Archives des tags : Région Centre-Val de Loire

Conseil régional : le Rassemblement national seul à s’opposer à des subventions injustifiées.

Inondations AudeLa Région préfère aider les prostituées de Sikasso, au Mali, que les sinistrés de l’Aude.
Les élus du groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire continuent de réaffirmer leur voix et à s’opposer aux dépenses superflues décidées par la majorité socialiste du Président Bonneau pour cette dernière commission de l’année avant le vote du budget 2019 en décembre.

Nos élus se sont ainsi prononcés contre des projets de coopération décentralisée et contre le déplacement à Bruxelles de l’exécutif afin de présenter la position de la Région sur la réforme de la Politique Agricole Commune, une prérogative qui relève de l’Etat. Comment pourrait-on imaginer que chaque région essaie de se défendre seule contre Bruxelles ? Le groupe UDC de Guillaume Peltier a voté pour.
Notre groupe a fermement refusé une aide humanitaire « urgente » de 12000€ attribuée à Sida Solidarité Afrique en faveur des détenus et des prostituées de la région de Sikasso, contestant le caractère d’urgence, alors que dans le même temps aucune aide d’urgence n’a été décidée pour les sinistrés des inondations de l’Aude ! Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
Le Président du Groupe Michel Chassier est également intervenu pour déplorer l’approbation de projets financés quasi-exclusivement à 100% par des subventions publiques, à effet rétroactif,  en critiquant l’usage de l’écriture inclusive. Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
Mais également pour refuser que la Région subventionne le fonctionnement d’organisations syndicales qu’elles soient salariales ou patronales. C’est le seul point sur lequel nous avons été suivis par le groupe UDC.
Enfin, nos élus s’élèvent contre toute promotion du communautarisme de quartier ou tout soutien à des associations non gouvernementales qui agissent au profit des clandestins, en refusant une subvention au profit de l’association « Convergence à la Source ». Le groupe de Guillaume Peltier n’a rien trouvé à redire.
En résumé, le groupe Rassemblement national est bien le seul à s’opposer aux dérives de l’exécutif socialo-écologiste.
il faudra le rappeler le moment venu.

2 commentaires

Attaques contre le diesel : emplois menacés.

Ibiden CourtenayLe président (PS) de la Région Centre-Val de Loire, François Bonneau, s’insurge contre la fermeture annoncée de l’entreprise Ibiden qui fabrique des filtres à particules pour le diesel à Courtenay dans le Loiret.
C’est pourtant bien le même président Bonneau, dont la majorité est l’otage des écologistes, qui relaie toutes les attaques contre le diesel.
Certes la fermeture annoncée du site de Courtenay est liée au choix de la direction japonaise de réaliser la fabrication des nouveaux filtres à haute porosité à son site hongrois, mais c’est aussi la conséquence de la volonté gouvernementale de combattre le diesel, réputé plus polluant que l’essence, ce qui reste à démontrer, sans parler de l’électrique dont le bilan écologique se révèle désastreux. Le site blésois de Delphi, spécialisé dans l’injection diesel, pourrait bien être menacé dans un proche avenir.
Confronté aux conséquences de ses propres choix idéologiques, François Bonneau s’affole. Il demande qu’Ibiden rembourse la subvention de 68 000 euros qui lui avait été accordée en 2014 en échange d’un maintien des emplois sur 5 ans. Ce ne serait que justice, mais hélas, cela ne ramènera pas les emplois. Une raison supplémentaire pour manifester ce samedi avec les gilets jaunes !  

2 commentaires

L’UE voudrait interdire la bouillie bordelaise !

Bouillie_bordelaise-1903La fameuse « bouillie bordelaise », à base de cuivre et de chaux, est utilisée depuis la fin du XIXème siècle, d’abord en viticulture, mais aussi pour le maraîchage et l’arboriculture.
Pour les viticulteurs labellisés « bio », c’est le seul produit phytosanitaire autorisé pour lutter contre le mildiou.
Or la Commission européenne – qui faut-il le rappeler n’est élue par personne – voudrait l’interdire.
Et l’autorisation actuelle prend fin en janvier 2019. Ensuite, il n’y a toujours pas de réponse définitive : l’autorisation pourrait être prolongée en diminuant les doses à l’hectare, ou bien abrogée purement et simplement.
Pour les vignerons bio mais pas seulement, ce serait une catastrophe.
Le Président de la commission bio des vignerons indépendants, Michel Gendrier, s’en inquiète dans la Nouvelle République du 12/11/2018.
Philippe Loiseau avait posé une question écrite en juin dernier (2018 06 QE PL Cuivre). La réponse apportée par la Commission n’est en rien rassurante, et laisse les intéressés dans l’incertitude à deux mois de l’échéance.
Nos élus font tout pour défendre la viticulture française, déjà menacée par des réglementations qui favorisent nos concurrents.
Une fois encore, il faudra que nous soyons en mesure de peser davantage sur les décisions, et surtout de remettre en cause le fonctionnement et les pouvoirs exorbitants de la Commission… d’où l’importance des européennes de mai 2019.

