Archives des tags : Région Centre-Val de Loire

Travailleurs détachés : triste record pour le Loir et Cher.

ChomageAvec 6 237 travailleurs détachés en plein mois de juillet, le Loir et Cher se classe au premier rang des départements français (la Nouvelle République du 30/07/2018).
Toujours aussi difficile à comprendre quand on sait que le département comptait fin juin 14 450 chômeurs de catégorie A et 26 870 en additionnant les catégories A, B et C.
La question de l’attractivité des métiers manuels reste donc bien posée.
On peut également faire remarquer que beaucoup de ces emplois sont saisonniers dans le secteur agricole, là encore on peur s’étonner qu’il n’y ait pas davantage d’étudiants intéressés.
Les élus du Rassemblement national sont intervenus régulièrement sur ce sujet en Région Centre-Val de Loire, mais c’est au niveau de l’Etat qu’il faudrait agir… à condition de savoir dire non à Bruxelles !

1 Commentaire

Blois : l’antenne universitaire menacée ?

UFR Blois DIA la rentrée 2018 l’Université de Tours (ex François Rabelais) ouvre de nouvelles formations informatiques à Tours… les mêmes que celles qui sont enseignées à l’antenne de Blois.
Une façon déguisée de fermer à terme le site de Blois au profit de la métropole tourangelle.
Les élus d’Agglopolys avaient adopté le 12 juillet un voeu adressé au président de l’Université pour soutenir le maintien de ses filières à Blois, voeu resté depuis sans réponse.
Le président Degruelle fait part de sa « grande déception » (la Nouvelle République du 28/07/2018), mais cela ne remettra pas en cause l’ouverture des formations concurrentes à Tours dès la rentrée.
On peut se demander dès lors quelle est l’utilité du  Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), puisque les présidents d’université n’en tiennent pas compte, occupés par ailleurs par des projets de regroupement hors Région.
Cela démontre une fois de plus les dangers de la métropolisation au détriment des villes moyennes et des territoires ruraux, dangers régulièrement dénoncés par les élus du Rassemblement national, auxquels l’exécutif régional fait toujours la même réponse : vous avez tort de vous inquiéter, la Région entretien de bonne relations avec les métropoles… Bref la langue de bois.

1 Commentaire

Chômage : mauvais chiffres pour la Région, nouvelle hausse en Loir et Cher.

Pôle_Emploi 2Les chiffres publiés par l’INSEE il y a quelques jours l’annonçaient déjà : la situation de l’emploi ne s’améliore pas, elle continue même à se dégrader.
Même si la DIRECCTE annonce une baisse de 0,1% en Région Centre-Val de Loire (- 0,1% en France) le chiffre n’est pas très convaincant puisqu’une fois encore sur le dernier trimestre on compte en moyenne mensuelle davantage d’entrées (20 020 par mois) que de sorties (19 780), ce qui devrait logiquement se traduire par une hausse.
Quant au motif des sorties, le reprises d’emploi déclarées ne représentent que 18% (18,1% en 2017), donc aucun signe d’une évolution de la tendance générale.
Les radiations par défaut d’actualisation grimpent à 9190 en moyenne mensuelle contre 8 176 sur la même période l’an dernier.
Enfin on constate un essoufflement des entrées en stage, boostées en 2017 avant l’échéance présidentielle pour faire diminuer le chômage des jeunes, qui du coup repart à la hausse (2 000 entrées mensuelles en formation contre 2 626 en 2017).
En Loir et Cher, la hausse du chômage atteint +0,4%, dont + 4,3% pour les jeunes de moins de 25 ans.
Et pourtant de nombreuses entreprises ne parviennent pas à recruter.
Cela pose une fois plus la question de l’orientation et de la formation, mais aussi celle des rémunérations dans certaines professions victimes du dumping social encouragé par l’UE et ses relais en France.
M. Macron espère se sortir de l’affaire Benalla en prétendant qu’il travaille. Mais certainement pas dans l’intérêt de la France et des Français.

0 Commentaires

Emploi salarié : l’écart se creuse en Région Centre-Val de Loire.

