Archives des tags : Région Centre-Val de Loire

Après les chemises noires et les gardes rouges, voici les chemises vertes.

gardes rougesPour les lycéens et les collégiens, Hulot va-t-il remplacer Mao ?
La « grève pour le climat » sera-t-elle suivie dans les lycées de Loir et Cher ?

Difficile à prévoir. Jusqu’ici, malgré un déluge de propagande relayée par des médias complaisants, et quasi unanimes à s’émerveiller devant la conscience et la « maturité » des jeunes, censés bousculer les adultes, le mouvement reste bien timide en France.
Mais aujourd’hui encore, toute la journée, les médias ont relancé les appels pour redonner souffle à cette contestation soigneusement orchestrée.
En effet, il semble que les jeunes ne soient pas très nombreux à se laisser manipuler, car c’est bien de cela qu’il s’agit.
Les phrases, les slogans qui sortent de la bouche de ces adolescents ne sont en réalité que ceux qui leur ont été rabâchés depuis des années par les adultes, des «punchlines» d’importation, banals copiés-collés d’éléments de langages élaborés bien loin des manifestants par les officines et les lobbies qui jouent sur les peurs pour faire accepter aux peuples, surtout occidentaux, les restrictions et les contraintes.
Cette utilisation de la jeunesse n’est pas sans rappeler l’époque des « chemises noires », ou celle des « gardes rouges » en Chine. Souvenons nous qu’à l’époque les enfants étaient invités à dénoncer leur parents si ces derniers manquaient de zèle révolutionnaire, quitte à les faire condamner à la déportation quand ce n’était pas la peine de de mort.
C’est dans cet esprit qu’il faut comprendre cette manipulation à laquelle nous assistons, qui consiste à faire dénoncer par des adolescents mal informés les comportements des adultes.
Nous appelons les jeunes à ne pas se laisser faire, même si c’est parfois difficile, face à la pression totalitaire de l’idéologie dominante, relayée par les médias et par un grand nombre d’enseignants.

Mise à jour du 15/03 à 13 heures : la Nouvelle République consacre à nouveau un article ce matin pour soutenir le mouvement. Pas vraiment un succès : une seule manifestante ce matin devant la Préfecture de Blois ! Mais toujours une couverture médiatique.

4 commentaires

Conseil régional : toutes les vidéos de nos interventions sont en ligne.

koMf62fySuite à la session plénière du 28 février, toutes les interventions de nos élus sont en ligne sur le site du groupe RN Centre-Val de Loire et sur Youtube.
N’hésitez pas à vous informer sur le travail de nos élus et à rediffuser largement, pensez à vous abonner à notre chaîne Youtube pour être avertis aussitôt qu’une nouvelle vidéo est en ligne.

Conseil régional : le Rassemblement national vous défend.

Image de prévisualisation YouTube

Deux grands sujets lors de la dernière session du Conseil Régional Centre-Val de Loire : la mobilité et la transition énergétique.
Sur le premier dossier, le projet d’une baisse du tarif des abonnements TER a été approuvé à l’unanimité, les élus RN qui sont intervenus ont insisté sur les retards trop fréquents, sur la sécurité dans les transports en commun, sur la fraude, sur les transports scolaires en proposant des améliorations, sur l’offre de transport à destination des touristes etc…
Sue la transition énergétique, le RN a été le seul a émettre des critiques et à porter un regard plus général. Le groupe UDC s’est engouffré dans le discours conventionnel sur un sujet que beaucoup d’élus ne semblent pas vraiment maîtriser.
Devant les nombreuses insuffisances dans l’analyse et en désaccord avec plusieurs des orientations choisies par la Région, le groupe RN a été le seul à ne pas votre le rapport.
Vous pouvez retrouver le texte et les vidéos de toutes nos interventions sur le site du groupe Rassemblement national CVL.
En fin de session, Michel Chassier a défendu un voeu demandant au gouvernement l’abandon définitif des hausses de la taxe carbone prévues entre 2019 et 2022. La gauche a voté contre, le groupe de Guillaume Peltier s’est abstenu…

Le RN41 vous informe sur Internet.

MacronmédiasPlus que jamais les grands médias sont étroitement liés au pouvoir. De rachats en fusions ils sont aujourd’hui dans les mains de puissants groupes d’affaires (Bolloré, Bouygues, Dassault, Lagardère, LVMH, groupe SFR etc…) associés aux banques qui, en même temps qu’elle refusent de prêter à certains partis politiques, refinancent régulièrement des journaux structurellement déficitaire en dépit des subventions de l’Etat.
Et on ne faut pas imaginer un instant que ce financement relève de la philanthropie, le but avoué est bien de contrôler des relais d’opinion.
Tout cela ne relève pas du complotisme, ces informations sont facilement accessibles.
C’est pourquoi Internet offre encore un espace de liberté indispensable, tant que la censure ne parvient pas à l’étouffer, comme on le voit dans certains pays totalitaires, mais la France est en train de suivre une pente dangereuse avec des lois de plus en restrictives qui entendent contrôler les « fake-news », en réalité donner aux médias du système le contrôle de la « vérité » officielle.
Face à cette menace, la meilleure façon de réagir est de relayer au maximum les informations et les opinions que nous diffusons sur Internet à travers les sites, blogs, réseaux sociaux de nos structures, de nos cadres et de nos élus.
Et à ceux qui parlent de « fake news », nous pouvons répondre qu’en bientôt 10 ans d’existence notre blog à publié 6257 articles, sans jamais être pris en défaut, excepté 4 erreurs factuelles rapidement corrigées, ce qui donne un taux brut de fiabilité de 99,936%. Peu de médias pourraient en dire autant.
Cela nous permet de réagir rapidement et de faire connaître rapidement des faits occultés.
Par exemple notre article du 14 février sur Jacqueline Gourault a été lu plusieurs centaines de fois sur le blog, plus de 2350 fois sur Facebook, relayé sur Twitter. Au total des milliers de personnes ont pu connaître notre réaction, la partager et réagir à leur tour.
Visiteurs 2019-02-14Et nous avons eu jusqu’à 69 visiteurs simultanés dans la journée.
Mais ce n’est pas encore suffisant.
A l’approche des élections européennes du 26 mai prochain, M. Macron sait bien que son projet européiste ne rencontre pas l’adhésion des Français. C’est pourquoi sa campagne va reposer sur la peur, le mensonge, la désinformation permanente avec la complicité des médias.
Nous devons être en mesure de riposter instantanément.
Vous êtes déjà nombreux à nous suivre, mais nous vous demandons de partager davantage encore nos publications.
Les liens avec les sites et les pages Facebook du Rassemblement national se strouvent sur la colonne de droite de la page d’accueil.
Nous vous incitons aussi à vous rendre régulièrement sur le site du groupe RN Centre-Val de Loire afin de suivre l’activité de vos élus.
Merci également de nous communiquer des informations locales et si possible des photos.
Et merci encore pour votre fidélité.

