Archives des tags : Région Centre-Val de Loire

Région Centre Val de Loire : vos élus au travail.

DJsoYO9W4AIoEfuVos élus au Conseil régional Centre-Val de Loire étaient réunis ce soir pour préparer la commission permanente qui se tiendra vendredi matin.
Les dossiers examinés dans les différentes commissions ont été passés en revue.
Nous y reviendrons demain et vous pourrez trouver le détail de nos interventions sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

0 Commentaires

Région Centre-Val de Loire : une rentrée difficile.

DJsDQ6NXUAE4y4kA l’occasion de la rentrée, le Président Bonneau tire la sonnette d’alarme : le budget de la Région serait déjà « à l’os ».
Il ne fait en cela que confirmer ce que notre groupe avait dit à plusieurs occasions, sans être entendu.
Mais il est faut tout de même rappeler que la baisse des dotations (130 millions d’euros sur la fin de mandature pour la Région) était annoncée par le candidat Macron, que François Bonneau a soutenu au deuxième tour.
Michel Chassier, entouré de Véronique Péan (37) et Matthieu
Colombier (36) ont évoqué également la question des emplois aidés. Si certains assurent de véritables missions de service public ils doivent être sauvegardés mais financés par l’Etat et les collectivités. Mais s’ils sont associatifs ou bien relèvent de l’économie marchande ils doivent pouvoir se pérenniser dans le temps sans dépendre systématiquement des subventions. C’est la position que nous avons toujours soutenue à la Région.
Au sujet des normes dans le bâtiment, nos élus ont également mis en garde contre la suppression des clauses qui permettent de lutter contre l’emploi de travailleurs détachés.
Enfin, nous sommes revenus sur les écritures comptables présentées en juin, avec des dépenses engagées en 2016 qui n’ont pas été prises en compte dans les reports.
Michel Chassier avait posé la question lors de la session plénière sans obtenir de réponse, il a écrit ensuite au président et au Préfet de Région, qui sont restés muets jusqu »à ce jour.
Si ces écritures comptables ne posaient aucun problème, pourquoi n’y a-t-il pas eu la moindre explication ?
Affaire à suivre.

0 Commentaires

Nouvelle hausse du chômage en Région Centre Val de Loire.

Marine débat 3-05Sur le chômage et l’euro, c’est Marine Le Pen qui avait raison face à Macron.
Après une hausse de 0,2% en mai, une baisse de 0,1% en juin, le nombre des demandeurs d’emploi inscrits en Région Centre-Val de Loire augmente de 1,1% pour l’ensemble des catégories  suivant la tendance nationale (source DIRECCTE Centre).

Pourtant le nombre de sorties progresse légèrement (1,1%), avec un niveau d’entrées en stage qui se maintien malgré la période estivale, et un chiffre élevé de radiations pour défaut d’actualisation, le plus haut de l’année (42,3% des motifs de sorties) mais c’est le nombre d’entrées qui fait un bond de 8,3% à 21 240, le niveau le plus élevé depuis début 2016.
Il est clair que la bataille de l’emploi n’est pas gagnée.
Marine Le Pen a tenté d’expliquer au Français que l’on ne pouvait avoir en même temps l’euro et le plein emploi.
Elle n’est malheureusement pas parvenue à convaincre, face à des adversaires qui bénéficiaient du total soutien des médias.
Mais comme nous le savions, les faits vont rapidement lui donner raison.
Ce soir M. Macron refuse de commenter ces mauvais chiffres.
L’économiste Jacques Sapir le soulignait déjà en mai dernier, au lendemain du fameux débat :
contrairement à ce qu’a affirmé M. Macron : la mise en place de l’Euro a bien accru le chômage.
La politique macro-économique mise en œuvre a bien contribué à une baisse du chômage, compensant les effets de l’Euro, en laissant filer la dette mais avec des coûts qui ne sont pas soutenables à long terme.
C’est cela qui a permis de construire dans l’opinion publique en France l’acceptabilité de l’Euro, avec aussi sa forte dépréciation face au Dollar de 1999 à 2002. Il eut été décent que M. Macron signale ces faits, dont il ne pouvait manquer d’avoir connaissance (sauf à supposer une parfaite incompétence de sa part). Qu’il ne l’ait pas fait donne la mesure des arrangements avec la vérité que le candidat du système a été capable de prendre, avec la complicité des médias.
Lire le communiqué du Front National.

0 Commentaires

Les demandeurs d’asile payent-ils le train ?

TER CVLSi les « migrants » ne paient pas le train, devinez qui paie !
Scène vécue aujourd’hui dans un TER entre Blois et Orléans. Un passager s’est retrouvé dans une voiture du train avec deux demandeurs d’asile, deux jeunes hommes majeurs ou peut-être mineurs isolés (?). Lors du contrôle de leur titre de transport, ceux-ci ne parlaient pas français, seulement anglais, ils ont seulement présenté une photocopie de leur demande, faite en février dernier. 

Ils n’avaient ni pièce d’identité ni argent pour régler leur contravention, puisque ne disposant pas de billet, voyageant en fraude au départ de Blois avec Paris pour destination. Les contrôleurs ont pris leurs noms, prénoms identifiants qui figuraient sur leur photocopie, sans certitude que celle-ci fasse référence à un document valable.
A la suite de cela, les contrôleurs leur ont indiqué le train qu’ils devaient prendre pour aller à Paris, une fois arrivé à la gare d’Orléans et leur ont imprimé un « reçu » leur permettant de poursuivre leur voyage mais en leur expliquant qu’en l’état actuel ils ne devraient pas pouvoir prendre le train, faute de pouvoir justifier leur identité.

