Archives des tags : Conseil régional

Région Centre-Val de Loire : une rentrée difficile.

DJsDQ6NXUAE4y4kA l’occasion de la rentrée, le Président Bonneau tire la sonnette d’alarme : le budget de la Région serait déjà « à l’os ».
Il ne fait en cela que confirmer ce que notre groupe avait dit à plusieurs occasions, sans être entendu.
Mais il est faut tout de même rappeler que la baisse des dotations (130 millions d’euros sur la fin de mandature pour la Région) était annoncée par le candidat Macron, que François Bonneau a soutenu au deuxième tour.
Michel Chassier, entouré de Véronique Péan (37) et Matthieu
Colombier (36) ont évoqué également la question des emplois aidés. Si certains assurent de véritables missions de service public ils doivent être sauvegardés mais financés par l’Etat et les collectivités. Mais s’ils sont associatifs ou bien relèvent de l’économie marchande ils doivent pouvoir se pérenniser dans le temps sans dépendre systématiquement des subventions. C’est la position que nous avons toujours soutenue à la Région.
Au sujet des normes dans le bâtiment, nos élus ont également mis en garde contre la suppression des clauses qui permettent de lutter contre l’emploi de travailleurs détachés.
Enfin, nous sommes revenus sur les écritures comptables présentées en juin, avec des dépenses engagées en 2016 qui n’ont pas été prises en compte dans les reports.
Michel Chassier avait posé la question lors de la session plénière sans obtenir de réponse, il a écrit ensuite au président et au Préfet de Région, qui sont restés muets jusqu »à ce jour.
Si ces écritures comptables ne posaient aucun problème, pourquoi n’y a-t-il pas eu la moindre explication ?
Affaire à suivre.

0 Commentaires

Conseil régional : vos élus FN vous défendent !

C2mZAqMWEAAuPMt(photo d’illustration : Commission permanente du 20/01/2017)
Lors de la commission permanente du vendredi 17 février, les élus du Front National sont intervenus sur plusieurs dossiers.

A l’occasion d’un rapport sur les lycées, ils ont demandé que la charte de lutte contre le travail détaché, adoptée à l’unanimité par les élus (*), soit effectivement appliquée. Voter un texte un bien, le faire appliquer c’est mieux.
Le FN a déposé un amendement pour intégrer dans la délibération la référence explicite à cette charte. La gauche a voté contre.
D’autre part, les élus FN ont demandé des précisions sur les reports constatés dans le programme des travaux prévus dans les lycées. Plusieurs chefs d’établissement s’en étaient inquiétés auprès de nos élus qui siègent dans les conseils d’administration.
Enfin, le groupe FN s’est fermement opposé à l’instauration d’une taxe locale sur les billets de train, pour financer les travaux de la gare de Chartres, conséquence du désengagement de l’Etat et de la SNCF sur le financement des infrastructures ferroviaires.
Dans le domaine de la formation professionnelle, nous avons également rappelé la nécessaire vigilance sur le suivi de certains dispositifs qui ne relèvent pas des formations qualifiantes et dont l’efficacité n’est pas toujours évidente.
A propos de l’agriculture biologique nos élus ont rappelé également leur opposition aux OGM en soulignant que nous avions la même position au Parlement européen, ce qui n’est pas le cas de la droite et du centre, sans parler du PS, plus que jamais divisé sur ce sujet.
Nos deux élus de Loir et Cher, Mathile Paris et Michel Chassier, font partie de la commission permanente.

(*) suite à un amendement du groupe FN présenté lors d’une session précédente, et repris pas la majorité.

Centre-Val de Loire : le nouveau site Internet du groupe FN est en ligne !

Page accueil GRFN CVLToujours en avance dans le domaine de la communication numérique, le groupe FN Centre-Val de Loire vient de mettre en ligne la nouvelle version de son site Internet.
Nos concitoyens ne sont pas toujours bien informés de ce qui se passe à la Région, notre nouveau site a pour ambition de mieux faire connaître notre action.
Vous pouvez cliquez sur l’image pour y accéder, le lien permanent se trouve sur la colonne de droite de la page d’accueil de notre blog « FN Centre-Val de Loire« .
Vous y retrouverez toutes les interventions de vos élus, nos communiqués, les vidéos, la revue de presse etc…

Attention tout de même, le contenu de la nouvelle mandature et l’actualité 2016 est en cours de transfert de l’ancien site vers le nouveau site, nous vous remercions de votre indulgence. 


N’hésitez à partager, à commenter, à nous faire part de vos remarques.
Vous pouvez aussi vous adresser directement à vos élus du Loir et Cher.

Désertification médicale : quelles solutions ?