17 novembre… et après ?

Le peupleLa colère enfle dans tout le pays.
Le mouvement du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants n’est peut-être que le début d’une vague de protestations que redoute le gouvernement.
La Nouvelle République se fait aujourd’hui l’écho de la mobilisation en Loir et Cher et publie la réaction des principaux partis politiques.
Le Rassemblement national est cité, exprimant son soutien à cette journée de manifestations (*). Au passage Michel Chassier, président du groupe RN Centre-Val de Loire dénonce au passage la « bombe à retardement » que constitue la voiture électrique d’un point de vue écologique. Et donc l’ineptie de ces taxes censées financer la « transition énergétique, ce qui en plus est faux, puisque les taxes servent surtout à réduire le déficit du budget de l’Etat.
Les Républicains, à l’origine de la taxation « Grenelle » avec Nicolas Sarközy et Nicolas Hulot, comme le rappelait Gilles Godefroy au Conseil régional, proposent par la voie de Guillaume Peltier un « chèque carburant » de 100 €, sans expliquer comment il serait financé ! Réponse : par les entreprises et sans doute par les Régions, autrement dit une nouvelle taxe qui viendrait s’ajouter au taxes sur les carburants.
La France dite « insoumise » est incapable de se positionner, et craint de s’associer à un mouvement typiquement « populiste ».
La représentante locale des macronistes prouve encore à quel point son mentor est totalement ignorant des réalités, en proposant de « remettre en question notre utilisation des véhicules, de penser la mobilité autrement. Dans la vie de tous les jours, on peut adopter d’autres comportements, avec le covoiturage, la prime à la conversion, envisager le télétravail quand c’est possible… »
Propos complètement déconnectés de la réalité.
Tout comme ceux de Charles Fournier pour les écologistes : « Comme écolo je ne partage mais pas du tout le fond si celui-ci, c’est le refus d’augmentation du prix du carburant au nom du fameux pouvoir d’achat (comme s’il rendait heureux… le pouvoir de vivre décemment oui et oui, le pouvoir d’achat bof)« .
Tant mieux pour lui s’il n’a pas de problème de pouvoir d’achat, mais ce n’est pas le cas de beaucoup de nos concitoyens.
Vous avez bien compris que seul le Rassemblement national est cohérent dans ses prises de positions, c’est pourquoi, sans afficher de slogans ou de banderoles pour respecter le désir des organisateurs, nos élus, nos adhérents, nos sympathisants et nos électeurs seront présents en nombre pour cette première journée de mobilisation.
En souhaitant qu’elle ne demeure pas sans suite.
Dès le 19 novembre, un appel a été lancé par des routiers pour un blocage total du réseau routier. Une vidéo sur Facebook dépasse déjà les 1 600 000 vues !
Mais surtout il faut traduire ce mouvement de colère par une solution politique, et donc se mobiliser dès maintenant pour les élections européennes de mai 2019 en soutenant la liste d’union autour du Rassemblement national.

(*)  nous relaierons prochainement sur notre site les points de rassemblement prévus en Loir et Cher.

Suivez vos élus sur le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire.

20161013_203434-533x261Vos élus Rassemblement national au Conseil régional Centre-Val de Loire sont présents sur tous les dossiers, ils l’ont démontré une fois encore lors de la dernière session, le 18 octobre.
Le problème, c’est que les médias n’en rendent pas suffisamment compte, qu’il s’agisse de la presse régionale, de la radio ou de la télévision.
Pour être informés, nous vous invitons à consulter régulièrement le site du groupe Rassemblement national Centre-Val de Loire.
Vous y retrouverez toutes les interventions de nos élus, textes et vidéos, les communiqués de presse (y compris ceux qui ne sont pas repris par ceux dont le métier devrait être de vous informer), des tribunes, le fil de nos publications sur Twitter et Facebook etc…
La dernière session plénière a généré plus de 13 600 vues le jour-même sur notre page Twitter (200 retweets !), 5 500 le lendemain (40 retweets), et entre 1 000 à 1 200 vues à chaque fois qu’une publication est diffusée… et jusqu’à 3 ou 4 fois plus quand elle est bien partagée.
C’est pourquoi nous insistons sur l’importance des réseaux sociaux afin de relayer notre message, contourner l’omerta de certains médias, faire vraiment connaître le travail de vos élus, mais aussi les interroger ou leur faire connaître vos réactions.
Merci à vous tous de partager au maximum.

Chômage : forte hausse au 3ème trimestre en région Centre-Val de Loire.