Question : Qui paye la contravention ? L’Etat ? La SNCF ? La Région ?
Et combien sont-ils à voyager ainsi ? 

2 commentaires

Pontourny : le Front National avait raison.

Pontourny 11-02-17Après diverses péripéties, le centre de « déradicalisation » de Pontourny (Indre et Loire) ferme définitivement.
Au départ, seul le Front National s’y était opposé. Véronique Péan et les élus d’Indre et Loire ont été les seuls responsables politiques à manifester aux côtés des habitants de Beaumont en Véron.
Au Conseil régional, le groupe FN avait proposé un voeu, qui avait été avait été rejeté par la gauche, et une partie du groupe UDC qui s’était divisé sur le vote. Contre : Socialistes, Radicaux et Démocrates / Écologiste / Union de la Droite et du Centre (6 voix) / 46 voix au total. Pour : Front National / Union de la Droite et du Centre (12 voix) / 29 voix au total.
Aujourd’hui nous pouvons constater que nous avions raison.
Le groupe FN de la Région Centre-Val de Loire a envoyé un communiqué à tous les médias régionaux :
« La fermeture définitive du centre de « déradicalisation » de Pontourny est confirmée par l’Etat.Le Front National s’était opposé depuis le départ à ce projet, les faits lui ont donné raison.
Sur le fond, la réponse était inadaptée et l’échec prévisible. Il était illusoire de penser que des individus en phase de radicalisation feraient volontairement la démarche de suivre un stage destiné à leur enseigner aux frais du contribuable une « bonne » lecture du Coran.« 
Lire la suite sur le site du Groupe FN Centre-Val de Loire.

3 commentaires

Sénatoriales en Loir et Cher : on prend les même et on recommence.

Jeanny LorgeouxJacqueline Gourault-Sénat

Jeanny Lorgeoux et Jacqueline Gourault : où est le renouveau en Loir et Cher ?
Jour après jour, les Français découvrent à quel point Macron a pu leur mentir en se présentant comme le candidat qui allait renouveler les moeurs politiques.

On l’a vu en Loir et Cher avec les législatives, où Marc Fesneau (MoDem) a été investi par LREM et « délocalisé » de sa circonscription afin de ménager Maurice Leroy, qui reste macron-compatible malgré ses dénégations.
On le constate à nouveau avec les sénatoriales où les deux sorrtants, Jacqueline Gourault (MoDem) et Jeanny Lorgeoux (PS) ont reçu l’investiture LREM, au grand dam de certains qui avait cru, un peu naïvement, aux discours de M. Macron.
C’est le cas à Blois de Gildas Vieira, qui a décidé de se présenter sans l’accord du mouvement, ce qui lui vaut une demande d’exclusion.
Nous avions pourtant prévenu : l’opération montée autour de M. Macron ne visait qu’à sauver le système.
Elle a réussi dans un premier temps, mais l’illusion est en train de se dissiper.
Le Front National présentera ses candidats aux sénatoriales pour le Loir et Cher lundi prochain.

7 commentaires

Chômage en Région Centre-Val de Loire : rien de nouveau

chomage.jpgAprès une hausse de 0,2% en mai, le nombre de chômeurs en catégories A,B et C diminue de 0,1% en juin pour la Région Centre-Val de Loire, suivant la tendance nationale (source DIRECCTE Centre).
Concrètement cela représente 220 chômeurs de moins, 218 170 au lieu de 218 390.
Ce qui ne signifie pas grand chose quand on sait qu’il y a eu 490 entrées en stages de plus en juin.
Les reprises d’emploi déclarées représentent 16,9% des sorties contre 17,4% en moyenne sur l’année 2016.
Le taux de croissance attendu en 2017, 1,6% d’après la dernière révision de l’INSEE demeure insuffisant pour résorber le chômage, comme pour équilibrer durablement les régimes de retraite.
Le choix de l’austérité fait par le nouveau gouvernement risque d’avoir à moyen terme des conséquences sur la croissance, les observateurs tablent sur un impact possible de -0,2%.

2 commentaires

Accueil des clandestins en Loir et Cher : combien ça coûte ?

Submersion-migratoireC’est une question que vous vous posez à juste titre. Et que nous posons régulièrement sans avoir de réponse.
Par contre lorsqu’un collectif de soutien aux « sans-papiers » demande des comptes au conseil départemental (la Nouvelle République du 25/07/2017), il obtient une réponse dans la foulée.
Ce qui nous permet au passage d’avoir quelques éléments intéressants.
En effet, le conseil départemental répond – en moins de 24 heures ! – dans un communiqué qu’il «  accueille, protège et accompagne les mineurs isolés étrangers de manière personnalisée : logement, restauration, insertion, suivi éducatif… En 2017, en moyenne, un effectif de 73 mineurs est suivi par le conseil départemental. Une année de prise en charge coûte à la collectivité entre 40.000 et 60.000 € par mineur. » (la Nouvelle République du 25/07/2017)
Prenons une moyenne de 50 000 € par mineur, cela représente 3 650 000 € par an pour le seul Loir et Cher.
Nous savons par ailleurs que l’hébergement en CADA ou CAO coûterait environ 25 € par jour. Là encore, pour 370 places, cela fait près de 3 400 000 € par an. Encore ce chiffre ne tient-il compte que de l’hébergement, il faudrait y ajouter les frais d’insertion, le suivi éducatif, les soins, les transports etc… sans compter le pécule attribué à ces personnes. Autrement dit il faudrait certainement doubler la somme.
Avec les mineurs isolés, nous en sommes donc à 10 000 000 € par an au minimum.
Et encore ce chiffre ne tient pas compte de ceux qui sortent des CAO et sont hébergés dans des logements sociaux ou des hôtels en attente d’une hypothétique régularisation. Alors combien ? 12, 15 millions d’euros ?
Nous aimerions bien que le conseil départemental, si prompt à répondre aux associations pro-immigration, publie enfin le coût réel de tous ces dispositifs, en précisant la part financée par l’Etat.
Nos élus vont à nouveau poser la question.
Mais pendant ce temps le gouvernement préfère rogner les aides au logement et augmenter la CSG sur les retraites.

