Archives des tags : Marc Gricourt

Procès en diffamation : le maire de Blois débouté.

Marc Gricourt 5 avril 2014Nous avions déjà remarqué que le maire de Blois, Marc Gricourt, était plutôt procédurier.
Suites aux critiques publiées sur Facebook par un défenseur du patrimoine, l’édile blésois y avait vu de la diffamation.
Nous avions longuement exprimé notre point de vue en mai dernier suite à la décision du conseil municipal d’engager des poursuites au nom de la Ville… et aux frais du contribuable.
Il nous aurait paru plus simple de mettre en demeure l’auteur de ces critiques en lui demandant de retirer ou de modifier la phrase litigieuse.
Il n’est pas certain en effet que la publicité donnée à cette affaire rende service au maire de Blois.
Certes l’honneur est sauf, puisque le tribunal juge que la diffamation est établie, il considère que le maire de Blois n’est pas visé personnellement.
Par conséquent ce dernier est débouté (la Nouvelle République du 23/01/2019), et l’affaire n’ira pas plus loin, à moins qu’un appel soit interjeté par l’une des parties.
Espérons pour le contribuable blésois qu’on s’en tiendra là.

 

4 commentaires

La puissance des images aux Rendez-vous de l’Histoire.

attilaLa puissance des images ? Une belle illustration avec Attali !
Les Rendez-vous de l’Histoire (du 10 au 14 octobre à Blois) attirent toujours un public nombreux, quoique difficile à chiffrer en l’absence billetterie.

Ce que déplorent depuis longtemps les élis du Rassemblement national, qui estiment que le public pourrait payer une entrée, avec le maintien la gratuité pour les scolaires et des tarifs pour les étudiants par exemple.
Au lieu de cela on fait venir gratuitement tous les professeurs d’histoire-géographie de la Région, et tant pis pour leurs élèves privés de cours ce jour-là !
Mais tout cela coûte 375 000 € de subvention principale pour 2018, sans compter les rallonges pour diverses manifestations annexes ainsi que la à disposition de personnels, de locaux, de matériel et la fourniture de diverses prestations dont des repas.
Si l’on ajoute les subventions des autres collectivités et de la DRAC, Le coût réel pour le contribuable atteint 979 000 euros pour un budget e 1 381 000 euros, soit un financement public à hauteur de 71%.
En 2014, lors d’un débat sur TV Tours avec Michel Chassier, Marc Gricourt avait reconnu qu’il faudrait y réfléchir.
Mais son adjoint à la Culture et Président d’Agglopolys  Christophe Degruelle, dépositaire de l’héritage de Jack Lang, ne semble pas l’entendre de cette oreille.
Nous aurons l’occasion de revenir aussi sur le fond, car cette manifestation nous a souvent habitué au sectarisme et au parti-pris idéologique.
Chaque année on voit ainsi défiler à nos frais de nombreux responsables politiques bien en cour.
Pour cette édition nous n’échapperons pas à la conférence inaugurale du gourou de Mitterrand, Sarközy et Macron, l’ultra-mondialiste Jacques Attali, sur le thème « comment nous protéger des prochaines crises » !
Quel cynisme quand sait que ce sont des hommes comme lui qui en sont les principaux responsables, et qu’il n’avait pas vu venir la crise 2008 !
Enfin pour revenir au thème de cette édition, « la puissance des images« , comment ne pas oublier que tous ces bien-pensants sont ceux-là mêmes qui ont exploité honteusement l’image d’un enfant syrien noyé sur plage de Grèce et soigneusement mis en scène pour émouvoir l’opinion publique européenne… mais qui condamnent Marine Le Pen pour avoir voulu montrer sur un tweet le vrai visage de Daesch !

 

Conseil municipal de Blois : budget supplémentaire… en attendant 2020.

CM Blois 2018-02(images d’archives)
Dans les différents échanges au conseil municipal de rentrée à Blois on sent arriver l’échéance de 2020.