Emploi salarié CVL 2T2018(source : DIRECCTE Centre-Val de Loire – cliquez sur l’image pour agrandir)
Alors que les statistiques détaillées de l’emploi vont être publiées d’ici quelques jours, une note de conjoncture de la DIRECCTE note un fléchissement de l’emploi salarié en Région, ce qui ne présage rien de bon.
On annonce déjà une hausse du chômage de +0,2% pour la Région au 2ème trimestre selon les chiffres de l’INSEE (critères du BIT).
Dans le secteur privé, la baisse est de 0,3%, alors que curieusement en cette période de rigueur l’emploi public augmente de 0,1%.
Plus grave, l’écart s’accroît entre la Région Centre-Val de Loire et la moyenne nationale : sur un an, l’emploi salarié total progresse à un rythme deux fois moindre dans la région qu’au niveau national (respectivement + 0,5 % et + 1,2 %).
Sur le long terme, l’écart est encore plus visible : en partant d’une base 100 au 4ème trimestre 2010, le niveau d’emploi salarié en France atteint globalement 103,5, et 103,6 pour l’emploi salarié privé.
Pour la région Centre-Val de Loire les chiffres sont respectivement de 99,7 et 98,7.
Cela vient confirmer le mauvais classement de la Région en terme de croissance du PIB et justifie les critiques émises par le groupe Rassemblement national au sujet des aides économiques de la Région, dont il a été question lors de la session de juin.
Avec une croissance en-deçà des prévisions la tendance risque bien de se poursuivre.
On note aussi que c’est le secteur du BTP qui est le plus touché, suivi par l’industrie, alors que le « tertiaire non marchand » se maintien. Mais il ne faut jamais oublier que le secteur « non marchand » est financé par l’économie réelle…
Au niveau national ce marasme est le résultat de la politique économique de l’UE, mais aussi des décisions du FMI de la BCe et des instances mondiales qui ont favorisé les délocalisations afin de maximiser les profits à court terme, au détriment des intérêts nationaux.
Ces politiques sont relayées scrupuleusement par nos gouvernants, qu’ils s’appellent Sarközy, Hollande ou Macron.
Quant à la Région, son action ne peut être que marginale, et la concurrence entre les territoires encouragée par une vision erronée de la décentralisation s’exerce au détriment du Centre-Val de Loire, trop proche de la mégapole parisienne.
Il serait temps de revenir à une vision nationale de l’aménagement du territoire et du développement économique, coordonné par un Etat régalien qui aurait recouvré sa souveraineté.
C’est l’objectif du Rassemblement national.

1 Commentaire

Salbris et Vendôme acceptent leur mise sous tutelle par l’Etat.

CM Blois 2018-02A Blois comme à la Région, les élus RN ont voté contre la mise sous tutelle.
Après Nicolas Perruchot qui s’était précipité pour signer avec l’Etat au nom du département, ce sont les villes de Salbris et de Vendôme, ainsi que l’agglomération des territoires vendômois, qui ont accepté la mise sous tutelle de leur budget, au mépris du principe constitutionnel de libre administration des collectivités.

Nous avions déjà parlé du débat à Blois, où le conseil municipal a refusé de se soumettre et à la région Centre-Val de Loire, où le président Bonneau a fini par signer, contraint et forcé.
Prochaine étape en 2020 : faudra-t-il soumettre au Préfet les programmes des candidats à l’élection municipale pour vérifier s’ils permettront de respecter cet engagement, et le cas échéant invalider les candidatures qui refusent de s’y plier ?
Le « nouveau monde » de M. Macron ressemble fort au second empire, où ce sont les Préfets qui désignaient les maires ! Et où les banquiers ont véritablement pris le pouvoir… 

Conseil régional : retrouvez les interventions de vos élus.

Session plénière CRCVLVos élus Rassemblement national ont été encore une fois présents dans tous les débats lors de la dernières session à Orléans, qui s’est tenue jeudi et vendredi.
Ils ont pu vous défendre et exprimer leur différence tout au long de ces deux journées, et les médias n’ont pas manqué de remarqué la qualité de nos interventions.
Retrouvez les résumés, les textes complets des interventions et les premières vidéos sur le site du groupe RN-CVL

 

Blois : retour sur le conseil municipal.

