’assesseurs, en tout plus d’une soixantaine qui pourront tourner sur plus de 250 bureaux de votes.
Nous relançons un appel à tous pour la surveillance du dépouillement.
Chaque voix compte !

0 Commentaires

Une interview de Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical sur Radio Liberté

Laurent Bras-481Laurent Bras, Syndicaliste, Secrétaire Général du cercle Front syndical et Secrétaire Départemental Adjoint du FN41 était interviewé le 2 mai par Radio Liberté (l’équivalent radio de TV Liberté).

L’occasion de revenir sur la place du discours social dans la campagne de Marine Le Pen et dans le Front National.

 

 

1 Commentaire

Retour du meeting de Marine Le Pen : un discours de combat

1er Mai 2017

1er Mai, fête du travail : plus de 50 personnes du Loir-et-Cher, parmi les plus de 25 000 personnes présentes se sont retrouvé aujourd’hui à Villepinte pour assister au grand meeting de Marine Le Pen. Nicolas Dupont-Aignan à ouvert cette réunion publique, dans une grande ferveur. Dans un courage politique exemplaire, et en dépassant les postures personnelles, il a rejoint la Grande Alliance Patriotique et Républicaine dans l’intérêt supérieur de la France et fera campagne au côté de Marine Le Pen. Longuement ovationné, les militants du Front National lui on tout simplement souhaité la bienvenue chez nous, dans ce rassemblement du camp patriote ! 

Ensuite, dans une déclaration pleine d’énergie, Marine Le Pen a largement démonté l’imposture d’Emmanuel Macron. Les Français ne veulent plus de François Hollande, l’un des pires Président de la Vème République. C’est pourquoi ils l’ont « sorti » par la porte. Voilà maintenant qu’il tente de rentrer par la fenêtre grâce à son clone : Emmanuel Macron. 

En 2012, Le même François Hollande disait « mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais de candidature. Il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne ! Cet adversaire c’est le monde de la finance ». Marine, dans une posture de combat, démontre que « cette fois, le monde de la finance a un nom, un visage, il présente sa candidature : il s’appelle Emmanuel Macron ». Ce banquier d’affaire, chargé des fusions et acquisitions dans le groupe Rothschild, comprendre délocalisations, restructurations et suppressions d’emplois, n’a que faire du monde du travail. Son funeste projet, c’est marche ou crève, déréglementation à outrance, casse des acquis sociaux et du Code du travail. Emmanuel Macron, l’instigateur de la Loi El-Khomri, qu’il n’a même pas eu le courage de signer, c’est la guerre sociale déclarée aux salariés, au monde du travail. 

Le même Emmanuel Macron, en bon mondialiste qui se respecte, nie l’identité culturelle et identitaire de la France, n’a décidément que faire de son patrimoine et de son histoire, qu’il connaît mal d’ailleurs. 

Marine Le Pen a réaffirmé que si elle élue le 7 mai prochain elle nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier Ministre. Mais les Français aimeraient bien savoir qui Emmanuel Macron nommera. Laurence Parisot, l’ancienne patronne du MEDEF ? Tout un symbole ! 

En fait la réalité est simple : Emmanuel Macron c’est François Hollande qui veut rester, c’est Hollande en pire, c’est Hollande puissance 1000. 

C’est pourquoi le 7 Mai, il faudra faire le choix de la France, celle du travail et des valeurs, enracinée dans ses terroirs, défendue par la seule Marine Le Pen. En opposition avec le projet d’Emmanuel Macron, totalement soumis aux puissances financières, à l’Union Européenne, à tous ceux qui veulent en finir avec nos valeurs sociales et identitaires. 

Le 7 Mai, pour que le monde de la finance ne s’empare pas de l’Elysée, il faudra faire barrage à l’arrogance, à l’argent roi, il faudra dégager Macron. 

Laurent Bras, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

 

Lien vers l’album-photos de cette journée sur Facebook

1 Commentaire

#Marine2017 : nos équipes de campagne sur les marchés.