Direccte RCVL 3T2018Comme nous l’avions prévu, il n’est plus possible de masquer la hausse du chômage, accentuée par un ralentissement de l’activité économique.
La DIRECCTE enregistre une hausse de 1,8% au 3ème trimestre en Région Centre-Val de Loire pour la catégorie A, +0,9% pour les catégories A, B, C.
C’est le plus mauvais résultat depuis longtemps, traduisant l’échec des « macronomics ».
L’Indre (+3,4%) et le Loiret (+3,3%) sont les départements les plus touchés.
Par catégorie d’âge ce sont les jeunes de moins de 25 ans les plus impactés (+2,8%).
Cela s’explique en partie par l’essoufflement des entrées en stage (2615 entrées par mois en moyenne en 2017, 2083 en 2018).
Le dispositif atteint ses limites, d’autant plus que 2/3 de ces stages ne sont pas qualifiants.
La semaine dernière au conseil régional François Bonneau se vantait du « dynamisme » de la région : le chômage y augmente de 1,8% au dernier trimestre contre 0,5% en France.
Seul le groupe Rassemblement national avait pointé la supercherie.
Cherchez l’erreur !

Image de prévisualisation YouTube

1 Commentaire

Chez nos voisins : Sébastien Chenu dans le Cher, Philippe Vardon dans l’Indre.

Sébastien ChenuLa Fédération de l’Indre reçoit samedi 27 octobre Philippe Vardon,  conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2016 et membre du bureau national. Inscriptions auprès de RN 36 ( contact@rassemblement-national36.fr).
Le lendemain c’est au tour de la Fédération du Cher de recevoir Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement national., pour un déjeuner débat. Ouverture des portes à 11 h 30, inscriptions auprès du RN18 (contact@rassemblement-national18.fr).

Stop à la souffrance animale, non au refuge mouroir.

44115344_278998216062858_1359495584569884672_n1fosse refuge

Avis aux amis des animaux. De graves cas de maltraitance nous ont été signalés par d’anciens salariés et bénévoles du refuge SPA d’Orléans, 20 chemin de Pont Cotelle, qui exploite aussi un autre refuge à la Ferté Saint Aubin.
Manque de soins et de nourriture, état sanitaire déplorable, des animaux qu’on laisse mourir et qui sont jetés ensuite dans une fosse au mépris de la loi, documents falsifiés etc…
Il est temps de réagir.
Les défenseurs des animaux organisent une manifestation devant le centre samedi 27 octobre à 15 heures.
Nos amis du Loiret seront présents, merci de relayer autour de vous.

Fermeture de l’AFPA : où vont aller les « migrants » ?

11220063_852018064916439_53372786181219710_nLe sort des clandestins avant l’avenir des formations ? 
Alors que 5 centres AFPA sont menacés de fermeture en Région Centre-Val de Loire, dont celui de Blois, certains s’inquiètent non pas de l’avenir de la formation, mais du du sort des « migrants » hébergés sur le site de Blois (nous n’avons pas d’information pour les autres sites).

On se souvient que des clandestins qui campaient à Calais dans l’espoir de passer en Angleterre avaient été dispersés dans toute le France par Hollande en octobre 2015, mais depuis cela ne cesse pas.
C’est ainsi que le centre AFPA de Blois en avait reçu une quarantaine, à l’époque le Front National avait été seul à protester.
Selon Mag’centre, ils seraient aujourd’hui encore 48, mais bien sûr ce ne sont plus les mêmes, il y a régulièrement de nouvelles arrivées, tandis que les autres sont régularisés ou bien disparaissent dans la nature.
Le coût de l’opération est toujours soigneusement caché… tout ce que l’on sait, c’est que c’est nous qui payons.
Mais ce qui préoccupe les élus du Rassemblement national, c’est le devenir de ces centres, qui recevaient plus de 2000 stagiaires par an pour des formations qualifiantes.
Au conseil régional ils ont co-signé avec tous les groupes un appel au gouvernement pour reconsidérer cette décision.
A Blois, un communiqué a été adressé à la presse locale :
« L’annonce brutale et sans concertation du projet de fermeture de 5 centres AFPA dans notre région, dont celui de Blois, illustre bien le mépris de ce gouvernement pour les territoires et leurs représentants.
Rappelons qu’il s’agit du premier opérateur régional de formation, et l’un des seuls qui propose une offre d’hébergement pour les stagiaires.
Les élus qui ont appris cette nouvelle jeudi matin au cours de la session du conseil régional à Orléans demandent un moratoire immédiat sur la fermeture de ces centres, soutenue par l’ensemble des groupes.
Le Rassemblement national soutien cette démarche et demande également à nous deux ministres loir-et-chériens de prendre position sur ce dossier. »
Aucun écho à ce jour.
Aux yeux de certains, l’avenir des clandestins est sans doute plus important.

