Archives des tags : société

Blois : une publicité provocatrice pour le « sexe entre hommes ».

Affichage public BloisNous recevons depuis peu des messages de Blésois choqués par les affiches qu’ils découvrent un peu partout en ville, et qui font la promotion du « sexe entre hommes ».
Ces affiches, destinées à des réseaux spécialisés pour un public ciblé se retrouvent sur le domaine public avec l’autorisation du Ministère de la Santé, dont le logo figure en bas de l’affiche !
Ce qui signifie que cette campagne est financée avec l’argent du contribuable.
Cette campagne particulièrement agressive et explicite, volontairement provocante est diffusée sans aucune retenue sur le domaine public y compris à proximité d’écoles, au risque de choquer de jeunes enfants.
Encore une fois, chacun est libre de son comportement sexuel en privé, mais il est inadmissible d’en faire l’étalage sur la voie publique avec notre argent.
On peut se demander d’ailleurs quel est l’objectif. Sensibiliser le public visé sur les comportements à risques ou bien faire un peu plus de prosélytisme en faveur de l’homosexualité ?
Nous considérons que le Ministère de la Santé devrait avoir d’autres priorités à l’heure où l’on ne cesse de dérembourser des médicaments indispensables, et où les hôpitaux sont privés de moyens au point de se trouver en rupture de stock pour des traitements vitaux, comme on vient de le voir à Nantes. 

11 commentaires

« Nuit Debout » à Blois : le rassemblement des adversaires du Système… pour demain mieux le défendre?

contrequoi

Vendredi 22 Avril avait lieu à Blois le premier rassemblement des « Nuit Debout ». Environ quatre vingt personnes présentes (voir article de la Nouvelle République). Rassemblement « citoyens », « en dehors des partis et des mouvements politiques », mais il y avait là : Simon Hallet, responsable des jeunes du NPA41, Alexis Bouchou, responsable des Jeunes Communistes du Loir-et-Cher, Sidi Boussetta (candidat suppléant du Front de gauche aux dernières élections départementales), Mireille Lasseigne, responsable de la CGT PTT et des  élus socialistes ou apparentés (Corinne Garcia, Benjamin Vételé).
Bref tout ce que l’extrême-gauche organisée, la gauche de la gauche comptent dans le département étaient présents à travers leurs militants, sans compter les nostalgiques de Mai 68, anciens ou récents, qui rêvent en permanence de « faire la Révolution ».
Et lorsque des militants du Front National sont arrivés, nos « gentils révolutionnaires » les ont bien montré du doigt (pour les offrir à la vindicte populaire sans doute… qui a mollement réagit d’ailleurs), en leur faisant bien comprendre que le Front National n’était pas le bienvenu à ce rassemblement citoyen et que nous n’avions rien à faire là (la rue de serait donc plus publique … et serions nous des citoyens de seconde zone ?).
Curieuse conception de la démocratie, de l’ouverture d’esprit, de la lutte contre l’ostracisme, du dialogue ouvert et tolérant de nos apprentis révolutionnaires. Ou peut-être que leur volonté est plutôt de faire un rassemblement entre soi, replié sur eux mêmes, fermés dans leurs dogmatismes idéologiques, et hermétiques à toutes discussions, totalement hors sol et à mille lieus des préoccupations des Français.
Bref nous sommes biens loin d’une pseudo « démocratie participative citoyenne » mais plutôt dans une réunion ou l’extrême gauche à l’habitude de tout verrouiller… peut être plus proche des conceptions politiques des sinistres gardes rouges maoïstes !
Diable, le fascisme ne serait pas là ou l’on croit … ou la vérité est ailleurs !!!
Notons aussi qu’à ces rassemblements de Nuit Debout, pratiquement personne de cette France qui qui se lève tôt le matin, qui travaille, qui nourrit l’économie de notre pays, et qui souffre en silence de cette mondialisation forcée, de l’ultra-libéralisme européiste qui détruit nos acquis sociaux et notre identité nationale.
Globalement, tous ces nostalgiques du Grand soir n’ont qu’un seul objectif : canaliser et détourner la juste colère du Peuple de France du seul espoir politique qui réside pour lutter efficacement contre ce Système qui nous broie chaque jour d’avantage: le vote Front National. Pour mieux ensuite le diriger en 2017 vers le candidat choisi par le Système lui même: Hollande ou Juppé, ou bien Valls ou Macron voire même Sarközy. Peut importe, du moment que ce candidat défende l’Union Européenne, la Finance mondialisé et la folle politique de l’immigration déferlante.
En clair, Nuit Debout : un écran de fumée de plus pour tenter de détourner le Peuple Français du seul mouvement authentiquement populaire et social : le Front National.