Budget supplémentaire : l’emprunt en ligne de mire.
Dès l’examen du budget supplémentaire Marc Gricourt a tenu à démentir les propos de Michel Chassier et Mathilde Paris dans la Nouvelle République du 15/09 décrivant une majorité « à bout de souffle » (la Nouvelle République du 25/09/2018).

Et il s’appuie pour cela sur la bonne maîtrise de budget qui permet à la Ville de réaliser en 2018 davantage d’investissements qu’en 2017.
Ce à quoi Michel Chassier peut répondre : « certes, mais ces investissements nouveaux sont financés uniquement par l’emprunt« . L’élu RN met également l’accent sur les dépenses de fonctionnement, qui augmentent de 1,14% selon les prévisions budgétaires, soit plus que les 1,05% autorisés par l’Etat. Augmentation qui résulte de hausses subies : carburant, énergie etc… dans un contexte de reprise de l’inflation ( CM 24-09-2018 – BS2018 ).
Auparavant Michel Chassier était déjà intervenu pour faire part des risques encourus sur les taux variables alors que la BCE doit réformer l’Euribor en 2020 : « Tous les acteurs financiers conviennent que le taux actuel de l’Euribor est déconnecté de la réalité,[...] La BCE préconise une réforme des taux de référence qui devrait prendre effet en 2020 et conduire à un niveau plus élevé. D’un point de vue contractuel, est-ce qu’il faudra considérer qu’il s’agit toujours du même indice ? Car dans ce cas le taux pourrait augmenter vraisemblablement dans une fourchette de 1 à 2%. »
En lire plus …

6 commentaires

Mise sous tutelle budgétaire : François Bonneau indigné mais résigné.

FBonneauRégion Centre-Val de Loire : le président Bonneau s’apprête à signer… contraint et forcé. Mais que vaut un contrat signé sous la menace ?
Les Régions font partie des collectivités territoriales qui doivent signer avant le 30 juin le pacte financier prévu dans les articles 13 et 29 de la loi n° 2018-32 du 22 janvier 2018 de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, encadrant la progression des dépenses de fonctionnement.

La question ne figurant pas à l’ordre du jour de la prochaine session Michel Chassier, président du groupe Rassemblement National Centre-Val de Loire, s’est adressé au président François Bonneau afin de connaître la position que souhaitait adopter notre Région et demander que les oppositions soient consultées.
En réponse le président Bonneau a fait savoir que les discussions sont toujours en cours entre l’Association Régions de France et le Gouvernement.
Suite à la demande de notre groupe, les présidents de groupe ont été reçus en urgence ce vendredi avant la Commission permanente afin d’être informés de la position qui sera soumise à l’Assemblée régionale jeudi prochain en session plénière.
Tout en critiquant la mesure, le président Bonneau proposera jeudi prochain de signer le pacte financier, craignant qu’un refus expose la Région a un risque qu’il ne souhaite pas prendre.
En lire plus …

1 Commentaire

Terrorisme : Marc Gricourt conseille… de ne rien faire !

Marc Gricourt 5 avril 2014(photo d’archives)
Pour Marc Gricourt, le mort du Lieutenant-Colonel Beltrame fait partie des « risques du métier ».
C’est sur page Facebook que Marc Gricourt publie un petit billet pour mettre en garde nos concitoyens.

Pas contre la menace terroriste d’un islam radical, non, mais pour s’opposer à  « revendiquer plus d’armement, armement létal, notamment pour les vigiles, policiers municipaux, ou autres…« 
Comme si c’était l’armement des forces de l’ordre qui menaçait la population !
Il reconnaît que « sur l’instant, à chaud, nous avons tous une réaction de colère, de révolte, de haine parfois, de volonté de vengeance. »
Il ajoute, citant son père militaire de carrière engagé pendant la seconde guerre mondiale: « pour nous c’est aussi le risque du métier et nous le savons dès notre engagement« . Faut-il comprendre que la mort du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame, abattu et égorgé par un musulman fanatique fait tout simplement partie des « risques du métier » et qu’elle est somme toute normale ?
En lire plus …

2 commentaires

Grèves et manifestations : les électeurs de Macron cocus et pas contents.