1 Commentaire

Croix gammées à Blois : la honteuse récupération des pompiers-pyromanes.

Tag permanence 07-16Croix gammée taguée sur notre permanence en juillet 2017. Sans que cela  indigne la gauche. Plainte classée sans suite.
Suite à la découverte de croix gammées taguées dans sur le chantier d’un appartement à la Quinière, le maire de Blois a aussitôt tenu à réagir par un communiqué rappelant « les heures les plus sombres de notre histoire » et demandant que les auteurs soient « jugés et condamnés à une peine à la hauteur de leur infamie« .

Sans tarder, le parti socialiste en voie de décrépitude se lance dans la récupération en appelant à une manifestation des partis politiques de « l’arc républicain », dont ils excluent sans aucune justification le Rassemblement national.
Curieusement ces mêmes partis politiques ont oublié de s’indigner lorsque des croix gammées étaient taguées sur la façade de notre permanence à Blois. Et le maire de Blois n’a jamais demandé que les auteurs soient « jugés et condamnés à une peine à la hauteur de leur infamie« .
Mieux que cela, nous avons déposé plainte 5 ou 6 fois sans suite. La seule fois où les auteurs de graffitis ont été identifiés (par nos soins, piégés par un selfie qu’ils avaient posté sur Facebook), ils n’ont eu droit qu’à un simple « rappel à la loi » !
C’est pourquoi nous espérons que les auteurs des tags de la rue Dorgelès soient identifiés et nous attendons avec impatience de connaître leur profil. Ce sera peut-être l’occasion de relancer les enquêtes sur les dégradations de notre permanence.
Nous allons nous adresser dès aujourd’hui au procureur de la République dans ce sens.
Mais il faut également rappeler aux partis politiques qui appellent à manifester qu’ils portent une lourde responsabilité dans la situation actuelle. Comme nous le disions déjà hier, la progression constatée des actes antisémites en France est étroitement liée avec la montée de l’islamisme. Nous avons déjà eu l’occasion de remarquer des tags antisémites à la ZUP de Blois, qui curieusement ont été passés sous silence et n’ont suscité aucune indignation.
Il est évident que nous sommes dans une stratégie imaginée par l’exécutif pour dramatiser la situation avant les élections européennes, quitte à utiliser de manière honteuse l’antisémitisme.
Nous sommes les premiers à condamner des agissements dont nous sommes trop souvent les victimes, mais nous ne laisserons pas faire cette honteuse récupération politicienne.

10 commentaires

Macron dans l’Indre : offrons-lui des Pampers !

860_securisation_gargillesse_1-1M. Macron a peur du peuple : zone interdite autour de Gargilesse-Dampierre.
A l’occasion de la venue du chef de M. Macron, ce jeudi 14 février à Gargilesse-Dampierre dans le sud de l’Indre, c’est la branle-bas de combat.

Afin d’être sûr de ne pas rencontrer les manants, tout le secteur est bouclé et de nombreuses interdites à la circulation, du mercredi 13 février à 20 heures et jusqu’au jeudi 14 février 17 heures.
C’est dire à quel point le locataire de l’Elysée a peur du peuple, dont il ne reçoit que des représentants triés sur le volet (*) pour lui poser les questions qu’il veut bien entendre, et leur apporter les réponses déjà préparées par ses services et apprises par coeur par ce bon acteur de théâtre.
On se souvient par exemple de sa réponse à un jeune dyslexique lors de sa visite en Bourgogne : on a su depuis que la question avait été préparée avec l’aide de son professeur de français et posée au moment choisi afin que M. Macron déroule sa réponse devant des journalistes ébaudis.
Il ne faut donc rien attendre de cette rencontre dans l’Indre où tout est écrit à l’avance, il ne s’agit que d’un exercice de communication.
Mais si M. Macron fait sous lui à ce point lors de ses déplacements, il y aurait une solution plus économique et moins pénalisante pour les habitants des territoires visités par sa Majesté : nous pourrions tout simplement lui suggérer de porter des couches-culottes.

(*) évidemment aucun élu du Rassemblement national n’a été invité lors de ces débats factices.

2 commentaires

Gare de Blois : quelles solutions pour le stationnement ?

