Archives des tags : emploi

Chômage : les chiffres ne sont pas convaincants.

ChomageLa majorité des médias, Nouvelle République en tête, titrent sur la baisse de chômage, en France et dans notre Région.
Si c’était vrai, nous serions les premiers à nous en féliciter. Avec une reprise de la croissance mondiale (près de 4% prévus en 2018), la France devrait en profiter un peu.
Mais ce n’est pas vraiment ce qu’on peut observer su l’on regarde dans le détail les chiffres trimestriels publiés par la DIRECCTE Centre.
Certes le nombre de chômeurs inscrit en catégorie A diminue de 1 % au niveau national, 1,1% pour la Région Centre-Val de Loire, mais en prenant les catégories A,B,C on peut dire que rien ne change, tout juste -0,1% en région depuis le dernier trimestre mais + 0,9% en un an (+2,1% au niveau national).
Cette hausse touche surtout les femmes (+ 2,5% dans la région) et les plus de 50 ans (+ 2,6%).
Le chômage de longue durée (demandeurs d’emploi inscrits depuis plus de 1 an) augmente lui aussi de 2,7%.
De plus si l’on regarde de près les entrées et sorties de Pôle Emploi (publiées en moyennes mensuelles sur le trimestre), on compte 19 000 inscriptions nouvelles pour 18 900 sorties, soit moins qu’en 2017 (19 236 sorties par mois en moyenne).
Les reprises d’emploi déclarées représentent 3460 sorties de Pôle emploi par mois en 2018 contre 3500 en moyenne au 1er trimestre 2017.
Il faudra qu’on nous explique où sont les signes d’une reprise de l’emploi !
Encore une fois les médias présentent ces chiffres comme une embellie… pour Macron.
Mais pas pour les chômeurs qui peinent toujours à retrouver un emploi.

3 commentaires

Plus de 10 000 travailleurs détachés en Loir et Cher en 2017.

milènePremier échec pour Bruxelles le 21 mars : rejet du projet E-Card qui aggravait la directive Bolkenstein, grâce à un amendement porté par le FN.
Nous connaissions les chiffres au niveau national, la Nouvelle République publie en date du 22 mars les données pour le Loir et Cher.

C’est très exactement 10 324 travailleurs étrangers « détachés » qui ont été déclarés en 2017, soit une hausse de 78% en un an !
En tenant compte de la durée des missions, c’est l’équivalent de 1000 emplois à temps plein pour le Loir et Cher, qui comptait au 31 décembre 14 500 demandeurs d’emploi de catégorie A (- 270 en un an) et 26 710 en catégories A, B et C (+ 460 en un an).
On nous explique souvent que les entreprises peinent à recruter des employés français dans les secteurs les plus touchés, mais depuis le temps on devrait se demander pourquoi et trouver des solutions.
En réalité c’est d’abord le dumping social qui entraîne cette hausse permanente du recours aux travailleurs détachés, qui reviennent moins cher que les Français.
En lire plus …

1 Commentaire

La « clause Molière » partiellement reconnue sur les chantiers.

Travailleurs détachés 2015Près de 300 000 en 2015, combien sont-ils aujourd’hui ?
La « clause Molière » vise à « protéger les ouvriers et soutenir l’emploi local ». En effet, les règles de sécurité d’un chantier de BTP étant rédigées en français, il faut que tous les intervenants puisse les comprendre et au-delà pouvoir communiquer. Le but est bien sûr de lutter contre la directive « travailleurs détachés » imposée par l’UE.

Mais le gouvernement français ne l’entend pas de cette oreille, et c’est le ministère de l’Intérieur qui s’était directement pourvu en cassation pour faire annuler ce type de clause dans les marchés publics.
Cependant, c’est un petit coup de théâtre,  bien que le rapporteur public du Conseil d’Etat, Gilles Pellissier, estimait que la clause Molière n’avait pas lieu d’être, l’instance en a finalement décidé autrement. Elle a rejeté un recours contre les « clauses d’interprétariat » prévues pour un marché public de travaux.
Petite victoire donc pour les partisans de la « clause Molière », mais d’une portée limitée.
Le conseil d’Etat précise en effet qu’il ne valide pas la « clause Molière », à proprement parler, celle-ci consistant à rendre obligatoire l’usage du français sur les chantiers. Le dispositif dont il est question ici ne concerne que l’utilisation d’un interprète pour exposer les droits sociaux dont disposent les travailleurs et les règles de sécurité qu’ils doivent respecter sur le chantier.
Au-delà de cette formalité ponctuelle, peu importe si le chantier ressemble à une tour de Babel.
En clair cela signifie que l’emploi massif de « travailleurs détachés » va se poursuivre au détriment de l’emploi local, en raison du dumping social sciemment organisé par l’Union européenne.
Ce matin, c’est le Figaro qui s’inquiète de cette concession faite par le Conseil d’Etat.
Il est clair que face à ce système dont M. Macron, le petit télégraphiste de Mme Merkel, est l’instrument docile, le Front National représente la seule force politique d’opposition qui combatte cette vision de l’Europe. C’est une question sur laquelle Marine Le Pen reste ferme, contrairement à ce que certains essaient de faire croire pour justifier leur trahison.
Nous pensons même que la « clause Molière » devrait être étendue en exigeant l’usage du Français par les administrations et les collectivités territoriales où le « franglais » ne cesse de faire des ravages, sans parler des conseils d’administration de grandes entreprises françaises, qui se tiennent souvent en anglais, parfois approximatif.