DYyl7NpX4BI3wmaIl n’a rien compris à la France, il méprise les Français. Il a peut-être allumé lui-même la mèche qui va le faire sauter.
3 000 manifestants à Blois selon la Nouvelle République, il y a longtemps qu’on avait pas vu cela.

Le maire de Blois, Marc Gricourt, était pour sa part en bureau d’exécutif au conseil régional.
Il indique sur sa page Facebook : « entre deux dossiers, ne pouvant être à Blois pour la manifestation de 14h, j’avais prévu un passage à la manifestation d’Orleans ce matin. Nous y sommes allés à plusieurs collègues. Beaucoup de monde pour La Défense des services publics ! Ça fait plaisir et c’est rassurant.« 
Rassurant peut-être, mais sûrement pas cohérent, car le même Gricourt avait appelé à voter Macron en connaissance de cause en mai 2017.
Michel Chassier lui avait d’ailleurs fait remarquer au conseil municipal entre les deux tours qu’il se tirait une balle dans le pied  en tant que maire en appelant à voter pour le candidat qui annonçait la diminution des dotations pour les collectivités locales.
Ce qui est certain, c’est que ce mouvement social marque probablement un tournant, le petit protégé de la banque Rothschild est maintenant au pied du mur. Sans doute espère-t-il une usure du mouvement, d’autant plus que la stratégie décidée par les syndicats de la SNCF est plutôt risquée, mais aussi une réaction de l’opinion publique lassée par les grèves.
C’est un pari dangereux dans une France au bord de l’explosion, où d’autres réactions opportunistes peuvent se produire dans les banlieues et autres quartiers « sensibles ».
Par son ignorance, son arrogance et sa soumission aveugle à ses commanditaires M. Macron a peut-être sans le savoir allumé la mèche qui va provoquer une explosion qu’il n’a pas vu venir.
Nous devons nous y tenir prêt, et les Français doivent savoir que le Front National sera le seul recours.
N’attendez pas, adhérez dès maintenant.

1 Commentaire

Sortie de l’euro : Gricourt et Pujadas n’ont rien compris !

david-pujadasAprès le pain au chocolat de Copé, la baguette de Pujadas ! 
Le  maire de Blois (PS tendance Hamon) Marc Gricourt faisait partie des 3 millions et demi de Français qui ont regardé l’émission avec Marine le Pen sur France 2 qui, entre parenthèses, a battu les records d’audience !

Mais à lire sa page Facebook il semble qu’il n’ait pas bien compris la question de l’euro, de la dette et de la dévaluation.
On a bien vu sur le plateau que David Pujadas n’avait pas compris davantage lorsque, évoquant une dévaluation du nouveau Franc, il demande combien vaudra la baguette ! Marine Le Pen lui répondant que bien évidemment cela ne changerait rien, puisque nous sommes sur le marché intérieur, David Pujadas ne comprenait toujours pas.
Préférant changer de sujet il aborde la question de la dette avec l’aide de Léa Salamé. Face à la réponse imparable de Marine, leur expliquant que la majorité de la dette extérieure de notre pays est régie par des contrats de droit français et que l’abandon de l’euro serait part conséquent sans conséquence sur l’encours, ils ont bien tenté de défendre le point de vue des banques étrangères, mais c’était peine perdue.
Dernière question sur le sujet, démontrant le peu de connaissance des présentateurs en la matière : dans ces conditions, qui pourra encore nous prêter ?
Réponse simple : la banque de France, en abrogeant la loi de 1973 interdisant à notre banque nationale de prêter au Trésor public, dont à l’Etat… sans intérêt ! C’est depuis ce temps-là, depuis 1974 exactement que le budget de la France n’a jamais plus été équilibré, pour aboutir aux 2 200 milliards d’euros de dette publique en 2017.
Au passage le chef d’Etat qui a fait voter cette loi était un ancien fondé de pouvoir de la banque Rothschild, une certain Georges Pompidou. Ce qui explique pourquoi les médias et le système essaient de favoriser un homme qui a suivi le même chemin – sauf que Georges Pompidou n’avait pas échoué au concours d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure – pour faire perdurer cette rente de situation !
Bref, Marine avait en face d’elle deux nuls en économie, peu au fait des problèmes monétaires et ardents défenseurs du système.
Il est curieux à première vue de voir Marc Gricourt, qui soutient Benoît Hamon, défendre ainsi les banques. Mais il ne faut pas s’étonner davantage, Hamon reste un candidat du système.
Mais cela n’autorise pas pour autant le maire de Blois a  terminer sa diatribe par une violente attaque contre Marine Le Pen, n’hésitant à parler de « peste noire » ! Petit rappel historique, la peste noire ou la grande peste a ravagé l’Europe au XIVème siècle. Elle nous venait du moyen-orient, elle est entrée en Europe par le port de Marseille, accueillant un navire que les Gênois avait refusé de laisser accoster.  Comme quoi le contrôle aux frontières est parfois bien utile !
Mais laissons à Marc Gricourt ses propos délirants : tout ce qui est excessif est insignifiant.