Collectif usagers santéLa Nouvelle République consacre aujourd’hui une double-page à un sujet qui préoccupe à juste titre les habitants de nos départements : la désertification médicale.
Au passage une large place est accordée au candidat Denys Robiliard pour faire un constat dont tous les éléments sont sur la place publique, l’Agence Régionale de Santé aurait pu fournir les mêmes chiffres.
En ce qui concerne les solutions, chacun reconnaît que le sujet est complexe, mais on peut observer que les médecins ne font après tout que suivre une tendance générale qui pousse tous les jeunes diplômés à se concentrer dans les agglomération importantes ou les métropoles.
Au-delà des opportunités professionnelles ils y trouvent davantage de services, des établissements scolaires pour leurs enfants, une offre commerciale plus importante, mais aussi une offre culturelle et une vie associative et sportive etc…
L’évolution du mode de vie doit aussi être prise en compte, plus de 50% des étudiants en médecine sont aujourd’hui des femmes et les nouveaux médecins acceptent de moins en moins les journées à rallonge qui étaient le lot de leurs aînés généralistes, à la ville comme à la campagne.
Plusieurs réponses ont été proposées, mais qui ne parviennent pas suffisamment à enrayer le phénomène.
Les maisons médicales présentent bien sûr un intérêt, à condition que le projet soit bien étudié et porté par des professionnels de santé. Il ne suffit de bâtir un centre pour attirer des médecins, certaines communes en ont fait l’expérience malheureuse, il y en aura certainement d’autres.
Au passage Denys Robiliard done raison au Front national en avouant que le zone franche urbaine à Blois à provoqué « un effet d’aubaine manifeste« . Nous le disons depuis le départ, alors que les élus LRPS ont toujours soutenu ce projet !
Des mesures sont prises également au niveau départemental et régional. Notre élue d’Indre et loire, Véronique Péan était intervenue pour modifier le périmètre et les critères des aides à l’installation en zone rurale.
Mais il y a aussi un problème de fond qui n’est jamais abordé, c’est le devenir de la médecine libérale, dont l’exercice devient de plus en plus difficile.
Les médecins deviennent progressivement des auxiliaires de Sécurité Sociale, qui leur a transféré une grande partie des tâches administratives et leur impose en outre une véritable mission de contrôle avec objectifs financiers à la clé.
Résultat, 70% des jeunes médecins choisissent d’être salariés.
Dans ce débat la gauche a toujours vu d’un mauvais oeil la médecine libérale, et tout fait par la fonctionnariser, tout en maintenant un numérus clausus qui ne permet pas à terme le renouvellement des médecins qui partiront en retraite.
Sous la pression Marisol Touraine vient d’ouvrir 478 places supplémentaires, réparties sur 22 facultés de médecine, ce qui signifie au mieux 478 médecins supplémentaires dans 10 ans.
Autre conséquence un quart environ des nouveaux médecins ont obtenu leur diplôme hors de France, sans toujours posséder le même niveau de formation que leurs homologues Français.
Dans cette profession aussi, nous assistons à une forme de dumping social, en particulier pour les médecins en milieu hospitalier, où nous voyons des praticiens venus de l’étranger accepter des conditions de salaires inférieures.
Pour en revenir à la désertification médicale, la gauche en arrive à envisager des mesures coercitives, comme l’avoue Denys Robiliard.
Les élus Front National s’y sont toujours opposés au Conseil régional. De telles mesures risqueraient au contraire de détourner davantage les jeunes du choix de la médecine générale.
Marine Le Pen fera très prochainement connaître ses intentions dans ce domaine sensible.

5 commentaires

Indre et Loire : le FN avait raison, il faut fermer le centre de Pontourny.

Pontourny 13-09-16Les élus FN avaient dénoncé dès le départ la création d’un centre de « déradicalisation » à Pontourny, sur la commune de Beaumont en Véron (37). Localement ils ont manifesté aux côté des habitants, et déposé un voeu au conseil régional (*).
Le maire et les riverains avaient protesté en vain. Alors qu’ils manifestaient devant le futur centre en demandant d’être entendu par Manuel Valls lors de sa visite, ce dernier était entré par une porte dérobée et avait refusé de les recevoir.
Les autorités avaient toujours soutenu qu’il n’y aurait pas djihadistes à Pontourny, ni d’individus fichés « S ».
Manque de chance, un des pensionnaires de l’établissement, Mustafa S, a été interpellé en Alsace pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, en lien avec les attentats du 13 novembre 2015.
Le maire de Beaumont ne Véron réagit : « je n’ai plus confiance, je l’avais dit à Manuel Valls lors de sa visite, hélas, les faits prouvent que la formule choisie ne marche pas. » (la Nouvelle République du  25/01/2017).
Maintenant plusieurs élus locaux demandent la fermeture du centre (Info Tours du 20/01/2017).
Véronique Péan, Secrétaire départementale d’Indre et Loire et conseillère régionale demande la fermeture immédiate de l’unité de « déradicalisation » et la transformation de Pontourny en centre d’accueil pour les victimes du terrorisme.

(*) Le voeu avait été rejeté par la gauche, et une partie du groupe UDC. Contre : Socialistes, Radicaux et Démocrates / Écologiste / Union de la Droite et du Centre (6 voix) / 46 voix au total  Pour : Front National / Union de la Droite et du Centre (12 voix) / 29 voix au total. 

Michel Chassier invité de la matinale de Plus FM mardi 24 janvier.

Manif agriculteurs bioMichel Chassier Président du Groupe FN au conseil régional, conseiller municipal et communautaire de Blois sera l’invité de la matinale sur Plus FM mardi 24 janvier à 8 heures.
Il évoquera l’actualité locale, départementale et régionale et les prochaines échéances électorales.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

Conseil régional : le groupe UDC d’accord avec la gauche.

C2mZAqMWEAAuPMtLes représentants du groupe FN à la commission permanente.
La Commission permanente du Conseil régional se tient à huis clos. Résultat : le groupe de Guillaume Peltier, l’Union de la Droite et du Centre peut voter discrètement tous les rapports. C’est ce qui s’est produit vendredi 20 janvier où celui qui se prétendait le « chef de file de l’opposition régionale » était plutôt aux abonnés absents.

Sur plus de 60 délibérations, nos 5 élus du groupe Front National sont intervenus à plusieurs reprises pour apporter leurs critiques, leurs propositions et leur expertise.
Ecoles de la 2ème chance : des résultats en baisse, mais pas question de changer ! 
Par exemple nous n’avons pas voté les crédits pour l’école de la prétendue « deuxième chance »», un dispositif coûteux (840 000 € par an rien que pour la Région, sans compter les autres financeurs) pour des résultats contestables (4% de CDI à la sortie de l’E2C de Tours par exemple) qui sert davantage à faire baisser artificiellement les chiffres du chômage qu’à insérer des publics en difficulté. En lire plus …

Trains intercités : quelle facture pour la Région ?