CM Blois 2018-02Le conseil municipal de Blois s’est lundi 25 juin.
Premier sujet abordé : la contractualisation avec l’Etat, dont nous avions déjà longuement parlé.
Le maire de Blois a proposé de ne pas signer ce contrat léonin, suivi par la quasi-totalité des élus, à l’exception des deux macronistes, Louis Buteau (ex PS) et Véronique Reineau (ex LR).
Dommage que Marc Gricourt, 1er président de la Région, n’ait pas la même position à Orléans.

L’examen du compte administratif fait ressortir la fragilité des marges et interroge sur l’avenir pour cette fin de mandature, en particulier pour le projet commercial Saint-Vincent, qui a peu de chances d’aboutir avant 2021.
Au sujet de la reconstruction du groupe scolaire de la Croix Chevalier, Véronique Reineau s’est réjouie d’un « renouvellement de population. »
Michel Chassier lui a répondu qu’il faudrait plutôt parler de « remplacement de la population« .
En outre il a rappelé les graves désordres constatés sur l’école Jules Ferry, inaugurée en 2011. Marc Gricourt a reconnu qu’il ne faudrait pas répéter « les mêmes erreurs« . C’est donc reconnaître, au-delà des malfaçons, une erreur de conception.
La Ville propose également aux associations une « charte culturelle ». Le problème est qu’elle s’inspire de la « déclaration de Fribourg », qui fait ouvertement la promotion d’une conception communautariste de la culture. Par exemple, toute communauté résidant sur une territoire donné, en l’occurrence le nôtre, doit pouvoir « enseigner et recevoir un enseignement dans sa langue« , y compris donc étrangère.
Ce qui va tout à fait à l’encontre d’une démarche d’intégration. Michel Chassier a rappelé l’épisode de dimanche soir ou des dizaines de ressortissants turcs ont bruyamment célébré dans les rues de Blois la victoire d’Erdogan.
Enfin les élus du Rassemblement national se sont étonnés du choix de déplacer l’aire de grand passage des « gens du voyage » près de la D951, ce qui n’est pas la meilleure image de Blois que l’on puisse offrir au touristes qui arrivent dans notre ville, y compris sur l’itinéraire de la Loire à Vélo.
Encore une fois, seuls les élus FN/RN font entendre leur différence et osent aborder les questions dont personne n’ose parler publiquement… même si certains les félicitent en privé.

7 commentaires

Région : vos élus en session.

DgxUmo0WkAAJb_GVos élus régionaux siègent aujourd’hui et demain à Orléans.
De nombreux sujets sont à l’ordre du jour, dont le compte administratif 2017 et le budget supplémentaire, mais aussi sur la signature du pacte financier avec l’Etat qui revient à mettre la Région sous tutelle.
Vous pouvez suivre les interventions de vos élus  sur le site de notre groupe ou sur le site de la Région, ainsi que sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook).

Le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire est en ligne.

20171221_GR FNCVL SPSuite au changement de nom, nous avons dû procéder au changement du nom de domaine du site de notre groupe régional, c’est pourquoi il a été indisponible durant quelques jours.
Il est désormais accessible avec tout son contenu à la nouvelle adresse http://rn-regioncentre.fr/, le lien permanent se trouve sur la colonne de droite de notre page d’accueil.
Vous pourrez y suivre la session plénière des 28 et 29 juin et les interventions de nos élus.

Mise sous tutelle budgétaire : François Bonneau indigné mais résigné.

FBonneauRégion Centre-Val de Loire : le président Bonneau s’apprête à signer… contraint et forcé. Mais que vaut un contrat signé sous la menace ?
Les Régions font partie des collectivités territoriales qui doivent signer avant le 30 juin le pacte financier prévu dans les articles 13 et 29 de la loi n° 2018-32 du 22 janvier 2018 de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, encadrant la progression des dépenses de fonctionnement.