1 Commentaire

Rassemblement national : les responsables départementaux de la région réunis à Blois.

Dp8d7RDWkAASk2ALes cadres départementaux du Rassemblement national de la Région Centre-Val de Loire (Délégués départementaux, Délégués départementaux adjoints, Référents départementaux Génération Nation) se sont retrouvés le samedi 20 octobre à Blois pour une journée de travail animée par Michel Chassier, président du groupe RN au conseil régional Centre-Val de Loire.
Au programme le point sur les différentes fédérations, la coordination des actions au niveau régional, la préparation des élections européennes et des municipales.
Une journée d’échanges très riche et très intéressante, au cours de laquelle il a été décidé de mettre en place de  nouveaux outils pour la communication interne, afin de faciliter les actions communes ou concertées.
L’occasion aussi d’un point presse pour faire le point sur le Rassemblement national.
Après la déception ressentie par les électeurs comme par les adhérents après les présidentielles, en dépit d’un score historique, chacun ressent dans son département que la dynamique est repartie, et l’année 2019 va voir le grand retour de Marine Le Pen et de notre mouvement au 1er plan, plus que jamais au service de la France et des Français !

1 Commentaire

Conseil régional : vos élus présents sur tous les dossiers, le Président Bonneau fragilisé.

 

20171221_GR FNCVL SP

Une fois encore les élus du Rassemblement national ont démontré leur sérieus, leur compétence, leur  détermination.
Lors d’une session chargée, le Groupe Rassemblement national a été présent sur tous les dossiers : budget, aide aux éleveurs, jeunesse, sport, commerce.

Michel Chassier a été le seul à poser les vraies questions sur la dernière décision modificative au budget 2018 : à l’évidence certaines dépenses n’étaient pas financées, et il faut emprunter 10,8 millions d’euros supplémentaires pour boucler le budget.
Le 1er vice-président, Marc Gricourt, n’a pas su répondre à cette question.
Quant au débat d’orientations pour 2019 la majorité aujourd’hui fragilisée donne l’impression qu’elle ne sait pas où elle va en l’absence de toute proposition. La dissidence de deux élus « en Marche » rend François Bonneau encore plus dépendant des écologistes, qui le font bien sentir, avec une scène surréaliste à l’occasion d’un vœu sur le climat en fin de session.
Le Rassemblement national a soutenu l’aide aux éleveurs prévue en 2019, tout en l’estimant insuffisante et en regrettant l’absence d’une aide d’urgence.
Dans le domaine du sport, le RN a proposé un amendement pour lutter contre la radicalisation, refusé par l’ensemble de la gauche, et un vœu pour soutenir la démarche du CNOSF, finalement voté à l’unanimité.

Lire la suite sur le site du groupe RN-CVL.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

2 commentaires

Vos élus régionaux en session.

SP 18-10-18Vos élus régionaux sont aujourd’hui en session plénière à Orléans.
Vous pouvez suivre leurs interventions sur le site du groupe RN-Centre Val de Loire.

La puissance des images aux Rendez-vous de l’Histoire.

attilaLa puissance des images ? Une belle illustration avec Attali !
Les Rendez-vous de l’Histoire (du 10 au 14 octobre à Blois) attirent toujours un public nombreux, quoique difficile à chiffrer en l’absence billetterie.

Ce que déplorent depuis longtemps les élis du Rassemblement national, qui estiment que le public pourrait payer une entrée, avec le maintien la gratuité pour les scolaires et des tarifs pour les étudiants par exemple.
Au lieu de cela on fait venir gratuitement tous les professeurs d’histoire-géographie de la Région, et tant pis pour leurs élèves privés de cours ce jour-là !
Mais tout cela coûte 375 000 € de subvention principale pour 2018, sans compter les rallonges pour diverses manifestations annexes ainsi que la à disposition de personnels, de locaux, de matériel et la fourniture de diverses prestations dont des repas.
Si l’on ajoute les subventions des autres collectivités et de la DRAC, Le coût réel pour le contribuable atteint 979 000 euros pour un budget e 1 381 000 euros, soit un financement public à hauteur de 71%.
En 2014, lors d’un débat sur TV Tours avec Michel Chassier, Marc Gricourt avait reconnu qu’il faudrait y réfléchir.
Mais son adjoint à la Culture et Président d’Agglopolys  Christophe Degruelle, dépositaire de l’héritage de Jack Lang, ne semble pas l’entendre de cette oreille.
Nous aurons l’occasion de revenir aussi sur le fond, car cette manifestation nous a souvent habitué au sectarisme et au parti-pris idéologique.
Chaque année on voit ainsi défiler à nos frais de nombreux responsables politiques bien en cour.
Pour cette édition nous n’échapperons pas à la conférence inaugurale du gourou de Mitterrand, Sarközy et Macron, l’ultra-mondialiste Jacques Attali, sur le thème « comment nous protéger des prochaines crises » !
Quel cynisme quand sait que ce sont des hommes comme lui qui en sont les principaux responsables, et qu’il n’avait pas vu venir la crise 2008 !
Enfin pour revenir au thème de cette édition, « la puissance des images« , comment ne pas oublier que tous ces bien-pensants sont ceux-là mêmes qui ont exploité honteusement l’image d’un enfant syrien noyé sur plage de Grèce et soigneusement mis en scène pour émouvoir l’opinion publique européenne… mais qui condamnent Marine Le Pen pour avoir voulu montrer sur un tweet le vrai visage de Daesch !