Laurent BRAS

Les anomalies politiques et médicales du Congo (RDC)

carte_rdc_provinces2006Médecin installé en France depuis 16 ans en France, à Romorantin, à Vendôme et dans certains hôpitaux parisiens, le docteur Donat Mupapa Kibadi, Congolais d’origine, vient d’annoncer sa candidature à la présidentielle de novembre prochain de la République démocratique du Congo. Fort bien.(la Nouvelle République du 22 /01/2016)

On ne peut que s’étonner de cette conception de la citoyenneté politique qui consiste à se porter candidat à une élection alors que l’on ne réside pas sur sa terre de naissance. Quant à la pratique de la médecine, il est évident que la République démocratique du Congo (RDC) a besoin de tous ses fils médecins, généralistes et  spécialistes.

On sait en effet que dans ce pays comme partout en Afrique, les questions de santé sont au cœur des enjeux du développement. La santé publique est essentielle pour réussir les défis économiques et humains de grande envergure. Alors qu’au moment de son indépendance la RDC avait le système de santé le mieux organisé et parmi les plus performants d’Afrique, aujourd’hui le système de santé congolais est parmi les moins performants du monde, avec un rôle prépondérant des acteurs non-étatiques donc majoritairement européens ou occidentaux. En lire plus …

2 commentaires

Rendez-vous maçonniques de Blois : avec l’argent public ?

RDV FM Blois 02-16Les Rendez-vous maçonniques de Blois sont-ils subventionnés par la Ville, l’Agglo et la Région ?
Les 1er Rendez-vous maçonniques de Blois vont se tenir les 6 et 7 février prochain à la Halle aux Grains.

Les différentes obédiences maçonniques ont toujours suscité beaucoup de questions, en raison de leur goût prononcé du secret, de leur mode de recrutement par cooptation, de leurs rites initiatiques parfois proches des pratiques sectaires, sans parler du détournement de la fraternité au profit d’ententes dans le milieu des affaires, qui constituent pour certains le principal motif d’affiliation.
En lire plus …

CIAS : Agglopolys taille dans le social

aide domicile(image d’illustration)
Dans la Lettre RH de décembre 2015 commune aux agents de la Ville de Blois, d’Agglopolys et du CIAS (Centre Intercommunal d’Action Sociale) nous apprenons le départ de 7 agents en « fin de contrat ». Il s’agit de 7 aides à domicile.

En contrepartie il y a 3 arrivées sur d’autres postes.
Nous avions été alertés en fin d’année dernière par une aide à domicile nous disant que l’on réduisait progressivement son service.
Une personne – très âgée – maintenue à domicile grâce à ce dispositif nous faisait savoir que l’on avait diminué les heures dont elle bénéficiait.
Après la réduction du nombre de poste d’assistantes des écoles maternelles, ce sont maintenant les personnes âgées qui sont touchées par les restrictions budgétaires. Mais Marc Gricourt et son comparse Christophe Degruelle ont fait un autre choix : « sanctuariser la culture ». En effet, on ne peut pas financer à la fois la Fondation du Doute et les aides à domicile.
Pourtant le maire de Blois avait semblé en 2014 vouloir remettre à plat certaines habitudes en matière de dépenses culturelles, mais l’ancien infirmier n’a pas eu gain de cause face à l’ancien Directeur de Cabinet de Jack Lang…
Mais après tout, il paraît que les personnes âgées votent « mal ».