4 commentaires

Semaine de 4 jours… suite.

Car scolaire 41Nous faisions part le 15 juillet des difficultés provoquées par le retour à la semaine de 4 jours.
Le problème principal vient de l’organisation des transports scolaires, puisque le décret publié le 27 juin intervient alors que les circuits pour la rentrée 2017 étaient bouclés.
Du coup, c’est la Région qui dans certains cas s’oppose aux choix des conseils d’école, même validés par les Directeurs académiques des services de l’éducation nationale (DASEN – anciens Inspecteurs d’académie dans les départements).
Selon le site d’information ToutEduc, « La Région Centre-Val de Loire limite les possibilités de passage dès cette année à la semaine de 4 jours à deux situations, les cas où elle n’organise pas les transports scolaires ou lorsque ce changement de rythmes se fait par  »suppression exclusive de la scolarité du mercredi (*), sans changement des horaires ou itinéraires de transport les autres jours de la semaine ». François Bonneau l’écrit aux maires dans un courrier, daté du 11 juillet, dont ToutEduc a eu copie.
Le président de la Région estime qu’une « modification massive des conditions de transports des scolaires dans notre Région, décidée aussi tardivement et sans analyse fine des conséquences » pourrait comporter des « risques pour le bon déroulement de la rentrée », d’autant que « 700 circuits seraient potentiellement concernés« .
Il semble bien que la ministre de l’Education n’ait pas mesuré les conséquences de ce décret tardif, ce qui montre dans ce domaine comme dans d’autres (**) l’amateurisme du gouvernement Macron.
Sur le fond de l’affaire , tout au contraire donne raison au Front National :
- nous nous étions opposés à la réforme des rythmes scolaires en soulignant son impact pour les communes, particulièrement en milieu rural.
- nous n’étions pas favorables au transfert des transports scolaires à la Région, considérant que la complexité des circuits nécessitait une gestion de proximité.
Cette décision ministérielle tardive ne résout rien, et ce sont encore une fois les collectivités locales qui vont devoir se débrouiller.

(*) ce qui est impossible, car les 3 heures du mercredi doivent être réparties sur le semaine.
(**) nous reviendrons prochainement sur plusieurs dossiers majeurs où le gouvernement fait fausse route : réduction des budgets de la défense, de l’Intérieur et de la Justice, nouvelles attaques contres les communes, accélération de la fermeture des centrales nucléaires sans solution de remplacement, obligation du cocktail des 11 vaccins, hausse de la CSG, réforme non financée de la taxe d’habitation etc…

 

Semaine de 4 jours : la cacophonie.

Ecole panneauLe décret ministériel publié le 27 juin permet, sous certaines conditions, le retour à la semaine de 4 jours.
Sur le fond c’est plutôt une bonne chose, car la réforme des rythmes scolaires de Mme Vallaud-Belkacem avait très vite montré ses limites.
En zone rurale cela s’est traduit par un circuit de transport scolaire supplémentaire, avec des élèves qui le mercredi matin passent parfois plus de temps dans le car que dans la classe !
La mise en place des activités périscolaires a été également coûteuse pour les communes, le maire de Thoury parlait de 74 000 euros !
Mais la date de publication du décret pose problème.
En effet, la décision d’un retour à la semaine de 4 jours nécessite la réunion du conseil d’école, avec un délai de convocation de 7 jours et l’accord de la commune.
Et les circuits de transports scolaires pour la rentrée étaient déjà organisés.
Qui plus est les autorités départementales de l’Education nationale n’ont pas validé toutes les demandes (la Nouvelle République du 15/07/2017). Résultat, sur un même circuit on risque d’avoir des écoles qui terminent à des heures différentes, ce qui ne va pas simplifier les choses.
Encore une fois cela dénote une certaine improvisation gouvernementale, voire une forme d’hésitation. Nous aurions préféré une décision claire et qui s’applique à toutes les écoles, où pour le moins pour la rentrée 2017 que l’on travaille par secteur afin d’avoir des horaires cohérents.