1 Commentaire

Bosch, Delphi : menaces sur l’industrie automobile en Loir et Cher.

Site Bosch VendômeLa Nouvelle République confirme aujourd’hui les menaces de suppressions d’emploi chez Bosch à Vendôme.
Par des sources syndicales, nous étions informés depuis près d’un mois, mais n’avons pas souhaité ajouter à l’inquiétude des personnes concernées sans avoir de nouveaux éléments d’information.
Suite à un comité d’entreprise extraordinaire, la direction confirme son intention de réduire le personnel sur le site de Vendôme, sans toutefois annoncer les chiffres.
Cette décision serait justifiée par une baisse importante du chiffre d’affaires avec « des pertes conséquentes depuis plusieurs années« , selon la même source, à cause d’une « pression économique considérable« .
Traduction : le site de Vendôme est victime de la concurrence déloyale de pays, y compris à l’intérieur de l’UE, dont les coûts de production sont largement inférieurs aux nôtres.
A l’intérieur de l’entreprise, on évoquait clairement une délocalisation de certaines productions.
Situation paradoxale au moment où la marché automobile français est en pleine croissance (+ 10,3% en novembre, et une prévision entre + 3 et +5 % sur l’année).
En lire plus …

Formation, orientation : les jeunes sont-ils entretenus dans l’illusion ?

Photo d'illustration

Tous à l’Université mais pour quel avenir ? Pendant ce temps l’industrie peine à recruter. Pourtant on peut y réussir, avec ou sans bac.
Les lycées, la formation professionnelle, l’apprentissage relèvent des compétences de la Région.

Depuis deux ans nos élus siègent régulièrement dans les Conseils d’administration des lycées, dans les différentes commissions, dans plusieurs organismes et ils participent à de nombreuses rencontres avec les entreprises.
Cela nous amène à faire un certain nombre de constats.
A l’occasion d’une récente réunion des « Coordées du territoire » en Loir et Cher, plusieurs remarques intéressantes ont été faites par les chefs d’entreprises :
– La complexité des dispositifs, pour les entreprises qui cherchent à recruter comme pour les personnes en recherche d’emploi. Quant à l’appli Job41 du Conseil départemental, disponible sur smartphone et censée être plus réactive que Pôle Emploi, un chef d’entreprise qui a mis plusieurs offres sur la plateforme dit ne jamais avoir eu un seul retour.
En lire plus …

Loi Travail XXL – Le 12 Septembre : première étape. Le 21 : on amplifie, dans l’unité la plus large

Ordonnances_LoiTravailXXLLe 12 Septembre, un peu partout en France, les salariés, et avec eux les Français, étaient fortement mobilisés contre la Loi Travail XXL et ses ordonnances. Loi, pudiquement appelée « Renforcement du dialogue social », un comble pour un ensemble de textes qui remet en cause plusieurs décennies de conquêtes sociales et qui rappelons-le n’est qu’une directive de plus imposée par l’Union Européenne pour déréglementer le droit social, vider le Code du Travail de son caractère protecteur pour les salariés, et qui n’apportera rien en matière d’emploi.Le cercle Front syndical était tout naturellement présent dans ces actions, puisque ses militants étaient présents dans les cortèges et manifestations, au milieu de leurs syndicats respectifs : son Secrétaire Général, Laurent Bras était présent dans le cortège de Blois. Et le vice-président du Front National, Florian Philippot était présent dans la manifestation parisienne, au côté des forains.

Notons que outre la CGT, SUD et la FSU qui ont appelé aux rassemblements, la majorité des Unions Départementales ainsi que de nombreuses fédérations professionnelles de FO ont clairement appelé à participer aux manifestions et étaient présentes. De même, certaines fédérations de la CFDT ont participé à l’action contre la Loi Travail XXL le 12 Septembre, et des éléments de la CFE-CGC étaient présents dans les cortèges.