Passerelle 2Depuis l’inauguration en juin 2015 de la passerelle évitant la traversée de la voie ferrée par le pont routier et facilitant l’accès aux quais en direction d’Orléans et de Paris, les besoins en stationnement concomitants s’avèrent en forte et constante augmentation sans que les pouvoirs publics daignent s’y intéresser.
Le parking nord dit « du pont de la gare » (100 places) est plus que saturé dès 6 heures du matin et jusqu’à 18 heures tous les jours en semaine et cette affluence se répercute sur toutes les rues adjacentes – à tel point que l’Intermarché rue Gambetta situé à 700 mètres de la gare vient d’installer des barrières à l’entrée de son parking pour faire la chasse au stationnement sauvage. Cela engendre aussi des répercussions sur l’accès aux commerces et à la maison de retraite Saint-François non loin de là.
Lire la suite sur le site du Groupe RN au conseil régional.
De plus cela ne risque pas de s’arranger : le projet de réaménagement du parvis de la gare qui doit voir le jour à l’horizon 2020 ne prévoit qu’un seul stationnement (payant ?) de 200 places côté sud : le parking nord gratuit de 100 places temporaire ne serait pas conservé.
Nos élus pourrons poser la question lors de la commission générale qui précédera le prochain conseil municipal de Blois le 4 mars.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

 

Sébastien Chenu à Blois : le vrai débat.

50792620_2016646121786955_7785535595970822144_nLa Fédération de Loir et Cher du Rassemblement national recevait ce dimanche Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du RN, à l’occasion de sa traditionnelle galette des Rois.
Au cours d’un point presse il a répondu aux différentes questions sur les européennes, le « grand débat », la situation politique et sociale en France.
Tous ces thèmes ont été bien repris et développés lors de son intervention.
« Un an et demi que Macron est au pouvoir : ce président a déconstruit la France et considère que la nation doit disparaître au profit de l’UE« .
Le député du Nord ironise aussi sur les médias qui avaient annoncé – une fois de plus – la mort programmée de notre mouvement, et qui font semblant de s’étonner de nous voir faire la course en tête pour le européennes, en dépit de toutes les manoeuvres.
Les tentatives d’assassinat judiciaire ou financier ont échoué, grâce il faut le dire à la mobilisation de nos adhérents et sympathisants, et Marine Le Pen n’a pas chômé depuis la présidentielle, en s’attaquant à la réorganisation du Front national devenu Rassemblement national, en engageant également une réflexion sur la stratégie afin d’être en mesure de l’emporter lors des prochaines échéances.
Sébastien Chenu constate aussi que Macron a semé le chaos qu’il prédisait pour effrayer les Français en cas de victoire de Marine, qu’il continue à jouer sur le pourrissement et ne propose aucune solution, aucune inflexion de sa politique que les Français n’ont pas choisie et qu’ils rejettent majoritairement aujourd’hui.
En lire plus …

Arjowiggins : le président Bonneau soutient les salariés… mais achète du papier au Portugal !

INAPASituée dans la Sarthe mais à la limite du Loir et Cher, cette entreprise emploie de nombreux salariés venus du Vendômois et du Perche, notamment dans les anciens cantons de Savigny et de Montoire.
La fermeture annoncée du site de Bessé-sur-Braye illustre une fois plus la prise de contrôle de la finance sur l’économie réelle et l’absence d’une stratégie industrielle au service de l’intérêt national, contrairement à ce que font nos principaux concurrents.
Outre 560 salariés, de nombreux sous-traitants locaux vont être touchés en cas de fermeture définitive.
Le président  de Région, François Bonneau, a fait part de son soutien aux salariés et il espère un projet de reprise.
Mais on peut regretter dans ce contexte que la Région commande du papier hier en Allemagne, aujourd’hui au Portugal pour ses propres besoins. Ce que nous imposent malheureusement le code des marchés publics et la réglementation européenne au nom de la libre concurrence, qui s’avère souvent déloyale.

Lire le communiqué du groupe Rassemblement National Centre-Val de Loire

Eoliennes : les protestations se multiplient, le gouvernement les ignore.

fondation éolienneLa face cachée des éoliennes : 300 à 400 m3 de béton et 30 à 45 tonnes de ferraillage pour un une éolienne de 2 MW.
Un nouveau projet de parc éolien suscite la colère des habitants de Saint Anne, près de Vendôme, qui en subiront les nuisances tandis que la commune voisine de Villerable bénéficiera des avantages financiers.

Les opposants ont manifesté vendredi dernier lors des voeux du maire de Villerable (la Nouvelle République du 24/01/2019).
Le débat n’est pas nouveau et plusieurs projets font débat en Loir et Cher, qu’il s’agisse de la Beauce ou de la vallée du Cher.
Comme un peu partout en France, les défenseurs des paysages et de l’environnement protestent contre des implantations ou bien trop proches des habitations, ou bien qui portent atteinte à des sites remarquables comme face au massif du Canigou dans les Pyrénées ou près de l’île de Noirmoutier.
Derrière ce forcing, la volonté du gouvernement de multiplier par 2,5 les capacités de production d’électricité des éoliennes, les faisant passer de 6 à 15% de l’électricité produite dans le mix énergétique français d’ici 2028.
Un choix contestable, qui ne ferait qu’augmenter le prix de l’électricité payée par les Français, tout en nécessitant la construction de centrale thermiques d’appoint pour parer aux aléas de production.
Mais devant le « vent de fronde » soulevé par ces projets, le gouvernement a l’intention de passer en force.
En effet, pendant qu’il encourage le grand faux débat national, il a décidé de supprimer dans certaines régions, une autre forme de consultation : les enquêtes publiques (France Info 23/01/2019).
Ce sera cas pour la Bretagne et les Hauts de France, avant de généraliser la mesure.
Pourtant le gouvernement avait interrogé les citoyens sur internet. Résultat : 3 avis en faveur de la suppression de l’enquête publique, 2768 contre. Cette procédure consultative n’a pas empêché le décret d’être promulgué.
C’est comme le grand faux débat : « cause toujours, je décide ».
N’en déplaise à Charles Fournier, vice-président de la Région Centre-Val de Loire, la démocratie dite « participative » est un leurre.