Train intercitésIntercités : quelle sera la charge pour la Région ? Le Président n’a pas daigné en informer les élus.
La SNCF veut se débarrasser de la plupart des liaisons « Intercités », les fameux « trains d’équilibre du territoire (TET), qui lui coûtent trop cher : 400 millions de déficit d’exploitation annuel, que l’Etat refuse de compenser.

De même que les routes nationales ont pour la plupart été départementalisées, les lignes TET vont donc progressivement être transférées aux Régions.
La question avait évoquée lors de la session de décembre du Conseil régional, en marge du débat sur le transfert des transports routiers de voyageurs, et Michel Chassier avait alors posé des questions, la plupart demeurées sans réponse.

Image de prévisualisation YouTube

Mais aucun rapport n’était soumis au vote, et les négociations en cours avec la SNCF n’ont pas davantage fait l’objet de débat dans la commission ad hoc.
L’affaire est pourtant d’importance dès lors que les trois lignes reprises par la Région Centre-Val de Loire représentent un déficit d’exploitation annuel de 49 millions d’euros !
Il sera pris en charge au départ par la SNCF, mais de manière dégressive, alors que le déficit risuqe au contraire d’augmenter.
Le Président Bonneau a donc signé dès le 19 décembre avec la SNCF, sans en informer les élus, ce qui est un comble pour ardent défenseur de la démocratie participative. A moins que cet ersatz de démocratie, que nous sommes les seuls à dénoncer dans l’assemblée régionale, consiste à remplacer les élus qui posent trop de questions par des citoyens plus ou moins tirés au sort et beaucoup plus dociles car ils n’ont pas la possibilité d’accéder aux dossiers !
Et demain le Premier ministre Bernard Cazeneuve vient signer le protocole d’accord à Orléans, alors que la commission permanente se réunit le lendemain, sans toutefois être saisie du dossier !
C’est la troisième fois depuis le début du mandat que François Bonneau se comporte de cette manière : c’était déjà le cas pour la Contrat de Plan Etat-Région, signé avec Maneul Valls avant d’être voté, comme pour le plan des « 500 000 formations », signé avec Myriam El Khomri dans les mêmes conditions, avant que le volet régional ne soit adopté par l’assemblée régionale.
Curieuse méthode de gouvernance pour un président qui se veut consensuel.
Le groupe Front National a publié un communiqué pour dénoncer cette méthode, et alerter nos concitoyens sur les risques à venir :  Communiqué FNCVDL 2017.01.16 – Convention RCVL-SNCF TET
(
voir la Nouvelle République du 18/01/2017).

1 Commentaire

Démocratie participative : un ersatz de démocratie.

Groupe FN RCVLLa démocratie participative ou démocratie permanente est présentée par ses défenseurs comme le remède à un « déficit démocratique », une manière d’impliquer davantage les citoyens, une réponse au rejet de la classe politique.
Mais on peut s’interroger dès lors qu’elle est mise en place par ceux-là même dont le peuple se détourne.
Car de quoi s’agit-il en pratique : la Région va constituer dans chaque département un « panel » de citoyens « tirés au sort », d’élus et de « représentants des structures locales ».
Pourquoi d’ailleurs utiliser l’anglicisme « panel » qui signifie tout simplement « échantillon » ?
C’est probablement parce que la taille choisie pour cet échantillon, 12 personnes par département, ne lui confère aucune représentativité et encore moins de légitimité.
D’autant plus que le tirage au sort a été « arrangé » comme l’avoue Charles Fournier dans la Nouvelle République du 13 janvier. Selon certains critères mis en avant, mais dès lors qu’il ne s’agit plus d’un véritable tirage au sort anonyme et équitable, qui peut savoir vraiment pour quelles raisons certains candidats n’ont pas été retenus ?
A titre de comparaison, 1 076 416 électeurs s’étaient prononcés en décembre 2015 pour élire leurs représentants au Conseil Régional.
La liste du Front National conduite par Philippe Loiseau avait recueilli 308 432 voix.
Quel est donc l’intérêt de mettre en place un système abusivement qualifié de « démocratie participative » avec un échantillon de 72 citoyens, soit 1 électeur sur 15 000 par rapport aux votants e 2015, 1 électeur inscrit sur 25 000 !

La réponse est simple : il s’agit pour le président de Région et sa « majorité de gauche », qui n’a obtenu en réalité que 35% des suffrages, de se donner l’apparence d’un soutien de l’opinion afin de valider certaines initiatives qui ne font ps nécessairement l’unanimité.
L’avis de ces « panels » pourra donc être mis en avant pour faire pression sur les élus et influencer leurs décisions.
Le procédé est d’autant moins démocratique qu’au sein de ces groupes de travail, les élus seront bien présents pour orienter les débats.
Ce que dénonçait Michel Chassier lors d’un intervention en juin dernier, en soulignant que les simples citoyens ne disposeront pas des mêmes informations ni des mêmes outils d’aide à la décision que les élus, sans parler du soutien des services.
En résumé, le peuple vote mal, il convient donc de remplacer le peuple par des « panels » de citoyens étroitement contrôlés par les « bons » élus. C’est cela l’ersatz de démocratie que la Région propose.
Seuls les élus du Front National se sont vraiment opposés à cette imposture. Vous pouvez retrouver leurs interventions sur le site du groupe ou les revoir en vidéo sur le site de la Région Centre.