3 commentaires

Marc Gricourt est pour la légalisation du cannabis. Pas nous !

cannabisNous évoquions il y a 2 jours, à propos du lycéen de Selles sur Cher violenté par des mafieux, les ravages de la drogue, dont le cannabis qui en est le premier palier. Une pétition circule à gauche en France pour dépénaliser, puis légaliser l’usage du cannabis.
Le maire PS de Blois, Marc Gricourt, vient d’annoncer qu’il était en faveur de cette légalisation, comme le candidat PS, Benoit Hamon qu’il soutient (la Nouvelle République du 12/1/2017).
Il est vrai que la Région dont Marc Gricourt est le 1er vice-président ne fait pas grand-chose dans la lutte contre les addictions (drogue, tabac, alcool) en milieu scolaire et universitaire. Et pourtant les chiffres sont là pour en démontrer les ravages.
Il est inexact  d’arguer que la politique pénale n’a pas obtenu les résultats escomptés. Surtout quand, en même temps, on ne propose pas de campagnes vigoureuses pour éclairer et dissuader notre jeunesse sur ce fléau regardé avec une sympathie soixantehuitarde. Et au lieu de dénoncer les conséquences d’un mal  gravissime on en chérit les causes.
Croire ou laisser croire que la légalisation va supprimer les filières mafieuses de certains quartiers de Blois (connus et identifiés par la Police) est une illusion ou un mensonge. Les pays qui en ont fait l’expérience sont revenus sur leur choix. Les dealers passeront au cran supérieur de drogues plus dures.
Par ailleurs, il faudra qu’on nous explique pourquoi la répression est valable pour les automobilistes et pas pour les dealers. Peut-être parce que l’automobiliste est une vache à lait paisible qui ne casse rien. A la différence des milieux liés à la drogue qui cassent et se rebellent contre les forces de l’ordre.
On en reparlera.

3 commentaires

Ouverture de la saison touristique : hippopotames à Beauval, gorilles à Chaumont.

Gricourt-VallsMarc Gricourt, Valls et les gorilles en 2013. Exit Gricourt, officiellement en vacances. Restent Valls et ses gorilles.
Le weekend dernier Beauval ouvrait au public le nouvel espace dédiés aux hippopotames.
Hier c’est Manuel Valls qui inaugurait au Domaine de Chaumont la nouvelle exposition d’art contemporain (*).
Mais les personnes présentes ont surtout remarqué la présence des nombreux gorilles entourant le 1er ministre, à en faire pâlir d’envie le Zoopac de Beauval qui n’en possède pas autant !
Et de Blois à Chaumont, à chaque carrefour, des policiers et des gendarmes armés, démineurs (!) vigiles pour fouiller les invités. C’est peut-être l’état d’urgence – surtout pour le couple Hollande-Valls, au plus bas dans les sondages -, mais nous aimerions connaître l’effectif mobilisé et le coût de ce déplacement uniquement destiné à redorer le blason du locataire de Matignon.
Son passage à Beauval avait d’ailleurs été évoqué précédemment avant qu’il ne change de programme, ce qui démontre bien que le but était simplement de se mettre en avant, peu lui importe l’objet de la visite.
En lire plus …

Blois : hommage aux victimes de Bruxelles – Non à l’islamisme.