L’unité syndicale existe donc bien à la base : c’est la volonté des salariés et des syndicalistes de terrain ! C’est le moyen le plus efficace de faire reculer le gouvernement Macron et d’empêcher la France de sombrer dans un recul social sans précédent !

C’est pourquoi le cercle Front syndical appelle les salariés de France, et tous les syndicalistes qui ont à cœur de défendre les intérêts des salariés avant tout, à amplifier l’action et à se mobiliser à nouveau le 21 Septembre.

Cette mobilisation doit se faire de façon la plus unitaire, rassembleuse, ouverte et sans arrière pensée partisane. Ainsi, le cercle Front syndical, parce que constitué de syndicalistes responsables appelle les directions confédérales de FO, de la CFDT, de la CFTC et de l’UNSA à réellement prendre en compte l’intérêt des salariés et à mettre toutes leurs forces au côté de la CGT, de SUD et de la FSU dans un appel clair à l’action pour le 21 Septembre.

Dominique Bourse-Provence, Président du cercle Front syndical, Conseiller régional  Île-de-France

Laurent Bras, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire départemental adjoint FN41

Les aventures des fainéants (épisode 1)

Loi Travail Non MerciCela se passe ne Loir et Cher.
Nous ne donnerons pas d’autres précisions géographiques afin de ne pas pénaliser la personne qui nous a confié sa mésaventure.
Chômeur depuis plusieurs mois, ce quarantenaire voit une annonce sur Internet.
Il s’agit d’une agence d’intérim.
Elle recherche une ou plusieurs personnes pour une mission sur une plateforme logistique, de 22 heures à 3 du matin, 5 jours par semaines.
Contactée au téléphone l’agence précise que, en ajoutant les primes de nuit et la prime de précarité, cela ferait l’équivalent d’un SMIC.
La personne accepte, pour commencer le lendemain.
Mais le matin l’agence le rappelle en lui disant que les horaires ont changé. Ce sera 19 heures – 24 heures.
Un peu moins d’heures de nuit, mais l’intérimaire n’a pas la choix, il accepte.
Il se présente donc à l’entreprise à 18 h 45 comme indiqué (bien sûr le quart d’heure n’est pas rémunéré) où un responsable l’informe d’emblée que sa mission ne durera que 2 heures !
Un autre intérimaire arrivé en même temps ne restera quant à lui qu’une heure.
Et pour le lendemain ? Le responsable de la plateforme déclare ignorer si la mission se poursuit : « appelez votre agence d’intérim ».
Résultat : 40 km aller-retour pour 2 heures de travail, sans savoir s’il y aura ou non une suite ni dans quelles conditions.
Dur dur une vie de fainéant.
Ce genre de situation est déjà fréquente en intérim. Avec la nouvelle loi travail, il s’agit de pouvoir moduler de la même manière le contrat de tous les salariés.
Les Français ne l’ont peut-être pas encore bien compris.

Loi travail « El Macron » : le Front National sur le terrain.

DJHv6T2WsAAm_jqLa Loi travail, imposée par ordonnances alors le que le gouvernement dispose d’une large majorité à l’assemblée, n’est rien d’autre que l’application de la feuille de route dictée par l’Union européenne, la BCE et le FMI, que Macron fait semblant de critiquer en Grèce bien qu’il en soit le fidèle petit soldat.
Elle est conforme également aux recommandations du fameux rapport Attali, commandé par Sarközy.
Elle reprend ce que n’avait pas pu imposer la loi El Khomri, écrite également par Macron, puisque François Hollande avait été contraint de faire des concessions aux syndicats.
Aujourd’hui, il s’agit ni plus ni moins de supprimer le CDI, comme si cela allait relancer l’emploi.
C’est évidemment une illusion, les embauches dépendant avant tout du niveau d’activité et du taux de croissance.
Or les entreprises françaises sont pénalisées par l’euro, qui est en train de remonter par rapport au dollar, la balance du commerce extérieur n’a jamais été aussi mauvaise. Elles souffrent aussi d’un différentiel de charges et de fiscalité par rapport à leur concurrentes étrangères.
Voilà ce à quoi il faudrait s’attaquer.
Mais le gouvernement pense que l’on peut redonner de la compétitivité aux entreprises en pesant sur les salaires et en précarisant davantage les salariés.
Sans prendre en compte le fait que cela ne fera que dégrader le pouvoir d’achat et donc la consommation des ménages.
Sur le fond comme sur le forme, le Front National s’oppose logiquement à la loi Macron II ou loi El Macron, comme il s’était opposé à la loi El Khomri ou loi Macron I, laquelle n’a d’ailleurs fait l’objet d’aucune évaluation.
C’est pourquoi dès cet été un tract a été imprimé à plus d’un million d’exemplaires pour diffuser en priorité à la sortie des entreprises.
Les actions ont commencé en Loir et Cher dès hier, avec une première distribution devant l’entreprise Delphi à Blois.
Vous pouvez aussi le téléchargez sur le site du Front National pour le faire suivre sur les réseaux sociaux.
Elles vont continuer dans les jours qui viennent, relayées par le Cercle Front Syndical.
Un communiqué de presse a également été publié par la Nouvelle République, et la question a été évoquée hier lors de notre point presse de rentrée.