Marché Louis XII 29-04Ce samedi matin nos équipes de campagnes étaient sur les marchés à Blois, Romorantin, Salbris et Vendôme.
Malgré un climat un peu tendu entre les deux tours, l’accueil a été très intéressant.
Si une minorité a choisi Macron, souvent par défaut et sans grande conviction, nous rencontrons énormément de gens qui nous soutiennent et nous encouragent.
Il y a ceux aussi dont le candidat au 1er tour n’a pas été qualifié. Certains ne veulent plus rien entendre et se réfugient dans l’abstention ou le vote blanc, mais beaucoup hésitent encore, et sont à l’écoute de notre message.
La campagne a pris un nouveau tournant depuis que nous sommes rejoints par Nicolas Dupont Aignan dans le cadre d’une véritable alliance.
Il est clair depuis lundi que la dynamique est du côté de Marine Le Pen.
Et le candidat du système qui se voyait déjà élu sans même faire campagne est désormais sur la défensive.

1 Commentaire

Pour la survie de notre modèle social français, pourquoi il faut voter Marine Le Pen le 7 mai

Mélenchon vs marine

Appel des syndicalistes patriotes aux salariés de France

Depuis dimanche, les urnes ont parlé : les Français auront à choisir au deuxième tour des présidentielles le dimanche 7 mai entre Marine Le Pen ou Emmanuel Macron. 

Le clivage est clair, entre le banquier Macron, le candidat de l’austérité permanente, l’homme des médias et du CAC40, du MEDEF et des libéraux-libertaires, l’agent du Système au pouvoir depuis plus de 40 ans et qui ruine notre nation et notre peuple; et d’autre part, Marine Le Pen, porte-parole de cette France du travail, des oubliés, des sans-voix, des « sans-dents » comme disait lui-même François Hollande. 

Il va donc falloir faire le bon choix, le vrai choix, pour l’avenir de notre pays et de nos enfants. Voulons-nous défendre et maintenir notre modèle social français, que nos aïeux ont bâti, parfois dans une conquête âpre et difficile, et qui in-fine nous protège, au travail, dans la vie, dans l’adversité ? Ou alors laisser s’installer à la tête du pays l’un des pires représentants de ce mondialisme ultralibéral ravageur pour nos droits sociaux, qui détruit l’emploi, la solidarité au travail, les services publics, les industries et qui provoque délocalisation, chômage de masse et misère sociale ? 

L’heure est grave et mérite réflexion, en toute lucidité, sans a priori. 

L’histoire sociale de France, c’est deux siècles de combat, de lutte sociale et syndicale, parfois si dure que certains y ont laissé leur vie. En 1936, c’est la semaine de 40 heures et les congés payés et en 1945, c’est la Sécurité Sociale, le droit des fonctionnaires, les entreprises et la notion de service public à la française, et plus récemment la retraite à 60 ans et les 35 heures. Notre modèle social français est ainsi directement inspiré du fameux programme du CNR – le Conseil National de la Résistance de l’après-guerre – à la rédaction duquel des syndicalistes libres ont participé avec des patriotes de Gauche et de Droite, tous rassemblés dans l’intérêt supérieur de la Nation, et qui fonde notre République sociale pour donner à la France les bases de sa prospérité et apporter le bien-être à son peuple. 

Des fondements de la nation que jamais Marine Le Pen ne remettra en cause ! 

En digne serviteur de l’Union Européenne, Emmanuel Macron achèvera ce que le MEDEF et les puissances d’argent lui ont commandé : « libérer le travail », comprendre en finir avec le Code du Travail, dernier rempart de défense pour les salariés. Emmanuel Macron, c’est la volonté de déstructurer et « ubériser » le monde du travail, c’est la déréglementation à outrance et la perte de tous repères sociaux. C’est surtout rien pour la préservation de notre économie, de nos industries, de nos emplois, c’est la souffrance au travail qui va se généraliser et le chômage de masse qui continuera d’augmenter. Nous avons déjà vu à l’œuvre cet ultralibéral, ce banquier individualiste. Il fut en effet l’instigateur en personne de la Loi El-Khomri-UE-MEDEF, loi profondément injuste socialement, inefficace économiquement, et véritable déclaration de guerre au monde du travail, aux salariés, à cette France qui se lève tôt et nourrit l’économie du pays. 