12524406_934249996693245_3549835695534757871_nFace aux djihadistes un message sans ambiguité : « ISLAMISME – NON ! »
Le Maire de Blois et la municipalité avait convié l’ensemble des Blésois à un rassemblement silencieux en hommage aux victimes des attentats de Bruxelles samedi 26 mars 2016 à 15h, dans la cour de l’Hôtel de Ville.

Choix un peu surprenant, nous aurions préféré pour notre part un soir en semaine, nous avions proposé mercredi.
Malgré tout, deux de nos élus blésois, Michel Chassier et Miguel de Peyrecave ont tenu à être présents, accompagnés par Olivier Besnard ,élu de la ville de Mer et d’une quinzaine de sympathisants du Front National.
En arrivant sur la place Saint Louis, nous croisons le cortège klaxonnant d’un mariage turc, drapeaux déployés… Drôle de prélude pour une cérémonie de recueillement. De plus, une limousine recouverte du drapeau turc était stationnée dans la cour de la mairie !
Malgré tout, une centaine de Blésois sont venus à ce rassemblement, en présence du maire de Blois Marc Gricourt, du président d’Agglopolys Christophe Degruelle, du député Denys Robiliard et d’une dizaine d’élus municipaux.
Curieusement, ce n’est pas le maire de Blois qui a prononcé l’allocution, mais Pierre Boisseau, dixième adjoint « en charge de la démocratie locale, l’intégration républicaine, la laïcité, l’histoire et la mémoire et l’égalité des droits. »
Dans son discours sans surprise, il a surtout insisté sur le « pas d’amalgame », refusant comme la majorité de nos responsables politiques de désigner l’ennemi et la nature du combat que nous devons affronter.
Pourtant suite aux revers subis sur le terrain, avec la libération de Palmyre en cours par l’armée nationale syrienne, les dirigeants du pseudo « Etat islamique » ont clairement renouvelé leurs menaces contre les « infidèles ».
C’est pourquoi, au-delà de l’hommage au victimes, nous avions souhaité que ce rassemblement soit le signe de notre détermination à ne pas céder à la menace islamiste.
Après l’intervention de Pierre Boisseau, au moment de la minute de silence, nos amis ont donc déployé leur message : « ISLAMISME – NON« .
Nous ne renoncerons jamais à diffuser ce message. François Hollande a déclaré que nous étions en guerre. Il faut bien savoir contre qui nous devons nous battre sans chercher de fausses excuses.

Attentats Bruxelles
Album : Attentats Bruxelles

11 images
Voir l'album
 

2 commentaires

Attentats islamistes de Bruxelles : un rassemblement à Blois ?

Mairie Blois 16-11_2En novembre dernier le Front National s’était associé à l’hommage aux victimes des attentats de Paris.
Dès cet après-midi Michel Chassier, Conseiller régional de Loir et Cher, conseiller municipal de Blois et secrétaite départemental du Front National écrivait au Maire de Blois afin de lui suggérer de rassembler les Blésois devant l’Hôtel de Ville, comme cela avait été fait en janvier dernier et en décembre, afin de manifester notre solidarité avec le peuple belge.

Rien n’est encore arrêté, mais le Maire de Blois a fait répondre via son directeur de cabinet :
« Monsieur le Conseiller,
Monsieur le maire a pris connaissance de votre message et notre démarche était elle-même entamée afin d’organiser ce moment de recueillement. EN lien avec les services de l’Etat nous définissons les conditions optimales d’une mobilisation de cette nature dans un souci de cohérence à donner aux initiatives et dans le contexte de l’Etat d’urgence toujours en vigueur. Il va de soi que nous reviendrons vers l’ensemble des élus aussi vite que possible, demain sans doute. »
Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des initiatives qui pourront être prises par la Ville et auxquelles nous nous associerons.