Nouvelle hausse du chômage en Région Centre Val de Loire.

Marine débat 3-05Sur le chômage et l’euro, c’est Marine Le Pen qui avait raison face à Macron.
Après une hausse de 0,2% en mai, une baisse de 0,1% en juin, le nombre des demandeurs d’emploi inscrits en Région Centre-Val de Loire augmente de 1,1% pour l’ensemble des catégories  suivant la tendance nationale (source DIRECCTE Centre).

Pourtant le nombre de sorties progresse légèrement (1,1%), avec un niveau d’entrées en stage qui se maintien malgré la période estivale, et un chiffre élevé de radiations pour défaut d’actualisation, le plus haut de l’année (42,3% des motifs de sorties) mais c’est le nombre d’entrées qui fait un bond de 8,3% à 21 240, le niveau le plus élevé depuis début 2016.
Il est clair que la bataille de l’emploi n’est pas gagnée.
Marine Le Pen a tenté d’expliquer au Français que l’on ne pouvait avoir en même temps l’euro et le plein emploi.
Elle n’est malheureusement pas parvenue à convaincre, face à des adversaires qui bénéficiaient du total soutien des médias.
Mais comme nous le savions, les faits vont rapidement lui donner raison.
Ce soir M. Macron refuse de commenter ces mauvais chiffres.
L’économiste Jacques Sapir le soulignait déjà en mai dernier, au lendemain du fameux débat :
contrairement à ce qu’a affirmé M. Macron : la mise en place de l’Euro a bien accru le chômage.
La politique macro-économique mise en œuvre a bien contribué à une baisse du chômage, compensant les effets de l’Euro, en laissant filer la dette mais avec des coûts qui ne sont pas soutenables à long terme.
C’est cela qui a permis de construire dans l’opinion publique en France l’acceptabilité de l’Euro, avec aussi sa forte dépréciation face au Dollar de 1999 à 2002. Il eut été décent que M. Macron signale ces faits, dont il ne pouvait manquer d’avoir connaissance (sauf à supposer une parfaite incompétence de sa part). Qu’il ne l’ait pas fait donne la mesure des arrangements avec la vérité que le candidat du système a été capable de prendre, avec la complicité des médias.
Lire le communiqué du Front National.

Chômage en Région Centre-Val de Loire : rien de nouveau

chomage.jpgAprès une hausse de 0,2% en mai, le nombre de chômeurs en catégories A,B et C diminue de 0,1% en juin pour la Région Centre-Val de Loire, suivant la tendance nationale (source DIRECCTE Centre).
Concrètement cela représente 220 chômeurs de moins, 218 170 au lieu de 218 390.
Ce qui ne signifie pas grand chose quand on sait qu’il y a eu 490 entrées en stages de plus en juin.
Les reprises d’emploi déclarées représentent 16,9% des sorties contre 17,4% en moyenne sur l’année 2016.
Le taux de croissance attendu en 2017, 1,6% d’après la dernière révision de l’INSEE demeure insuffisant pour résorber le chômage, comme pour équilibrer durablement les régimes de retraite.
Le choix de l’austérité fait par le nouveau gouvernement risque d’avoir à moyen terme des conséquences sur la croissance, les observateurs tablent sur un impact possible de -0,2%.

2 commentaires

Loir et Cher : hausse du chômage en mars (2,2%)

Photo 8Après quelques mois de pause, en grande partie artificielle, les chiffres du chômage repartent à la hausse en catégorie au mois de mars : + 1,3%au niveau national, + 2,1% en région Centre-Val de Loire, + 2,2% en Loir et Cher (source : DIRRECTE Centre).
Les effets du plan dit des « 500 000 formations » atteignent leur limite, et en dehors du BTP on ne constate pas une véritable reprise économique.
C’est aussi le constat que la loi Macron-El Khomri n’a en rien amélioré la situation sur le marché de l’emploi, comme nous l’avions prévu.
Le quinquennat de François Hollande se termine donc sur un échec. Raison de plus de ne pas voter pour son successeur masqué.