 

Le Rassemblement national présent partout !

marinelepen-131018-correzeEn dépit de le tentative du pouvoir de nous asphyxier financièrement pour nous faire taire, nous sommes bien présents et actifs depuis la rentrée.
Il est vrai, comme le dit Marine, que nous savons être pauvres, et faire avec peu de moyens ce qui demande à nos adversaires des moyens considérables : un meeting de Marine coûte 10 ou 20 fois moins cher qu’un meeting de Sarközy ou de Macron.
D’une part nous savons limiter nos dépenses, d’autre part nous avons une richesse et un force que les autres n’ont pas : ce sont nos militants, toujours présents sur le terrain.
Autre preuve de ce dynamisme, la multiplication des réunions et des rencontres dans notre région Centre-Val de Loire : Jordan Bardella sera à Tours le 11 octobre, Edwige Diaz dans le Loiret le 12 octobre, Aymeric Durox dans l’Eure et Loir le 12 également, Philippe Vardon dans l’Indre le 27, Sébastien Chenu dans le Cher le 28.
Une rencontre des cadres est prévue à Blois le 20 octobre et une session de formation doit se tenir d’ici la fin de l’année dans notre Région.
Enfin, Marine Le Pen sera près de chez nous en Corrèze le 13 octobre.
Hors période électorale, aucune autre formation politique ne fait preuve d’une telle activité.
Avec la dynamique des européennes tout va encore s’accélérer, avec un événement prévu en début d’année prochaine en Loir et Cher.

2 commentaires

Région : vos élus au travail.

Do-UjA7X4AAe1YcLa semaine prochaine s’annonce chargée pour les élus avec une réunion de la commission permanente régionale le 17 et une session plénière le 18.
Les élus du groupe Rassemblement national Centre Val de Loire étaient réunis ce lundi afin de travailler sur les dossiers, autour de leur Président de groupe Michel Chassier.
Le tout dans une ambiance sereine et studieuse, qui caractérise notre groupe depuis le début.
Nous vous rappelons que la séance plénière est publique, jeudi 18 à partir de 9 h 30, elle est également retransmise en direct en vidéo.
Vous pouvez aussi retrouver les interventions de vos élus depuis le début de la mandature sur le site du groupe.

Le sport victime des économies budgétaires.

JO 2024JO 2024 : avec quels moyens les sportifs français pourront-ils se préparer ? A moins de pénaliser davantage le sport pour tous ?

Si les Blésois peuvent se réjouir du fait que la nouvelle ministre des sports, Roxana Maracinea, ait débuté sa carrière de nageuse dans un club de notre ville, les sportifs de Loiret Cher vont cependant subir les coupes budgétaires comme les autres.
En effet, le budget du ministère va être amputé de 30 millions d’euros en 2019, et 1600 postes de conseillers techniques sportifs sont remis en cause.
La ministre s’est voulue rassurante en précisant que les conseillers techniques sportifs (CTS) ne perdront pas leur emploi, mais cela signifierait, comme pour les emplois aidés un transfert des charges vers fédérations, elles-mêmes financées en partie par les collectivités territoriales.
Cela vient s’ajouter à un véritable détournement des fonds du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), qui se voit imposer ses orientations par le Ministère au mépris de la gestion paritaire prévue par ses statuts. Alors même, faut-il le rappeler, que ces fonds ne proviennent pas du budget de l’Etat.
Mais depuis longtemps, en regroupant le sport et « cohésion sociale », une partie des sommes qui devraient revenir aux fédérations est utilisée pour des actions qui relèvent de la fameuse « politique de la Ville ».
Et pendant ce temps la Région Centre Val de Loire réduit également son budget pour le sport.
Le groupe Rassemblement national CVL a publié un communiqué pour dénoncer cette situation et soutenir le mouvement sportif.

Communiqué du Groupe Rassemblement National au conseil régional Centre-Val de Loire.
« Nous avons été alertés par le Conseil Régional Olympique Sportif Français (CROS) dénonçant la prochaine baisse du budget des Sports de 30M€ en 2019, entraînant la suppression de 1600 postes de fonctionnaires au sein du Ministère des Sports. »
Lire la suite sur le site du groupe RN-CVL

Nous vous invitons également à signer la pétition du CNOS.