La question ne figurant pas à l’ordre du jour de la prochaine session Michel Chassier, président du groupe Rassemblement National Centre-Val de Loire, s’est adressé au président François Bonneau afin de connaître la position que souhaitait adopter notre Région et demander que les oppositions soient consultées.
En réponse le président Bonneau a fait savoir que les discussions sont toujours en cours entre l’Association Régions de France et le Gouvernement.
Suite à la demande de notre groupe, les présidents de groupe ont été reçus en urgence ce vendredi avant la Commission permanente afin d’être informés de la position qui sera soumise à l’Assemblée régionale jeudi prochain en session plénière.
Tout en critiquant la mesure, le président Bonneau proposera jeudi prochain de signer le pacte financier, craignant qu’un refus expose la Région a un risque qu’il ne souhaite pas prendre.
En lire plus …

1 Commentaire

Plutôt la gauche que le Rassemblement national : Jacqueline Gourault persiste et signe.

Jacqueline Gourault-SénatJacqueline Gourault est toujours obsédée par la même idée : s’opposer au Rassemblement national.
La Nouvelle République consacrait hier deux pages entière à Jacqueline Gourault, pour défendre son action au sein du gouvernement.

Après une série d’articles pour le moins bienveillants publiés le mois dernier à la gloire du parti macroniste en Loir et Cher, voilà une couche supplémentaire, avec un dossier où n’apparaît aucune critique.
Mais nous n’allons pas nous attarder sur le bilan de Mme la ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, ce qu’on appelait auparavant un Secrétaire d’Etat.
Alors qu’elle a été longtemps une élue locale, elle doit aujourd’hui avaler les couleuvres de la recentralisation décidée par le locataire de l’Elysée. Que nous nous n’appellerons « Manu » comme ce jeune collégien, mais nous ne pouvons non plus l’appeler « Monsieur le président », car il n’est en réalité, et parce qu’il le veut bien, que le petit gouverneur d’un province de l’Euroland sous tutelle américaine. 
En fait ce qui est révélateur dans les propos de Jacqueline Gourault c’est sa remarque au sujet des prochaines élections régionales, pour lesquelles elle n’exclu pas de jouer un rôle en cas de menace « de la droite dure et de l’extrême droite« .
Autrement dit elle est prête à rejouer le scénario de 1998, quand sous son impulsion l‘UDF et le RPR ont donné la Région à une gauche minoritaire.
Et quand Guillaume Peltier lui répond le lendemain (la Nouvelle République  du 22/06/2018) c’est finalement pour tenir le même discours : « je serai là pour combattre les extrêmes. »
Dans le langage codé de ces professionnels de la politique cela veut dire : il fait tout faire pour combattre le Rassemblement national, avec que leur vieux monde politique, provisoirement sauvé par Macron, perdure.
L’un comme l’autre avouent en réalité la même trouille : ils craignent que le peuple français se réveille de sa torpeur après la séquence des présidentielles, et ils ont bien compris à quel point la question des migrants pouvait mettre le feu aux poudres.
Si la France a refusé l’Aquarius, c’est parce que nous sommes toujours là, et comme le dit Jacqueline Gourault, l’opinion publique rejette ce déferlement migratoire.
D’où cette apparence fermeté pour mieux rassurer… mais la France va accueillir plus de la moitié des passagers de l’Aquarius, qui dans leur grande majorité ne sont en aucun cas des réfugiés.
Ils essaient tous de vous tromper, il est temps de réagir : rejoignez dès maintenant le Rassemblement national !