Chômage : les vases communicants.

chomage.jpgLe scénario écrit par François Hollande se déroule comme prévu… sauf que l’acteur principal a déclaré forfait.
Les statistiques officielles de Pôle emploi annoncent en effet une nouvelle baisse du chômage… en catégorie A, pour le mois de novembre.
Nous avons régulièrement expliqué comment ces résultats étaient obtenus aux prix d’un application plus sévère des critères de radiation, de la hausse importante des entrées en stage, y compris non qualifiants et de courte durée etc…
Sans parler des chômeurs qui ne s’inscrivent pas à Pôle emploi car ils ne bénéficient pas de droit à indemnisation.
Au final, la diminution observée en catégorie A ne masque pas la hausse continue en catégories A,B et C : + 1 880 inscrits en région Centre depuis novembre 2015, + 4 780 si l’on ajoute les catégories D et E.
Ce qui donne 246 110 inscrits à Pôle emploi en Région Centre-Val de Loire fin novembre (+0,4% en un mois), 6 238 420 pour la France entière.
On est encore bien loin d’une amélioration, on peut seulement observer le principe des vases communicants entre les différentes catégories.

Chômage : une baisse peu convaincante.

ChomageAprès les mauvais chiffres du mois d’août, les statistiques du mois de septembre présentent un léger mieux, au moins pour la catégorie A (- 2% en Région Centre, – 1,4% en Loir et Cher).
Il convient toutefois d’être prudent, la tendance sur 3 mois enregistre toujours davantage d’entrées (20 410) que de sorties (20 050) pour la région Centre-Val de Loire.
La reprise d’activité ne représente toujours que 17,2% des cas de sortie de Pôle Emploi.
La part du chômage de longue durée (+ d’un an) augmente ainsi que celle des plus de 50 ans.
Nul doute que tout sera fait d’ici la fin de l’année pour que les chiffres permettent de justifier une candidature de François Hollande, mais l’UNEDIC est pessimiste pour début 2017.

Travailleurs détachés : le Front National sera-t-il entendu ?

Action_1En février dernier, le Front National avait proposé un amendement visant à limiter l’emploi des travailleurs détachés dans les marchés publics de la Région Centre-Val de Loire.
Amendement rejeté par la majorité PS-Ecologistes, mais repris dans ses grandes lignes dans un rapport présenté lors de la session des 13 et 14 octobre, comme le confirme la Nouvelle République, dans un article qui reconnaît le travail de nos élus.
Nous aurions voulu aller plus loin, mais il nous a été répondu que le recours aux travailleurs détachés et entreprises étrangères était plutôt limité en région Centre.
On vient pourtant de nous signaler un chantier dans le zone des Perrières à Vineuil où l’on entend pas beaucoup parler Français !
Et nous avons pu vérifier sur place la présence d’une entreprise venue des Pays-bas. Quant à l’origine des salariés qui travaillent sur le chantier, c’est une autre affaire.
En lire plus …

1 Commentaire

Stages en « immersion » : les abus du système.

StagiairesProposer aux chômeurs des « stages en immersion », c’est un des volets de la loi du 5 mars 2014, dite Rebsamen. Comme toujours l’objectif paraît louable : découvrir un métier ou un secteur d’activité en vue d’une insertion professionnelle. Cela s’adresse prioritairement à des jeunes ou à des personnes en reconversion professionnelle. Dans la pratique, force est de constater que le système est détourné. Deux exemples récents viennent de nous être signalés à Blois. Dans le premier cas, une personne âgée de 40 ans, déjà bien formée dans son domaine d’activité et avec une réelle expérience se voit proposer un stage en immersion de deux semaines dans une entreprise blésoise. Stage non rémunéré, il convient de le préciser. A l’issue du stage, durant lequel il a assuré une charge de travail normale et donné entière satisfaction, il se voit proposer… de renouveler un deuxième stage non rémunéré pendant deux semaines supplémentaires ! Même scénario dans une clinique blésoise où une personne de 48 ans, après un stage d’insertion de deux semaines se voit proposer une semaine supplémentaire non rémunérée ! Dans les deux cas, les personnes ont refusé. Voilà où nous en sommes dans la France de 2016 : désormais, il est possible de faire travailler une personne qualifiée, occupant pleinement  un poste de travail, sans être rémunéré. Et tout le monde y trouve son compte : certains employeurs, mais aussi le gouvernement, pour qui l’objectif est avant tout de faire baisser par tous les moyens les chiffres du chômage. Il faut le faire savoir, et nous invitons les personnes victimes ce type d’arnaque à nous contacter.