2 commentaires

Polémique ou injures publiques : une question délicate pour la justice.

tn1Travaux rue de la Chaîne. Un pavé dans la mare ?
La cour d’appel d’Orléans vient de confirmer la condamnation de Nicolas Viault, urbaniste blésois et « lanceur d’alerte », pour « injure » au maire de Blois (la Nouvelle République du 9 mars 2016).

Disons-le tout de suite pour préciser notre point de vue : Nicolas Viault ne fait pas partie de nos amis, il avait d’ailleurs soutenu le candidat Marc Gricourt aux municipales de 2008, et il tient régulièrement sur Internet des propos assez virulents contre le Front National. Mais après tout, c’est son opinion.
Cela n’empêche pas que certains de ses combats au niveau local puissent être justifiés, nous l’avions cité ici dans certains articles. 
Dans l’affaire qui vient d’être rejugée en appel, il s’agit de l’aménagement de la tête de pont côté Vienne et de la rue de la Chaîne, où Nicolas Viault déplorait que les anciens pavés aient été remplacés par du béton. Point de vue que nous partageons.
En lire plus …

2 commentaires

Le Maire et Vice-Président de la Région : le grand écart de Marc Gricourt.

hémicycleEn mars 2014, au cours d’un débat sur TV Tours face à Michel Chassier, Marc Gricourt avait admis que le fonctionnement de plusieurs établissements et manifestations culturelles à Blois posait problème, et qu’il faudrait y réfléchir.
Changement de ton aussitôt réélu, le Maire de Blois décrète que le budget de la culture serait « sanctuarisé ». Le terme peut faire sourire quand on sait que le Front National parlait depuis longtemps des « vaches sacrées » de l’establishment culturel blésois, souvent sorti des cabinets ministériels ou municipal de Jack Lang.
En lire plus …

Mosquée turque « Milli Görüs » : Marc Gricourt compromis.

CIMG Blois avec GricourtLe Maire de Blois reçoit la Confédération Islamique Milli Görüs.
Nous poursuivons notre enquête sur la 4ème mosquée de Blois, dont l’appartenance au mouvement islamiste radical « Milli Görüs » a de quoi inquiéter.

Chacun peut vérifier sur Internet le parcours de son fondateur, Necmettin Ernakan, dirigeant politique islamiste turc plusieurs fois condamné, y compris à la prison pour « incitation à la haine raciale et religieuse ».
Après avoir fondé le Milli Nizam Partisi (ou MNP, « Parti de l’ordre national »), puis le Milli Selamet Partisi (ou MSP, « Parti du salut national ») tour à tour interdits, il crée en Allemagne le mouvement « Mili Görüs » (« voie nationale religieuse »).
Dans ses nombreux discours, il qualifie l’Union européenne de « groupe maçonnique« . En 1989, dans la ville néerlandaise d’Arnhem, il tint un discours aux accents djihadistes qui fit scandale : « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. »
Ces déclarations ont le mérite de la clarté : nous sommes bien en présence d’une organisation islamiste qui va au-delà de ce que préconise l’AKP de Recep Erdogan.
Dans ces conditions, nous avons du mal à comprendre que le Maire de Blois, Marc Gricourt, puisse traiter avec cette organisation. Il faudra bien qu’il s’explique sur cette question devant les Blésois.

2 commentaires

Marc Gricourt pris en flagrant délit de mensonge.

Gricourt-GouraultMal accueilli sur le marché de Selles sur Cher, Marc Gricourt accuse le FN. Vendredi, ce sera au tour de Jacqueline Gourault de tancer les électeurs Sellois qui ont « mal voté » au 1er tour. Nous serons attentifs à ses propos.