2 commentaires

Peltier, Wauquiez, NDA : ils courent après Marine !

peltier-debat

Guillaume Peltier face à Michel Chassier sur France Bleu en 2017 : quand finira-t-il par reconnaître que nous avons raison ?
Suite aux derniers soubressauts du parti moribond de Laurent Wauquiez, Guillaume Peltier s’est répandu dans les médias pour approuver la décision de virer Virginie Calmels, remplacée par un autre juppéiste. ce qui fait dire à Marine Le Pen : « on a remplacé DuponT par DuponD.« 

Mais au passage il en profite pour reprendre le discours social de Marine Le Pen en direction des bas salaires, en proposant une augmentation du SMIC de 10, 15 ou 20 % !
Que n’a-t-il appelé à voter Marine en 201 7 ! Car cette proposition va complètement à l’encontre du programme de Fillon, qu’il a soutenu au 1er tour, comme de Macron, qu’il a soutenu au 2ème tour !
Qui peut croire encore un tel contorsionniste, dont la gauche ne manque pas de se moquer gentiment à la Région.
Récemment il reprenait à son compte des propositions de Marine Le Pen pour la reconduite dans leur port d’embarquement des clandestins arrivés sur les côtes européennes avec la complicité d’ONG subventionnées, y compris sous Sarközy.
Mais les députés LR, à Paris comme à Bruxelles, votent contre les propositions et amendements du rassemblement national qui vont dans ce sens.
En lire plus …

2 commentaires

80 km/h : signez la pétition !

Tract 80 kmhDans quelques jours, au 1er juillet, la mesure doit être appliquée par le gouvernement.
La propagande redouble a la télévision et dans les médias pour justifier l’injustifiable.
Nous avons déjà largement exposé les arguments qui expliquent a quel point cette décision est inefficace et contre-productive (voir nos articles précédents).
D’ailleurs le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a fortement baissé (-8,4%) en mai avec 272 tués, soit 25 de moins que lors du même mois l’an dernier, selon les chiffres annoncés lundi par la Sécurité routière.
Depuis quelques jours, nous avons entrepris une vaste campagne de diffusion du nouveau tract-pétition contre la limitation à 80 km/h.
A vous de le relayer et de faire signer massivement cette pétition !

3 commentaires

Conseil Régional : Vos élus préparent la prochaine session.

Réunion de groupe 18-06-2018Les élus du groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire ont tenu une réunion ce lundi afin de préparer la session plénière qui aura lieu les 28 et 29 juin prochain à Orléans.
Michel Chassier, en tant que Président du groupe, a tenu à rappeler l’importance de ces débats : il sera question cette fois de l’approbation du compte administratif de l’année 2017, du bilan des aides économiques attribuées par la collectivité mais également les rapports sur la jeunesse, l’égalité entre autres.
Une session qui s’annonce donc riche en échanges, au cours desquels nos élus seront, comme à chaque fois, bien décidés à se faire entendre.
Par ailleurs, nous invitons nos adhérents, sympathisants et militants à venir y assister, puisque, rappelons-le, elle est ouverte au public. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez également suivre les débats sur le site du conseil régional ou encore suivre le réseau social Twitter du groupe RNCVL qui commentera en direct les interventions de nos élus. 

Les précédentes interventions en session sont disponibles sur le site des élus RN au Conseil Régional Centre-Val de Loire.

Tournée des membres du bureau national en région Centre-Val de Loire.

Flyer Fête Champêtre 2018La tournée des membres du Bureau national se poursuit en région Centre-Val de Loire : Bruno Gollnisch et Huguette Fatna étaient samedi 9 juin dans le Cher, Sébastien Chenu sera le 15 juin dans l’Indre et Loire, Jean Messiha le 16 juin dans l’Indre à midi et le soir dans le Loir et Cher où il retrouvera Mathilde Paris.
Plus que jamais nous devons rassembler pour proposer aux Français la seule alternative crédible.
Cette réunion sera l’occasion d’une fête champêtre à Vernou en Sologne.

Venez nombreux, en famille, avec des amis afin qu’ils puissent rencontrer des cadres et des élus du Rassemblement national.
Réservez dès maintenant par mail contact@rassemblement-national41.fr ou par téléphone 02 54 42 12 17 (laissez un message en cas d’absence).

Européennes 2019 : le Front National en tête des sondages chez les jeunes.