Chômage : nouvelle hausse en Loir et Cher malgré les entrées en stage.

chomage.jpgLe nombre des demandeurs d’emploi en catégorie comme en catégories A,B,C augmente de 0 4% en juin en Loir et Cher pour atteindre 26 280 inscrits (source DIRECCTE Centre).
Le plan dit des 1 million de formation, qui met du temps à démarrer, ne parvient pas à inverser la tendance, bien que les entrées en stages progressent de 12,3 à 15,5% des motifs de sortie de Pôle Emploi en deux mois.
Mais en contrepartie, les radiations administratives et autres « défaut d’actualisation » se stabilisent. Ces trois motifs confondus représentent toutefois 66,1% contre 65,3% en mai.
Donc rien de bien nouveau, la reprise économique annoncée se fait toujours attendre.

Le cercle Front syndical avec le FNJ et la Fédération du FN41 dans l’action contre la loi El Khomri

Photo 8Le Front National dans l’action depuis le début du mouvement

Depuis maintenant plusieurs mois, nous syndicalistes patriotes de FO, de la CGT, de la CFDT et de la CFTC réunis dans le cercle Front syndical, avons participé activement à tous les mouvements contre la loi El Khomri, ceci dans le respect de nos organisations syndicales.

Malgré une pluie battante, les militants du cercle Front syndical, de la Fédération du FN41 et du FNJ étaient présent ce matin au rond-point près du centre commercial « LECLERC » pour affirmer notre opposition à la loi El Khomri : une banderole a été déployée et des tracts ont été distribués. Dominique Bourse-Provence, responsable national du cercle Front syndical ainsi que des militants parisiens ont fait le déplacement.

À ceux qui ne nous voyaient pas ou faisaient semblant de ne pas nous voir : le Front National est bien présent dans l’action, dans les syndicats, avec les salariés, les Français et les jeunes contre une loi qui, il faut le rappeler, est une loi profondément injuste socialement, qui ne réglera rien en matière d’emplois et qui avec son article 6 fera rentrer le fait religieux dans l’entreprise en y légalisant le communautarisme.

En lire plus …

La Nation, seul rempart pour défendre le modèle social français ! Non à la loi UE – El Khomri

Capture

Depuis le début du mouvement contre la loi El Khomri, loi injuste socialement, inefficace économiquement et constituant en fait la feuille de route de l’Union Européenne, les syndicalistes patriotes du cercle Front syndical ont participé activement à toutes les  actions et manifestations.

L’action du 4 Juin contre la loi El Khomri, reportée en raison de la situation de crise suite aux inondations qui ont touché le Loir et Cher est reconduite dans les mêmes conditions le Samedi 11 Juin.

 banderole  04 juin

C’est pourquoi, le cercle Front syndical organise un rassemblement avec la venue de Dominique Bourse-Provence, Responsable national du cercle Front syndical :

Samedi 11 Juin à Blois, à partir de 10H au rond-point Hugh A Harter

(Près du centre commercial « LECLERC »)

Nous déploierons une banderole et distribuerons des tracts pour aller à la rencontre des Français.

L’objectif est de montrer que le cercle Front syndical, donc in-fine le Front National s’engage et agit contre la loi El Khomri, que la seule réponse à donner est politique et passe par une reprise en main de notre souveraineté pour enfin appliquer une vraie politique économique patriote. En définitive, les seuls vrais défenseurs du monde du travail, des salariés, de la jeunesse ; c’est nous.

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

03 Journée du 4 Juin 2016 - Rond-point Hugh A Harter

Chômage : légère progression en Loir et Cher et en Région Centre-Val de Loire.

Pôle_EmploiLes chiffres de la DIRRECTE pour le mois d’avril viennent d’être publiés.
Par rapport au mois de mars, le nombre d’inscrits en catégorie A augmente de 0,1% en Loir et Cher comme dans l’ensemble de la Région Centre-Val de Loire.
Pour l’ensemble des catégories A, B, C, on constate une légère diminution, qu’il faut toutefois relativiser en regardant d’un peu plus près les motifs de sortie de Pôle Emploi.
Par rapport au mois précédent, les « reprises d’activité » diminuent encore en moyenne glissante sur 3 mois (16,6% des sorties, soit 3280 contre 3300 en mars). Les entrées en stage augmentent, de 11,9 à 12,3%.
Mais ce sont surtout les « défaut d’actualisation » et « radiations administratives  » qui progressent avec respectivement 45,1% et 7,9% des sorties, soit 10500 contre 9870 fin mars (+ 6,4%).
Il faudra observer cette tendance avec attention le mois prochain.
Mais si la situation se dégrade, le gouvernement pourra nous expliquer que c’est à cause des blocages provoqués… par son projet de loi travail dont personne ne veux, pas même les députés PS !