2 commentaires

Région : point presse et commission permanente.

DxHlIRLX0AANs2FLe 17 janvier, les élus du groupe RN Centre-val de Loire étaient réunis pour préparer la commission permanente du 18/01.
Auparavant Michel Chassier, Président de groupe, Charles de Gevigney, Nadine Boisgerault et Ludovic Marchetti ont tenu un point presse pour faire le bilan de leur action après trois ans de mandature.
Nous y reviendrons en détail la semaine sur le site du groupe RN-CVL. Nous vous invitons à le consulter régulièrement pour vous tenir informés de l’action de nos élus, vous pouvez aussi vous abonner à la chaîne Youtube pour revoir toutes les interventions.
Ce vendredi en commission permanente, les élus RN sont à nouveau intervenus sur plusieurs dossiers, dénonçant tour à tour des subventions à une association politiquement radicalisée, à ENEDIS pour des « assises de la transition énergétique » où cette entreprise apparaît comme… sponsor, au FRAC dont le budget 2019 ressemble à celui de 2018 (seulement 20 000 € de billetterie sur un budget de presque 3 millions d’euros, ou encore contre des projets de coopération internationale.
Autre dossier chaud et âprement discuté : une subvention à l’association « Ferme d’avenir » pour une formation de « payculteurs et paycultrices », autrement dit des métiers qui n’existent pas. En réalité une façon de subventionner l’association, rattachée au domaine de la Bourdaisière lui-même largement subventionné.
Cela devenait tellement gros que le président de la commission s’était abstenu, de même que les écologistes, plusieurs socialistes et les élus RN et UDC. En catastrophe le montant de l’aide a été légèrement revu à la baisse, tout cela sent le rafistolage, mais cela à suffit pour convaincre le groupe socialiste et même les écologistes (moyennant quelle promesse ?). Le groupe RN a voté contre, suivi pour une fois par le groupe UDC.

Joué-les-Tours : encore 5 véhicules brûlés, la guérilla urbaine continue.

DvW9fZ4XcAEW0piVoitures incendiées à la Rabière (image d’archives).
La série continue à Joué les Tours. Après les incendies de voitures de début novembre ou ceux de la nuit de Noël, cinq véhicules ont brûlé ce samedi soir.

Sans couverture médiatique. On préfère montrer les véhicules enflammés par des casseurs en marge des manifestations des gilets jaunes pour les discréditer, mais silence radio au contraire sur les 1030 véhicules incendiés la nuit de la Saint Sylvestre.
Le haineux Castaner est aussi un incapable, il n’a même pas le courage de dénoncer cette violence quotidienne qui touche en France des centaines de quartiers pourtant dits « prioritaires » et arrosés de subventions.
A Blois aussi des véhicules brûlent régulièrement sans que cela provoque la moindre réaction.
La maire de Joué les Tours avait institué un couvre-feu pour les mineurs de moins de 17 ans jusqu’au 24 janvier, leur interdisant toute sortie seuls de 22h à 6h.
Mais les renforts de CRS déployés après les incidents du 25 décembre ont quitté la Rabière depuis la nuit du 2 au 3 janvier. Seule la police patrouille donc dans le quartier ces derniers jours pour en assurer la sécurité. Et le couvre-feu n’empêche pas les voitures de brûler.
« Pour une raison non déterminée » ajoute Info-Tours. Tout le monde aura compris.

1 Commentaire

Blois perd des habitants… mais gagne des immigrés !

INSEE Blois 2015La Nouvelle République publiait le 28 décembre  les premiers résultats du recensement INSEE correspondant aux chiffres de 2016.
Au niveau départemental on constate une légère progression (0,45% !) mais avec des contrastes marqués.
Comme le faisait remarquer Michel Chassier au conseil régional lors du débat sur le SRADDET : nous assistons avec la métropolisation a un phénomène de reconcentration urbaine, encouragé par les politiques publiques au nom de l’écologie !
En même temps, les campagnes et les villes moyennes se dépeuplent, à de rares exceptions près, seules les   zones périurbaines voient leur population augmenter, dans des proportions variables en raison des contraintes du foncier.
La ville de Blois perd encore des habitants, 703 par rapport à 2011 mais presque 3 500 depuis 1999, soit une baisse de 7%.
Les raisons de cet exode sont multiples : recherche d’emploi, taxes foncières et terrains à construire trop chers, mais aussi, comme le rappelait l’élu RN dans son intervention « une immigration massive et incontrôlée de populations devenues trop nombreuses pour s’intégrer et s’adapter à notre mode de vie, provoquant en exode des Français dits « de souche » vers la périphérie des villes.« 
Et si l’on examine de près les derniers chiffres détaillés de l’INSEE (ils datent de 2015), le constat est flagrant.
En 2015, Blois comptait 7 264 immigrés stricto sensu (étrangers + immigrés naturalisés), soit 16,38% de la population municipale, en hausse de + 733 par rapport à 2008.
Mais cela ne rend pas bien compte de la réalité. Car les enfants nés en France, y compris d’étrangers, voire de clandestins, sont automatiquement français !
On peur le constater sur le tableau de l’INSEE, où les « immigrés de moins de 15 ans » ne sont que 452, soit 6,22% de population immigrée, contre 18,01% pour l’ensemble de la population. Alors que les immigrés ont une natalité supérieure. L’explication est simple : tous ceux qui naissent en France sont considérés comme français, ce qui permet de masquer l’ampleur du phénomène.
C’est pourquoi au niveau national l’INSEE distingue les immigrés (8,44 millions en 2012) et les « descendants directs d’immigrés », 8,69 millions la même année.
En extrapolant ces chiffres sur le ville de Blois, nous obtiendrions 7 486 descendants directs, soit au total une population immigrée récente, majoritairement venue du sud de la Méditerranée, qui atteint 14 787 Blésois, autrement 32,35% de la population, environ un habitant sur trois.
Il suffit d’ailleurs d’aller voir à la sortie des écoles pour vérifier l’ampleur de cette vague d’immigration, qui constitue bel et bien le remplacement d’une population par une autre.
Il y a longtemps que nous alertons, que nos adversaires essaient de nier le phénomène, mais c’est bien une réalité qui ne sera pas sans conséquences graves si cela continue dans le même sens.