Recherche fève Marine le Pen désespérément !

fève MLPSuite à l’article paru jeudi dans la Nouvelle République au sujet des fèves à l’effigie de Marine le Pen, nous avions proposé aux éventuels clients mécontents de leur racheter, en indiquant notre adresse.
Il est 18 heures, nous fermons les portes de notre permanence et nous n’avons vu personne !
Ce qui démontre bien que cette affaire était montée de toutes pièces, suite à une seule et unique lettre envoyée à la NR par une cliente qui était sans doute une militante de gauche voire d’extrême-gauche.
Les nombreux commentaires sur la page Facebook de la Nouvelle République du Loir et Cher vont d’ailleurs dans le même sens. La majorité considère cet « incident » comme drôle, anodin et ne méritant en aucun cas un tel traitement.
Au final, et après les conversations de comptoir qui nous sont rapportées, cette affaire a mis les rieurs de notre côté, alors que cette article voulait illustrer une prétendue « inquiétude » que susciterait le Front National.
Le problème, c’est qu’on nous demande des fèves que nous sommes bien incapables de fournir ! Nous avons eu des offres à 3 € puis à 5 €. Les clients qui ont trouvé cette fève dans une galette ont bien de la chance !
Et encore merci à cette cliente « mécontente » de nous avoir fait bénéficier d’autant de publicité !

Addendum à 22 h 24 (d’un de nos correspondants)   »L’histoire de la fève fait un buzz… même BFM TV en parle, RMC etc…  Sur Twitter je te raconte même pas, mais dans l’ensemble les lecteurs sont critiques envers la « plaignante« .
C’est l’histoire de l’arroseur arrosé !

Addendum 18 janvier : l’histoire de la « fève de la discorde » vue par le Décodeur Bleu Marine :

Image de prévisualisation YouTube

5 commentaires

SDF : Marc Gricourt s’est-il inspiré de Robert Ménard ?

z7891-bis-anonyme(photos d’archives Blois – juin 2015)
Marc Gricourt, le maire (PS) de Blois, s’était rendu à Béziers l’été dernier. Officiellement en vacances. Mais peut-être en réalité pour observer les recettes qui font le succès de Robert Ménard.

Car entre les municipales de 2014 et les départementales de 2015, les candidats estampillés FN avaient gagné 10 points à Béziers, les candidats PS en avaient perdu 10 à Blois. Sans appel.
La récente polémique avec les Restos du coeur semble indiquer que le maire de Blois a tout de même tiré quelques enseignements de cette visite.
En effet, il vient de refuser aux Restos du cœur les trois lieux qu’ils réclamaient sur la voie publique pour distribuer des repas aux SDF cinq jours par semaine (la Nouvelle République du 12/01/2016).
Ils n’auront droit qu’à deux emplacements trois jours par semaine, cela fait 6 distributions au lieu de 15.
En lire plus …

1 Commentaire

Blois : un Carnaval peu enraciné aux couleurs suspectes !

CarnavalMise à jour : voir notre réponse à Philippe Capitani.
Le thème du prochain carnaval de Blois portera le nom bizarre et peu français de « The color of time » ou de « Bloislywood ».
Oubliant le premier sens du Carnaval qui permet des réjouissances au milieu du jeûne du Carême, cette fête décidée par Marc Gricourt et  imaginée par la société Artonik va consister en une projection de 2400 sachets de poudre de couleur au cours d’une déambulation dansée (la Nouvelle République 6/1/2015).
Cette fête puiserait son origine dans une tradition venue de l’Inde et dans laquelle toutes les castes se mêleraient sans distinction. Comme nous le dit le document de propagande d’Artonik, cette fête est « l’envie de « renouer avec la fête comme exorcisme de la peur de l’Autre [novlangue]. C’est l’envie que la rue redevienne l’espace de la cohésion et du métissage (novlangue), symbolisé ici par le mélange des couleurs… Partout dans les rues, les gens dansent et défilent avec des poudres de couleurs dont ils s’enduisent mutuellement en riant. Ce jour-là les castes n’existent plus, chacun est l’égal de l’autre [novlangue]. » Tu parles !