Dimanche en politique : un an après les régionales, quel bilan ?

dimanche en politiqueUn an après le renouvellement du conseil régional, quel est le premier bilan du président de la Région Centre-Val de Loire, France 3  diffusera dimanche une interview du président François Bonneau suivie d’un débat animé par Denis Gannay qui recevra sur son plateau Charles Fournier, vice président EELV, Guillaume Peltier et Michel Chassier, président groupe FN en région Centre-Val de Loire.
Nous aurons l’occasion également de revenir prochainement sur le bilan de nos élus, un an après l’élection régionale où le FN avait créé la surprise au 1er tour, en arrivant en tête du scrutin.
Emission Dimanche en politique, « Spécial bilan, un an après les élections régionales », c’est dimanche 8 janvier à 11h00 sur France 3 Centre-Val de Loire.
Vous pouvez posez vos questions sur le site de l’émission.

1 Commentaire

Cinéscénie à Chambord : un projet qui ne tient pas compte des réalités locales.

mathilde-paris-18-12-2015Un communiqué de Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher.

Dans la continuité de notre dernier communiqué, il nous semble nécessaire de développer les raisons de notre opposition au projet de Guillaume Peltier d’une Cinéscénie à Chambord.
En effet, si nous reconnaissons le succès du Puy du Fou créé par Philippe de Villiers et développé avec brio par son jeune frère Emmanuel de Villiers de 1990 à 2002, il est important de rappeler que ce projet est né sur un site en ruine au cœur d’un territoire peu touristique. Initialement un spectacle, dont il faut rappeler que les acteurs sont bénévoles, la Cinéscénie a ensuite été prolongée par le développement progressif d’un parc d’attraction à caractère historique. Le succès du Puy du Fou tient aujourd’hui à la combinaison originale d’un parc d’attraction historique et d’un grand spectacle avec une offre d’hébergement et de restauration sur place.
Le projet d’une Cinéscénie à Chambord soulève plusieurs problèmes, qui révèlent un manque de connaissance des réalités locales par Guillaume Peltier et une manière de procéder des plus cavalières.
En lire plus …

2 commentaires

Conseil régional : vos élus en session.

Ma Région sans migrants(image d’archives : le groupe FN lors de la dernière session)
Vos élus régionaux siégeront jeudi et vendredi à Orléans pour la dernière session plénière de l’année 2016.

Elle sera surtout consacrée au budget, mais aussi au nouveau Schéma Régional de Développement Economique, de l’Innovation et de l’Internationalisation. Il sera également question des transports routiers et scolaires, d’un point d’étape sur la politique régionale de santé, du tourisme, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle etc…
Vos élus e Loir et Cher, Mathilde Paris et Michel Chassier auront l’occasion d’intervenir plusieurs fois au cours des débats.
Rappelons que la session est ouverte au public, et que vous pouvez également suivre les débats en direct sur le site de la Région.

Orléans : vos élus en réunion avec le CESER.

CuoxwJhWgAANVs5Vous élus de Loir et Cher, Michel Chassier et Mathide Paris participent ce matin à Orléans à une réunion commune Conseil régional – CESER (Conseil économique social et environnemental régional) pour débattre sur la futur Schéma Régional de Développement Economique, de l’Innovation et l’Internationalisation (SDREII).
Un schéma de plus, nous pourrions en énumérer des dizaines dont la complexité rend problématique la cohérence, même les élus s’y perdent, quand aux citoyens ils n’y comprennent plus rien.
Le président de Région, François Bonneau, n’hésite pas à parler de « new deal » dans un document interne, faisant écho à la politique lancée aux Etats-Unis en 1933 par le président Roosevelt, pour faire face à la « grande dépression ».
Après tout, sur le diagnostic, il n’est pas inutile de rappeler qu’il y a bien davantage de chômeurs aujourd’hui en France qu’après le crise de 1929. De plus le crise actuelle n’est pas de nature conjoncturelle, elle structurelle et dure maintenant depuis des années.
Mais à partir de là, il est illusoire de penser que les solutions pourraient venir du niveau régional.
Nos élus sont intervenus pour le rappeler à tour de rôle sur les différents sujets.
Michel Chassier a souligner les dangers de la loi NOTRe qui entraîne l’élargissement des intercommunalités avec à terme une disparition des communes, la fin annoncée de départements, même s’ils ont été provisoirement maintenus. Tout cela au détriment d’une véritable démocratie de proximité. Cette nouvelle organisation menace aussi la nécessaire équité entre les territoires, en favorisant une concentration des moyens au détriment de la ruralité et des villes moyennes.
Le passage en métropole de Tours et Orléans rendrait d’ailleurs caduc le schéma en cours d’élaboration, nus avons été les seuls à la souligner.
Jean-René-Coueille (18) est intervenu sur le volet agricole, Daniel Fraczak (37) sur l’Economie sociale et solidaire, Ludovic Marchetti (45) sur l’artisanat et le commerce, Matthieu Colombier (36) sur les aides économiques aux entreprises et Mathilde Paris (41) sur le tourisme, domaine dans lequel règne toujours le plus grand flou sur l’organisation des compétences.

Vous pouvez suivre leurs interventions sur le site du groupe FN-CVL et les comptes Twitter associé.
Les interventions seront mise en ligne prochainement.

Conseil régional : conférence de presse du groupe FN avant une session importante.

CuaLA1aWEAAPpY3Conférence de presse à Orléans le 10 octobre avec Michel Chassier et Véronique Péan..
La session des 13 et 14 octobre va être particulièrement chargée avec la réunion commune avec le CESER, les orientations budgétaires et le point d’étape sur le CPER vont aborder en grande partie les mêmes sujets.

Les nouvelles compétences ne sont pas entièrement financées.
Les débats vont donc porter essentiellement sur les nouvelles compétences de la loi NOTRe et sur leur financement.