 

1 Commentaire

Loir et Cher : le Rassemblement national déjà offensif.

DnOisbNXcAUXGibDans un entretien récent sur France 2 pour ses 50 ans d’émissions politiques à la télévision, on a demandé à Alain Duhamel quelle avait été sa principale erreur de jugement. Réponse de l’intéressé : c’est en 1984, quand j’avais pensé que le Front national n’était qu’un « feu de paille ».
Beaucoup d’autres observateurs, de journalistes, sans parler de nos adversaires, ont régulièrement annoncé notre mort depuis lors : après la scission en 1998, après l’élection se Sarközy – qui s’était vanté d’avoir tué le FN – en 2007, et à nouveau après la présidentielle de 2017, oubliant les 11 millions d’électeurs de Marine Le Pen.
Mais après un an de travail acharné et en dépit des attaques de nos adversaires, la refondation porte ses fruits, les faits nous donnent raison, la bulle macronnienne implose, et de nouveau nous avons rendez-vous avec l’histoire.
Les sondages nous placent pratiquement à égalité avec le conglomérat LREM-MoDem-UDI, et ce n’est qu’un début.
Au niveau local également, la dynamique est bien là.
La Nouvelle République titrait ce samedi son article consacré à la rentrée politique blésoise : « le Rassemblement national déjà offensif« . Et de fait sur la Ville de Blois nous sommes les seuls désormais à incarner l’alternance attendue par les Blésois après deux mandats de Marc Gricourt. L’autre groupe d’opposition (?) a complètement éclaté, la majorité commence à se fissurer.
C’est le même constat à la Région, où la majorité de François Bonneau est fragilisée par la dissidence des élus passés à LREM sur fond de municipales 2020.
Sans doute pourra-t-il compter sur le soutien de Guillaume Peltier, qui continue à jouer le grand écart entre un discours de « droite forte » visant à séduire notre électorat, tandis que a presse le qualifie ironiquement de « 14ème vice-président ». On se demande d’ailleurs comment son groupe, souvent divisé lors des votes, peut encore tenir. Attendons les élections européennes…
Plus que jamais nous devons être présents auprès de nos compatriotes, plus que jamais nous avons besoin de votre soutien dans cs moments décisifs. 

 

1 Commentaire

Nos emplois partent en Chine, les Chinois achètent nos terres.

Philippe Loiseau PEPhilippe Loiseau à Bruxelles : un défenseur acharné de l’agriculture française.
Cette semaine une manifestation surprise de la Confédération paysanne à rappelé au grand public, souvent peu informé, mais aussi aux élus, le danger que représente la financiarisation du foncier agricole.

En l’occurrence l’achat de 1700 hectares de terres céréalières dans l’Indre par le groupe Hyongang en 2016, auxquels il faut ajouter 900 hectares achetés cette année dans l’Allier.
Une menace évidente pour les agriculteurs français qui ne peuvent pas lutter contre de tels groupes financiers, qui dans l’exemple du Berry racheté ces terres trois fois au prix du cours normal, ce qui crée une concurrence déloyale vis-à-vis des jeunes agriculteurs qui cherchent à s’installer .
Le problème c’est que depuis la loi d’avenir de 2014 pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, seules les cessions de 100% de parts sociales d’une société agricole doivent être notifiées aux Safer qui peuvent alors exercer leur droit de préemption. Il suffit donc aux investisseurs de se contenter dans un premier temps de 98% ou 99% pour que l’opération se fasse.
Depuis les groupes financiers, en particulier chinois, se sont engouffrés dans la brèche ouverte à dessein pour les favoriser.
En lire plus …

1 Commentaire

Travailleurs détachés : triste record pour le Loir et Cher.

ChomageAvec 6 237 travailleurs détachés en plein mois de juillet, le Loir et Cher se classe au premier rang des départements français (la Nouvelle République du 30/07/2018).
Toujours aussi difficile à comprendre quand on sait que le département comptait fin juin 14 450 chômeurs de catégorie A et 26 870 en additionnant les catégories A, B et C.
La question de l’attractivité des métiers manuels reste donc bien posée.
On peut également faire remarquer que beaucoup de ces emplois sont saisonniers dans le secteur agricole, là encore on peur s’étonner qu’il n’y ait pas davantage d’étudiants intéressés.
Les élus du Rassemblement national sont intervenus régulièrement sur ce sujet en Région Centre-Val de Loire, mais c’est au niveau de l’Etat qu’il faudrait agir… à condition de savoir dire non à Bruxelles !

1 Commentaire

Blois : l’antenne universitaire menacée ?

