Archives des tags : élus

Accueil des clandestins en Loir et Cher : combien ça coûte ?

Submersion-migratoireC’est une question que vous vous posez à juste titre. Et que nous posons régulièrement sans avoir de réponse.
Par contre lorsqu’un collectif de soutien aux « sans-papiers » demande des comptes au conseil départemental (la Nouvelle République du 25/07/2017), il obtient une réponse dans la foulée.
Ce qui nous permet au passage d’avoir quelques éléments intéressants.
En effet, le conseil départemental répond – en moins de 24 heures ! – dans un communiqué qu’il «  accueille, protège et accompagne les mineurs isolés étrangers de manière personnalisée : logement, restauration, insertion, suivi éducatif… En 2017, en moyenne, un effectif de 73 mineurs est suivi par le conseil départemental. Une année de prise en charge coûte à la collectivité entre 40.000 et 60.000 € par mineur. » (la Nouvelle République du 25/07/2017)
Prenons une moyenne de 50 000 € par mineur, cela représente 3 650 000 € par an pour le seul Loir et Cher.
Nous savons par ailleurs que l’hébergement en CADA ou CAO coûterait environ 25 € par jour. Là encore, pour 370 places, cela fait près de 3 400 000 € par an. Encore ce chiffre ne tient-il compte que de l’hébergement, il faudrait y ajouter les frais d’insertion, le suivi éducatif, les soins, les transports etc… sans compter le pécule attribué à ces personnes. Autrement dit il faudrait certainement doubler la somme.
Avec les mineurs isolés, nous en sommes donc à 10 000 000 € par an au minimum.
Et encore ce chiffre ne tient pas compte de ceux qui sortent des CAO et sont hébergés dans des logements sociaux ou des hôtels en attente d’une hypothétique régularisation. Alors combien ? 12, 15 millions d’euros ?
Nous aimerions bien que le conseil départemental, si prompt à répondre aux associations pro-immigration, publie enfin le coût réel de tous ces dispositifs, en précisant la part financée par l’Etat.
Nos élus vont à nouveau poser la question.
Mais pendant ce temps le gouvernement préfère rogner les aides au logement et augmenter la CSG sur les retraites.

4 commentaires

Loir et Cher : ces élus locaux qui font semblant de découvrir le vrai Macron !

GricourtMarc Gricourt se dit « furieux ». Il était pourtant prévenu !
Ils ont appelé à voter Macron et maintenant ils semblent le regretter.

Dernier en date Marc Gricourt, au sujet des 13 milliards d’économies demandés aux collectivités locales : « c’est inacceptable et je suis furieux » déclare-t-il à qui veut l’entendre (la Nouvelle République du 20/07/2017).
Ce n’est pourtant pas une surprise, cette mesure figurait au programme du candidat du système, même si ce n’était « que » 10 milliards d’euros, et Michel Chassier n’avait pas manqué de le rappeler lors du conseil municipal du 24 mars, en soulignant alors que que l’un des deux candidats qui restaient en lice pour le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
Mais cela n’avait pas empêché Marc Gricourt d’appeler à voter Macron, quitte à se tirer une balle dans le pied.
Même constat pour Guillaume Peltier, déçu par la « Conférence nationale des territoires » (la Nouvelle République du 19/07/2017), instance dite « de concertation » où les élus sont simplement priés d’écouter la parole du locataire de l’Elysée.
Pourtant lui aussi avait appelé à votre Macron.
La situation risque d’être compliquée pour nos deux sénateurs, Jacqueline Gourault et Jeanny Lorgeoux, qui doivent tenir compte de la grogne des élus locaux mais qui ont également à voter Macron, la première étant désormais ministre.
Mais les dernières annonces de M. Macron risquent de peser lourd dans le chois des grands électeurs, qui sont majoritairement les élus des petites communes.
L’idée de réduire le nombre des élus dans ses communes où la plupart ne touche aucune indemnité mais agissent au contraire bénévolement pour le bien commun démontre une profonde méconnaissance de la réalité, en même temps que la volonté d’en finir avec l’échelon communal, M. Macron s’inscrivant sur cette question dans la continuité de ses prédécesseurs.
Dès maintenant, nous disons à tous ces élus locaux qu’ils ont un seul moyen de faire savoir leur désaccord : c’est de voter pour les candidats du Front National aux sénatoriales du 24 septembre prochain.
Nos candidats ont été investis et seront bientôt présentés à la presse, les grands électeurs recevront un courrier durant l’été.

2 commentaires

Centre commercial Saint Vincent : le projet est-il encore viable ?

Maison du gardien du Jeu de paumeMaison du gardien du Jeu de Paume.
Le projet d’une centre commercial derrière Saint Vincent remonte à la première mandature du Marc Gricourt. Il a été soutenu dès le début pat l’opposition d’alors et Jacques Chauvin fait partie de comité de pilotage.

Après 2014, les élus du Front National ont suivi le projet, mais non sans une certaine prudence, pour plusieurs raisons :
– la préservation du patrimoine historique et l’intégration du centre dans le contexte architectural.
– la situation du futur centre, enclavé derrière l’église Saint Vincent, l’orangerie du château et l’ancien collège des jésuites, ce qui rend problématique sa visibilité et la continuité commerciale indispensable.
– le risque de voir des commerces actuellement plus proches de la Loire se déplacer vers le nouveau centre, ne faisant qu’ajouter à la vacance commerciale. Le président de la CCI, Yves Saumet, faisait il y a quelques mois le même constat.
– l’impact sur le plan de circulation, le trafic actuel de la rue Gallois étant peu compatible avec l’idée d’une continuité piétonne avec le centre-ville.
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Fontaine du Gouffre : bâtiment édifié au début du XVIème siècle par Pierre de Valence à la demande de Louis XII (derrière le mur de gauche, le parking Monsabré).

Depuis deux ans le projet a connu quelques péripéties, avec le désistement de Monoprix, mais le dernier rebondissement c’est le rapport des experts du patrimoine qui demandent des fouilles approfondies.
Ce qui était prévisible étant donné la situation. Le précédent de la démolition de l’hôpital psychiatrique près de Saint Saturnin aurait dû inciter à la prudence.
La réaction du maire de Blois nous paraît par conséquent relever davantage de la communication, mais c’est aussi un signe d’agacement car il paraît désormais improbable que le projet puisse aboutir avant la fin de la mandature.

aqueduc aval

Partie aval de l’aqueduc sous le parking Saint Vincent. 