C’est pourquoi le cercle Front syndical a combattu cette infâme loi de toutes ses forces, dans les syndicats où nous sommes présents, dans la rue, dans les usines et les ateliers, dans les bureaux, partout sur nos lieux de travail, parce que nous sommes des syndicalistes responsables et que nous savons mener le combat contre les injustices sociales et politiques, sans parti pris idéologique, dans l’intérêt supérieur de ce que nous croyons être juste. 

Oui, notre modèle social est gravement menacé avec Emmanuel Macron, et le monde du travail n’a rien à gagner avec lui ! 

Pendant les mouvements contre la Loi El Khomri, au-delà des étiquettes politiques des uns ou des autres, nous nous sommes retrouvés tous ensemble dans l’action, dans et avec nos syndicats, CGT, FO, SUD, FSU, et parfois des militants CFDT et CFTC en rupture de ban. Le 23 avril, certains ont voté Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, ou pour d’autres candidats. Après le deuxième tour, nous retournerons dans nos usines, ateliers, bureaux, reprendre notre travail et notre activité syndicale, au côté des uns et des autres. Mais notre combat syndical sera rendu extrêmement difficile si Macron est élu le 7 mai prochain, faisant même craindre un désordre social sans précédent. 

Le cercle Front syndical, dans ses différents communiqués, a toujours expliqué en quoi la politique de l’Union Européenne était une catastrophe pour le monde du travail et pourquoi nous considérions que la défense et la préservation du modèle social français passait par la défense de l’État-nation. C’est donc pourquoi nous avons soutenu la candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle. 

On peut ne pas être en accord avec toutes ses propositions, cependant parmi les 144 engagements, nombreux sont ceux qui vont dans le sens de l’intérêt des salariés : abrogation de la Loi Travail (Loi Macron/El Khomri), de la directive des travailleurs détachés, retraite à 60 ans avec 40 annuités, maintien des 35 heures, défiscalisations des heures supplémentaires, et aucune mesure ne vise à priver les travailleurs de leurs droits sociaux. 

Notre responsabilité est donc grande : on ne peut pas, si l’on est attaché à la défense des intérêts matériels et moraux des salariés, laisser un fossoyeur du monde du travail à la tête du pays. 

Nous ne pouvons pas permettre d’avoir un chef d’État qui balaiera plusieurs siècles d’histoire et de conquêtes ouvrières et sociales en France. 

Emmanuel Macron c’est la France soumise au diktat des puissances d’argent et du MEDEF ! 

C’est pourquoi le cercle Front syndical appelle l’ensemble des syndicalistes, les salariés, ceux qui se reconnaissent dans la Gauche sociale, mais aussi les Insoumis, à ne pas ajouter leur voix au concert des naïfs, des rentiers et des éternels politicards recyclés sans vergogne dans le grand chaudron oligarchique « Macron ». 

Il en va de notre avenir, celui de salariés dignes et droits, celui de nos enfants, mais aussi pour la mémoire de nos pères et grands pères qui se sont battus pour obtenir des conquêtes sociales et qui font que la France est une République, une et indivisible, sociale et laïque.

L’article est publié également sur le site de Riposte Laïque

 

Dominique Bourse-Provence, syndicaliste exclu de la CFDT, Président du cercle Front syndical, Secrétaire départemental du FN94, Conseiller régional d’Île de France 

Laurent Bras, syndicaliste, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire départemental adjoint du FN41

3 commentaires

Conseil municipal de Blois : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?

Elus FN Blois
Vos élus FN : Michel Chassier, Mathilde Paris, Jean-Louis Berger, Miguel de Peyrecave.
Ambiance un peu particulière hier soir au conseil municipal de Blois.