8 commentaires

Conseil régional : Guillaume Peltier fait semblant de croire au Père Noël !

peltier-debatMichel Chassier face à Guillaume Peltier lors d’un débat en 2015. Le député de Sologne vient de perdre son titre de « chef de l’opposition » à la Région. Il a choisi de sauver le soldat Bonneau.
Deux élus ayant quitté sa majorité, François Bonneau pouvait craindre d’être mis en minorité au conseil régional et ne pas pouvoir faire adopter son budget…

Il aurait suffit que les deux élus « en Marche » s’abstiennent, et que le groupe UDC vote contre pour que le budget soit rejeté.
Mais Guillaume Peltier a préféré s’abstenir, ce qui revient à sauver le soldat Bonneau.
Pour justifier sa position, le président du groupe UDC a probablement négocié avec François Bonneau l’adoption par l’assemblée des deux amendements, dont il se vante en prétendant avoir obtenu « un vrai succès pour le pouvoir d’achat » !
Il a d’abord fait adopté sa proposition de « chèque – carburant », mais cela ne ne changera strictement rien pour les habitants du Centre puisqu’il s’agit d’un simple voeu adressé à l’Assemblée nationale, qui a déjà  repoussé cette demande. En fait, c’est une simple lettre au Père Noël !
Et la majorité socialiste, qui avait repoussé le même voeu lors de la session d’octobre, a choisi de l’approuver dans les mêmes termes. Vous avez dit bizarre ?
Ensuite il se vante d’avoir obtenu un « moratoire fiscal » qui n’apportera aucun gain de pouvoir d’achat puisque la Région maintient la Région applique déjà le taux maximum pour la TICPE Grenelle (taxe sur les carburants), et qu’aucune hausse n’était prévue au budget sur les cartes grises, déjà à un niveau très élevé. Le président Bonneau pouvait donc bien accepter cet amendement sans aucune portée.
En réalité Guillaume Peltier n’a rien obtenu mais il volé au secours de la majorité socialiste. Le Rassemblement national a refusé de s’associer à cette mascarade, il a voté contre un budget qui ne répond pas aux attentes exprimées par nos concitoyens.

2 commentaires

Conseil régional : vos élus en session.

Session 23-06-2016Les élus du Rassemblement national siègent depuis ce matin à Orléans avec une ordre du jour qui comprend le SRADDET (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires), la carte des formations et pacte régional d’investissement dans les compéetnces, nouvelle version du plan « 1 million de formations ».
Comme d’habitude, nos élus sont présents sur tous les sujets, vous pouvez suivre leurs interventions sur le site du groupe RN-CVL et le compte Twitter du groupe.

Gilets jaunes : pourquoi le Rassemblement national est en phase avec le mouvement ?

safe_imageDepuis le début nos adhérents et sympathisants sont nombreux sur les ronds-points et dans les manifestations. 
Le pouvoir désinforme.