La Nouvelle République évoque aujourd’hui une autre possibilité : renoncer à construite le parking côté Saint Charles, ce qui réduirait l’ampleur des fouilles, et le déplacer derrière l’église Saint Vincent.
Mais cela n’éviterait pas des terrassements du côté de la maison dite du gardien du Jeu de Paume, et donc des fouilles archéologiques.
De plus le parking se situerait à l’emplacement de la partie aval de l’aqueduc provenant du Gouffre et qui alimentait le réseau des fontaines de la ville.
Le problème est donc loin d’être résolu.

 

0 Commentaires

Comice agricole de Billy : comment protéger notre agriculture ?

manif agriculteurs Blois_1Les comices agricoles attirent toujours autant le public, mais aussi les personnalités du monde politique.
En cette période les uns et les autres n’ont pu que souligner les difficultés du monde agricole, ce que la Nouvelle République traduit dans son titre : « l’agriculture, un secteur qu’il faut protéger. » (NR du 10/07/2017)
Protéger ? Mais tous ceux qui sont venus parler de protection sont les mêmes qui condamnent chaque jour le « protectionnisme » !
Sauf il est vrai devant les agriculteurs.  Lors d’une rencontre organisée par la FDSEA à l’occasion des législatives, on avait pu entendre plusieurs candidats parler de « protectionnisme raisonnable », alors qu’ils critiquent cette idée lorsqu’elle est défendue par Marine Le Pen !
La vérité c’est qu tous ces ministres et parlementaires qui se présentent en défenseurs de notre agriculture soutiennent à Paris et à Bruxelles toutes les politiques qui conduisent à la mort programmée de l’agriculture française.
Les mots peuvent paraître fort, c’est pourtant bien de cela qu’il s’agit.
Au sens propre avec la terrible explosion des suicides d’agriculteurs, multiplié par 3 en 2016. Selon la Mutualité Sociale Agricole, en 2016, 50% des agriculteurs ont eu moins de 354 € de revenu mensuel, sans perspectives de redressement à moyen terme.
Endettement, conditions de travail difficiles, baisse des aides de la PAC, baisse des cours du lait et de la viande, volatilité des cours pour les céréales, concurrence déloyale, multiplication des normes et des contraintes, le constat est connu de nos dirigeants, mais sans doute moins du grand public, qui n’imagine pas la gravité de cette crise.
Crise qui s’est accélérée avec les intempéries de ces deux dernières années dans notre région : gel tardif des vignes, inondations, sécheresse.
Mais qui donc fait le bon diagnostic et propose de vraies solutions ?
Certainement pas ceux qui sont les premiers responsables de la situation.
Car lorsque nous parlons de mort programmée, il s’agit bien d’une volonté politique visant à en finir avec le modèle agricole français basé sur des exploitations familiales de taille raisonnable au profit d’une concentration en grandes unités de production, propriété d’investisseurs : banques, fonds de pensions, sociétés d’investissement y compris étrangères comme on le voit déjà dans l’Indre avec le rachat de terres agricoles par des investisseurs chinois.
DDt2kl5W0AAKJ_D

Les élus régionaux FN en formation sur les questions agricoles les 1er et 2 juillet.

Philippe Noyau, président de la Chambre d’agriculture, l’évoque à demi-mot, lorsqu’il rappelle que « sur l’ensemble de la production agricole, 10 % étaient commercialisés en bio et en vente directe, 10 % dans des secteurs de niche et 80 % partaient vers l’export et l’agroalimentaire. »

On se souvient qu’après les intempéries de 2016 le président de la FNSEA Xavier Beulin avait déclaré que certaines exploitations ne résisteraient pas, mais que cela permettrait de conforter les plus importantes qui pourraient augmenter leur surface. On peut difficilement être plus cynique.
Le problème c’est que la taille accentue le problème de la transmission ou de la reprise, d’où l’intervention des sociétés financières, et la fin programmée de notre modèle agricole.
Nos gouvernants ne s’y opposent pas, car cela correspond selon eux à une évolution rendue nécessaire par la mondialisation.
Pour le Front National, notre modèle agricole doit être préservé, mais cela n’est possible que si nous reprenons les commandes, en instituant une politique agricole française (PAF) à la place de la PAC, avec des mesures de soutien aux cours et aux exportations.
Toutes ces questions seront abordées dans le cadre des débats avant le prochain Congrès de mars 2018.
Le 1er week-end de juillet, nos élus régionaux étaient déjà réunis sur le thème de l’agriculture et des politiques agricoles régionales. Une rencontre très instructive, avec les interventions de nos eurodéputés membres de la commission de l’agriculture, Philippe Loiseau et Edouard Ferrand et d’exploitants (producteur laitier, céréalier, viticulteur) dont plusieurs représentants syndicaux.
Nous reviendrons plus en détails sur question fondamentale et nous vous invitons dès maintenant à nous faire part de vos remarques et de vos réflexions.

1 Commentaire

Blois : la fabrique des citoyens ne convainc pas

PinocchioLa Région Centre-Val de Loire s’est lancée depuis un an dans la « démocratie participative ».
Traduction : le résultat du Front National aux élections régionales de 2015 ne convient pas au système, le peuple vote « mal », il faut donc trouver une manière de remplacer la démocratie représentative par la démocratie « participative », autrement dit remplacer le peuple et ses représentants par une pseudo consultation permanente, bien encadrée, et qui en définitive rassemble très peu de monde.
Alors qu’il y a eu 1 076 000 votants aux dernières élections régionales, la gauche prétend se rapprocher des citoyens en réunissant ici et là quelques dizaines de participants, souvent des politiquement proches de la majorité dans des réunions où ils sont le plus souvent réduits à écouter la « bonne » parole, faute d’avoir accès aux dossiers contrairement aux élus.
En fait on prétend rapprocher la démocratie des citoyens, alors que l’évolution de nos institutions, approuvée par toutes les composantes de l’assemblée régionale hormis le FN, a pour effet de retirer le pouvoir de décision aux échelons de proximité, en particulier les communes, lieu par excellence d’exercice de la démocratie locale, participative par nature.
Nous avons été les seuls à dénoncer cet ersatz de démocratie (Rapport-16.03.09-Une-Région-Participative-et-Citoyenne-Michel-CHASSIER.)
Plusieurs de nos élus étaient intervenus lors de ce débat (voir le site du groupe FN-CVL).
Par conséquent il y a de quoi sourire quand le Nouvelle République écrit que notre région « est regardée par la France entière pour ses tournées citoyennes » !
Dernier exemple en date, la réunion qui s’est tenue à Blois à l’espace jeunes La Fabrique où, à en croire la photo publiée dans les NR, il y avait plus d’élus que de participants. Quand aux jeunes préposés à l’animation de cette rencontre, ils étaient tous issus du milieu associatif ou de mouvements politiques « bien-pensants ».