UFR Blois DIA la rentrée 2018 l’Université de Tours (ex François Rabelais) ouvre de nouvelles formations informatiques à Tours… les mêmes que celles qui sont enseignées à l’antenne de Blois.
Une façon déguisée de fermer à terme le site de Blois au profit de la métropole tourangelle.
Les élus d’Agglopolys avaient adopté le 12 juillet un voeu adressé au président de l’Université pour soutenir le maintien de ses filières à Blois, voeu resté depuis sans réponse.
Le président Degruelle fait part de sa « grande déception » (la Nouvelle République du 28/07/2018), mais cela ne remettra pas en cause l’ouverture des formations concurrentes à Tours dès la rentrée.
On peut se demander dès lors quelle est l’utilité du  Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI), puisque les présidents d’université n’en tiennent pas compte, occupés par ailleurs par des projets de regroupement hors Région.
Cela démontre une fois de plus les dangers de la métropolisation au détriment des villes moyennes et des territoires ruraux, dangers régulièrement dénoncés par les élus du Rassemblement national, auxquels l’exécutif régional fait toujours la même réponse : vous avez tort de vous inquiéter, la Région entretien de bonne relations avec les métropoles… Bref la langue de bois.

3 commentaires

Chômage : mauvais chiffres pour la Région, nouvelle hausse en Loir et Cher.

Pôle_Emploi 2Les chiffres publiés par l’INSEE il y a quelques jours l’annonçaient déjà : la situation de l’emploi ne s’améliore pas, elle continue même à se dégrader.
Même si la DIRECCTE annonce une baisse de 0,1% en Région Centre-Val de Loire (- 0,1% en France) le chiffre n’est pas très convaincant puisqu’une fois encore sur le dernier trimestre on compte en moyenne mensuelle davantage d’entrées (20 020 par mois) que de sorties (19 780), ce qui devrait logiquement se traduire par une hausse.
Quant au motif des sorties, le reprises d’emploi déclarées ne représentent que 18% (18,1% en 2017), donc aucun signe d’une évolution de la tendance générale.
Les radiations par défaut d’actualisation grimpent à 9190 en moyenne mensuelle contre 8 176 sur la même période l’an dernier.
Enfin on constate un essoufflement des entrées en stage, boostées en 2017 avant l’échéance présidentielle pour faire diminuer le chômage des jeunes, qui du coup repart à la hausse (2 000 entrées mensuelles en formation contre 2 626 en 2017).
En Loir et Cher, la hausse du chômage atteint +0,4%, dont + 4,3% pour les jeunes de moins de 25 ans.
Et pourtant de nombreuses entreprises ne parviennent pas à recruter.
Cela pose une fois plus la question de l’orientation et de la formation, mais aussi celle des rémunérations dans certaines professions victimes du dumping social encouragé par l’UE et ses relais en France.
M. Macron espère se sortir de l’affaire Benalla en prétendant qu’il travaille. Mais certainement pas dans l’intérêt de la France et des Français.

Emploi salarié : l’écart se creuse en Région Centre-Val de Loire.

Emploi salarié CVL 2T2018(source : DIRECCTE Centre-Val de Loire – cliquez sur l’image pour agrandir)
Alors que les statistiques détaillées de l’emploi vont être publiées d’ici quelques jours, une note de conjoncture de la DIRECCTE note un fléchissement de l’emploi salarié en Région, ce qui ne présage rien de bon.
On annonce déjà une hausse du chômage de +0,2% pour la Région au 2ème trimestre selon les chiffres de l’INSEE (critères du BIT).
Dans le secteur privé, la baisse est de 0,3%, alors que curieusement en cette période de rigueur l’emploi public augmente de 0,1%.
Plus grave, l’écart s’accroît entre la Région Centre-Val de Loire et la moyenne nationale : sur un an, l’emploi salarié total progresse à un rythme deux fois moindre dans la région qu’au niveau national (respectivement + 0,5 % et + 1,2 %).
Sur le long terme, l’écart est encore plus visible : en partant d’une base 100 au 4ème trimestre 2010, le niveau d’emploi salarié en France atteint globalement 103,5, et 103,6 pour l’emploi salarié privé.
Pour la région Centre-Val de Loire les chiffres sont respectivement de 99,7 et 98,7.
Cela vient confirmer le mauvais classement de la Région en terme de croissance du PIB et justifie les critiques émises par le groupe Rassemblement national au sujet des aides économiques de la Région, dont il a été question lors de la session de juin.
Avec une croissance en-deçà des prévisions la tendance risque bien de se poursuivre.
On note aussi que c’est le secteur du BTP qui est le plus touché, suivi par l’industrie, alors que le « tertiaire non marchand » se maintien. Mais il ne faut jamais oublier que le secteur « non marchand » est financé par l’économie réelle…
Au niveau national ce marasme est le résultat de la politique économique de l’UE, mais aussi des décisions du FMI de la BCe et des instances mondiales qui ont favorisé les délocalisations afin de maximiser les profits à court terme, au détriment des intérêts nationaux.
Ces politiques sont relayées scrupuleusement par nos gouvernants, qu’ils s’appellent Sarközy, Hollande ou Macron.
Quant à la Région, son action ne peut être que marginale, et la concurrence entre les territoires encouragée par une vision erronée de la décentralisation s’exerce au détriment du Centre-Val de Loire, trop proche de la mégapole parisienne.
Il serait temps de revenir à une vision nationale de l’aménagement du territoire et du développement économique, coordonné par un Etat régalien qui aurait recouvré sa souveraineté.
C’est l’objectif du Rassemblement national.