A ce sujet, la loi NOTRe n’a pas été accompagnée par une réforme de la fiscalité locale, ce qui a conduit le premier ministre à proposer dans l’urgence une solution provisoire pour 2017, et une réforme pour 2018, ce qui paraît un horizon bien lointain pour un pouvoir moribond.
Pour autant les orientations régionales pour 2017 restent très vagues, l’essentiel du rapport tourne autour de la question des moyens financiers.
Une hausse de 17% des cartes grises : le FN dit non !
Nous dénoncerons à ce sujet la nouvelle hausse du taux des cartes grises de plus de 17%.

Nous soulignerons également le flou sur l’évaluation des charges transférées, avec une fourchette qui va de 143 à 160 millions d’euros.
Dans le cadre de ces différents débats, nous interviendrons sur l’agriculture, la formation, les transports avec les nouvelles interrogations sur le POLT, le fameuse démocratie participative et l’extension à la ville du dispositif « ID en campagne » qui nous fait craindre un nouvel abondement au volet « Politique de la Ville ».
Travailleurs détachés : les pompiers pyromanes essaient de calmer l’incendie.
Sur les autres sujets, nous constatons que la région reprend l’amendement sur les travailleurs détachés que nous avions présenté en février dernier et qui avait été soutenu par l’UDC.

Le président Bonneau a peut-être considéré qu’une proposition soutenue par deux groupes représentant 64,5% des électeurs méritait d’être entendue.
Nous rappellerons quand même qu’il s’agit d’une mesure cosmétique, destinée à modérer les effets d’une politique qui dans son principe a été approuvée de manière constante par le PS comme par la Droite et le Centre, tous fervents défenseurs de l’Union européenne.
Pour autant, il manque dans la rédaction de la Charte le volet environnemental qui permettrait, dans le cadre des lois existantes, de renforcer l’efficacité du dispositif.
« Ma région sans migrants ».
Enfin, actualité oblige, nous présenterons le vœu « ma région sans migrants », ce qui amènera chacun à clarifier ses positions sur le sujet, et nous poserons une question orale sur le centre de Pontourny.

1 Commentaire

Migrants : Marc Gricourt signe l’appel aux maires pour les accueillir… mais il ne peut pas répondre à nos questions !

dscn1967.jpgAprès Sangatte, Calais. Quand Valls copie Sarközy.
La question de la répartition des « migrants » de la « jungle » de Calais sur le territoire national provoque de nombreuses réactions depuis la fuite d’informations sur la plan gouvernemental la semaine dernière.

Michel Chassier s’est adressé au Président Bonneau pour que la question soit examinée en Commission permanente du 16 septembre. Demande refusée.
A Blois qui devrait recevoir une nouveau contingent de migrants, les élus FN ont posé une « question orale » lors du dernier conseil municipal. Voici son texte complet :

Question orale du groupe Front national – Une autre voie pour Blois.

1) Il a été confirmé qu’un nouveau contingent des clandestins venant de Calais allait être accueilli dans la Région Centre Val de Loire. Avez-vous obtenu des précisions de la part des autorités de l’Etat sur le nombre, la nationalité, la localisation et la durée de séjour de ces personnes ? Même si au départ cet accueil est entièrement pris en charge par l’État selon le Préfet de Région, cela ne concerne que les dépenses directes, il y aura forcément des coûts induits pour l’accompagnement de cette population et un impact pour la Ville et l’Agglomération de Blois. Nous souhaiterions par conséquence avoir des précisions sur les dépenses réellement prises en charge par l’Etat.
2) A ce sujet qu’en est-il aujourd’hui des personnes qui, il y a plusieurs mois, avaient été hébergées dans le Centre de l’AFPA puisque ce centre devait disposer de ses locaux pour sa mission de formation ? Au départ 38 personnes, on nous a ensuite annoncé le chiffre de 78. Pendant quelle durée se prolonge la prise en charge de l’Etat ?

Réponse du maire : on ne sait pas quand ni combien. Les premiers « migrants » (78 en tout) ont d’abord été accueillis à l’AFPA, puis se sont « régularisés » ou bien ont été déboutés de leur demande d’asile, mais dans les deux cas on sait bien qu’ils restent en France. Combien sont encore à Blois ? Pas de réponse. Sont-ils encore pris en charge par l’Etat ? Pas de réponse. Quels sont les coûts indirects : on nous dit qu’il n’y en pas, mais rien n’est moins certain.
Au final, Marc Gricourt s’est borné a réaffirmer que l’accueil de ceux qu’il présente comme des « réfugiés » doivent être accueillis, nous accusant comme d’habitude d’exciter les haines.
Il devrait écouter davantage les Blésois pour savoir ce qu’ils en pensent.
A noter, comme à la Région, l’absence de réaction des élus de la Droite et du Centre. Qui ne dit mot consent. Curieusement (?) la Nouvelle République ne dit pas un mot sur cette question. Pourquoi ?
Ce qui rend encore plus dérisoire les propos de Nicolas Sarközy qui se dit opposé à la répartition des migrants sur le territoire… oubliant qu’il avait procédé de la même manière lors de la fermeture de Sangatte alors qu’il était ministre de l’Intérieur en 2005 !

3 commentaires

Conseil régional : vos élus sur tous les fronts !

CsZaXbJWEAE4m_WConférence de presse jeudi 15 septembre à Orléans.
La Commission permanente se réunissait vendredi à Orléans. A l’occasion de cette rentrée du Conseil régional, les élus Front National ont tenu une conférence de presse en relevant trois sujets principaux : l’annonce d’une nouvelle vague de migrants, les aides à l’agriculture et la formation professionnelle.
Sur le premier point, présenté par Véronique Péan (Indre et Loire) nous avons été les seuls à aborder en commission, alors que le Président avait refusé d’inscrire la question à l’ordre du jour. Sujet sensible qui a provoqué quelques réactions épidermiques dans les rangs de majorité PS-Ecolos, tandis que le groupe de la Droite et du Centre de Guillaume Peltier préférait garder le silence. Il est vrai que la Commission permanente se tient à huis clos !
En lire plus …

Conseil régional : des élus FN critiques et constructifs.