1 Commentaire

Région Centre-Val de Loire : les comptes sont-ils sincères ?

DDedmRsW0AAvNkQIl est permis de se poser la question après l’examen de la décision modificative n° au budget 2017, votée par le Conseil Régional vendredi dernier.
Sans les voix du groupe FN, qui a voté contre, alors que le groupe UDC a voté pour, sans même demander à prendre la parole sur le rapport.
Dans son intervention, Michel Chassier avait pointé un certain nombre d’écritures relatives à des dépenses « engagées en 2016, mais non mandatées et non reportées« , pour un montant de plus de 3 millions d’euros sauf omission de notre part, sans compter les 3,2 millions d’euros en régularisation de titres FSE non recouvrés et qui se rapportent à la programmation 2000-2006, dont on peut s’étonner qu’ils ne soient présentés qu’en 2017. (Téléchargez le texte complet au format pdf :  DM1 2017 MC.)
Le 1er vice-président Marc Gricourt n’a pas apporté la moindre explication dans sa réponse, pas plus d’ailleurs qu’il n’avait été possible d’en savoir davantage en commission.
En conséquence, après avoir consulté un spécialiste en la matière, Michel Chassier a écrit au Payeur régional pour l’interroger sur cette procédure et demandé au Préfet de Région de veiller sur ce point au contrôle de légalité. Le Président Bonneau a bien sûr été informé de cette démarche ( Lettre François Bonneau DM1).
La question n’a pas été évoquée vendredi matin lors de la Commission permanente.
La presse régionale a été tenue informée. Nous attendons maintenant une réponse. 

1 Commentaire

Europe, syndicats, transports : les élus FN toujours vigilants.

CPR 2017-07-07Ce matin, alors que les rangs de la gauche étaient clairsemés, les 5 élus du groupe FN à la Commission permanente étaient présents.
Plusieurs rapports ont retenu leur attention.
Ils ont voté contre une série de subventions pour des actions en faveur de la « citoyenneté européenne » et la promotion de l’Europe fédérale.
Alors que nos élus approuvent les séjours en Europe pour les lycéens, les étudiants et les apprentis, ils ont toujours refusé les actions qui relèvent de la propagande européiste, c’est un peu comme si la Région subventionnait un parti politique, ce qui est strictement interdit.
Guillaume Peltier s’est empressé de prendre la parole, la première fois depuis 3 mois, pour défendre le point de vue du président Bonneau et la majorité. Dire que des électeurs ont été assez naïfs au point de voter pour lui au deuxième tour des législatives !
Michel Chassier est intervenu à nouveau pour justifier le refus de notre groupe de voter des subventions de fonctionnement aux syndicats. Il ne s’agit pas de remettre en cause les organisations syndicales, dont l’élu FN souligne au contraire que leur faible représentativité en France les empêche de jouer un rôle pourtant capital dans le domaine social.
Mais d’une part elles sont déjà représentées au CESER, d’autre part leurs représentants sont défrayés lorsqu’ils sont amenés à participer à des instances régionales.  Le groupe UDC a exprimé le même refus, mais nous avons tout de même fait remarquer au passage que les subventions des collectivités locales aux syndicats ont été autorisées en 2010 par un certain… Nicolas Sarközy !
Autre dossier à l’ordre du jour : les transports scolaires.
Il apparaît au BP 2017 une enveloppe globale d’un peu plus de 149 millions d’euros (c’est l’équivalent de la convention TER), légèrement révisée lors de la DM1, mais le FN s’est étonné par un avenant passé en commission d’appel d’offres pour le département d’Indre et Loire avec Transdev-Réseau fil vert, qui présente une augmentation de 9,7 millions d’euros HT.
Alors que de nombreux marchés vont devoir être renouvelés, les élus FN ont exprimé leurs interrogations sur l’évolution de l’enveloppe budgétaire. Pourra-t-elle être contrôlée ?
Nous serons également attentifs à la reprise des marchés par la Région, afin d’éviter le risque de regroupement de l’offre au profit de Vinci et autres Kéolys et au détriment de transporteurs locaux.
Le vice-président Philippe Fournié a tenu à être rassurant, mais il faudra rester attentif.
De surcroît cette nouvelle compétence va profondément changer la structure des dépenses de la Région, renforcer encore un peu plus la part des dépenses de gestion et accroître la rigidité structurelle des dépenses.
Le tout sans davantage d’autonomie fiscale.
Affaire à suivre…

0 Commentaires

Vos élus au travail.

DEEAlM7XoAAd4DF.jpgRéunion de travail des élus FN à Orléans le 6 juin.
Ce n’est pas encore l’heure des vacances pour nos élus.

Vendredi ils étaient présents lors des conseils municipaux pour élire les représentants de leur commune aux sénatoriales le 24 septembre.
Samedi et dimanche nos 2 élus régionaux étaient en formation à Orly sur l’agriculture dans les politiques régionales.
Olivier Besnard était ce matin au château de Talcy pour la signature de la Convention Cadre entre la Communauté de Communes Beauce Val de Loire et l’Office de Tourisme Intercommunautaire Blois-Chambord Val de Loire. la Région y était représentée par Martine Raimbault, conseillère régionale FN du Cher.
Ce soir Michel Chassier présidait la réunion du groupe FN à Orléans avant la Commission permanente de vendredi.
Mathilde Paris et jean Louis Berger siégeaient quant à eux au conseil communautaire d’Agglopolys à Villebarou.
Nous vous rendrons compte prochainement de ces différentes réunions.

0 Commentaires

Conseil régional : le TGV à Orléans et à Bourges, mais sans passer par la Sologne !