1 Commentaire

Salbris et Vendôme acceptent leur mise sous tutelle par l’Etat.

CM Blois 2018-02A Blois comme à la Région, les élus RN ont voté contre la mise sous tutelle.
Après Nicolas Perruchot qui s’était précipité pour signer avec l’Etat au nom du département, ce sont les villes de Salbris et de Vendôme, ainsi que l’agglomération des territoires vendômois, qui ont accepté la mise sous tutelle de leur budget, au mépris du principe constitutionnel de libre administration des collectivités.

Nous avions déjà parlé du débat à Blois, où le conseil municipal a refusé de se soumettre et à la région Centre-Val de Loire, où le président Bonneau a fini par signer, contraint et forcé.
Prochaine étape en 2020 : faudra-t-il soumettre au Préfet les programmes des candidats à l’élection municipale pour vérifier s’ils permettront de respecter cet engagement, et le cas échéant invalider les candidatures qui refusent de s’y plier ?
Le « nouveau monde » de M. Macron ressemble fort au second empire, où ce sont les Préfets qui désignaient les maires ! Et où les banquiers ont véritablement pris le pouvoir… 

Conseil régional : retrouvez les interventions de vos élus.

Session plénière CRCVLVos élus Rassemblement national ont été encore une fois présents dans tous les débats lors de la dernières session à Orléans, qui s’est tenue jeudi et vendredi.
Ils ont pu vous défendre et exprimer leur différence tout au long de ces deux journées, et les médias n’ont pas manqué de remarqué la qualité de nos interventions.
Retrouvez les résumés, les textes complets des interventions et les premières vidéos sur le site du groupe RN-CVL

 

Blois : retour sur le conseil municipal.

CM Blois 2018-02Le conseil municipal de Blois s’est lundi 25 juin.
Premier sujet abordé : la contractualisation avec l’Etat, dont nous avions déjà longuement parlé.
Le maire de Blois a proposé de ne pas signer ce contrat léonin, suivi par la quasi-totalité des élus, à l’exception des deux macronistes, Louis Buteau (ex PS) et Véronique Reineau (ex LR).
Dommage que Marc Gricourt, 1er président de la Région, n’ait pas la même position à Orléans.

L’examen du compte administratif fait ressortir la fragilité des marges et interroge sur l’avenir pour cette fin de mandature, en particulier pour le projet commercial Saint-Vincent, qui a peu de chances d’aboutir avant 2021.
Au sujet de la reconstruction du groupe scolaire de la Croix Chevalier, Véronique Reineau s’est réjouie d’un « renouvellement de population. »
Michel Chassier lui a répondu qu’il faudrait plutôt parler de « remplacement de la population« .
En outre il a rappelé les graves désordres constatés sur l’école Jules Ferry, inaugurée en 2011. Marc Gricourt a reconnu qu’il ne faudrait pas répéter « les mêmes erreurs« . C’est donc reconnaître, au-delà des malfaçons, une erreur de conception.
La Ville propose également aux associations une « charte culturelle ». Le problème est qu’elle s’inspire de la « déclaration de Fribourg », qui fait ouvertement la promotion d’une conception communautariste de la culture. Par exemple, toute communauté résidant sur une territoire donné, en l’occurrence le nôtre, doit pouvoir « enseigner et recevoir un enseignement dans sa langue« , y compris donc étrangère.
Ce qui va tout à fait à l’encontre d’une démarche d’intégration. Michel Chassier a rappelé l’épisode de dimanche soir ou des dizaines de ressortissants turcs ont bruyamment célébré dans les rues de Blois la victoire d’Erdogan.
Enfin les élus du Rassemblement national se sont étonnés du choix de déplacer l’aire de grand passage des « gens du voyage » près de la D951, ce qui n’est pas la meilleure image de Blois que l’on puisse offrir au touristes qui arrivent dans notre ville, y compris sur l’itinéraire de la Loire à Vélo.
Encore une fois, seuls les élus FN/RN font entendre leur différence et osent aborder les questions dont personne n’ose parler publiquement… même si certains les félicitent en privé.

7 commentaires
12345...19

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...