CPR 08-07-2016Vos élus régionaux en Commission permanente. De gauche à droite : Jeanne Beaulier, Mathilde Paris, Michel Chassier, Charles de Gevigney)
Ce matin 77 rapports étaient présentés en Commission permanente au Conseil régional.

Les élus du groupe FN sont intervenus sur plusieurs dossiers et proposé trois amendements.
Le groupe Front National a évoqué la question des transferts de compétences au 1er janvier 2017, dont le financement n’est pas assuré, ce qui conduit à une nouvelle taxe qui touchera les ménages et les entreprises. A moins de 6 mois de l’échéance, le Président BONNEAU avoue n’avoir aucune visibilité sur les conséquences financières de la loi NOTRe.
Michel CHASSIER, le Président du groupe FN a proposé que les aides aux emplois associatifs (Cap’ Asso) soient limitées à un renouvellement unique pour inciter les associations à recourir à d’autres sources de financement, afin que le dispositif ne se transforme pas en financement d’emplois aidés permanents. La gauche a été forcée de reconnaître la dérive du dispositif et propose de réunir un groupe de travail à la rentrée.
Dans le cadre de la construction d’une centrale photovoltaïque, Charles de GEVIGNEY a déposé un amendement visant à améliorer la performance environnementale des investissements de la Région, avec pour objectif de favoriser les entreprises françaises dont l’impact carbone est plus faible que celui des produits chinois. Notre amendement a été soutenu par l’Union de la Droite et du Centre mais rejeté par une gauche régionale (PS et « Ecologistes ») visiblement embarrassée.
Le dernier amendement du groupe FN avait pour objet d’ajouter l’apprentissage aux axes prioritaires définis dans les conventions signées entre la Région et l’ONISEP Centre, au même titre que l’enseignement supérieur ou les formations sanitaires et sociales. Il a été soutenu par l’UDC mais rejeté par la gauche, alors que l’apprentissage avait été mis en avant par la Région lors de la précédente session.
Nos adversaires ont dû reconnaître que notre groupe a été, une fois encore, critique et constructif !
A noter que le groupe d’Union de la Droite et du Centre présidé par Guillaume PELTIER, qui cette fois n’avait pas apporté de propositions, a été amené à soutenir deux de nos amendements.

Conférence de presse et réunion de travail à Orléans pour nos élus régionaux.

Réunion groupe 20-06-2016Les élus FN au travail à Orléans le 20 juin 2016.
Après la Commission permanente de vendredi dernier, nos élus régionaux étaient réunis à nouveau à Orléans afin de préparer la session plénière des 23 et 24 juin. A l’ordre du jour le compte administratif et la décision modificative n°1 pour 2016 ainsi qu’un bilan des aides économiques mises en œuvre en 2015, deux dossiers portant sur l’agriculture, deux portant sur l’apprentissage et la formation dont le plan dit des « un million de formations », un point d’étape sur la démocratie participative et enfin l’agenda d’accessibilité dans les transports.

Conférence de presse 20-06-2016Auparavant Michel Chassier tenait un point-presse avec Véronique Péan, Jean-René-Coueille et Charles de Gevigney afin de préciser les positions qui seront défendues par notre groupe.
Nous vous en reparlerons, vous prouvez également trouver plus d’informations sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.
Jeudi 23 à partir de 9h30 la séance est ouverte au public, il est possible de la suivre en direct en vidéo sur le site du Conseil régional.

Conférence de presse le 20/06 à Orléans.

Conseil régional : le Front National seule opposition.

Réunion de groupe 16-06-2016Réunion du groupe Front National pour préparer la commission permanente.
La commission permanente est une instance décisionnelle du Conseil régional qui se réunit tous les mois pour voter les crédits correspondants aux différentes interventions de la Région : travaux dans les lycées, subventions à divers organismes,associations, collectivités, aides économiques diverses etc…

69 rapports étaient à l’ordre du jour ce matin.
Le premier portait sur l’aide d’urgence aux victimes des inondations, particuliers et entreprises. Michel Chassier est intervenu au nom du groupe Front National d’abord pour remercier les services de secours, ensuite pour approuver l’aide de 1 million d’euros qui va être rapidement débloquée. Mais nous avons émis quelques réserves sur la méthode qui consiste à reprendre aux collectivités une partie des sommes allouées pour d’autres projets. Nous demandons que ce volet soit réexaminé à la prochaine session plénière.
Sue le dispositif des Missions locales, Charles de Gevigney à poser plusieurs questions au sujet de l’association chargée de la coordination, un « machin » piloté par Jean-Patrick Gilles. la vice-présidente Isabelle Gaudron étant dans l’incapacité de répondre, nous avons refusé de voter le rapport.
Par ailleurs, nos élus ont été les seuls à s’opposer au financement des formations professionnelles à destination des « migrants ».
Le groupe Front National a dénoncé une nouvelle fois la gabegie financière du Fond Régional d’Art Contemporain puisque les recettes de billetterie ne représentent que 0,5% du budget. Le FRAC coûte en 2016 plus de 1,34 million d’euros aux contribuables de la Région pour une moyenne de moins de 20 visiteurs par jour : nos élus demandent un audit.
Une fois encore nos élus ont été les seuls à s’opposer à la politique de coopération internationale menée par la Région, en particulier un partenariat avec l’Etat indien du Tamil Nadu (72 millions d’habitants !) avec lequel la Région a signé des accords (« Memorandum of Understanding ») sans que les élus ne soient consultés, ni même informés.
Guillaume Peltier a largement monopolisé le temps de parole, parfois hors-sujet, mais son groupe ne s’est pas opposé à un seul rapport !
Grand diseux, petit faiseux !
Le groupe FN a voté 53 dossiers sur 69 (5 vote « contre », 7 abstentions, 4 votes séparés), le groupe UDC (LR-centristes) s’est simplement abstenu sur un seul dossier !
Voir l’article sur Mag Centre.