1 Commentaire

Comice agricole de Billy : comment protéger notre agriculture ?

manif agriculteurs Blois_1Les comices agricoles attirent toujours autant le public, mais aussi les personnalités du monde politique.
En cette période les uns et les autres n’ont pu que souligner les difficultés du monde agricole, ce que la Nouvelle République traduit dans son titre : « l’agriculture, un secteur qu’il faut protéger. » (NR du 10/07/2017)
Protéger ? Mais tous ceux qui sont venus parler de protection sont les mêmes qui condamnent chaque jour le « protectionnisme » !
Sauf il est vrai devant les agriculteurs.  Lors d’une rencontre organisée par la FDSEA à l’occasion des législatives, on avait pu entendre plusieurs candidats parler de « protectionnisme raisonnable », alors qu’ils critiquent cette idée lorsqu’elle est défendue par Marine Le Pen !
La vérité c’est qu tous ces ministres et parlementaires qui se présentent en défenseurs de notre agriculture soutiennent à Paris et à Bruxelles toutes les politiques qui conduisent à la mort programmée de l’agriculture française.
Les mots peuvent paraître fort, c’est pourtant bien de cela qu’il s’agit.
Au sens propre avec la terrible explosion des suicides d’agriculteurs, multiplié par 3 en 2016. Selon la Mutualité Sociale Agricole, en 2016, 50% des agriculteurs ont eu moins de 354 € de revenu mensuel, sans perspectives de redressement à moyen terme.
Endettement, conditions de travail difficiles, baisse des aides de la PAC, baisse des cours du lait et de la viande, volatilité des cours pour les céréales, concurrence déloyale, multiplication des normes et des contraintes, le constat est connu de nos dirigeants, mais sans doute moins du grand public, qui n’imagine pas la gravité de cette crise.
Crise qui s’est accélérée avec les intempéries de ces deux dernières années dans notre région : gel tardif des vignes, inondations, sécheresse.
Mais qui donc fait le bon diagnostic et propose de vraies solutions ?
Certainement pas ceux qui sont les premiers responsables de la situation.
Car lorsque nous parlons de mort programmée, il s’agit bien d’une volonté politique visant à en finir avec le modèle agricole français basé sur des exploitations familiales de taille raisonnable au profit d’une concentration en grandes unités de production, propriété d’investisseurs : banques, fonds de pensions, sociétés d’investissement y compris étrangères comme on le voit déjà dans l’Indre avec le rachat de terres agricoles par des investisseurs chinois.
DDt2kl5W0AAKJ_D

Les élus régionaux FN en formation sur les questions agricoles les 1er et 2 juillet.

Philippe Noyau, président de la Chambre d’agriculture, l’évoque à demi-mot, lorsqu’il rappelle que « sur l’ensemble de la production agricole, 10 % étaient commercialisés en bio et en vente directe, 10 % dans des secteurs de niche et 80 % partaient vers l’export et l’agroalimentaire. »

On se souvient qu’après les intempéries de 2016 le président de la FNSEA Xavier Beulin avait déclaré que certaines exploitations ne résisteraient pas, mais que cela permettrait de conforter les plus importantes qui pourraient augmenter leur surface. On peut difficilement être plus cynique.
Le problème c’est que la taille accentue le problème de la transmission ou de la reprise, d’où l’intervention des sociétés financières, et la fin programmée de notre modèle agricole.
Nos gouvernants ne s’y opposent pas, car cela correspond selon eux à une évolution rendue nécessaire par la mondialisation.
Pour le Front National, notre modèle agricole doit être préservé, mais cela n’est possible que si nous reprenons les commandes, en instituant une politique agricole française (PAF) à la place de la PAC, avec des mesures de soutien aux cours et aux exportations.
Toutes ces questions seront abordées dans le cadre des débats avant le prochain Congrès de mars 2018.
Le 1er week-end de juillet, nos élus régionaux étaient déjà réunis sur le thème de l’agriculture et des politiques agricoles régionales. Une rencontre très instructive, avec les interventions de nos eurodéputés membres de la commission de l’agriculture, Philippe Loiseau et Edouard Ferrand et d’exploitants (producteur laitier, céréalier, viticulteur) dont plusieurs représentants syndicaux.
Nous reviendrons plus en détails sur question fondamentale et nous vous invitons dès maintenant à nous faire part de vos remarques et de vos réflexions.

1 Commentaire

Blois : la fabrique des citoyens ne convainc pas

PinocchioLa Région Centre-Val de Loire s’est lancée depuis un an dans la « démocratie participative ».
Traduction : le résultat du Front National aux élections régionales de 2015 ne convient pas au système, le peuple vote « mal », il faut donc trouver une manière de remplacer la démocratie représentative par la démocratie « participative », autrement dit remplacer le peuple et ses représentants par une pseudo consultation permanente, bien encadrée, et qui en définitive rassemble très peu de monde.
Alors qu’il y a eu 1 076 000 votants aux dernières élections régionales, la gauche prétend se rapprocher des citoyens en réunissant ici et là quelques dizaines de participants, souvent des politiquement proches de la majorité dans des réunions où ils sont le plus souvent réduits à écouter la « bonne » parole, faute d’avoir accès aux dossiers contrairement aux élus.
En fait on prétend rapprocher la démocratie des citoyens, alors que l’évolution de nos institutions, approuvée par toutes les composantes de l’assemblée régionale hormis le FN, a pour effet de retirer le pouvoir de décision aux échelons de proximité, en particulier les communes, lieu par excellence d’exercice de la démocratie locale, participative par nature.
Nous avons été les seuls à dénoncer cet ersatz de démocratie (Rapport-16.03.09-Une-Région-Participative-et-Citoyenne-Michel-CHASSIER.)
Plusieurs de nos élus étaient intervenus lors de ce débat (voir le site du groupe FN-CVL).
Par conséquent il y a de quoi sourire quand le Nouvelle République écrit que notre région « est regardée par la France entière pour ses tournées citoyennes » !
Dernier exemple en date, la réunion qui s’est tenue à Blois à l’espace jeunes La Fabrique où, à en croire la photo publiée dans les NR, il y avait plus d’élus que de participants. Quand aux jeunes préposés à l’animation de cette rencontre, ils étaient tous issus du milieu associatif ou de mouvements politiques « bien-pensants ».