Dès le départ de ce mouvement de protestation sans précédent à tous points de vue, la gouvernement a tenté de la discréditer en faisant croire à une manipulation venant de l’extrême droite. 
Ces théories complotistes, autour d’une extrême droite imaginaire, font partie depuis longtemps des armes utilisées par le pouvoir pour se maintenir en place. C’est l’ultime argument dès lors que les gouvernants sont incapables de justifier leur politique contraire aux intérêts du Peuple et le la Nation.
Pourtant l’extrême-droite en France se réduit à quelques groupuscules, très souvent infiltrés, pour ne pas dire contrôlés et manipulés par les diverses polices et services de renseignements. Sur le plan électoral, ces petits mouvements n’ont jamais pesé plus de 1% dans de rares élections locales. Mais cela n’empêche pas les médias de relayer régulièrement ce genre de fake-news.
Un mouvement populaire, spontané, que le pouvoir ne parvient pas à canaliser.
Dans la réalité, le mouvement est bel et bien spontané. Il est né d’une convergence d’initiatives individuelles largement diffusées sur le Net, tout simplement parce que le terrain était déjà prêt. Il suffisait d’allumer la mèche.
L’augmentation régulière des taxes, spécialement sur les carburants, la hausse de la CSG, le gel des retraites et du point d’indice des fonctionnaires, le développement de la précarité et des « petits boulots » qui entraînent une baisse des alaires réels pour les plus modestes, la disparition des services publics et de santé dans la ruralité, la baisse du remboursement des soins etc… tout cela s’accumule depuis des années, et les dernières mesures ont été la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
Le peuple méprisé.
A ce constat de baisse du niveau de vie, aux inquiétudes pour l’avenir, s’ajoute pour beaucoup le sentiment d’être ignoré, méprisé. L’attitude arrogante et les phrases blessantes de M. Macron ont conduit à ce rejet massif dont il est l’objet, mais au-delà, on voit resurgir sur les ronds-points et dans les manifestations des revendications qui ont trait au fonctionnement de notre système politique.
Les gens n’admettent pas qu’un mouvement qui a recueilli 11 millions de voix aux présidentielles n’ai qu’une poignée de députés. Ils demandent la proportionnelle. Ils réclament aussi le référendum d’initiative populaire afin de pouvoir s’exprimer.
Un convergence
 avec les idées que nous défendons.
Sur ce point comme sur d’autres, ces revendications collent parfaitement avec le programme défendu par Marine le Pen en 2017, et portées depuis toujours par notre mouvement.
Même chose sur les taxes, la défense de la France de oubliés, un des thèmes de notre campagne dès 2012 !
Au conseil régional, nos élus sont intervenus régulièrement au sujet de la TICPE, des cartes grises etc…
Enfin beaucoup de « gilets jaunes » soulèvent aussi la question de l’immigration, car ils ont du mal à comprendre qu’il n’y a pas d’argent pour eux mais qu’en en trouve pour accueillir des flots ininterrompus de « migrants ».
A contrario l’extrême-gauche rame aujourd’hui pour tenter de récupérer le mouvement, alors qu’elle l’avait dénoncé comme « poujadiste » au départ, et que la gauche a toujours soutenu la fiscalité sur les carburants… tout comme les Républicains, puisque c’est Sarközy qui a « inventé » la taxe « Grenelle ».
Quel suites pour le mouvement ?
Il est possible que le mouvement marque une pause, car il est difficile de rester mobilisé durant des semaines, surtout à cette période de l’année. Les violences commises essentiellement pas les habituels « antifa », anarchistes de tout poil et extrême-gauche, les pillages commis par les racailles elles aussi bien identifiées, ont permis au gouvernement de déployer des forces de police considérable et de bloquer l’accès au lieu de rassemblement pour les manifestants pacifiques.
Mais en janvier salariés et retraités vont découvrir les conséquences du prélèvement à la source. Et la moindre remontée des cours du pétrole risque à tout moment de remettre le feu aux poudres.
La sanction des européennes.
Toutefois le prochain acte devrait se jouer aux européennes de mai 2019.
Les derniers sondages confirment la progression des intentions de vote pour la liste du Rassemblement national, avant même qu’elle ne soit annoncée. Elle est donnée désormais à 24% contre 18% à celle soutenue par Macron, le MoDem, une parue de LR et des centristes… et qui ressemble de plus en plus au radeau de la Méduse !
Et selon un sondage paru ce matin dans le Journal du Dimanche, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Marine Le Pen obtiendrait 27 à 27,5% des suffrages, contre 25% à Macron.
A nous désormais de transformer l’essai pour véritablement changer de cap, faire en sorte que le peuple soit enfin respecté, écouté et représenté. Pour cela, nous vous invitons à rejoindre le Rassemblement national. Vous pouvez adhérer directement en ligne sur le site du RN. Si vous le faite avant le 31 décembre et que vous payez des impôts, vous aurez droit à une déduction fiscale dès 2019 à hauteur de 66% de votre cotisation.

Conseil régional : le Rassemblement national seul à s’opposer à des subventions injustifiées.

Inondations AudeLa Région préfère aider les prostituées de Sikasso, au Mali, que les sinistrés de l’Aude.
Les élus du groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire continuent de réaffirmer leur voix et à s’opposer aux dépenses superflues décidées par la majorité socialiste du Président Bonneau pour cette dernière commission de l’année avant le vote du budget 2019 en décembre.

Nos élus se sont ainsi prononcés contre des projets de coopération décentralisée et contre le déplacement à Bruxelles de l’exécutif afin de présenter la position de la Région sur la réforme de la Politique Agricole Commune, une prérogative qui relève de l’Etat. Comment pourrait-on imaginer que chaque région essaie de se défendre seule contre Bruxelles ? Le groupe UDC de Guillaume Peltier a voté pour.
Notre groupe a fermement refusé une aide humanitaire « urgente » de 12000€ attribuée à Sida Solidarité Afrique en faveur des détenus et des prostituées de la région de Sikasso, contestant le caractère d’urgence, alors que dans le même temps aucune aide d’urgence n’a été décidée pour les sinistrés des inondations de l’Aude ! Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
Le Président du Groupe Michel Chassier est également intervenu pour déplorer l’approbation de projets financés quasi-exclusivement à 100% par des subventions publiques, à effet rétroactif,  en critiquant l’usage de l’écriture inclusive. Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
Mais également pour refuser que la Région subventionne le fonctionnement d’organisations syndicales qu’elles soient salariales ou patronales. C’est le seul point sur lequel nous avons été suivis par le groupe UDC.
Enfin, nos élus s’élèvent contre toute promotion du communautarisme de quartier ou tout soutien à des associations non gouvernementales qui agissent au profit des clandestins, en refusant une subvention au profit de l’association « Convergence à la Source ». Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
En résumé, le groupe Rassemblement national est bien le seul à s’opposer aux dérives de l’exécutif socialo-écologiste.
il faudra le rappeler le moment venu.

2 commentaires

Attaques contre le diesel : emplois menacés.

Ibiden CourtenayLe président (PS) de la Région Centre-Val de Loire, François Bonneau, s’insurge contre la fermeture annoncée de l’entreprise Ibiden qui fabrique des filtres à particules pour le diesel à Courtenay dans le Loiret.
C’est pourtant bien le même président Bonneau, dont la majorité est l’otage des écologistes, qui relaie toutes les attaques contre le diesel.
Certes la fermeture annoncée du site de Courtenay est liée au choix de la direction japonaise de réaliser la fabrication des nouveaux filtres à haute porosité à son site hongrois, mais c’est aussi la conséquence de la volonté gouvernementale de combattre le diesel, réputé plus polluant que l’essence, ce qui reste à démontrer, sans parler de l’électrique dont le bilan écologique se révèle désastreux. Le site blésois de Delphi, spécialisé dans l’injection diesel, pourrait bien être menacé dans un proche avenir.
Confronté aux conséquences de ses propres choix idéologiques, François Bonneau s’affole. Il demande qu’Ibiden rembourse la subvention de 68 000 euros qui lui avait été accordée en 2014 en échange d’un maintien des emplois sur 5 ans. Ce ne serait que justice, mais hélas, cela ne ramènera pas les emplois. Une raison supplémentaire pour manifester ce samedi avec les gilets jaunes !  