Marc Gricourt, tête de liste départementale du PS, raconte sur les réseaux sociaux qu’il a été interpellé violemment par des militants FN sur le marché de Selles sur Cher. Au point que cela lui rappelle les heures les plus sombres de notre pays ! Et le voilà qui remonte aux années trente !
C’est faux et archifaux. Il a tellement peur de l’issue du scrutin de dimanche qu’il panique et invente un mauvais scénario.

Les faits.
Notre candidate Josette Mazoyer, était accompagnée de Miguel de Peyrecave et 2 militants Front National sur le marché de Selles, ce matin, de 10h40 à midi : Mais Marc Gricourt était déjà parti quand nous sommes arrivés. Nous l’avons vu quitter le marché avec sa petite troupe frigorifiée, Tania André et deux militants dont on espère qu’ils ne travaillent pas à la mairie de Blois. Pourtant leurs visages ne nous sont pas inconnus. Mais peut-être avaient-ils pris une journée de congé ? » 

En lire plus …

Le Peuple de France face aux « élites »

representant-peuple-konk« Ils » sont démocrates mais ils contestent la régularité du vote FN en disant, comme le maire de Blois, que le vote FN est une «impasse». Comme si le taux de chômage provoqué par le PS n’était pas une impasse. Alors que le FN n’a encore jamais été essayé en Région Centre! (NR 8/12/15)

Cela ne les gêne pas, « ils » continuent de pontifier et de donner des leçons en disant, comme Guillaume Peltier, que « la colère de nos concitoyens est immense et qu’il faut tout refonder, tout reconstruire, tout faire renaître ».(NR 7/12/15) Comme s’ils n’avaient pas eu le temps de tout reconstruire. En refusant de reconnaître qu’ils détruisent la France au profit d’une Europe tentaculaire et impuissante.

Les sondages se sont trompés dès lors qu’ils plaçaient la liste Vigier en tête (NR 29/11/2015). Cela ne « les » gêne pas. Ecoutez la radio et regardez la télévision, « ils » continuent de faire parler majoritairement les adversaires du FN. En lire plus …

1 Commentaire

Course de fond en pleine campagne

Photo0170Nous nous réjouissons de voir les résultats sportifs de Romain Collenot-Spriet, un athlète blésois de haut niveau en steeple, que nous suivons depuis longtemps avec intérêt. Il est un exemple de constance et de persévérance pour les jeunes et les moins jeunes. Il révèles en même temps les grandes difficultés rencontrées en France par les athlètes qui veulent suivre des études supérieures.
La deuxième place qu’il a conquise de haute lutte ce week end à Acier, dans le Nord, lui permet d’espérer faire partie de la sélection de l’équipe de France pour
le 13 décembre prochain à Hyères. C’est ce que nous lui souhaitons.
Ses mérites sont aussi reconnus par la municipalité de Blois puisqu’il vient d’être associé aux athlètes de haut niveau (
Marie-Amélie Le Fur, Anaïs Michel, Émilie Menuet et Raphaël Beaugillet) que le maire de Blois veut honorer et récompenser en les aidant financièrement. En lire plus …

Blois : Docteur Marc and mister Gricourt.

michelchassier4.jpgLe maire de Blois aurait-il un double visage ?  Ou tout du moins un double langage ?
Le 28 mai dernier, il déclarait à la Nouvelle République avoir dû « affronter un choc » aussitôt après sa réélection : « celui de la baisse des dotations d’État, avec onze millions d’euros en moins dans les caisses d’ici 2017. »
Le 21 avril lors précédent conseil municipal, Marc Gricourt annonçait que « la Ville est au pied du mur« .
Hier soir, changement de décor : en présentant le Compte administratif, le maire de Blois considère que les chiffres sont bons.
Dans son intervention Michel Chassier a pu tempérer cet optimisme en rappelant quelques vérités.
Malgré les efforts accomplis par les services, le dépenses de fonctionnement continuent d’augmenter, qu’il s’agisse des dépenses de personnel ou des subventions, tandis que les recettes fiscales marquent le pas, en particulier la taxe d’habitation avec un recul important de la taxe sur les logements vacants, que nous n’avions pas approuvée.
En lire plus …

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...