1 Commentaire

Région Centre-Val de Loire : les comptes sont-ils sincères ?

DDedmRsW0AAvNkQIl est permis de se poser la question après l’examen de la décision modificative n° 1 au budget 2017, votée par le Conseil Régional vendredi dernier.
Sans les voix du groupe FN, qui a voté contre, alors que le groupe UDC a voté pour, sans même demander à prendre la parole sur le rapport.
Dans son intervention, Michel Chassier avait pointé un certain nombre d’écritures relatives à des dépenses « engagées en 2016, mais non mandatées et non reportées« , pour un montant de plus de 3 millions d’euros sauf omission de notre part, sans compter les 3,2 millions d’euros en régularisation de titres FSE non recouvrés et qui se rapportent à la programmation 2000-2006, dont on peut s’étonner qu’ils ne soient présentés qu’en 2017. (Téléchargez le texte complet au format pdf :  DM1 2017 MC.)
Le 1er vice-président Marc Gricourt n’a pas apporté la moindre explication dans sa réponse, pas plus d’ailleurs qu’il n’avait été possible d’en savoir davantage en commission.
En conséquence, après avoir consulté un spécialiste en la matière, Michel Chassier a écrit au Payeur régional pour l’interroger sur cette procédure et demandé au Préfet de Région de veiller sur ce point au contrôle de légalité. Le Président Bonneau a bien sûr été informé de cette démarche ( Lettre François Bonneau DM1).
La question n’a pas été évoquée vendredi matin lors de la Commission permanente.
La presse régionale a été tenue informée. Nous attendons maintenant une réponse. 

1 Commentaire

Europe, syndicats, transports : les élus FN toujours vigilants.

CPR 2017-07-07Ce matin, alors que les rangs de la gauche étaient clairsemés, les 5 élus du groupe FN à la Commission permanente étaient présents.
Plusieurs rapports ont retenu leur attention.
Ils ont voté contre une série de subventions pour des actions en faveur de la « citoyenneté européenne » et la promotion de l’Europe fédérale.
Alors que nos élus approuvent les séjours en Europe pour les lycéens, les étudiants et les apprentis, ils ont toujours refusé les actions qui relèvent de la propagande européiste, c’est un peu comme si la Région subventionnait un parti politique, ce qui est strictement interdit.
Guillaume Peltier s’est empressé de prendre la parole, la première fois depuis 3 mois, pour défendre le point de vue du président Bonneau et la majorité. Dire que des électeurs ont été assez naïfs au point de voter pour lui au deuxième tour des législatives !
Michel Chassier est intervenu à nouveau pour justifier le refus de notre groupe de voter des subventions de fonctionnement aux syndicats. Il ne s’agit pas de remettre en cause les organisations syndicales, dont l’élu FN souligne au contraire que leur faible représentativité en France les empêche de jouer un rôle pourtant capital dans le domaine social.
Mais d’une part elles sont déjà représentées au CESER, d’autre part leurs représentants sont défrayés lorsqu’ils sont amenés à participer à des instances régionales.  Le groupe UDC a exprimé le même refus, mais nous avons tout de même fait remarquer au passage que les subventions des collectivités locales aux syndicats ont été autorisées en 2010 par un certain… Nicolas Sarközy !
Autre dossier à l’ordre du jour : les transports scolaires.
Il apparaît au BP 2017 une enveloppe globale d’un peu plus de 149 millions d’euros (c’est l’équivalent de la convention TER), légèrement révisée lors de la DM1, mais le FN s’est étonné par un avenant passé en commission d’appel d’offres pour le département d’Indre et Loire avec Transdev-Réseau fil vert, qui présente une augmentation de 9,7 millions d’euros HT.
Alors que de nombreux marchés vont devoir être renouvelés, les élus FN ont exprimé leurs interrogations sur l’évolution de l’enveloppe budgétaire. Pourra-t-elle être contrôlée ?
Nous serons également attentifs à la reprise des marchés par la Région, afin d’éviter le risque de regroupement de l’offre au profit de Vinci et autres Kéolys et au détriment de transporteurs locaux.
Le vice-président Philippe Fournié a tenu à être rassurant, mais il faudra rester attentif.
De surcroît cette nouvelle compétence va profondément changer la structure des dépenses de la Région, renforcer encore un peu plus la part des dépenses de gestion et accroître la rigidité structurelle des dépenses.
Le tout sans davantage d’autonomie fiscale.
Affaire à suivre…

Vos élus au travail.

DEEAlM7XoAAd4DF.jpgRéunion de travail des élus FN à Orléans le 6 juin.
Ce n’est pas encore l’heure des vacances pour nos élus.