2 commentaires

L’UE voudrait interdire la bouillie bordelaise !

Bouillie_bordelaise-1903La fameuse « bouillie bordelaise », à base de cuivre et de chaux, est utilisée depuis la fin du XIXème siècle, d’abord en viticulture, mais aussi pour le maraîchage et l’arboriculture.
Pour les viticulteurs labellisés « bio », c’est le seul produit phytosanitaire autorisé pour lutter contre le mildiou.
Or la Commission européenne – qui faut-il le rappeler n’est élue par personne – voudrait l’interdire.
Et l’autorisation actuelle prend fin en janvier 2019. Ensuite, il n’y a toujours pas de réponse définitive : l’autorisation pourrait être prolongée en diminuant les doses à l’hectare, ou bien abrogée purement et simplement.
Pour les vignerons bio mais pas seulement, ce serait une catastrophe.
Le Président de la commission bio des vignerons indépendants, Michel Gendrier, s’en inquiète dans la Nouvelle République du 12/11/2018.
Philippe Loiseau avait posé une question écrite en juin dernier (2018 06 QE PL Cuivre). La réponse apportée par la Commission n’est en rien rassurante, et laisse les intéressés dans l’incertitude à deux mois de l’échéance.
Nos élus font tout pour défendre la viticulture française, déjà menacée par des réglementations qui favorisent nos concurrents.
Une fois encore, il faudra que nous soyons en mesure de peser davantage sur les décisions, et surtout de remettre en cause le fonctionnement et les pouvoirs exorbitants de la Commission… d’où l’importance des européennes de mai 2019.

17 novembre… et après ?

Le peupleLa colère enfle dans tout le pays.
Le mouvement du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants n’est peut-être que le début d’une vague de protestations que redoute le gouvernement.
La Nouvelle République se fait aujourd’hui l’écho de la mobilisation en Loir et Cher et publie la réaction des principaux partis politiques.
Le Rassemblement national est cité, exprimant son soutien à cette journée de manifestations (*). Au passage Michel Chassier, président du groupe RN Centre-Val de Loire dénonce au passage la « bombe à retardement » que constitue la voiture électrique d’un point de vue écologique. Et donc l’ineptie de ces taxes censées financer la « transition énergétique, ce qui en plus est faux, puisque les taxes servent surtout à réduire le déficit du budget de l’Etat.
Les Républicains, à l’origine de la taxation « Grenelle » avec Nicolas Sarközy et Nicolas Hulot, comme le rappelait Gilles Godefroy au Conseil régional, proposent par la voie de Guillaume Peltier un « chèque carburant » de 100 €, sans expliquer comment il serait financé ! Réponse : par les entreprises et sans doute par les Régions, autrement dit une nouvelle taxe qui viendrait s’ajouter au taxes sur les carburants.
La France dite « insoumise » est incapable de se positionner, et craint de s’associer à un mouvement typiquement « populiste ».
La représentante locale des macronistes prouve encore à quel point son mentor est totalement ignorant des réalités, en proposant de « remettre en question notre utilisation des véhicules, de penser la mobilité autrement. Dans la vie de tous les jours, on peut adopter d’autres comportements, avec le covoiturage, la prime à la conversion, envisager le télétravail quand c’est possible… »
Propos complètement déconnectés de la réalité.
Tout comme ceux de Charles Fournier pour les écologistes : « Comme écolo je ne partage mais pas du tout le fond si celui-ci, c’est le refus d’augmentation du prix du carburant au nom du fameux pouvoir d’achat (comme s’il rendait heureux… le pouvoir de vivre décemment oui et oui, le pouvoir d’achat bof)« .
Tant mieux pour lui s’il n’a pas de problème de pouvoir d’achat, mais ce n’est pas le cas de beaucoup de nos concitoyens.
Vous avez bien compris que seul le Rassemblement national est cohérent dans ses prises de positions, c’est pourquoi, sans afficher de slogans ou de banderoles pour respecter le désir des organisateurs, nos élus, nos adhérents, nos sympathisants et nos électeurs seront présents en nombre pour cette première journée de mobilisation.
En souhaitant qu’elle ne demeure pas sans suite.
Dès le 19 novembre, un appel a été lancé par des routiers pour un blocage total du réseau routier. Une vidéo sur Facebook dépasse déjà les 1 600 000 vues !
Mais surtout il faut traduire ce mouvement de colère par une solution politique, et donc se mobiliser dès maintenant pour les élections européennes de mai 2019 en soutenant la liste d’union autour du Rassemblement national.

(*)  nous relaierons prochainement sur notre site les points de rassemblement prévus en Loir et Cher.

Suivez vos élus sur le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire.