DedlM0pWsAEk5QVSelon de dernier sondage Elabe (mai 2018), le Front National arrive largement en tête des intentions de vote pour les élections européennes avec 27%, devant LREM (21%), LR (19%) et la France Insoumise (8%).
On comprend mieux l’empressement des partisans d’une Europe fédérale à renforcer leurs tentatives pour endoctriner la jeunesse… aux frais du contribuable, comme nous le voyons régulièrement à la Région Centre-Val de Loire, où seuls les élus FN dénoncent le financement de cette propagande.
L’exemple de l’Italie, où l’Union européenne et tour le système bancaire refusent de reconnaître le choix des électeurs et tentent d’imposer un premier ministre venant du FMI va probablement amplifier cette tendance.
On remarque au passage que Mélenchon continue à s’enfoncer. Dans la crise italienne, il se range du côté de ceux qui refusent le choix des électeurs. Ce qui démontre qu’il ferait comme son ami Tzipras en Grèce, qui applique fidèlement la feuille de route de Bruxelles.
Mais on peur espérer en 2019 un réveil des peuples européens à l’occasion de ce scrutin, qui risque bien de bousculer l’eurocrature !
Le compte à rebours a commencé.

Plan régional de santé : l’intervention de Michel Chassier

Image de prévisualisation YouTube

Les vidéos des interventions de vos élus lors des sessions plénières d’avril et de mai sont en ligne sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire et sur notre chaîne Youtube.
Nous vous invitons à vous y rendre pour les réécouter. Vous pourrez constater par vous-même le travail de nos élus.
Nous mettrons en ligne sur notre blog les interventions des élus de Loir et Cher.

3 commentaires

Fête champêtre de la Fédération de Loir et Cher le 16 juin.

Flyer Fête Champêtre 2018Dans le cadre de la tournée des membres du bureau national, Jean Messiha sera en Loir et Cher le 16 juin prochain aux côtés de Mathilde Paris.
Après une réunion de travail avec le bureau élargi et les militants, il animera une soirée à Vernou en Sologne à partir de 19 heures, en présence de Michel Chassier, Délégué départemental, président du groupe FN Centre-Val de Loire et des élus locaux de Loir et Cher.
Programme : apéritif, repas champêtre (barbecue), allocutions des membres du Bureau national, animations, espace pétanque, stands, boutique FN41. Venez nombreux avec des amis et vos enfants. 
Inscription obligatoire par courriel : fn41@frontnational.com, tel 02 54 42 12 17.
Participation aux frais 10€ (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans).

Orléans : une femme égorgée la veille de la fête des mères.

Orléans rue L-J SoulasOrléans : le rue où s’est produit le drame.
Le drame s’est produit samedi 26 mai, à la veille de la fête des mères.

Les premières informations annoncent qu’une jeune femme » a été poignardée à plusieurs reprises ».
Elle décède rapidement des suites de ses blessures, à l’hôpital d’Orléans.
Nous apprenons aussi que cette mère de 3 enfants a reçu les premiers coups de couteau dans le hall de l’immeuble, et que son meurtrier l’a poursuivie et continué à la frapper dans la rue.
Mais tous les médias parlent de  »coups de couteau au thorax et au cou », pour éviter le mot « égorgement ». Comme pour le colonel Beltrame, mort d’un « coup de couteau à la trachée ».
On voit bien le mot égorgement leur fait peur, car il en dit beaucoup sur l’origine et la mentalité de l’assassisn.
En l’occurrence, nous apprenons que l’auteur des faits est un certain Malik S., déjà condamné en 2004 pour un homicide volontaire commis à l’arme blanche, à Orléans en 2002, sorti de détention en 2012, d’abord en semi-liberté puis sous le régime de la liberté conditionnelle (la République du Centre).
Dans la Nouvelle République de Loir et Cher, seulement quelques lignes en page 31, sans évoquer les circonstances ni l’identité de l’assassin.
Surtout pas d’amalgame…

1 Commentaire

Sans l’Europe on lutterait plus efficacement contre la grenouille-taureau.

grenouilleLa grenouille-europe veut avaler les nations. Elle risque de finir comme la grenouille de la fable !
Nouvel exemple de propagande pour l’Union européenne dans la Nouvelle République  du 24 mai 2018.