Vendredi ils étaient présents lors des conseils municipaux pour élire les représentants de leur commune aux sénatoriales le 24 septembre.
Samedi et dimanche nos 2 élus régionaux étaient en formation à Orly sur l’agriculture dans les politiques régionales.
Olivier Besnard était ce matin au château de Talcy pour la signature de la Convention Cadre entre la Communauté de Communes Beauce Val de Loire et l’Office de Tourisme Intercommunautaire Blois-Chambord Val de Loire. la Région y était représentée par Martine Raimbault, conseillère régionale FN du Cher.
Ce soir Michel Chassier présidait la réunion du groupe FN à Orléans avant la Commission permanente de vendredi.
Mathilde Paris et jean Louis Berger siégeaient quant à eux au conseil communautaire d’Agglopolys à Villebarou.
Nous vous rendrons compte prochainement de ces différentes réunions.

Conseil régional : le TGV à Orléans et à Bourges, mais sans passer par la Sologne !

TGV DuplexLe projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon réapparaît, avec une inscription de 100 000 euros au budget de la Région pour de nouvelles études.
On se souvient que la Région Centre, comme les villes d’Orléans et de Bourges, soutenaient le tracé Ouest.
Mais ce n’est pas celui qui a été retenu, la SNCF privilégiant une liaison plus directe et donc plus rapide entre Paris et Lyon avec tracé plus à l’Est.
Du coup, la région Centre-val de Loire avait menacé de se retirer du projet.
Mais c’était sans compter sur le lobbying des partisans du tracé ouest, qui sont parvenus à relancer l’idée de nouvelles études.
Le problème, c’est que ce projet est loin de faire l’unanimité.
En effet, si les maires LR d’Orléans et de Bourges, ainsi que les parlementaires à l’époque LR de ces deux agglomérations défendaient la LGV, le député LR de Sologne, Patrice Martin-Lalande, s’y opposait.
Ainsi que Guillaume Peltier en 2016 au conseil régional, qui avait voté contre une partie de son propre groupe.
Mais vendredi il a voté contre l’amendement déposé par les écologistes qui refusait cette nouvelle étude !
Michel Chassier, au nom du groupe Front national, s’est étonné de se revirement, et quelque peu ironisé sur cette ligne TGV qui relierait Orléans à Bourges… sans passer par la Sologne et les terrains de chasse de certains figures du CAC 40 !
Piqué au vif, Guillaume Peltier a répondu qu’on pouvait changer, et que 2016, c’était « avant ». Avant quoi ?
Réponse de Michel Chassier : « alors vous aussi vous êtes en marche ! »
Au final, le groupe FN a voté le voeu des écologistes, conformément à ses positions depuis le départ sur ce projet, dont la probabilité s’amenuise encore avec les récentes déclarations de M. Macron au sujet des finances publiques.

1 Commentaire

Région Centre-Val de Loire : vos élus en session.

DDel6v7XcAAqegm.jpg largeVous élus régionaux siègent depuis ce matin en session plénière à Orléans. Une session qui doit poursuivre vendredi matin avec l’examen des questions budgétaires.
Michel Chassier est intervenu sur le bilan des aides économiques 2016 et doit intervenir dans la soirée sur les achats et les marchés publics.
Mathilde Paris est intervenue également à deux reprises, sur le volet tourisme des aides économiques et sur le rapport « Culture et patrimoine ».
Vous pouvez retrouver leurs interventions, ainsi que celles des autres élus du groupe sur notre site régional.
Le site est mis à jour régulièrement, vous pourrez également y trouver les vidéos des sessions précédentes, la session en cours suivra prochainement.

Vos élus régionaux préparent la prochaine session.

DC8GDCJXgAAaKiZLes élus du groupe FN étaient réunis hier à Orléans autour de leur président de groupe Michel Chassier afin de préparer la prochaine session plénière du Conseil régional qui se tiendra les 29 et 30 juin.
Avec un ordre du jour chargé, puisque la session d’avril a été annulée en raison de la période électorale.
Les 8 rapports et communications ont été passés en revue, les élus ont pu échanger sur les différentes questions abordées et se répartir les interventions.
Encore du travail en perspective d’ici jeudi prochain, mais notre groupe sera au rendez-vous !

1 Commentaire

Loir et Cher : parlementaires, ministres et ministrables.

peltier-debatNon, Guillaume Peltier n’est pas le « chef » de l’opposition (photo d’illustration : débat avec Michel Chassier sur France Bleu Orléans).
La presse locale consacre, et c’est bien normal, des reportages à nos nouveaux élus : Marc Fesneau et Guillaume Peltier.