Le maire, Marc Gricourt a fait preuve d’une certaine retenue après lé défaite cuisante de son candidat, Benoît Hamon.
En face de lui certains de ses adjoints avaient déjà choisi Macron au 1er tour, tandis que élus de sa majorité soutenaient Mélenchon.
Du côté de l’opposition, Jacques Chauvin était aussi dans le camp des perdants, alors que Véronique Reineau qui siège dans le même groupe s’était déjà ralliée à Macron.
Aujourd’hui, presque tous sont peu ou prou obligés de se mettre « en marche », même si c’est en traînant les pieds. Ce qui est loin loin de garantir le succès de l’héritier de François Hollande qui a peut-être fêté sa victoire anticipée un peu tôt et de manière indécente, en compagnie de vedettes du show-bizz dans le très sélect restaurant « la Rotonde ». Un remake de l’affaire du Fouquet’s…
Baisse des dotations : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?
Intervenant sur la décision modificative n°2 au budget 2017, Michel Chassier a constaté qu’un fois de plus la Ville était contrainte d’anticiper, par un emprunt « fictif » le résultat de l’exercice 2016 qui ne sera inscrit qu’en juin dans le budget courant.
Ce qui traduit la situation tendue des finances municipales. Marc Gricourt avait souligné par deux fois dans la présentation du rapport l’impact de la baisse des dotations, annonçant qu’une partie de l’excédent 2016 serait conservée en réserve de trésorerie au cas où les baisses de dotations se poursuivraient.
Ce à quoi Michel Chassier a répondu que l’un des deux candidats qui reste en lice pour le 2ème tour prévoyait de poursuivre cette baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
En conclusion l’élu FN s’est étonné de voir le maire de Blois soutenir malgré tout ce candidat, au détriment des intérêts de la ville.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » a simplement répondu le maire de Blois.
Restauration scolaire et municipale : des frais divers en forte augmentation.
Si le nombre de repas servis augmente de 3,88%, les frais généraux augmentent de 6,90% et les « charges diverses » de 28,31%. Au total ces frais, y compris les « frais de siège » représentent 37,5% des dépenses, davantage que la masse salariale.
Miguel de Peyrecave a demandé logiquement une explication, mais pour le maire, tout cela est normal.
Notre élu a également souligné que le gaspillage demeure important, il serait important de luttre plus efficacement contre ce phénomène.
Economies budgétaires sur la petite enfance.
De longues explications ont été avancées pour justifier la fermeture de la crèche familiale. Mais le rapport ne parvient pas à cacher la raison essentielle : faire des économies, en l’occurrence 220 000 euros, sur le budget de la Ville.
Mathilde Paris est intervenue pour critiquer cette décision qu’elle estime précipitée, sans qu’une étude sérieuse ait été réalisée. La Ville prétexte une diminution de l’effectif, mais il semble que depuis quelque temps rien ne soit fait pour le faire connaître, et le guichet unique envoie prioritairement les familles vers l’accueil collectif. Quand on veut tuer son chien…
Au final, 13 assistantes maternelles perdent leur emploi, certaines se verront proposer des solutions de reclassement, mais des licenciements sont envisagés.
On se souvient qu’il y a deux ans, la Ville avait déjà supprimé des postes d’assistantes dans les écoles maternelles (ATSEM) pour les mêmes raisons budgétaires.
Par contre, les subventions aux Chato d’O, à la Scène Nationale ou à la Fondation du Doute restent intouchables, même en période de rigueur budgétaire. Question de choix !
Nos élus sont intervenus également sur d’autre dossiers, comme le nouveau règlement du Conseil des jeunes qui repousse l’âge limite de 25 à 29 ans, et curieusement ne parle pas de la parité. Serait-elle mal perçue par certains « jeunes » ?

4 commentaires

1er tour : participation importante ce matin en Loir et Cher

Blois Quinière

Mise à jour : à midi, le taux de participation au premier tour de l’élection présidentielle s’élève à 29,92 % en Loir-et-Cher. C’est moins qu’en 2012 à la même heure (33,20 %) mais quasiment identique au taux observé en 2007 (29,80 %) (la Nouvelle République à 12 h 22).

Nous n’avons pas encore les chiffres officiels de la participation à midi, mais nos délégués notent une forte affluence dans les bureaux de vote (ici à Blois).