TGV DuplexLe projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon réapparaît, avec une inscription de 100 000 euros au budget de la Région pour de nouvelles études.
On se souvient que la Région Centre, comme les villes d’Orléans et de Bourges, soutenaient le tracé Ouest.
Mais ce n’est pas celui qui a été retenu, la SNCF privilégiant une liaison plus directe et donc plus rapide entre Paris et Lyon avec tracé plus à l’Est.
Du coup, la région Centre-val de Loire avait menacé de se retirer du projet.
Mais c’était sans compter sur le lobbying des partisans du tracé ouest, qui sont parvenus à relancer l’idée de nouvelles études.
Le problème, c’est que ce projet est loin de faire l’unanimité.
En effet, si les maires LR d’Orléans et de Bourges, ainsi que les parlementaires à l’époque LR de ces deux agglomérations défendaient la LGV, le député LR de Sologne, Patrice Martin-Lalande, s’y opposait.
Ainsi que Guillaume Peltier en 2016 au conseil régional, qui avait voté contre une partie de son propre groupe.
Mais vendredi il a voté contre l’amendement déposé par les écologistes qui refusait cette nouvelle étude !
Michel Chassier, au nom du groupe Front national, s’est étonné de se revirement, et quelque peu ironisé sur cette ligne TGV qui relierait Orléans à Bourges… sans passer par la Sologne et les terrains de chasse de certains figures du CAC 40 !
Piqué au vif, Guillaume Peltier a répondu qu’on pouvait changer, et que 2016, c’était « avant ». Avant quoi ?
Réponse de Michel Chassier : « alors vous aussi vous êtes en marche ! »
Au final, le groupe FN a voté le voeu des écologistes, conformément à ses positions depuis le départ sur ce projet, dont la probabilité s’amenuise encore avec les récentes déclarations de M. Macron au sujet des finances publiques.

1 Commentaire

Région Centre-Val de Loire : vos élus en session.

DDel6v7XcAAqegm.jpg largeVous élus régionaux siègent depuis ce matin en session plénière à Orléans. Une session qui doit poursuivre vendredi matin avec l’examen des questions budgétaires.
Michel Chassier est intervenu sur le bilan des aides économiques 2016 et doit intervenir dans la soirée sur les achats et les marchés publics.
Mathilde Paris est intervenue également à deux reprises, sur le volet tourisme des aides économiques et sur le rapport « Culture et patrimoine ».
Vous pouvez retrouver leurs interventions, ainsi que celles des autres élus du groupe sur notre site régional.
Le site est mis à jour régulièrement, vous pourrez également y trouver les vidéos des sessions précédentes, la session en cours suivra prochainement.

0 Commentaires

Conseil régional : vos élus au complet… et au travail.

GRFN CPR 2016-11(Les élus FN en Commission permanente – image d’archive).
Bien que beaucoup de nos élus régionaux soient également candidats aux législatives, nous étions le seul groupe au complet hier matin à la commission permanente à Orléans.

Il nous paraît important en effet de remplir notre mandat, c’est un engagement que nous avons pris devant nos électeurs.
Michel Chassier est intervenu pour demander des précisions au sujet du déplacement d’une élue aux festivals d’Aix et d’Avignon « du 11 au 22 juillet », mais aussi sur le montant excessif des frais de dossiers demandés par un syndicat d’Indre et Loire pour les transports scolaires (105 euros par élève). Un anomalie selon le vice-président aux transports, et le problème aurait été réglé.
Toujours dans le domaine des transports, les élus ont manifesté leur désaccord sur l’instauration d’une taxe locale afin de financer les travaux dans la gare de Lamotte-Beuvron.
Autre point abordé, les panneaux voltaïques installés dans un lycée d’Indre et Loire avec cette fois l’assurance qu’ils seraient produits en France. Affaire à suivre.
Le groupe FN s’est également abstenu pour une subvention accordée à posteriori à une manifestation dont le projet ne semblait pas d’ailleurs très précis, puisqu’il était question par exemple de « plusieurs mercredi entre fin avril et début mai ».
Enfin nos élus se opposés aux projets de coopération internationale, qui ne devraient pas relever de la compétence de la Région.

Le syndrome de Stockholm.

Marc Gricourt 5 avril 2014Marc Gricourt, comme beaucoup de ceux qui ont appelé à voter Macron, commence à s’en mordre les doigts.
Nous poursuivons la chronique des législatives en Loir et Cher, en parallèle avec l’actualité nationale.

Dans la 2ème circonscription, Jean Luc Brault, maire de Contres depuis 2001, Président de la Communauté de communes Val de Cher – Controis, ancien conseiller général de Loir et Cher a présenté son suppléant à la presse.
Exit donc Christine Jagueneau, référente départementale d’En Marche.
Dans le Vendômois, ce sont des élus locaux qui représenterons le parti de M. Macron, Marlène Martin, première adjointe de Villiers et Jean-Pierre Mahaudeau, maire de Liginières.
Ce dernier déclare dans la Nouvelle République : « J’attendais quelqu’un qui se démarque du système actuel pour que l’intérêt général soit vraiment pris en compte dans nos petites communes… »
Propos pour le moins surprenants quand on sait que M. Macron est le pur produit du système et qu’il nous propose un retour à la IVème République tout en faisant du Président un monarque. Et surtout M. Macron entend poursuivre la politique de ses prédécesseurs visant à en finir avec l’échelon communal, en forçant aux regroupements et aux fusions d’intercommunalités au détriment de la proximité.
C’est un peu le syndrome de Stockholm !
Et au final ils auront comme adversaire un Maurice Leroy qui lui aussi flatte les élus des petites communes pour mieux les étouffer, et qui n’exclut de devenir ministre de Macron !
A Blois enfin, on voit Marc Gricourt s’émouvoir des conséquences des promesses macroniennes sur les finances communales !
C’est tout de même curieux, car lors du conseil municipal du 24 avril, Michel Chassier était intervenu pour souligner que le candidat soutenu par Marc Gricourt au le 2ème tour prévoyait de poursuivre la baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » avait simplement répondu le maire de Blois.
Aujourd’hui il écrit au monarque républicain pour implorer sa clémence.
Mais comme disait Bossuet « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

7 commentaires

Ferroviaire, agriculture, apprentissage : les élus FN restent mobilisés.

C6fpaJPXEAEss6uRéunion de travail des élus FN à Orléans (image d’archives).
Malgré les échéances électorales, les élus FN restent mobilisés sur tous les dossiers du Conseil régional.