C’est ce dernier dont la Nouvelle République du 23/06/2017 relate l’installation au Palais Bourbon mardi et mercredi.
Dans son style habituel, il annonce déjà des propositions de la loi comme le chèque carburant en milieu rural, une fausse-bonne idée évoquée par Hollande en 2012 et vite abandonnée car impossible à appliquer. Nous y reviendrons.
Il propose également de renforcer « le pouvoir des maires face à l’occupation illicite des terrains par les gens du voyage« , mais on voit mal comment ils pourraient faire respecter ce droit sans le concours de l’Etat dont c’est précisément la mission. Cela reviendrait en fait à exposer davantage les maires.
Comme le journaliste lui rappelle toutefois que ces propositions ont peu de chance d’être retenues… vu qu’il fait partie de l’opposition, il répond : « J’ai l’expérience de l’hémicycle régional où je suis le chef de l’opposition, avec un travail de pédagogie et de longue haleine, on arrive à convaincre. »
Or Guillaume Peltier n’a jamais été le « chef » de l’opposition, mais le président d’un des deux groupes d’opposition, si tant est que le sien s’oppose sérieusement à la politique de François Bonneau et des socialistes en région Centre-Val de Loire.
A titre d’exemple, lors des deux dernières commissions permanentes régionales Guillaume Peltier n’est pas intervenu une seule fois, et son groupe a tout voté ! Drôle d’opposition. En réalité il a surtout utilisé son mandat régional pour faire campagne dans sa circonscription.
Le 20/06, ce sont les premiers pas de Marc Fesneau qui faisaient l’objet d’un reportage, et aujourd’hui c’est au tour de Jacqueline Gourault qui vient d’entrer au gouvernement, pour être « ministre auprès de ministre du ministre de l’Intérieur ». Un intitulé aux contours flous et l’intéressée ne peut d’ailleurs pas dire grand chose sur le périmètre des ses missions.
Mais elle est plus diserte sur les motifs de cette nomination, qui relève de la pure cuisine politicienne : offrir un lot de consolation au MoDem après le départ forcé de trois ministres en raison de l’affaire des assistants.
A ce sujet il est permis également de s’interroger sur les activités réelles de Marc Fesneau qui, avant d’être élu député, était l’assistant parlementaire de Jacqueline Gourault au Sénat et en même temps Secrétaire général du MoDem, sans parler des ses mandats locaux et autres fonctions : maire de Marchenoir, président de la Communauté de Communes Beauce Val de Loire, Président de la commission institutions et pouvoirs locaux et vice-président de l’AdCF (Association des Communautés de France) etc…
Il est vrai que le Parlement français est moins regardant que le Parlement européen en la matière.
Cette nomination fait peut-être un envieux : Maurice Leroy, qui s’indignait sur Plus FM le soir du 2ème tour que nous ayons pu le soupçonner d’être « macron-compatible » et disposé à accepter un maroquin dans le nouveau gouvernement. Moyennant quoi il félicite Jacqueline Gourault et rejoint le groupe des UDI-LR « constructifs ».
Curieuse appellation pour ceux qui apportent ainsi leur soutien aux démolisseurs de la France !
Au final on comprend pourquoi les électeurs, en Loir et Cher comme ailleurs, se soient si peu déplacés pour les élections législatives : ils voient bien que la politique politicienne ne change pas.

1 Commentaire

Conseil régional : vos élus au complet… et au travail.

GRFN CPR 2016-11(Les élus FN en Commission permanente – image d’archive).
Bien que beaucoup de nos élus régionaux soient également candidats aux législatives, nous étions le seul groupe au complet hier matin à la commission permanente à Orléans.

Il nous paraît important en effet de remplir notre mandat, c’est un engagement que nous avons pris devant nos électeurs.
Michel Chassier est intervenu pour demander des précisions au sujet du déplacement d’une élue aux festivals d’Aix et d’Avignon « du 11 au 22 juillet », mais aussi sur le montant excessif des frais de dossiers demandés par un syndicat d’Indre et Loire pour les transports scolaires (105 euros par élève). Un anomalie selon le vice-président aux transports, et le problème aurait été réglé.
Toujours dans le domaine des transports, les élus ont manifesté leur désaccord sur l’instauration d’une taxe locale afin de financer les travaux dans la gare de Lamotte-Beuvron.
Autre point abordé, les panneaux voltaïques installés dans un lycée d’Indre et Loire avec cette fois l’assurance qu’ils seraient produits en France. Affaire à suivre.
Le groupe FN s’est également abstenu pour une subvention accordée à posteriori à une manifestation dont le projet ne semblait pas d’ailleurs très précis, puisqu’il était question par exemple de « plusieurs mercredi entre fin avril et début mai ».
Enfin nos élus se opposés aux projets de coopération internationale, qui ne devraient pas relever de la compétence de la Région.

Blois, plaque tournante régionale de la drogue ?

résine cannabis(image d’illustration)
Si Tours a désormais le statut de Métropole, il semble bien que la ville de Blois demeure un centre important du trafic de drogue en région Centre-Val de Loire.
En effet un véhicule a été intercepté le 8 mai dernier par les douanes au péage de Monnaie sur l’A10. A l’intérieur, 1 kg de résine de cannabis à destination du quartier du Sanitas à Tours, selon les déclarations du « jeune homme » appréhendé (la Nouvelle République du 13/05/2017).
L’individu avait déjà un casier judiciaire particulièrement chargé, avec 14 condamnations à son actif, dont huit en relation avec les stupéfiants. Au total cinq ans et demi de prison ferme ont déjà été prononcés contre lui à ce jour !
Ce qui on le voit ne l’empêchait nullement de poursuivre ses activités…
Malheureusement ce genre de situation va perdurer puisque les Français ont choisi la continuité.
La remise en ordre de la France n’est pas pour maintenant.

3 commentaires

Ferroviaire, agriculture, apprentissage : les élus FN restent mobilisés.

C6fpaJPXEAEss6uRéunion de travail des élus FN à Orléans (image d’archives).
Malgré les échéances électorales, les élus FN restent mobilisés sur tous les dossiers du Conseil régional.