2 commentaires

Le cercle Front syndical soutient la Police et combat la loi El Khomri

Code-du-travail Myriam-El-KhomriLe cercle Front syndical soutient l’action des policiers avec leurs syndicats qui manifestaient hier Mercredi 18 Mai un peu partout en France pour dénoncer « la haine anti-flics ». Sentiment négatif minoritaire dans la population, puisque la majorité des Français est attaché à la Police, élément indispensable pour garantir l’ordre républicain, bien mis à mal par les gouvernements successifs de l’UMPS.
Le cercle Front syndical dénonce l’extrême violence dont on fait preuve les milices et nervis d’ultras-gauche, hier lors de la manifestation parisienne, n’hésitant même plus à s’attaquer physiquement aux représentants de l’ordre et de l’Etat que sont les fonctionnaires de Police. Rien ne saurait justifier de tels actes de sauvagerie urbaine.
Nous réclamons la dissolution immédiate des groupuscules « antifas », d’ultras-gauche et anarchisants qui agissent maintenant en toute impunité. La violence sur des personnes, quelles qu’elles soient, ne représente et ne représentera jamais une expression politique
.
Cependant, le cercle Front syndical, parce que constitué de militants syndicaux honnêtes et sincères, continuera à prendre toute sa place contre la loi El Khomri, loi injuste socialement et qui ne résoudra en rien le problème du chômage de masse en France. Seule une protection de notre économie, une ré-industrialisation de la France, la récupération de notre souveraineté dans les domaines politiques, économiques, monétaires et budgétaires permettra de remplir les carnets de commandes des entreprises, de garantir l’emploi en France et de préserver notre modèle social français.
C’est pourquoi nous continuerons à être présent dans les manifestations, rassemblements syndicaux, aussi bien ceux de FO que ceux de la CGT-FSU-Solidaires. Mais nous déplorons la division syndicale qui prévaut à Blois, à l’opposé de l’unité existante dans les autres villes, à l’exclusion de la CFDT qui fait cavalier seul.

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Loi El Khomri : ne lâchons rien

LogoFS-petit

Après les actions et mobilisations le 12 Mai contre la loi El Khomri et le déni de démocratie que représente le 49.3, il nous faut amplifier le mouvement. C’est pourquoi, le cercle Front syndical, constitué de syndicalistes patriotes, et conscient de l’absolue nécessité du combat syndical, appelle tous les salariés, à participer aux rassemblements et manifestations organisés par les syndicats CGT-FSU-Solidaires qui auront lieu Mardi 17 Mai :

- à Blois à 14H30 au Parc des Expositions (Blois-Vienne),

- à Romorantin à 10H30 devant la sous-préfecture,

- à Vendôme à 11H30 devant la sous-préfecture.

A ceux qui tentent de nous discréditer, nous répondons qu’en tant que syndicalistes attachés à la défense de l’Etat-nation parce que seul rempart pour la préservation de nos droits sociaux et du modèle social français, nous prenons toute notre part dans les actions et mobilisations contre la loi El Khomri, loi qui n’est qu’une attaque en règle de l’Union Européenne ultralibérale contre le monde du travail.

Parce que nous sommes des militants syndicaux, le cercle Front syndical entend bien continuer à agir dans l’intérêt des salariés et dans le respect des organisations syndicales quelles qu’elles soient. Cependant nous ne nous laisserons pas intimider par des tentatives d’ostracisme de certains, les mêmes qui politisent depuis des années le mouvement syndical français, le détournant ainsi de son seul et unique objectif : défendre les intérêts matériels et moraux des salariés, en toute indépendance à l’égard des partis, des gouvernements et du MEDEF.

Oui il y a des militants, de tous les partis politiques, y compris du Front National dans tous les syndicats, sincères et honnêtes, et qui œuvrent dans l’intérêt du renouveau du syndicalisme français.

Laurent Bras, Responsable départemental du cercle Front syndical 41

Conseil régional : le Front National, seule opposition ?

CPR 22-04-16Lors de la dernière Commission Permanente du Conseil régional vendredi dernier, nos élus sont intervenus sur plusieurs dossiers et présenté plusieurs amendements.
Annulations de subventions pré-électorales.
Au chapitre économique, le groupe Front National s’est étonné du nombre de subventions accordées généreusement lors de la commission du 19/11/2015, en période électorale pour des projets auxquels beaucoup de bénéficiaires renoncent aujourd’hui.