Ce matin en commission permanente, ils ont relayé les inquiétudes des usagers du train en Région Centre-Val de Loire. En effet, plusieurs arrêts vont être supprimés (à Amboise, à Beaugency, à Saint-Aignan…) au détriment des usagers dans leurs déplacements au quotidien, les obligeant à revenir vers la voiture, et aura également un impact sur le tourisme.
Les usagers de la ligne Le Mans – Chartres – Paris se plaignent quant à eux du manque de confort des nouvelles rames « Regio2N » qualifiées de « bétaillères ». Le FN critique le choix de la Région qui a opté pour des rames du même type que les trains de banlieue pour des trajets de longue distance. Le réaménagement des rames déjà livrées est en cours de chiffrage et l’addition risque d’être lourde.
Dans le domaine de l’agriculture nos élus ont demandé à la Région de prendre en compte le  nouvel épisode de gel tardif qui vient de toucher le vignoble pour la deuxième année consécutive et de poursuivre dans ce sens les mesures engagées après les intempéries de 2016.
Enfin, le groupe Front National a voté en faveur d’un dispositif destiné à développer l’apprentissage mais sera attentif au suivi en termes de résultats sachant que les freins à l’embauche d’apprentis demeurent importants.
Curieusement le chef de file du groupe UDC, Guillaume Peltier, est resté muet durant toute la séance. Sans doute est-il davantage préoccupé par les législatives dans se circonscription, où les choses semblent se compliquer pour lui.

Retrouvez l’activité de nos élus sur le site du groupe FN Centre-Val de Loire.

 

1 Commentaire

#Marine2017 : Michel Chassier corrige les mensonges de Macron sur Plus FM.

18193929_1296059427178965_8474870234614137407_n« Mensonges » : c’est le mot le plus utilisé par M. Macron hier soir dans le débat face à Marine Le Pen.
Un façon arrogante de prétendre détenir la vérité, alors qu’il a dit beaucoup de bêtises, d’approximations et même de gros mensonges. Que les médias n’ont bien sûr pas relevés.
Sur la question de l’euro monnaie commune et non pas monnaie unique, M. Macron a fait semblant de ne pas comprendre. C’est pourtant aujourd’hui la situation du Danemark, qui a conservé sa Couronne et utilise l’Euro pour les transactions internationales.
Pour illustrer son propos, l’ancien ministre de Hollande cite l’exemple d’Airbus. Mauvaise pioche ! Airbus paie ses salaires, ses charges, ses impôts et la plupart de ses fournisseurs et sous traitants en euros, mais vend ses avions en dollars US !
Ce qui a contraint l’avionneur à construire une usine aux Etats Unis pour produire des avions en zone dollar. Avez-vous déjà vu des usines Boeing en Europe ?
Toujours sur l’euro, Marine le Pen a rappelé l’historique, ECU, transformé en Euro au 1er janvier 1999, puis l’Euro monnaie fiduciaire au 1er janvier 2001. L’euro « avant l’euro » comme la expliquée notre candidate a bel et bien bien existé, et avant d’être une monnaie fiduciaire les institutions financières pouvaient l’utiliser dans leurs transactions de même qu’il pouvait servir de référence pour l’établissement d’un contrat commercial.
Sur SFR, Macron a encore menti. La vente a bien été signée en mars, mais il fallait l’approbation de Bercy. Arnaud Montebourg s’était vivement opposé au rachat de SFR par Numericable.
C’est bien son successeur Emmanuel Macron qui l’a discrètement autorisé le 28 octobre.
Si Numericable est une société immatriculée en France, son actionnariat n’est pas français. En effet, le câblo-opérateur est détenu à 75% par la société luxembourgeoise Altice. Elle-même est détenue à 57% par Next LP, une société immatriculée à Guernesey et contrôlée par Patrick Drahi, l’ami du ministre.
Quelques jours après, Emmanuel Macron a aussi autorisé au même titre la vente d’Alstom à General Electric.
Marine Le Pen avait raison.
Sur le financement de la retraite à 60 ans avec 40 années de cotisations, Marine Le Pen le chiffre à 17 milliards d’euros, M. Macron annonce 30 milliards. L’OCDE parle de 21 milliards, mais sans tenir compte du fait que le taux d’activité des seniors reste très faible, ce qui fait que les économies sur le régime des retraites sont en partie absorbées par une dépense supplémentaire de l’assurance chômage.
Là encore, il fait semblant de ne pas comprendre, répondant qu’il est impossible de partir à 60 ans lorsqu’on a commencé à travailler à 25 ans. Ce que Marine n’a jamais dit.
Mais il oublie surtout que c’est le maintien du chômage de masse qui prive le régime de retraite des cotisations nécessaires pour être équilibré. M. Macron propose une solution : taxer le retraités.
Sur l’épargne des Français, M. Macron a réitéré les mensonges selon lesquels elle pourrait diminuer à hauteur de la dévaluation que risque de subir le nouveau franc. Mais l’euro a perdu 33% de sa valeur par rapport au dollar depuis 2008. L’épargne des Français a-t-elle diminué de 33% M. Macron ?
Même mensonge sur la remboursement de la dette, sur l’union bancaire européenne qui autorise les banques à ponctionner sur les comptes de leurs clients en cas de faillite etc…
Sur les médicaments, M. Macron annonce que 80% des médicaments utilisés en France sont produits à l’étranger ! Il s’agit en fait du pourcentage de la « matière première » du médicament, qui sont ensuite préparés et conditionnés en France. Encore une approximation qui ne fait pas très sérieux, et un argument de mauvaise foi.
Par ailleurs, est-il normal que tant de substances soient produites dans des pays comme l’Inde, avec les risques que cela comporte ?

Au final les Français doivent savoir que le successeur choisi par Hollande pour sauver le système poursuivra la même politique en pire.
Celle dont les Français ne veulent plus, avec le grand retour des tous les ministres ou anciens ministres à qui ils avaient donné congé lors des primaires ou du 1er tour de la présidentielle.
Ils peuvent encore réfléchir, et choisir la France !

Retrouvez l’émission en podcast sur le site de Plus FM.

2 commentaires

Mathilde Paris était l’invitée de la matinale de Plus FM le 25 avril.

Mathilde_PascalMathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher et candidate aux élections législatives dans la 2ème circonscription de Loir et Cher, était l’invitée de Plus FM mardi dernier.
Réécoutez l’émission en Podcast sur le site de Plus FM.

Conseil municipal de Blois : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?

Elus FN Blois
Vos élus FN : Michel Chassier, Mathilde Paris, Jean-Louis Berger, Miguel de Peyrecave.
Ambiance un peu particulière hier soir au conseil municipal de Blois.