En lire plus …

2 commentaires

Dracula, nouvel héros de Noël ?

Romorantin

On marche sur la tête à Romorantin.

Pour le gala de Noël, les élèves de l’Atelier Colom de Christophe Bouquet vont jouer le 23 décembre, l’avant-veille de Noël, une pièce sur… Dracula.

Ce sera l’adaptation d’un film de Mel Brooks « Dracula, mort et heureux de l’être ». Le metteur en scène et professeur de l’Atelier Colom a choisi ce sujet parce qu’il pense que les enfants « aiment ce qui fait un peu peur ».Voilà un raisonnement étonnant. Où se trouve la limite du « un peu peur » ?

En lire plus …

3 commentaires

Demandeurs d’asiles : à Blois aussi.

migrantsLes demandeurs d’asile ne constituent qu’une des nombreuses filières de l’immigration massive voulue, il faut le rappeler sans cesse, pas nos dirigeants passés et actuels, depuis que Giscard-Chrirac ont ouvert grand les vannes avec le « regroupement familial« .
Depuis quarante ans, des millions d’immigrés sont ainsi rentrés en France, transformant des quartiers et des villes entières, et leur nombre est devenu tel que leur assimilation est devenue illusoire.
D’ailleurs, il y a longtemps que le terme a été abandonné, remplacé par celui d’intégration, lui-même abandonné à son tour au profit du « vivre-ensemble », vision anglo-saxonne et antinationale d’une société où cohabitent différentes communautés qui se définissent par leur origine, leur religion voire leur sexualité.
L’actualité de ces derniers jours nous montre l’accélération et l’aggravation du phénomène migratoire, avec un véritable chantage exercé sur les peuples européens, sommés d’accueillir tous les réfugiés de la planète.
Blois ne fait pas exception à la règle, une fois encore nous voyons s’installer un véritable camp, la presse locale parle de bidonville, aux portes de la ville.
Il faut préciser qu’il s’agit de demandeurs déboutés, autrement dit de faux demandeurs d’asile, comme ils le sont dans plus des trois quarts des cas, même après recours, même avec l’assouplissement des consignes constaté en 2014, selon les statistiques officielles du ministère de l’Intérieur.
Mais ces demandeurs déboutés refusent la plupart du temps de repartir, et occupent le terrain, avec la complicité d’associations qui bénéficient de financements publics !
In fine, les pouvoirs publics cèdent, et tous ces gens sont relogés, au grand étonnement des Français en recherche de logement, et qui se voient répondre qu’il n’y a pas de place.
C’est déjà le scénario que nous avions connu à Blois il y a quelques années avec les familles de Roms avaient installé un campement sauvage du côté de la ferme de Brisebarre… avant d’être relogés dans les HLM du côté de la Quinière.
Va-t-on assister au même scénario ?

2 commentaires

Destruction du vélodrome. La faute à l’insécurité !

La Boire

C’est fait. L’accès au vélodrome de La Boire a été condamné, au grand dam de la section cyclisme. Il n’y a plus de barrière ni de clôtures métalliques, mais à leur place une rangée de grosses pierres anti-intrusion… qui n’empêchent pas les caravanes d’entrer quand elles le veulent.

Malgré le nouveau et trop petit local de rangement qui a été attribué à la section cyclisme sur le nouveau site de l’AAJB, le club cycliste n’a pas de locaux pour accueillir ou réunir ses adhérents. Ce qui décourage Jacky Jollin, son président, pour la rentrée qui s’annonce alors que jusqu’à présent le club disposait d’un outil exceptionnel pour la formation des jeunes. L’ancien club house des tennis, les vestiaires et le pavillon occupé par la section cycliste, ainsi que les bureaux doivent en effet être bientôt démolis. (la Nouvelle République 20/8/2015) Le vélodrome fera l’objet d’une seconde tranche de démolition. Autant dire qu’il ne restera rien d’un bel ensemble, sportif unique en Région centre.