Région Centre-Val de Loire : commission permanente le 17 juin, session plénière le 23 juin.

Réunion de groupe 18-02_16Photo d’illustration : réunion de travail du groupe lors d’une précédente session.
Vos élus régionaux préparent les deux prochaines échéances au Conseil régional, la commission permanente du 17 juin et session plénière des 23-24 juin.

Près de 70 rapports seront examinés lors de la CPR ce vendredi. Rappelons que la commission permanente est composée de 25 élus dont le président de Région et les vice-président, le groupe Front National y dispose de 5 sièges  à la proportionnelle. Cette commission se réunit tous les mois, auparavant les dossiers sont examinés au sein des différentes commission (finances, lycées-formation, transports, aménagement etc…), au sein desquelles nos élus peuvent poser des questions.
Notre de groupe sera réuni cet après-midi pour une séance de travail, plusieurs intervention sont déjà prévues sur les fonds « européens », la formation, l’aide d’urgence suite aux inondations, etc…
A noter qu’à l’issue de cette réunion de groupe, nos élus rejoindront ce soir Nicolas Bay avec les cadres départementaux du FN de la Région Centre à Orléans.
La session des 23 et 24 juin s’annonce également assez chargée, avec l’examen du compte administratif 2015 et un sujet important sur le volet régional du plan dit des « 1 million de formations ».
Un nouvelle séance de travail du groupe est prévue le 20 juin, ainsi qu’une conférence de presse.
La commission permanente se réunit à huis-clos (malgré la demande du groupe FN de la rendre publique) mais les sessions plénières sont ouvertes au public, vous pouvez venir y assister à partir de 9 h 30 jeudi 23 juin.

Loi Sapin II : les artisans s’insurgent.

loi Sapin IIDans la logique de la loi Macron et de la loi el Khomri, inspirées toutes les deux par Bruxelles dans une logique ultra-libérale, la loi dite « Sapin II » envisage de supprimer l’obligation de détenir une qualification professionnelle pour exercer de nombreux métiers de l’artisanat.
Les représentants des métiers de l’artisanat sont vent debout contre cette réforme absurde, et veut alerter les Français sur les dangers du projet de loi aussi bien pour le consommateur,  que pour les 400 000 jeunes qui misent actuellement sur l’apprentissage pour apprendre un métier qualifié et s’assurer un avenir.
Comment ne pas noter en effet la contradiction entre la volonté affichée par le gouvernement de revalosirier l’apprentissage, tout en autorisant n’importe qui à s’improviser plombier, boulanger ou mécanicien automobile sans aucune qualification reconnue ?
On imagine facilement les conséquences. Ce projet de loi met en péril les artisans, toutes professions confondues, qui sont déjà confrontés à de nombreuses difficultés.
Mais qu’importe pour le gouvernement. Si d’ici 2017 quelques dizaines de milliers de chômeurs tentent l’aventure, quitte à se « planter » au bout de quelques mois, cela fera toujours baisser provisoirement les statistiques du chômage !
Le Front national s’oppose à ce projet et nos élus régionaux interviendront auprès des parlementaires pour repousser qu’ils refusent de le voter.
Nous serons particulièrement attentifs au vote de nos députés sur cette loi.

1 Commentaire

Licenciés de Cultur’O Centre. Titularisation sur concours ou sur piston ?

Culture o centre

Les 19 ex-salariés de l’agence culturelle régionale dont une bonne moitié d’entre eux n’ont toujours pas de solution de reclassement ont manifesté sous les fenêtres du Conseil régional le 20 mai (la Nouvelle République du 21/5/2016).
Le président François Bonneau doit les recevoir le 23 mai, pour la 2e fois et Marc Gricourt, 1er vice-président, les a aussi déjà reçus. Il leur a rappelé que « l’on n’entre pas dans la fonction publique territoriale avec un CDI puisque ce statut n’existe pas et qu’il faut passer le concours pour être titularisé ».
C’est exact mais il y a des exceptions quand on sait que Christophe Degruelle, l’alter ego de Marc Gricourt, est devenu Inspecteur d’Académie de Paris sans titre ni concours et sur simple nomination de son mentor, Jack Lang, il y a déjà quelques années.
En 2009, la Cour des comptes avait souligné l’incongruité de cette nomination fictive puisque ce poste ne correspondait à aucune fonction réelle. Il faudrait que les licenciés de Culture O Centre lui demandent si cela est encore possible… à moins d’une embauche à l’Institut du Monde arabe.

Conseil régional : le Front National, seule opposition ?

CPR 22-04-16Lors de la dernière Commission Permanente du Conseil régional vendredi dernier, nos élus sont intervenus sur plusieurs dossiers et présenté plusieurs amendements.
Annulations de subventions pré-électorales.
Au chapitre économique, le groupe Front National s’est étonné du nombre de subventions accordées généreusement lors de la commission du 19/11/2015, en période électorale pour des projets auxquels beaucoup de bénéficiaires renoncent aujourd’hui.

Hip Hop et « développement social ».
Les élus FN votent également contre une subvention à l’association blésoise « la Caverne » pour le projet d’une « maison du Hip Hop au service du développement social local« . Quel rapport avec le développement économique ?