Le maire, Marc Gricourt a fait preuve d’une certaine retenue après lé défaite cuisante de son candidat, Benoît Hamon.
En face de lui certains de ses adjoints avaient déjà choisi Macron au 1er tour, tandis que élus de sa majorité soutenaient Mélenchon.
Du côté de l’opposition, Jacques Chauvin était aussi dans le camp des perdants, alors que Véronique Reineau qui siège dans le même groupe s’était déjà ralliée à Macron.
Aujourd’hui, presque tous sont peu ou prou obligés de se mettre « en marche », même si c’est en traînant les pieds. Ce qui est loin loin de garantir le succès de l’héritier de François Hollande qui a peut-être fêté sa victoire anticipée un peu tôt et de manière indécente, en compagnie de vedettes du show-bizz dans le très sélect restaurant « la Rotonde ». Un remake de l’affaire du Fouquet’s…
Baisse des dotations : Marc Gricourt est-il en train de se tirer une balle dans le pied ?
Intervenant sur la décision modificative n°2 au budget 2017, Michel Chassier a constaté qu’un fois de plus la Ville était contrainte d’anticiper, par un emprunt « fictif » le résultat de l’exercice 2016 qui ne sera inscrit qu’en juin dans le budget courant.
Ce qui traduit la situation tendue des finances municipales. Marc Gricourt avait souligné par deux fois dans la présentation du rapport l’impact de la baisse des dotations, annonçant qu’une partie de l’excédent 2016 serait conservée en réserve de trésorerie au cas où les baisses de dotations se poursuivraient.
Ce à quoi Michel Chassier a répondu que l’un des deux candidats qui reste en lice pour le 2ème tour prévoyait de poursuivre cette baisse des dotations, voire de supprimer la taxe d’habitation, ce qui aggraverait encore la situation des communes.
En conclusion l’élu FN s’est étonné de voir le maire de Blois soutenir malgré tout ce candidat, au détriment des intérêts de la ville.
« C’est qu’il y a d’autres critères qui orientent mon choix » a simplement répondu le maire de Blois.
Restauration scolaire et municipale : des frais divers en forte augmentation.
Si le nombre de repas servis augmente de 3,88%, les frais généraux augmentent de 6,90% et les « charges diverses » de 28,31%. Au total ces frais, y compris les « frais de siège » représentent 37,5% des dépenses, davantage que la masse salariale.
Miguel de Peyrecave a demandé logiquement une explication, mais pour le maire, tout cela est normal.
Notre élu a également souligné que le gaspillage demeure important, il serait important de luttre plus efficacement contre ce phénomène.
Economies budgétaires sur la petite enfance.
De longues explications ont été avancées pour justifier la fermeture de la crèche familiale. Mais le rapport ne parvient pas à cacher la raison essentielle : faire des économies, en l’occurrence 220 000 euros, sur le budget de la Ville.
Mathilde Paris est intervenue pour critiquer cette décision qu’elle estime précipitée, sans qu’une étude sérieuse ait été réalisée. La Ville prétexte une diminution de l’effectif, mais il semble que depuis quelque temps rien ne soit fait pour le faire connaître, et le guichet unique envoie prioritairement les familles vers l’accueil collectif. Quand on veut tuer son chien…
Au final, 13 assistantes maternelles perdent leur emploi, certaines se verront proposer des solutions de reclassement, mais des licenciements sont envisagés.
On se souvient qu’il y a deux ans, la Ville avait déjà supprimé des postes d’assistantes dans les écoles maternelles (ATSEM) pour les mêmes raisons budgétaires.
Par contre, les subventions aux Chato d’O, à la Scène Nationale ou à la Fondation du Doute restent intouchables, même en période de rigueur budgétaire. Question de choix !
Nos élus sont intervenus également sur d’autre dossiers, comme le nouveau règlement du Conseil des jeunes qui repousse l’âge limite de 25 à 29 ans, et curieusement ne parle pas de la parité. Serait-elle mal perçue par certains « jeunes » ?

4 commentaires

#Marine2017 : Michel Chassier présente le programme économique devant la CCI de Loir-et-Cher.

Débat CCI 13-04_2Débat CCI 13-04_1
La Chambre de Commerce et d’Industrie avait invité hier soir les 5 principaux candidats à venir présenter, devant les chefs d’entreprises, leur programme économique.

Pour chacun un exposé de 20 minutes, suivi de 20 minutes de questions-réponses.
C’est la première que le président Yvan Saumet organisait une telle rencontre, illustrant la perplexité des chefs d’entreprises face aux programmes des candidats dans un contexte politique inédit avec beaucoup d’incertitudes et d’interrogations.
On a bien senti que les auditeurs n’étaient guère séduits par les propositions des candidats les plus à gauche qui annoncent une hausse impressionnante de la dépense publique dont personne ne sait comment elle sera financée.
Le programme d’Emmanuel Macron paraît pour sa part bien flou et variable dans le temps, avec de surcroît un écueil supplémentaire : si jamais il était élu, de quelle majorité pourrait-il disposer ? Chacun voit revenir à grand pas le spectre de la IVème République.
Le programme de François Fillon séduit certes davantage, essentiellement sur le volet de la réforme du Code du travail, mais nous verrons que les mesures d’austérité proposées risquent au contraire de ralentir encore la croissance.
Il était difficile en 20 minutes de résumer l’ensemble des propositions de Marine Le Pen, il y en 31 sur les 144 engagements qui concernent directement le sujet, mais Michel Chassier a résumé les grandes lignes avec les mesures stratégiques au niveau de l’Etat, les mesures directes en faveur des entreprises, le volet fiscal et bien sûr la question de l’euro.
C’est évidemment ce dernier point qui a suscité le plus de questions, car chacun s’interroge sur les conséquences.
En réponse, Michel Chassier a présenté, chiffres à l’appui, les inconvénients de l’euro et invité à comparer les risques d’une sortie de l’euro aux risques du maintien de la monnaie unique.
Il a rappelé la situation de la Grèce et la quasi-certitude d’une défaillance qui obligerait à la mise en oeuvre du mécanisme européen de stabilité (MES) dans lequel la France est engagée à hauteur de 142 milliards d’euros.
Pour rassurer l’auditoire, il a expliqué qu’une sortie de l’euro nous placerait tout simplement dans la position du Danemark, ce qui ne devrait pas être de nature à effrayer les chefs d’entreprises ni les Français.
Le problème est que la crise de la dette grecque ne surviendra qu’après les élections allemandes d’octobre prochain.
D’ici là l’UE cherche à endormir les peuples avec le discours, repris par tous les médias, de l’euro protecteur, et à au contraire à faire peur en évoquant un scénario catastrophe si la France sortait de l’euro. Ils avaient annoncé la même chose pour le Brexit…

1 Commentaire

Vernou en Sologne : Mathilde Paris à l’arrivée du TLC

Vernou 13-04_2Vernou13-04_3

Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher était hier à Vernou en Sologne pour l’arrivée de la 2ème étape du Tour de Loir et Cher. En tant que représentante du Conseil régional, elle a été invitée sur le podium par Jack terrier,maire de Vernou, qui accueillait l’arrivée, au côtés de Jean-Marie Janssens représentant le Conseil départemental.