Le but avoué de la manoeuvre, initiée par Marc Gricourt et Charles Fournier, Vice-présidents de la Région Centre-Val de Loire est explicite : parler de l’Europe « aux Loir-et-Chériens, leur montrer ce qu’elle leur apporte au quotidien. »
L’exemple choisi est cette fois la grenouille-taureau, espèce invasive qui fait l’objet d’un plan de lutte contre sa prolifération.
Lutte qui va coûter 3 430 000 € entre 2016 et 2022, soit près d’un demi-million d’euros par an pour notre région.
Et nos deux compères soulignent que l’Europe apporte 2 millions d’euros de subvention pour ce plan.
D’où le titre de l’article : « sans l’Europe, la grenouille taureau envahirait la Sologne ».
Encore une fois, il faut dénoncer ce mensonge. L’Europe, en réalité l’Union européenne, ne nous donne rien, elle nous restitue seulement une partie de notre argent.
Rapporté à cette opération, il faut expliquer à nos concitoyens que la France a versé 3 230 000 € au budget de l’UE pour recevoir en  retour ces 2 000 000 €.
Cela veut dire que sans le prélèvement européen, l’Etat aurait pu financer à hauteur de 3 230 000 e ce plan de lutte contre la grenouille-taureau, ne laissant à la région et au Département que 200 000 € à charge, au lieu de 1 430 000 €.
A l’approche des européennes de 2019, ce type de mensonge va se multiplier, nous ne cesserons de la dénoncer.
Déjà le 18 mai dernier en commission permanente Michel Chassier est intervenu, une nouvelle fois, pour refuser le financement d’un déplacement du même Charles Fournier à Strasbourg dans le cadre des rencontres EYE (European Youth Event), dont le but avoué dans le programme officiel est d’endoctriner les jeunes en faveur en faveur du fédéralisme européen, au détriment des nations et des identités.
Inutiles de dire que tous les autres groupes de LR au PS, ont voté pour.
Nous saurons le rappeler le moment venu.

Routes : communiqué de presse du Front National

DdZ6bzbW0AAvtpbLors de la session plénière du 16 mai le groupe Front National a déposé un vœu pour demander que la Région prenne en compte le réseau routier d’intérêt régional dans le cadre de la loi NOTRe.
Ce vœu fait écho à la demande des 6 présidents des départements de la région Centre-Val de Loire, mais le groupe FN avait déjà formulé cette demande à plusieurs occasions, considérant qu’il s’agit d’un enjeu incontournable qui doit être intégré dans les différents schémas d’aménagement de la Région.

Suite sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

Michel Chassier, président du groupe FN CVL a écrit au 6 présidents des départements pour les informés de la position du FN sur cette question qui intéresse les habitants de la Région au plus haut point.

Routes : la Région refuse toujours de s’engager.

Rond_point_chouzyAménagement d’un rond-point sur la D952, ex RN 152, à Chouzy sur Cisse (crédit photo : Conseil départemental 41).
L’entretien des routes est devenu un véritable problème pour toutes les collectivités.

Les villes, nous le voyons à Blois, ne parviennent plus à entretenir leur voirie.
Pour les les départements, cela devient de plus en plus difficile.
On assiste à une série de transferts en cascade : la plupart des anciennes nationales ont « départementalisées », certaines départementales ont été transférées aux agglomérations, comme le partie urbaine de la D952 à Blois et bien d’autres.
On distingue donc les routes nationales, réduites en Loir et Cher à la portion congrue (il n’en reste que les 47 km de RN10), les routes départementales, et les voies communales, pour lesquelles on distingue la voirie d’intérêt communautaire et la voirie communale proprement dite.
Mais la loi NOTRe a introduit une nouvelle catégorie, le réseau routier d’intérêt régional.
Le problème, c’est que ce sont les régions elles-mêmes qui définissent ces itinéraires d’intérêt régional, au travers des schémas régionaux des infrastructures et des transports dont elles ont la maîtrise.
Et quand de surcroît la majorité a besoin des écologistes, la situation est bloquée, comme le fait remarquer le Président du Conseil départemental, Nicolas Perruchot (la Nouvelle République  du 16/05/2018).
Le Front National a déjà soulevé plusieurs fois la question, notamment en déposant un voeu au sujet de la D943 qui relie Tours à Châteauroux, alors qu’il n’existe aucune liaison ferroviaire.
Cette fois encore le groupe FN Centre-Val de Loire, par la voix de Matthieu Colombier, conseiller régional de l’Indre, a défendu un voeu demandant que la Région s’occupe du réseau routier d’intérêt régional.
La majorité s’y est opposé, en avançant des arguments budgétaires mais aussi le respect des compétences de chacun.
C’est plutôt curieux quand on ont voit le niveau d’imbrication des compétences dans les contrats territoriaux !
Le plus étonnant par contre, c’est que Guillaume Peltier ait choisi de pas prendre part au vote, consigne que son groupe a suivi diversement.