Soirée électorale du 1er tour

soirée 1er tour BloisVous êtes cordialement invités à notre soirée électorale dimanche soir à partir de 20 heures à notre permanence salle du Bourg Saint Jean, 31 rue du Puits Châtel à Blois.
Vous pourrez suivre les résultats du Loir et Cher mais aussi régionaux et nationaux sur grand écran, autour d’un buffet, en présence des responsables et des élus de Loir et Cher, ainsi que de tous les militants.

Pour renouer avec l’emploi et les droits des salariés, votons Marine Le Pen le 23 avril

Affichage

Communiqué du cercle Front syndical:

Dimanche 23 avril, les salariés de France auront un choix crucial à faire pour le pays.

Soit nous nous enfonçons  dans une France ultra-libérale et mondialiste où les puissances d’argent imposent leurs diktats au peuple, où les décisions se prennent à Bruxelles, où les déréglementations s’aggravent – le modèle social français est considéré par les eurocrates comme la cause de tout le mal ; nous sommes leurs victimes mais nous sommes aussi, aux yeux de Mme Merkel, les coupables.

Soit nous brisons nos chaînes pour redonner à la France sa souveraineté économique, budgétaire, territoriale et politique, une France qui retrouve le sens et l’autorité de l’État-nation, seul garant de notre protection et bien-être.

Dimanche 23 avril, seule Marine Le Pen porte un programme construit, cohérent socialement et économiquement, un programme de rupture avec le Système. C’est donc bien l’unique programme qui permette de préserver notre modèle social français avec le travail valorisé et les acquis sociaux sauvegardés. Les vrais acteurs de l’économie œuvrant dans le même sens, celui du patriotisme économique, vecteur du patriotisme social, dans une France libre, souveraine, prospère qui saura renouer avec la croissance et  l’emploi.

Parmi les 10 mesures immédiates prises par Marine Le Pen, Présidente de la République, c’est tout de suite 5 mesures sociales qui vont dans le sens des intérêts des salariés :

- baisse de 10% des trois premières tranches de l’impôt sur le revenu et rétablissement de la demi-part fiscale supplémentaire pour les veuves et veufs,

- rétablissement de la retraite à 60 ans pour 40 annuités de cotisations,

- rétablissement de la défiscalisation et de la majoration des heures supplémentaires et revalorisation des petites retraites,

- réorientation des 50 milliards d’euros de baisses de charges du CICE vers les TPE/PME exclusivement,           

- abrogation de la Loi Travail – Loi Macron/El Khomri – et de la directive des travailleurs détachés.

Ne nous laissons pas enfumer une fois encore par Fillon et Macron. Le premier veut faire une politique de casse sociale ultra-libérale. Le second, sous prétexte de nous délivrer de l’alternance veut faire rentrer le PS par la fenêtre quand les Français veulent le voir sortir par la porte. Des politiques qui à tout prendre se ressemblent. Un peu plus euro-bellâtre chez l’un, un peu plus rentier euro-béat chez l’autre. Mais en fait les mêmes, qui veulent conserver ou reprendre le pouvoir car ils se permettent tout alors qu’aucun espoir n’est possible pour les salariés qui supportent la vraie fatigue et très souvent le stress de la précarité quand ils ont un emploi…

Marine le Pen et son programme ambitieux veulent renouer avec la puissance de la France. Cette puissance est l’outil qui lui permettra d’élaborer une politique économique et sociale qui donne du sens et un sentiment de justice aux efforts de chacun. C’est l’aspiration raisonnée de tous les syndicalistes conséquents qui savent s’affranchir par l’esprit de leur direction, trop souvent « dans la main » des partis.