1 Commentaire

Législatives : les trois candidats du Loir et Cher officiellement investis.

41-FN-1-Michel CHASSIERJean-Yves Narquinmathilde paris

La Commission Nationale d’Investiture a confirmé courant mars les trois candidats pré-investis pour le Loir et Cher :
Pour la 1ère circonscription : Michel Chassier, président du Groupe FN au Conseil régional Centre-Val de Loire, conseiller municipal et communautaire de Blois, pour la 2ème circonscription : Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher, pour la 3ème circonscription Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu le Château.
La CNI a fait le choix d’élus ayant déjà une bonne expérience locale et les compétences indispensables pour remplir leur mandat.
Lors d’une conférence de presse samedi après-midi (la Nouvelle République du 10/04/2017), Michel Chassier a rappelé que les candidats soutenaient actuellement sur le terrain la campagne de Marine Le Pen, ce qui leur permet en même temps de rencontrer les électeurs de leur circonscription. 
Et cette fois, il ne s’agit pas seulement de défendre nos idées mais de les faire gagner. Pour la première fois nous pouvons avoir des élus en Loir et Cher, d’autant plus que les partis traditionnels sont déconsidérés et divisés, à droite comme à gauche.
Jean-Yves Narquin a insisté sur le rôle des élus de proximité qui font un travail indispensable au contact de la population et que la loi NOTRe approuvée par l’UMPS veut faire disparaître à terme. Marine Le Pen est la seule des principaux candidats à défendre avec force l’échelon communal, jeté aux orties par Macron et Fillon.
Il propose également de défendre un modèle d’agriculture familiale, raisonnée, à taille humaine, à l’inverse de la politique de Bruxelles.
Enfin Mathilde Paris, qui est sur le terrain depuis deux mois, six jours sur sept, à la rencontre de tous les habitants insiste sur les atouts de sa circonscription. Elle a déjà soutenu plusieurs propositions au Conseil régional en matière de tourisme, de patrimoine, d’aménagement. Elle aura l’occasion d’y revenir plus en détail durant se campagne.

Conseil régional : le Groupe Front National au complet… et au travail !

C8zT6IuXoAE_nz7Est-ce un conséquence de la période électorale ? Toujours est-il que les rangs étaient plutôt clairsemés à la Commission permanente du Conseil régional Centre-Val de Loire ce vendredi matin.
Beaucoup d’absents dans tous les groupes, hormis le Front National, seul groupe au complet !
Absence remarquée du 1er vice-président, Marc Gricourt, maire (PS) de Blois, très occupé par l’accueil du « Hamon tour » à Blois, puis à Château-Chinon pour suivre la campagne de Benoît Hamon.
Les élus FN ont fait leur travail comme d’habitude, le groupe UDC a approuvé tous les rapports, pour le 3 ème fois consécutive en Commission  permanente !
Tenez vous informés sur l’activité des vos élus sur le site du Groupe FN Centre-Val de Loire.

Loir et Cher : les militants du PS nous répondent.

BLOIS JDF_2Beauce boîtage 23-03 MP porte à porte

Au FN les élus aussi sont sur le terrain : de gauche à droite Michel Chassier (Conseiller régional et municipal de Blois), Olivier Besnard (Conseiller Municipal de Mer), Mathilde Paris (Conseillère régionale et municipale de Blois)
Notre petit billet d’hier soir au sujet des militants du PS nous a valu une réponse sur la page Twitter officielle du PS de Loir et Cher (eh oui, tout le monde n’a pas un blog comme le FN41 !).

Avec les éléments de langage convenus, laissant croire qu’au FN, tout le monde ne mettait pas la main à la pâte.
Qu’ils se rassurent, les cadres et les élus participent aussi aux action militantes : boîtage, porte-à-porte, marchés, collage etc…
Au FN ce n’est d’ailleurs pas une nouveauté, la différence c’est que les élus ne forment pas le dernier carré des militants.

7 commentaires

ZUP de Blois : des paroles qui jettent de l’huile sur le feu.

ZUP Blois 11-03-2014Violences, trafics : quel rapport avec le dialogue inter-religieux ? Réponse : pour désigner un coupable idéal, le Français moyen.

La Nouvelle République consacre aujourd’hui (28 mars 2017) une demi-page, sur 4 colonnes, à une rencontre « autour de la violence » organisée par le groupe Chrétiens et musulmans. On ne devine que 6 personnes sur la photo, mais on n’imagine que les participants n’étaient pas très nombreux.
A titre de comparaison, bien qu’il s’agisse d’un autre sujet, pour la rencontre-débat sur la santé organisée par le FN41 en présence du Dr Joëlle Mélin, le Nouvelle République nous avait répondu « nous allons annoncer le débat en présence de Joëlle Mélin mais nous ne le couvrirons pas. » Moyennant quoi nous avons eu droit à 8 petites lignes dans l’agenda.
L’histoire de la ZUP revisitée.
le premier témoignage, d’une certaine Madeleine, commence ainsi : « J‘avais 17 ans quand la ZUP de Blois a été construite. Dès que le premier trou a été creusé, les gens ont commencé à dire qu’il y aurait plein de pieds-noirs et d’Arabes, que la vie serait impossible pour les Français. »
Mémoire défaillante ou bien manipulée ?
C’est d’abord l’exode rural et l’implantation d’usines décentralisées de la région parisienne (le fameux slogan lancé par Pierre Sudreau alors Préfet de Loir et Cher invitant les industriels à « s’intaller dans la chlorophylle »), mais aussi le manque criant de logements suite au « baby-boom » de la fin de la guerre, qui ont conduit à la création d’une « zone à urbaniser en priorité » (ZUP) en 1959.
Ces logements étaient attendus par de nombreuses familles blésoises vivant dans ce qu’on qualifierait aujourd’hui de « logements indignes » dans le vieux Blois, en Vienne, sans parler de la « cité » des Allées, baraquements d’urgence construits après la guerre, mais toujours occupés au début des années 60.
Par conséquent il est faux de de prétendre que les Blésois se seraient alarmés à l’époque de l’arrivée des Pieds-Noirs (je remets la majuscule « oubliée ») et des Arabes, qui n’était pas du tout à l’ordre du jour.
En lire plus …

1 Commentaire

Apprentissage : toujours mal-aimé ?