1 Commentaire

Région : Michel Chassier intervient sur le ferroviaire.

HdjYga8YMichel Chassier, Président du groupe FN Centre-Val de Loire est intervenu au sujet de la révision contractuelle de la convention TER en rappelant notre opposition à la réforme de la SNCF dictée par Bruxelles et qui remet en cause le principe de l’égal accès aux services publics pour tous les citoyens. Les conditions de transfert de la gestion des lignes TET, négociées région par région, participent également de cette mise à mal du principe de péréquation tarifaire. Les présidents de régions, aveuglés par l’illusion de pouvoir décider de leur politique de transport ferroviaire, ne voient pas qu’en réalité l’Etat leur transfère une charge qu’il n’est plus capable d’assumer.
Voir l’ensemble des interventions sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

Vos élus en session mercredi 16 mai à Orléans.

Groupe FN RCVLLa session du 16 mai sera consacrée entièrement au ferroviaire, avec une révision de la convention TER qui va désormais intégrer 3 lignes Intercités (TET) et une communication portant sur un plan d’urgence pour les lignes de proximité, les « trains du quotidien ».
Les élus du groupe Front National ont toujours été présents sur ces dossiers, ils ont prévu plusieurs interventions ainsi que deux voeux qui seront défendus.
Vous pourrez suivre les débats en direct sur le site de la région Centre-Val de Loire ainsi que sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/FN_CValdeLoire.
La séance débute à 14 h 30, elle est ouverte au public (se munir d’une pièce d’identité).

Comment remplacer la taxe d’habitation ? Par de nouveaux impôts.

FallaitPasVoterMacronMacron c’est bien le mensonge permanent.
Avec sans doute un part d’incompétence qui frise l’amateurisme.
C’est ainsi qu’il se trouve pris au piège par sa promesse électorale de supprimer la taxe d’habitation.
Une mesure qui fait l’affaire de ceux qui seront exonérés, et qui lui sans doute rapporté des voix, mais aujourd’hui, comment la financer ?
Les élus locaux s’en inquiètent, nous en parlions à Blois lors du dernier conseil municipal.
Alors que le programme de Marine Le Pen avait l’objet d’un chiffrage précis, rien de cela chez Macron, pour qui le programme d’ailleurs ne comptait pas.
Aujourd’hui le Ministère des finances évaluent le coût de cette suppression à 18 milliards d’euros, qu’il faudra compenser auprès des collectivités locales. Mais le Comité des Finances Locales estime la facture à 26 milliards !
On peut admirer à l’aune de cet écart le sérieux de Macron et de son gouvernement.
Quant aux pistes pour compenser le manque à gagner des communes et intercommunalités, elles demeurent floues, mais ce qui est certains c’est que cela va se traduire par de nouveaux impôts.
Il serait question de basculer certains ressources fiscales des départements vers le bloc communal, mais alors il faudra compenser les départements, ou bien d’attribuer au bloc communal des recettes provenant de la TVA, de la CSG ou de la fiscalité sur les carburants.
Nous y voilà : la suppression de la taxe d’habitation risque bien de se traduire par des hausses de TVA, de CSG ou des taxes sur les carburants, peut-être un mélange des trois.
Au final, il y aura bien une augmentation des impôts et des taxes.

2 commentaires
12345...19

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...