Hip Hop et « développement social ».
Les élus FN votent également contre une subvention à l’association blésoise « la Caverne » pour le projet d’une « maison du Hip Hop au service du développement social local« . Quel rapport avec le développement économique ?

Le groupe UDC (Droite et Centre) n’a rien retrouvé à redire.
Les politiques invités aux rendez-vous de l’Histoire.
Sur le volet culture, nos élus une rappelé une fois encore que les Rendez-vous de l’Histoire à Blois devraient mettre en place une billetterie pour ne plus dépendre quasi entièrement des subventions. En lire plus …

Salariés jetables, PME-TPE oubliées : signez la pétition contre la loi El Khomri

Loi El Khomri« Il est surprenant de retrouver dans le camp des opposants à cette loi des organisations et des responsables politiques qui ont toujours validé l’Union européenne, ont voté l’ensemble de ses traités et n’ont jamais émis la moindre critique contre elle. Il en va ainsi d’une partie du PS et de ses satellites, notamment » (Marine Le Pen – 9 mars 2016).
La seule opposition cohérente à ce projet de loi qui ne fait que traduire les directives de l’Union européenne, c’est le Front National.
Signez notre pétition en ligne en cliquant sur lien suivant : pétition du Front National contre la loi El Khomri.
le FNJ et le Cercle Front syndical sont également engagés dans le combat contre cette loi qui n’aurait aucun effet positif sur l’emploi.

Loi El Khomri-FNJ

Plan des « 500 000 formations » : Michel Chassier écrit au président Bonneau.

GRFN session 2016-02-25Nous avons appris via l’Infolettre de l’Association des Régions de France (ARF) que  la réunion quadripartite de la Ministre du Travail, Myriam El Khomri, de la Secrétaire d’Etat à la Formation Professionnelle, Clotilde Valter, des Présidents de Région et des partenaires sociaux qui s’était tenue le 29 février sur le plan « 500 000 formations aux demandeurs d’emploi », avait prévu qu’un accord soit mis en place afin que les Régions deviennent les pilotes de la mise en œuvre.
Cette information nous parvenant après le vote du budget 2016, qui ne contenait rien au sujet de ce plan, les élus FN se sont adressés par un courrier électronique de Michel Chassier au président de Région François Bonneau le 7 mars ( Plan 500 000 formations) afin de lui demander que les présidents de groupe soient réunis sur cette question et que la session d’avril soit éventuellement rétablie.
Un communiqué de presse a été adressé aux médias régionaux ce 8 mars vers 16 heures : fichier pdf Communiqué FNCVDL 2016.03.08 – Plan 500 000 Formations Michel CHASSIER écrit au Président Bonneau
Deux heures après, un mail du Président Bonneau a été adressé aux présidents de groupe pour les inviter à une réunion travail le 18 mars avant la CPR, conformément à notre demande.
Un addendum à notre communiqué a aussitôt été envoyé à la presse : fichier pdf Communiqué FNCVDL 2016.03.08 – Plan 500 000 Formations François BONNEAU répond
Les élus pourront ainsi être informés du plan d’action envisagé par la Région, dont nous vous tiendrons au courant.
Une fois encore, le groupe FN a fait preuve de son sérieux et de sa réactivité.

Lourdes inquiétudes pour l’emploi à Mer

Mer trecaLes employés de l’usine de literie Treca de Mer sont encore dans l’inquiétude en raison des difficultés de trésorerie de l’entreprise qui se trouve en redressement judiciaire avec poursuite d’activité (la Nouvelle République 3/3/2016).
Cette unité, la plus récente et la plus moderne du groupe, regroupe 200 employés et a été mise en service en janvier 2012. Dans l’attente d’un repreneur, ce redressement constitue une épreuve de plus pour les salariés qui vont vivre les semaines à venir dans le climat d’incertitude qu’ils avaient déjà connu l’an passé, à l’époque où les mêmes difficultés avaient entraîné des retards dans le règlement des salaires.
Cette situation est bien la preuve de l’échec de  M. Claude Denis et Maurice Leroy qui avaient créé une Société d’économie mixte avec comme principaux acteurs le Département, la Communauté de Communes et la commune de Mer. Ce montage financier qui avait permis d’apporter 2 millions d’euros et de garantir à 50 % un emprunt de 8 millions d’euros n’a pas suffi à restaurer la balance et risque même d’hypothéquer les finances méroises.
Lors du prochain conseil municipal, Olivier Besnard et les élus FN de Mer ne manqueront pas de faire connaître leur point de vue sur ce sujet capital qu’est la défense de l’emploi mérois. La lutte contre le chômage est la première des préoccupations du FN, les Français en sont de plus en plus conscients.

12

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...