Olympiades_Métiers_2017Les politiques parlent beaucoup de l’apprentissage mais dans la pratique il n’est toujours pas mis en valeur comme il le mériterait.
Dernier exemple en date la journée d’accueil des collégiens au CFA de Blois : une quarantaine de collèges avaient été contactés, seuls 3 ont répondu, ce qui a conduit le Président de la CMA, Stéphane Buret, a annuler la visite, en espèrant avoir davantage de succès à la journée portes ouvertes de samedi prochain (18 mars).
Cela démontre qu’on le veuille ou non les réticences de l’Education nationale à l’égard de l’apprentissage.
Or comme le rappelle le président, « nous sommes une filière comme une autre, on peut avoir 15 de moyenne générale et choisir la voir de l’apprentissage. » (la Nouvelle République du 16/03/2017)
C’est ce que répètent les élus du Front National au Conseil régional depuis des années, sans être entendus. Lorsque le FN demande la possibilité d’entrer en apprentissage dès l’âge de 14 ans, c’est toujours un refus catégorique, pour des raisons purement idéologiques. Car enfin nos adversaires ne peuvent pas dire en même temps que l’apprentissage est une filière d’excellence et décourager les jeunes d’entrer dans cette voie s’ils le souhaitent.
En lire plus …

Sologne : Guillaume Peltier a-t-il utilisé les moyens de la collectivité pour sa campagne électorale ?

Visuel_FORUM_sologneSite etoile modifié

Site Internet de la Région Centre-Val de Loire : à gauche le visuel incriminé, à droite la page modifiée.
Vendredi dernier un maire Solognot nous a fait part de son étonnement – pour ne part dire plus – de voir que le visuel de la 3ème édition du Forum des entreprises de Sologne comportait en bonne place la photo de Guillaume Peltier, par ailleurs candidat aux élections législatives dans la circonscription.

Il y avait par conséquent un risque que cette personnalisation, en période électorale, puisse être considérée comme une infraction au principe de la non-utilisation des moyens publics au bénéfice d’un candidat.
il faut savoir en effet que cette manifestation bénéficie de 25 000 € de subvention de la Région Centre-Val de Loire,  44 500 € de subvention de la Communauté de communes, 2 500 € du Département, le reste étant couvert par les locations de stands et des sponsors privés.
Michel Chassier, Président du groupe FN au Conseil régional, a donc écrit au président François Bonneau pour le tenir informé et demander le retrait du visuel sur le site Internet de la Région.
Ce qui a été fait rapidement, confirmant l’avis des élus qui avaient donné l’alerte, il y avait bien un risque.
De son côté Mathilde Paris, conseillère régionale de Loir et Cher et candidate dans la même circonscription a saisi la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

Téléchargez le communiqué du groupe FN CVL :  Communiqué GRPFN Forum des entreprises

Conseil régional : lycées, prisons, cochons. Les dossiers de la Commission permanente.

GRFN CPR 2016-11(image d’archives : vos élus FN en Commission permanente).
Il y avait plusieurs dossiers intéressants ce matin en Commission permanente au Conseil régional.

Lycées : la Région peine à respecter ses promesses.
Sur les lycées d’abord, Michel Chassier est intervenu pour interpeller le président François Bonneau et la vice Présidente Catherine Münsch-Masset au sujet de la « révision du plan pluriannuel d’investissement dans les lycées. »
En effet, dans un récent courrier adressé à un chef d »établissement de Loir et Cher suite à une question relayée par l’élu FN, la Vice-Présidente explique que la programmation des investissements doit être « révisée » – traduire : étalée dans le temps – en raison des contraintes budgétaires liées au nouvelles compétences  et à la diminution des dotations.
Or, ce n’est pas ce qui avait été annoncé en décembre lors du vote du budget.
Michel Chassier a demandé que les élus soient informés lors de la prochaine commission.
Blois : que se passe-t-il aux abords du lycée Dessaignes-Sonia Delaunay ?
Toujours sur les lycées, la Région a voté une subvention pour équiper le lycée Dessaignes-Sonia Delaunay de Blois d’un système de vidéo-surveillance sur le parvis de l’entrée principale. La vice-présidente a justifié cet équipement en raison de la recrudescence des problèmes de sécurité à la sortie des lycées, sans toutefois donner de précisions le lycée en question.
Le 1er vice-président Marc Gricourt, également maire de Blois, est resté silencieux. C’est une question qui n’a jamais non plus été évoquée au conseil municipal.
Selon nos informations, le problème serait notamment la présence régulière de dealers…. qui vont simplement se déplacer de quelques dizaines de mètres.
Formation des détenus : rappel des pouvoirs régaliens de l’Etat.
Pour la deuxième année consécutive, la Région a voté des crédits pour la formation professionnelle des détenus, assortie d’une rémunération. Comme en 2016, le groupe FN s’y est opposé, rappelant qu’il s’agit d’une compétence régalienne de l’Etat.
Michel Chassier a fait état d’un rapport de l’IGAS de novembre 2013 faisant suite à l’expérimentation de la mesure, et qui laisse entendre que les Régions pourraient par la, suite prendre à leur charge d’autres dépenses dont la compensation n’est pas assurée.
Le groupe UDC de Guillaume Peltier a tenté une diversion en proposant un amendement exigeant que la Région accorde la même somme à l’aide aux victimes. Là encore, c’est le rôle du ministère de la Justice, la Région n’a pas à s’y substituer.
L’amendement a été rejeté, ce qui n’a pas empêché le groupe UDC de voter le rapport !
Vive le Porc de Touraine !
Enfin les élus FN ont vivement approuvé une aide régional au Porc de Touraine, afin de soutenir une filière qui a connu de sérieuses difficultés.
Peut-être faudrait-il communiqué davantage sur le sujet, et faire la promotion de cette production locale dans les lycées de la Région ?
Nous y reviendrons.

1 Commentaire
12345...11

Europa Linka | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de Gauche canton d...