C’est pourquoi le cercle Front syndical lance un appel aux salariés : ouvriers, employés, cadres, du privé comme du public, aux syndicalistes patriotes, pour porter ensemble dans l’urne le seul vote authentiquement social, populaire, républicain et souverainiste dont nous avons tant besoin pour redresser la France et donner de nouveau un destin au Français : celui de Marine Le Pen.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental du FN94, Conseiller Régional d’Île de France

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

Foire de Blois : un camion incendié parc des Expositions.

camion brûlé foire de BloisCe matin les Viennois ont pu remarquer un camion forain incendié sur la parc des expositions.
Nous n’avons pas d’autres précisions sur cet incendie, mais il est permis de le considérer comme suspect après les incidents du 2 avril, lorsqu’un forain avait été agressé par des « jeunes »Résultat de recherche d'images pour "trade mark".
Chassés du parc des expositions par les professionnels, certains « jeunes » avaient promis de se venger.
Il est trop tôt pour dire ce qui s’est passé, l’enquête nous permettra sûrement d’en savoir davantage.
Merci à Alan pour la photo.

1 Commentaire

Nouvel incendie de voiture à la ZUP de Blois.

Voiture-brulée-émeute(image d’illustration : ZUP de Blois 11/2014)

Un véhicule a été incendié dans la nuit de mercredi à jeudi rue Louis et Auguste Lumière à la ZUP de Blois, tout près de la rue Monge ou avait eu lieu l’incendie de la nuit de samedi à dimanche.
Les malfaiteurs sont-ils les mêmes ? Ont-ils agit pour les mêmes raisons ?
Le problème est que les auteurs sont rarement identifiés.

Source : la Nouvelle République du 14/04/2017).

2 commentaires

Nouveau feu de voiture rue Monge.

rue MongeAprès l’incendie de conteneurs et d’une voiture dans la nuit de samedi à dimanche, une autre voiture a été incendiée rue Monge dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3 heures du matin (source : la Nouvelle République).
Cela commence à faire beaucoup dans le même secteur. Est-ce lié à des règlements de comptes en bandes ou bien un « jeu » qui se développe à l’occasion des vacances scolaires ?
Les habitants qui garent leur voiture sur les parkings du quartier vivent désormais chaque nuit dans l’inquiétude.
Il y a trop longtemps que tout cela dure, il est grand temps de remettre de l’ordre.

3 commentaires

Voitures incendiées à Blois et Saint Laurent-Nouan

rue Monge_1Rue Monge (photo d’illustration). A gauche la partie résidentialisée.
Dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 avril, des individus ont mis le feu à des conteneurs rue Monge, à la ZUP de Blois. Trois conteneurs ont brûlé vers 1 h 40 et le feu s’est propagé à une voiture. Sera-t-elle comptabilisée par le ministère de l’Intérieur ? Pas sûr car en général, on ne compte pas les véhicules atteints « par propagation ».

A Saint-Laurent-Nouan une voiture a brûlé vers 5 heures du matin sur la D 951 en bordure de Loire.
(source : la Nouvelle République).

#Marine2017 : sur le marché Louis XII et dans le centre de Blois.

Marché Louis XII-08-04_1Michel Chassier accompagné de plusieurs militants était ce matin sur le marché Louis XII et dans les rues piétonnes du Centre-ville.
Alors que nous sommes à 15 jours du scrutin, il commence à y avoir beaucoup de concurrence sur le marché, au moins 6 candidats étaient représentés. Ce qui provoque parfois un certain agacement : au 3ème ou 4ème tract qu’on leur tend, les gens le refusent parfois sans même regarder de quel candidat il s’agit.
Mais il arrive aussi que leur regard s’éclaire quand ils voient le visage de Marine !
Notre équipe a fait ensuite le tour des rues piétonnes avant de revenir dans le quartier du Bourg Saint Jean en passant par les parkings en bord de Loire.
En fin de marché nous avons fait un tour alors que les commerçants étaient en train de remballer, ce qui nous a permis d’échanger avec quelques uns, ainsi qu’avec les employés municipaux.
Globalement, les commerçants constatent que leurs clients essaient de limiter la dépense, le pouvoir d’achat est en berne. Un d’eux nous déclare payer 2 000 euros de RSI par mois. La plupart se disent écoeurés, beaucoup se tournent vers Marine le Pen.
A 14 heures nos trois candidats aux législatives se retrouvaient à la permanence pour une conférence de presse. Nous y reviendrons prochainement.

1 Commentaire
12345...23

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...