En lire plus …

1 Commentaire

« Des sans papiers » ? NON. Des clandestins !

Konk-Agence-de-voyagesalbum

La Ville de Blois va démolir une maison en ruines qui lui appartient depuis 2007, boulevard Dupuis, près de laquelle sont installées des familles albanaises qui devront quitter les lieux. Comme d’habitude, pour couper court à toute critique de cette politique d’immigration laxiste, les enfants scolarisés et la complexité de la situation administrative sont mis en avant par les élus socialistes, les familles et les associations qui sont partisans de l’ouverture à tous vents de nos frontières. (Nouvelle République 20/8/2015)

En lire plus …

6 commentaires

Chez nos voisins : suicide d’un gendarme dans l’Indre.

Gendarmerie en deuilUn gendarme de Vatan (36) s’est donné la mort avec son arme de service (la Nouvelle République du 2/08/2015). C’est le 6ème suicide d’un gendarme en France depuis 1 mois, dans l’indifférence générale.
Les autorités parlent de « raisons personnelles », mais l’association « Gendarmes et citoyens » écrit :  » il semblerait qu’un enchaînement de problèmes professionnels qu’il n’est pas parvenu à assumer l’ait amené à ce geste tragique. « 
En 2014, 55 gendarmes se sont donnés la mort, l’association écrivait au ministre de l’Intérieur et au ministre de la Défense  le 26/07, à la suite du 5ème suicide en 1 mois.
Aucune réponse à ce jour. Combine faudra-t-il d’autres drames avant que les ministres réagissent ?
Nous adressons à sa famille, aux proches et aux camarades du gendarme Eric Laffatigue nos sincères condoléances.

Vincent Lambert. Ce sont les plus faibles qu’il faut protéger. Pas les plus forts.

vincent-lambertCondamné à mort par privation de nourriture ?
Ce blog a pour règle de ne traiter que les questions locales ou régionales. Mais faut-il se taire quand une décision de portée nationale va sans doute, à plus ou moins long terme, entraîner des conséquences locales gravissimes, dans nos familles et notre vie quotidienne ?

Un homme, nommé Vincent Lambert, se trouve à l’avant-veille de sa condamnation à mort par le corps médical après qu’un tribunal a décidé de mettre fin à toute fourniture alimentaire et liquide.
Dans quelques jours, le 23 juillet, une décision médicale risque de provoquer délibérément la mort de Vincent Lambert, un malade qui n’est pourtant pas en fin de vie et ne fait l’objet d’aucun soin coûteux ou disproportionné. En lui donnant la nourriture et l’hydratation nécessaires, ceux qui prennent soin de lui respectent simplement le cours de cette vie dont le mystère nous échappe et dont le terme n’appartient à personne, ni à la justice, ni au corps médical. Et malgré cela des médecins peuvent décider de cesser tout traitement.
En lire plus …

2 commentaires

La doctrine du genre face à la réalité des faits

theorie du genreC’est fini, le bac est terminé. Tout le monde est reçu ou presque. Tout le monde est content. Les affaires sérieuses commencent avec l’Université.
Le matraquage du politiquement correct continue à nous seriner que les filles sont défavorisées dans leurs études et leur carrière professionnelle.
Il nous répète qu’il faut des femmes dans le bâtiment ou l’armée et des hommes chez les infirmières ou les institutrices de maternelle. Les ligues de vertu se plaignent que les métiers soient « sexués » alors que, à leurs yeux, l’homme et la femme sont polyvalents, interchangeables au point d’imaginer que demain les hommes mettront les enfants au monde.
En lire plus …

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...