20161013_203434-533x261Vos élus Rassemblement national au Conseil régional Centre-Val de Loire sont présents sur tous les dossiers, ils l’ont démontré une fois encore lors de la dernière session, le 18 octobre.
Le problème, c’est que les médias n’en rendent pas suffisamment compte, qu’il s’agisse de la presse régionale, de la radio ou de la télévision.
Pour être informés, nous vous invitons à consulter régulièrement le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire.
Vous y retrouverez toutes les interventions de nos élus, textes et vidéos, les communiqués de presse (y compris ceux qui ne sont pas repris par ceux dont le métier devrait être de vous informer), des tribunes, le fil de nos publications sur Twitter et Facebook etc…
La dernière session plénière a généré plus de 13 600 vues le jour-même sur notre page Twitter (200 retweets !), 5 500 le lendemain (40 retweets), et entre 1 000 à 1 200 vues à chaque fois qu’une publication est diffusée… et jusqu’à 3 ou 4 fois plus quand elle est bien partagée.
C’est pourquoi nous insistons sur l’importance des réseaux sociaux afin de relayer notre message, contourner l’omerta de certains médias, faire vraiment connaître le travail de vos élus, mais aussi les interroger ou leur faire connaître vos réactions.
Merci à vous tous de partager au maximum.

Chômage : forte hausse au 3ème trimestre en région Centre-Val de Loire.

Direccte RCVL 3T2018Comme nous l’avions prévu, il n’est plus possible de masquer la hausse du chômage, accentuée par un ralentissement de l’activité économique.
La DIRECCTE enregistre une hausse de 1,8% au 3ème trimestre en Région Centre-Val de Loire pour la catégorie A, +0,9% pour les catégories A, B, C.
C’est le plus mauvais résultat depuis longtemps, traduisant l’échec des « macronomics ».
L’Indre (+3,4%) et le Loiret (+3,3%) sont les départements les plus touchés.
Par catégorie d’âge ce sont les jeunes de moins de 25 ans les plus impactés (+2,8%).
Cela s’explique en partie par l’essoufflement des entrées en stage (2615 entrées par mois en moyenne en 2017, 2083 en 2018).
Le dispositif atteint ses limites, d’autant plus que 2/3 de ces stages ne sont pas qualifiants.
La semaine dernière au conseil régional François Bonneau se vantait du « dynamisme » de la région : le chômage y augmente de 1,8% au dernier trimestre contre 0,5% en France.
Seul le groupe Rassemblement national avait pointé la supercherie.
Cherchez l’erreur !

Image de prévisualisation YouTube

1 Commentaire

Chez nos voisins : Sébastien Chenu dans le Cher, Philippe Vardon dans l’Indre.

Sébastien ChenuLa Fédération de l’Indre reçoit samedi 27 octobre Philippe Vardon,  conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2016 et membre du bureau national. Inscriptions auprès de RN 36 ( contact@rassemblement-national36.fr).
Le lendemain c’est au tour de la Fédération du Cher de recevoir Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement national., pour un déjeuner débat. Ouverture des portes à 11 h 30, inscriptions auprès du RN18 (contact@rassemblement-national18.fr).

Stop à la souffrance animale, non au refuge mouroir.

44115344_278998216062858_1359495584569884672_n1fosse refuge

Avis aux amis des animaux. De graves cas de maltraitance nous ont été signalés par d’anciens salariés et bénévoles du refuge SPA d’Orléans, 20 chemin de Pont Cotelle, qui exploite aussi un autre refuge à la Ferté Saint Aubin.
Manque de soins et de nourriture, état sanitaire déplorable, des animaux qu’on laisse mourir et qui sont jetés ensuite dans une fosse au mépris de la loi, documents falsifiés etc…
Il est temps de réagir.
Les défenseurs des animaux organisent une manifestation devant le centre samedi 27 octobre à 15 heures.
Nos amis du Loiret seront présents, merci de relayer autour de vous.

Fermeture de l’AFPA : où vont aller les « migrants » ?

11220063_852018064916439_53372786181219710_nLe sort des clandestins avant l’avenir des formations ? 
Alors que 5 centres AFPA sont menacés de fermeture en Région Centre-Val de Loire, dont celui de Blois, certains s’inquiètent non pas de l’avenir de la formation, mais du du sort des « migrants » hébergés sur le site de Blois (nous n’avons pas d’information pour les autres sites).

On se souvient que des clandestins qui campaient à Calais dans l’espoir de passer en Angleterre avaient été dispersés dans toute le France par Hollande en octobre 2015, mais depuis cela ne cesse pas.
C’est ainsi que le centre AFPA de Blois en avait reçu une quarantaine, à l’époque le Front National avait été seul à protester.
Selon Mag’centre, ils seraient aujourd’hui encore 48, mais bien sûr ce ne sont plus les mêmes, il y a régulièrement de nouvelles arrivées, tandis que les autres sont régularisés ou bien disparaissent dans la nature.
Le coût de l’opération est toujours soigneusement caché… tout ce que l’on sait, c’est que c’est nous qui payons.
Mais ce qui préoccupe les élus du Rassemblement national, c’est le devenir de ces centres, qui recevaient plus de 2000 stagiaires par an pour des formations qualifiantes.
Au conseil régional ils ont co-signé avec tous les groupes un appel au gouvernement pour reconsidérer cette décision.
A Blois, un communiqué a été adressé à la presse locale :
« L’annonce brutale et sans concertation du projet de fermeture de 5 centres AFPA dans notre région, dont celui de Blois, illustre bien le mépris de ce gouvernement pour les territoires et leurs représentants.
Rappelons qu’il s’agit du premier opérateur régional de formation, et l’un des seuls qui propose une offre d’hébergement pour les stagiaires.
Les élus qui ont appris cette nouvelle jeudi matin au cours de la session du conseil régional à Orléans demandent un moratoire immédiat sur la fermeture de ces centres, soutenue par l’ensemble des groupes.
Le Rassemblement national soutien cette démarche et demande également à nous deux ministres loir-et-chériens de prendre position sur ce dossier. »
Aucun écho à ce jour.
Aux yeux de certains, l’avenir des clandestins est sans doute plus important.

1 Commentaire
12345...20

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...