Le groupe UDC (Droite et Centre) n’a rien retrouvé à redire.
Les politiques invités aux rendez-vous de l’Histoire.
Sur le volet culture, nos élus une rappelé une fois encore que les Rendez-vous de l’Histoire à Blois devraient mettre en place une billetterie pour ne plus dépendre quasi entièrement des subventions. En lire plus …

Venue de Marion Maréchal Le Pen à Châteauroux . Petite analyse d’un banal dérapage de presse!

dérapageLa presse locale ne manque pas de relayer d’une façon insidieuse  les menaces lancées par le vice président de la Région, Dominique Roullet, qui s’oppose à la venue de Marion Maréchal Le Pen dans un cabaret de Châteauroux au motif que cet établissement reçoit des subventions de la Région. Voyons de plus près la manière.

-« Les réactions n’ont pas tardé après l’annonce de la venue de la députée FN, Marion Maréchal-Le Pen, au Poinçonnet. » (Nouvelle République – toutes éditions – 15/4/2016)
Notre commentaire : Les réactions n’ont pas tardé parce que les médias se sont fait un devoir de relayer et de rendre public ce qui est un déplacement privé de MMLP. Mais de quelle réaction s’agit-il sinon d’un adversaire du FN ? A noter qu’il n’y a pas eu « des « réactions mais une seule réaction. La caisse de résonnance est là pour relayer « l’info ».

-«  Elle doit assister, avec adhérents et sympathisants, à une représentation privée du spectacle consacré à George Sand, donné par le cabaret Le Skarabet. »
Notre commentaire : Mais s’il s’agit d’une représentation privée pourquoi réagir publiquement ?  Ce genre de réservation privée se fait communément, pourquoi s’en étonner ? L’hypocrisie pointe son nez !

« Levée de boucliers du PS, le conseiller régional Dominique Roullet en tête, qui a rappelé la subvention versée par la collectivité et a demandé l’annulation de la réservation»
Notre commentaire : Un seul bouclier » s’est levé, c’est peu. Il s’agit de celui de Dominique Roullet dont  le journaliste omet de dire qu’il est vice-président de la région et pas un simple conseiller régional. Pourquoi ce silence sur sa fonction importante ? François Bonneau est-il d’accord ? Au nom de quoi cette subvention peut-elle jouer sur les réservations et le choix des clients? La subvention est-elle synonyme de clientélisme ? Autant de questions que la presse ne se pose pas.

-«  L’équipe du Skarabet devait-elle refuser cette demande, quitte à passer à côté d’une belle somme ? Les membres de la structure y ont réfléchi et ont apporté une réponse. »
Notre commentaire :  Subterfuge d’une fausse interrogation qui , en somme, est une condamnation. Mais au nom de quel principe du droit français l’équipe du Skarabet devait-elle ou pouvait-elle refuser cette demande ? Le commerce est encore libre en France. Le journaliste se substitue à la direction du Skarabet comme le ferait un juge partisan, ami socialiste de Dominique Roullet. De quelle « belle somme » s’agit-il ? Nous aimerions le savoir mais nous supposons que c’est le même tarif que s’il s’agissait d’un autre client. On laisse planer l’idée que les animateurs du Skarabet ne recherchent que l’argent. Ce n’est pas très joli !

«  Mais sans prendre en compte, probablement, les conséquences de cette décision. Car avec cette affaire, et quelle que soit la décision prise dans les jours ou semaines à venir, nul doute que le Skarabet va voir son image écornée. »
Notre commentaire : Comme si l’équipe du Skarabet, aveuglée par l’appât du gain et l’absence d’esprit « citoyen », était une équipe de demeurés incapables de mesurer toute seule les conséquences de ses décisions. Ce qui  en dit long sur ce que pense la presse régionale du lien qui relie les organismes culturels subventionnés à la Région. Cette phrase laisse planer une incertitude sur la décision  du Skarabet  d’accepter ou de refuser alors que la décision est déjà prise : le contrat avec MMLP est accepté. Mais, attention, des pressions pourraient être exercées directement ou indirectement à travers la presse et les médias jusqu’à ce que le Skarabet change d’avis. En quoi l’image du Skarabet sera-t-elle écornée? Ce serait plutôt le contraire.

-«  Il était évident que la publicité faite autour de cette réservation allait prendre, tôt ou tard, un ton polémique peu propice aux affaires commerciales. »
Notre commentaire : Mais non ce n’était pas du tout évident. Le Front National ne dit rien quand des politiciens se réunissent dans des enceintes universitaires ou des salles de spectacles subventionnées. D’ailleurs ce n’est pas de la « publicité » mais de l’anti-publicité. Cette phrase laisse percer une menace sur l’avenir du Skarabet qui, malgré les subventions reçues par les collectivités, est une affaire commerciale qui doit dégager des bénéfices pour ne pas couler.

Conclusion. On le voit, quand l’hypocrisie le dispute au parti-pris, le lecteur risque de ne plus trouver l’objectivité et la clarté de ce qui a fait la grande presse d’information. Gageons que les lecteurs sauront décrypter ces insinuations et que les responsables du Skarabet sauront résister à cette pression médiatique. Ce sera leur honneur et leur liberté.

Michel Chassier sur Plus FM lundi 4 avril.

Plus FM 2016-04-04Michel Chassier Président du Groupe FN au conseil régional, conseiller municipal et communautaire de Blois sera l’invité de la matinale sur Plus FM lundi 4 avril à 8 heures.
Il évoquera l’actualité locale, départementale et régionale.
Plus FM émet à Blois (89.4), à Montrichard (99.3), Romorantin (96.7), Vendôme (97.4) et enfin Lamotte-Beuvron (105,8) et Montoire (90,8).

12

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...