Ce matin en commission permanente, ils ont relayé les inquiétudes des usagers du train en Région Centre-Val de Loire. En effet, plusieurs arrêts vont être supprimés (à Amboise, à Beaugency, à Saint-Aignan…) au détriment des usagers dans leurs déplacements au quotidien, les obligeant à revenir vers la voiture, et aura également un impact sur le tourisme.
Les usagers de la ligne Le Mans – Chartres – Paris se plaignent quant à eux du manque de confort des nouvelles rames « Regio2N » qualifiées de « bétaillères ». Le FN critique le choix de la Région qui a opté pour des rames du même type que les trains de banlieue pour des trajets de longue distance. Le réaménagement des rames déjà livrées est en cours de chiffrage et l’addition risque d’être lourde.
Dans le domaine de l’agriculture nos élus ont demandé à la Région de prendre en compte le  nouvel épisode de gel tardif qui vient de toucher le vignoble pour la deuxième année consécutive et de poursuivre dans ce sens les mesures engagées après les intempéries de 2016.
Enfin, le groupe Front National a voté en faveur d’un dispositif destiné à développer l’apprentissage mais sera attentif au suivi en termes de résultats sachant que les freins à l’embauche d’apprentis demeurent importants.
Curieusement le chef de file du groupe UDC, Guillaume Peltier, est resté muet durant toute la séance. Sans doute est-il davantage préoccupé par les législatives dans se circonscription, où les choses semblent se compliquer pour lui.

Retrouvez l’activité de nos élus sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

 

1 Commentaire

#Marine2017 : Michel Chassier en débat sur France bleu Orléans.

C-wBW7cXYAUbiRUDeux jours avant le grand débat télévisé de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, France Bleu Orléans organisait un débat entre Stéphanie Rist, d’En Marche et Michel Chassier du FN. Une émission en partenariat avec apostrophe45.fr, qui opposait la représentante d’un système à bout de souffle qui se cache derrière le masque de M. Macron et le représentant du véritable changement incarné par Marine Le Pen.
Parmi les thèmes abordés, la première semaine de campagne du second tour. « Il n’y a pas photo » pour Michel Chassier, la dynamique est du côté de Marine le Pen, et M. Macron a reçu « une bonne fessée » chez les Whirlpool.
Interrogé sur l’accord avec Nicolas Dupont-Aignan, Michel Chassier en a souligné la cohérence en raison de la convergence des programmes.
Sur la question de l’euro les médias voudraient faire croire à un rétro-pédalage de Marine, alors qu’il s’agit surtout d’une question de calendrier.
Michel Chassier a souligné à quel point l’euro avait nuit gravement à nos exportations, avec une balance commerciale dans le rouge depuis le passage à la monnaie unique, et confirmé que la question serait bien posée aux Français le moment venu.
Il s’est étonné que les journalistes et même certains économistes découvrent aujourd’hui seulement le concept de « monnaie commune » dont Marine Le Pen est ses conseillers parlent pourtant depuis des années !
Nous y reviendrons dans un article détaillé.
Il a été question également des multiples célébrations mémorielles auxquelles se livre M. Macron. Michel Chassier a jugé cette récupération des martyrs d’Oradour à des fins électorales assez peu respectueuse, notant au passage que Marine Le Pen avait rendu un hommage aux victimes de la Déportation le 30 avril hors campagne et sans les médias. Ce qui est tout de même plus digne.
Un journaliste revenant sur l’affaire du Vel d’Hiv, Michel Chassier a rappelé pour ceux qui auraient oublié que la France était occupée et que la Police était aux ordres de l’occupant. Ce qui n’a pas empêché des policiers de résister, d’ailleurs la Police parisienne a été décorée de la Légion d’Honneur (*) à la libération, c’est pourquoi elle porte aujourd’hui la fourragère rouge.
L’élu FN en profiter pour dénoncer les propos de M. Macron accusant la France de crime contre l’humanité en Algérie, ce qui devrait entraîner sa mise en examen, et le rendent indigne d’exercer la fonction qu’il convoite.
Plusieurs autres sujets ont été abordés et l’émission peut être réécoutée sur le site de France bleu Orléans.

(*) au cours de l’émission, Michel Chassier a cité de mémoire l’Ordre de la Libération, il s’agit en fait de la Légion d’Honneur.

1 Commentaire

#Marine2017 : Michel Chassier dans les médias.

18193929_1296059427178965_8474870234614137407_nMichel Chassier, mandataire de Marine Le Pen pour le Loir et Cher et conseiller régional de Loir et Cher, est invité dans les médias :
- sur France Bleu Orléans et Apostrophe 45 pour un débat avant le 2ème tour face à Stéphanie Riest représentante de M. Macron. Diffusion lundi 1er mai de 19 heurs à 20 heures.
- dans la matinale de Plus FM à Blois le jeudi 4 mai à 8 heures.

1 Commentaire

Conseil régional : le Groupe Front National au complet… et au travail !

C8zT6IuXoAE_nz7Est-ce un conséquence de la période électorale ? Toujours est-il que les rangs étaient plutôt clairsemés à la Commission permanente du Conseil régional Centre-Val de Loire ce vendredi matin.
Beaucoup d’absents dans tous les groupes, hormis le Front National, seul groupe au complet !
Absence remarquée du 1er vice-président, Marc Gricourt, maire (PS) de Blois, très occupé par l’accueil du « Hamon tour » à Blois, puis à Château-Chinon pour suivre la campagne de Benoît Hamon.
Les élus FN ont fait leur travail comme d’habitude, le groupe UDC a approuvé tous les rapports, pour le 3 ème fois consécutive en Commission  permanente !
Tenez vous informés sur l’activité des vos élus sur le site du Groupe FN Centre-Val de Loire.

12345...12

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...